Emmanuel Macron : 4 ans et un bilan de plus en plus lourd

Le 7 mai 2017 était élu Emmanuel Macron. Quatre ans plus tard, les Français éprouvent un sentiment très spécial : celui d’être gouvernés par un Président qui leur est hostile. Hostile à leur histoire, hostile à leur culture.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron 2017 BY Jacques Paquier (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmanuel Macron : 4 ans et un bilan de plus en plus lourd

Publié le 8 mai 2021
- A +

Par Claude Robert.

Tel un Don Quichotte en costume-cravate, Emmanuel Macron s’est engagé dans un combat contre trois ennemis tout à fait hypothétiques : l’oppression dont souffriraient les minorités (religieuses, ethniques et sexuelles), l’amalgame qui existerait entre le terrorisme et l’Islam, et la fureur destructrice des Gilets jaunes.

Mais il n’a rien entrepris contre les Black-blocs, ni contre l’insécurité et ses causes évidentes, ni contre les syndicats de fonctionnaires qui ont bloqué le pays. Surtout, il a poursuivi le travail de démantèlement de l’économie engagé par son mentor Hollande. Démantèlement qu’il a même accéléré en imposant une série de confinements délétères afin de pallier l’impréparation de son gouvernement face à la pandémie.

Ainsi se sont révélées ces quatre années de gouvernance Macron, une succession de mauvaises décisions économiques assaisonnées de déclarations intempestives sur fond d’absence de réformes de fond.

Mais est-ce une surprise ? Emmanuel Macron ne s’était-il pas déjà distingué auprès du président Hollande ? Voici les faits.

La France, seul pays à avoir raté la reprise post-crise bancaire

C’est parce que Hollande décide d’augmenter fortement la pression fiscale que l’Hexagone a manqué la reprise économique qui a suivi la crise bancaire. De par son rôle de conseiller fiscal du Président puis de ministre, Emmanuel Macron est naturellement considéré comme co-responsable de cette erreur contra-cyclique, erreur dont les conséquences vont rapidement se révéler funestes.

Pendant le mandat de Hollande, la France voit son nombre de chômeurs s’accroître jusqu’à atteindre +1,132 million tandis que les Allemands et les Anglais en perdent respectivement 500000 et 400 000.

La dette publique flambe de +4,1 % par rapport à la moyenne européenne malgré des prélèvements fiscaux qui augmentent de 17,64 % à 18,65 % du PIB ! Une véritable débâcle.

Emmanuel Macron et quinze mois de révolte sociale des Gilets jaunes

À peine élu président, Macron soulève la rue, les Gilets jaunes en l’occurrence, sur une durée record de 65 semaines, à raison d’un blocage des principaux centres urbains et de nombreux péages autoroutiers les samedis, battant ainsi le fameux record d’Alain Juppé.

Déclenché par l’anachronique limitation à 80 km/h, perçue comme une opération d’extorsion d’argent, puis renforcé par les hausses de taxes, ce mouvement protestataire révèle à grande échelle un climat social terriblement dégradé.

Car à la différence des grèves conduites par les syndicats d’extrême gauche arcboutés sur la défense pavlovienne des privilèges de certaines corporations de fonctionnaires, les Gilets jaunes sont issus de la vraie vie. Celle des travailleurs du privé, des petits entrepreneurs, des chômeurs et des laissés pour compte.

N’étant pas du bon côté, ceux-ci se heurteront à un gouvernement Macron d’une impitoyable brutalité. Une brutalité qui incitera, excusez du peu, Amnesty International (17/12/18) puis le Conseil de l’Europe (26/02/19) puis de nouveau Amnesty international (29/09/20) à réagir pour respectivement « recours excessifs à la force », « utilisation des LBD » et « acharnement judiciaire » contre les manifestants !

D’innombrables plaintes ont été déposées contre le gouvernement à l’occasion de violences qui ont fait au total 140 blessés graves parmi les Gilets jaunes, dont 14 ayant perdu un œil.

Loin de calmer les émeutes, Emmanuel Macron les aura même exacerbées avec ses déclarations malencontreuses, en particulier celle prononcée à l’arrivée du Tour de France : « On a commencé l’année avec les Gilets jaunes, on l’a finie avec le maillot jaune ». Ainsi est-il logiquement devenu l’une des motivations de l’insurrection, un grand nombre de Gilets jaunes réclamant désormais sa tête.

Ce mouvement de révolte sociale qui ne s’est arrêté que pour des raisons de pandémie, car le pseudo grand débat n’a apporté aucune espèce de réponse, a coûté 12,5 millions d’euros à la collectivité. Un splendide échec.

Emmanuel Macron et la fausse réforme ruineuse de la SNCF

Enflammer les syndicats pour une réforme qui n’en est pas une, puisqu’il ne s’est agi que d’interrompre le recrutement sous statut de fonctionnaire, fournit un exemple grandiose de l’incapacité du Président à moderniser notre pays.

Rien n’aura été tenté afin d’améliorer les méthodes de travail et l’efficience d’un mastodonte qui revient à environ 15 milliards d’euros chaque année aux Français, et qui est censé affronter le marché concurrentiel exigé par la Communauté européenne.

Rien que pour la SNCF elle-même, ces 36 jours de grève auront coûté 790 millions d’euros, sans compter les conséquences induites sur l’économie. Un nouveau ratage particulièrement révélateur.

L’obscure réforme inachevée des retraites

Après le déploiement de violence contre les Gilets jaunes, la réforme des retraites fournit une autre illustration de la façon dont Macron envisage le dialogue social. À force de débats opaques et de concepts trompeurs tels que l’âge pivot, le gouvernement a déclenché une avalanche de grèves (SNCF, RATP, Air France, trafic aérien, etc.) qui auront paralysé le pays pendant plus d’une quarantaine de jours.

Cette longue agonie de réforme qui s’est momentanément achevée sur un passage en force au 49.3 et donc sans le moindre consensus, aura coûté plus de 15 milliards d’euros à l’économie française, en plus des respectivement 200 et 850 millions d’euros perdus pour la RATP et la SNCF.

Saluons là aussi un bel échec, échec qui risque de se prolonger lorsque la réforme, gelée pour cause de pandémie, reprendra son cours.

Des résultats économiques plus mauvais que chez nos voisins

Manquer le rebond économique post-crise bancaire n’était qu’un début. La série noire se poursuit, avec des résultats économiques systématiquement moins bons que ceux de l’UE (27 pays).

Sur l’ensemble des indicateurs, celui du chômage semble certes se rapprocher de la moyenne en 2020, mais au prix d’une détérioration encore plus forte de notre croissance et de notre dette publique (en gras sur les tableaux), ce qui au contraire garantit durablement un faible taux d’emploi.

De cette accélération de l’aggravation de l’endettement et de la croissance découle toujours la même question brûlante : où passe donc l’argent de cette fiscalité confiscatoire qui nous vaut régulièrement le record de l’OCDE ?

Pour les électeurs qui espéraient un président réformateur et libéral, la déception est immense car il n’en a rien été. Derrière un flux ininterrompu de promesses, Emmanuel Macron ne fait que poursuivre le travail de sape de son prédécesseur, asphyxiant l’économie sous le poids d’un État toujours plus insatiable, toujours plus socialiste.

Une insécurité record sur fond d’autorité de l’État bafouée

Il ne reste plus que 17 % des Français à faire confiance au gouvernement pour lutter contre l’insécurité (Odoxa, SudRadio 19/02/21). Ce score historique fait d’ailleurs suite à une chute quasi-ininterrompue depuis l’élection du président Macron.

Les meurtres par égorgement revendiqués haut et fort, les attaques de policiers, les profanations de monuments, les tirs de mortier contre un commissariat, tout cela crée un sentiment d’autant plus anxiogène que le gouvernement paraît nettement plus enclin à honorer les victimes qu’à déployer une stratégie de prévention efficace.

Alors que de nombreux actes terroristes affichent ostensiblement une symbolique religieuse, alors que les faits établissent un lien entre insécurité et immigration non contrôlée, Macron tente de dévier sur des problématiques absconses de « séparatisme islamique » et de défense de la laïcité.

Empêtré dans son idéologie soi-disant progressiste, le Président s’est même flanqué d’un ministre de la Justice et d’un ministre de l’Intérieur en sérieux déphasage avec les peurs de la population.

La pétition lancée par plus d’un millier de militaires contre « le délitement du pays et le risque de guerre civile » (VA, 21/04/21) est certes surprenante, mais ne fait que traduire le malaise actuel. Ce que confirme le sondage Harris Interactive (LCI 29/04/21) : près de 60 % des Français la soutiennent.

Emmanuel Macron et la gestion surréaliste de la pandémie de Covid-19

Avec ses 105 387 morts du coronavirus et ses 1612 décès par million d’habitants, la France affiche une mortalité quatre fois supérieure à la moyenne mondiale. Avec en prime la plus forte récession européenne, conséquence du confinement non ciblé et de la très rapide et paradoxale incitation au chômage partiel, ces deux mesures imposant un arrêt brutal et plus fort que nécessaire de l’économie du pays.

Mesures typiquement médiévales, les confinements et couvre-feux successifs n’ont été déclenchés que pour pallier l’absence d’une stratégie de prévention réactive et orchestrée.

Importants retards dans l’approvisionnement en masques puis en tests de dépistage, absence de politique d’isolement des porteurs du virus et des personnes à risque, absence de plan de crise permettant d’actionner l’ensemble des professionnels de la santé qu’ils soient publics ou privés, lancement raté de l’application Stop-covid… les manquements se sont succédé sans discontinuer depuis l’arrivée du virus.

Dernier en date, l’approvisionnement en vaccins extrêmement tardif, du fait notamment de la nomination d’un responsable de la logistique après le démarrage de la période de vaccination, exemple ô combien révélateur du niveau d’impréparation gouvernementale. De la part d’un pays qui truste les records de prélèvements obligatoires de l’OCDE, ces ratages sont inexcusables.

S’est ajouté à cela un autoritarisme des plus consternants, sous la forme d’un questionnaire de justification de déplacement digne de l’occupation avec, ultime raffinement, une limitation kilométrique chiffrée, le tout contrôlé par des milliers de policiers.

Sans oublier une communication gouvernementale mensongère et dangereuse qui a déclenché une cascade de plaintes en justice. Au nombre desquelles se trouve celle d’un collectif de plus de 600 médecins, pour rien moins que « mensonges d’État » et « mise en danger des personnes » !

L’ennemi est à l’intérieur

Comble du ridicule et de l’inconscience combinés, quatre ans après sa fameuse déclaration « il n’y a pas de culture française », le président Macron vient d’appeler à « déconstruire notre propre histoire ». Il est clair que l’ennemi de l’Hexagone se trouve aux commandes même de son gouvernement.

Ceci constitue une configuration assez originale, dont il serait hautement souhaitable que l’ensemble des électeurs prenne la mesure d’ici les prochaines élections.

Sur le web

Voir les commentaires (82)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (82)
  • Quelle idée de faire un bilan aussi positif, songez qu’ il reste encore un an!

    • Ça sera le sprint final pour Macron pour qu’il montre qu’il est le plus incapable de tous les incapables.

    • oui il lui reste un an mais il ne fera rien car il ne préside plus il est en campagne présidentielle

  • il est tellement mauvais comme dirigeant , il est tellement nocif pour notre pays , que d’après  » le Parisien  » , une nouvelle tribune de militaires , plus nombreux , pourrait lui être adressée ; la France est en danger , mais macron , ce petit con , reste droit dans ses bottes ;

    • Il ne servira à rien de changer de président si on ne change pas le français moyen tel que l’ont façonné 40 ans de délire socialiste.

      • je veux bien que vous parliez de délire socialiste mais soyez un peu honnête en n’oubliant pas que depuis 40 ans il y a eu 12 années de Chirac et 5 de Sarkozy. Vous avez vu une quelconque différence ? Moi non.

      • Quand la drauche est au gouvernement, c’est pour toujours plus de socialisme que la gouatre. Avec des guignols comme Fillon, Le Maire, Darmanain, les dégâts vont être gigantesques.

    • Très bien, la rime riche ?.

  • Ah, ils en voulaient du colis à Hollande et de tout ces socialistes customisés… Fillon a appelé à voter pour lui, à mettre dans le même sac, ne changeons rien…

  • Commis à Hollande.

  • Quel président ? Un chef de parti (qui n’existe d’ailleurs pas) qui n’a aucune vision à terme pour le pays, qui réagit à vue aux contingences en ne pensant qu’à une chose : mener depuis le premier jour sa campagne électorale, se mettre en scène en vue d’une réélection. C’est un acteur qui adore parader, maman Brigitte doit être contente de ses cours de théâtre..

  • c’est une catastrophe incommensurable . il va être balayé tel un tsunami et le parti LREM pourrait même disparaître ! ! !

    • Oui, s’il ne se représente pas il sera réélu à tous les coups en 2027 (â 49 ans) sur le thème « voyez ce qui arrive quand on me remplace par des bovins ».

  • LREM et Macron existent grâce à un système démocratique . Ils sont là parce qu’ils ont été élus démocratiquement . Changer de système, sortir de l’UE, tout cela est de la fumisterie de petits esprits franco français qui oublient qu’il y a un monde et des géants face à nous. Tant que le Français moyen n’aura pas intégré ces faits et ne changera pas, nos beaux esprits auront tout le loisir de continuer à pointer Bruxelles du doigt tout en sarrogeant tous le mérite des investissements de l’UE dans leur région . L’enfer c’est Bruxelles et l’investissement et l’industrie dans ma zone, c’est moi…..vieux disque usé servi depuis des lustres par la gauche comme par la droite, c’est à dire par les Français ……

    • Faux. La première chose à faire est de décaler les législatives au niveau du mi-mandat de la présidence soit deux ans et demi après. Ça permettra de conforter la politique du gouvernement si elle fonctionne et de la sanctionner dans le cas contraire.

    • Par contre je suis d’accord pour dire que notre enfer réside aussi à Bruxelles.

      • L’UE est responsable de moins de 20 % des règlements français. Ce n’est pas Bruxelles qui a créé les quatre cent et quelques impôts qui ont détruit le pays.

        • Réglementation européenne qui est généralement copieusement abondée par nos institutions. Vous prenez un décret Bruxellaire, qui arrive à l’assemblée: chic, des contraintes mais elles ne sont pas suffisantes. Rajoutons une bonne couche. Cela s’appelle de la surtransposition.

  • Je suis d’accord avec vos commentaires ci-dessous mais le problème que nous avons c’est qu’AUCUN autre candidat n’a une envergure suffisante pour diriger la france et nous représenter à l’international tant ils sont tous insignifiants et médiocres. Je me fais ainsi l’avocat du diable mais Macron est le seul président que la france ait eu qui soit capable de parler d’égal à égal avec n’importe quel chef d’état en anglais en maîtrisant absolument tous les sujets et sans aucune note. C’est un tacticien et il vient de nous le prouver une fois de plus avec ce qui vient de se passer sur la côte d’Azur où tout le monde trahit tout le monde en jurant qu’il ne renie rien. En 2022 il va nous falloir choisir entre la peste et le choléras et ça ne va pas être facile.

    • Parfaitement d’accord avec vous. Mes pauvres amis français contraints de choisir entre la peste Macron et le choléra MLP. Je crois par ailleurs qu’une partie du peuple français est abruti, hébété, sidéré par la propagande socialiste et mondialiste quil subit de la part du pouvoir et des médias depuis des décennies. A cela s’ajoute le matraquage par la peur et la culpabilisation à l’occasion de la pandémie, divine (?) surprise offerte sur un plateau aux fonctionnaires qui nous dirigent.

    • Mais tout le monde s’en moque de Macron à l’étranger et vous savez pourquoi ? Parce qu’il souhaite soumettre la France à l’UE, et que plus personne ne fait ça au sein de l’UE. Regardez les britanniques qui en sont sortis (même s’ils n’étaient jamais complètement rentrés), les Allemands qui n’en font qu’à leur tête avec Nordstream 2, en essayant de dominer l’Europe grâce à la Russie et contre l’avis des USA, tous les accords nationaux avec la Chine qui en fait accélère le démantèlement de l’UE… Le principal enjeu aujourd’hui n’est pas l’Europe tant qu’elle reste sagement à l’écart de la Russie (comme par hasard ça fait bien plus de bruit quand l’accord Nord Stream 2 est passé entre l’Allemagne et la Russie). Le principal enjeu c’est Chine vs USA. Et arrêtez de vouloir absolument parler anglais coûte que coûte. Oui c’est important de parler anglais, mais en tant que chef d’état des traducteurs seront toujours là pour vous. Votre interlocuteur parlera peut-être anglais, vous le comprendrez mais vous devez répondre en français.

    • Il faut arrêter de croire les mises en scène présidentielles savamment racontées par les médiats français payés par nos impôts !

    • Parler l’anglais couramment ne sert à rien si c’est pour sortir des conneries à tout bout de champ, comme il l’a fait en Pologne où il a osé donner des leçons aux dirigeants. Il s’est pris dans la gueule une répartie de la première ministre polonaise qui lui a fait remarquer que lorsque il aura réussi à fournir la même croissance (4,5%) et sécurité aux français qu’ont les Polonais il pourra alors donner des conseils!

      • Tout à fait. Quand on baragouine la langue commune et qu’on se repose sur des traducteurs professionnels pour les points durs, on a de bien meilleures relations et on ne peut pas se poser en donneur de leçons.

    • Donald Trump l’a humilié au moins trois fois mais à part ça, ils parlaient d’égal à égal.

  • Merci de nous livrer un bilan rigoureux et objectif des 4 années du mandat de Macron, sans oublier le rôle qu’il a joué en tant que conseiller puis ministre de Hollande.
    En plus de la mauvaise gestion économique, qui est malheureusement permanente quel que soit le gouvernement, il a largement dégradé l’image de la France et des Français en les traitant, depuis l’étranger, de Gaulois réfractaires et en expliquant, toujours depuis l’étranger, qu’il faut déconstruire notre histoire.
    Il a également largement dégradé l’image du gouvernement de notre pays en s’entourant de ministres très peu crédibles, à commencer par le premier d’entre eux.
    Avec un tel bilan, il devrait renoncer à se représenter en 2022 mais il fera tout pour éliminer tous ceux qui pourraient éviter le même 2ème tour qu’en 2017, tant il est persuadé qu’il en sortira à nouveau vainqueur.
    Pourquoi envoyer Dupont Moretti aux régionales si ce n’est pour éliminer Bertrand ?
    Je pense qu’il se trompe et qu’il ne sera pas réélu, quel que soit son adversaire.

  • On dirait qu’il s’inspire largement de Justin Trudeau…

  • Macron ne poursuit pas la politique économique de son prédécesseur mais la sienne étant donné qu’il était conseiller économique puis ministre de Hollande.

  • Mai 2022 : j’ai coché la case en grand et j’y serai. C’est pas grand chose mais je ne serai pas le seul….je ne sais pas pour qui je voterai au 1er tour mais pour le 2e mon choix est fait : ce sera pour celui qui sera en face de Macron (sauf si c’est melanchon)

    • si vous avez une meilleure idée pour le dégager, je suis preneur.

      • Et pourquoi ne voteriez-vous pas pour Mélenchon si votre seule motivation était de dégager Macron ?

        Laissez-moi deviner… vous venez ici faire de la propagande pour Le Pen l’air de rien… C’est cousu de fil blanc Monsieur l’anti-libéral nationaliste.

        • Parce que J-L Mélenchon, c’est le cauchemar socialiste ET le délire déconstructeur (« woke ») en même temps. Un front républicain contre cet individu est absolument nécessaire.

          • Le front républicain n’est pas très efficace. Il vaudrait bien mieux un parlement qui le neutralise que de nouveau un candidat élu par défaut(s).

          • Le seul avantage de Mélenchon serait d’entrainer un effondrement économique cataclysmique suivi des mesures autoritaires inévitables de spoliation des nantis (la notion de nantis commençant dès 2000E/mois voire moins) et de mesures anti entreprises finissant par en couler la plupart d’entre elles.
            En 5 ans, cela pourrait aboutir à un reset économique et mise sous tutelle du FMI.
            Au UK, il a fallu une situation économique proche de l’effondrement pour rompre avec les schémas économiques et électoraux antérieurs et permettre l’élection de M. Tatcher.

        • très franchement, je ne suis pas un de ses fans. Je préférerai largement qqun comme Isabel Diaz Ayuso (libéral conservateur). Mais en France, cela n’existe pas. Et j’en ai marre de me faire insulter, humilier par celui qui est censé défendre ses concitoyens

        • Appeler à voter la Méluche, alors que vous pourriez appeler à voter blanc… LOL, MEGA LOL ❗

          • Hé, faut suivre la discussion avant de commenter. Personnellement je n’appelle pas à voter Mélenchon. Je ne vote pas et je n’ai jamais voté de ma vie.

            Fred Leeuw expliquait qu’il était prêt à voter pour tout candidat qui serait face à Macron, sauf Mélenchon.
            J’essayais de comprendre pourquoi il serait prêt à voter Le Pen alors qu’elle a exactement le même programme économique et social que Mélenchon, leur seule différence étant la politique migratoire.

            • « Je ne vote pas et je n’ai jamais voté de ma vie. »
              C’est un façon de voter par procuration: vous laissez faire et cela revient à voter mais sans aucun contrôle, même infinitésimal, du résultat.

          • et ? voter blanc c’est comme ne pas voter vu qu’il n’est pas pris en compte..faut réfléchir avant de croire qu’on fait « son devoir citoyen en allant voter » quelle blague.

      • LM/PDLG. C’est net et ça soulage.

        Parce que voter Le Pen avec une pince à linge sur le nez, non merci. Question d’honneur et de dignité.

  • Une eurafrique vous voulez dire

  • et il va se trouver l’excuse du Covid mais Monsieur le Président gouverner c’est prévoir et si vous avez prévu quelque chose c’était qu’une pandémie (cf Davos 2019) vous permettrait d’essayer de de vous faire sacrer à vie en nous supprimant nos libertés

  • Belle rétrospective et triste bilan mais attendu et peu surprenant. Malgre cela il sera réélu vu l opposition et les 2 vraies batailles restent les législatives et trouver un moyen pour réduire les hauts fonctionnaires de l etat tyran. Et puis s il reste il finira par payer ce bilan soit en s isolant comme Chirac soit par la rue. Meme si compte tenu des moutons que sont devenus les français j ai peu d espoir

  • Je suis d’accord avec Macron : il faut déconstruire notre propre histoire de ces 4 dernières années qui ont vu l’exploitation des « sans-dents » au profit des bobos, leur révolte suivie d’une répression violente, l’oppression des classes moyennes, l’anoblissement massif des « élites », la mise sous contrôle totale de la presse et des institutions et le détournement massif des fonds hypothécaires de l’état pour satisfaire les soutiens de ce système et financer cette transition.

  • Son bilan n’est pas mal du tout et aurait sans doute été meilleur si il n’avait pas voulu être plus vert qu’un vert… Faut avouer que s’acharner sur la taxe carbone et infliger le 80 aux français qui bossent, c’etait soit stupide soit il voulait détruire son bilan volontairement, merckel pas contente de lui ?

  • Ce bilan résulte de ce qui arrive quand on laisse la main à quelqu’un qui se saisit d’une opportunité sans stratégie et qui pense que l’improvisation adossée à une « culture livresque » feront l’affaire. D’ailleurs le célèbre « en même temps » est en soi la preuve de cette improvisation qui a pour conséquences qu’aucun problèmes n’ont été traités et encore moins solutionnés.
    N’apparaissent aujourd’hui des déceptions et la porte de sortie qui nous reste se résume à la formule: entre deux maux choisir le moindre ou encore essayer autre chose. Il faut convenir que la solution qui apparait a au moins une stratégie, des moyens et des hommes et une assise politique et le soutien d’une bonne partie du peuple.

  • « Et toujours la même question,OU passe l’argent?alors que nous avons le record de taux de prélèvements »
    Euh, un taux de prélèvement c’est bien mais il faut aussi regarder l’assiette! Quand il y a de moins en moins de foyers imposables (IR), que seuls les impôts indirects sont collectables, que la TVA rentre moins si moins de consommation, que les entreprises taillables et corvéables à merci disparaissent ou se délocalisent, c’est bien l’assiette qui se réduit comme peau de chagrin! Et il ne faut pas longtemps de ce régime pour que les dépenses jamais contrôlées dépassent rapidement les recettes! Et la gestion calamiteuse du covid n’arrangera évidemment pas le bilan! CPEF.

    • « uh, un taux de prélèvement c’est bien mais il faut aussi regarder l’assiette! »

      Avec la même population que la France, l’état suisse dépenserait 600 milliards de moins (2019). Les niveaux de prélèvement sont bien délirants.

  • Le jour où avant de voter les français daigneront enfin scruter le passé des candidats, pour juger de leurs compétences à diriger le pays et orienter leur avenir, on évitera des Hollande et Macron qui ruinent et détruisent la France et son futur!

    • « Les français » étant les journaux subventionnés qui se chargent d’invisibiliser et de mettre en avant les candidats qu’ils veulent je dirais que les français ont le choix entre la poire à lavement et le sandwich au caca.
      La démocratie ce n’est pas avoir le choix entre la corde ou le pistolet.

  • Tout à fait, ce type est un woke, dans la droite ligne des bobos américains!

  • Merci infiniment pour votre rappel des quatre années difficiles que la France vient de vivre avec M. Macron comme Président. Il faut bien dire qu’aparavant, en tant que ministre de l’économie, il n’avait pas brillé non plus.

  • « il serait hautement souhaitable que l’ensemble des électeurs prenne la mesure d’ici les prochaines élections »

    Malheureusement il n’y a pas d’alternative : les prétendants déclarés sont pour l’heure tout aussi tartignoles que Macron.

  • C’est mort. La droite n’a jamais réformé une fois au pouvoir. Les français vont penser que couper les impôts ne créent pas plus de croissance (ce qui est vrai pour les coupes pour les plus riches mais pas la classe moyenne). La crise du covid leur suggère qu’il faille plus de fonctionnaires.
    Le seul point où ça semble évoluer de façon positive est l’immigration mais même là, la droite parle fort mais ne fait rien

  • @Fred Leeuw 8 mai 2021, 9h26
    Parfaitement d’accord avec votre position. La seule utilité qui reste à Macron est de servir de rempart contre Mélanchon au cas très improbable où ce dernier serait au second tour à la place de Marine Le Pen.

    D’ailleurs, je crois me souvenir que, si Fillon s’est résolu à appeler à voter Macron à sa place au 1er tour des élections de 2017, c’était déjà pour qu’il serve de rempart à Mélanchon fort bien placé dans les sondages. Depuis les Français ont mieux compris à quelle idéologie était asservie la mal dénommée France Insoumise (et malgré la brillante jeunesse qui peut parfois faire illusion et que Mélanchon a su attirer comme un papier tue-mouche).

    Donc ce sera pour moi aussi Marine Le Pen, et dès le 1er tour. Pour une transition nécessaire avec un État qui privilégie ses missions régaliennes. Pour le reste, elle n’aura personne avec elle, tout le monde lui savonnera la planche, et son gouvernement ne pourra rien faire. Et ce sera tant mieux. Notre société civile a juste besoin d’un État régalien pour faire son travail et relever les différents pays régionaux qui la composent.

    D’ailleurs, elle pourra faire comme les rois d’avant si ça la motive : dire « mes pays », « mes peuples » du haut de son château de France. Nous en respecterons la haute autorité si elle se comporte en Présidente d’un État fédérateur de régions adultes et vaccinées. Top down pour le régalien. Bottom up pour le reste et chacun sera à sa place.

    C’est un rêve. Non c’est réaliste. Nous n’allons pas voter pour quelqu’un qui sortirait du bois maintenant. On fait avec ce qu’on a. Au moins, ce sera lucidement assumé et sans illusions.

    De toute façon, plus personne de valable n’est disposé à s’exposer publiquement pour faire de la politique. Quand le monde est en ordre, les talents triomphent. Quand le monde est en désordre, c’est le temps de la discrétion et les gens compétents s’effacent derrière leurs actions. De fait, la liberté n’est jamais publique, elle est privée. Ce sera le temps d’un libéralisme bien compris et adapté.

    • « si Fillon s’est résolu à appeler à voter Macron à sa place au 1er tour des élections de 2017, »

      rapide la résolution : en moins de 2 minutes…

    • Même pas sûr que Le Pen arrive à passer des lois pour une immigration choisie et plus une immigration subie, plus de prisons, plus de justice…

      • L’immigration choisie existe déjà : elle consiste à laisser entrer en France des bacs moins 40 et leur donner le droit de voter plutôt que de faire venir des ingénieurs et des techniciens qui n’auraient probablement pas envie de donner 75 % de leur salaire à l’état.

  • Peut-être qu’un jour on reconnaîtra qu’en France le problème d’hostilité vient plutôt des électeurs…

  • qu’espérer/attendre d’autre d’un énarque/socialiste/fonctionnaire ?

  • Mon analyse est différente en ce qu’elle ne se borne pas à un inventaire de quelques broutilles.
    La principale erreur politique, et non pas technique, de M. Macron est de gouverner au lieu de présider.
    Il a hérité d’un pays dans un état de délabrement terminal, il sait très bien que les remèdes nécessaires seront initialement clivants et générateurs de révoltes populaires. Au premier essai (suppression des 5€ d’APL) il se prend une volée de bois vert, au 2ème (flat tax sur les placements), il se fait insulter tous azimuts , ensuite (SNCF, retraites) il botte en touche et repousse les solutions évidentes aux calendes grecques …
    Comme Sarkozy avant lui il ne semble pas avoir compris qu’il faut un fusible pour faire passer l’essentiel et qu’il faut se ménager une collection de Premiers Ministres jetables, et éviter de passer à la télé tous les jours comme une vedette du showBiz.
    Il s’est comporté en Premier Ministre (voire en sous-secrétaire d’Etat), il devient jetable, aucun rapport avec Jupiter.

  • Où passe l’argent ? Il suffit de lire un prospectus étatique ou public (imprimé avec cet argent) pour le voir : à mettre en place des complicateurs et des ralentisseurs.

    • Il suffit de compter le nombre de fonctionnaires et de copains des associations lucratives sans but qui emargent au pognon de dingue.

      • et tout ce qui est claqué par les villes dans le social pour cette fameuse paix sociale , évènements qui coûtent une blinde , réfection de toutes les dégradations publiques, des centres sportifs ( oui ça le sport c’est un gros budget pour calmer les cassos) etc..

  • Solutions socialistes, résultats socialistes.

    Hier, les gendarmes traquaient les pêcheurs au bord du canal pendant la nuit au lieu de filer un coup de main à leurs collègues pour retrouver le dealer en trottinette d’Avignon.

  • Oui en effet. J’espérais Macron réformateur et libéral…. je l’ai vu en réalité étatiste, grand phraseur et enfumeur, mais petit faiseur….! Un vrai énarque quoi … au milieu des siens, faisant semblant de changer l’ENA pour que surtout rien ne change dans la fonction publique et dans la caste étatique,
    J’ai compris pour la prochaine élection……!!!!!

  • Ce type n’aime que lui-même, comme tous les pervers narcissiques.

  • « Enflammer les syndicats pour une réforme qui n’en est pas une, puisqu’il ne s’est agi que d’interrompre le recrutement sous statut de fonctionnaire, fournit un exemple grandiose de l’incapacité du Président à moderniser notre pays. »
    J’ai ouïe dire qu’à l’issue des négociations visant à faire cesser ce conflit, bien que hors statut désormais les nouveaux arrivant allaient néanmoins récupérer 90% des zavantages zacquis du statut. Finalement peu ou très peu de changement.

  • Oui mais alors voter pour qui en 2022? Pas d’offre électorale crédible à ce jour !!!!!! Je retiens une leçon : ne pas se laisser tenter par l’abstention….! Ce serait comme l’équivalent de laisser accéder au pouvoir des charlots écolo ou du même tonneau dans grandes villes aux dernières municipales…… au secours!!!! A quand des idées claires novatrices, attractives et porteuses d’espoir et de résultats pour la dans ce pays? Et ne me parlez pas de la nouvelle idéologie verte totalitaire régressive dans laquelle tombe ce pays de bobos trop gâtés !

  • En 2017, au moment des élections une revue historique présentait en couverture la photo d’une sinistre personnalité encore jeune,avant sa prise de pouvoir, dont le regard d’illuminé ne laissait rien augurer de bon comme la suite le justifia!
    Sans autre comparaison entre les deux personnes que leur regard, sur les présentoirs, d’autres revues présentaient la photo de Macron, avec un regard guère plus rassurant!
    Ou comment faire confiance à ceux qui se croient élus des dieux!

  • Belle critique en règle. Mais aujourd’hui, aucun candidat à l’élection présidentielle n’émerge, ni à droite, ni à gauche. La démocratie suppose le compromis. Personne ne peut avoir le dirigeant de ses rêves. Je dirais même qu’un libéral ne doit jamais s’enthousiasmer pour aucun dirigeant politique. Mais ce même libéral a tout intérêt à maintenir la démocratie,
    Alors, quid en 2022 si le duel Macron-Le Pen a lieu ? Moi, je voterai sans hésitation pour Macron qui représente le risque le plus faible pour les libertés. S’abstenir, c’est déserter. C’est n’avoir rien compris au compromis démocratique. C’est voter avec ses passions et renoncer à la raison.
    Quant à Le Pen, évidemment, voter pour elle, c’est voter de toute son âme contre le libéralisme.

    • Vous trouvez franchement que Macron n’est pas un risque pour nos libertés ? Loi de sécurité globale, pass sanitaire, loi sur les fake news, volonté de supprimer l’enseignement à la maison, loi contre la haine, etc.

      Voter, c’est encore avoir confiance dans des institutions qui sont en lambeau et qui ne représentent plus la splendide démocratie qu’était par le passé notre pays.

    • « La démocratie suppose le compromis. »

      Non, « démocratie » vient du grec et veux dire « peuple pouvoir ».
      Le peuple suisse a voté 750 fois en 30 ans, ils décide les lois, la fiscalité et même les aménagements, il a le pouvoir.
      Le peuple français élit un prince dans une liste pipée par des médias payés par la bureaucratie qui se gave d’impots, il n’a pas une once de pouvoir.

      Ça fait 30 ans que le peuple français veut la fin des privilèges, de l’immigration massive et demande plus de sécurité entre autres.

  • Sa première mesure a été de ne pas respecter la démocratie. Il a refusé le vote des habitants de Loire atlantique qui voulaient un 2eme aéroport a Notre dame des Landes et a accordé le droit de s’opposer a des casseurs destructeurs Zadistes.
    Le signal que n’importe qui qui casse occupe illégalement ou rançonne a satisfaction.
    Maintenant, on ne peut plus rien construire dans ce pays contre les minorités agressives. On ne construira plus rien.

  • Bon, je trouve que ressasser le passé ne sert à rien, on ne le changera pas.
    Maintenant, qui pour le remplacer ? Je vois un immense trou noir n’arrivant même pas à produire le rayonnement de Hawkins.
    Des militaires ? En général ce genre de crise se termine comme cela. Bref, seul Dieu s’il existe, doit bien se marrer, par contre pas moi !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles