Les Autorités de santé et la mascarade des masques en rade

Après de nombreux atermoiements, voilà que les Autorités de Santé se prononcent en faveur du port généralisé du masque.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
coronavirus source https://unsplash.com/photos/uz_T7h8ds04

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Autorités de santé et la mascarade des masques en rade

Publié le 4 avril 2020
- A +

Par Johan Rivalland.

On nous l’avait pourtant assuré et répété de la manière la plus officielle : le port du masque ne sert à rien ou à pas grand-chose. Il est surtout utile à ceux qui sont porteurs du virus, pour diminuer les risques qu’ils le transmettent.

Mais pour tous les autres, et alors même qu’on reconnaissait qu’il existe des « porteurs sains », c’est-à-dire des porteurs qui s’ignorent car ils n’ont aucun symptôme, le masque était qualifié d’inutile.

Revirement stupéfiant, donc, aujourd’hui, lorsque les Autorités de Santé un peu partout changent officiellement de recommandation du jour au lendemain. Mais comment l’expliquer ? Intéressons-nous au cas de la France.

Une impréparation irresponsable

Il est vrai que, malgré tout ce qu’il aurait été possible d’anticiper, en France comme dans beaucoup d’autres pays, on était très mal préparés à l’arrivée d’un tel phénomène et d’une telle ampleur.

Et, contrairement à certains pays (d’Asie en particulier) où cela est inscrit dans les mœurs depuis longtemps, le port du masque n’est pas vraiment dans nos habitudes.

Cela dit, il ne nous a pas échappé non plus que des choix publics ont abouti à ce que le stock de masques dont notre pays disposait il y a une quinzaine d’années à peine a été divisé par dix depuis. Décisions malheureuses et graves de conséquences qui n’auraient pas dû avoir lieu si l’on tenait compte de ce qui était connu et pouvait donc être anticipé.

Des revues scientifiques du début des années 2000 alertaient en effet déjà sur l’arrivée très probable d’un tel type de virus et des conséquences que cela engendrerait.

Un rapport commandé à un certain Docteur Raoult, datant de 2003, mettait directement en garde nos gouvernants de l’époque contre l’impréparation dans laquelle nous nous trouvions face à l’arrivée d’un tel événement et les conséquences terribles que cela serait susceptible d’engendrer, comme en témoigne cet extrait d’article signé François d’Orcival dans le dernier numéro de Valeurs Actuelles :

On ne saurait mieux dire. Mais on ne connaît que trop la destination que prennent la plupart du temps les rapports d’experts une fois remis…

Des choix officiels guidés par la pénurie de masques

Ce qui a donc guidé surtout les décisions de nos gouvernants depuis le début de la crise, si l’on s’intéresse au cas de la France, est la gestion de cette pénurie causée par l’imprévoyance.

Il convenait, à juste titre, de donner la priorité à ceux qui se battent courageusement et très directement contre la maladie, c’est-à-dire les personnels soignants (et souvent avec les moyens du bord, hélas, en raison de l’imprévoyance, qui ne s’est pas limitée qu’aux seuls masques).

Ils ont d’ailleurs payé un lourd tribut dans cette terrifiante situation, comme le reconnaissent la plupart des Français, qui leur en sont infiniment reconnaissants.

Il y a eu aussi de multiples autres atermoiements et positions ambiguës, on le sait, sur d’autres questions, en particulier (et nous retrouvons ici, en première ligne, le professeur Raoult dont il était question plus haut) au sujet de l’hydroxychloroquine. Mais restons concentrés ici sur les masques.

Certes, disions-nous, il était primordial, face à la panique, de penser en premier lieu aux personnels médicaux et de tenter de diriger vers eux en priorité les trop rares arrivées ou déstockages de masques de protection (très obéissant et compréhensif, je n’en ai d’ailleurs toujours personnellement aucun, bien que je constate avec un peu d’étonnement à chaque fois que je sors que la plupart des gens en sont pourvus).

Et pour éviter les prises d’assaut (on n’ignore pas cependant que de nombreux vols ont été constatés dès les premières semaines de ce qui n’était pas encore officiellement une pandémie), il semble que nos « autorités compétentes » n’aient pas hésité à recourir à l’argumentation que nous évoquions en préambule au sujet de l’inutilité du port du masque.

Avec la complicité, semble-t-il là encore, de nos chers médias. En témoigne cette révélation que nous avons pu entendre ces tous derniers jours :

Pour Marina Carrère d’Encausse, on a menti sur l’utilité des masques « pour une bonne cause »

Le problème de l’indépendance des médias

À moyen terme, une fois la crise derrière nous, cela posera d’ailleurs de nouveau le problème de la confiance des Français dans leurs médias traditionnels. On sait que leur image était déjà assez dégradée et que la confiance à leur égard n’était pas vraiment au plus haut.

Fallait-il donc mentir ? Pour la bonne cause ? Cela rappelait, au passage, le fameux épisode du nuage radioactif de Tchernobyl, en 1986, dont on nous avait assuré que, comme par magie, il avait contourné la France.

Mais jamais plus on ne nous y reprendrait, non. Nous avions, bien sûr, retenu les leçons de cette époque ancienne où nous n’étions pas encore mûrs pour comprendre et admettre. La bienveillance de l’État, bien sûr…

Et pourtant, les choses n’ont pas autant changé que nous pouvions l’imaginer. Face aux cris d’alertes de certains personnels soignants, nos meilleurs experts tentaient de nous rassurer.

Et dans ce contexte, nous y revenons, inutile de songer à porter un masque – on nous le répétait –, si on n’était pas malade. C’est donc bien la vérité officielle qu’il convenait de défendre, dans un but salutaire, afin de gérer la pénurie et d’éviter de mettre le pays à feu et à sang.

Une gestion de crise improvisée face à un événement d’ampleur prévisible mais non prévu et auquel il fallait bien répondre d’une manière ou d’une autre… Mais surtout une bien mauvaise surprise et une perte de confiance qui ne tardera pas à poindre lorsque les effets immédiats de ce cataclysme s’atténueront, puis retomberont ; en attendant, la cote de popularité de notre Président est au plus haut, de nombreux Français étant en attente d’autorité, quel qu’en soit le prix immédiat – et peut-être à venir – sur leurs libertés.

Des revirements stupéfiants

Et voilà donc qu’aujourd’hui nous apprenons officiellement que le port du masque est à présent fortement recommandé (mais où en trouver ?). Dans certains pays (ici très prochainement ?), il devient même obligatoire.

En Autriche, ils sont même distribués gratuitement à l’entrée des supermarchés. Et on semble découvrir que le masque protègerait bien mieux qu’on ne le pensait.

Mais ne serait-ce pas plutôt qu’il devenait de plus en plus difficile de le cacher ? Comme en témoigne cette vidéo qui a beaucoup circulé via les réseaux sociaux et dont j’ai retrouvé un extrait plus court via internet :

https://www.lalibre.be/international/asie/plongee-dans-les-rues-de-hong-kong-voici-comment-on-arrive-a-contenir-l-epidemie-ici-sans-confinement-5e874c617b50a6162b00acb9

Il faut reconnaître que nous évoluions aussi dans une part d’inconnu et que la compréhension des mécanismes de diffusion du virus progresse chaque jour un peu plus.

Cependant, jusque-là il était bel et bien question de transmission du virus via les gouttelettes émises dans les postillons, et pas forcément visibles à l’œil nu. Ce qui justifiait déjà très largement et sans conteste le port du masque, qui ne pouvait que – en toute logique – être considéré comme absolument indispensable.

Dans ces conditions, ce qui est présenté comme une surprenante nouvelle aujourd’hui ne fait que conforter encore plus ce qui paraissait être une évidence, au-delà des vérités officielles qui nous ont été servies en désespoir de cause.

Une information extrêmement importante qui corrobore totalement l’importance primordiale que n’aurait jamais dû cesser d’avoir le port du masque. Et qui révèle à quel point l’imprévoyance passée est coupable.

La mascarade des masques restera de manière plus évidente encore, l’un des plus grands scandales que nous ayons connus et dont on parlera pendant très longtemps. Et le symbole d’une imprévoyance qui nous laissera longtemps songeurs.

Voir les commentaires (96)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (96)
  • et tout l monde ou presque savait que c’était une mascarade.. ok ..soit..

    ce qui me sidère c’est ce qui vient après , car demain matin ça va recommencer, ils vont à nouveau mentir pour la bonne cause et s’étonner de ne pas être crûs et que les gens soient méchants..

    voyons maintenant a sortie de confinement car il va falloir en sortir.. il va falloir de farcir du mensonge bien intentionné au kg..

  • Les masques OK …Mais le vecteur de transmission ce sont aussi les ….mains….!!!! Quand je vois des « gantés » se tripoter le nez , abaisser leur masque pour fumer une clope et le remettre derrière..prendre leur masque non par les élastiques mais par le tissu en y posant leurs grosses paluches possiblement infestées de virus…ça laisse très songeur..Quant à la sortie du confinement il dépend bien sûr en partie de l’arrivée des tests rapides immunologiques..c’est pas gagné…

    • Une dernière petite chose..Valeurs actuelles..comment dire…Avec me semble t’il Bardella qui donne son avis…c’est à la droite de la droite et de plus en plus..inquiétant..

      • L’attaque de l’auteur sur ses positions politiques est classique quand on n’a pas d’argument valable à opposer.
        La question n’est pas de savoir s’il est de droite, d’extrême-droite ou socialiste. La question est de savoir si ses arguments se valent et s’il y a d’autres arguments allant en sens inverse. Visiblement pas puisque l’OMS et les instances de santé françaises sont en train de faire un superbe salto arrière pour finir par promouvoir le port systématique du masque.

        • Je n’attaque nullement l’auteur ..ne soyez pas interprétatif..Je souligne seulement qu’il pouvait trouver ce rapport ailleurs que sur VA….

          • Vous répétez ce que vous avez entendu ou vous avez, ne serait-ce qu’une fois, lu ce journal?

            • certes mais sigmund et paf moins un ..la cause? il a osé aussi dire des VERITE concernant le remède raoult..vérité qui n’est pas si terrible, n’attendez pas tout du remède..

              parce que relisez ce qu’il écrit les mains.. la bonne critique eut été de dire..ben ouais mais si tu as un masque tu ne mets pas tes virus partout..ce qui n ‘est pas complètement faux..
              mais non..rappeler qu’il faut être rigoureux ..
              le masque ou les gants c’est pas magique..
              je suis allé au supermarché hier…des receveurs de cartes bancaire ..m^me pas un peut coup de disinfectant entre chaque client mais la caissière a des gants… sans doute pour la journée..

    • Et alors?! Parce que certains se tripotent le nez, on ne doit pas inciter à porter un masque?
      De plus, se tripoter le nez quand vous portez un masque est relativement plus difficile. Sur la vidéo de l’article, je n’ai vu aucun hongkongais se tripoter le nez ou fumer une clope…

      Ensuite la prévention complète c’est port du masque ET lavages réguliers des mains (savon ou gel). Il y a plus compliqué comme conduite préventive, non?

      • Oui l’asiatique n’est pas français…Il est un peu plus discipliné et respectueux des règles notamment hygiéniques …Après où je vous rejoins c’est sur la propreté que notre bon peuple redécouvre..

        • Je nous verrais bien abandonner ces pratiques répugnantes et antihygiéniques que sont le serrement demains et la bise.

          • Concernant la bise, c’est un geste très choquant pour la plupart des non-Français, qui le trouvent effectivement très anti-hygiénique.

            • y compris pour les français. J’ai des petites vieilles qui me racontaient combien elles étaient contentes du coronavirus pour éviter la bise.

        • A la décharge des français, pendant 2 mois, nos gouvernants n’ont pas arrêté de dire que tout allait bien et était maitrisé, que ce n’était pas grave et même que les masques étaient inutileq car inefficaces, qu’il fallait continuer à vivre…etc Ensuite confinement COMPLET…mais pas pour aller voter et qu’il fallait quand même travailler mais pas trop…etc Après cela, il ne faut s’étonner du manque d’adhésion de la population.
          Si le message avait été simple: masque systématique et lavage des mains (savon ou gel) dès janvier, on en sera pas là.
          Mais il est vrai qu’il n’y avait pas de masques ni de gel par le miracle de la gestion étatique.

        • je remarque qu’en réalité sigmund et cyde sont d’accord..masque et lavage de mains , on ajoutera vous êtes peut être d’accord des loustics dans les lieux de passage avec des produits désinfectants à nettoyer les surfaces stratégiques.
          si on s’engueule que ce soit sur la politique..

    • Se tripoter le nez… de quoi vous encourager à prendre les transpires en commun. De quoi partager ses miasmes.
      Mais vous ne verrez pas les polytocards les utiliser.
      Ils préfèrent les taxis.

      • en effet….ça justifie de na pas aller au boulot.. normalement c’est levée des emmerdements pour les véhicules individuels de ceux qui bossent.

  • le mensonge est consubstantiel au socialisme : sans lui, le socialisme ne peut exister.

  • Il est évident que le port du masque fait partie des mesures barrières
    de base ,on a encore un bel exemple de mensonge bien intentionné
    dont notre Etat a le secret dans ce genre de situation.

    • Que les politiques mentent n’a rien de nouveau ou surprenant. En revanche, le corps médical se rend complice par l’omerta et permet ainsi à l’exécutif d’enchaîner les erreurs et les retards.

    • C’était évident, mais au lieu de faire croire que ça servait à rien, demander à ce qu’on fabrique aurait été positif.

    • Cette affaire du nuage de Tchernobyl en dit long sur notre societé.Il semble incroyable que plus de 30 après l’intoxication ait ses partisants

    • Merci d’avoir rappelé l’histoire vraie de ce prétendu « contournement de la France par le nuage de Tchernobyl » qui n’est qu’une fable inventée par nos médias (que le monde entier nous envie, comme notre système de santé !) et reprise par les écolos anti-nucléaires style Michelle Rivasi et ses sbires.

    • le systeme est a la ramasse et ils veulent des augmentations?

      • Et oui ..et ils les auront..ce sont les héros de la nation..Entre nous un PH est plutôt très bien payé..Par contre revaloriser les infirmières , ASHs , brancardiers , manips radio ne serait pas scandaleux tout en diminuant par trois le nombre d’administratifs..

    • Le plus drôle, alors que c’est le problème, est qu’ils demandent même le recrutement de personnel administratif !
       » Il faut rouvrir des lits d’hôpitaux là où c’est nécessaire, reconstituer les troupes en réembauchant du personnel médical et non-médical, administratif et ouvrier, et le payer décemment »
      Délirant.

      • Oui, et reconvertir les employés de banque en anesthésistes avec des stages de formation de 15 jours.

      • Comme s’ils manquaient d’administratifs ou que la présence d’administratifs était indispensable aux médecins pour travailler! 🙂

        • Ca dépend ce qu’ils nomment administratif, l’intendance c’est classé où ? faire les repas ? commander les médocs ?
          Après les syndicats font pas trop de tris, car ça pourrait coincer niveau popularité.

    • ça vaut pas un moins 4 non? bon..l’avis des syndicats, collectif n’est pas l’avis des réanimateurs non plus. mais détail..

      • Vous pointez avec justesse le détail de l’histoire qui s’invite subrepticement sous couvert d’un lien anodin.

    • je cite  » Il faut rouvrir
      des lits d’hôpitaux là où c’est nécessaire » et j’arrête immédiatement de lire…

        • L’Allemagne a 4 fois plus de lits de réanimation pour 22% de population en plus. Comparez le nombre de décès…

        • pourquoi??? parce qu’ils ont oublié d’ajouter en en fermer où il y en a trop, ce genre de phrase est un marqueur pour moi..
          c’est une réaction sans doute excessive de ne pas lire la suite;.mais j’ai un vrai problème avec ce genre de discours..

          d’abord le simplisme.. la réalité est que de determiner combien de lits sont nécessaire est compliqué..sans doute non objectivable.. vous avez des
          questions telles la probabilité dune crise comme celle que nous vivons qui imposer de la reserve..mais combien..suffisamment bien sur..mais combien?

  • je crois que les « autorités » médicales sont encore plus daubées que leurs collègues politiques..
    c’est a qui va sortir un énormité pour passer a la télé
    Franchement ce cirque est devenu un scandale

  • « Pour Marina Carrère d’Encausse, on a menti sur l’utilité des masques « pour une bonne cause » »

    Il ne leur reste plus qu’à démissionner pour la bonne cause. Et au regard de la catastrophe sanitaire et économique, il s’en tireront bien si on en reste la …

    • Ca va être dur de rester sur une chaîne publique,et son comparse qui fait profil bas maintenant mais qui a seriné au début que c’était une grippette ,sur ordre?ou de part son côté blagueur?

  • L’illustration flagrante de la désorganisation de ce pays…en quoi nos élus ont-ils la charge d’acheter et de fournir des masques… pour ensuite se pavaner dans la presse en les distribuant. N’existe t il pas dans le labyrinthe de notre fonction publique de nombreux services qui sont chargés de le faire…? et comme c’est leur travail et avec nos impôts… En toute discrétion…

  • Saluons le revirement… sous la pression?
    Il est evident que la sortie du confinement va s’accompagner du port obligatoire d’un masque.
    Di ça permet à l’économie de redémarrer ce sera un moindre mal.
    Et espérons qu’il y aura également un revirement sur la chloroquine de la part de nos politiciens girouettes!

    • Ben, j’ai cru comprendre qu’on testait la chloroquine, les antiviraux, le plasma, etc … sur les patients en état de grave atteinte pneumologique qui d’après Raoult ont les poumons infectés par les bactéries mais plus de virus ?!?

      Encore un gros détail qui m’échappe. Raoult n’a peut-être pas le médicament miracle, mais c’est quand même sa spécialité ?

      • Sa spécialité ? Quand on écrit depuis 18 ans des rapports pour des politiques et qu’on dirige un Institut, quelle spécialité a-t-on encore ? Ca ne prouve pas que la chloroquine soit inefficace, mais c’est loin d’être un indice marquant d’efficacité.

        • Raoult est reconnu comme un des meilleurs, sinon le meilleur spécialiste mondial en infectiologie…
          C’est bien qu’il ait pu faire des rapports… enterrés lar les politiciens.

          • Voilà une conception de la science à laquelle je ne puis adhérer. Entendons-nous bien, j’adorerais avoir quelqu’un comme lui pour défendre le budget et les programmes de mon labo de recherche, et les résultats que j’aurais pu y obtenir. Il est également certain que ce labo ne peut pas, avec les indices de citation de celui qui a forcément son nom sur toutes les publis, être mauvais ni même simplement moyen. Ce qui donne même, dans mon idée, un a priori favorable pour la chloroquine.
            Mais la spécialité de Raoult est la promotion de son labo, point. Le personnage doit être mis de côté, et les véritables travaux examinés pour ce qu’ils valent, indépendamment de la réputation passée de celui qui les cautionne. Réputation qui n’est d’ailleurs pas sans tache, n’a-t-il pas dit à propos d’un papier où il faisait partie des auteurs, déclencheur de conflit avec l’ASM : je n’ai pas écrit le papier et je n’en ai même pas vérifié la dernière version ?
            Donc en résumé, préjugé favorable pour la chloroquine (qualité du labo), défavorable pour les régulateurs publics qui ne facilitent pas son expérimentation, et non-pertinence complète des gesticulations de martyr et prétendues compétences extraordinaires de Raoult lui-même.

        • -4 ? Eh bien on va rigoler en 2022 quand Raoult aura été élu Président de la République par acclamations !

        • Il n’y a pas que la recherche dans la vie d’un médecin.

          Raoult signe probablement les travaux des autres (comme tous les chefs de services), mais son expérience dans le traitement des infections est certaine vu son age et son poste. Quoi qu’on pense de ses méthodes ou sa grande gueule, faire le contraire de ce qu’il dit être indispensable pour soigner est fortement risqué pour les patients – si quelqu’un s’en préoccupe encore dans cette affaire …

  • Si le poytocard français n’est pas discrédité vis-à-vis de l’électeur français, c’est à se tirer des balles dans la tête.

    • Malheureusement, quelques subventions habilement placées suffiront à compenser d’autant plus que 56% de la population ne paie pas d’impôts. Vous pouvez déjà mettre les balles dans le barillet…

    • Regardez la télé une ou deux fois le soir…

  • En dehors de la mascarade des masques, reste toujours l’histoire du traitement Plaquenil + azithromycine de Didier Raoult.

    J’ai cru entendre dire qu’il y avait deux essais qui étaient en train de tester ce traitement (avec d’autres), Discovery (INSERM) et Hycovid (CHU Angers et autres). Et, récemment, j’ai cru comprendre que ces deux essais ne testeraient pas le traitement préconisé (600mg d’hydroxychloroquine + 500/250mg d’azithromycine par jour sur 10 jours) mais uniquement l’hydroxychloroquine et à des doses différentes. De plus, Discovery est un ensemble d’essais à 5 « bras » dont 1 avec placebo, mais portant sur des malades en phase 3, cad déjà très atteint alors que Didier Raoult préconise de traiter les patients au début et que lorsqu’ils arrivent en soins intensifs le traitement ne sert plus à rien (charge virale faible + problèmes pulmonaires à traiter autrement).

    Je n’y comprends donc plus rien puisque en quoi ces essais vont-ils mesurer la validité du traitement de l’IHU Méditerranée-Infection ?

    • Ils ne cherchent pas à valider le traitement de l’IHU, ce serait reconnaître que le Pr Raoult a eu raison avant eux. Donc ils cherchent un autre traitement.
      Ils discréditent le Pr avec son « essai sur 24 malades » en occultant le fait que ce traitement a été utilisé en Asie avec succès.
      Ils préconisent de donner le traitement du Pr Raoult lorsque les gens sont déjà en réa, donc quand ça ne sert plus à rien, pour pouvoir dire bientôt que le traitement du Pr est inefficace et qu’ils ont trouvé mieux.

    • je ne suis pas scientifique mais il me semble que vous avez raison.. mais de toutes façons raoult applique son traitement donc on va connaitre l’efficacité quand on pourra analyser ses chiffres, on ne peut pas maintenant me semble t il.. restera bien sur l’effet placebo eventuel , .mais peu importe..
      non..on va savoir..

      pour juger de la mortalité dans les gens traités par raoult..
      il faut savoir si la population de patients traités correspond à celle pour laquelle la mortalité est mesurée ailleurs en france.. et accessoirement attendre un peu car il s’agit d’un flux dynamique..il ya des gens qui vont peut être mourir..et ne le sont pas encore..pour comparer il faut avoir rendu les choses comparables…

      la mortalité qui est donnée en général est notoirement variable pour des raisons de méthode…et c’est un facteur de 1 à 20… le fait des tester les gens non « malades » change TOUT.

      • +1000
        L’ennui, c’est que le gouvernement s’oppose à Raoult avec des arguments qui ne tiennent pas, mais s’il suffisait de voir le gouvernement s’opposer à vous avec la plus grande bêtise pour avoir raison, depuis le temps, ça se saurait.

        • « avec des arguments qui ne tiennent pas,  »
          Oui, vous le savez. Mais pour que tout le monde le sache, il faudrait laisser la parole à ceux qui peuvent apporter la contradiction.
          Or les médias sont verrouillés. 2 milliards de subventions comptent plus qu’un vrai débat contradictoire…

      • Leur histoire de groupe de contrôle est complétement bidon depuis le début. Ils ont les autres CHU qui ne donnent rien ou des cachets inefficaces comme comparatif. Après ils ont juste de la catégorisation de patients pour comparer. Qu’il ait effet de placebo ou non n’a aucune importance, au contraire plus un malade croit à un médicament plus il est efficace. Donc opérativement ça suffit, scientifiquement non.

    • « en quoi ces essais vont-ils mesurer la validité du traitement de l’IHU Méditerranée-Infection ? »
      Malheureusement, je crains que cet essai serve à casser la méthode Raoult plutôt que la valider. Si jamais il s’avère que la méthode Raoult est efficace avec peu d’effets secondaires négatifs, ceux qui ont refusé de la laisser être appliquée sous la responsabilité des médecins, deviennent des criminels responsables de milliers de morts. Impensable de permettre cela!

      En parallèle, au cas où la situation deviendrait délicate, on modifie la constitution pour faire en sorte que le Président soit moins facilement éjectable…
      https://www.senat.fr/rap/l06-194/l06-19412.html

  • Le scandale n’est pas tant que nous n’ayons pas eu de masques en stock avant l’arrivée du virus, mais bien que le gouvernement n’ait pas été capable de dire : nous n’en avons pas, fabriquez-en.
    Le besoin de se sentir indispensables à tous les niveaux de la vie de chacun les a amenés à préférer mentir sur un sujet aussi grave.

    • Tout à fait d’accord. J’aurais mille fois préféré qu’on nous dise « On n’a pas de masques, mais faites des masques vous-mêmes. Même s’ils ne sont pas homologués X ou Y, c’est mieux que rien ». Avec quelques instructions, on est quand même un certain nombre à savoir bricoler ou coudre et utiliser correctement un masque.
      Mais évidemment, ça nécessite de penser que le citoyen est capable de se débrouiller, de faire lui-même, de se fabriquer quelque chose d’utile. Même si cette chose n’est pas ISO 9000000X, tamponnée, ordonnancée, Afnorisée…

  • Pour information, voici les recommandations de l’OMS:
    https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/when-and-how-to-use-masks

    Quand utiliser un masque ?

    Si vous êtes en bonne santé, vous ne devez utiliser un masque que si vous vous occupez d’une personne présumée infectée par le 2019‑nCoV.
    Portez un masque si vous toussez ou éternuez.
    Le masque n’est efficace que s’il est associé à un lavage des mains fréquent avec une solution
    hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
    Si vous portez un masque, il est important que vous sachiez l’utiliser et l’éliminer correctement.

    Voici celle du CDC (très différentes):
    https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/prevention.html

    Voici enfin les recommandations du John Hopkins Hospital:

    https://www.hopkinsmedicine.org/health/conditions-and-diseases/coronavirus/how-can-i-protect-myself-from-coronavirus

    On le voit 2/3 ne recommandent pas le port systématique du masque, surtout et meme chez les asymptomatiues.

    • Et alors ? Porter un masque ne peut pas faire de mal, et c’est un signe fort qu’on se préoccupe de de ne pas favoriser la transmission du virus.
      Sans parler de la traduction par la WMO de « you only need to » par « vous ne devez »… Pas étonnant qu’il y ait encore des incompréhensions, des épidémies et des guerres avec de pareils traducteurs à l’ONU et dans ses émanations !

    • A partir d’aujourd’hui, je ne mettrai plus ma ceinture de sécurité en voiture QUE si je fonce à 150 vers un mur et que mes freins de fonctionnent pas.

    • Si vous mettez une ceinture de sécurité en voiture, il est important de savoir ne pas l’enrouler autour du cou comme une écharpe.

      En outre, il faut disposer d’une disqueuse à portée de main pour couper le mécanisme d’attache en cas de blocage et d’immersion de la voiture dans une rivère ou dans la mer.

  • Ceux qui aujourd’hui essaie de faire passer Didier Raoult pour un charlatan. que ce soit dans le but de « Masquer » leur fautes criminelles , ou de promouvoir des intérêts personnels, sont d’authentiques ordures. Cela doit être dit, et répété, jusqu’à élimination du « risque ».

    • Masquer des fautes criminelles ou indûment promouvoir des intérêts personnels est toujours le fait d’authentiques ordures. Que vient faire là-dedans la référence au Pr. Raoult ?

      • « Que vient faire là-dedans la référence au Pr. Raoult ? »
        Sans doute parce que c’est un exemple très actuel qui évite l’effort de s’en remémorer d’autres et d’ouvrir une liste interminable.

    • C’est bien parce que le protocole proposé par le professeur Raoult reposait sur des dépistages très important pour donner son traitement en début de contamination, pour eviter les atteintes pulmonaire massive, que D Raoult a été prioritairement attaqué, il fallait masquer l’impossibilité de multiplier les tests. Voila pour la partie « Masquer » de mon post. Je ne perdrais pas de temps sur l’aspect fric et conflit d’intérêt, Lévy, Lacombe Buzyn sont des noms connus, du moins par quelques uns.
      En dehors de poumons une autre cible d ce virus est le cerveau la lecture et sa compréhension pourrait en faire partie.

      • Proposer un protocole qui repose sur des dépistages massifs, alors qu’on devrait pertinemment savoir que les moyens de ces dépistages ne seront pas disponibles, ça n’est pas très constructif. Sauf pour virer les incapables en place, mais virer les incapables en place c’est ce qu’on a fait à maintes reprises, ça ne met en place que d’autres incapables. Il est urgent de permettre l’application réaliste et objective d’actions malgré les incapables en place, et de former les gens à reconnaître les mérites de ces actions indépendamment de ceux qui les soutiennent, aussi beaux parleurs soient-ils.

  • Absolument, cette histoire de masques en France est une farce.
    Le point-clé, dans un de vos précédents articles :

    « Le porteur de masque n’est pas protégé mais protège la personne en face de lui, donc symétriquement si la personne en face de lui porte aussi un masque, il est lui-même protégé ! »

    Une coquille dans l’article :
    « en raison de l’imprévoyance, qui ne s’est pas limitée qu’aux seuls masques). »

    qui ne s’est pas limitée aux seuls masques.

    • C’est d’autant plus hypoctrite que c’est pareil avec le lavage des mains :

      Se laver les mains toutes les 5 minutes protège surtout les autres en évitant de disséminer ses virus ou ceux qu’on collecte sur les mains.

      A moins de se relaver les mains à chaque fois que l’on touche une surface ou un objet on n’est pas protégé, car le fait de se toucher le visage est inconscient.

      • C’est l’intérêt des gants, on remarque plus facilement qu’on est en train de se gratter ou se toucher le visage.

  • Non seulement ils ne cherchent pas à valider le traitement du Pr Raoult mais on pourrait presque penser que les études l’incluant sont faites pour le discréditer.

    • Pourquoi le grand professeur dans son essai initial a retiré les 6 patients partis en réanimation dont un est décédé..?? Qui inclut il dans ses essais..Des patients positifs covid mais avec quels symptômes..??? Connait-on la charge virale et son évolution dans les 80 % de cas dits bénins..Introduire le traitement chez ces personnes change t’il la donne..?? Ce traitement est-il uniquement prescrit sur des formes plus sévères….??? La PCR est fiable à 70% ce qui introduit un biais supplémentaire dans les études..Bref beaucoup de questions en suspens..

      • Certes mais lire son interview dans le Figaro de ce we dans laquelle il explique sa démarche ,elle peut s’entendre …

      • Voir une série The Knick ,même romancée,sur la médecine au début du 20e siècle dans un hôpital New Yorkais où comment les médecins tatonnaient et faisaient des découvertes essentielles dont certains ont laisssé leur nom à des découvertes ou techniques chirurgicales encore utilisées,ils étaient obligés d’avancer face aux dégâts des maladies,ils n’avaient pas l’administration d’aujourd’hui dans les pattes …
        Rappel dans cette série de la découverte de la notion de porteur sain …

    • Oui, tout à l’envers.
      De toutes façons ils font TOUT à l’envers.

  • Comment peut-on parler de la pénurie de masque un 5 Avril, sans citer l’étude fouillée de Mediapart (dont je hais les thèses habituelles) qui explique, citations à l’appui, la façon catastrophique dont l’affaire des masques a été traitée en France depuis Janvier 2020. Cette étude de 29 pages, intitulée « Masques les preuves » est datée du 2 Avril.
    Encore une fois, lisez, oubliez les auteurs, et on en reparle ensuite. Je possède le fichier en pdf (1Mo) pour ceux que cela intéresse

  • Le gouvernement était dans un « corner » , un véritable cauchemar de comm . J’imagine la scène au 20H : »nous avons affaire à un virus extrêmement létal, seuls des masques peuvent nous en protéger efficacement. Bon le truc c’est qu’on n’en a pas  » . Je crois qu’ils auraient été lynchés. La vérités est qu’ils crevaient de trouille. Alors ils ont donné d’autres infos et consignes à Mrs S. NDiaye pour qu’elle serve de paratonnerre. C’est comme les russes de Tchernobyl : la vérité n’était pas audible alors ils ont nié l’accident, nié la contamination, envoyé les gens sur site avec des protections de pacotille, et cela tout simplement parce que la vérité n’était pas acceptable . Je pense que le gouvernement a peur.

  • Sans avoir fait l’ENA, il semble quand même logique de penser que le masque est un moyen de protection contre les virus respiratoires particulièrement précieux. Il est honteux de la part des politiques et des media d’avoir asséné un message contraire tout simplement parce que la France n’avait pas en stock les dits masques!

  • Les masques étaient si inutiles que leur port était même jugé contre-productif par le gouvernement pour qui cela risquait d’induire un relâchement des comportements ! La porte-parole du gvt dans un discours qui tient carrément de la fake news avait ainsi osé faire croire que les Français étaient trop bêtes pour s’en servir correctement.
    Aujourd’hui, les mêmes vont nous expliquer que le masque est essentiel, au point probablement de tenter de le rendre obligatoire. La seule chose pouvant retenir le gvt est sans doute le risque du tribunal si le statut du masque passe de « pas conseillé » à « obligatoire ». Moins risqué juridiquement de seulement le promouvoir…
    Quoi qu’il en soit, cela renforce le discrédit de la parole gouvernementale et éclaire d’un jour nouveau les autres affirmations péremptoires du type « le 80 km/h sauve des centaines de vies »… Où l’on comprend alors parfaitement que les propos du gvt sont de pure circonstance et sont avant tout liés à un calendrier politique fort éloigné de la réalité. En clair, le gvt recourt à des fake news pour ici augmenter la rentabilité des recettes des radars ou là pour cacher la réalité de la pénurie…
    En matière de sécurité et de santé publique, quelle autre leçon pouvons nous donc retirer du comportement de l’Etat sinon qu’il est impossible de lui faire confiance ?
    Triste constat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles