État français : pénuries à tous les étages

Le constat est accablant : celui de la gestion catastrophique d’un pays par un État qui prétend vouloir se mêler de tout.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Photo by Mick Haupt on Unsplash - https://unsplash.com/s/photos/empty-store

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

État français : pénuries à tous les étages

Publié le 28 juillet 2022
- A +

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

Mauvaise allocation des ressources, gabegies généralisées, incapacité à prévoir : l’état des lieux est consternant. Si encore les fonctions régaliennes étaient correctement assurées… Mais non.

 

Pénuries à tous les niveaux

Il ne s’agit pas ici d’établir un diagnostic complet, très loin de là. Ni un inventaire à la Prévert de toutes les gabegies de l’État. Le périmètre est trop large, et les sources sont déjà nombreuses, dans certains cas très détaillées. Très sommairement et sans aucune hiérarchie, je vous propose un petit aperçu rapide et instantané (très incomplet) de ce à quoi on peut assister en observant grossièrement la vie quotidienne, rien qu’à partir de l’actualité récente.

Une simple photographie en dit long sur l’état de la gestion publique de notre pays :

Pénurie d’infirmières

Elle dure depuis fort longtemps. Fruit d’un secteur suradministré, l’épisode covid a révélé l’ampleur de la catastrophe et suscité des démissions en cascade, contraignant les pouvoirs publics à tenter de colmater les brèches tant bien que mal et un peu dans la panique.

Pénurie de médecins hospitaliers

Là encore, le poids de la bureaucratie se fait sentir. On ne cesse de parler de crise des urgences, qui s’étend de jour en jour. Le malaise est grand et le problème pas prêt d’être résolu.

Pénurie de médecins de ville

Erreurs dans la gestion du Numerus clausus, problème des déserts médicaux, attaques en règle contre la médecine libérale, la mainmise de plus en plus grande de l’État là encore signe l’aggravation de la déchéance.

Pénurie de masques au début de la crise du covid

Tout le monde se souvient de la mascarade dont il a été question. L’affaire est peu glorieuse et symptomatique de la qualité de la gestion prévisionnelle de l’État dans les missions qu’il s’est attribuées, mais qu’il n’assume pas correctement.

Pénurie d’enseignants

Comment avons-nous pu en arriver là ? Crise des vocations, perversions du système, lourdeurs administratives et poids inouï du personnel administratif non enseignant dans cette grosse machine, gestion concentrée, manque de reconnaissance, désamour du métier, conditions de plus en plus difficiles, laxisme et idéologie, les causes sont nombreuses et les symptômes ceux d’un naufrage. D’où le recours aux job datings, dont on a beaucoup parlé, et de sombres perspectives à venir pour ce mammouth impossible à réformer en l’état (tout au moins en l’État).

Pénurie de Canadairs

Une fois de plus, on en a reparlé cet été à l’occasion des feux de forêts. La France semblait plutôt bien dotée, comparativement à d’autres pays. Mais le constat s’aggrave d’année en année : les équipements sont dramatiquement vieillissants, parfois obsolètes. Contraignant nos soldats du feu à se battre de plus en plus en héros avec les moyens du bord, en attendant des investissements qui se font attendre dans le renouvellement incontournable des flottes.

Pénuries d’électricité ?

Rien n’est encore sûr, si ce n’est le constat d’une mauvaise gestion du parc de centrales nucléaires, en raison des politiques contradictoires en la matière depuis un certain nombre d’années. Plus aucune nouvelle centrale n’a été mise en service depuis près de 25 ans, alors même que la durée de vie d’une centrale était estimée à 40 ou 50 ans au départ.

Faute d’investissements suffisants, c’est la production d’électricité en France qui est mise en question. Face à la crise annoncée, et en attendant les mises en œuvre concrètes, la réponse offerte se fait… par la nationalisation : plus de 9 milliards de dépenses par l’État pour financer cette nationalisation, qui auraient été plus utiles en investissements directs.

Pénuries dans le ferroviaire ?

Même chose : gabegies, endettement faramineux, gestion chaotique, Etat omniprésent et omnipotent qui éponge régulièrement les dettes, graves problèmes de maintenance, la situation n’est pas brillante. Et ce n’est pas la timide ouverture (forcée) à la concurrence qui y changera grand-chose.

Pénuries alimentaires

Certes, la guerre en Ukraine, les intempéries et mauvaises récoltes y sont pour quelque chose, mais l’offre n’est pas la seule cause… et l’interventionnisme là encore n’est pas étranger à ce qui se produit.

Retraites, logement, infrastructures routières, etc.

Nombreux sont les autres domaines où nous pourrions étendre le raisonnement et montrer en quoi la gestion par l’État se trouve nettement déficiente. Mais nous l’avons dit, il ne s’agit pas de dresser un inventaire à la Prévert.

 

Même les fonctions régaliennes sont touchées

Si au moins nous pouvions dire que l’État assure bien ses fonctions régaliennes, celles qui seules pourraient trouver une légitimité, même aux yeux d’une grande partie de ceux qui désavouent l’intervention publique dans tous les domaines de l’existence. Mais non. Là non plus la situation n’est pas du tout satisfaisante.

À vouloir se mêler de tout, l’État n’est plus à même d’assurer de manière satisfaisante ce pour quoi il pourrait trouver sa justification. Les financements manquent (la volonté aussi, sans doute). Trop d’argent (à crédit) est dépensé à foison partout, la pénurie se répercute donc dans les fonctions essentielles de maintien de l’ordre et de la paix.

Pénurie de policiers

À l’instar des enseignants, la police a perdu de son prestige. Trop souvent, ses représentants ne sont même plus respectés, pire, agressés sauvagement. Manque de reconnaissance et de soutien, effectifs insuffisants, difficultés à recruter, missions pas toujours clairement définies, moyens matériels nettement déficients, là encore à travers le poids de la bureaucratie, les politiques contradictoires, le malaise palpable, l’impunité des délinquants relâchés faute de places de prison ou par le jeu des remises de peine, le constat est une nouvelle fois accablant.

Et pourtant, l’insécurité est grandissante (ou le fameux « sentiment d’insécurité » selon les détracteurs, à qui on peut présenter le lien hypertexte évocateur que H16 porte à notre connaissance dans l’un de ses éditos), rendant nécessaire une plus grande efficience en la matière.

Pénurie dans le milieu judiciaire

Il s’agit hélas d’une question récurrente. La protection des droits et des libertés est fondamentale. Mais elle est très mal assurée. Faute de moyens ou faute d’organisation à la hauteur ? Toujours est-il que l’État de droit est en question.

Et cela rejoint le point précédent : comment la police peut-elle correctement assurer ses missions si la cohésion avec la Justice est mal assurée ? Si la confiance n’est pas restaurée, le sentiment d’impunité se développe, et les lourdeurs tant administratives que matérielles ne sont pas là pour aider à résoudre le problème. Pourtant, des solutions existent. Encore faut-il une véritable volonté politique au bout…

Pénurie en armement

Il me semble avoir entendu cette information (à vérifier) selon laquelle la France ne tiendrait pas beaucoup plus que trois jours à partir de son stock de munitions actuelles si elle connaissait une guerre comparable à celle qui a lieu actuellement en Ukraine.

Après avoir connu l’étrange défaite de 1940, on a peine à croire que l’Histoire pourrait se répéter à ce point. Et pourtant, même si la France est l’une des toutes premières puissances militaires au monde, la vétusté de ses matériels, le manque d’investissements et de renouvellements, les choix politiques contradictoires, en ont fait selon l’IFRAP « le parent pauvre de nos finances publiques ».

 

Heureusement, l’argent magique coule à flots

En conclusion, même si nous sommes encore loin de l’économie de la pénurie, que l’économiste Janos Kornai décrivait dans les années 1980 en évoquant l’économie soviétique, et que nous ne sommes pas (encore) au stade où en est rendu le Venezuela, nous ne pouvons que déplorer et nous inquiéter de la montée en puissance de toutes ces pénuries, et de l’incapacité de notre pays – par la médiocrité de nos dirigeants et surtout la perversité de notre système politique – à se remettre en question.

La seule chose que notre gouvernement actuel sait bien faire, et que certains opposants lui jalousent : sa capacité à émettre des « chèques » de toutes sortes (là aussi à crédit, et sans compter), non tournés vers de véritables investissements d’avenir, ainsi que le souhaiteraient de nombreux économistes favorables à un certain interventionnisme, mais pour soigner un électorat par nature ingrat et qui ne le lui rendra pas, non content de devoir se contenter de ce « pas encore assez », et pour acheter très temporairement une paix sociale bien illusoire.

Plus que jamais l’Argent Magique coule à flots. Et les Français s’y habituent. Après nous le déluge…

Mais la véritable situation de la France est celle du décrochage qu’elle connaît. Pour l’instant, on continue d’endormir les Français qui, (mal) nourris aux mamelles de l’État, en réclament toujours plus tout en se sentant toujours davantage frustrés et mécontents. Cela ne pourra cependant pas durer. Comme en Grèce naguère, gare aux réveils difficiles !

Quant aux politiques responsables de cet état de déchéance, ils ne seront plus là. Personne ne se souviendra qu’ils étaient à l’origine des maux du jour. D’autres paieront…

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Pénurie de masques au début de la crise du covid »
    Et encore? Les masques absents avaient été détruits car dates limites de validité dépassées, et donc pas renouvelés à temps ( et en même temps!).
    Une bonne gestion aurait du également prendre en compte le niveau de protection recherché puisque les masques chirurgicaux achetés en masse en Chine étaient notoirement inadaptés à la filtration du coronavirus!( Mauvaise étanchéité, taille des pores/vs taille du virus etc…). Apparemment le cahier des charges initial avait été bâclé par quelques fonctionnaires eux-mêmes depuis longtemps obsolètes!

    • « Une bonne gestion »
      Donc se serait bien à l’Etat de gérer des stocks de masque en papier et si il le faisait bien il n’y aurait rien à y redire ? La sécurité sanitaire c’est du régalien après tout, y’a sécurité dedans. Il nous faut des stocks stratégiques de masques ( et de moutarde aussi parce que ça commence à bien faire de vivre sans vinaigrette)
      Et la sécurité alimentaire ? Ou énergétique ? A ce compte on s’attendrait à ce que le gouvernement s’occupe de mon assiette et de l’énergie…oh wait !

      • Puisque l’Etat a la prétention de tout gérer à notre place, la moindre des choses serait qu’il le fasse efficacement et à moindre coût, ce que bien évidemment chacun est capable de faire en gérant ses propres besoins « en bon père de famille ». La bonne gestion des moyens de protection individuels serait de pouvoir mettre rapidement à disposition des habitants les moyens adaptés ( pastille d’iode par exemple en cas d’accident nucléaire—- Savez vous où vous les procurer en cas de besoin?). Cela doit se trouver dans les plans de prévention non? Référez vous au nuage de Tchernobyl …. arrêté à la frontière!!!!!!!!!!

  • Envoyez ce texte au Président et sa première ministre, ils auront leurs actions toutes tracées pour les mois à venir. Oui mais hélas têtues peut-être.

  • peut-on y ajouter : pénuries de compétences, de réalisme, d’humilité, d’efficacité etc… ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dan Sanchez.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais je ressens une sérieuse "lassitude de l'apocalypse". Ces deux dernières années, les nouvelles ont été dominées par une série de catastrophes mondiales.

C'est comme si les quatre cavaliers de l'apocalypse faisaient une course de relais.

La Pestilence (covid) n'a relâché son fouet qu'après avoir passé le relais à la Guerre (invasion de l'Ukraine par la Russie). La Mort universelle, avec le risque accru d'une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, m... Poursuivre la lecture

Par Walter Block, depuis les États-Unis.

Toutes sortes de pénuries apparaissent actuellement dans notre économie.

En tête de liste se trouve sans aucun doute le lait maternisé, mais il existe littéralement des dizaines d'autres articles en pénurie. Ils sont si nombreux que je me sens obligé de les mentionner par ordre alphabétique, de peur d'en oublier un par inadvertance ou de faire un double comptage.

 

De nombreuses pénuries

Les voici, dans la mesure où je peux les énumérer : aluminium, avocats, bicyclettes... Poursuivre la lecture

semi-conducteur
2
Sauvegarder cet article

Article disponible en podcast ici.

 

Lors d’un précédent article, nous avons analysé la pénurie des semi-conducteurs par le prisme d’une contraction de l’offre des moyens de production.

En effet, l’industrie est passée d’entreprise comme Intel qui détient ses propres usines, ses propres moyens de production à des entreprises comme Apple, qui n’ont pas d’usine et se tournent vers des géants asiatiques tel TSMC pour fabriquer leurs produits. Ainsi, les entreprises d’électroniques ont toutes besoin d’usines.

Or ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles