Pourquoi le libéralisme n’est pas l’obsession du profit

Le libéralisme est avant tout une philosophie attachée à l’humain et à sa dignité. S’en tenir aux caricatures est pervertir une belle idée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Scrooge McDuck by Steven Miller (creative commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi le libéralisme n’est pas l’obsession du profit

Publié le 8 mai 2022
- A +

Vingt-quatrième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme est une philosophie du droit, qui défend les idées de liberté et de responsabilité, au service de l’épanouissement des individus. Si l’économie y occupe une place importante et que l’esprit d’entreprise y est salué, c’est pour leurs dimensions fondamentales dans l’amélioration du cadre dans lequel les individus peuvent se réaliser.

Si l’on a en tête la célèbre pyramide de Maslow, on pourrait en quelque sorte considérer qu’ils font partie des éléments des premiers niveaux de la pyramide, essentiels à l’atteinte des niveaux supérieurs, jusqu’à l’accomplissement de soi, qui offre le véritable sens à sa vie.

Dans ces conditions, croire ou s’imaginer que le libéralisme se réduirait à la sphère de l’économie et de l’entreprise et serait assimilable à une recherche obsessionnelle du profit, n’a aucun sens. Il s’agit, au mieux d’une vue de l’esprit, au pire d’un pieux mensonge.

Pour paraphraser Alexis de Tocqueville, dans De la démocratie en Amérique, nous pouvons affirmer (et déplorer) la chose suivante :

Une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie, mais complexe.

 

Le profit, un impératif incontournable pour une entreprise

C’est le B.A.BA du fonctionnement de base d’une économie, tout au moins de type capitaliste. Qui serait assez fou pour entreprendre, créer des biens ou des services destinés à être vendus à des clients, tout en acceptant de perdre de l’argent ?

Plutôt que de sataniser le profit ou de l’évoquer avec mépris, peut-on s’imaginer créer une entreprise qui nous tiendrait à cœur ? Que faut-il ? Du temps, de la passion, une envie de créer (y compris des emplois), d’imaginer, de satisfaire des besoins de personnes intéressées, de se réaliser. Mais aussi du capital (de l’argent personnel économisé, emprunté à des amis, à sa famille, à une institution bancaire, à des investisseurs de confiance quels qu’ils soient).

Le libéralisme est ici le cadre qui permet de laisser place à l’initiative individuelle, à la liberté de pouvoir entreprendre, de pouvoir créer, de contribuer au bien-être de ceux pour qui cette création va être utile, répondre à un de leurs besoins.

Certes, on me rétorquera qu’il n’existe pas que le système capitaliste. Mais alors êtes-vous prêt à accepter – ou à faire accepter au plus grand nombre, et sans violence s’il vous plaît – une économie de type tribale (ce qui est peu réaliste avec plus de 7 milliards d’habitants sur Terre), communiste (dont les différentes expériences ne semblent pas avoir été très concluantes, c’est le moins que l’on puisse dire), ou de pillage ? Car comme l’écrivait l’économiste Walter E. Williams, cité par la Foundation for Economic Education (FEE), auteur d’un intéressant article intitulé « Comment le profit a créé la prospérité d’aujourd’hui » :

Avant le capitalisme, les gens accumulaient de grandes richesses en pillant et en asservissant leurs semblables. Avec l’essor du capitalisme, il est devenu possible d’amasser de grandes richesses en servant et en faisant plaisir à son prochain.

Car là est bien le sens de tout cela. Chercher le profit pour le profit n’est pas l’idée la plus répandue. Vouloir n’y trouver qu’une chose essentiellement malfaisante n’est qu’une vision de l’esprit des frustrés, des jaloux ou des pessimistes qui voient le malheur partout. Il s’agit au contraire d’un moyen essentiel de dégager un potentiel de création qui doit progressivement bénéficier au plus grand nombre (même si des esprits chagrins pourront toujours trouver des exemples ponctuels destinés à prouver le contraire). L’article du FEE montre d’ailleurs bien comment la prospérité d’aujourd’hui (même si elle ne touche évidemment malheureusement pas tout le monde ou pas assez vite) est le fruit de ce qu’ont permis les profits d’hier.

 

Ce que permet le profit

De fait, il est trop souvent de bon ton – et les grands médias jouent régulièrement un rôle malheureux en la circonstance – de dénoncer les profits de grandes entreprises comme s’il s’agissait d’un véritable scandale. Faisant fi de tout ce que ces grandes entreprises (qui ne sont bien entendu pas les seules, et qui permettent d’ailleurs à des tas d’autres entreprises plus petites de vivre et de constituer des sources d’emplois) apportent à l’économie française, et donc à ses habitants (des emplois, des ressources, des rentrées fiscales colossales, donc le financement d’une partie non négligeable de tout ce que l’État distribue très généreusement sous de nombreuses formes à des Français particulièrement demandeurs d’intervention), on a constamment l’impression que ces entreprises sont coupables. Jusqu’à, pour certains, être allés se féliciter de manière parfaitement indécente de la mort de l’un de ses dirigeants, Total étant l’un des épouvantails habituels en la matière.

Mais que se passerait-il donc si on punissait les « coupables » en prélevant par exemple bien davantage sur leurs profits « honteux » ? À moins de nationaliser ces entreprises (là encore, il faudrait un article entier pour montrer où cela peut mener), on leur couperait leur source principale de financement. Et on grèverait ainsi non seulement l’avenir de l’entreprise, menacée de faillite ou encouragée à partir vers d’autres cieux, mais celui de ses salariés, ainsi que les ressources dont profite l’État français.

Car, comme il est utile de le rappeler à ceux qui la connaissent, ou de le faire connaître aux plus jeunes qui n’auraient jamais entendu cette célèbre formule très juste (même si sujette à critiques) des années 1970 du chancelier de l’époque Helmut Schmidt :

Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain.

En effet, ce sont les profits qui permettent l’investissement (même s’ils ne lui sont pas entièrement dévolus). Investissement sans lequel l’entreprise ne peut préparer le futur, donc son avenir, à commencer par sa simple subsistance. Car ceux qui exècrent les profits semblent oublier qu’une entreprise, aussi grande soit-elle, n’est jamais assurée de sa survie. C’est pourtant une évidence : si ce qu’elle propose est dépassé, les clients se détourneront. Ou si des concurrents proposent mieux, ils iront acheter auprès d’eux. L’entreprise, quelle qu’elle soit, n’a donc pas le choix : elle doit nécessairement investir. Pas de profits, pas d’investissements. Ou alors des difficultés à pouvoir investir, car il faudra le faire par l’endettement. Et qui prêtera à une entreprise qui ne convainc pas, dont l’avenir semble trop incertain ?

 

Une condition nécessaire, même si pas forcément suffisante

Les profits sont donc une condition essentielle pour pouvoir investir dans de bonnes conditions, et l’investissement est une condition sine qua non pour assurer son avenir. Au pire, pour éviter un déclin trop rapide voire la disparition, au mieux si tout fonctionne bien (ce qui n’est jamais assuré et donne lieu là encore à des incompréhensions), pour offrir les conditions qui permettront d’assurer la croissance, et donc la nécessité et la capacité à embaucher (« les emplois de demain »). Et/ou à assurer les niveaux de salaire, envisager le versement de primes et, si tout se passe vraiment très bien, à augmenter les salaires dès que les conditions y sont favorables.

On l’aura compris, le profit n’est qu’une condition préalable, nécessaire, dans un contexte de concurrence (saine) pour pouvoir continuer à financer la recherche, l’ingéniosité de la création, de l’innovation, permettre d’assouvir les besoins des individus. C’est par l’ordre spontané que l’on peut envisager de réaliser l’harmonie sociale qui pourra en résulter.

Satisfaire les besoins passe par l’échange. En effet, on peut difficilement vivre en autarcie. Toute autre idée n’est qu’illusion, ou préjugé faux dans ses fondements.

 

Les profits, pas l’alpha et l’oméga du libéralisme

En conclusion, si les profits sont une condition essentielle dans le système capitaliste et que le libéralisme est un cadre favorable à la liberté d’entreprendre et, de là, à ce qui permet d’envisager la prospérité et un certain bien-être physique et matériel, il ne s’agit pas d’une fin en soi. Jamais le libéralisme n’a considéré le profit de la sorte. Son dessein va tout naturellement bien au-delà.

Si l’on revient à l’allusion à la pyramide de Maslow en préambule de cet article, une fois assuré du mieux possible les conditions de base de l’existence, bien entendu que ce qui est recherché ensuite et constitue l’ambition ultime (et n’est pas propre uniquement, bien évidemment au libéralisme), ce sont les trois niveaux suivants et en particulier le dernier (l’accomplissement de soi).

Ce qui sera d’autant plus atteignable, a priori, dans une société où l’on défend les libertés.

 

À lire aussi :

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • L’équilibre parfait étant pratiquement impossible, une entreprise n’a que deux possibilités : soit elle fait des profits, soit elle fait des pertes. Si elle ne fait que des pertes elle finit par disparaître, à moins qu’on lui prête de l’argent sans limite. Ceux qui crachent sur les profits sont-ils prêts à donner leurs sous pour combler les pertes?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Comment peut-on être libéral ? Pour beaucoup de nos concitoyens, le libéralisme est devenu la doctrine du diable. Évidemment, quand le gouvernement français est qualifié d’ultralibéral par certains, les repères s’estompent et les esprits se troublent. On en étonnera plus d’un en affirmant que le libéralisme, lato sensu, est la chose la plus naturelle du monde. Il accorde en effet la prééminence aux accords librement conclus entre individus par rapport à la réglementation étatique. Les Romains de l’Antiquité appelaient jus le droit civil émana... Poursuivre la lecture

Vendredi, Contrepoints proposait un article intitulé « Les sanctions contre le Kremlin sont justifiées d’un point de vue libéral ».

Curieux, je me suis demandé comment ces sanctions pourraient trouver une quelconque justification libérale. Et malheureusement, je dois dire que la lecture de l’article n'a pas apporté de réponse à ma question. Bien au contraire, les arguments que j’y ai lu sont à mon avis symptomatiques d’un profond désaccord sur la nature du libéralisme. En ne s’intéressant qu’aux conséquences collectives et hypothétique... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles