L’offre n’est pas la seule cause des pénuries

Pourquoi avons-nous tant de pénuries ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Mick Haupt on Unsplash - https://unsplash.com/s/photos/empty-store

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’offre n’est pas la seule cause des pénuries

Publié le 17 juillet 2022
- A +

Par Walter Block, depuis les États-Unis.

Toutes sortes de pénuries apparaissent actuellement dans notre économie.

En tête de liste se trouve sans aucun doute le lait maternisé, mais il existe littéralement des dizaines d’autres articles en pénurie. Ils sont si nombreux que je me sens obligé de les mentionner par ordre alphabétique, de peur d’en oublier un par inadvertance ou de faire un double comptage.

 

De nombreuses pénuries

Les voici, dans la mesure où je peux les énumérer : aluminium, avocats, bicyclettes, tubes de prélèvement sanguin, sang pour les transfusions, légumes en conserve, nourriture pour chats, chlore, arbres de Noël, charbon, pièces de monnaie, billets d’avion commerciaux, puces d’ordinateur, fromage à la crème, colorants utilisés dans les scanners, œufs, mazout, portes de garage, essence, biscuits des scouts, désinfectant pour les mains, tests covid à domicile, préparations pour nourrissons, jus de fruits, alcool, lithium, bois de construction, sirop d’érable, viandes, motos, gaz naturel, serviettes en papier,  aliments pour animaux, pommes de terre, semi-conducteurs, savon, sodas, huile de tournesol, papier toilette, purée de tomates et vin. Le beurre de cacahuètes n’a pas encore été mentionné, mais il sera bientôt, sans aucun doute, ajouté en bonne place à cette liste.

Je ne plaisante pas : chacun de ces articles a été mentionné dans les grands médias. Qu’est-ce qui se passe ici ? L’économie est-elle devenue folle ou quoi ? D’après plusieurs gros titres, c’est à peu près ce qui se passe.

En voici quelques-uns :

« Le monde est toujours à court de tout ; il faut s’y habituer. »
« L’Amérique est à court de tout ».
« La pénurie de produits et la flambée des prix révèlent la fragilité de la chaîne d’approvisionnement américaine ».

Si la liste des pénuries est longue, les causes présumées de ce dysfonctionnement économique le sont presque autant. Pour le beurre de cacahuètes, ce sera un rappel pour cause de contamination, une épidémie de salmonelle. Mais il s’agit d’un ingrédient entrant dans la composition de nombreux autres produits, tels que les caramels, les chocolats et les sandwichs au beurre de cacahuètes, qui seront également bientôt difficiles à trouver.

Pour de nombreux articles de la liste, la cause est le coronavirus, qui a entraîné des problèmes de chaîne d’approvisionnement. Il y a quelques mois, payer les travailleurs pour qu’ils restent à la maison et gagnent autant, voire plus que leurs salaires, y a également contribué. La faute a également été imputée à un hiver rigoureux.

Les importations en provenance de l’étranger ont fait l’objet de fermetures soudaines des frontières. Les navires bloqués dans les ports de la côte ouest ont été vulnérables aux pénuries de chauffeurs routiers et aux réglementations. Les puces informatiques ont été sensibles à l’inélasticité de l’offre ; les nouvelles offres résultant de la hausse des prix mettent beaucoup de temps à se manifester. Les consommateurs ont été accusés de thésauriser. Les problèmes de personnel ont été tenus pour responsables des perturbations du transport aérien commercial. La sécheresse, la grippe aviaire et la guerre en Ukraine ont été jugées coupables.

Mais nous avons connu toutes ces choses auparavant : la guerre, la peste, la maladie, le mauvais temps, la mauvaise santé, les réglementations étatiques. Cependant, des pénuries massives, peut-être pas de tout ce qui existe sous le soleil, mais presque, n’ont jamais perturbé l’économie à un degré aussi important que celui que nous connaissons actuellement (à l’exception des deux guerres mondiales, bien sûr).

 

Où est le système de libre entreprise ?

Où est le système de libre entreprise tant vanté dans tout cela ? Nulle part, voilà tout. A-t-il succombé à la soi-disant défaillance du marché ? Pas du tout. La difficulté réside plutôt dans le fait que la politique publique a fait en sorte que le capitalisme fonctionne avec un bras attaché dans le dos, et qu’il n’a pas été capable de fonctionner lorsqu’il a été entravé par une pléthore de restrictions, de limitations et de réglementations.

La leçon de base en économie nous enseigne qu’une pénurie se produit lorsque la demande d’un article dépasse son offre. Que se passe-t-il alors invariablement ? Les prix augmentent. Lorsque cela se produit, les entreprises sont incitées à produire davantage et les acheteurs à acheter moins. Et voilà, la pénurie prend fin. Pourquoi cela ne se produit-il pas actuellement sous l’administration Biden ? Pourquoi avons-nous tant de pénuries ?

Une explication totalement inconnue du public est que les entreprises hésitent à augmenter les prix de peur d’être accusées d’en abuser. Et pourquoi cela serait-il le cas ? Les partisans de Biden ne sont pas exactement des amis du système de libre entreprise.

Oui, bien sûr, les prix ont effectivement augmenté. Mais augmentent-ils assez vite pour mettre fin aux pénuries ? De toute évidence, non. Pourquoi ? Cela est peut-être dû à la crainte d’être accusé d’escroquerie et de faire l’objet d’attentions antitrust. Les salaires, eux aussi, sont à la hausse. Mais probablement pas suffisamment pour surmonter la difficulté de l’inélasticité de l’offre. Et pourquoi ? Les entreprises pourraient bien être réticentes à le faire, au cas où ils devraient être réduits plus tard, et être accusées d’exploiter ou de victimiser les travailleurs, ou quelque chose du genre.

Les prix et les salaires sont toujours un peu rigides, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas instantanément et totalement flexibles. Mais une idéologie anti-business du type de celle qui prévaut actuellement à Washington D.C. les rend beaucoup moins aptes à accomplir les tâches pour lesquelles nous avons besoin d’eux.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Les tarifs imposées aux produits chinois, dont dépendaient tant les industries US souvent en tant que fournisseur unique*, par l’administration Trump ne pouvaient que mener à des problèmes de création d’alternatives à ces produits – c’est la conjonction avec les crises du transport / du COVID / du just in time** qui, bien plus que l’action des gouvernements, sont à l’origine des quelques pénuries constatées. Ajoutez-y le comportement des consommateurs-hamsters affolés par des médias catastrophistes …

    * les entreprises dépendant pour leur survie d’un seul fournisseur courent autant de risques que celles à client unique
    ** voir les perturbations apportées par le seul blocage du canal de Suez par le Ever Given

  • D’après la chaîne CNEWS, aujourd’hui est le jour de libération fiscale en France.

    • Oui, en ce qui me concerne, effectivement, c’est le jour de libération fiscale 2021. Pour 2022, dois-je compter à partir du 1/1/22 ou d’aujourd’hui ?

    • Mais vous n’avez que 11 jours pour vous lâcher. Le 28 juillet, c’est le jour du dépassement des ressources !

  • Oui… mais digressons un peu..la grande idée façon melenchon est que l’economie ça marche  » tout seul »…

    Il ya des usines. qui produisent des trucs et des riches sont à leur tête par un heureux hasard…

    un collèges me disait qu’il souhaitait que le gouvernement bloque le prix de l’essence, je lui répondait que ça allait entrainer des pénuries ou rationnements divers… ou que la compensation du prix sera payé via la fiscalité..

    il compte « gagner sur la fiscalité .. et ma foi, c’est assez rationnel.. quoi que lui même ignore que les plus pauvres, ceux qui ‘n’ont pas les moyens d’avoir une voiture ne gagne rien dans cette redistribution à prétexte charitable..

    il est curieux de faire reposer tout sur une population , les riches » que l’onprétend vouloir faire disparaitre..

    • Il y a en France, sans doute, plus de riches qui, par snobisme, n’ont pas de voitures que de pauvres (qui n’en ont pas). Ceux-ci ne peuvent s’en passer.
      Et ce sont des pauvres honnêtes, de la race de ceux qui n’affaissent pas quotidiennement leur corps devant Téléfoot.
      Ils font tourner la Boutique. Qu’on ne les persécute pas plus qu’il ne faut est une nécessité morale et économique.
      Que les riches autophobes, qui non content d’afficher leur vertu, ne contribuent aucunement aux infrastructures routières, mais ne sont pas les derniers à en profiter, qui en taxi ou vtc qui en ambulance, la mettent donc en veilleuse !

      • Les riches, les pauvres, lol, ça fait des petits tas avec des jolies tournures et des gens dedans et ça se croit pertinent. Oh, j’émets juste un jugement, trouvez le inutile, moi ça me fait plaisir de dénoncer vos gros sophismes, c’est ce qui compte à mes yeux, rien d’autres, j’ai rien contre vous, mais vos commentaires me font sauter au Plafond.
        J’ai hâte que vous preniez le même chemin que vos illustres prédécesseurs sophistiquée, moi la modération ne me vire pas bizarrement, même pas un petit mail d’avertissement ou un commentaire mis en attente de la modération après tellement d’années de participation active et de racontages de ma Life.
        Allez ça ne saurait tarder, je dois seulement être patient. 😁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dan Sanchez.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais je ressens une sérieuse "lassitude de l'apocalypse". Ces deux dernières années, les nouvelles ont été dominées par une série de catastrophes mondiales.

C'est comme si les quatre cavaliers de l'apocalypse faisaient une course de relais.

La Pestilence (covid) n'a relâché son fouet qu'après avoir passé le relais à la Guerre (invasion de l'Ukraine par la Russie). La Mort universelle, avec le risque accru d'une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, m... Poursuivre la lecture

Par Ninos P. Malek.

 

L'économie est l'étude de l'action humaine - les choix que font les individus dans un monde de pénurie. La rareté signifie que nous avons des besoins illimités, mais que nous vivons dans un monde aux ressources limitées. De ce fait, il faut faire des choix, et ces choix impliquent des compromis.

Les choix que font les gens sont influencés par les incitations auxquelles ils sont confrontés et ces incitations sont façonnées par les institutions - les règles du jeu - dans lesquelles ils vivent et i... Poursuivre la lecture

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles