Pourquoi le libéralisme n’est absolument pas assimilable au laxisme

Voilà une bien drôle d’idée… Et pourtant révélatrice de ce que certains esprits, même bien intentionnés, semblent croire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by John Matychuk on Unsplash - https://unsplash.com/photos/dJdcb11aboQ

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi le libéralisme n’est absolument pas assimilable au laxisme

Publié le 13 juillet 2021
- A +

Par Johan Rivalland.

Je regardais tranquillement une intéressante séquence du Figaro live, lorsque tout à coup je sursaute : Quelle mouche a donc piqué le journaliste Vincent Roux (voir vers 11’10) lorsque, à propos de l’Éducation nationale et la mauvaise dérive du Baccalauréat il met dos à dos soudainement (pour ne pas faire de jaloux ?) la gauche, qui entretiendrait « le refus de l’exigence » et le libéralisme, qui s’assimilerait au « refus d’imposer et au refus de la verticalité dans la transmission, de peur d’opprimer la liberté d’apprendre ».

Libéralisme : les idées reçues ont la vie dure

On nage en pleine confusion, en pleine incohérence. Heureusement, Sophie de Menthon, l’une des deux invités du débat, aussi ébahie que moi en entendant cela, réagit aussitôt en disant à un Vincent Roux alors un peu gêné qu’il se méprend complètement au sujet du libéralisme, qui ne s’apparente en aucun cas au laxisme. Rapporté au sujet du jour, il se caractérise au contraire par « une compétition d’exigence, avec des règles ».

Quant au troisième protagoniste, Hadrien Mathoux, journaliste à Marianne, il se réjouit de pouvoir mettre en cause à son tour le libéralisme, mais pour affirmer quant à lui qu’il serait « responsable du manque de moyens et de professeurs donnés à l’Education ». On connaît la chanson… (même si je le crois plus subtil que ceux qui sont habitués à la chanter depuis bien longtemps).

On pourrait faire remarquer qu’aucun gouvernement libéral – que je sache – n’a été à la conduite des affaires ni récemment, ni jamais d’ailleurs. Et là encore, Sophie de Menthon intervient aussitôt à propos pour affirmer que ce qui serait bien plus efficace serait de commencer déjà par avoir « des professeurs bien payés, au mérite, avec de vraies perspectives de carrière ». Ce qui est du pur bon sens lorsqu’on connaît le système égalitariste (et laxiste) français en vigueur (sans oublier le fait essentiel que sur 1 300 000 salariés de l’Education Nationale, seuls 800 000 sont des enseignants. Il y a probablement des questions à se poser à ce niveau-là).

Par ailleurs – nous l’avons déjà vu aussi – il conviendrait de reconsidérer le système actuel, en réhabilitant les métiers manuels notamment, plutôt que de tenter très maladroitement et stupidement de fondre tout le monde dans un moule unique. Car à quoi sert cette surenchère dans les diplômes (dévalorisés) si cela ne mène à rien de bon ?

Le libéralisme n’est pas le laisser faire

Bis repetita. Je ne vais pas me répéter stérilement, et je renvoie plutôt à ce que nous avions déjà montré : le libéralisme n’est ni le laisser-faire, ni le laisser-aller. En conclusion de ce volet, nous affirmions au contraire que c’est l’État qui brille justement par son laisser-aller. Nous donnions comme exemple les retraites. Nous pouvons en apporter ici un deuxième, avec l’Éducation nationale (mais nous aurions pu en développer encore bien d’autres, comme le laxisme budgétaire, notamment).

Car où, sinon dans l’Éducation nationale, ne cesse-t-on de répéter jusqu’à l’écœurement et l’exaspération désormais très forte chez une très grande majorité des professeurs, que nous nous devons de pratiquer la fameuse « bienveillance » ? Le laxisme dans toute sa splendeur. Avec tous les effets pervers que cela engendre ; et ce débat dont il est question sur « Le Baccalauréat a-t-il encore de la valeur ? »

Je ne souhaite pas trop m’étendre, car est-il bon de révéler tout ce que l’on peut observer en pratique ? Je peux cependant au moins faire référence à ce qui est maintenant de notoriété publique et insatisfait pratiquement tout le monde : des taux de réussite artificiels et nuisibles, des pourcentages de mentions qui n’ont plus aucun sens, des sessions de rattrapage (temporaires ?) là où il n’en existait pas jusqu’à présent, des points supplémentaires accordés à certains concours pour certaines catégories, l’instauration de nouveaux « droits à » la poursuite d’études, des réformes inquiétantes dans le recrutement des enseignants, etc.

Sans oublier, bien sûr, Affelnet et Parcoursup. Et leurs lots de scandales ahurissants. Car qui connaît Parcoursup, son mode de fonctionnement, ses quotas, ses algorithmes qui redistribuent les cartes après classement par ceux qui ont pris le soin de recruter méticuleusement et patiemment, ses candidats « Passerelle » qui passent devant tout le monde de manière incroyable et au grand désespoir des professeurs ? Là encore, je préfère ne pas m’étendre…

Une philosophie du droit et de la responsabilité

En conclusion, le libéralisme ne saurait être vu pour ce qu’il n’est pas. Le laxisme est bien plutôt le trait saillant des systèmes où règnent l’irresponsabilité, les grandes machineries dans lesquelles chacun peut se réfugier derrière les règles, la bureaucratie, le caractère de ce qui est impersonnel.

Nous l’avons déjà développé largement dans les volets précédents, et vous trouverez des développements encore plus nombreux dans de multiples articles de Contrepoints : le libéralisme est une philosophie fondée sur le droit (et non la multiplication des textes ou des lois). Il fait appel au sens des responsabilités, à la conscience humaine, à la dignité. Par nature, donc, il conduit justement à rejeter toute forme de laxisme ou d’irresponsabilité. Il s’agit avant tout d’un état d’esprit. Très positif et pas du tout ce que l’on veut bien croire ou faire croire.

À lire aussi :

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Laissez-faire : libéral
    Laisser-faire : laxiste

    Laissez-passer : libéral
    Laisser-passer : liberticide

    Facile.

  • Le libéralisme souffre de l’ambiguïté du terme. Déjà, aux États-Unis, il y confusion entre les partisans de l’économie de marché et les défenseurs d’une « libération des moeurs », les progressistes , sectateurs d’un hédonisme libéral-libertaire. En France, le libéralisme (celui dont parle l’auteur), se rattache pour une part au libéralisme des origines, proche du conservatisme et du minarchisme, non sans subir l’influence d’outre-Atlantique. Cette confusion généralisée permet à la gauche de dénigrer le libéralisme en l’ignorant. Pour les collectivistes étatistes, “libéralisme” est devenu un “mot-valise” qui désigne tout ce qui va mal dans le monde », écrit Damien Theillier dans sa préface à « L’État ou la grande illusion » de Frédéric Bastiat.

    • les non libéraux peuvent en France manifester pour la liberté sans faire rire..

      le sujet du le libéralisme c’est la liberté des autres..celui des progressistes c’est la leur au prix de celles des autres..

  • « avoir des professeurs bien payés… » n’est un but que pour « les professeurs » ayant par dessus le marché l’idée bizarre que les salaires des autres profs les regardent..

    non..
    mettre en place un mécanisme de marché qui fasse en sorte que les professeurs qui sont « efficients » aux yeux des parents ( qui peuvent se fourvoyer d’ailleurs) soient recherchés par ceux ci..
    on a aucune idée si le salaire actuel des profs est trop bas ou trop haut puisqu’on a détruit les mécanisme de marché..le seul qui reste est de trouver des gens prêts à faire le job.. on augmente le salaire si on ne trouve plus de prof, ou on diminue le job à faire moins d’éxignce sur les compétences..

    si un peuple n’a pas confiance dans l’education proposée, il est logique que les professeurs soient payés des queues de cerise..

    aller à l’ecole est d’ailleurs quasi obligatoire….ce qui montre que laissés libres des parents n’y foutraient pas leur marmot.. les défenseurs de led nat devrait tenter de réfléchir à savoir pourquoi!!!

    le rôle de l’etat pourrait se résumer à « tester » si les gosses sont acquis à l’âge de voter les valeurs libérales qui sont supposées constituer les fondations de notre société.

    laisser les AUTRES parler…penser ,

    refuser de condamner quiconque sans qu’il puisse se défendre et sans preuves..

    savoir qu’on ne peut pas voler, tuer, agresser, bâillonner un innocent. et que c’est à la justice de punir éventuellement les non innocents..

    l’éducation est un marché… la santé est un marché..

    • le salaire des profs n’est un sujet que pour les collectivistes en somme.. et sauf à penser que les consommateur n’a aucun droit de regard sur l’electricté dont il a besoin, il en va de même pour le prix de celle ci..

      si un seul prix ou grille de prix sont autorisés… le prix de vient insignifiant.

    • En 2019, on dénombrait environ 866.500 enseignants dont le salaire est inférieur à ceux des pays voisins. En 2020, le budget de l’Education nationale est passé 51,68 milliards d’euros en 2019 à 52,72 milliards d’euros, soit une hausse de 1,04 milliard d’euros. Ce n’est absolument pas une question d’argent mais de gaspillage à tout va!

  • Ah parce que les profs sont des gens responsables certes quelques uns mais c’est loin d’etre une généralité pour la majorité , la gauche doit dégager pour toujours du moins dans ce qu’elle est aujourd’hui liberticide et laisser place à une dictature pour un temps , le temps de remettre ce pays sur les rails car la gauche n’en est pas capable , elle ne l’a jamais été et ne le seras jamais , avec la gauche c’est toujours la faute des autres , ils sont laxistes mais non ce sont les autres qui sont trop stricts . La gauche est l’ennemi de la France et des Français responsables, travailleurs , respectueux des lois , la gauche c’est l’ennemi a abattre !!!

  • Hadrien Mathoux, soi-disant journaliste, ignore tout du budget de l’EN et du nombre de professeurs dont elle dispose? Que faisait-il donc dans cette émission?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Occident semble avoir accéléré son déclin dans une espèce de folie autodestructrice rarement égalée.

Les sociétés occidentales subissent les conséquences de la scandaleuse gestion de la pandémie de covid de leurs dirigeants politiques et souffrent d’une inflation des prix, auto-infligée par leurs propres sanctions contre la Russie.

C’est dans ce contexte qu’il faut lire le dernier livre de Olivier Piacentini, La Chute Finale : l’Occident survivra t-il ?.

 

Ce déclin ne date pas d'hier

Comme l’explique avec b... Poursuivre la lecture

Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
2
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

Depuis 2017, la France semble constamment agitée par des crises inédites.

De la jacquerie des Gilets jaunes à la pénurie énergétique en passant par la pandémie, la guerre aux frontières de l’UE ou l’urgence environnementale, le citoyen vit dans une atmosphère d’apocalypse permanente, certainement entretenue par intérêt politique.

La sensation est tellement étouffante qu’on en oublie les problèmes structurels majeurs du pays que ces conjonctures tendues ne cessent pourtant de mettre en évidence. Pointer ces problèmes, proposer de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles