La réforme des retraites a-t-elle du plomb dans l’aile ?

Avec l’état d’urgence, quel est le devenir d’une réforme présentée comme emblématique du quinquennat macronien ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Grandmas by Becky Striepe(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réforme des retraites a-t-elle du plomb dans l’aile ?

Publié le 16 mai 2020
- A +

Par Thierry Benne.
Un article de l’Iref-Europe

En ces temps de pandémie, l’actualité médiatique est évidemment accaparée par la progression plus ou moins rapide du virus et par des discussions et des débats à perte de vue sur la pertinence des moyens mis en œuvre, alors que les scientifiques eux-mêmes étalent devant le peuple ébahi des divisions qui ne tiennent pas toutes à l’art médical.

Or il s’agit, dans un premier temps, de maîtriser l’expansion de cette pandémie qui n’est plus la grippette annoncée, avant de parvenir à faire changer de camp le confinement en l’appliquant de plus en plus au virus et de moins en moins à la population.

Pourtant la Terre continue à tourner et, même si trop de retraités tant en EHPAD qu’à l’hôpital ou en ville ont déjà payé et continuent à payer un tribut extrêmement lourd à la pandémie, ceux qui ont eu la chance d’échapper au mal ou d’en guérir auront peut-être porté attention à de récentes annonces officielles.

Elles ont laissé dans un premier temps entrevoir une suspension de la réforme des retraites en cours, avant dans un second temps de ne plus exclure sous condition son abandon pur et simple.

Certes le pouvoir avait laissé courir la fable selon laquelle la future réforme ne concernait en rien les retraités actuels. Mais pour ne citer qu’un seul exemple, alors que les retraités avaient réussi à arracher ici ou là un ou deux postes d’administrateur dans les Caisses de retraite les plus accueillantes, la réforme les chassait sans exception du Conseil d’Administration de la future CNRU.

Les futurs retraités comme les retraités actuels peuvent donc légitimement se demander ce qu’il va advenir d’une réforme qui avait réussi à enchaîner les grèves et les manifestations, tant elle avait été mal préparée, tant elle se révélait confuse, injuste et coûteuse.

Arrachée à la hussarde en première lecture par la mise en œuvre de l’article 49-3 de la Constitution, elle avait été transmise pour examen le 8 mars au Sénat, avant que les mesures d’exception décidées en urgence huit jours plus tard ne provoquent de fait sa suspension. La question est désormais de savoir quel est le devenir d’une réforme présentée comme emblématique du quinquennat macronien.

Dès son allocution du 16 mars, le président de la République avait déjà indiqué que les réformes en cours se trouvaient immédiatement suspendues, les priorités du pays se situant désormais ailleurs. Pourtant, on pouvait alors s’interroger sur l’issue de cet atermoiement en se demandant s’il pencherait du côté du report ou de l’abandon.

Pressé par l’opposition, Gilles Le Gendre, le chef du groupe majoritaire à l’Assemblée Nationale, confirmait dans un entretien au JDD du 12 avril – sans que cette annonce ne fasse jusqu’à ce jour l’objet d’aucun recadrage – que c’était bien l’avenir même de la réforme qui se trouvait désormais en question.

En effet sa poursuite serait désormais subordonnée à la condition qu’elle ne menace pas « le pacte républicain », dont la Nation a absolument besoin pour affronter tous les problèmes sanitaires, économiques et financiers de l’après-virus.

Autant dire, quand on a vu la foire d’empoigne à laquelle ont donné lieu les derniers affrontements à l’Assemblée nationale, quand on a observé les oppositions frontales qui ont mobilisé vent debout l’ensemble des professions libérales, quand on a suivi les réactions qui ont ponctué la mise en jeu de l’article 49-3, que le début de discussion de la réforme n’a pas laissé que des bons souvenirs à une opposition systématiquement écartée de tout véritable débat et à des syndicats déchirés par leurs divisions.

Dans ces conditions et sauf profond remaniement d’un projet confus, mal ficelé, financièrement évasif et qui a réussi à devenir en quelques mois le plus grand diviseur commun de tous les Français, on ne voit vraiment pas comment l’exécutif pourrait s’y prendre pour transformer brusquement cette réforme si conflictuelle en réforme consensuelle.

Il est donc fort peu probable que la condition d’unité nationale mise à la poursuite de la réforme ne soit jamais satisfaite. Alors surtout que les sujets de division et d’affrontement ne manqueront pas, lorsqu’après avoir clos la période où l’on rase gratis (indemnités, primes, subventions, prêts etc.), on en viendra à se soucier du financement définitif de toutes ces mesures et de leur répercussion sur le pouvoir d’achat des Français dans une économie durablement en pleine récession.

On nous a aussi savamment expliqué qu’il fallait savoir dans les temps de crise renoncer aux projets conçus pour des périodes plus sereines. On s’aperçoit bien que cet abandon des projets de loi en cours pour cause de pandémie fournirait au pouvoir une porte de sortie honorable pour une réforme qu’il a fort mal engagée et qui, même menée à terme, risquerait au final d’encourir sur plusieurs points les foudres du Conseil constitutionnel, tant le principe d’égalité et quelques autres s’y trouvent souvent mis à mal.

Le Président gagnerait sans doute à ce renoncement une fin de mandat plus sereine, en évitant qu’une sorte de fronde « têtue » ne vienne durablement perturber dans la rue et ailleurs la remise au travail et la relance du pays.

Ce n’est pas pour autant qu’on ne puisse sauver en les détachant de la réforme les quelques innovations qui ont séduit les Français : notamment le minimum de pension pour tous, l’unification par le haut des conditions de la réversion et une définition plus objective et plus réaliste de la pénibilité pour qu’elle couvre tous les métiers vraiment pénibles et non pas seuls ceux que les partenaires sociaux ont décidé de mettre en avant.

Ces quelques améliorations relativement peu coûteuses gommeraient quelque peu le sentiment d’échec dû à l’abandon du projet initial, tout en montrant aux Français qu’on a su tenir compte des quelques rares mesures qu’ils avaient quasiment plébiscitées.

Ensuite, bien plus tard, une fois les équilibres fondamentaux rétablis, il sera sans doute possible de remettre l’ouvrage sur le métier :

  • en partant d’une véritable concertation ouvrant la voie à de vraies négociations,
  • en évitant soigneusement toute provocation et tout passage en force,
  • en conduisant à temps une étude d’impact plurielle, préalable et sérieuse,
  • en segmentant la réforme entre les 5 grands régimes existants (fonctions publiques civiles, fonction publique militaire, autres régimes publics subventionnés, salariés de droit privé et indépendants),
  • en organisant et en imposant à chacun des trois régimes publics (promus juridiquement et comptablement autonomes) le retour progressif à l’équilibre à une échéance raisonnable,
  • et surtout en intégrant progressivement la capitalisation dans le système pour le rendre plus juste, plus pérenne et plus contributif pour les retraités.

Bref, en s’y prenant de manière radicalement opposée à la méthode sournoise et autoritaire qui a été privilégiée et dont on a vu 30 mois après qu’elle menait droit à l’échec.

Nous ne manquerons pas de revenir sur ce sujet, parce que nous savons que, par-delà la pandémie, notre système de retraite ne pourra longtemps encore demeurer en l’état, quand tous ses régimes publics ne cessent de solliciter de plus en plus un contribuable au bord de l’asphyxie et qui n’en peut mais.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • La reforme des retraites qui devait etre le reflet exact d’une carrière, 1 euro cotisé= 0,50 €
    a été infectée par des mesures « sociales » qui consiste a se servir des cotisations des travailleurs pour servir une retraite a tout le monde , y compris a ceux qui n’ont jamais cotisé! comme pour la sécurité sociale!

    a partir de l’instant ou on abandonne le lien cotisants===>> bénéficiaires ou on accorde des « points gratuits » aux mères de familles , et aux fonctionnaires (oui l’etat n’abonde pas les cotisations , Donc les points donnés aux fonctionnaires ne sont pas le reflet de leur carrière mais un don du budget général annuel…) le gouvernement A embauche a tour de bras sachant que c’est le gouvernement X 60 ans plus tard qui se démerdera!
    Ainsi les retraites des fonctionnaires seront payées directement par les impots de leurs enfants indépendamment de ce qu’ils ont pu cotiser..
    On voit la la dérive syndicalo-administrative qui nous prend encore pour des quiches.. Donc la reforme des retraites c’est comme toutes les reformes macron , beaucoup de bruit et au final rien.. on a deja vu la reforme du travail!
    La seule efficacité des gouvernements ecolo socialiste se fait au niveau fiscal! alors là ils sont imbattables!
    je vous prédis une grande surprise avec l’impôt « coronamaximus »! si la gestion de la crise sanitaire a été nullissime la gestion fiscale elle va etre nette , rapide , sans bavure je vous promet un feu d’artifice ! une efficacité sans pareille somme pour le prelevement a la source une merveille technologique! quand il s’agit de prendre du pognon on a l’administration la plus efficace du monde! elle fait rêver les autres chefs d’etat!

  • Ce sera impossible d’imposer cette réforme au moment où beaucoup de gens vont subir les conséquences de celle de l’assurance chômage, conçue poyr éviter les abus. Sauf qu’avec la crise qui s’annonce, ce sera moins facile de justifier cette réforme en disant qu’il n’y a qu’à traverser la rue pour trouver du travail…

    • comme je l’ai expliqué plus haut , cette reforme est une « Non reforme » dont la seule utilité était de calculer la retraite des services publics sur la totalité de la carrière au lieu des 6 derniers mois!
      on a vu a quelle vitesse elle a tété coulée! par administration syndicalisée

  • Covid19 vient de resoudre le problème de retraite de 27000 personnes.

    • La retraite est un problème pour ceux qui la financent, pas vraiment pour ceux qui cessent d’en bénéficier. 27000 de moins à financer aujourd’hui, et combien de plus à payer pour les personnels de santé ? Même si ces derniers l’auront bien mérité, le bilan final est probablement loin d’être positif.

  • Si l’on prend en compte que la France est le pays ou l’on commence à travailler le plus tard ,où l’on s’arrête le plus tôt ,où entre les deux on ne travaille pas suffisamment ,où les retraites sont les plus élevées et versées parmi les plus longtemps et que l’on a arrêté une économie déjà fragile pendant 2 mois pour éviter une hécatombe chez ces mêmes retraités du fait des insuffisances criantes de notre système de santé malgré des prélèvements aussi les plus élevés , une solution s’impose rapidement quoiqu’en dise les gros moustachus!

  • Quand on voit les révoltes que suscitent les moindres timides simili-pseudo-réformettes qui ne touchent à presque rien (ISF, SNCF, retraites), on imagine le cataclysme que produirait une once de libéralisme dans ce pays infantile.

  • Si la réforme est abandonnée, le coronavirus aura donc eu au moins une conséquence favorable. A noter au passage que la « pénibilité », que l’auteur de l’article soutient, est une mauvaise idée, même si ses intentions sont louables. Parce qu’il est impossible d’évaluer correctement la pénibilité d’un travail, et que d’autre part cela entraîne la mise en place d’une usine à gaz qui va coûter très cher à gérer et qui a toutes les chances de finir en eau de boudin. Si la « justice sociale » coûte trop cher, il faut voir s’il n’y a pas un autre moyen de parvenir au même résultat. Ici, il faut porter l’effort sur les conditions de travail et les salaires.

  • « une fois les équilibres fondamentaux rétablis » : ils ne l’ont jamais été !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Décembre 2019. Vous vous souvenez ? On ne parlait pas encore de Covid-19 et encore moins d’inflation, de prix de l’énergie et de guerre en Ukraine, mais le pays était déjà au bord de la crise de nerfs, encore une fois dans la rue, encore une fois dans le rapport de force syndical, les blocages, les TGV à l’arrêt et les vitrines cassées, pour s’opposer de toutes ses forces à la retraite universelle à points annoncée par Emmanuel Macron dans son premier programme électoral.

 

Ah, la France et son précieux modèle social !

Du d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles