Insécurité en France : comment la politique a aggravé la situation

Ne nous ne trompons pas, l’insécurité a été organisée de longue date par les hommes politiques. Les Français en subissent aujourd’hui les conséquences. Relisons Bertrand Lemmenicier qui nous a quittés il y a quelques mois.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Insécurité en France : comment la politique a aggravé la situation

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 août 2020
- A +

Par Bertrand Lemennicier.

Pour mémoire, nous pouvons remonter au regroupement familial, à la tolérance de la bigamie pour préserver les rites musulmans, à la prolongation de la scolarité obligatoire jusque 16 ans qui met à la rue 20 à 30 % des écoliers se spécialisant dans le commerce clandestin de la drogue.

À cela ajoutons le développement des logements de type HLM gérés à la manière collectiviste, et l’obligation pour les fonctions publique et hospitalière de recruter 6 % de handicapés ; ces politiques sont le produit d’une partie de l’opinion publique qui a imposé sa croyance aux Français par la force de la loi.

Conséquence : un policier handicapé a été converti à l’islam par un imam sous le coup d’une expulsion suspendue en 2015. Il continue à exercer son entreprise de conversion des musulmans infidèles et des mécréants à la cause qu’il soutient.

Prohibition étatique

La violence qui règne dans les banlieues parisiennes et l’insécurité en France est le produit du commerce clandestin de la drogue : au lieu de légaliser cette activité commerciale l’État a raréfié l’offre et prohibé sa consommation.

Ce même État a ensuite laissé entrer en France quelque huit millions de migrants : il a empêché une grande partie d’entre eux de s’intégrer socialement par le travail. Le SMIC, les charges sociales, rendent inemployables ceux qui n’ont pas encore acquis, ou ne le peuvent, une productivité égale à leur coût pour un employeur. Cette législation prétendument sociale exclut les plus faibles du marché du travail, marginalise des groupes entiers tels que les jeunes, les vieux et les immigrants. Face à cette calamité, c’est toujours l’État qui a enfermé les immigrés chômeurs dans les ghettos des HLM et des banlieues où ils vivent dans la dépendance permanente aux aumônes publiques.

Cette tendance socialiste de l’opinion publique infuse dans tous les médias, et incite la police à ne pas accomplir sa mission. On ne peut pas y faire carrière sans le soutien de l’employeur, et en l’occurrence, dans le domaine de la sécurité, il s’agit de l’État. Ce monopole dans l’offre de protection accroît l’insécurité en France des citoyens. La composition de l’État étant déterminée par les élections, cette force politique a détenu le pouvoir assez longtemps pour transférer ses croyances dans la loi et les réglementations au détriment des autres Français.

La violence des banlieues, création étatique

C’est l’État qui a créé la violence des banlieues qui commence à pénétrer nos villes. Il l’a créée en excluant des populations entières de toute intégration basée sur la division du travail dans un réseau d’échanges volontaires.

C’est l’État qui seul dispose des moyens d’éradication de la violence, et qui a refusé de les utiliser, aux dépens des individus paisibles, des passants qui doivent supporter l’augmentation de cette violence.

Tout cela pour conforter les mandarins de l’État dans leurs illusions, cette lâcheté des hommes politiques qui ne font pas le choix entre le communautarisme et l’intégration traditionnelle.

Nous rappelons au lecteur l’excellente conférence de Jorg Guido Hülsmann à Dax le 21 décembre 2002 sous le titre de Liberté et sécurité dont nous empruntons  quelques arguments. Depuis 1981, rien de nouveau sous le soleil, sauf l’aggravation du phénomène dans cette guerre non déclarée des djihadistes contre le reste de la population.

 

Article initialement publié en octobre 2019

Voir les commentaires (78)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (78)
  • La vrai lâcheté c’est le traitement inapproprié de l’islam fondamentaliste..et de par le fait d’imposer l’importation de l’islam aux français qui n’en veulent pas!
    Les socialistes internationalistes plus le systeme de la relance de la croissance par la demande de la consommation payée par le contribuable!
    voila la vraie association de malfaiteurs les politiques de gauche + les affairistes de la distribution..
    si vous ne me croyez pas faisons un referendum , et vous verrez..
    a terme vous aurez le Kosovo , en france , vous verrez

    • Depuis le 11 septembre 2001, j’ai la certitude – mais qui va le mettre en place – que la France et le monde libre ne commencera à se redresser qu’avec l’interdiction de la pratique de l’islam dans notre pays. Ni plus ni moins.
      Il ne s’agira ps de chasser de nos territoires ceux qui sont venus y chercher une vie meilleure après être nés musulmans, mais inciter tous ceux qui ne peuvent se passer de ces croyances sectaires, à les pratiquer ailleurs.

      • Pierre MICHON : Une secte spécialisée dans le meurtre de ses adversaires doit évidemment être éliminée, et au niveau mondial.
        Reste un problème, de taille : c’est elle qui détient le pétrole.

      • Oui ils ont fait la guerre avec nous, mais vous « oubliez » qu’ils ont aussi fait la guerre contre nous, comment un Pied-Noir peut dire des choses pareilles?????????,

    • Vous faites une analyse objective de la situation; les français commencent à peine à prendre conscience des conséquences d’une islamisation de plus en plus ostentatoire s’amplifiant et se radicalisant!

    • @claude oui et on ne peut s’empêcher de se questionner : en admettant l’argument (discutable mais souvent présenté) que nous avons besoin de main d’oeuvre étrangère pour prospérer, pourquoi ne prend-on pas les haïtien dont le pays est un chaos récurrent et émigrent, qui parlent français et anglais, ont souvent un très bon niveau d’étude sont chrétien et ont montré leur bonne intégration ?? mais non .. le choix est autre, pourquoi ? allez faire la sortie de certaines ambassades donne une réponse .

  • Vous liez l’ insécurité en partie au trafic de drogue, ok, mais pas à sa consommation. Si je m’ en réfère à l’ alcool au volant, l’ insécurité n’ est pas liée à son interdiction mais bien à sa consommation ( excessive). Bref, légaliser le cannabis est une fausse bonne idée, d’ autant plus qu’ il s’ est durablement installée toute une culture autour du pétard. D’ ailleurs, personne ne le dit mais nos gentils et courtois terroristes sont généralement complètement défoncés. En résumé, l’ état se satisfait de tous les opiums pour tenir le bon peuple d’ ici et d’ ailleurs.

    • le probleme c’est que l’interdiction du cannabis favorise le trafic..
      peut on dire que la justice permet de juguler le trafic?
      la consommation?
      la reponse est non..
      Combien coute la judiciarisation de la prohibition du cannabis? combien coûtent les détenus a 150 euros/jour..?

      pour faire court la dépénalisation du cannabis permettrait des rentrées fiscales alors que l’interdiction nous coute un bras.. sans résultats

      • La prohibition ne sert en effet à rien, comme la plupart des prohibitions… à rien d’autre que générer des effets pervers. Comme le marché noir et l’absence de recettes fiscale, la production de mauvaise qualité qui est un danger pire que le produit lui même, la constitution de mafias et son lot de délinquances associées et un coût de traitement sécuritaire exorbitant.
        C’est d’autant plus regrettable pour un produit à la base moins dangereux que l’alcool.

          • Ce qui rend le produit dangereux n’est pas le produit en lui même mais la quantité absorbée.

            • Et le fait que le cannabis est de plus en plus une plante trafiquée pour en augmenter massivement les effets. Légalisons mais autorisons les employeurs à licencier les drogués.

        • Les choses ayant une tendance naturelle à aller où elles doivent, même si cela prend du temps, la vente de drogues se légalisera un jour ou l’autre.
          Si les mafias qui en vivent se retourneront forcément vers d’autres trafics, ce ne pourra économiquement plus être le fait du plus grand nombre et ce sera tout un pan de notre jeunesse qui, ne trouvant plus d’exutoires à une existence oisive même si risquée, devra se mettre, avec le même enthousiasme à apprendre un vrai métier.

    • Défoncés les terroristes ? Certes mais pas au cannabis. Un mythe a circulé : ils étaient défoncés au captagon (amphétamines), surnommé alors la drogue du djihadiste. Mais au moins pour ceux dont on a pu réaliser l’autopsie, on sait que c’est faux.
      Alors défoncés ? Certes, mais à un trace qui ne laisse pas de trace dans le sang… La haine !

      • Le captagon est très utilisé au moyen-orient mais il n’est peu voir pas du tout consommé en occident, là ou on fait des autopsies des terroristes.

    • un truc qui ne laisse

  • L’article comporte quelques imprécisions, voire contrevérités.
    Les HLM et « grands ensembles » ne sont pas une conséquence de l’absence de travail fournis aux immigrés. Ces logements ont été construits justement pour accueillir les immigrés à qui on a offert du travail (première génération).
    La date de 1981 n’est évidemment pas donnée au hasard, mais elle n’a rien à voir avec la choucroute : le regroupement familial est antérieur (sous Giscard) et le terrorisme islamiste en France est bien postérieur et très certainement exogène (révolution iranienne, guerre civile algérienne, rôle des monarchies du golfe, etc).
    L’article comporte heureusement deux vérités : le rôle du marché noir de la drogue comme outil financier du terrorisme (mais pas que) et l’aveuglement lâche de l’Etat vis à vis de l’essor de l’islam politique et du terrorisme à sa marge extrême (15 ans entre les voiles de Creil et la loi de 2004). Hélas, de ce côté là, rien ne progresse : la guéguerre contre la drogue continue de plus belle en tapant plus fort sur le consommateur, et l’affaire toute récente de la dame voilée dans une instance regionale révèle la cacophonie intellectuelle toujours vivace de l’Etat sur la question de l’islam politique.

    • il faut interdire le foulard islamique, comme en Egypte ou en Tunisie.. c’est facile non?

      • Ça n’est pas forcément le foulard qui est en cause. Ma maman en portait un pour être chic dans sa jeunesse pour conduire sa décapotable. Ce qui dérange c’est l’idée qui est véhiculée par cette action. Il ne s’agit ici pas d’un article esthétique ou de mode. Il s’agit ici de montrer une appartenance à un groupe, une ethnie et d’être fière de le revendiquer. Cela pourrait être perçu pour une agression ou un acte de provocation. Nous pourrions imaginer d’aller dans un de leur lieu de culte accompagné de notre femme en bikini. N’y verraient-ils pas une provocation ? En France, historiquement nous avançons à visage découvert. Une société de confiance où dès rapports humains peuvent se tisser facilement. Cela favorise beaucoup de choses au quotidien. Aujourd’hui je vois autant de barrières que de foulards. Il y a clairement un message qui nous est adressé. Les médias et la politique nous refusent de le remarquer. Pourtant nous sommes bien en guerre. Pas nous, non, mais eux certainement.

        • Le f oulard , le carre chanel , et la decapotable, c’est bien un signe d’appartenance a une communauté . En fait chacun pratique le foulard islamique a sa façon…moi je suis plutot anti babouche et djellaba….

          • Oui ! Exactement ! Lorsque l’on veut afficher une différence c’est bien pour être vu ? Sauf que dans l’histoire il s’agit de la France (riche) d’hier contre une France de provocation d’aujourd’hui. Une France malade et pauvre qui n’arrive plus à assimiler la différence. L’on ne peut plus se permettre d’être « différent » alors même que la politique et les médias passent leurs temps à nous formater. Par conséquent une partie de la population est formatée alors qu’une autre partie se protège dans un autre paradigme. Pour dire les choses simplement l’on nous dépossède de nos moyens physiques et intellectuels alors qu’au contraire un autre groupe affute ses armes. Vous comprenez le problème comme ça ?

      • C’est trop facile et contre productif pour un etat ayant un amour limité pour le peuple et démesuré pour le pouvoir

    • Je suis d’accord avec votre propos, mais de grâce, laissez la Choucroute en dehors de ces histoires…

      Hopplà
      Elsass frei

      • Je viens d’en manger bien arrosée de bière et de moutarde. Je pourrais en manger sans fin. C’est un des rares plats où je peux manger autant d’ailleurs !

  • Assez d’accord avec cet article sauf sur deux points:
    – La légalisation des drogues ne résoudrait pas le problème: le trafic se déporterait sur d’autres produits, des substances plus nocives.
    – ce n’est pas l’État qui a enfermé les immigrés chômeurs dans les ghettos des HLM et des banlieues: au début, la population était mélangée, mais les Français sont partis dès qu’ils ont pu à cause du mode de vie des étrangers qui les gênait. Certains étrangers qui ont accédé à une situation sociale qui leur permettait de partir ont d’ailleurs fait de même.

    La lecture des socialistes (qui ont toujours besoin de défavorisés à défendre) est d’incriminer la pauvreté. Or ce n’est pas cela qui est en cause, mais les modes de vie. C’est d’ailleurs une injure faite aux familles immigrées pauvres qui font ce qu’elles peuvent pour s’intégrer.

    • Curieusement je connais des étrangers d’origines latines (Espagne, Portugal, Italie). Il s’agit de gens travailleurs et très gentils. Ils respectent les autres et sont ouverts au dialogue. J’ai rencontré aussi des Africains (et Africaines) qui étaient catho qui étaient super gentils. Je sais aujourd’hui qu’il y a des populations étrangères qui refusent de s’intégrer. Qui continuent à parler leur langue et à appliquer leur religion bien que cela soit incompatible avec le pays qui les héberge. Cela crée donc une injustice vis à vis de la loi. En donnant ainsi dans la faiblesse pour les uns (étrangers) et en massacrant les autres l’on fabrique un climat de haine et de jalousie. On oppose des blocs et surtout l’on vole aux uns pour donner aux autres. Je vois de plus en plus de voilées dans des gros 4*4 Mercedes et autour des Français qui roulent en Dacia. Pour moi cela représente bien la société Française d’aujourd’hui.

      • Selon mon regard, la différence est uniquement ?) religieuse : soit l’étranger est sans religion ou chrétien, et il s’intègre parfaitement, soit il est musulman et là, 2 situations : soit il est assez courageux et/ou éduqué pour construire sa vie et s’adapter à la culture française, soit il est feignasse, voit les feignasses rouler en gros 4×4 grâce à l’argent de la drogue ou des récriminations, et il s’installe dans ce « confort » en accusant la « société » de ses propres choix. Et bien sûr, renforce la visibilité de sa soi-disant croyance musulmane, que s’il était encore au pays, il ne respecterait pas avec autant d’acharnement…

    • « La légalisation des drogues ne résoudrait pas le problème: le trafic se déporterait sur d’autres produits, des substances plus nocives. »

      Comme le tabac ou l’alcool ? Ah zut, c’est déjà autorisé…

  • Il faudrait remonter avant. A l’époque de l’interdiction des drogues. Époque qui correspond à la volonté de construire l’homme nouveau. Époque ou les idées germes sur le climat et la pollution. Époque où la politique se transforme du serviteur à l’esclavagiste. En plus de cet article qui focalise sur les populations d’ethnies « différentes » et non solvables dans la République il est important de montrer l’impact de la politique sur la transformation de l’homme nouveau. Un mouton corvéable qui ferme sa gueule et paye des impôts et des taxes sans réfléchir. Un mouton qui baisse les yeux devant des ethnies plus fortes et cruelles. Un mouton qui laisse ses femmes et ses enfants se faire violer ou agresser sans rien faire. Nous touchons aujourd’hui aux limites de ce système car de l’auto au métro il n’y a pas un instant où l’on ne ressent pas une agression. Vivre en insécurité permanente a des effets toxiques et dommageables pour les individus. Ils compensent avec des drogues (légales du médecin) ou illégales de la cité. Cela reste un symptôme d’une maladie profonde sous évaluée. Encore une fois nos énarques ne peuvent pas savoir. Plus c’est pire et plus ils s’enferment dans leur paradis doré. Il faudra donc se préparer à se défendre soi même contre l’Etat et les ethnies différentes qui sont protégées par la pensée unique. Pour ne pas disparaître totalement dans l’homme nouveau qui est une sorte de blob mou inutile.

    • Si vous ne l’avez pas encore fait, Nobilis, lisez « La Grève » d’Ayn Rand.
      Pour voir comment les étatistes enferment dans tous les sens du terme et avec une pléthore de lois, les citoyens dans tellement de contraintes, qu’ils n’ont plus ni le temps ni le courage de se révolter.
      La seule révolution possible, c’est de nous débarrasser de ce carcan, ce qu’Ayn Rand avait bien titré  » Atlas se débarrasse de ce qui pèse sur ses épaules », que ne redit pas le titre en français (encore pour moi un « sabotage » de cette œuvre ) heureusement remarquablement traduite.

  • Bravo et Merci Bertrand Lemennicier pour ce nouveau « coup de gueule » iconoclaste.
    Bien sur que j’adhère à tout ce que vous relevez sauf pour le titre au passé ! Car encore aujourd’hui si ce n’est plus encore, la politique aggrave la situation.
    Mais entre nous, avez vous encore l’impression d’être entendu ? Pourquoi ne pas mettre votre intelligence libérale d' »émérite » à rechercher comment faire passer ce message au plus grand nombre avec les moyens actuels et contre toute la désinformation étatique.

  • … Et si sœur Marie Joseph de l’Immaculée Conception, ci-devant enseignante dans une école catho. s’était pointée (avec sa coiffe) à cette réunion qu’est-ce qui se serait passé ?

    • Elle ne l’a pas fait, point.

    • Votre remarque est du niveau du serre-tête de Taché. A propos de serre-tête, vous en avez un qui vous comprime le cerveau et nuit à votre capacité de réflexion.
      Voile islamique – les bonnes soeurs ont une coiffe –> donc c’est pareil, grosse rigolade, haha et tout ces idiots qui refusent le voile islamique!

    • ne pas confondre l’uniforme clérical avec le voile ostentatoire dont on parle.

    • Les terroristes ne crient pas « Au Nom du Christ-Roi ! » que je sache.
      Et les bonnes sœurs avaient fait un vœu qui leur imposait l’uniforme pour signifier leur mission, comme les militaires, les gendarmes, les pompiers ou les facteurs, en somme.

    • Elle s’eut adapté dans la mesure où elle eut eu un cerveaux!

    • @PeP une sœur est une nonne, sa tenue est son uniforme. Mais elle le retire si on le lui demande !
      Ce n’est pas le cas de la musulmane, dont il faut encore et toucher rappeler que le voile n’est pas religieux mais politique, car non imposé par l’islam. Et elle ne le retirera absolument jamais, mieux vaut un esclandre, elle provoquera même cet esclandre. Normal, puisque ce voile est purement politique.
      Vous êtes à l’Islam ce que les collaborateurs ont été au nazisme (et inutile de me parler de point Godwin, ce n’en est pas un puisque c’est exactement la même situation. Je suis en vacances en Normandie, sur les traces du Débarquement, et les similitudes entre nos collabo de 1939-1940 et les actuels sont impressionnants.)

  • On en revient toujours à l’islam, une idéologie totalitaire qui ne peut s’intégrer dans notre civilisation occidentale basée sur la liberté.

    • La liberté en France ?! Je dirais plutôt qu’il existe deux aquariums qui cohabitent. L’un avec des poissons blancs qui bouffent du porc et du fromage, l’autre avec des poissons gris qui fument du hakik. (Même si fumer dans l’eau reste sportif). Entre les deux il y a des vitres. Vous les cassez et c’est la mort pour l’ensemble des poissons. Ceux ci étouffants alors de trop d’air et de liberté !

    • Il suffit de lire le Coran, de regarder la vie de Mahomet, et d’entendre ce qui se prêche dans les mosquées. Le Jihad est un pilier de l’islam, il consiste à imposer par tous les moyens l’islam. Tout est permis pour cela: la guerre, la menace, le mensonge, la tromperie, le meurtre, le viol, l’enlèvement, etc.

      Les musulmans pratiquants vont mentir aux non-musulmans en leur faisant croire qu’ils veulent simplement la liberté de pratiquer leur religion, et en même temps, ils prêchent dans les mosquées que c’est une stratégie pour imposer l’islam.

      En réalité, il y a des persécutions religieuses dans tous les pays musulmans, et des troubles graves dans tous les pays qui ont une forte communauté musulmane (Yougoslavie, Inde / Pakistan, Indonésie, Liban, Israël, Syrie, etc..).

      Si nous ne prenons pas des mesures pour freiner l’islamisation, c’est ce qui nous attend. Cela a déjà commencé et cela ne va qu’empirer. D’ailleurs à propos d’empirer, l’empire byzantin se croyait au-dessus de cela, c’est aujourd’hui la Turquie d’Erdogan…

  • Tantôt je pensais écrire un commentaire soulignant la qualité grandissante des articles de Contrepoints, laissant un peu de côté le climato-scepticisme. Et puis je lis cet article… nan mais…
    Quel rapport entre handicap et terrorisme ??? Handicap et islam ? Handicap et volonté de l’Etat d’imposer quoi que ce soit ???
    Je suis actuellement en stage dans un ETA, établissement de travail adapté, qui fournit un emploi (subventionné) à des personnes porteuses d’un handicap léger, ou en résinsertion, ou connaissant des problèmes de santé particuliers. 350 travailleurs payés partiellement avec les sous de l’Etat (donc les sous des citoyens) mais aussi et surtout payés par des entreprises privées qui font appel à eux (mise en lot de boite de conserve, mise en carton, travaux d’ateliers manuels, etc…) 350 personnes pour qui le monde du travail s’adapte et leur offre une chance d’avoir un salaire, une dignité, s’intègre socialement par le travail (les mots de l’auteur). 350 personnes aux parcours et aux vies parfois compliquées par leur situation physiques ou mentales qui crèveraient dehors et possiblement se livreraient à des activités malhonnêtes pour survivre. Bref l’auteur est une personne ******* et *****.
    Pour la polygamie, il a eu tolérance jusque 1993 (ça date hein), et l’article 433-20 du Code pénal une personne polygame, c’est-à-dire mariée à plusieurs individus en même temps, encoure 45 000 € d’amende et jusqu’à un an de prison ferme.

    • Sur le dernier pount, non seulement la loi n’est pas appliquée, mais la polygamie est subventionnée par la Sécurité Sociale!
      J’ai travaillé dans un centre des impôts, vous n’imaginez pas les déclarations avec 25 ou 30 gosses. Peu nombreuses en proportion, mais quand même…

      • Au passage, cela me fait penser qu’avec la nouvelle « multiparentalité » et les dons de sperme, il va être difficile de continuer à interdire la polygamie…

        • Ne confondez pas polygamie et polyginie svp.
          (tiens, tant que je vous tiens : merci de m’avoir fait découvrir le média RT. Ca apporte un éclairage différent sur certaines questions. Bien sûr, je suis prudent et conscient des biais propre à ce média d’origine russe. (tout comme j’essaye de l’être avec tous les autres médias)

          • Je ne sais pas pourquoi, mais maintenant, à n’importe lequel de vos commentaires, c’est -1. Avant même de le lire.

          • @ Luther
            N’oubliez jamais que les Russes sont des spécialistes de la propagande et de la falsification, héritées de l’URSS.

      • C’est pourtant hors la loi et il serait facile d’y mettre fin. Monsieur nous ne prenons en compte qu’un seul foyer ! POINT !

    • Les Traoré avec 4 femmes n’ont eu aucun problème à cause de leur polygamie puisque l’état et la justice ferment les yeux lorsque ce sont des musulmans!

  • « au lieu de légaliser cette activité commerciale » et voila , vous venez de perdre votre crédibilité …

  • Les HLM n’ont pas été construits pour ‘’les immigrés ‘Ils on été construits en premier lieu parce qu’il y avait pénuries de logements dans les villes pour les ouvriers …ma famille et beaucoup d’autres étaient très heureux d’habiter dans ces logements neufs. Petits détails salle d’eau (pas une salle de bain) chauffage collectif, eau chaude, eau froide, sanitaire dans le logement (pas collectif sur le pallier) …Il n’y avait pas de dégradations, de tags !
    Puis les rapatriés sont arrivés après la guerre d’Algérie, eux même remplacés par les immigrés qui ont suivit, là les Français ont commencé à quitter les cités. Ce n’est pas l’État qui a ‘’créé ghettos ‘ils ce sont développés petit-à-petit.
    Petit rappel :
    Extrait du discours du Député Jean-Marie Le Pen à la tribune de l’Assemblée Nationale, le 29 janvier 1958:
    « J’affirme, que dans la religion musulmane rien ne s’oppose, au point de vue moral, à faire du croyant ou du pratiquant musulman un citoyen français complet. Bien au contraire. Sur l’essentiel, ses préceptes sont les mêmes que ceux de la religion chrétienne, fondement de la civilisation occidentale. D’autre part, je ne crois pas qu’il existe plus de race algérienne qu’il n’existe de race française. Il y a une collectivité que les us et coutumes ancestraux séparent à la fois du monde moderne et de la collectivité d’origine métropolitaine. Aux musulmans, offrons l’entrée et l’intégration dans une France dynamique, dans une France conquérante. Au lieu de leur dire comme nous le faisons maintenant : « Vous nous coûtez très cher, vous êtes un fardeau, disons leur : nous avons besoin de vous. Vous êtes la jeunesse de la nation.  »
    En 1956, lors des événements de Suez, M. Le Pen, qui était à l’époque lieutenant en Algérie, a fait partie du corps expéditionnaire envoyé en Egypte par le gouvernement « socialiste ». C’est lui qui, au moment d’enterrer les corps des musulmans tués, a eu l’idée et a donné l’ordre à ses soldats de tourner les sépultures vers La Mecque afin de respecter les traditions musulmanes.
    En 1958, pendant les événements d’Algérie, M. Le Pen a été le premier à présenter à Paris la candidature d’un musulman à une élection législative partielle, celle de Ahmed Djebbour.
    Si le général De Gaulle l’avait écouté, combien seraient-ils aujourd’hui ?
    été extraits du Journal Officiel du mardi 28 et mercredi 29 janvier 1958, relatant les propos tenus lors de débats dans l’hémicycle de l’assemblée nationale par M. Le Pen

    • Après la guerre à cause des destructions de celle-ci, il y avait des bidonvilles autour de Paris et des grandes villes. L’abbé Pierre protestant et les aidant. d’où la construction des HLM.

  • C’est par lâcheté et peur de l’embrasement des cités que on ne fait rien c’est à dire on dénonce verbalement mais les actes ne suivent pas!!!
    L’Islam politique conquiert des territoires jour après jouir dans lesquels seules les lois de la Charia et de l’Islam s’appliquent. Et nos politiques regardent ailleurs.
    Nous assistons à une guerre civile qui ne dit pas son nom.

  • L’Etat serait donc aussi coupable de ne pas avoir converti tous les français a L’islam, ce qui aurait résolu tous les problèmes, si on on poursuit le raisonnement de l’auteur sur la drogue.

    • Votre analogie ne tient pas. Personne n’oblige personne à consommer de la drogue. Dans une société libérale, on doit juste pouvoir le faire, sans risque pénal, si on en a envie.

  • Le Sujet, la nature du problème, c’est une idéologie totalitaire prônant la mort des mécréants qui s’appelle l’Islam. Le laisser faire face a des gens qui tuent par Idéal, le 11 septembre , le Bataclan, Nice, La gare Saint Charles, est une lâcheté qui est aussi criminel, contre la France et les français.

  • 1) On ne dit plus délinquance mais refus de l’autorité. Maintenant qu’on a trouvé un nom politiquement correct, on fait quoi ?

    2) On a maintenant – en vue d’aménager le boulot de dans 2 ans du randonneur – un gouvernement de pompiers pyromanes. Ca se déplace beaucoup (en hélico), ça cause, ça donne des coups de menton et c’est même pas vraiment qualifié pour la tâche de pompier (il n’y a que dans la tâche de pyromanes qu’ils sont vraiment compétents).

  • Raisonnement impeccable. Sauf sur un point qui laisse penser au lecteur distrait que les racines du mal remontent à 1981 (et donc au PS) et pas avant…
    Je me permets donc de rappeler que le regroupement familial c’est sous Giscard et la loi contre les drogues sous Pompidou (vous savez celui qui préconisait d’arrêter d’emm… les Français).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Héros en 2015 suite aux attentats terroristes, zéros depuis 2019 avec les manifestations des Gilets jaunes, depuis 7 ans la police fait le yoyo dans le cœur des Français. Journées décalées, rappels à répétition pendant les jours de congés, désordres dans le commandement, lieux de travail vétustes, moyens matériels inadaptés, absence de soutien de la hiérarchie, le malaise de la police est palpable. Pourtant la sécurité publique, avec l’affaire dite « des piqures » est au cœur de la population.

Le phénomène des piqûres en soirée, toujou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles