L’intervention de l’État entretient les pénuries alimentaires

Ni la guerre en Ukraine ni les changements climatiques difficiles ne provoqueraient une pénurie alimentaire mondiale dans un environnement normal de libre-échange et de facilité à faire des affaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
blé by Matthieu Milliot(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intervention de l’État entretient les pénuries alimentaires

Publié le 1 juillet 2022
- A +

Par Daniel Lacalle.

Nombreux sont ceux qui ont lu qu’une crise alimentaire était imminente et que la pénurie de céréales suscitait de vives inquiétudes. La principale raison de cette éventuelle crise est l’invasion de l’Ukraine.

Cependant, ce n’est pas tout à fait le cas.

De nombreux pays dans le monde connaissent un important déficit en céréales, qui sont essentielles pour nourrir le bétail. Le principal coupable est l’intervention croissante des États, qui a fait grimper les coûts en flèche même en période de faibles prix de l’énergie avec un niveau insoutenable de restrictions ayant rendu impossible pour les agriculteurs de continuer à planter et à produire des céréales.

En 2020, l’Ukraine a produit 4 % de la production mondiale de blé et la Russie 10 %. Ensemble, ils produisent presque autant de blé que l’ensemble de l’UE, parce que celle-ci a rendu impossible la production de blé de manière économique.

Selon le site web de l’Union européenne, les principaux coûts (catégories de dépenses) de la production céréalière sont les semences, les engrais, les produits phytosanitaires et les machines/infrastructures. Selon le rapport de l’UE sur les exploitations céréalières, le coût total moyen d’exploitation de l’UE pour les céréales était de 635 euros par hectare en 2020. En termes de cultures, l’UE admet que la production de maïs a des coûts plus élevés à tous les niveaux, sauf pour la protection des cultures, qui est plus élevée pour la production de blé tendre.

Typiquement, dans les économies avec des niveaux élevés d’intervention étatique, les exploitations céréalières étaient déjà déficitaires en 2019, selon le Centre pour l’agriculture commerciale :

« Les pertes moyennes des exploitations typiques d’Argentine, d’Australie, de l’Indiana et du Kansas étaient respectivement de 46 dollars, 1 dollar, 94 dollars et 16 dollars par acre au cours de la période de cinq ans (114 dollars, 1 dollar, 231 dollars et 39 dollars par hectare, respectivement). Les coûts directs, les coûts d’exploitation et les frais généraux des exploitations allemandes étaient les plus élevés par hectare (535 dollars, 573 dollars et 506 dollars par hectare, respectivement). »

En conséquence, les fermes allemandes étaient également peu rentables.

Alors que la plupart des exploitations moyennes enregistraient des pertes, même en période prépandémique, le bénéfice économique le plus élevé était de 68 dollars par acre (167 dollars par hectare) pour l’exploitation russe typique.

La hausse du coût de production est due à l’augmentation des charges administratives, aux pressions environnementales et à l’augmentation des taxes pour les agriculteurs en pleine période de difficultés climatiques, comme nous l’avons constaté dans toute l’Europe. En Europe, les agriculteurs ont vu les salaires minimum et les taxes directes et indirectes augmenter, en plus de la flambée des coûts énergétiques due au coût multiplicateur des émissions de CO2, avant même que le prix du pétrole et du gaz naturel n’augmente en raison de la guerre. Le coût moyen direct et indirect a augmenté même pendant les périodes où l’inflation des intrants énergétiques était faible. Les producteurs marginaux ont donc réagi moins rapidement aux changements de prix et de nombreuses exploitations ont tout simplement abandonné.

Dans toute autre circonstance, l’effondrement partiel de l’offre en provenance d’Ukraine et de Russie n’aurait pas eu d’impact significatif, comme le souligne l’analyste Aaron Smith :

« Dans quelle mesure des chocs de marché de cette ampleur sont-ils courants ? Les exportations de blé russes et ukrainiennes représentaient 7,3 % de la production mondiale en 2020. La production de blé a diminué de 6,3 % en 2010, en partie à cause d’une sécheresse qui a réduit la production russe de 20 millions de tonnes métriques. Des baisses de même ampleur ont également eu lieu en 1991, 1994, 2003 et 2018. »

Cela pourrait empêcher une crise alimentaire mondiale, même si des pays comme l’Égypte, le Liban, le Soudan et d’autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord pourraient être en grande difficulté car entre 60 et 90 % de leur approvisionnement en blé proviennent d’Ukraine et de Russie.

Nous ne pouvons pas oublier que fin 2010 les manifestations du Printemps arabe sont survenues après la hausse insupportable des prix des denrées alimentaires. Le risque d’une situation similaire aujourd’hui n’est pas mince.

Les États du monde entier auraient dû tirer les leçons de ces expériences précédentes et alléger les charges administratives et fiscales pesant sur l’agriculture afin de permettre au marché d’offrir une certaine flexibilité en cas d’inquiétude concernant l’offre d’une ou deux nations. Au lieu de cela, nous avons vu davantage de rigidité, de taxes et de restrictions qui ont limité la possibilité d’alléger les problèmes de la chaîne d’approvisionnement.

La réglementation excessive et les pressions étatiques axées sur les coûts ont limité la capacité des agriculteurs à relever avec succès les défis externes. Le relèvement du mandat sur les biocarburants, qui exige qu’un minimum de 10 % de toute l’essence américaine provienne de l’éthanol de maïs, alors que des millions de personnes pourraient être confrontées à des pénuries alimentaires, est l’une de ces décisions illogiques.

Ni la guerre en Ukraine ni les changements climatiques difficiles ne provoqueraient une pénurie alimentaire mondiale dans un environnement normal de libre-échange et de facilité à faire des affaires. S’il existe un risque de pénurie alimentaire, il résulte d’années de limitation des possibilités des agriculteurs et d’augmentation continue de leurs coûts de production par des taxes directes et cachées inutiles.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Article peu documenté, peu chiffré (les chiffres ne sont pas très pertinents)., pas vraiment convainquant.

    -1
  • Heureusement notre fine équipe de bras cassés va pouvoir mettre en place la dernière phase de leur intervention , selon l’observation de Ronald Reagan :
    « Tout ce qui bouge, on le taxe,
    Ce qui bouge encore, on le réglemente,
    Ce qui ne bouge plus, on le subventionne. »

  • Dit autrement, au fil des décennies le parasitisme bureaucratique et fiscal ressemble de plus en plus à de la prédation. Et cela ne concerne pas seulement l’agriculture.

  • « L’intervention de l’État entretient les pénuries alimentaires »
    Bien résumé

  • La hausse des couts de matières premières dans l’agro-alimentaire sont liées à un maillage de causes qui n’ont fait que s’embriquer depuis maintenant une dizaine d’année.
    L’intervention de l’état et les décisions en matière de stratégies agricoles n’étant qu’un de ces maillons, et encore, loin d’être le plus important. Le vrai gros coup sur la nuque, ça reste les 2 ans de Covid, et effectivement sa gestion chaotique par les gouvernements.
    Le déraillement de toutes les chaines de production, des chaines logistiques mondiales, sont à l’origine de l’inflation actuelle, et qui va probablement perdurer jusqu’à fin 2023. L’invasion de l’Ukraine par la Russie n’a fait que suivre et aggraver le phénomène.
    Et après on a des assassins comme M-E Leclerc qui viennent donner dans le complotisme des industriels qui profitent de la crise… Oui, quand on a des tensions sur la production, et que les Chinois sont prêt à payer 40% au-dessus du prix proposé par les centrales d’achat européennes (on a eu le cas sur le laitier et le porc il y a quelques mois), ou que BP et Total font en loussdé du lobbying auprès des agriculteurs pour abandonner leur production céréalières pour faire du colza parce que le prix flambe et que le minima de rentabilité est garanti, et bah en Europe on se retrouve avec des pénuries sur la bouffe et le prix dudit produit augmente, ça n’a rien de sorcier.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 9 août 2022, pour le compte de l’Iran, La Russie a lancé un satellite d’observation dont l’objet déclaré est, selon les Iraniens, de surveiller les frontières du pays, améliorer la productivité agricole, suivre l’évolution de la déforestation, contrôler l’évolution des ressources en eau et observer les éventuelles catastrophes naturelles qui pourraient frapper le pays.

 

Un satellite iranien de fabrication russe

Ce satellite, baptisé Khayyam (d’après le célèbre poète du XIe siècle, Omar Khayyam, qui était aussi mathémati... Poursuivre la lecture

anti-guerres
6
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

La banque mondiale a débloqué 4,5 milliards de dollars pour l’Ukraine afin de l’aider à faire face aux conséquences économiques de la guerre. Ces fonds sont fournis par les États-Unis. Le gouvernement ukrainien recevra le financement par tranches, en commençant par un décaissement de 3 milliards de dollars en août. Un problème persiste néanmoins : la corruption endémique du pays. Un défi de taille pour la bonne utilisation de l’aide à l’Ukraine.

 

Le problème de la corruption en Europe de l’Est

La corruption reste très impo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles