Les fonctionnaires gagnent 10 % de plus que les salariés du privé

Avec 5 millions de fonctionnaires bien payés et soumis à de faibles exigences de rentabilité d’un côté, et 16 millions de salariés du privé pressurés par la concurrence de l’autre, le paysage social français paraît porteur de dangereux déséquilibres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Allégorie de la justice (Crédits : Scott, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les fonctionnaires gagnent 10 % de plus que les salariés du privé

Publié le 21 janvier 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Les fonctionnaires gagnent 10% de plus que les salariés du privé
Allégorie de la justice (Crédits : Scott, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Les fonctionnaires sont décidément les privilégiés du régime. Comme le montre l’étude de l’INSEE sur le salaire moyen en France en 2014, les fonctionnaires gagnent en moyenne 2000 euros de plus par an que les salariés du privé, qui ont une rémunération de 19 400 euros. Ce chiffre a le mérite de replacer le débat sur les effectifs de la fonction publique dans son contexte global : celui d’un retour à un lissage satisfaisant entre avantages du secteur public et contraintes du secteur privé.

Le salaire des fonctionnaires augmente davantage que celui du privé

L’INSEE a bien cherché à noyer ces éléments à la fin de son étude pour les rendre les plus indolores possible. Ils sont implacables : les fonctionnaires sont mieux payés et davantage augmentés que les salariés du privé, n’en déplaise à ces mêmes fonctionnaires qui invoquent régulièrement une dégradation de leur pouvoir d’achat.

Ainsi, en 2014, le salaire des fonctionnaires a augmenté de 1 %, quand les salaires du privé augmentaient de 0,6 %. Le quinquennat de François Hollande se traduira donc, in fine, par un accroissement des privilèges des fonctionnaires, dont le temps de travail n’est pas compté (et très souvent inférieur à 35 heures), et dont les revenus de remplacement au départ à la retraite sont plus élevés que les retraites du secteur privé.

Beaucoup mieux payés que les salariés du privé

Globalement, la situation salariale des fonctionnaires paraît donc extrêmement favorable, toutes catégories confondues. Avec 5 millions de fonctionnaires bien payés et soumis à de faibles exigences de rentabilité d’un côté, et 16 millions de salariés du privé pressurés par la concurrence de l’autre, le paysage social français paraît porteur de dangereux déséquilibres dont le coût politique n’est pas sans incidence. Ces ruptures d’égalité entre les différents segments de la population nourrissent des sentiments de frustration qui font le jeu des populismes et des extrêmes.

Ces frustrations sont forcément accrues lorsque le débat politique tourne autour de la restauration du « service public », dont les contours se confondent de plus en plus souvent avec les intérêts personnels des fonctionnaires eux-mêmes. Cette donnée mériterait d’être attentivement étudiée à l’approche de l’élection présidentielle…

Sur le web

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • il faut surtout arrêter de donner le statut de fonctionnaire à tout le monde.
    ce dernier permet d’éviter les remaniements excessifs de certains postes administratifs à chaque changement de majorité.
    Il est parfaitement inutile pour les professeurs, les hospitaliers, ou encore, le balayeur de la cour de la mairie.
    En fait, le statut de fonctionnaire devrait être très rare ou même ne plus exister (comme ils ont fait en Suède par exemple)

  • Quand certains parlent des fonctionnaires, j’ai l’impression d’entendre Le PC qui parle des méchants patrons. Le problème n’est pas le salaire des fonctionnaires (surtout qu’ils ont été gelés 4 années de suite) : dans la plupart des cas, les métiers et qualifications ne sont pas les mêmes que dans le privé. (Un flic n’est pas un agent de sécurité de grande surface).
    Et quand le travail est comparable, comme entre un médecin d’hopital et de clinique privé ou bien un prof public/privé, c’est faux de dire que le fonctionnaire est mieux payé.
    Quant au nombre d’heures travaillées, dans le public les heures supp ne sont pas payés (au mieux ratrappées) : rien n’encourage le personnel à faire des heures supp, même si la plupart en font non comptabilisées pour maintenir la continuité des services.
    Le problème de la fonction publique, c’est le recrutement, les doublons administratifs, l’autonomie des établissements et la définition du périmètre d’action de la fonction publique.
    Niveau salaire, les fonctionnaires sont plutôt moins bien lotis que nos voisins europeens.

    • Arrêtez de dire que les salaires sont gelés …
      c’est le point d’indice qui est gelé…

      Comme les fonctionnaires ont une promo statutaire tous les 3 ans… ( Surement pour récompenser les gains de productivité grâce à la montée en compétences) les salaires augmentent bien plus vite que ceux du privé…

      • c’est le point d’indice qui détermine le salaire, « la promo statutaire » (montée en échelon) existe dans n’importe quelle convention collective y compris du privé. Heureusement d’ailleurs sinon tout le monde aurait le même salaire en début et fin de carrière.

        • La promotion à l’ancienneté est une mauvaise chose. Un salarié est moins productif en fin de carrière (maximum à 40 ans). Laissons le salarié et son employeur libre de négocier l’évolution de la rémunération.

        • « la promo statutaire » (montée en échelon) existe dans n’importe quelle convention collective y compris du privé.

          Euh… Non.

        • tout à fait la promotion à l’ancienneté est une aberration, non si on laissait le marché réguler les choses, les gens les plus performants auraient le meilleur salaire ce qui semble logique, et non les plus vieux. pourquoi pas les plus beaux ou les plus chauves tant qu’on y est?

        • « la promo statutaire » (montée en échelon) existe dans n’importe quelle convention collective y compris du privé.
          Vous avez vu cela où? Sortez de la bulle du fonctionnariat.

    • J’ai l’impression d’entendre Le PC qui parle des méchants patrons. Le problème n’est pas le salaire des fonctionnaires

      Rassurez moi, vous faites quand même la différence entre un otage menotté et des gens qui mettent volontairement des menottes pour s’amuser ?

      JE ne paie pas les « patrons » que je n’aime pas et personne ne m’y oblige.
      Par contre ON ME FORCE a payer des fonctionnaires et salariés du publique qui sont inutiles, nocifs voir carrément payés pour m’em.. ou pour faire de la propagande politique contre mes convictions, un comble !

      Je veux bien payer pour ceux là:
      1’183’000 – fonction hospitalière (94 milliards)
      1’052’700 – Enseignement (70 milliards)
      246’000 – Police et Gendarmerie (30 milliards)
      77’951 – Justice (7 milliards)
      263’350 – Armée (50 milliards)

      Mais ça ne fait que 2.8 millions d’agent publique sur SEPT MILLIONS, SOIT 4 DE TROP ?
      http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/fonctionnaires-les-chiffres-qui-tuent-18-11-2014-1881987_2428.php

      • humpf le CICE c’est pas un moyen de payer les patrons avec notre argent ?

        • humpf le CICE c’est pas un moyen de payer les patrons avec notre argent ?

          Vous avez ouvert un budget une seule fois dans votre vie comme la constitution de 1958 vous en donne le pouvoir ?

          En une image ça donne ceci, les références sont fournies, comme ça vous pourrez constater l’ampleur des mensonges que vous arrivez à avaler:
          http://img4.hostingpics.net/pics/731485prelevementsenplus.jpg

          Avant que vous ne confondiez les choses : les « patrons » comme vous appelez les entreprises françaises « vous » versent 280 milliards chaque année, ce n’est pas l’inverse. (Le CICE est inclus dès 2013, ça donne une idée du « cadeau »)

          Cela dit, fallait quand même le faire de confondre un « crédit d’impôt » (ils doivent payer un poil moins) avec un flux d’argent carrément inversé comme si c’est vous qui les payiez. (!?)
          Quant à croire qu’une entreprise, qui n’a que l’argent des citoyens-client en entrée, peut payer l’impôt à la place des citoyens-clients (!!??)

          Je sais bien que le français est zéro en économie, mais on est dans la logique niveau CM2 là quand même ! Vous savez, « Pierre me donne tant de pommes, je lui en rends tant… », etc., etc.

    • ma réponse n’est pas apparue, on parle de rentabilité, je pense que l’on pourrait facilement aboutir à la conclusion qu’avec des méthodes de travail pertinentes et une exigence de rentabilité similaire au privé on pourrait supprimer 50% des postes de fonctionnaires en france avec les mêmes résultats qu’actuellement. Tu fais la distinction policier vigile supermarché: l’exigence d’un vigile est 2 fois plus élevée, un magasin ne doit pas dépasser 3% de pertes et profits, un policier lui ne résout que 10% des affaires de vols, en fait il n’est là que pour enregistrer la demande et le procureur décide principalement de ne pas poursuivre. ex leboncoin: les gens trouvent plus de boulot via ce site gratuit pour la société que chez l’anpe qui embauche 50000 personnes, ou 200000 je ne sais plus.
      administrativement, les délais pour la paperasse sont à peu près 30 fois plus longs que dans le privé: imaginez un commerçant qui donne une carte de fidélité au bout de 3 mois, comme dans le public. l’exigence de rentabilité est quasi-nulle dans le privé à part peut être dans le domaine médical.

  • Tiens voici revenu une vieille lune !

    « Cette donnée mériterait d’être attentivement étudiée à l’approche de l’élection présidentielle… »

    Il faudrait surtout attentivement étudier dans le détail et non se satisfaire de statistiques globales. Car si c’était vrai, et je simplifie autant que l’article, il n’y aurait pas de postes non pourvus dans la fonction publique, s’ils sont mieux payés !

    • Bon visiblement ce n’est pas un argument 🙂

      J’ai autour de moi des fonctionnaires catégories C & B (je ne parle pas de la A, je ne la connais pas assez) fonctionnaires territoriaux, bien moins payé que s’ils étaient à l’état (enfin de ce qu’ils m’en disent) et dont les salaires ne progressent plus vraiment, les changements d’échelon ne suffisant pas surtout en fin de carrière, vu les délais entre chaque échelon en fin d’échelle.

      Mais bon vous devez connaître bien plus de fonctionnaires que moi, de toutes catégories, de toutes administrations et de tous postes, pour croire que c’est le Pérou pour tous …

      • de toutes administrations et de tous postes, pour croire que c’est le Pérou pour tous …

        Je vous aide:
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Moyenne

        • @Ilmryn

          Mais ça ne répond pas à la question, à moins que vous ne le fassiez maintenant, quelle est donc cette minorité (c’est d’ordre statistique) qui arrive à ce point à monter à ce point la moyenne ?

          Une réponse serait plus intéressant que votre mépris !

          • Selon la constitution de 1958, chaque citoyen-électeur est gardien et observateur de l’état qu’il doit contrôler pour que celui-ci ne dérive pas. Selon cette même constitution, l’état doit mettre à disposition des citoyens tous les outils et documents pour examiner l’action et les résultats de l’état.

            Je vous invite donc à vous renseigner comme tout citoyen en a non seulement le droit, mais aussi le devoir.

            • @Ilmryn

              Vous ne répondez pas !

              Et en effet c’est bien plus simple de rester évasif, que de vraiment désigner les coupables. Réduire le nombre et la rémunération des fonctionnaires de façon globale, fait partie de la solution, mais ne fera pas disparaître la cause première du problème.

              • Je fais de nombreuses recherches pour documenter mes commentaires, je lis les rapports, les budgets et s’il arrive de me tromper parfois, j’ai au moins un avis qui est basé sur des faits.

                J’ai vu passer des rapports sur les rémunérations, en gros les haute administration et leurs amis s’en mettent pleins les fouilles ce qui monte la moyenne mais je n’ai pas envie de retrouver ces documents sur ce coup là parce que si vous voulez être un citoyen éclairé il faudrait que vous appreniez à baser aussi vos avis sur des faits et pas de vague impressions de pause café.

                En l’occurrence il est logique que si une majorité de gens ont l’air de ne pas toucher des masses, une minorité se remplis bien les poches si la moyenne est haute.

                Essayez par exemple « cour des comptes » rémunération fonctionnaire
                https://www.google.ch/search?q=« cour+des+comptes »+rémunération+fonctionnaires

  • Que le fonctionnaire soit mieux payé que son équivalent dans le privé, je veux bien l’admettre.

    Mais la proportion de fonctionnaire, ça c’est dur.

    S’agissant bien sûr, d’administratifs, de gratte-papier et autres ronds-de cuir et manche à lustrine.

  • Je suis militaire (donc +/- fonctionnaire). J’ai gagné 57 000 € (dont 17 000 non imposable (primes de mission)) avec 7 mois de déploiement (7j/7, 24/24).
    Le reste du temps je travaille également à préparer ma prochaine mission (37h/semaine), me former, m’entrainer, et entrainer mes hommes. Sur ce temps restant je déduis 45 jours de permissions (si elles me sont accordées).
    Donc mon salaire horaire sur 1 an (ma solde est sur 30 jours):
    57 000€ / [(24h x 30j x 7mois) + (52sem / 37h * 5mois)] = 11,5 €/h environ.

    • Merci de rappeler ces éléments.
      Fonctionnaire, payé par l’Etat via nos impôts : fonctions régaliennes, dont l’armée.
      Et dans ce cadre, une meilleure rémunération et une meilleure reconnaissance des services rendus me semblent essentiels.

    • Puisqu’on est dans les chiffres : vous avez gagné 4750 € par mois.

      Pour information le salaire moyen en France est de 1700 €/mois.

      Un charpentier couvreur (métier à risque du bâtiment), en déplacement toute la semaine, dans toutes les conditions climatiques, va gagner environ 2000 €, et il partira à la retraite plus tard que vous, et avec un mode de calcul de sa retraite plus défavorable.
      Voilà, maintenant que vous êtes en possession de ces éléments, je vous invite à reconsidérer votre « malheur » .

      • Voilà, maintenant que vous êtes en possession de ces éléments, je vous invite à reconsidérer votre « malheur » .

        Une caissière de supermarché en suisse touche 4000 euros par mois:
        http://www.unia.ch/fr/actualites/actualites/article/a/10340/

        Sans formation c’est encore 3850 euros.

        Ça donne une idée dans quel état catastrophique est la France.

      • Ah oui j’ai oublié de préciser qu’en tant qu’officier (10% des effectifs) je suis assimilé à un cadre. Le gros des troupes a plutôt une solde divisée par deux. Par ailleurs, j’ai pris le soin de préciser les nombre d’heure pour éviter de faire des comparaisons à deux balles. Ma foi… je ne sais pas quand je partirai à la retraite, si je ne suis pas parti avant…

  • Le pire c’est a la retraite ,c’est 15 à 20 % de plus.
    Plusieurs raisons:
    Départ plus tot pour certains.
    Les « 25 meilleurs années » pour le privé.
    Des avancements de piston enfin de carrière.
    La pluri-personnalité, et le périodes de chômages pénalisent encore un peu plus les salariés du privé.
    Au total une immense escroquerie !

  • Un système dans lequel ceux qui le financent (le privé) à grand mal et sont beaucoup moins bien traités que ceux qui en bénéficient (le public) a quelque chose de viscéralement pourri.
    Comme tout pays communiste la France est condamnée car au lieu de temporiser pour continuer à en profiter les élites de la République Démocratique Populaire de France cherchent à tout prix à aller vers un pays communiste à 90% comme l’URSS…
    Et s’il n’y avait que l’économie qui pose problème…

  • Retour de balancier.
    C’est le retour de balancier des années 1970. Jeune officier de l’Armée de Terre à l’époque, je témoigne que nous étions payés au lance-pierre, et toujours sur la brêche (manœuvres, alertes, permanences-menace soviétique obligeant-) pour que le privé puisse profiter sans souci de la forte croissance de l’époque (l’industrie payait jusqu’à 17 mois de salaires); le tout dans une société où il était de bon ton de mépriser les fonctionnaires, et où l’antimilitarisme sévissait de façon agressive.
    L’équilibre a été rétabli, et ce n’est pas injuste; mais il faut éviter que, la crise aidant, le balancier ne reparte dans l’autre sens.

    • dubodubondubonsens: L’équilibre a été rétabli, et ce n’est pas injuste

      L’équilibre, la justice ?
      L’état vous a maltraité à l’époque et les gauchistes vous haïssaient et sabotaient même vos armes. Cette génération de bobo a pris le pouvoir et ils maltraitent tout le monde maintenant, regardez comment ils ont métastasé partout. Réduisant les libertés, pillant et contrôlant tout pour le malheur de tous, multipliant les clients, dilapidant l’argent des « autres » pour leur propre gloire de haut fonctionnaire, « d’élus », de syndicalistes ou de « philosophes », défenseurs des oppressions.

      Il y a maintenant 7 millions de salariés du public, trois fois plus qu’à votre époque.
      Alors que seulement 3 millions sont utiles dont 250’000 pour l’armée, il y en a 4 millions de trop qui vivent sur le dos de 18 millions de citoyens qui travaillent et produisent tant bien que mal des richesses.

      Les math sont implacables: chaque travailleur productif doit payer pour 3.5 personnes en ne travaillant que de 26 à 62 ans, soit une moitié de leur vie. Il n’est pas étonnant que l’état dépense 24% de trop et ajoute des sommes faramineuses au 246% de dette chaque année (selon la Cour des comptes).

      « L’équilibre », « la justice » !? Mais c’est game-over mon pauvre, une telle société ne peut survivre à crédit ou « l’argent-gratuit » coule à flots, alimentant des myriades de privilèges alors que toutes les tâches de l’état sont en faillite. Attendez que les taux d’intérêt remontent et ce n’est plus 100 milliards qui manqueront dans les caisses chaque année.

      Vous vous êtes vraiment trompé de cible et n’avez jamais correctement identifié l’ennemi.

    • Sauf erreur, en 1976, un officier pouvait espérer toucher dans les 40000 francs nets en moyenne en milieu de carrière, soit un pouvoir d’achat équivalent à 25000 euros d’aujourd’hui.

      Que le pouvoir d’achat de la solde des militaires ait augmenté, c’est normal, compte tenu du service rendu et des sacrifices consentis. Que la rémunération des fonctionnaires non régaliens ait augmenté aussi rapidement, voire plus rapidement, que celle des fonctionnaires régaliens, c’est parfaitement scandaleux.

      Or, dans la total des rémunérations des fonctions publiques, les fonctionnaires régaliens sont singulièrement minoritaires. Ce ne sont pas eux qui font le niveau des rémunérations. Ce qui est, vous en conviendrez, fort regrettable.

  • Et alors? Quand on oblige les gens à cotiser à la sécu, c’est pas avec l’argument « ceux en bonne santé paient pour ceux en mauvaise santé »?
    Pourquoi les fonctionnaires devraient ils ne pas répondre à la logique qu’ils imposent aux autres?

  • Décidément, Eric Verhaeghe est toujours autant de mauvaise foi quand il fait ses papiers !
    J’ai beaucoup de mal à croire que Éric Verhaeghe ait fait son trajet professionnel, tel qu’il prétend l’avoir fait, puisse raconter de telle bêtises.
    Encore que les éléments factuels qu’il rapporte de cette étude de l’INSEE sont vraies, mais les conclusions qu’il en tire sont totalement biaisées.
    Sur le plan du niveau des salaires, l’étude dit que les salariés de l’État sont payés 2000 EUR de plus que les salariés du privé.
    Mais cela a déjà été dit avant, cela sera dit ultérieurement un nombre indéterminé de fois et d’ailleurs Tigrou777 l’a aussi dit, il faut prendre en compte la différence de qualification entre les salariés de l’État et ceux de l’ensemble du secteur privé.
    Il y a une sur-représentation des bac+3 et bac+5 dans le secteur public par rapport au privé ; à titre d’exemple, un peu moins de la moitié des fonctionnaires d’État sont des enseignants et ils sont recrutés à Bac+5 (master, anciennement DEA ou DESS) ; avant ils étaient recruté au niveau Licence (bac +3). il est évident qu’on ne va pas les payer au même niveau qu’ouvrier ou agent de sécurité ou un secrétaire.
    Cette différence de structure n’a pas été isolé dans l’étude (et ce n’était pas l’objet de l’étude de L’INSEE).
    Autre critique : celle de la progression des rémunérations des salariés du public ou du privé.
    Les chiffres de Eric VERHAEGHE sont vraies, pour l’année 2014
    Mais avez vous la curiosité de voir les variations sur une période pluriannuelle ?
    Si vous avez la curiosité de regarder dans l’étude de l’INSEE, donné en lien dans la page internet donnée en lien(www.entreprise.news) par VERHAEGHE (qui était peut-être trop fatigué pour le donner directement), vous pouvez remarquer une chose : en euros constant de 2014, de 2002 à 2014, les rémunérations des fonctionnaires a stagné passant de 22,411 EUR à … 22400 EUR (en 2014). dans le même temps, les rémunérations dans le secteur privé sont passés de 18 ;250 EUR en 2002 à 19.432 EUR en 2014.
    Prenant ma calculette, cela fait une augmentation sur 11 ans de +6,4 % contre 0 % pour les fonctionnaires.

    • Eric Verhaeghe est toujours autant de mauvaise foi quand il fait ses papiers !

      Il a trouvé son maître en la matière avec votre personne.

      à titre d’exemple, un peu moins de la moitié des fonctionnaires d’État sont des enseignants

      Le nombre d’enseignants de l’éducation nationale est de 717’500 soit moins de 1/5 des effectifs de la fonction publique et pas 1/2, votre distinction (État, territoriale, etc.) est un détail administratif qui ne vise que l’enfumage.

      Il y a une sur-représentation des bac+3 et bac+5 dans le secteur public par rapport au privé

      J’aimerais bien des chiffres précis plutôt que vos déclarations.

      Mais là est un autre problème: une formation ne garantit strictement pas un niveau de rémunération et c’est bien normal, ce n’est pas parce qu’on réussi des écoles qu’on est efficace au travail. Dans le privé c’est pris en compte dans le public non.

      Avez-vous regardé aussi le nombre d’heures travaillées parce que si on reprend l’exemple des profs on doit être largement en dessous du secteur privé. Pour finir si on regarde les études PISA, il semble que les profs malgré leurs jolis diplômes ne fassent pas des merveilles.

      Prenant ma calculette, cela fait une augmentation sur 11 ans de +6,4 % contre 0 % pour les fonctionnaires.

      J’ai déjà eu affaire à votre « calculette », en l’occurrence vous mentez comme un arracheur de dent avec votre « 0% », cf.: rapport FIPECO sur l’état de la fonction publique. On peut douter de tous vos chiffres, avez-vous pris en compte les impôts qui ont explosés, l’inflation, le pouvoir d’achat respectif, l’absentéisme, etc., etc. ?

      De toute manière il y a maintenant 7 millions de salariés rémunérés avec de l’argent public contre 18 millions de travailleurs du privé soit 1 sur 3. L’état dépense 24% de trop chaque année en dépense de fonctionnement, c’est absolument insoutenable.

      Il est indéniable qu’une part de plus en plus insoutenable des actifs vit en parasite sur le dos de l’autre et je ne parle pas des 2,8 millions de fonctionnaires qui rendent un réel service, mais de tous les autres que l’état n’est même pas capable de lister clairement malgré l’obligation de transparence inscrite dans la constitution.
      S’il n’y a pas d’action consensuelle et honnête là-dessus, ce sera la faillite et la mise en chômage brutale de millions de gens

      • Vous ne faites pas preuve de consensus en me traitant de menteur et en m’insultant.
        Je n’ai pas le temps de répondre sur tout ce que vous avez affirmé. Je ne répondrai que sur le niveau de rémunération. La productivité est un autre sujet encore plus vaste que celui de la rémunération.
        Vous dites que 0% de 2002 à 2014 est un mensonge mais c’est ce qu’indique les chiffres du rapport de l’INSEE, le même que VERHAEGHE utilise pour invectiver les fonctionnaires. Les chiffres que j’ai cité, je ne les ai pas inventés; vous pouvez les consulter sur le site de l’insee (indiqué sur la page de http://www.entreprise.news).
        Si vous considérez que l’INSEE ment ? dites le.
        La productivité – c’est à dire la valeur ajouté brute – calculée pour les administration publiques est évaluée par le cout des facteur de production, incluant les rémunérations (je vous invite à consulter les livres traitant de comptabilité nationale (pas la comptabilité publique, la comptabilité nationale de celle de la nation)).
        C’est dû au fait que l’administration ne vend pas sur le marché des biens et services; il est délivré gratuitement (même si nous somme d’accord, il est payé par les impôts et les taxes).
        Ce faisant, en baissant les salaires des fonctionnaires, la valeur ajouté brute des administrations publiques – ceteris paribus est- diminue et donc la productivité.
        Vous citez aussi le chiffre de 7 millions de fonctionnaires, ça devient grave. Vous faites l’amalgame de l’ensemble des administrations publiques avec des entreprises publiques ou semi-publiques, côté en bourse ou non côté, dont la plupart vendent sur le marché leur production de Biens & Services et qui ne sont pas soumis au droit public. La prochaine fois : incluez aussi les retraités aussi qui nous coûtent très cher (14% du PIB) selon Christian Saint Etienne.

        • Vous ne faites pas preuve de consensus en me traitant de menteur et en m’insultant.

          Vous avez vous-même placé le débat à ce niveau avec Eric Verhaeghe, un peu de lucidité SVP.

          Vous citez aussi le chiffre de 7 millions de fonctionnaires, ça devient grave.

          C’est votre incompréhension du problème principal qui est grave. Je vous l’ai pourtant expliqué: quels que soient le nom, le statut et les mille petites particularités que l’administration a accolées à ces 7 millions de gens. Leur salaire vient en totalité des autres citoyens..

          Et voyez-vous, cher monsieur, 1 actif du privé ne travaillant que 52 ans dans sa vie ne PEUT PAS payer pour 3.5 autres personnes, or Il ne reste plus que 18 millions d’actif du secteur privé pour 66 millions de personnes, sortez votre « calculette ».

          La France est totalement en faillite, ouvrez un PLF, PLFSS, PLR.

          C’est dû au fait que l’administration ne vend pas sur le marché des biens et services; il est délivré gratuitement (même si nous somme d’accord, il est payé par les impôts et les taxes).Ce faisant, en baissant les salaires des fonctionnaires, la valeur ajouté brute des administrations publiques…

          Bla-bla-bla, vous avez complètement perdu de vue l’image générale. Redescendez sur terre.

          Le pays d’à côté avec moitié moins d’impôts et de taxes n’a quasi aucun problème et paie bien mieux ses fonctionnaires: Le salaire médian des employés de la fonction publique est de 9000 euros (brut) par mois contre ~2400 pour les fonctionnaires français.

          Alors que l’état français emprunte 100 milliards chaque année juste pour survivre et que sa dette atteint 100% du PIB, l’état d’à côté rembourse la sienne depuis 15 ans, elle n’est plus que de 35%. Le pays n’a quasi pas de chômage, ni de zone de non-droit, ni de désert médical, ni de soucis de financement des retraites.

          Et voilà son secret:
          -Le secteur privé représente 55% de la population alors qu’il n’est plus que de 19% en France.
          -Le chômage y est bas, parce que les entreprises sont très libres et « faiblement » imposées.
          -Elles sont faiblement imposées, parce que l’état n’a pas multiplié en dehors de tout bon sens les emplois publics, les dépenses, les faux « acquis sociaux » et les entraves.
          -Du coup, les agents de la fonction publique (qui sont infiniment moins nombreux) sont bien mieux payés que les Français et remplissent excellemment leur fonction.

          La prochaine fois : incluez aussi les retraités aussi qui nous coûtent très cher (14% du PIB) selon Christian Saint Etienne.

          Vous ne comprenez vraiment rien.

          -La proportion de vieux ne dépend pas d’un choix politique, mais de la biologie humaine.
          -La proportion de l’économie qui est étatisée, les dépenses, l’organisation de l’état SONT DES CHOIX POLITIQUES (Idéologique en l’occurrence en France).

          Or, un pays ne PEUT PAS survivre avec une majorité de gens qui vivent du travail des autres. C’est vrai dans un village, une ville, une région, un pays, un continent.

          • Pourquoi êtes vous à ce point agressif ?

            Vous considérez donc Eric VERHAEGHE comme un semi-dieu ?
            Dans ce cas là, je ne vais pas vous faire plaisir car je considère ce monsieur comme un menteur en biaisant délibérément l’étude de L’INSEE (en sélectionnant les données qui vont dans le sens de ses opinions et en taisant les données qui vont à l’encontre de ses opinions).
            Et vous aussi, vous êtes biaisé. Vous me donnez la définition de Wikipédia du biais cognitif : n’avez vous pas l’impression que cela s’applique à vous ? Un tout petit peu ?
            Je vous ai fait la remarque concernant la progression de la rémunération dans le secteur privé et dans le secteur public en utilisant exactement le même document que Eric VERHAEGHE et je vous ai démontré que le privé avait gagné + 6 % contre 0 % dans le public de 2002 à 2014. vous avez totalement ignoré cet élément et, au lieu de me répondre, que sur ce point, j’ai raison, vous m’avez insulté en affirmant que je mentais comme un arracheur de dents et vous avez fait diversion en affirmant qu’il fallait prendre en compte les « impôts qui ont explosés, l’inflation, le pouvoir d’achat respectif, l’absentéisme, etc., etc. ? » alors que ce n’était pas le sujet de l’étude.

            Qui est-ce qui a un comportement biaisé ?

            Entendons-nous bien (je crois que c’est mal parti mais j’essaie) ; je pense comme vous que la France a des gros problèmes de déficit et de compétitivité, je suis d’accord avec vous quand vous affirmez que la France a trop de fonctionnaires. De là à ensevelir sous des invectives de méchanceté, de mauvaise foi l’ensemble des fonctionnaires, il y a un pas idéologique que je ne franchis pas.
            Contrairement à vous, je pense que ce problème concerne surtout la fonction publique territoriale.
            J’attends de mes compatriotes qu’ils me disent concrètement où il y a trop de fonctionnaires ? Et là, personne …

            j’ai commencé une petite leçon concernant la comptabilité nationale qui calcule la valeur ajoutée produite par le secteur privé et par le secteur public. Cette digression était important car vous prétendez que les fonctionnaires ne produisent rien, ne font rien et vivent « en parasite sur le dos de l’autre » partie des actifs.
            La comptabilité nationale nous dit que le secteur public produisent des richesses (de la valeur ajouté dans le jargon des économistes) au même titre que le secteur privé ; la difficulté étant de la calculer puisque le secteur public ne le vend pas sa production de biens/services. On peut donc faire le calcul production – Consommation intermédiaire = valeur ajoutée.
            De là, les ultra libéraux, dont vous faite partie manifestement, considèrent que la fonction publique ne produit rien, aucune richesse.
            Une infirmière dans un hôpital public, qui procurent les mêmes soins à un malade disposant de la CMU complémentaire dans l’hôpital qu’une infirmière dans une clinique qui facture à son client (pardon je voulais dire patient) la prestation, produisent intresiquement la même valeur ajoutée.

            • le même document que Eric VERHAEGHE et je vous ai démontré que le privé avait gagné + 6 % contre 0 % dans le public de 2002 à 2014. vous avez totalement ignoré cet élément

              Je vous ai donné le nom du rapport officiel qui démontre le contraire.
              Vous avez un don stupéfiant pour ne pas voir ce qui vous dérange et pour détourner complètement le sens des phrases.

              De là à ensevelir sous des invectives de méchanceté, de mauvaise foi l’ensemble des fonctionnaires

              Homme de paille ridicule, vous ne savez vraiment pas lire.
              Je vous aide:
              -4eme ligne en partant du bas de mon premier commentaire.
              -Commentaire de 13 h 45 7eme ligne
              -etc. etc.

              Cette digression était important car vous prétendez que les fonctionnaires ne produisent rien, ne font rien

              Homme de paille ridicule, bis repetitas. Je leur souhaite même de gagner 9000 euros comme les agents publics suisses, vous croyez que c’est parce que j’ai une barbe blanche et un traineau avec des rennes ?

              De là, les ultra libéraux, dont vous faite partie manifestement, considèrent que la fonction publique ne produit rien

              Homme de paille ridicule, ce n’est pas ce qui est écrit, redescendez.

              Pourquoi êtes vous à ce point agressif ?

              Respectez-vous au moins un peu: c’est vous qui avez ouvert le débat sous ce jour-là.

              Mais je dois confesser que votre malcomprenance est agaçante: dans tous vos commentaires il n’y a que 2 lignes qui sont pile dans le sujet. (Commentaire de 21 h 55 min, 15eme ligne), tous le reste c’est de l’enfumage hors sujet ou qui enfonce des portes ouvertes entre deux hommes de paille.

        • Vous citez aussi le chiffre de 7 millions de fonctionnaires, ça devient grave. Vous faites l’amalgame de l’ensemble des administrations publiques

          Non, apprenez à lire: j’ai parlé de « salariés rémunérés avec de l’argent public », pas de « fonctionnaires », du coup vous essayez d’enfoncer une porte ouverte.

          En conclusion, retenez bien ceci:
          -Les mots sont importants, les biais sont à éviter: https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_cognitif
          -L’idée principale est qu’un pays ne peut pas survivre avec le modèle français actuel. C’est l’idée en filigrane dans l’article d’Eric Verhaeghe, le reste n’est que démonstration, voir dénonciation d’une particularité.

          J’ajoute pour ma part que les fonctionnaires sont et seront aussi les victimes de cette situation. Une bonne partie des petites mains sont sous-payée comparativement à d’autres pays et quand la crise de la dette arrivera ils seront en première ligne dans les coupes violentes et drastiques des dépenses alors que la petite part d’économie privée qui reste, malmenée par la fiscalité et la régulation ne sera pas capable de les absorber.

          En marge de ces petites mains, idiots utile d’un modèle idéologique en faillite, il existe des catégories de fonctionnaires dans les hautes administrations (comme à l’EDNAT) qui s’en mettent plein les fouilles et qui ont une très sérieuse responsabilité politique dans ce qui est en train d’arriver.

  • « L’état dépense 24% de trop chaque année en dépense de fonctionnement, c’est absolument insoutenable. » dites- vous
    Qu’est ce que vous appelez « frais de fonctionnement » ,
    De part ma formation scientifique j’aime savoir de quoi on parle exactement.
    Au lieu de ça, vous partez dans des lyrismes anti-étatique délirant.

    Les dépenses publiques recouvrent des réalités très diverses.
    Elles servent, tout d’abord, à faire fonctionner l’État employeur-producteur de services. C’est généralement là qu’on imagine trouver des possibilités d’économies aisées et indolores. Le fonctionnement de l’appareil d’État dans ses différentes composantes (État central, collectivités locales, hôpitaux publics) induit des coûts salariaux (salaires et cotisations sociales) et des consommations intermédiaires (électricité, téléphone, papier, loyers, etc.), c’est-à-dire tout ce que l’État achète à l’extérieur pour pouvoir produire les services qu’il rend.
    C’est cela qu’on entend par frais de fonctionnement, je suppose (?) par opposition aux investissement (formation brute de capital fixe) et les transferts financiers.

    Contrairement à ce que vous imaginez , ce coût global n’a pas augmenté depuis le début des années 1980 : il oscille entre 17 % et 18 % du PIB au gré de la conjoncture, un peu plus quand l’activité stagne, un peu moins quand la croissance revient.
    J’ai eu un peu de mal à retrouver les bases de données sur longues périodes.
    En comparaison internationale, l’appareil d’État français n’est pas le mammouth obèse qu’on imagine : au Danemark ou en Finlande, le fonctionnement de l’appareil d’État représente près de 26 % du PIB, 40 % de plus qu’en France. Il consomme aussi significativement plus de ressources au Royaume Uni (20,7 % du PIB) que dans l’Hexagone.

    Au sein de cet ensemble, les choses ont beaucoup changé : l’État central a fondu.
    Son fonctionnement consommait 10 % du PIB en 1993
    En 2014, il ne « coûtait » plus que 7,8 % de ce même PIB.
    Et parallèlement les collectivités locales sont montées en puissance. Il y a là probablement du gras, notamment au niveau du bloc communal et intercommunal
    Mais en contrepartie, j’ai bougrement l’impression que certaines fonctions assurées par l’État central semblent désormais sous-dotées.
    l’Italie a dépensé 1,7 fois plus que la France en 2014 pour faire fonctionner ses tribunaux, le Royaume-Uni 2,1 fois plus et l’Allemagne 2,5 fois plus.
    18 des 29 pays de l’OCDE consacrent à la fonction budgétaire « ordre et sécurité » une part de leur PIB plus importante que la France en 2014.

    C’est aussi le cas de l’éducation nationale. La France n’a dépensé, selon l’OCDE, que 5,5 % de son PIB pour l’éducation l’an dernier, contre 5,8 % en 2002.
    Et sur les 29 pays que l’OCDE suit, 12 dépensent plus que nous sur ce poste.
    Les problèmes que nous rencontrons dans ce domaine et que vous soulignez ne tiennent pas uniquement à des questions budgétaires, mais on voit mal comment ils pourraient s’améliorer si on veut réduire encore significativement les dépenses et les emplois d’un État dont l’éducation représente à elle seule le quart du budget et 44 % des effectifs…

    • Blabla inepte.

      l’Italie a dépensé 1,7 fois plus que la France en 2014 …l’Allemagne 2,5 fois plus […] En comparaison internationale, l’appareil d’État français n’est pas le mammouth obèse qu’on imagine

      Dit plusieurs fois, ce n’est pas le régalien qui pose problème, au contraire il est sous-doté. Vous n’arrive absolument pas à suivre une discussion.

      Pour le reste, dont 90% tristement hors sujet, vous vous acharnez à découper l’État en petit morceau, gardez ceux qui vous arrangent et déclarez que ce n’est pas grand-chose.
      Champion de l’enfumage où vous y croyez vous-même ?

      l’État central a fondu.

      Champion de l’ironie pour un état qui bouffe maintenant 60% du PIB.

      De part ma formation scientifique j’aime savoir de quoi on parle exactement.Au lieu de ça, vous partez dans des lyrismes anti-étatique délirant.

      Non, je vous parle de la pérennité du modèle économico-étatique français.

      La France est totalement en faillite et vous êtes la à évoquer des points qui ne font pas litige en évitant comme la peste le cœur du problème et tout les points problématiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP Meyer.

Ce n’est pas une statistique qui captivait les foules ou moi-même ces dernières années, mais avec la pandémie de Covid-19 et ses déclinaisons médiatiques obsédantes en nombre de contaminations, hospitalisations, réanimations et morts, l’étude du nombre de décès en France en 2020 comparativement aux années précédentes est pratiquement devenue aujourd’hui un incontournable de l’analyse politique au même titre que le suivi des comptes publics ou du chômage pour rendre compte de la situation socio-économique du pays.... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Le 27 octobre dernier, la Direction des statistiques du ministère du Travail (DARES) nous livrait ses chiffres du chômage pour le troisième trimestre 2020. Ô merveille, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) s’établissait à 3 924 100, soit un recul de 11 % en France entière par rapport au terrible trimestre précédent qui incluait six semaines de confinement.

Et nos journaux préférés de titrer en chœur sur la « forte baisse du chômage »(Le Figaro, Le Parisien) et sur « l’embelli... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Covid ou pas Covid, confinement ou pas confinement, pas de repos pour l’INSEE, notre institut national de la statistique, et pas de repos pour la DARES, qui est la direction des statistiques du ministère du Travail. Le planning des indicateurs attendus est immuable, il faut sortir les chiffres, quoi qu’il arrive.

S’agissant du chômage, le confinement anti Covid-19 qui a démarré le mardi 17 mars 2020 a tellement perturbé l’activité économique que les publications trimestrielles habituelles de ces deux organ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles