France : le délitement s’accélère

Le délitement de la capitale française illustre de façon inquiétante la déliquescence avancée de tout le pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France : le délitement s’accélère

Publié le 22 juillet 2022
- A +

Chaque jour qui passe – et à plus forte raison lorsque c’est un jour de forte chaleur – est une ode, que dis-je, un poème raffiné dédié à l’organisation minutée et cadencée de nos infrastructures de transport, notamment en Île-de-France et en particulier à Paris. Il ne se passe pas une journée sans qu’il faille louer avec force l’organisation minutieux des usagers pour parvenir à se rendre sans encombre du point A au point B de la première région de France.

Manque de bol, parfois, ça ne se passe pas comme prévu.

C’est ainsi que lundi dernier, le trafic des lignes B et D du RER a été fortement perturbé toute la journée après le signalement d’une intrusion de bipèdes facétieux sur les voies de la gare du Nord, qui a déclenché une pagaille mémorable, des perturbations en cascade suivies d’évacuations aussi spontanées que méticuleusement planifiées et suivies par le personnel de sécurité au taquet de la RATP.

Ce qui n’est au fond qu’une anecdote est pourtant intéressant à plus d’un titre et pour bien plus que la (très grosse) poignée de Parisiens directement concernés par l’événement.

D’une part, à lire certains témoignages il semble que les individus qui traînaient sur les voies n’étaient pas la cause des arrêts des RER dans les tunnels de la capitale, mais la conséquence d’arrêts impromptus de ces trains. L’absence de climatisation des rames, la chaleur étouffante à bord et l’absence de décisions claires et concises sur le devenir des trains en question, coincés dans les tunnels, ont poussé les conducteurs à ouvrir les portes, ce qui a naturellement entraîné l’égaillement joyeux de quelques passagers sur les voies.

On constatera donc un petit décalage avec la communication officielle (« c’est la faute à des individus sur les voies ») qui ne correspond qu’en partie à une réalité plus complexe.

Réalité plus complexe qui, d’autre part, tend à montrer un petit problème de maintenance et de résilience de l’actuel réseau de Transpire en Commun sous la ville de Paris : les problèmes de RER sont maintenant légendaires. Horaires farfelus, pannes à répétition, insécurité connue de certaines rames sur certaines destinations et à certains arrêts, interconnexions erratiques entre la RATP et la SNCF, tout est fait pour que la logistique du déplacement parisien transforme l’usager en épuisé.

Si l’on y ajoute les problèmes de gestion qui transforment ces Transports en communistes en gouffres économiques sans fond(s), on achève là un menu assez bourratif.

D’autant qu’en parallèle, la Mairie de Paris fait absolument tout ce qui est en son pouvoir pour rendre la circulation en surface et en voiture aussi abominable que possible : travaux à n’en plus finir, mobilier urbain et marquages au sol délirants, fermetures de voies et pistes potentiellement cyclables mais réellement vides à gogo, la ville Lumière devient la ville Escargot pour qui doit s’y déplacer.

La vitrine de la France se dégrade à vue d’œil, de jour en jour, et aux prix de souffrances accrues pour les habitants d’Île-de-France.

Ce n’est pas un hasard.

C’est en réalité une parfaite illustration, un baromètre fidèle de l’état général du pays tout entier. Et ce qu’il indique est particulièrement peu glorieux.

Ainsi, on sait déjà que l’ordre et la sécurité ne sont plus assurés.

Par exemple, dans un pays normal, l’assassinat en série de trois personnes par arme blanche devrait susciter une indignation au moins aussi grande que des températures élevées en été ou des petites phrases idiotes de présidente de groupe à l’Assemblée. En pratique, l’affaire déclenche quelques brèves tout au plus, et ce alors même qu’on note quotidiennement de nouvelles victimes de ces coups de couteaux déséquilibrés.

Ainsi, on sait que la santé n’est plus assurée.

Outre un système de couverture sociale en déréliction complète, l’hôpital public n’est plus que l’ombre de lui-même. Cornaqué par des dirigeants imperméables à toute forme d’organisation efficace et des bureaucrates perdus dans les injonctions paradoxales d’un pouvoir devenu fou, les performances du système hospitalier français sont maintenant catastrophiques. Pire encore : ces contre-performances sont à présent utilisées pour accroître encore les mesures liberticides, et pour épaissir encore le brouillard de débilités bureaucratiques qui les accompagne.

Ainsi, on sait que l’armée n’a plus le minimum de moyens requis pour prétendre pouvoir protéger le pays en cas de besoin, et la démonstration ces derniers jours de la gestion des Canadairs, qui en réalité calque assez bien la gestion jmenfoutiste de la flotte aérienne du pays, en est une parfaite illustration. Certes, on peut saluer l’héroïsme de ceux qui doivent faire face aux urgences en bricolant des solutions, débrouillards malins d’un pays qui sombre dans le tiers-monde, mais si cela permet de révéler le meilleur de certains, cela montre surtout l’incurie crasse de tous les autres…

On savait que la SNCF et notamment son réseau ferré secondaire ne tenait plus, comme les Canadairs, qu’à force de trombones et de chatterton habilement utilisés par autant de McGyver de la France d’en-bas. On se rend compte avec ces dernières affaires de RER en bouchons que le mal est encore plus profond et touche jusque dans les transports en commun ferrés de la capitale dont les pannes sont devenues si courantes et habituelles que seul le caractère spectaculaire du foirage récent permet d’en trouver mention dans la presse.

En fait, l’état général de la capitale laisse pantois.

Depuis sa Tour Eiffel qui rouille sur pieds jusqu’à ses transports en passant par toutes ses infrastructures, tout semble partir en quenouilles. Les rats les surmulots infestent les places et les parcs eux-mêmes souvent squattés par les drogués surfestifs. Les délires écoloboboïdes de la Mairie de Paris achèvent de consteller le tableau déjà atterrant de petites noisettes de merdes, depuis les palettes de manutention recyclées dans un mobilier urbain aussi hideux qu’inutile jusqu’aux expériences potagères ou paysagistes à la mode friches sauvages rapidement parsemées de détritus (quand ce ne sont pas des seringues ou des préservatifs dans les quartiers les plus pétillants de la capitale), en passant par l’absence d’entretien minimum de tout le reste.

Ce qu’on observe peut consterner, mais il faut aussi comprendre que tout ceci s’inscrit dans une trajectoire future plus qu’inquiétante : selon toute vraisemblance et à moins d’un réveil brutal des populations concernées, c’est la même équipe qui sera en place dans les prochains mois et qui est donc d’ores et déjà en charge d’assurer la bonne marche des JO de 2024.

Faudra-t-il un délabrement à ce point complet qu’il provoque des blessés ou des morts pour qu’on se décide enfin à remettre un peu d’ordre dans cette République qui s’effondre de toutes parts ?

N’y comptez pas trop. Ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Avatar
    The Real Franky Bee
    22 juillet 2022 at 10 h 49 min

    Rassurez-vous, l’union nationale est possible, notamment quand il s’agit de dépenser encore plus, et de flinguer la sphère entrepreneuriale, mais et d’appauvrir davantage un pays déjà en faillite. Les fameuses mesures « pouvoir d’achat » de la nuit dernière démontrent une nouvelle fois, si besoin était, la médiocrité intellectuelle des cuistres qui squattent le pouvoir. La France s’effondre tel un coq chantant fièrement les deux pieds dans les excréments. Et même les soi-disants libéraux comme Rafik Smati ont capitulé devant l’autel des idées ineptes, c’est dire.

    10
  • L’avenir du pays ❓
    Ils s’en branlent Royalement. Ce qui compte pour eux, c’est de suivre le vent afin de rester au pouvoir.

    17
    • Ceci dit, c’est normal, non ? L’avenir « des autres » en général on s’en fout, c’est juste son propre avenir et celui de ceux qu’on aime (vraiment, genre conjoint, parents, enfants) qui compte pour « on », non ? Enfin, si je veux être honnête, c’est le cas pour moi. J’aimerais bien que la France et la « société de liberté » survive et se développent et aillent de mieux en mieux, mais juste parce que c’est là ce que je souhaite pour moi, puis mes enfants, puis mes petits enfants, etc.

      Le seul souci c’est les gens qui prétendent être altruistes à longueur de journée : écolo, politiciens, socialistes en tout genre mais qui sont tout aussi « égoïstes » que le reste d’entre nous, juste hypocrites en plus. Les rares à ne pas l’être finissent généralement canonisés !

      • oui le concept d’avenir du pays m’échappe un peu.. pour un liberal l’avenir du pays DOIT être celui qui résulte des choix individuels des gens.. c’est une somme..

      • En 2022, mieux vaut être individualiste et ne s’occuper que de soit et de son entourage proche… Car la moindre erreur envers les « autres », et c’est la galère assurée ! Perso, c’est désormais ma manière de raisonner, je considère payer suffisamment d’impôts pour que l’état s’occupe « des autres » ; du coup, pas de « donations » diverses aux assos, gens dans la rue, ramassage de déchets des autres, avertissement si une personne est en danger, etc. C’est extrême mais beaucoup moins de problèmes dans ce cas… 🙂

  • Tout est dit, merci H16 !

  • Ce pays est foutu ?
    Pas complètement. La soldatesque barbare n’occupe pas tout le territoire. Il existe encore des zones libres, des îlots de fraîcheur et de grâce et des routes qui arrivent à l’heure.

  • Et comment faire évoluer les choses quand les 3/4 de la population sont persuadés que nous vivons dans un « monde ultra libéral » cause de « la casse du service public » …

    17
  • Et ils ont vraiment l’intention d’organiser les JO…… Sans gaz ni électricité et au milieu d’une faune plus que sauvage….

    • ça va être Jurassic Park, mais avec des vrais dinosaures bien méchants, et pas de gentils derrière les caméras! J’attends avec impatience les retransmissions télé ( ça sera certainement moins chiant que Roland Garros!). Pu***n deux ans!

    • Et rassurez vous s’il y a des troubles ( ce qui est plus que probable) ça sera la faute des spectateurs étrangers , avec ou sans billets , mais pas de nos populations  » festives  » comme le dit si bien H16 .

  • « assassinat en série de trois personnes par arme blanche »
    ARG !! Je me suis étranglé en lisant « par ». Je conçois que cela soit le phrasé des médias que vous reprenez, alors que je sais que pour vous les armes (blanches, ç feu, ou autre) ne sont pas responsables.
    J’ajoute que dans la foulée, une femme mère d’un enfant de 2 ans, a été poignardée à mort sur une terrasse de café par un étranger en situation irrégulière.

  • Méme avec Zemmour, il sera trop tard en 2007 !

  • Je suis un peu gêné par ce genre d’article, certes brillant et qui fait plaisir aux militants. Mais qui n’apporte aucune solution. On devine bien à l’allusion à une réforme libérale très générale et donc hors de portée.
    Concrètement, il y a sur mon trottoir un SDF (je précise « européen » pour ne pas que la discussion ne dévie) qui répand ses détritus sur 10 m². Je me demande souvent « si j’étais maire de Paris ou préfet de police, qu’est-ce que je ferais ? ». Je suis preneur d’une réponse !

    -1
    • Rétrécir la largeur des trottoirs, ce qui favoriserait aussi la circulation ?

    • Réponse c’est donnant/donnant, le SDF bénéficie des aides de l’état en contrepartie il peut lui être demandé faute de travail un minimum de civilité et donc suspendre temporairement les aides dans ce cas.

    • Comment en est-il arrivé là ? Il y aura toujours des sdf (les clochards d’autrefois), mais s’ils sont de plus en plus nombreux, ce qui semble être le cas, quelles pourraient être les raisons de ce phénomène en expansion alors que l’État est de plus en plus présent partout ? Peut-être justement beaucoup trop et surtout là où il est nuisible ?
      En attendant, des structures existent mais tous les sdf ne les acceptent pas.

      • Pourquoi vouloir imposer aux SDF d’utiliser des services dont ils ne veulent pas? Chercher à savoir pourquoi ils en sont arrivés là serait peut-être un bon commencement pour traiter le problème non?

        • Non. Ca n’est pas notre affaire. En revanche, on peut supposer que s’ils ne les utilisent pas, c’est parce qu’on ne leur pourrit pas assez la vie quand ils préfèrent abuser de l’espace public, et en tirer les conséquences.

          • OK , mais que leur reste -t-il à part l’espace public puisqu’ils ont perdu tout le reste? Et quand on n’a plus rien à perdre………. voyez où ça peut mener! Alors leur demander de respecter l’espace public, ils n’en ont rien à battre!

            • Il leur reste la possibilité d’aller dans ces structures d’accueil ! S’ils n’en ont rien à battre des règles de l’espace public, nous n’avons pas à les y accepter, ils n’en sont pas co-propriétaires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Début novembre, le préfet d’Île-de-France a annoncé un calendrier de travaux permettant la mise en service de la ligne ferroviaire « Charles de Gaulle Express » d’ici 2027. Cette ligne, reprenant aux trois quarts des couloirs existants, permettra de relier l’aéroport de Roissy au cœur de Paris en 20 minutes sans arrêt intermédiaire. Depuis cette annonce, de nombreux élus franciliens ont dénoncé cette décision, arguant notamment que le chantier de cette ligne « réservée aux touristes riches » perturberait le trafic du RER B, « ligne des usager... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Anne Hidalgo se voit comme l’une des rares femmes au monde à exercer le pouvoir politique au plus haut niveau. Selon elle, sa réélection triomphale à Paris est là pour témoigner que ses administrés adorent tellement son travail à la tête de la capitale qu’ils en redemandent. Quant à son programme présidentiel pour 2022, on chercherait longtemps avant de trouver engagement plus résolu en faveur du progrès social et écologique.

Et pourtant, malgré toutes ces belles qualités auto-proclamées, les nuages persis... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

La comparaison du temps de travail s'opère souvent sur une base hebdomadaire, ce qui n’est absolument pas représentatif.

Ce temps de travail peut être calculé annuellement mais là aussi ce n'est pas suffisant. En effet, la seule comparaison non contestable est celle qui se base sur la carrière complète d’un employé, à condition de tenir compte de la proportion de temps partiel par pays.

Manque de courage politique

Par électoralisme mais surtout par manque de courage pour affronter des syndicats tout-pu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles