Comment les médias discréditent les Gilets jaunes

De très nombreux médias ont relayé complaisamment le message gouvernemental qui consiste à diviser pour mieux régner.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gilet jaune by Rédaction Contrepoints

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment les médias discréditent les Gilets jaunes

Publié le 18 novembre 2018
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

Plutôt silencieux aujourd’hui, le gouvernement tente de faire face à la marée « gilets jaunes » qui s’abat sur la France. Mais le travail qui a été fait en amont porte plus ou moins ses fruits : de très nombreux médias ont relayé complaisamment le message gouvernemental qui consiste à diviser pour mieux régner.

Discrédit des Gilets jaunes dans la presse

« Gilets jaunes, qui sont les meneurs ? » titre FranceInfo. « Gilets jaunes, que risquent-ils ? »… du même FranceInfo. RTL tente de mettre sous les projecteurs les anti-gilets jaunes, faisant valoir qu’on ferait mieux de s’intéresser au réchauffement climatique.

Et voilà qu’on assiste à une opposition Gilets jaunes contre Gilets bleus. Les méchants qui veulent du carburant pour polluer, et les gentils qui pensent à la planète et à l’avenir de leurs enfants… en occultant totalement le fait que les taxes et les impôts atteignent des sommets pour rembourser une dette… qui sera laissée à leurs enfants, dont les impôts promettent d’être encore plus élevés que les leurs.

Le HuffingtonPost analyse de manière très poussée (et poussive) le choix symbolique du jaune comme couleur de la révolte. Article dans lequel vous n’apprendrez pas, évidemment, que ce choix est surtout lié à la présence obligatoire, sous peine d’amende, du gilet de ladite couleur dans la boîte à gants de votre véhicule…

Des analyses surréalistes

20Minutes propose deux analyses très étonnantes dans un article : « Gilets jaunes : Et si l’argumentaire autour des manifestations du 17 novembre était un peu foireux ? ». La parole est donnée à deux « experts » dont le CV donne le tournis : « Un économiste de Tours et un expert en mobilité de Lille ».

Ils démontent deux arguments avec une facilité déconcertante : non le prix des carburants n’a pas augmenté, puisque votre voiture est plus performante que dans les années 70. Vous pouvez donc rouler beaucoup plus loin avec la même somme à la pompe… Quel éloge du progrès fait par… les entreprises privées !

L’autre « expert » explique, lui, que ce ne sont pas les pauvres qui habitent loin de leur lieu de travail. Ce sont des riches. Qui peuvent se payer le luxe de consommer du carburant. Ou comment donner un nouveau petit coup de pouce à la lutte des classes…

Bien sûr, les pauvres des campagnes vont encore acheter le lait à la ferme à bicyclette…

Selon Le Monde, dans une analyse assez éloignée des réalités, la révolte est nourrie par la suppression de l’ISF. Mais elle n’a rien à voir avec l’Ancien Régime où « était le règne de l’arbitraire et les inégalités fiscales étaient criantes ». Le Monde sait-il au moins que les impôts et les cotisations sociales d’un député n’ont pas exactement le même mode de calcul que ceux d’un indépendant ou d’un salarié ?

Et pendant ce temps-là, les syndicats…

L’absence de soutien des syndicats montre quant à elle que leur survie est bel et bien liée à l’argent collecté par l’État auprès de ses vaches à lait. Philippe Martinez tente de demander une hausse du SMIC : réclamation totalement nulle et non avenue puisque c’est exactement cela qui entraîne une hausse du chômage. Ce ne sont pas quelques euros qui résoudront le problème d’une France en état de coma économique dépassé.

L’argument de l‘entrave à la circulation a aussi beaucoup occupé le discours médiatique. On s’étonnera –ou pas– que ces mêmes médias ne s’en préocuupent guère les jours où la SNCF bloque le pays.

Les communications très médiatiques du gouvernement auront surtout comme conséquence d’attiser les rancoeurs entre les citoyens jaunes et les autres, et de les détourner de leur cible légitime. Une méthode éprouvée et parfois efficace. « Qu’ils mangent de la brioche », avec quelques piécettes lancées, comme un chèque carburant, pourrait bien ne pas les rassasier…

Voir les commentaires (139)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (139)
  • sans vouloir être vulgaire , leurs piécettes et leur cheque carburant ils peuvent se le carrer là ou je pense ; qu’ils se contentent de nous laisser vivre de nos revenus sans nous en taxer une bonne moitié , ce sera un grand pas pour ce pays ;

    • Tout à fait. Qu’ils arrêtent de taxer pour financer des aides destinées à compenser leurs abus de taxation. Nous ne voulons pas la mendicité, nous voulons la liberté de travailler et celle de ne plus être rackettés sous des prétextes fallacieux.

      Comme dans les dictatures de pays sous-développés, l’argent qui nous est abusivement prélevé s’évapore sans remplir l’objectif initial.

      Le pouvoir en France prétend avoir de nobles préoccupation solidaires et écologiques? Laissez-moi rire : depuis 50 ans tout est fait pour que les individus soient appauvris et dépendent de la « générosité » de l’État et pour qu’ils consomment de l’énergie parce que c’est un bon support de taxation.

      • « Comme dans les dictatures de pays sous-développés, l’argent qui nous est abusivement prélevé s’évapore sans remplir l’objectif initial. »
        La preuve en est que ce n’est pas « comme » mais « en plein dedans. »
        Nous sommes une république bananière, qu’on le veuille ou non.

    • Malheureusement  »ils » nous prélèvent bien plus que la moitié…
      Combien gardons nous sur un salaire complet? (cumul du salaire, des charges patronales et salariales) c’est ce salaire complet qui est le fruit de notre travail et plus de 50% et déjà confisqué au départ, pour une prétendue  »sécurité sociale » qui n’a de sécurité que le nom, des  »prélèvements retraites » qui ne capitalisent rien, sans oublier la CSG… et après, et après seulement, viennent tous les impôts et toutes les taxes…

    • Surtout qu’ils savent bien que comme la plupart des aides, toutes les personnes éligibles ne les réclameront pas et ils comptent bien là dessus…

  • Avec la lutte gouvernementale contre le diesel, c’est bien les pauvres qu’on assassine :
    https://www.lepoint.fr/automobile/le-diesel-signe-exterieur-de-pauvrete-selon-l-argus-17-11-2018-2272243_646.php

  • Le réchauffement climatique serait une fumisterie d’après les scientifiques (les vrais) voir pour cela :
    Sources :
    https://www.youtube.com/watch?v=LoFfxuJIOfw la concentration de CO2 est en retard d’environ 1.000 ans sur les températures et
    http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim1/rechfran/4theme/paleo/vostok.html histoire continue du climat sur quatre cycles climatiques pendant 140.000 ans, grâce à la carotte de glace de Vostok étudiée depuis 1989 !

    • non ça ne prouve pas vraiment grand chose, comme gore ne prouvait pas grand chose en montrant les m^me courbes avec une moins bonne résolution temporelle.

      • Si vous voulez une courbe sur 800 000 ans, et d’autres aussi : https://www.les-crises.fr/climat-8-analyse-rechauffement/ Mais site réchauffiste qui dérape sur ses conclusions malgré des courbes exactes. En résumé : Variation entre 6° (période glaciaire) et 17° (période interglaciaire)tous les 100 000 ans. Nous sommes actuellement au niveau 17° et il faut se préparer à une descente régulière à 6° (pendant 100 000 ans).
        L’avis d’un lecteur : « A votre avis, quelle espèce, après 7000 magnifiques années d’Histoire et de développement technologique, décide en une décennie et sur la foi d’hypothèses, qu’il faut drastiquement réduire sa production globale et mettre au rebut les technologies assurant 80% de sa production d’énergie et de ses transports ?
        Mon avis à moi ? Une espèce menacée.

        • RX33
          Elle commence quand la descente vers les 6° ?

          • Celui qui le saurait serait riche. Et évidemment, pour celui qui saurait avec certitude qu’il y aurait une hausse et quand, la fortune serait assurée tout pareil. Etrangement, je n’ai pas vu beaucoup d’écolos faire fortune avec leurs prévisions, sauf bien sur en récupérant des contrats publics pour des trucs qui ne servent à rien…

          • Elle est commencée depuis 22 ans. Mais gardée confidentielle, car démoralisante pour Bercy et les réchauffistes qui ne vivent que de ça! On peut les comprendre, personne n’aime le chômage; même les élus.

            • @tabourin rassurez vous dans 30 ans les mêmes nous diront qu il faut taxer les énergies pour économiser les ressources pour nous préparer au futur refroidissement…. un je gagne , deux tu perds tel est leur mantra

          • tabourin 18 nov. 16h36
            Elle est commencée depuis 22 ans. Mais gardée confidentielle, car démoralisante pour Bercy et les réchauffistes qui ne vivent que de ça! On peut les comprendre, personne n’aime le chômage; même les élus.

          • Et puis, 6° sur 100 000 ans, ça ne se voit pas beaucoup sur la semaine!

        • non désolé…ça n’infirme en rien la théorie du rca… à laquelle j’adhère en partie…et n’adhère quasiment en rien sur le plan quantitatif.
          la théorie du rca c’est , on prétend comprendre comment va réagir un système complexe auquel on ne comprend pas grand chose à une perturbation ..avec des hypothèse c’est faisable..et c’est une théorie..
          ce sont des spéculations..mais acceptables et je ne trouve non plus rien de choquant à les considérer comme « plausibles »..
          il y a toutefois une énorme différence entre accepter l’éventualité d’une « catastrophe » climatique et accepter l’idée que son éventualité est importante voire quantifiée en terme probabiliste.

          tous les rechauffistes et les prévisionnistes devraient commencer leur spéculations par  » si j’accepte que les modèles sont valides ».. et désintéresser alors toutes les personnes qui ne sont pas convaincues que les modèles sont valides..

          • on peut m^me dire que le simple constat que le système climatique puisse passer du glacial au tempéré par une simple modification de nature essentiellement géométrique indique que le système est « sensible »..on ne bite rien à l’albédo..

  • La transition énergétique mais vers quoi ? j’ai soif d’explications quantifiées et vérifiées, c’est mon droit de citoyen, pour une fois que j’emploie ce mot

    • on a toujours fait des transitions énergétiques..mais rarement avec l’ambition de sauver la planète. plus souvent pour des considération d’intérêt national..

  • Le géophysicien M. Vincent Courtillot rappelle avec une précision jusqu’ici inconnue en langue française, que la variation de la température au cours des siècles, mesurée par des méthodes glaciaires ou géologiques, précède de 800 à 2000 ans la variation des concentrations de CO2. S’il y a causalité, ce ne peut être que dans le sens « variation de températures => variations du CO2 » et non l’inverse.
    Sources :
    https://www.youtube.com/watch?v=LoFfxuJIOfw la concentration de CO2 est en retard d’environ 1.000 ans sur les températures (lecture 13mn 50 et 16 mn 20)
    http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim1/rechfran/4theme/paleo/vostok.html histoire continue du climat sur quatre cycles climatiques pendant 140.000 ans, grâce à la carotte de glace de Vostok étudiée depuis 1989 !

  • l’expression démocratique a bien du mal à se faire entendre

  • Pourquoi contre personne n’évoque l’évolution du climat selon les études scientifiques sur 400.000 ans conduites d’après la carotte de Vostok qui nous apprend que le signal climatique de Vostok contient des périodes de 20 000 et 40 000 ans caractéristiques des variations de l’orbite terrestre ?
    Ceci accrédite la théorie de Milankovitch associant les modifications des climats aux changements de la course de la Terre autour du soleil.
    http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim1/rechfran/4theme/paleo/vostok.html
    Le réchauffement climatique dû à l’action humaine est tout simplement faux mais tellement bien orchestré par les médias et les politiciens que les populations seraient prises au dépourvu.
    Mais nous arrivons au terme de la période interglaciaire (réchauffement) et la période suivante sera glaciaire. Tout ça pour ça ?

    • @goufio
      votre intervention est tout a fait exacte , pertinente, et scientifiquement prouvée ;mais allez expliquer ça a des bobos socialos ecolos incultes, et bornés !

    • Le CO2 suit les réchauffements naturels MAIS le CO2 induit du réchauffement, donc quand vous en ajoutez volontairement dans l’atmosphère, vous induisez un réchauffement supplémentairement Point final, si je puis dire…

      • Bon non, on ne sait rien, que dalle, de l’effet d’un ajout marginal de CO2 dans l’atmosphère. Il n’y a que des hypothèses qui, quand elles sont modélisées, se plantent lamentablement sur les projections qu’elles génèrent.

        En science => poubelle, en écologisme => taxe et socialisme.

        • non je ne dirais pas cela, je dirais que ceux qui affirment avoir des « certitudes » ou des scénarios se foutent du monde… car ils ne peuvent pas prouver leurs dire.
          On n’a pas des outils adapté pour prédire l’évolution d’un tel système complexe..on doit faire des tas d’hypothèses tant sur l’etat initial du système que sur les mécanismes etc…
          a ce niveau ..un calcul fait avec ces hypothèses vous donne un résultat ..possible… si les hypothèses sont vraies.

          donc les modèles vous donnent des possibilités…
          mais comme vous ne savez pas si vous avez couvert toutes les hypothèses possibles..vous ne savez m^me pas si les possibles calculés recouvrent toute les possibilités..
          en clair quand vous voyez un ensemble de modèles.. vous ne pouvez pas en dire grand choses sans faire un acte de foi…

          • Ergo c’est l’action qui pose problème, en application du « principe de précaution » vénéneux on agit « au cas où » et on se plante systématiquement. Cela ne serait pas grave si cela ne concernait que le choix volontaire des bobos de rouler en hybride; c’est nettement plus grave quand il s’agit d’appauvrir une nation entière.
            F..k Gaïa et tous ses suppôts.

          • « en clair quand vous voyez un ensemble de modèles.. vous ne pouvez pas en dire grand choses sans faire un acte de foi… »

            Si on peut dire qu’aucun ne fait de prédiction exacte donc qu’ils sont tous faux et que l’hypothèse de depart (les conneries à base de Co2) sont réfutées. Mais ça c’est de la science pas de l’écologisme et ça ne compte pas trop dans les milieux autorisés (à l’ouvrir).

          • « ceux qui affirment avoir des « certitudes » ou des scénarios se foutent du monde… car ils ne peuvent pas prouver leurs dire. »
            Il n’y a qu’a attendre….
            Il est évident que personne ne peut prouver le futur, puisque inconnu à ce jour.
            Tout est question de sérieux et de confiance dans la modélisation.
            Le cerveau humain est aussi fait pour gérer l’incertitude, vous avez choisi le déni, j’ai choisi le bon sens.
            .
            De même vous ne pouvez prouver que cela n’arrivera pas.
            Pourquoi a t on systématiquement d’un coté des simulations alarmistes (climat ou club de Rome ),et en opposition aucune simulation scientifique cornucopienne mais uniquement des avis de comptoir de gens dans le déni ?

            • « vous avez choisi le déni, j’ai choisi le bon sens. »

              C’est beau une démonstration de socialo !

              Sinon tes questions montrent que « tu n’as rien compris à » / « tu ne sais pas » ce qu’est la démarche scientifique. Mais à un point que tu n’imagines pas sinon tu aurais honte d’avoir à ce point exposé ton ignorance.

              Sur la première question, « prouvez moi que cela n’existe pas », je vais t’apprendre aujourd’hui que l’on ne peut pas prouver que quelque chose n’existe pas? C’est con mais c’est comme ça. Et si quelqu’un te demande de le faire, la seule chose qu’il te reste à savoir c’est si c’est un idiot ou s’il te prend pour un idiot.

              Pour l’idée selon laquelle une théorie serait valide tant qu’il n’y a pas une autre théorie qui la contredirait, ce n’est pas comme cela que la science fonctionne, et heureusement, car cela laisse la possibilité que l’on ne sais pas encore tout sur tout. Mais là ça serait trop long à t’expliquer ici, si le sujet t’intéresse fait une recherche sur le terme épistémologie, tu vas apprendre beaucoup de chose sur le fonctionnement de la science.

              • Ca commence…
                j’ai dit « De même vous ne pouvez prouver que cela n’arrivera pas. »
                et non ce que vous élucubrez.
                La démarche scientifique c’est déjà de partir des faits sans les déformer, ce que vous ne semblez pas savoir faire. point final

                • Et tu ne comprends pas que c’est la même chose ?

                  • Pas vraiment…, On pourrait montrer avec une modélisation basée sur des connaissances scientifiques les plus objectives possibles que tout va bien se passer au niveau climat ou ressources ,MAIS IL N’Y EN A PAS, elles sont toutes alarmistes.
                    Je n’y peux rien…

                    • Et tu ne comprends pas que cela ne constitue pas une validation de celles qui ont été faites ?

                      On en revient donc au point de depart : tu n’as absolument aucune idée de ce qu’est la démarche scientifique. Et ça en revanche tu y peux quelque chose.

                    • « cela ne constitue pas une validation de celles qui ont été faites »
                      Absolument., sauf que statistiquement il n’y a aucune étude scientifique montrant que ça va bien se passer pour le climat ou les limites.
                      Je le note, c’est tout.
                      Après tu peux dire que tous les scientifiques qui travaillent dans ces domaines sont tous des c.ns.
                      Quels arguments étayés as tu à part ton agressivité ?
                      C’est bien le signe que tu es en bout de course argumentaire depuis le début.

                    • pas vraiment rappelez moi les valeurs de la sensibilité climatique..

                    • L’argument d’autorité n’est pas non plus accepté comme preuve dans le domaine scientifique.

                      L’idée ici n’est pas de discuter du RCA. J’ai seulement essayé de t’ouvrir les yeux sur la nature dogmatique de tes arguments et sur ce qu’est la demarche scientifique.

                      Pour les arguments sur le rca, lis les autres commentaires faits ici et suis les liens que les autres ont donnés. Il y a de la matière interessante si tu arrives à imaginer qu’il y a des scientifiques très respectables qui n’adhèrent pas à la théorie du RCA.

                      Je te laisse le dernier mot.

                    • @Gordon
                      Le hiatus se situe au niveau des connaissances de chacun t du degré de confiance que chacun y accorde.
                      Pour le volet démarche scientifique, ça devrait aller, merci. 😉
                      .
                      Pour le climat je me suis prononcé ici même, voir leham19 nov. 8h49
                      Ce qui ne retire rien au fait que le CO2 participe à l’effet de serre et de retire rien à ce que j’ai dit ici : leham18 nov. 9h01
                      Ce qui ne retire rien à ce que tu dis « il y a des scientifiques très respectables qui n’adhèrent pas à la théorie du RCA. », ce a quoi je souscris.
                      .
                      Ma conclusion personnelle du moment pour le volet Anthropique du RCA: je n’ai pas de certitude.
                      Après chacun gère son incertitude comme il l’entend.

                      J’ai voulu élargir les interrogations sur l’avenir de manière plus générale, sur des limites du système Terre. leham19 nov. 0h15 et leham19 nov. 8h49
                      « De toute façon problème de climat ou pas, il va bien falloir trouver un substitut au pétrole, rien que cela nécessite un transition de quelque manière que se soit. »
                      Cela concerne tout autant les gilets jaunes. Les taxes sont la face émergée de l’iceberg.
                      Dessous on a la finitude des ressources et là on peut manifesté tant qu’on veut…lol, si je puis dire.
                      Pourquoi n’a t on pas d’étude scientifique objective, hors lobbyisme donc, disant que pour l’avenir, no problem !?

            • je n’ai pas choisi le déni…
              je vois l’alternative , la catastrophe climatique éventuelle ou la catastrophe économique et humaine assurée si on veut lutter contre le réchauffement climatique.. je choisis éventualité du’ne catastrophe climatique..avec une lutte contre le rca qui implique de poser des interdictions à respecter pour un siècle..

              • donc..pas de lutte contre le rca..juste la catastrophe humaine assurée.

              • @jacques lemiere
                Je vais vous taquiner, « je choisis éventualité du’ne catastrophe climatique »
                en faisant ce choix vous le faites pour moi également. Nous sommes dans le même bateau il me semble…
                Je vous rassure vous n’êtes pas le seul a faire ce choix, toute la planète le fait, moi également puisque je roule à l’essence etc…
                On a juste pas le choix, il faudrait des mesures autoritaires (oh le gros mot!) pour induire des mesures intelligentes. marché libre = poulet sans tête guider uniquement pas la rentabilité financière du moment, aucune anticipation, aucune vision a long terme.
                Mesure du type proposée par Jancovici, la voiture à 2l au cent km pour tout le monde, gratuitement, avec doublement du prix des carburants.
                C’est indolore sur le budget des ménages, des taxes a donf pour financer une transition et payer les véhicules à 2l au cent.
                Si le tres riche veux continuer dans sa voiture à 10l au cent, il peut, ça va lui coûter 2 fois plus cher…
                Bilan : au lieu de financer les pays producteurs de pétrole, on se redonne des moyens financiers d’agir sur nos territoires en diminuant notre dépendance énergétique.
                Si ce n’est pas le RCA de toute façon se sont les limites des ressources qui toquent à la porte.

          • PS @jacques lemiere

      • Eh non, il n’y a jamais de point final en science.
        Le réchauffement climatique est la nouvelle religion, impossible à prouver, pour ou contre. Pour savoir, il faudra attendre d’être mort, comme pour toutes les religions.
        99,99% des personnes qui parlent du réchauffement climatique n’en connaissent strictement rien en dehors de ce qu’ils ont entendu sur TF1 ou lu sur 20 minutes.
        Ce qui ont étudié le problème se rendent compte que c’est seulement une théorie comme celle des cordes ou de la théière intergalactique.
        Le CO2 est l’ennemi parfait : il est invisible, inodore, n’a pas de nationalité, pas d’armée, pas de race, il peut donc être accusé de tout, on peut lui déclarer la guerre à bon compte sans craindre de représailles. C’est pour cette raison qu’il arrange les élites : les politiques peuvent demander tous les efforts de guerre pour le combattre; les médias peuvent galvaniser les foules et être les premiers défenseurs de la nation. Enfin, les scientifiques sont des hommes et des femmes comme les autres : carriéristes, sensibles aux honneurs, à l’argent, et surtout complètement dépendants des crédits des Etats.
        Leham, donnez-moi la température moyenne globale mesurée par thermomètre de la terre au 13e siècle t on discute…

        • AlfredSG parle d’or. Nous ne sommes plus dans la science, mais dans la croyance consécutive à une propagande orchestrée. Après que le communisme a eu prouvé son inanité, il a fallu trouver autre chose que le mythe égalitaire pour contrôler le peuple. « Ils » ont trouvé l’écologie planétaire…

        • Un petit bémol : pas besoin d’attendre d’être mort pour savoir. Il n’y a aucune raison que les predictions deviennent bonnes alors quelles sont fausses depuis 30 ans. Ça ne vaut pas plus que d’annoncer que la terre va s’arrêter de tourner.

    • Votre explication est exacte mais elle a un défaut rédhibitoire : elle ne rapporte pas un kopek. Alors que le lobby réchauffiste se gave de 1500 milliards de dollars… chaque année.

  • L’info a disparu depuis longtemps des chaînes de TV pour être remplacée par la propagande de l’état où de la gauche caviar en général.

    • C’est marrant parce que concernant le climat, ce n’est pas qu’en France qu’est véhiculée cette information.

      • @Leham. N’y a-t-il pas de propagande d État et de gauche caviar ailleurs qu’en France ?

      • ‘Véhiculée’, tout juste !
        C’est le seul moyen de locomotion d’une info qui ne tient pas debout…

      • leham pouvez vous nous dire ce que nous dit la théorie du rca..de façon quantitative. et surtout à titre personnel pouvez vous m’expliquer par quel miracle un ensemble de modèle est autre chose qu’un ensemble de modèle…

        la théorie du rca est que des tas de gens parfois très savants sont CONVAINCUS qu’une catastrophe est probable.. la propagande a lieu lorsque les gens essayent de nous convaincre que c’est « prouvé « par la science ..

        si vous écoutez les scientifiques et vous écoutez les médias, vous voyez la différence.

        vous voyez par exemple des tas de titre de presse ridicules du genre des chercheurs ont prouvé que dans 10 il pourrait se passer quelque chose…

        sauf que si je vous dis que j’ai prouvé que dans 187 jours il pourrait pleuvoir… vous vous foutrez de ma gueule à raison..

      • sans parler que on doit admettre le lien..taxe carburant = lutte contre le rca ..efficace… on rigole ferme..
        dans le meilleur des cas les taxes sur le carburants fianceront des hochets écologiques qui n’auront aucun effet en eux m^me..
        je m’explique construire une éolienne ne diminue en RIEN les emissions de CO2…

      • Une oligarchie internationale a pris le pouvoir sur les médias occidentaux dans leur quasi-totalité. Regardez à qui appartiennent les médias français…

  • France inter, ce matin à 8 h, a été extrêmement discrète sur le sujet: quelques paroles pour parler des blessés et du nombre de points bloqués, et une citation de De Rugy « il faut continuer la fiscalité écologique … », comme s’il ne s’était rien passé et qu’on pouvait tourner la page. Mais il est vrai que France inter est financé par une taxe (encore une) dont le montant est fixé par le gouvernement et qu’il est très rentable de jouer les carpettes.

    • @jaja84
      Bonjour,
      BFM donnait des chiffres assez bas : 280.000 « gilets jaunes » en fin de journée. J’ai trouvé ce chiffre bien bas, pour plus de 2000 points de manifestation. Le nombre de blessés (229 en fin de journée) et le rappel de la mort d’une personne, causée par une automobiliste, non manifestante.
      Des chiffres bas et une recherche de discrédit du mouvement.

  • @leham c’est normal Macron après avoir été « élu » roi de France il se rêve roi de l’ordre mondial dans une économie socialiste ? faut bien trouver l’argent quelque part.

    • Quoi qu’en disent les médias français, il a suffit à Trump de rappeler que Macron ne représentait au mieux que le quart de la France pour mettre un terme à quelque chance que ce soit qu’il aurait dans l’ordre mondial.

  • La vente des quotas de taxes carbone est un marché international bien juteux qui permet à certaines puissances d’assoir leur domination.

  • Quelle que soit la propagande, il y a quelque chose de nouveau qui transpire de ces manifestation c’est le fait que l’état est nuisible, voire l’énorme banderole sur les Champs « L’état appauvrit le peuple ».

    Aucune propagande télévisuelle, écologiste ne changera la réalité de l’oppression de la dictature d’état dans laquelle nous vivons et de l’appauvrissement qui en résulte. Les faits sont têtus.

    Maintenant, il faut arriver à expliquer à quelques idiots vus à la télé qui pensent que « vu qu’il y a trop d’état, il faut plus d’état » que ce n’est peut-être pas la bonne solution … on doit pouvoir y arriver un jour ou l’autre. Espérons seulement que le chemin ne soit pas trop chaotique.

    • Oui. Les hommes de l’Etat se comportent comme une armée d’occupation.
      Mise en coupe réglée, racket, quadrillage, flicage, monopole de l’usage des armes, censure, ..

      • @breizh06
        Bonjour,
        Pour rebondir sur votre commentaire et abonder dans votre sens :
        « Les 6 critères pour définir le totalitarisme :
        1) Une idéologie officielle à laquelle chacun est supposé adhérer au moins passivement ;
        – 2) Un parti unique avec à sa tête un homme susceptible d’être considéré comme un dictateur ;
        – 3) Un système de terreur ou de pression soit physique, soit psychique ou morale, dirigé non seulement contre les adversaires déclarés du régime mais aussi certaines fractions désignées de la population ;
        – 4) La mainmise sur les médias ;
        – 5) Le monopôle de l’utilisation des armes à feu ;
        – 6) Une direction centralisée de l’ensemble de l’économie.

        Au minimum nous sommes à 4 sur 6 avec les points 1) ; 4) ; 5) et 6).
        Pour le point 3) et la « terreur physique ou morale » avec la crainte de se avoir affublé de termes tels que « facho » « nazi » et autre « extrême droite », cadrés par le « politiquement correct » et sa « police de bien-pensants », on arriverait à 5 sur 6.
        Bon, en fait nous sommes à 5 sur 6.

      • En parlant d’armée, vous êtes bien bon. Ils ressemblent plus à une bande pillards, soudards pour certains.

  • @leham selon vous, le CO2 issu de l’activité humaine représente quel pourcentage dans le taux total de la planète ? Une goutte d’eau dans la mer ? Et ça justifie toute cette moralité et surtout toutes ces taxes soi-disant écologiques ?

    • Meilleure question : quel est le pourcentage du CO2 total dans l’atmosphère? Réponse : 0.04%
      Question subsidiaire : comment un gaz atmosphérique autant dilué peut-il jouer le moindre rôle dans un éventuel effet de serre? Réponse : pas de réponse.

      • 400 parties par million. Si les gaz composants l’atmosphère étaient répartis par couches et si l’atmosphère avait une épaisseur de 10m, le CO2 serait épais de 4 mm. Moi aussi, ça me dépasse. Mais je n’ai pas la preuve que le CO2 est sans effet, ni celle du contraire.

      • mais oui , au moyen age on a eu « la comète de Halley  » interprétée par les religieux (les fonctionnaires de l’époque) comme étant un signe d’une catastrophe annoncée par le « ciel » pour punir l’humanité de ses conduites licencieuses , et il était fortement conseillé de faire des legs au clergé afin d’acheter sa résurrection..

        Hé bien là c’est pareil, le clergé socialisant jette l’anathème sur les
        méchants citoyens ,qui ne font que polluer pour leur plaisir, et les
        engagent a faire pénitence en payant le clergé socialiste ..

        C’est bête a hurler , mais c’est bien de çà dont il s’agit

    • @RaphSud
      Concernant le CO2, des gens plus compétents que moi semblent convaincus, moi pas trop mais s’il ont raison, il est évident qu’il faut faire quelque chose de tangible.
      moralité: s’ils ont raison je ne vois pas où est le problème.En règle générale « on » ne se soucie pas assez de l’environnement*, branche sur laquelle nous sommes assis.
      Vous voyez de la moralité là où à l’inverse, je vois un manque de conscience.
      * et pour vous c’est sans doute trop…
      .
      taxes: idem, si la garantie est là qu’elle vont au bon endroit, ce qui est loin d’être le cas, je vous l’accorde dans le cas présent.
      De toute façon problème de climat ou pas, il va bien falloir trouver un substitut au pétrole, rien que cela nécessite un transition de quelque manière que se soit.

  • moraline j’avais écrit, pas moralité hein le correcteur

    • « il faut drastiquement baisser les dépenses publiques, donc moins d’aides, moins d’infrastructures. » Et si on essayait d’abord moins de fonctionnaires ? (39 jours d’arrêt maladie/an dans la fonction publique territoriale…)

      • Vous voulez dire : offrons-leur statutairement le double de congés, mais sans traitement (je parle salaire, pas médecine) 🙂 ?

  • On nous manipule.
    1) Le prix de l’essence et du gazole, en euros constants et surtout rapporté au pouvoir d’achat, est inférieur à ce qu’il a pu être dans le passé.
    2) Si on paye des taxes, c’est parce qu’il y a des dépenses publiques. Si on veut moins de taxes, il faut drastiquement baisser les dépenses publiques, donc moins d’aides, moins d’infrastructures.

    • 1. Le prix à l’unité a peut-être baissé, mais la part dans le budget a elle augmenté, pour plusieurs raisons : éloignement des centre villes (à cause des prix en hausse), changement de mode de vie (insécurité qui impose à déposer et chercher les enfants à l’école, horaires de travail, etc).
      2. « Moins d’aides », oui. Et c’est tout. Qui veut ces « aides »? Les politiques, pour se garder une population conséquente en état de dépendance et donc passible à re-voter pour. Les infrastructures se délabrent (et CP en fait état régulièrement) malgré la hausse continue des niveaux d’imposition et de taxation.

    • 1- Allez refaire le calcul en heures de travail. Dans le meilleur des cas l’immense gain de rendement des moteurs a été entièrement absorbé par la parasitocratie.
      2- Moins d’aides bidons qui cultivent la pauvreté comme l’on cultive le blé en Beauce. Pour les infrastructures, elles partent DÉJÀ en barigoule, parce que justement pas prioritaires dans les dépenses.
      Si l’on nous manipule, c’est en nous faisant croire que l’Etat nounou est une situation normale et soutenable.

    • surtout moins d’aides

    • @Chesnel
      Ce qu’a pu être le prix de l’essence et du gazole dans le passé : en effet, ça s’est appelé « choc pétrolier » et ça a bouleversé en profondeur notre société et l’économie mondiale. Ce sont des niveaux où la société occidentale ne s’en est sortie qu’au prix d’un grand pragmatisme et d’un essor incroyable pour ceux qui ne l’ont pas vécu de l’initiative et de l’innovation économique. Pas le moins du monde par des fiscalités incitatives ou punitives !
      La baisse des dépenses publiques signifie sans doute moins d’aides stupides, genre 5000€ pour remplacer une voiture qui marche sans problème, quelques millions pour faire survivre une société en faillite, des allocs pour faire des enfants, les mettre à la crèche, des salaires pour que chaque enseignant soit complété par 5 personnels auxiliaires, des centaines de k€ pour des « événements culturels », des milliards pour une organisation soviétique du système de santé (dont beaucoup ont oublié que le monde enviait celui de l’URSS aussi). Pour les infrastructures, avec la moitié de ce qui est utilisé pour construire des ronds-points poser des ralentisseurs destructeurs de suspensions, mettre des tramways et des rues piétonnes empêchant d’acheter plus que ce qu’une vieille rhumatisante peut porter, subventionner les stades des équipes professionnelles, on pourrait construire et entretenir des infrastructures commodes et efficaces, deux mots qui sont devenus aussi péjoratifs qu’ultra-libéral !
      Comment expliquez-vous que dans plein de pays à l’étranger, le citoyen paie bien moins de taxes, dispose de meilleures infrastructures, et vive mieux en ayant donc besoin de moins d’aides ?

    • Bonjour Chesnel
      Visiblement vous débarquez, venir sur CP agiter l’épouvantail de la baisse des dépenses publiques, faut le faire.
      C’est là que l’on voit le niveau de lavage de cerveau que l’état français a fait subir aux français.. et chez vous cela a été une réussite.
      On va mourir, on va manquer de cerfa. CPEF.

  • Dans ma petite commune du limousin , y avait 50 ictériques qui bloquaient avec leurs tracteurs les quatre merveilles architecturales que sont nos ronds-points…Et bin j’ai passé un merveilleux après-midi , sans bruit , sans pollution…Génial..Ils recommencent quand ils veulent..Par contre les commerçants, eux , faisaient « grave » la tête..Trois acheteurs dans un Leclerc avec une seule caisse ouverte, un Hyper super U vide de chez vide..Bon le marché local de petits producteurs a souffert aussi mais ils avaient sûrement mis du jaune pour bosser…La France est vraiment un beau pays …Petite suggestion: faites cela un dimanche…La liberté des uns s’arrête…etc etc…

    • Pas grave, le petit macaron sera plus réceptif à un coup de gueule de Leclerc ou Carrouf que d’un petit producteur.

    • voir l’impact sur la TVA , là l’etat l’a grave dans le baba

      • Je ne comprends pas votre obsession à croire d’une part que les recettes de TVA vont diminuer pour l’état sans que la vie des citoyens soient pénalisés grave, ils sont quand même privés de 100€ de biens HT chaque fois que l’état sera privé de 20€, et que d’autre part que cela conduirait l’état à prendre des mesures sensées plutôt qu’à accentuer ses mesures insensées.

    • Vous avez l’avant goût de votre monde merveilleux sans voiture. Plus de commerce pour s’approvisionner. Croisez les doigts pour ne pas avoir de troubles musculos-squelettiques.

  • 1/ elle est bien bonne celle là ! Non bien sûr il n’y a pas d’inflation et d’augmentation de prélèvements en tout genre dans certaines tranches de la population, vous êtes dans une niche fiscale, macro économiste ou hors sol (ce qui va souvent de pair)
    2/oui du moins c’est à celui qui paye de choisir son service publique et ce n’est pas a celui qui ne paye pas de choisir le service pour les autres (en favorisant les petits appels d’offre entre potes). Comme dirait hollande, c’est pas grave c’est l’état qui paye !
    Vous être trollant ?

  • Réponse à Chesnel

  • D’accord avec cela on observe mal la réalité et après on raisonne…

  • C’est bien pour ça qu’il faudrait une liste gilets jaunes aux prochaines élections européennes et municipales!

  • J’ai également été frappée par le traitement qu’à fait la Presse de la manifestation? En fait dès le matin, tout a été mis en oeuvre pour que « les sympathisants » (c’est à dire ceux qui ne faisaient pas partie du noyau dur) ne viennent pas se joindre au mouvement. Mort, blessés, violence, une poignée de gilets jaunes qui .. etc étaient le leitmotiv de presque tous les Médias. Ne vous déplacez pas braves gens …

    • Oui, ou la conductrice qui a « paniqué » face à une manifestante de 63 ans, en lui expliquant qu’elle devait absolument conduire son fils chez le médecin, en faisant vrombir deux ou trois fois son moteur et en accélérant, roulant sur elle…
      Accessoirement, si le fils était bien dans la voiture, ça lui fait un sacré fardeau pour le reste de sa vie…

  • Mathieu Chassignet n’est pas un expert c’est un militant écologiste. On ne sait pas trop d’où sort son affirmation. Donc difficile d’accorder de la crédibilité.
    Après c’est vrai que la catégorie la plus pauvre des Francais a moins de voitures que le reste de la population mais c’est pas par choix mais par manque de moyens. Or, augmenter les prix sur le diesel et l’essence privera encore plus les plus pauvres de la voiture.
    Les Francais les plus pauvres ont des problèmes pour se déplacer.
    Les Francais les plus pauvre habitent aussi plus loin de leurs lieux de travail que le reste des francais. Or, leur manque de mobilité les pénalise fortement: ils sont obligés de passer beaucoup plus de temps dans les transports que le reste des Francais.
    Les plus pauvres sont fortement pénalisés par les coûts engendrés par les voitures. Augmenter les prix du diesel et de l’essence c’est rendre encore plus difficile l’usage de la voiture pour les plus pauvres. Or, faire cela revient à fortement limiter leur mobilité et à les obliger à passer énormément de temps dans les transports.

    • réponse de macron , « achetez une nouvelle voiture.. ».
      réponse des impétrants ?
      « avec quoi? je ne peux même plus vendre la mienne, et le 15 du mois je n’ai plus un rond »
      reponse macron de rugy
       » on ne veut pas le savoir , circulez »
      devinez la suite… le pen en 2020?

      • @claude henry de chasne
        Bonjour,
         » on ne veut pas le savoir , circulez »
        – Et comment ? J’ai pas de quoi me payer la vignette colorée la plus sombre, dont le plus chère, et ma voiture est interdite en centre-ville du fait de votre obsolescence programmée de mon véhicule. »

  • Merci pour cet article qui vient conforter mon opinion d’hier :
    J’ai suivi sur LCI cette journée des gilets jaunes, une honte.
    Le Guen a volontairement sous estimé ce mouvement des gilets jaunes, disant qu’il y avait peu de monde, que Macron ne ferait rien, etc. On a ressorti les chiffres des dernières grandes manifestations dont la manif pour tous avec soi disant 340000 personnes alors que celle de mars rassemblait 1 million de personnes, tout cela pour dire que cette manifestation des gilets jaunes était minable avec 220 000 personnes sur tout le territoire. Or aux informations régionales ce n’est pas le même « son de cloche ».
    Puis Postnak, Cayrol, Veyrat Masson et Beigbeder ont discuté ensemble. Il en ressort qu’à leurs yeux, c’est ce que j’en ai conclu bien qu’ils ne l’aient pas dit clairement, tant pis pour le petit peuple qui n’a pas d’importance, Macron doit continuer sa politique, le petit peuple peut bien « crever », il sera remplacé aisément par les migrants!
    Wauquiez en a pris pour son grade, il a été aux affaires et n’a rien fait, la situation actuelle est dû aux 30 dernières années, comprenez que Macron n’y est pour rien. Il prend les bonnes mesures qui ne peuvent pas avoir d’effet immédiat, on doit attendre!
    Et comme aucun journaliste de droite n’était invité, il n’y a pas eu de débat et c’est comme cela que le lavage de cerveau s’opère. Il faut que Wauquiez, la droite réponde, elle ne peut pas rester sans réponse, c’est honteux et scandaleux ce qui s’est dit sur le plateau de LCI toute la journée.

    La machine à laver les cerveaux a marché à plein rendement sur les chaines télé en continu. C’était sans doute la volonté de Macron!

    • J’ai peur que les gilets jaunes ne se fassent avoir par tous ces gens de la France d’en haut qui les considèrent comme « des fous du roi » ou des clowns pour les distraire le dimanche. Je sens chez ces gens parisiens, médias, journalistes, politiques un tel cynisme, un tel mépris qu’ils me donnent envie de vomir, envie de me révolter contre eux.
      Mais les vendus à Macron vous expliqueront comme je l’ai entendu hier sur les plateaux TV que cela dure depuis 30 an, que ce n’est pas la faute de Macron et que Macron ne peut pas redresser la France en 18 mois, qu’il faut être patient! Et à partir de ces éléments de langage, ils vous disent que l’opposition n’a pas le droit de parler, même chose pour les syndicats. Et bien sûr il n’y a aucun opposant sur les mêmes plateaux télé pour contredire ces vendus!

      • Bonjour lapaladine,
        Le mouvement spontané des gilets jaunes est indépendant des partis et des syndicats, Il faut qu’il le reste, il fédère toutes les catégories de citoyens qui se reconnaissent dans ce racket fiscal. Castaner et Cie ont fait un bilan extrêmement précis de cette journée de mobilisation particulière, nombre de participants, personnes arrêtées, blessés, une personne décédée malheureusement renversée par une automobiliste qui a pris la fuite (parait-il?) Ils sont moins pointilleux lorsqu’il s’agit de saccages, destruction, pillages par des bandes d’extrême gauche ou jeunes de banlieues. Tout, de façon à démontrer le négatif et la dangerosité de ce mouvement se vantant avec cynisme que bon nombre de français n’est pas porté de gilet jaune ! Pour Castaner à la fatuité s’ajoute l’incompétence, il ne sens plus ses chevilles enfler. Il en est de même avec les médias qui relayent le message du gvt, la véritable info a bien disparu des chaînes TV, aucune sollicitude et compréhension vis à vis de ce mouvement qu’elle différence avec celle portée aux migrants. En tout cas, c’est révélateur de l’abîme qui sépare les élites qui nous gouvernent, nouvelle noblesse d’Etat composée d’énarques carriéristes avec hauts revenus et privilèges garantis avec la France des périphéries et des terroirs.

    • Le problème pour Macron, c’est que le jour où les gens comprennent qu’ils ont été trompés par la propagande, il n’y a plus de marche arrière possible.

    • @lapaladine
      Bonjour,
      Wauquiez, comme Mélenchon, par exemple, se sont pointés au milieu des gilets jaunes, sans en avoir enfiler un.
      Evidemment quand un micro leur a été tendu, ils n’ont pas craché sur l’occasion pour l’ouvrir.

    • Il y avait du monde partout, même en rase campagne.
      Chapeau à ces manifestants, même si le mouvement n’est pas déclaré.
      Il devait bien y avoir 200k manifestants.

    • idem j’ai regardé LCI et bfm …c’était à qui allait le mieux vendre la propagande d’Etat..entre les journaleux qui crachaient des chiffres bien en dessous et ceux qui montraient en boucle les quelques dérives , ceux qui tentaient avec leurs maigres QI de trouver une raison valable au mouvement ou ceux qui essayaient de cataloguer les gilets jaunes on a été servis..

  • à la place des taxes, une réduction drastiques des rémunérations publiques y compris dans l’audiovisuel et la suppression des avantages en nature.

    Toute rémunération publique et toute rémunération dans l’audovisuel devrait être limitée à 15000 € par mois. Les avantages en nature devraient être limités à 1000 € par mois, à charge pour son bénéficiaire de payer le complément de sa poche. C’est la condition indispensable pour ramener nos élites sur le plancher des vaches.

    • @replay0001
      Bonjour,
      Les rémunérations de l’audiovisuel, si celui-ci est privé, ne regarde personne d’autre que les salariés et les patrons.
      Dans le cas actuel, l’audio-visuel est public, très subventionné, réduire les subventions reduira les salaires, et les effectifs. Pour survivre voire prospérer, les pontes de cet audiovisuel devront garder des personnes compétentes, et s’ils veulent les garder, les rémunérer correctement. Mais là, on entre dans le monde du travail, celui des « Kapitalistes » qui réalisent des profits et qui pour ce faire, ne claquent pas leur argent dans n’importe quoi. (J’ai appris hier, que la S.N.C.F, comptait changer « sa » voix. Elle a donc fait appel à des enfants, qui n’avaient pas l’air d’avoir plus de 10 ans. La S.N.C.F a même un chef de service de la sonorité !!!??? C’est là sa prorité !!?)

      • J’ajoute que si les journalistes télé et papier, étaient taxés autant et sur la même base fiscale que le reste des français, ils seraient moins enclin à cracher sur les citoyens qui râlent contre les augmentations des impôts et autres taxes. Idem pour les sénateurs et autres députés.
        L’égalité devant l’impôt est une fumisterie pour le moins, une escroquerie plus probablement.

      • La limitations des rémunérations intéresse le citoyen contribuable ainsi que le citoyen consommateur. Il est donc logique qu’au vu des dérives actuelles, l’état limite les rémunérations privées également. à défaut l’indécence se poursuivra. La compétence existe aussi parmi les gens acceptant des salaires décents. Les salaires trop élevés me semblent plutôt révélateurs d’une forme de corruption morale de celui qui les verse et de celui qui le reçoit.

        • L’état n’a pas à s’immiscer dans les contrats privés, et à juger de ce qui est décent ou non. Si l’une des parties est prête à payer dix fois ce que vous estimez que vaut le travail offert par l’autre, c’est son affaire et son risque. En revanche, si l’état conditionne certaines aides (je reprends l’exemple de la subvention de plusieurs M€ pour construire un stade de foot) à certaines pratiques dans la société aidée, c’est OK.

        • La corruption morale, c’est de lorgner sur le portefeuille du voisin, c’est même un des péchés capitaux.
          Moi je préfère la luxure ;).

    • Il faut supprimer le statut des journalistes? Juppé s’y était attaqué, souvenez vous de la grève des journalistes en 1995, Nicolas Sarkozy n’avait pas voulu le rétablir d’où la fronde contre lui qui s’en suivit… hollande l’a rétablit en septembre 2012.
      Depuis les journalistes servent le pouvoir de gauche !!!

  • Vous dites n’importe quoi, les medias n’ont pas discrédité les gilets jaunes puisque ce sont eux, radio, TV, publics, privés, qui ont FAIT les gilets jaunes. Depuis la première pétitions ils n’ont pas arrêté de faire du matraquage médiatique sur les gilets jaunes et le 17 novembre.

    • Avec le même raisonnement, ce sont les médias qui on FAIT Macron et le gouvernement, et même l’opposition indigente que nous avons en France.

  • Bien entendu, les médias continuent à être à la botte de Macron, peut être que les Journalistes ont été menacés. Comme pour l’élection de 2017, ça a marché, alors, on continue à enfumer les Français. Mais cette foi ci, ce ne sont pas des revendications de certaines corporations mais un mouvement qui part du peuple toutes pensées politiques confondues. Si Macron ne le comprend pas, ça va chauffer pour lui et il sera obligé de faire plus que d’annuler l’augmentation du carburant prévue pour le 1er janvier. Le ministère de l’intérieur annonce 280 000 participants pour 2500 points de rassemblement, ce qui fait une moyenne de 112 par point, une fumisterie. Ils n’ont pas regardé les masses humaines dans certaines villes. Dommage qu’il n’y ait pas eu de possibilité de savoir le chiffre exact qui est certainement beaucoup plus important.

    • Normalement, dans un pays libre, ce seraient les médias qui organiseraient un comptage objectif et exhaustif. Conclusion : nous ne sommes pas dans un pays libre.

  • Excellente analyse.
    Ces médias, laquais du gouvernement, ont bien joué en relayant les racontars de leur chef.
    Ces propos dénigrants ne sont dus qu’à deux choses : en premier, la panique de ce soulèvement massif spontané et son « absence » de chef insaisissable pour le sanctionner ; en second, les gilets jaunes rejetant les syndicats (quel affront pour les cocos !), montrant ainsi le courroux d’un peuple révolté par l’excès d’impôts et l’arrogance élyséenne. Face à ce mouvement, le grand désarroi de nos politicards c’est l’exclusion des syndicats… les syndicats ne pouvant être « apaisés » par de nouvelles subventions, on promet alors dans l’affolement des « chèques-cadeaux » à Dieu vat pour tenter de calmer le jeu.
    Quant à « l’entrave à la circulation », encore un blabla d’enfumage et d’hypocrisie soulignant le souci de notre « bien être ». Jamais ce scrupule n’est mentionné lors des manifs organisées par les syndicats, jamais non plus les blessés (graves ou non) occasionnés par les casseurs n’ont été fustigées… à croire qu’ils étaient payés pour cela.

  • De quel droit des gens s’installent-ils à un endroit et empêchent-ils les autres citoyens de circuler ? Faire des opérations escargots ou laisser passer des automobilistes au compte-goutte, admettons, mais bloquer complètement non. Et c’est ce qui est arrivé à l’endroit où la dame est décédée : si le point avait été filtrant et non bloquant, cet accident ne serait pas arrivé. S’il avait été filtrant et non bloquant, les gilets jaunes ne se serait pas excités sur la voiture, et la conductrice n’aurait pas enfoncé l’accélérateur. En tous cas, elle seule s’est retrouvée en garde à vue, alors que ce point de blocage n’avait pas été déclaré. Comme d’habitude en France, un mort n’est jamais responsable de ses actes. Une autre vidéo très intéressante : un médecin qui explique qu’il est attendu par un malade, il demande combien de temps l’attente va durer et le gilet jaune lui répond, avec un petit sourire « je ne sais pas, quelques heures… ou la journée ».

  • Donc blocage et non filtrage. Et aucune attention portée à ceux qu’on bloque. Comme hier soir sur l’A8, blocage total jusque tard dans la nuit ! Et on s’étonne que certains pètent un câble ! Qui sont ces gens pour décréter que ceux qui sont comme eux (rappelons-le) n’ont pas le droit d’avoir des obligations ! Bloquez des préfectures, des commissariats, l’aéroport du Bourget (celui du Président), l’Elysée, Matignon, mais pour vos voisins faites juste des ralentissements ! Et rappelez-vous que ces taxes n’ont qu’un but : maintenir le train de vie de l’Etat, alors luttez pour faire réduire les dépenses et demander que l’Etat ne s’occupe que du régalien.

  • Appauvrir les pauvres en taxant le CO2 afin détruire le nucléaire qui est le seul à ne pas en produire, et alors qu’il est d’une sureté totale prouvée en France par 3000 ans d’expérience continue sans 1 seul mort. Et d’une qualité écologique exemplaire très supérieure aux éolien et solaire très polluants, très chers et très inefficaces, le tout prouvé par les Allemands qui nous envoient l’hiver, sans que Macron exige la moindre indemnisation, leur pollution charbonnière et gazeuse qui plait tant à Paris où l’on cultive le chauffage au fuel le taxant ! Ceci pour le plaisir de supprimer des milliers d’emplois très qualifiés dans la région de Fessenheim qui s’y oppose sans être écoutée. Faut-il ajouter que cette ruineuse folie escrolgique, est non seulement destructrice de surfaces considérables de l’environnement, comme en Californie. Mais oblige de plus à construire en doublure et en-même-temps que les installations ENR, autant d’installations thermiques classiques très polluantes et fonctionnant la quasi-totalité de l’année, pour éviter la rupture dramatique et inévitable du réseau européen !ès que surviennent plusieurs jours sans vent, ni soleil, surtout l’hiver? Ces triples dépenses de construction, destruction, dites « durables » sont à multiplier par trois, compte tenu précisément de leur a durée de vie 3 à 4 fois moindre que le nucléaire. Pour un courant six fois plus cher. Faut- il accepter cette escroquerie sans se révolter, ou se résigner dès aujourd’hui à traverser la Méditerranée pour migrer vers une l’Afrique développée d’urgence par les Chinois afin de soutenir leur propre économie complétement dépolluée et nucléarisée.
    Mais au fond Macron a-t-il d’autre moyen d’être intéressant autrement qu’en nous faisant très peur et sa Brigitte autrement qu’en s’habillant de prêts totalement gratuits et de très longue durée chez le plus grand couturier philanthrope.
    Chacun fait ce qu’il peut dans la vie
    .

  • Ne fréquentant ni la TV, ni la radio, ni la presse papier, je ne suis nullement influencé par ces media; en revanche ici, temple du libéralisme, je suis tout de même surpris que personne ne s’offusque de voir les « gilets jaunes » s’en prendre à la liberté de circuler. A croire qu’emmerder des otages qui ne vous ont rien fait est une façon normale de protester contre le pillage imposé à tous par Bercy&Co.
    Et en plus, alors que déjà nul n’a plus le droit de se défendre contre un agresseur, il semble qu’on n’ait même plus le droit de fuir une meute en fureur!
    De la sauvagerie en réunion comme argument politique valide? Le niveau baisse ici.

    • Je n’ai pas vu de meute en fureur. La fureur, éventuellement légitime, etait surtout le fait d’automobilistes bloqués il me semble.

      Sur la liberté de circuler la remarque est bonne mais je n’arrive pas à ne pas me réjouir de voir un mouvement contre les taxes prendre forme et être assez largement soutenu par la population.

      • Voilà, comme on n’a pas le courage de s’attaquer au fisc on passe ses nerfs sur ses congénères, ça soulage.
        Et ici on s’en réjouit.

        • « Voilà, comme on n’a pas le courage de s’attaquer au fisc on passe ses nerfs sur ses congénères, ça soulage. »

          La forme n’est pas idéale mais elle a le mérite d’exister et je suis persuadé que d’autres formes de résistance vont se créer (plus dans le sens de la voie décrite par H16 dans un de ses articles). En attendant, ça bouge ce qui est la condition minimale pour que ça change même si la direction est incertaine.

          « Et ici on s’en réjouit. »

          « on a du mal à ne pas s’en réjouir », c’est un peu plus nuancé 🙂

        • Il n’y avait pas que des excités. Ceux-ci étaient une minorité. Il y avait des barrages filtrants, plus ou moins durs par instant, mais filtrants.

          Et il y a les GPS pour contourner.

  • Ce qui me fait bien rire aussi (rire jaune, c’est de rigueur semble t’il) c’est l’idée que la transition écologique viendra de l’Etat. Mais quelle fumisterie. Depuis quand ces abrutis sont ils capables de faire avancer la science et l’innovation? Sérieusement?

  • la dernière journée sans voiture à Paris d’après les expert , à baisser de 25 % la pollution .Donc il restait encore 75 % à diminuer , et là c’est le silence complet !!!!
    Quand a cette Presse subventionné et ces journalistes qui profitent d’une niche fiscale sur leur revenu , ils ne vont pas couper la main qui leur donne ces privilèges…Malheur a celui qui critique le pouvoir en place !!!
    nous citoyens nous avons un droit de vote ,
    et c’est un devoir de leur supprimer , leurs privileges et leur statuts .. ils vivent sur le dos du peuple , d’ailleurs ils s’en foutent du peuple sauf pour être élu !!! Virons ces sangsues…demain au boulot !!! aux suivants !! OSONS !!!!…

    • « la dernière journée sans voiture à Paris d’après les expert , à baisser de 25 % la pollution .Donc il restait encore 75 % à diminuer , et là c’est le silence complet »
      Et encore, on a « pris soin » de faire la journée sans voiture à un moment où les chauffages n’avaient pas redémarré. Autrement, ce pourcentage aurait été très faible…

    • droit de vote quelle blague…les gens qui n’en peuvent plus s’abstiennent ou votent extrême..les journaleux et les bobos vont voter Macron et ça suffira à le faire élire..il a bon dos votre argument.

  • Leur sophisme m’agace.
    Les véhicules consomment moins depuis 70 et l’essence à un coût plus élevé dans certains pays.
    Peut ‘on me rappeler le prix de l’immobilier dans ces pays !?!?

    • La trajectoire de la taxe carbone fera de nous le champion du prix de l’essence dans un an ou deux…
      Et si vous comparez avec les années 70, il faut rappeler qu’en euros constants, le prix des carburants a au moins doublé (et encore en prenant le prix post crise 73).

  • bizarre le parc de l’Etat est constitué presque exclusivement de véhicules diesel…

  • Ils veulent vraiment transformer ça en Province vs Paris ou quoi ?

  • Gilets jaunes et mensonges, bobards, « Fake news » …
    « Lorsqu’un parti rétrograde ment,
    Il se retrouve toujours et plus que jamais
    dans sa vérité. »
    Michel Bakounine dans le journal « La Liberté » le 5 août 1872

    Ce soir, une sommité de ceux qui fouillent nos âmes et nos viscères, un politologue éminent, ancien vice-président de la SOFRES, légion d’honneur 1998, frère de l’ancien PDG (Philippe Jaffré) d’ELF, actuel président du CECOP (Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique), habitué des plateaux TV, au-dessus même des « consultants », véritable archange de la vérité, j’ai nommé Monsieur Jérôme Jaffré, vient de se rendre coupable d’un mensonge éhonté pour un homme de sa spécialité sur une chaîne de grande écoute.
    Présent sur le plateau de David Pujadas sur LCI ce 19 novembre et, répondant à l’assertion d’un « gilet jaune » du Vaucluse affirmant que Macron n’avait même pas été élu avec 50 % des électeurs, ce Jaffré, tout auréolé de son autorité, lui répondit sans fard « qu’il y avait eu 80% de participations à l’élection d’ Emmanuel Macron » sous entendant qu’il était parfaitement légitime.
    Personne sur le plateau ne reprit la voix de son maître, pas plus Thomas Legrand (spécialiste politique et éditorialiste de France Inter) que Rokaya Diallo (ordinairement pointilleuse), ni même ce perdreau de l’année qu’est Pujadas…
    Pourtant. Un petit rafraîchissement de mémoire et de faits s’impose.
    L’ors du second tour des présidentielles de 2017 le taux des abstentions est de 25.44% !
    Le taux des votes blanc et nuls est de 11.47 % ( Ce qui est un record absolu pour toute la cinquième république et dont la moyenne se situe à moins de 5.5%).
    Le résultat effectif de Macron est de 66.1% (pour 20.7 millions de voix), celui de Le Pen est de 33.9% (pour 10.6 millions de voix), le total des abstentions et votes blancs est de 16.1 millions de voix.
    Ce qui revient à dire que Macron a été élu avec 43.63 % des voix et Le Pen battue avec 22.38 % des voix !
    Notez bien que c’est la plus mauvaise élection d’un Président après Georges Pompidou déjà mal élu.
    Tout cela pour dire que ce « gilet jaune » ne mentait pas et que notre spécialiste, non repris par les pro de l’info, a délibérément livrer un bobard, une « fake news » du même calibre que celles que Donald Trump lâche à l’encan, sauf qu’avec lui on le sait mais qu’avec nos costardisés il faut en permanence veiller au grain.
    A quand un droit de réparation exigible à ces gougnafiers et menteurs patentés ?
    Mais ce n’est pas tout en matière de petits mensonges entre coquins.
    Le gouvernement se vante régulièrement d’avoir augmenté le « Net » sur la fiche de paie, tout en ayant préalablement augmenté la CSG (qui n’est rien d’autre qu’un impôt) de 1.7 point. La vérité est qu’il détourne de la tontine sociale réservée aux caisses sociales (famille, santé et retraite) vers une consommation immédiate qui laissera à terme les caisses de solidarités et de prévoyances collectives, issues du Conseil National de la Résistance, sans moyens et sans réserves. Il fait financer cet impôt qu’est la CSG par l’illusion d’une augmentation du salaire net momentané. En vérité, les salaires viennent d’être diminués, puisque les salaires bruts expriment du salaire différé et socialisé, garanties d’une solidarité sociale et qu’en en transférant une partie pour financer l’augmentation de la CSG, impôt pur, on affaibli la capacité solidaire entre générations.
    Le plus extraordinaire est que les journalistes présentent, graphiques après graphiques, ces mesures comme bonnes pour la population et surtout bonne pour le business. Ils ne diront jamais qu’après une petite décennie de ce régime très anglo-saxon il faudra que les petits français adhèrent à des assurances privées pour faire face et que leurs solidarités sociales seront réduites à une peau de chagrin et un beau souvenir.
    Si les journalistes ont des doutes sur leur réputation et l’estime que leur rendent leurs concitoyens, qu’ils ne s’étonnent pas, et si d’aventure ils sont malmenés, il ne tient qu’à eux de pourrir la vie des menteurs et de rétablir les faits tels que connus de tous ceux qui ne se laissent pas embobiner.
    Bruno Menguy

  • Pirouettes macroniennes sur fond de gilet jaune
    « Tous les arts ont produit des merveilles, celui de gouverner n’a produit que des monstres »
    Louis Saint-Just 1793

    Jusqu’alors (été 2018) Emmanuel Macron adoptait l’attitude condescendante des dirigeants paternalistes qui sermonnent le peuple comme autant d’enfants.
    Dernièrement, le ton a changé, d’affaire Benhala en démission de ministres, d’absence de résultats sur le front du chômage en boulettes verbales, le Chef de l’Etat, réalisant une forme d’ingouvernabilité de la société, propose un autre profil de sa rhétorique polymorphe.
    De l’image d’un parent sévère et narquois il nous propose la figure d’un enfant capricieux et facétieux, se rêvant quelque peu « enfant-roi ».
    Ses derniers numéros médiatiques, sa nouvelle danse du ventre, consiste à faire entendre à des parents grincheux (le peuple transmué), que leur enfant, leur créature (Macron Président), les aime profondément, comme un bon fils, qu’il a fait quelques petites bêtises, qu’il regrette, mais contre lesquelles « il ne pouvait rien » car elles l’on surpris lui-même. Dorénavant il sera un bon garçon, il rapportera des bonnes notes de l’école du gouvernement à la maison.
    Cette inhabituelle posture d’un gouvernant, convoque une posture psychologique inconfortable pour des parents : la peur d’une déprime de leur rejeton, la peur d’une fugue vers l’inconnu, la peur de perspectives encore plus douloureuse qu’une simple fâcherie, l’angoisse d’une irréalisation de leurs espoirs dans leur procréation.
    D’ailleurs ce fils, source d’inquiétudes, ne manque pas, entre deux repentirs, d’agiter le spectre d’une aggravation de la situation : menaces politiques de l’intérieur via les « populismes », menaces écologiques qui justifient des choix pénibles, menace de guerre du fait des « ennemis du progrès » au plan européen.
    Mais comme tout chenapan qui échappe à la vigilance entière de ses parents affairés, il tait et continu de prélever régulièrement un petit billet dans le porte-monnaie familial (taxes ici taxes là), il subtilise quelques objets du patrimoine familial qu’il revend au marché noir (vente de fleurons industriels, d’aéroports), il pille le garde-manger en cachette (diminution des cotisations sociales qui fragilisent la pérennité des caisses de solidarités sociales), il vend son vélo en douce, en le déclarant volé pour en obtenir un neuf, il perd volontairement son portable pour obtenir le dernier modèle en véritable génie de l’obsolescence volontaire.
    Comme ça ne suffit pas à ce gredin, il tance ces parents aux conduites dangereuses, pour leur goût pour le tabac, l’alcool, les stupéfiants, la bagnole et la vitesse et, sans les accuser de paresse, suspecte leur manque de courage et leur nonchalance, héritage certain et pernicieux des « trente glorieuses ». C’est ainsi que tout un peuple est pris à ses propres contradictions et plus ou moins honteux accepte son sort dont il serait le seul artisan.
    Cette entourloupe, cette cabriole macronienne, ce « en même temps » janussien qui manie la baguette et la carotte achève de rendre dingues et démunis ces parents qui dans la figure du peuple, s’accrochent à de faux problèmes, à une peccadille, à une goutte d’eau dans un océan de problèmes.
    Le mouvement dit des « gilets jaunes » comme l’image inversée du « mouvement des places » dit vouloir prendre les grands chemins, s’emparer de la route, essaimer, se disséminer, être partout et nulle part à la fois. Cette expression de l’ingouvernabilité, cette ubiquité sans interlocuteurs, cette répétition presque à l’infini, d’un « même », d’un « commun » protestataire qui n’a pas encore trouvé sa formulation définitive ni intermédiaire, est en soi un casse-tête pour les gouvernants.
    L’apparence d’un grand malentendu déjoue la stratégie managériale habituelle de désamorçage des conflits sociaux par le triptyque : dialogue/ consultation/collaboration/, la négociation demeurant un pis-aller.
    Le minimalisme originaire de cette protestation fusionnelle inquiète autant qu’il ouvre toute perspective dans l’incertitude qui le caractérise. Cette faiblesse est même sa force contre toute évidente récupération ou instrumentalisation politique. L’absence de porteparolat préserve le mouvement d’un abîmement dans les tractations catégorielles ou de bouts de comptoirs. Phénomène connu et mis en œuvre dans certaines usines en grève en 1968, l’absence de délégués ou de revendications clairement arrêtées conduisit çà et là le patronat à faire des offres jusqu’à ce que l’Assemblée générale des travailleurs grévistes vote la reprise du travail en ayant obtenu de substantielles améliorations de leurs conditions.
    La rivière n’est pas encore sortie de son lit et on ne sait pas non plus ce que ce mouvement porte dans son sac de récriminations, mais nul doute que ce ne sont pas les seules augmentations promises du prix à la pompe qui originent ce mouvement. Même le « ras-le-bol fiscal » évoqué le plus souvent par des droitiers et des libéraux ne peut à lui seul expliquer cette jacquerie qui s’ignore encore : minima sociaux indigents, retraites de misère, loyers exorbitants, salaires bloqués ou stagnants et inflation sur les denrées et services vivriers dissimulée par l’INSEE, enmisération des enfants du peuple lors de leurs études, pillage des anciens dans des maisons de retraites voraces, tout cela cohabitant avec l’explosion des hauts revenus, des fortunes accumulées sans mérites ni utilité, l’exubérance de l’argent sans borne de sportifs, artistes ou autres héritiers qui disqualifient dans la conscience collective l’idée d’une corrélation entre effort et confort.
    Non, rien n’est écrit et ce ne sont pas l’irrationalité et le deux poids deux mesures des gouvernants, qui pourront éteindre l’incompréhension qui vient de saisir le grand nombre : des TVA qui ne s’appliquent pas sur les transports très polluants et très CSP+ tels l’aviation et les paquebots de croisières, l’engouement pour les super porte-containers qui traversent tous les océans pour le business qui tuent les emplois et savoir-faire locaux en polluant comme des dizaines de millions de véhicules, la négligence ou le mépris du ferroutage, l’incapacité d’exiger des industriels des véhicules réellement moins polluants, moins puissants, moins énergivores, la non-volonté d’améliorer le parc automobile existant sans provoquer ou devancer une obsolescence programmée si critiquée ordinairement et effectivement gaspilleuse.
    Ce que ne semble pas comprendre ce Président qui a osé ce rêve en public : « que tous les jeunes aspirent à devenir milliardaires ! », c’est que les deux, trois, quatre ou même cinq milles €uros « offerts » à la reconversion et l’achat d’un nouveau véhicule neuf ou moins polluant, sera, via l’impôt, détourné de la poche de tous vers celle de ceux qui n’en ont pas besoin ou sont en capacité de sortir les quinze, vingt ou trente milles €uros nécessaires pour s’équiper de tels véhicules. Les plus modestes verront l’argent passé sous leur nez et seront progressivement dépossédés de leur capacité de mobilité.
    Toute l’énergie du gouvernement pour les prochains jours va consister à tenter de phagocyter la grogne en la découpant en tranches pour se trouver des interlocuteurs au travers des corporations, transporteurs routiers, taxis, infirmiers libéraux, ambulanciers, chefs d’entreprises, et pourquoi pas des syndicats. Certes il y aura reculade gouvernementale en lâchant plus que prévu mais ce sera jugé préférable à un mouvement susceptible d’aboutir à des cahiers de doléances de tristes mémoires pour les gouvernants.
    Ces derniers ont beau jeu aujourd’hui (malgré leur gène) de dénoncer l’absence de structuration de ce mouvement pour mieux le disqualifier, mais il est possible qu’ils redoutent encore plus son éventuelle structuration qui en ferait un mouvement de masse inédit, horizontal et pourquoi pas fédéraliste, soit un cauchemar pour le pouvoir mais aussi pour les machines politiques.
    Les récentes déclarations du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur, entre propositions de camelots et menaces régaliennes ne sont pas de nature à changer la donne, elles prennent même le risque d’exacerber les ressentiments. La tactique du triumvirat Macron/Philippe /Castaner façon « good cop bad cop » souffre d’insincérité et, c’est pire, de malveillance, que ceux qui s’engagent, malgré les doutes et les peurs auront à cœur de défier et de dépasser.
    Journalistes bon teints et commentateurs bien-pensants, tous ligués pour soutenir le gouvernement et dénoncer l’irresponsabilité du mouvement des « gilets jaunes » n’ont d’autres arguments que la question de l’avenir.
    Mais n’est-il pas déjà là le grand malentendu, le décalage profond entre ces promesses, cet avenir meilleur perpétuellement annoncé, quand tout le monde pense au présent ?
    En se situant dans la contemporanéité de ses émotions et de ses revendications la foule échappe aux bateleurs de l’avenir radieux. Les élites lui sont étrangères, les « corps intermédiaires », syndicats, partis, associations, sont, sinon ignorés, du moins convoqués à se faire discrets et à ne pas salir la lutte. C’est dire la défiance qui règne. L’explosivité, l’instabilité, voire la susceptibilité de ce mouvement inquiète jusqu’aux agitateurs patentés, qui n’osent ni la surenchère ni ne se départissent de leur propre défiance ordinaire et atavique du peuple.
    Le slogan « pour un autre futur » est dépassé et l’on parle plus exactement d’un « autre présent » où la rupture temporelle ne fait plus obstacle ni à l’action ni à l’immédiateté du résultat.
    La promesse est disqualifiée, elle ne fonctionne plus, le présent la submerge et se dispense de toute médiation, de toute représentation. Cette approche authentiquement anti-intellectualiste, contre les « têtes débordantes de cervelles » ne va pas fatalement contre l’intelligence pour peu qu’on ne l’enferme pas dans ses contradictions mais qu’on veuille en espérer et tirer le meilleur pour ses intentions civiques et positives.
    La légitimité n’est plus questionnée quand le peuple, largement, se mobilise ; le peuple est la seule source et l’aboutissement de toute légitimité quand il a la connaissance de sa diversité et qu’aucune de celle-ci n’induit aucune inégalité. Le peuple ne se questionne pas comme éventualité démocratique il en est la seule source.
    Le danger qui guette aujourd’hui c’est que notre gauche, la seule réelle, pas celle qui avec François Hollande, Manuel Valls et autres Strauss-Kahn s’est roulée dans les fanges de l’étatisme et du capitalisme, ne comprenne pas une colère sincère et collective exprimée par ce mouvement éruptif des « gilets jaunes ». Le snobisme habituel des anarchistes, le culte de la manipulation par les héritiers du trotskisme, la paranoïa habituelle et partidaire des communistes, l’évidence dirigeante des socialistes comme point central et d’autres travers individuels qui se surajoutent, sont, de longue date, des impossibilités anthropologiques pour faire évoluer l’humanité.
    Personne ne connait l’avenir et pour ceux qui se préoccupent de la justice, de la démocratie réelle, de la liberté et de leurs chances en les défendant, il faut investir ces lieux ou espaces « gilets jaunes » pour ne pas les laisser aux mains des faschos. Il faut s’y présenter en toute simplicité et investir la conscience collective de tous ces comités pour endiguer les pulsions sordides du fascisme, il faut, si on en est capable, défendre un autre avenir réellement démocratique..
    Bruno Menguy le 16 novembre 2018

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
talktv
0
Sauvegarder cet article

Il est un pays d'Europe où l'information télévisée échappe encore à une théâtralisation du débat politique inspirée des États-Unis. Ce pays n'est pas la France, où les professionnels au franc-parler, les commentateurs et les milliardaires en quête d'influence médiatique n'ont rien à envier à ceux de CNN, Fox News ou MSNBC.

Non, c'est bien au Royaume-Uni que la résistance aux news à l'américaine reste la plus forte. Un Britannique qui viendrait aux nouvelles après un sommeil de 40 ans trouverait (une fois le maniement de la télécommande... Poursuivre la lecture

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN -47e Session nationale Armement - Économie de défense-. Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national aux éditions Deccopman].

Le Monde : « La confrontation nucléaire, un scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie ». Le Figaro ... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles