Comment le profit a créé la prospérité d’aujourd’hui

C’est la recherche du profit qui donne les aspirateurs, les lave-vaisselle, les automobiles, les climatiseurs, les téléviseurs, les ordinateurs personnels, les téléphones portables etc.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
consumer source https://unsplash.com/photos/YNaSz-E7Qss

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment le profit a créé la prospérité d’aujourd’hui

Publié le 2 mai 2022
- A +

Par Timothy G. Nash, Lisa McClain, Thomas Savidge, Ashley Wright.

Pratiquement tous les objets que nous utilisons quotidiennement (voiture, téléphone portable,  nourriture, vêtements, brosse à dents, etc.) ont été produits par des personnes qui recherchent le profit.

Nos emplois et nos salaires sont également basés sur la recherche du profit. Même les États et les organisations à but non lucratif sont rendus possibles par les profits des entreprises privées et les salaires de leurs employés.

Qu’est-ce que le profit ?

Dans le monde libre, la plupart de nos désirs et de nos besoins sont rendus possibles grâce au profit. Il n’est pas exagéré de dire qu’il fait tourner le monde ! Alors, qu’est-ce que le profit ? La meilleure réponse à cette question est peut-être celle de l’économiste Walter E. Williams :

Avant le capitalisme, les gens accumulaient de grandes richesses en pillant et en asservissant leurs semblables. Avec l’essor du capitalisme, il est devenu possible d’amasser de grandes richesses en servant et en faisant plaisir à son prochain.

Le profit dans une économie libre est l’excédent financier qui reste pour une entreprise à partir du montant facturé à un consommateur pour un produit ou un service désiré, après avoir comptabilisé/payé tous les coûts connexes. Les producteurs réalisent des bénéfices durables grâce à la satisfaction et à la fidélité de leurs clients. Les bénéfices sont un indicateur de la façon dont une entreprise sert ses clients dans le cadre du climat fiscal et réglementaire dans lequel elle est en concurrence.

Les entreprises rentables se développent en servant leurs clients et en trouvant de nouveaux moyens de répondre à un besoin à un prix compétitif. En règle générale, les personnes qui recherchent le profit ne doivent jamais oublier que les concurrents – réels et potentiels – sont une menace pour prendre leurs bénéfices. Le chercheur de profit doit également limiter les erreurs au minimum, sinon le consommateur ira voir ailleurs. C’est ce qu’on appelle la « souveraineté du consommateur« .

Dans un marché véritablement libre, le consommateur est roi et le producteur un serviteur. Si le serviteur sert avec compétence, le consommateur accordera des bénéfices et contribuera à déterminer le succès d’une entreprise. Si les producteurs ne satisfont pas les consommateurs, les profits se transformeront en pertes, car les clients choisiront d’acheter ailleurs et de ne pas s’installer. Les profits sont précaires lorsque le « client est roi ».

Mesurer le risque quand on fait des affaires

Les bénéfices ne s’acquièrent pas facilement. Une étude de la NYU Stern School of Business montre que la marge bénéficiaire nette moyenne, toutes industries confondues, était de 8,89 % aux États-Unis en 2019. En 2020, ce chiffre a chuté à 5,05 %. Les petites entreprises fonctionnent souvent avec des marges encore plus faibles, certaines oscillant autour de 2 %.

Si un propriétaire d’entreprise avait décidé d’éviter le stress et le drame quotidiens liés à la gestion d’une entreprise et avait investi son argent dans le Dow Jones Industrial Average en 2019, il aurait obtenu un rendement de 22,34 % (environ deux fois et demie plus que la marge bénéficiaire moyenne de son entreprise). S’ils avaient fait de même en 2020, les investissements dans le Dow Jones Industrial Average lui auraient rapporté 7,25 %, soit un rendement supérieur de près de 45 %.

De nombreuses entreprises ont également du mal à passer le cap de la deuxième année. Le Bureau américain des statistiques du travail a constaté qu’environ 20 % des petites entreprises font faillite au cours de la première année. À la fin de leur cinquième année, environ 50 % d’entre elles ont fait faillite, et après dix ans, seul un tiers des petites entreprises ont survécu.

Pour les entreprises familiales (90 % de l’ensemble des entreprises américaines), le chemin est également difficile. Selon le Conway Center for Family Business, moins d’un tiers des entreprises familiales survivent à la transition entre la première et la deuxième génération. Un autre 50 % ne survit pas à la transition entre la deuxième et la troisième génération, tandis que seulement 3 % des entreprises familiales survivent jusqu’à la quatrième génération et au-delà.

Les salariés, une nécessité vitale

Les bénéfices sont vitaux pour les salariés, car ils leur permettent d’avoir un emploi, de générer un revenu et d’assurer la vie de leur famille tout en améliorant leurs compétences, leur éthique de travail et leur sentiment de fierté. Les revenus permettent aux salariés d’être propriétaires de leur maison, d’élever leur famille, de construire des églises et de développer leur communauté.

Si les salariés sont mécontents, ils peuvent soit exprimer leurs préoccupations, ou partir à la recherche d’un meilleur emploi, une option choisie par de nombreux Américains.

Selon le Bureau américain des statistiques du travail, les adultes américains occupent 12,3 emplois différents entre 18 et 52 ans. Parmi les personnes nées entre 1980 et 1984, 8 emplois en moyenne ont été occupés entre 18 et 32 ans. Si un entrepreneur perd des employés au profit de ses concurrents parce qu’ils sont mieux valorisés ailleurs (salaire, conditions de travail, avantages, etc.), il devra constamment trouver et former de nouveaux employés ou augmenter la rémunération totale et améliorer les conditions de travail.

Les avantages pour la société, souvent ignorés

Les propriétaires d’entreprises, de John D. Rockefeller et Henry Ford à Jeff Bezos et la famille Walton, ont tous poursuivi leurs propres intérêts et objectifs d’entreprise tout en créant des sociétés prospères ayant survécu parce qu’elles satisfaisaient les clients et étaient rentables. Ce faisant, comme l’écrivait Adam Smith il y a plus de 200 ans, en poursuivant leurs propres intérêts, ils favorisent souvent les intérêts de la société dans son ensemble.

Nous pouvons également tirer une leçon importante de la révolution industrielle britannique. En 1749, la mort par maladie et malnutrition emportait un peu moins de 50 % des enfants de moins de cinq ans en Angleterre, l’économie la plus avancée du monde. Aujourd’hui, grâce à la science et à la production rendue possible par l’industrialisation et le profit, l’Angleterre et les États-Unis ont des taux de mortalité infantile fractionnés. En d’autres termes, lors de la signature de la Constitution américaine, l’espérance de vie moyenne était de 38 ans ; aujourd’hui, elle est plus de deux fois supérieure.

Pour conclure

Très tôt, le motif du profit a incité les entrepreneurs du monde entier à prendre des risques, à innover et à produire des biens abordables et novateurs. Ces entrepreneurs ont produit des aspirateurs, des lave-vaisselle, des automobiles, des climatiseurs domestiques, des téléviseurs, des ordinateurs personnels, des appareils de tomodensitométrie, des téléphones portables et bien d’autres choses encore, qui, à l’origine, n’étaient accessibles qu’aux riches, en raison de leur faible échelle et de leurs coûts de lancement élevés, mais qui sont aujourd’hui accessibles à la plupart des habitants des pays capitalistes grâce à la concurrence et à la motivation du profit.

Bien que nous considérions ces objets comme acquis, ils ont considérablement amélioré notre niveau de vie. Et si nous permettons à la motivation du profit de continuer à fonctionner, nous serons sur la bonne voie pour créer encore plus de prospérité.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Vingt-quatrième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme est une philosophie du droit, qui défend les idées de liberté et de responsabilité, au service de l’épanouissement des individus. Si l’économie y occupe une place importante et que l’esprit d’entreprise y est salué, c’est pour leurs dimensions fondamentales dans l’amélioration du cadre dans lequel les individus peuvent se réaliser.

Si l’on a en tête la célèbre pyramide de Maslow, on pourrait en quelque sorte considérer qu’ils font partie des... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles