Hôpital public : l’État technocratique continue son travail de démolition

Depuis la crise covid, pilotée avec le brio que l’on sait, les agences ont gagné encore plus de pouvoir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Hôpital by BrotherM (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hôpital public : l’État technocratique continue son travail de démolition

Publié le 24 mai 2022
- A +

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exil. Pourtant, depuis 40 ans, la gauche et la technocratie, en général, n’ont que ces solutions à proposer, des impôts et des emplois publics. Convenons que la droite n’a pas brillé par ses alternatives. Persuadés, je suppose, d’œuvrer pour un État stratège qui n’est en réalité qu’un frein et un parasite, les fonctionnaires se sentent, hélas, obligés de justifier leur présence.

 

La Santé en ruines

Alors que le pays s’appauvrit en conséquence des positionnements cités, reflétant d’évidence une stratégie de haute volée, la santé n’échappe pas au massacre. La rue de Ségur a la réputation d’accueillir les derniers du classement de l’ENA mais j’avoue que les premiers ne me rassureraient guère plus. À l’occasion d’un passage télé, le brillant professeur Mejean a listé le nombre hallucinant d’agences en charge de la santé. Toutes n’entreraient pas ici.

Par exemple, les fameuses Agences Régionales de Santé se sont distinguées à l’occasion de la crise du covid : interdictions d’opérer, lits réservés au cas où et au doigt levé, transferts de patients totalement baroques, laissant à l’écart des structures privées dont les tarifs sont en gros deux fois moins élevés que ceux du public (T2A). Résultat : 3 à 5 % de mortalité et de morbidité supplémentaires par spécialité, la psychiatrie au bord de la crise et une profession démoralisée.

Évidemment, les remarques soulevées alors par les professionnels sur la balance bénéfice/risque sont restées lettre morte. Il apparaît aujourd’hui que des pays comme la Suède avaient finalement opté pour les bons choix. Chaque jour, nous recevions des kyrielles de missives, de la Haute Autorité de Santé, des ministères et des innombrables officines, de l’Ordre… Comment, médecin, après onze années d’études, pensez-vous que sont accueillis les ordres de fonctionnaires, alors que nous savons pertinemment qu’ils sont inadaptés ?

Et les affaires ont repris, les annonces apocalyptiques de la présidence s’étant révélées bien évidemment totalement infondées. Là encore, qui a écouté les confrères ? Nous frôlerions les 400 000 morts en novembre 2020, selon le président de l’État stratège… Depuis le covid, dont la crise a été pilotée avec le brio que l’on sait, les agences ont gagné encore davantage de pouvoir. Elles sont allées jusqu’à se croire compétentes en thérapeutique, contre-indiquant telle ou telle molécule. Peu importe que ces dernières aient été ou non adaptées.

Les agences n’étaient pas dans leur rôle ou bien alors j’ai le droit de produire des Cerfa. Chaque année, de nouvelles contraintes inutiles viennent s’ajouter aux précédentes. Depuis les années 1990 les urologues ont ainsi posé des milliers de bandelettes pour incontinence mais ils doivent maintenant en référer aux autorités non compétentes que sont les ARS avant d’œuvrer. Le médecin doit obéir, dans une ambiance pesante de haine de classe.

Durant les années 1980 les chefs de service hospitaliers ont été privés de leur pouvoir dans une atmosphère tout aussi détestable. C’étaient les mandarins, ces ignobles privilégiés. On a mis à leur place des gestionnaires et des tableurs, avec le succès que vous observez. À cette époque, l’État a décidé qu’il était impossible que les urgences soient assurées par les médecins généralistes. Seul l’hôpital public convenait.

Vous pouvez aujourd’hui admirer le résultat de la manœuvre et Marie-Sol Touraine, ministre de la Santé très socialiste, proche de Terra Nova, a œuvré afin qu’il en soit de même en cancérologie, domaine pour lequel la collaboration privé/public est excellente. Les services publics ne souhaitent nullement récupérer l’activité de cancérologie mais tant pis. Tant pis pour les patients dans l’hypothèse de listes d’attente. Je suppose que la gestion financière en sera facilitée.

 

La crise sanitaire n’a fait qu’aggraver les choses

Le covid a été la goutte de trop, quand le système avait digéré les épidémies de 1957-58 et 1969-70 sans sourciller. Tout d’abord, les infirmières ont démissionné en masse. Elles travaillaient 7 ans en moyenne jusqu’alors mais sont passé à 5 années. D’héroïnes, mères, maîtresses et sœurs dans les cœurs en 14-18, elles sont aujourd’hui devenues des agents. Leurs salaires sont trop bas, leurs conditions de travail indignes. L’hôpital, comme les cliniques des grands groupes financiers, a appliqué les méthodes de gestion des grandes surfaces aux structures de soins et les pauvres infirmières doivent se montrer à même de passer de la cardiologie aux urgences et du jour à la nuit.

Des pions… Confrontées au manque de personnel, infirmier et aide-soignant, les ARS doivent maintenant fermer des structures dans la plus absolue confusion. pour l’État français le rationnement est une forme d’accomplissement : le voilà comblé pour des années. Cela nous vaudra bien quelques fonctionnaires et agences supplémentaires. Ici, ce sont les soins de suite et de réadaptation, et nos surveillantes s’arrachent les cheveux : comment opérer si les patients n’ont pas de solution à leur sortie ? Pire, à Bordeaux ce sont les services d’urgences.

Que ceux qui vantent les compétences des ARS aillent s’y faire soigner, pour voir. Départs, arrêts de travail, conséquences de la crise covid : ce sont 40 % des urgentistes qui font défaut. Là encore, on est passé près de la grève, après que le ministre Veran a réformé les tarifications d’un système privé indispensable au roulement, voilà quelques semaines. À Bordeaux et ailleurs, le temps d’attente augmente, et donc le risque d’accident, et après deux années de galère, les patients perdent patience. C’est le bazar généralisé… Je vous le concède : le pouvoir actuel n’a pas créé le problème, conséquence d’années d’incurie mais les solutions qu’il adopte sont précisément celles qui y ont mené.

 

La folie interventionniste détruit l’hôpital

On dira que je suis vieux et que je me lasse. Mais voir ce système, premier au monde en 1980, aujourd’hui au-delà du dixième rang, se délabrer de la sorte, me navre. Et puis je suis un futur patient. Pour le moment, le système fonctionne grâce à la conscience professionnelle d’acteurs que l’État entend soumettre à sa folie interventionniste mais ne rêvons pas.

Comme dans les pays pauvres, lesdits acteurs baisseront les bras et songeront de plus en plus souvent : « tant pis, j’ai moi aussi des problèmes et des mois difficiles. » Je n’aime pas me montrer pessimiste mais, d’évidence, la crise économique va frapper plus fortement en France qu’ailleurs. Les dépenses accordées par le président ont frôlé le délire. Le risque avait été largement amplifié par le ministère de la Santé et asphyxier le pays n’était pas la solution. Selon certains syndicalistes, certaines cliniques ont même préféré percevoir les subsides et interdire aux confrères d’opérer, prétextant un courrier des ARS qu’elles n’avaient jamais adressé : il était plus rentable de procéder de la sorte.

Dans ce marasme, un petit signal libéral, que les autorités ne capteront pas, a brillé dans les ténèbres. Six milliards d’euros ont été facturés pour des tests PCR largement injustifiés. Les sommes ont été encaissées par des laboratoires alors que le personnel s’épuisait à enchaîner les procédures imposées par l’État. Les structures se sont équipées en séquenceurs. Les équipes ont amélioré leurs pratiques. Le séquençage va donc largement progresser en France. Pour une fois l’argent public sera utile aux citoyens qui l’ont produit, plus particulièrement en cancérologie.

Ce pays de fonctionnaires a largement montré ses insuffisances. Voir à sa tête un pur produit de la tristement célèbre technocratie française, de surcroît de gauche, n’augure rien de bon. Il faudrait dix bonnes années à un libéral pour réduire la fonction publique, assainir la fiscalité, redonner de la marge aux entrepreneurs, libérer la pression phénoménale appliquée sur les professions libérales, qui conduit de nombreux confrères au salariat. Me concernant, c’est acquis : je ne connaîtrai aucun revirement favorable. J’espère au moins ne pas m’éteindre en solo, oublié sur le chariot d’un service d’urgence en surchauffe, un méchant soir en France socialiste.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Avatar
    jacques lemiere
    24 mai 2022 at 7 h 30 min

    aie sauver l’ahopital public sur un site dit libéral.. puis sauver la retraite par répartition, l’education nationale..
    on pourrait commencer par donner une definition d’un hôpital public tolérable , et son financement..

    quel est la mission d’un hôpital public?

    je vais le répéte rmais le fameux principe de base de la sécu chacun est soigné selon ses besoins…chacun paye selon ses moyens.. laisse à penser que le besoin médical est objectif et non subjectif..
    dent en plâtre ou dent en or? on a le risque de l’utilitarisme..le risque de peur collective… imposée par des experts..dans la vie on choisit ses risques!!!!

    le risque du médecin mais en fait du technocrate qui régit votre vie..
    on a crée une crise sociale et économique et marché sur les libertés parce qu’on a refuse d’avoir une crise sanitaire, un virus cause une crise hospitalière public!!!

    non discutions de l’hopital public…on verra ensuite si il est bon de le sauver..

  • La vrai question qui se pose c’est de savoir quelle institution va crever en premeir ?
    L’Education nationale ? La Santé ? ou L’armée ?
    Macron evidement ne le sait pas lui-méme.

  • Bravo Mr Dupuy
    Vous n’êtes pas seul, nous sommes des dizaines de milliers à penser comme vous. La population commence à comprendre, même dans les grandes métropoles, à quel désastre nous conduisent nos dirigeants

  • Le débat hôpital public/cliniques privées semble de plus en plus un faux débat vu que l’Etat à de plus en plus le pouvoir sur tout le système hospitalier. La crise du covid l’a amplement démontré avec l’interdiction de prescrire faite aux médecins ou l’interdiction au privé d’accueillir les malades transbahutés d’un hôpital à l’autre, voire même à l’étranger par avion alors que des lits étaient vides à deux pas dans le privé!
    Tiens , à propos de lits, une histoire illustrant la mainmise de l’administratif sur le médical:
    Mon épouse opérée d’un cancer du sein en 2020 devait subir la semaine dernière une opération de reconstruction dans une clinique privée en région parisienne. Tout était bouclé avec les praticiens concernés ( chirurgien, anesthésiste), analyses diverses et test covid en poche. Résidant à 400km de Paris, nous arrivons la veille en région ( hébergement, repas etc) pour être sur place le jour J. Arrivés 15mn avant l’heure à la clinique, tout allait bien jusqu’à ce que l’on apprenne que malgré avoir effectué toutes les démarches nécessaires et en temps utile (par internet), tout était prêt ( chirurgien, anesthésiste, salle d’opération) sauf que le service des entrées avait juste « oublié » de prévoir une chambre et un lit! Inutile de préciser l’ambiance de l’accueil (il y avait 3 malades dans notre cas) et la consternation des équipes soignantes devant cette gabegie! Malgré leur dévouement, nous avons du renoncer et faire reporter l’opération en juin! Bilan de l’opération: 800km pour rien plus les péages, plus le stationnement, plus l’hébergement sur place ( deux nuits) et une note de frais conséquente ( près de 1000€) pour devoir remettre ça dans un mois! Je précise que le choix de cette clinique était incontournable vu que l’opération en question n’est pratiquée que par de rares chirurgiens en France et dans quelques établissements privés seulement.
    J’ai bien envie de présenter le mois prochain ma note de frais aux services administratifs de la clinique! Et moi, je ne fais qu’applique le barème syndical, sans dépassements d’honoraires!
    La santé, c’est foutu ( comme dirait H16).

  • Bravo M. Dupuy,
    votre article démontre une fois de plus que l’on va dans le mur dans beaucoup de domaines et la santé est avec l’industrie l’un des piliers le plus affaibli.
    Ma fille, médecin anesthésiste dans l’hôpital public, avec des horaires démentiels et des gardes à répétition pendant la pandémie s’est vue quasiment traiter de fainéante par une fonctionnaire administrative de son hôpital ( « si vous vouliez être aux 35 heures, il fallait aller travailler à la Poste » dixit la fonctionnaire bien placée aussi pour critiquer les salariés de la Poste!)
    Du coup ma fille a décidé de partir dans le privé ( et peut-être même en Suisse vu que mon gendre est suisse et aussi professionnel de santé!
    Et après on s’étonne qu’en traitant les professionnels de santé qualifiés de cette façon, ils se barrent sans intention de retour!

    • Bonjour.
      Le problème de l’hôpital, c’est que les médecins sont astreint à faire 10 demi journée de travail par semaine, mais la demi journée peut être de 2 heures ou de 6 heures suivant les services. Payé pareil suivant le sacro-saint principe d’égalité. Ce qui fait qu’un médecin dans un long séjour peut travailler 3 fois moins que celui qui est dans un service de garde ( un vacataire en général et souvent étranger)

  • Le pire c’est que le débat sur la santé n’a même pas eu lieu pendant la campagne présidentielle, qui nous a été volée.
    Nous ne pouvons pas en vouloir à nos autorités d’avoir paniqué avec l’apparition du Covid. Par contre nous sommes en droit de leur en vouloir d’avoir systématiquement persisté dans l’erreur, de nous avoir mentis et de n’avoir tiré aucun enseignement de ces 2 années.
    Le monde médical doit aussi faire son auto critique.
    Comment peut on accepter que des médecins aient proposé de ne pas soigner les non vaccinés ?
    Pourquoi a t’on injecté un vaccin expérimental et inefficace à des enfants ?
    Comment un médecin peut il accepter d’être payé pour déclarer un décès Covid ?
    Rappelons que le passe sanitaire est toujours exigé pour accéder à certains soins, plus personne n’en parle.
    Enfin les citoyens que nous sommes sont tout aussi coupables que nos autorités, coupables d’avoir tout gobé.
    Coupables d’avoir accepté des auto attestations débiles pour aller promener son chien ou faire pisser Mamie…
    Nous sommes globalement satisfaits de cette politique puisque Macron a été reconduit facilement.
    Si Véran est élu député, ce sera le pompon !

    • Vous avez raison JP, mais le monde médical est tenu étroitement par la bride de la Sécu et l’épée de Damoclès du Conseil de l’Ordre, qui en agissant comme une société secrète est aux ordres des autorités de tutelle. Je doute fort que des médecins dignes de ce nom soient prêts à faire leur autocritique dans ces conditions. Les dérives que vous citez me semblent être le fait de personnels dont l’éthique serait susceptible de poser quelques problèmes déontologiques!
      Enfin, oui, nous, patients, nous sommes coupables, mais nos autorités nous ont forcés à tout gober en condamnant les récalcitrants sans jugement, juste par le bon vouloir des jupiter véran et consorts!
      Et donc, en même temps que les populations soumises acclamaient les soignants jetés en première ligne du combat sans les protections adéquates, il aurait été sain, dans ce pays où le principe de précaution est venu polluer la constitution, que les mêmes populations soutiennent leurs soignants en refusant massivement les mesures les plus idiotes.
      Nous avons laissé passer l’occasion, et Macron a été reconduit pour 5 ans;
      Alleluia! CPEF

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nombre cas covid hôpital
4
Sauvegarder cet article

Je suis probablement un cas isolé... mais figurez-vous que l’hystérie covid commence à me sortir par trous à PCR. J’entends covid et, soudain, « le printemps adorable a perdu son odeur ». Je me crispe, je fronce le bec, je serre les poings et je ne tarde pas à voir rouge. Deux ans que nous subissons la ritournelle de technocrates nuls en sciences, eux comme ces divers laquais qui prétendent nous enseigner les subtilités d’une médecine qui leur échappe. Au secours…

Ils ont aligné tant d’âneries et de contre-vérités en si peu de mois, po... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Avant l’arrivée des vaccins, les gouvernements avaient pour ainsi dire fermé leurs frontières à double tour pour « protéger » le peuple. Mais maintenant que les pays relativement libéraux ont finalement abandonné la plupart de leurs restrictions internes, on pourrait croire qu’il serait plus facile de voyager et/ou d’émigrer. Oh mon tendre fils de l’été…

La levée des restrictions n’est qu’apparente. Au Japon par exemple, les touristes peuvent effectivement venir s’ils acceptent une surveillance digne de Big Brother. Si leur pays n’est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles