« Laisser faire » l’être humain pour parvenir à la richesse des nations

Bilan du 9ème Weekend de la Liberté organisé par le Cercle Frédéric Bastiat. Le seul moyen d’en finir avec la pauvreté et de parvenir à la « richesse des nations » est de laisser agir l’être humain et de faire confiance à son esprit créateur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Rainbow by jiihacxi(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Laisser faire » l’être humain pour parvenir à la richesse des nations

Publié le 3 octobre 2018
- A +

Par Patrick de Casanove.

« Considérations sur la nature et les causes de la richesse des nations » était le  thème du 9ème Weekend de la Liberté organisé par le Cercle Frédéric Bastiat.

La richesse des nations au Week-end de la Liberté

L’affluence y a été très nombreuse et la présence de nombreux étudiants bien appréciée. Ils ont apporté un supplément de dynamisme à cette manifestation bien ancrée dans le paysage libéral français.

Les conférenciers, de grands talents, se sont succédé tout au long du congrès : Olivier Babeau, Jean-Marc Daniel, le Général Jacques Favin Levêque, Vincent Ginocchio, Guido Hülsmann, H16, Yorick de Mombynes, Virginie Pradel, Corentin de Salle, Patrick Smets. Ils ont abordé les sujets les plus variés ayant un lien avec la richesse des nations.

Il est possible de regrouper ces sujets autour autour de trois grands thèmes :

  • Les innovations. Innover caractérise le génie créateur de l’être humain. Ont été détaillées les cryptomonnaies, le transhumanisme, l’internet.
  • L’économie. Les grands classiques du libéralisme ont été traités : la fiscalité légère, la liberté économique, l’État minimum, la concurrence, la sécurité qui protège les Droits Naturels individuels.
  • La culture et l’éthique. Culture au sens de « l’ensemble des aspects intellectuels, artistiques et des idéologies d’une civilisation ou d’un groupe particulier. »

Le libéralisme ne se limite pas à l’économie

Il est nécessaire de s’arrêter un instant sur ce dernier item. Le Cercle Frédéric Bastiat est une association culturelle. Il est important de bien assimiler que le libéralisme ne se limite pas à l’économie. La culture de respect des Droits naturels individuels (Liberté, Propriété, Personnalité), et l’éthique, font partie de ses fondamentaux. Il ne peut y avoir de libéralisme s’ils sont foulés aux pieds.

C’est pourquoi le libéralisme est complètement différent du socialisme. Le libéralisme ne vole personne, ne porte tort à personne, il est juste et moral. C’est grâce à cela qu’il est performant et efficace. Le socialisme vole tout le monde et, au bout du compte, porte tort à tout le monde.

« C’est ce qui est arrivé. La chimère du jour est d’enrichir toutes les classes aux dépens les unes des autres ; c’est de généraliser la Spoliation sous prétexte de l’organiser. Or, la spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières ; de là une multitude infinie de plans d’organisation : tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, Droit au travail, Droit au profit, Droit au salaire, Droit à l’assistance, Droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, etc. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de Socialisme. » Frédéric Bastiat, La Loi (1850).

Cette spoliation à beau être légale le socialisme est injuste et immoral, parce que ce n’est pas la loi qui fait la justice, ni la moralité. C’est à cause de cela qu’il échoue toujours.

La situation française est mauvaise

La France est épuisée par une « crise » qui n’en finit pas, désespérée par l’incurie des politiciens en charge du pays depuis des dizaines d’années. À force d’en souffrir, beaucoup de Français réalisent enfin que le système n’est pas le modèle que les hommes de l’État leur vendent. Ils aspirent à un véritable changement.

L’élection d’Emmanuel Macron a suscité une immense attente. Aujourd’hui c’est la désillusion. Les prétendues réformes, qu’elles concernent l’éducation, la fiscalité, le Code du travail, la santé, les retraites, la SNCF etc. ne sont, à la lumière de Frédéric Bastiat, que des changements de paramètres, des modifications de réglementation.

La situation du pays est mauvaise. La dette publique officielle de la France dépasse les 2 400 milliards d’euros, (montant aussitôt prononcé, aussitôt dépassé), aucun budget n’a été équilibré depuis 1974.

La pénurie existe partout : pénurie de travail, plus de 6 millions de chômeurs toutes catégories confondues, pénurie de logements, pénurie de soins médicaux, (déserts médicaux, files et délais d’attente), insécurité grandissante etc.

Le Grand duc est nu mais « en même temps » il s’agite beaucoup. Impuissant à sortir la France de la pente fatale où lui et ses prédécesseurs l’ont précipitée, il tente de détourner les Français de leurs préoccupations en jouant le moralisateur à l’ONU. Il se pose en sauveur du monde alors qu’en même temps il est incapable de sauver notre pays.

Les gouvernements successifs ont toujours menti en affirmant qu’il n’y avait pas de solution autre que l’étatisme pour protéger les Français et en même temps les conduire à la prospérité. C’est pourquoi il était important de se se pencher sur les causes de la richesse et de la prospérité des nations.

Cela peut être résumé simplement.

La prospérité ne peut venir que du respect des droits naturels

Pour qu’il y ait prospérité il faut qu’il y ait le respect des droits naturels individuels : Liberté, Propriété, Personnalité. Ce qui veut dire respecter le libre échange, qui est le libre usage de sa propriété. Il est la première cause de la richesse des individus. Toutes les autres en découlent. L’Homme est créateur.

« La même somme d’efforts humains, c’est-à-dire les mêmes services, la même valeur réalise une somme d’utilité toujours plus grande. […] Le lecteur voit bien maintenant ce qui constitue la vraie puissance de l’échange.[…] C’est tout simplement que, lorsqu’un homme dit à un autre: « Ne fait que ceci, je ne ferai que cela, et nous partagerons, » il y a meilleur emploi du travail, des facultés, des agents naturels, des capitaux, et, par conséquent, il y a plus à partager. » Bastiat, Harmonies économiques, Échange (1850).

C’est le libre échange qui crée l’harmonie entre les Hommes. Ce sont les individus qui agissent. Les individus libres, et prospères font la richesse des nations. Des individus embrigadés, formatés, collectivisés ne peuvent créer aucune richesse et la communauté entière s’appauvrit.

Quant à l’État il ne crée rien non plus.

« En effet, l’État, ne l’oublions jamais, n’a pas de ressources qui lui soient propres. Il n’a rien, il ne possède rien qu’il ne le prenne aux travailleurs » Propriété et loi (1848).

Regarder l’évolution de l’humanité permet de constater qu’aucune innovation utile à l’être humain n’est due aux politiciens. Par contre leur imagination coercitive, destructrice est sans bornes : l’imagination fiscale, l’imagination réglementaire, l’imagination carcérale avec les camps de travail, de concentration, d’extermination. La liste n’est pas exhaustive.

Le libéralisme permet de sortir de la misère

Dans les faits c’est le libéralisme qui depuis le XIXème siècle a sorti des centaines de millions de personnes de la misère, a entraîné l’abondance matérielle, les loisirs et une meilleure santé pour les individus. Au début du XXème siècle le protectionnisme et l’étatisme nous ont conduits à l’extension de la pauvreté, à la guerre mondiale, à l’extermination de masse.

C’est la libéralisation des échanges, certes incomplète et « régulée », qui dans la seconde moitié du XXème siècle a permis de retrouver la voie de la prospérité. Elle a conduit à une réduction considérable de la pauvreté mondiale, à une prospérité matérielle et à un état de santé des populations jamais encore atteints. En ce qui concerne notre continent, ce n’est pas la technostructure européenne qui a apporté la paix en Europe. C’est le libre échange entre ses pays.

Certes il reste encore beaucoup de misère sur Terre. En France elle progresse. Il y avait les pauvres, puis il y eut les nouveaux pauvres, puis sont apparus les travailleurs pauvres. Sans oublier les SDF, puis les mal logés et enfin les retraites de misère.

Le plan du gouvernement consistant à donner des aides aux pauvres ne les fait pas sortir de la pauvreté. Ils deviennent des pauvres subventionnés. Il faut un filet de sécurité comme dit Bastiat, mais seule la liberté économique permettra la disparition de la pauvreté.

La Sécurité est indispensable à la prospérité. Elle doit garantir et défendre les Droits Naturels individuels. La sécurité et la justice en France sont en déliquescence ou détournées de leur fonction. Elles obéissent à des lois et règlements décidés par les politiciens. Elles défendent un système socio-économique et une organisation sociale bien plus que les biens et les personnes. Le seul service public qui a vu ses effectifs fondre est l’armée, qui n’est plus que l’ombre d’elle même.

Ne vous leurrez pas, la liberté économique n’intéresse pas les politiciens, pas plus que l’éradication de la pauvreté, pas plus que la sécurité. Ils perdraient leur pouvoir. Les hommes libres, prospères, vivant en sécurité n’ont pas besoin de politiciens. Tandis qu’un grand nombre de pauvres aidés, des secteurs économiques régulés et subventionnés, une insécurité grandissante leur sont utiles. Parce qu’alors les gens dépendent d’eux. Ils leur doivent la survie.

Il existe aujourd’hui une discordance entre une république vantée comme en marche, où les « réformes » avanceraient trop vite et la réalité du terrain où, au mieux, rien ne bouge. Cette contradiction est dangereuse parce que les tensions s’accumulent et le risque d’explosion s’accroît au fil du temps. Comme en tectonique des plaques, le blocage accumule d’immenses quantité d’énergie, libérées d’un coup dans un tremblement de terre.

Aussi étonnant que cela puisse paraître à un gouvernement qui veut « sauver la planète », il ne peut rien contre les tremblements de terre. Mais il peut éviter les catastrophes économico-sociales dont il en est le seul générateur

Que doit faire l’État ? Il ne doit rien faire, il doit laisser faire.

« Je dis : Laissez faire, en d’autres termes, respectez la liberté, l’initiative humaine… » Bastiat, Responsabilité, chapitre XX Harmonies économiques (1850)

Le seul moyen d’en finir avec la pauvreté et de parvenir à la « richesse des nations » est de laisser agir l’être humain et de faire confiance à son esprit créateur.

Faire comprendre cela aux Français est le rôle du Cercle Frédéric Bastiat et la mission du Weekend de la Liberté.

Voir les commentaires (60)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (60)
  • le but est le bonheur..pas la plus grande richesse matérielle..

    il y a des pauvres volontaires et c’est tout à fait honorable quand ils assument leur pauvreté.

    la défense de la liberté ne peut pas être matériellement utilitariste.

    mais à part ça..

    • D’accord sur le matérialisme. Respectueusement, pas d’accord sur le terme « bonheur ».

      La revendication du bonheur par tous mène aussi au socialisme.

      Accomplissement, complétude, recherche du Bien… OK.
      Le problème du bonheur c’est qu’il est inatteignable, ou trop tôt perdu face à la brutalité de la vie.

    • Je trouve qu’il est aussi très honorable de vouloir être riche et de penser que cela peut être une source de bonheur. C’est ça la liberté!

  • « Le libéralisme ne vole personne, ne porte tort à personne »
    C’est juste faux.
    La Terre+Soleil est un système fermé, donc tout ce que A prend , [B,C..Z] ne l’aura jamais.
    Vous pouvez dire que A ne vole pas [B,C..Z] puisque les lois ou les droit l’y autorisent, vous pouvez dire que A ne porte pas tort à [B,C..Z] les lois ou les droit l’y autorisent, dans la réalité, dans les faits, tout ce que A prend , [B,C..Z] ne l’aura jamais.
    Premier arrivé, premier servi.
    Plus gros bras ou plus gros cerveau, mieux servi.
    Vous continuez à raisonner comme il y a 200 ans, lorsque l’économie a été théorisée, que la démographie mondiale était faible, que les ressources étaient virtuellement illimitées. le facteur limitant etait alors la main d’oeuvre et le capital.
    Les conditions ont changées, les postulats de départ ne sont plus du tout les mêmes, vos réflexes libéraux sont juste obsolètes, vous vous mentez à vous-même et aux autres, du coup.
    Comment voulez vous que des gens conscient du monde dans lequel nous vivons, adhèrent à des idées obsolètes, déconnectées de la réalité ???

    • Vous vivez dans une grotte ?
      « La Terre+Soleil est un système fermé, donc tout ce que A prend , [B,C..Z] ne l’aura jamais. »
      Le soleil ne se lève pas tous les jours ?

      • @Homo Orcus
        « Vous vivez dans une grotte ? » c’est tout ce que ça vous inspire….
        « Le soleil ne se lève pas tous les jours ? » Si, et alors ?
        Dois je déduire de vos propos laconiques, que l’énergie solaire est fortement disponible, le cycle du carbone, du vivant peut avoir lieu.
        et vous ne vivez que de ressources parfaitement renouvelables, au rythme où elles se renouvellent, quand elles le sont ?
        et vous êtes tout seul sur Terre ?

        • @ la tête pleine de vide
          le Cycle du carbone, cycle de l’eau, programme de Cm1. Révisez, sinon vous ne passerez jamais en cm2. J espère que les divisions avec décimale vous savez faire.

        • @ L’intoxiqué au CO2 : la galaxie est un système limité. C’estrophorrible…

          • @MichelC
            Voilà vous montrez le vrai visage de certains dits libéraux qui ne respectent pas l’humain, ni la vie, juste leur petit nombril, rien que leur petit nombril.
            ça c’est pour @ L’intoxiqué au CO2
            .
            « la galaxie est un système limité. C’estrophorrible… »
            Ça n’a rien d’horrible du tout puisque nous n’y avons déjà pas accès.
            Ce n’est pas demain la veille que nous coloniserons le système solaire, soyons déjà raisonnable…
            Bref votre remarque est irrespectueuse dans l’intitulé, et un affront a l’intelligence sur la « limite ».
            En clair vous me prenez ouvertement pour un c.. , vous tournez en dérision un point de vue qui vous dérange et contre lequel vous n’avez aucun argument, cher respectueux libéral.

      • Les trolls vivent en effet le plus souvent dans des grottes.

      • Et la terre reçoit 4 dix-milliardièmes de l’énergie émise par le soleil, et en renvoie la totalité vers l’espace, à quelques pouillèmes près qui tracassent les réchauffistes. Quand on captera la totalité de l’énergie solaire avec une sphère de Dyson de type II, voire de type III, on pourra accommoder dans les 10^25 fois plus d’être humains, ou si on se limite à 1000 fois plus qu’aujourd’hui, leur permettre de vivre 10^22 fois plus richement qu’aujourd’hui. Je reconnais que la conversion d’énergie en matière est assez consommatrice, mais quand-même !

        • @MichelO
          « Quand on captera la totalité de l’énergie solaire avec une sphère de Dyson de type II, voire de type III »
          Lorsqu’ on sera capable de construire cela, c’est que nous auront la technologie pour voyager dans l’espace comme aujourd’hui on prend sa voiture.
          il n’y aura plus de limitation sur les ressources.
          Intéressant mais ça me semble très utopique pour l’avenir proche quand on pense que l’on s’inquiète à propos du pétrole, c’est a dire pour nos transports sur la planète seulement.

    • Ça me saoule les mal comprenants qui maîtrisent mal les sophismes que c est trop voyant.
      Ne voulez vous pas émigrer au Venezuela ? C est bien là bas, ils ont des idées neuves et innovantes qui créent la misère.
      Votre post est incompréhensible.

      • @AerosolKid
        « Votre post est incompréhensible. »
        Vu votre niveau de réponse cours de récré, ça ne m’étonne pas .
        Posez au moins des questions avant de critiquer ce que vous ne comprenez pas, on ne vous a pas appris ça à l’école ?
        D’autres disent que j’enfonce des portes ouvertes, faudra vous accorder …

        • Le débile qui insulte les autres. Cela suffit, vous n’avez rien à faire sur ce site où on échange des idées et non des réflexions méprisantes du genre réponse cours de récré!

          • @Virgile
            C’est en substance ce que j’ai dit a AerosolKid qui a commencer lourdement dans ce registre.
            De quoi vous mêlez vous , vous n’avez pas vu la chronologie et l’escalade.
            A part agresser les gens vous avez quelque chose a dire d’intéressant ?

        • Non, non. Vous n’enfonçez pas les portes ouvertes. Vous avez raison.
          Je suis d’accord avec vous 🙂

          Vous enfoncez les portes grandes ouvertes :mrgreen:

    • Oui, les conditions ont changé: tout va mieux. Il y a 200 ans, la misère était la condition par défaut de l’humanité. Et l’humanité n’a pas fini de vous épater. Ayez donc un peu confiance en vous-même et en notre espèce, unique, irremplaçable, maîtresse de son destin.
      La religion du renouvelable ne vous sauvera pas de la mort du soleil par manque d’hydrogène. C’est une extrapolation à la con, n’est-ce-pas? Mais c’est la même chose que tous les raisonnements sur les ressources terrestres: on utilise le peu de données disponibles actuellement pour imagine un future lointain et on se fait peur.
      Oh, accessoirement, « A prend, Z n’aura rien », c’est un raid viking. Les libéraux prônent l’échange…

      • @talkinghead bien sûr.

      • Merci à Pangzi et Jean Manchzek pour vos réponses
        .
        Désolé de décevoir mais le sujet n’est pas l’alarmisme malthusien
        Le sujet n’est pas non plus « il y trop d’humains », ou « l’humain est mauvais ».
        .
        Le sujet est les ressources non renouvelables sont données une fois pour toute sur la planète.
        Cette constatation pour simplement introduire la logique que tout ce que je prend , n’est plus disponible pour un autre, pour introduire que nous vivons dans un système fermé.
        Les PIB des pays occidentaux stagnent ce qui confirme que toute accroissement de richesse important d’un individu, se fait au détriment d’autres.
        Par ex, si l’on reparti le PIB entre tous les habitants de la France, cela fait 1800€ net par personne, enfants compris.
        En ne donnant pas cette somme aux enfant , cela ferait plus par adulte
        En quoi cela serait un nivellement par le bas ?
        Comment justifiez vous moralement qu’un individu puisse posséder 100 fois ce qu’un autre possède, alors que je jeu est à somme constante.
        Tout accroissement de sa richesse est au détriment des autres.
        N’y voyez vous pas une forme de privation imposée sur les autres, puisque le jeu est a somme constante, à la fois sur les ressources et sur les PIB ?

        • Mais vous avez raison, je l’admet : ces enfoirés d’hommes préhistoriques ont cassé tous les silex, les sagouins :mrgreen:

          Les PIB des pays occidentaux stagnent ce qui confirme que toute accroissement de richesse important d’un individu, se fait au détriment d’autres.

          Oh purée, la démonstration d’enfer. Il suffit de juxtaposer 2 prédicats, et la preuve est faite. Enfin, selon vous.
          J’y vois la progression de l’état, comme en France. D’ailleurs, au Letzburg, la progression du PIB a été de plus 4% ces dernières années. Ces sagouins ont du bouffer tous les silex…

          alors que je jeu est à somme constante oui je jeu…

          Depuis que l’homme saccage la planète, il est étonnant qu’il existe encore. Au fait que faites vous terre ❓ Vous êtes venez en soucoupe volante ❓

          Tout accroissement de sa richesse est au détriment des autres.

          Aujourd’hui, la richesse n’est pas comptabilisée en matières premières.

          bla bla

          Oui bla bla.

          • @MichelC Je vous laisse a vos délires entre vous et vous.

            • Vous voyez double ❓ Vous avez bu ❓

              • @MichelC
                Alors ni l’un ni l’autre, mais les évidences que vous m’attribuez et qui ne sont pas miennes, pour ensuite mieux me tourner en ridicule, ça ne se passe qu’entre vous et vous même, je suis étranger a vos délires.
                Ce n’est que votre problème.
                si encore vous montriez un minimum d’écoute et cherchiez a comprendre mais non , votre opinion est faite depuis des siècles, alors vous déformez les propos de l’autre pour le détruire.
                Stratégie classique de la mauvaise foi.

        • Merci d’avoir clarifié votre point de vue. Je ne suis en effet pas d’accord sur la notion de jeu à somme constante; vous considérez la création de richesse comme un phénomène purement extractif mais ce n’est pas vrai. Pour prendre un exemple simple, le même champ (la ressource naturelle, dont la surface est limitée) travaillé par un individu (la ressource humaine) produit plus maintenant qu’il y a 50 ans. On ne peut pas concevoir l’activité humaine comme purement extractive. La boutade de MichelC sur le silex a l’air simple, mais cela illustre que la ressource essentielle à un niveau de développement donné devient inutile à un autre.

          Je crois que nous ne sommes pas d’accord sur la nature et la disponibilité des ressources non renouvelables. A quels exemples pensez-vous?

          Une fois posé mon désaccord sur le jeu à somme nulle, je n’ai bien sûr plus d’objection à l’apparition d’écarts de richesse: particulièrement si, dans son ensemble, l’humanité devient de plus en plus prospère, ce qui est bien le cas, de façon démontrée.
          Si c’est l’inégalité qui vous gêne, je me permets de signaler que l’existence d’une hiérarchie est une caractéristique de base du vivant et d’autre part, qu’aucune société humaine n’a aboli la hiérarchie, surtout pas celles qui prétendaient abolir la propriété.

          • @Pangzi
            « vous considérez la création de richesse comme un phénomène purement extractif »
            Effectivement, absolument tout est lié à des ressources, renouvelables ou pas.
            C’est le ou pas qui pose problème, voire le renouvelable lorsqu’on le consomme plus vite qu’il ne se renouvelle (ex poissons )
            Les œuvres intellectuelle telles qu’une chanson ou un livre, que l’on pourrait considérer comme immatérielles , ne le sont pas du tout, déjà à travers les Hommes qui les créent.
            Un Homme= de la nourriture, un logement, un transport, de l’énergie, des outils, etc…
            Votre exemple agricole , même si la variété est a rendement génétiquement amélioré, consomme des intrants, soit des ressources non renouvelables.
            Absolument toute activité consomme des ressources, même dormir:logement, lit, draps lessive, lave linge, eau, énergie.
            .
            Le nombre d’atomes sur Terre étant fini, la pression humaine sur les ressources étant importante comme jamais, l’aspiration à l’élévation du niveau de vie des pays émergents étant forte, accroît la pression sur les ressources en général, Il semblerait logique et équitable de partager les dites ressources.
            .
            Le postulat libéral (jamais explicitement formulé à ma connaissance) envisage le monde (la Terre, pour l’instant) comme une ressource infinie.
            Vu sous cet angle, l’accroissement de richesse important d’un individu n’est pas un problème, le gâteau étant vu comme infini.
            S’ils sont jaloux, les autres n’ont qu’a faire pareil, le monde est ouvert et les attend.
            Ce fut vrai sans problème, il y a 2 siècles.
            ça l’est beaucoup moins à 7Mds et à fort niveau de vie et/ou à niveau de vie croissant.
            .
            Le fait est que les PIB des pays riches sont quasi stables, ce qui signifie que le gâteau des richesses crées est là aussi, fini (sans en connaître forcement les raisons avec certitude)
            Il pourrait être équitablement partagé…
            Le contraire me semble moralement difficilement soutenable, vu ce qui est exposé plus haut, le postulat libéral des ressources infinies étant de fait faux, la logique de l’individu libre des autres est fausse également, me semble-t-il.

            • Merci pour votre réponse argumentée.

              Le problème que nous avons, c’est que nous confrontons des points de vue très théoriques sur ce que l’avenir nous réserve, sans bien sûr pouvoir les confronter à notre boule de cristal infaillible. Par contre, et je ne dis pas cela pour vous embêter, si l’on regarde le passé, la finitude des ressources n’a jamais posé de problèmes autres que momentanés.

              Au final, peut-être que vous dites « notre époque est exceptionnelle, rien ne marchera plus comme avant. » Et je pense que non, que l’aventure humaine suit son cours et que le jeu de la liberté des échanges restera plus efficace que la planification (quand on parle de partage on en vient toujours à planifier, non?)

              Sans mentionner le monstrueux casse-tête, très concret, qui sera celui de mettre en place la redistribution, ou le partage, que vous envisagez. Les hommes étant ce qu’ils sont (ne commençons même pas à parler des politiciens) quiconque aura le pouvoir d’organiser ce partage se retrouvera en position d’organiser l’injustice à son compte.

              Pour la question des atomes, dans mon exemple idiot et agricole, à peu près tout est soit renouvelable soit très largement disponible. A quels exemples concrets de ressources pensez-vous, qui vont nous faire défaut dans des délais relativement courts?

              • @Pangzi
                Merci pour votre réponse intéressante.
                « nous confrontons des points de vue très théoriques sur ce que l’avenir nous réserve »
                Théoriques je ne sais pas, j’aurais plutôt dit des points de vue factuels.
                Au hasard de youtube, si vous avez le temps :

                https://www.youtube.com/watch?v=CGZtf_Srkqo
                mais je ne souhaitais pas tomber dans l’alarmisme malthusien.
                Je souhaitais simplement mettre en avant que tout a une limite.
                Vous ne semblez pas le nier et êtes optimiste, vous pensez qu’une solution à tout émergera ,comme ça toujours été le cas par le passé.
                En étant pessimiste (réaliste de mon point de vue 🙂 ) je dirais oui également, mais en passant par quelle crise ?
                Notre période a ceci d’extraordinaire que de multiples crises s’annoncent, je suis d’accord on ne peut prédire quand et comment mais tout de même, je vois quelques points critiques: dette, pétrole, phosphate, changement climatique le tout couplé à la démographie croissante.
                Le pétrole a sauvé les baleines, le charbon a sauvé les forets, qui sauvera le pétrole ?
                .
                « quand on parle de partage on en vient toujours à planifier, non? »
                Pa nécessairement. Lorsqu’il y a 10 on partage 10, lorsqu’il y a 9 on partage 9, on ne planifie pas nécessairement de produire 10 ou 9. Chacun étant libre de produire à sa guise, dans la structure qu’il souhaite, en individuel ou en coopérative, surtout dans ce qui le met en joie; ou en cas de crise ,dans ce qu’i lest en conscience nécessaire de faire en tant qu’individu responsable.
                « quiconque aura le pouvoir d’organiser ce partage se retrouvera en position d’organiser l’injustice à son compte. »
                Je ne suis pas pour que quiconque ait un pouvoir.
                ça peut ne pas être un « quiconque » mais une machine impartiale (oridinateur) qui vous alloue une somme chaque mois.
                Certes vous pouvez avoir l’image en tête des ticket rationnement mais nous ne sommes plus dans la gestion de la pénurie.
                Partager un bon niveau de richesse (limité) est différent que de partager la rareté.

            • Le postulat libéral (jamais explicitement formulé à ma connaissance) envisage le monde (la Terre, pour l’instant) comme une ressource infinie.

              C’est faux. Avancez une preuve. Arrêtez donc de prendre les gens pour ce qu’ils ne sont pas…

              • @MichelC
                Qu’est ce qui est faux ?
                -Le postulat libéral jamais explicitement formulé ?
                – Le postulat libéral envisage le monde comme une ressource infinie. ?
                Penser que quiconque peut s’enrichir autant qu’il le souhaite, sans que ça nuise a personne, implique de penser le postulat que le monde est une ressource infinie.
                Si vous n’êtes pas d’accord, expliquez…

    • Cessez donc vos âneries! Le libéralisme n’a JAMAIS volé personne, ni ne lui a causé de tort, car c’est le respect de la personne!
      Pour voler quelqu’un il faut lui prendre ce qui lui appartient. L’air que nous respirons, la lumière, etc… n’appartiennent à personne. Votre raisonnement est débile, et contredit par l’histoire!

      • Puisqu’il n’y que l’échange mordant qui intéresse, serviteur…
        @Virgile
        Arroseur arrosé, comme bien souvent…
        Votre non-raisonnement est beaucoup plus intelligent sans doute ?
        « Pour voler quelqu’un il faut lui prendre ce qui lui appartient. »
        Et prendre ce qui potentiellement peut appartenir à un ou des autres, n’est-ce pas déjà du vol ?
        Si je prend tout l’air, il m’appartient, n’y trouverez vous rien à redire ?
        z’aviez qu’a y penser avant et construire un immense reversoir avant.
        Lorsque vous comprendrez que la propriété, au delà des bien de première nécessité est du vol, lorsque vous comprendrez que posséder c’est avoir du pouvoir sur les autres (je vous revends un peu d’air si ça vous intéresse de respirer ?) vous respecterez réellement l’humain et donc vous même.
        Pour l’instant vous ne respectez absolument pas l’humain, ni la vie, tout cela à cause du droit de propriété sur lequel vous ne posez aucune limite.
        Vous vous aveuglez vous- même avec des slogans qui ne tiennent pas la route.
        Méthode coué en quelque sorte…
        Peu de gens se font prendre a votre piège idéologique, sauf les politiques qui promeuvent vos doctrines, par cupidité et par inconséquence.
        Le peuple n’est pas idiot et aveugle, les populismes montent en réaction au libéralisme mondialisé.

        • Et prendre ce qui potentiellement peut appartenir à un ou des autres, n’est-ce pas déjà du vol ?

          Oh purée, c’est du lourd. Vous me prenez mon espace vital C’est du vol qualifié.

          Le reste est à l’avenant Poubelle.

          • @MichelC
            « Vous me prenez mon espace vital C’est du vol qualifié. »
            Voyez que vous saisissez ce que je veux dire.
            Cela ne sous entend pas de ne rien posséder mais sous entend d’être respectueux des autres dans sa possession qui se fait au détriment des autres.
            En clair ce n’est pas open bar, sans limite !
            « Le reste est à l’avenant Poubelle. »
            Une fleur libère son parfum et ne se soucie pas de qui le hume ou pas.
            Vous êtes libre de ne pas lire, de ne pas comprendre.

    • Bien vu Talkinghead, l’idéologie libérale est morte, effectivement tout ce qu’un individu possède est au détriment d’un’ autre chose’, puisque la terre est finie en espace et en ressources.
      Ils n’avaient pas vu ça en 1789, lors de l’écriture des droits naturels, le monde semblait sans limites à l’époque.
      Après la culture tribale solidaire des premiers temps (enfance),
      l’épisode de l’individualisme exacerbé n’aura été qu’un feu de paille (adolescence),
      vue la démographie, vues les ressources limitées du globe, arrive l’age adulte où nous retournons vers la solidarité consciemment consentie(age adulte)
      …ou le chaos subi d’ado attardés (suicide collectif).
      A un moment l’égoïsme exacerbé se mord la queue, ce qui est assez risible au fond, si je n’étais concerné par ces inconséquences d’adolescent.
      Va falloir phosphorer dur le copains …
      A quand ‘libre de l’égoïsme’ ?
      Bien a vous.

  • Aborder l’économie avec en arrière plan le clivage gauche/droite est un défaut d’aiguillage.
    Un économiste dit socialiste est un imposteur : le socialisme ne présente aucune théorie économique viable. La première question posée est « comment répartir les richesses ? » sans se poser la question de les produire. Certains, plus affutés vous rétorque : Politique de la « demande » qui ne fonctionne jamais. Nous en sommes à la planification de la décroissance pour éviter la question de la création de richesses.
    Il faut donc aborder le sujet à partir du clivage dirigisme/libéralisme. Le libéralisme se suffit à lui seul alors que le dirigisme présente plusieurs niveaux d’interventionnisme à planisme, c’est-à-dire de socialisme à communisme. Le socialisme échec mène immanquablement au communisme.

    • @Homo Orcus
      « Nous en sommes à la planification de la décroissance pour éviter la question de la création de richesses »
      Je ne vous suis pas, je ne vois pas le rapport, pouvez vous expliquer ?
      Toute richesse même immatérielle nécessite une base matérielle.
      Un homme, de la nourriture, un logement, un transport de l’énergie etc…
      La démographie mondiale étant en forte croissance depuis 200 ans, les ressources matérielles sur Terre étant données une fois pour toute, de fait, les ressources potentielles par individus décroissent, d’autant plus avec l’usage jetable que nous faisons de certaines ressources.
      Une forme d’arrêt ou de ralentissement de croissance par individu semble inévitable.
      Donc que voulez vous dire avec cette question de le créations de richesse qui serait évitée ?
      La question de l’intérêt de la création de certaines richesses ?

      • « La démographie mondiale étant en forte croissance depuis 200 ans », eh oui, Malthus se trompe depuis 220 ans.

        • @Homo Orcus
          A part balancer de clichés vous savez répondre et argumenter ?
          Je vous demande un éclaircissements sur vos propos et… Malthus, c’est faible et pitoyable.
          Je m’attendais à mieux sur ce genre de site, Sans doute prônez vous la décroissance intellectuelle ?
          Je suis très déçu.

          • « La question de l’intérêt de la création de certaines richesse ?
            Pour sortir l’humanite De la misère. On fait ça depuis 5 siècles espèce d ignorant de l’histoire des hommes. Ce serait plus rapide sans votre mentalité d’envieux, de chouineuse et de voleurs socialistes qui aime l’argent gagné honnêtement pas les autres.

            Homo Horcus ne balance pas des clichés. Il vous cite des chiffres.
            Quand à vous vous ne balancez que des idées reçue de socialistes sans jamais un seul argument . Apprenez l’économie également.
            Ça ne vous plait pas ici, personne ne vous retient. Allez traîner les sur Les Crises ou le Monde diplomatique, vous y serez à votre aise.
            Si vous voulez rester, vous pouvez , mais n insultez notre intelligence sans nous avoir dévoiler la vôtre. Pour le moment je nai rien vu,uniquement des poncifs de gauchistes qui pense avec ton idéologie et non pas avec sa tête. Je ne vous répondrai plus. Votre démarche n est pas sincère, vous êtes un troll.

            • @AerosolKid
              Vous dites ne pas comprendre, je vous pardonne vos divagations avec encore moins d’arguments que moi, juste des clichés .
              Si vous ne comprenez pas que plus haut il y a un raisonnement et ne posez pas de question, vous êtes juste un c..

              • Non seulement vous prônez une religion totalement incongrue, contraire à ce qui ressort de cet article bien structuré, mais en plus vous insultez ceux qui se refusent à s’y convertir.
                @AerosolkKid : Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet — Georges Courteline

                • @MichelO
                  Vous n’êtes hélas pas impartial, vous protégez votre ami AerosolKid.
                  De plus vous ignorez la chronologies des échanges, c’est lui qui a commencé, je ne vois pourquoi je me laisserais insulter sans réagir.
                  Je ne fais que m’adapter au niveau de l’interlocuteur.
                  Tout ceci est inintéressant au possible, même moi je m’ennuis moi même…

                  • MDR. Je pense par moi-même, et si je me trouve une convergence de vues avec AerosolKid, c’est conjoncturel et a posteriori, ce qui est à notre honneur je crois à lui comme à moi.
                    Comme dans toute religion, vous faites votre propre exégèse en déformant le sens des mots et en jouant les faux naïfs sur les notions évoquées. Peut-être ne comprenez-vous « richesse » que comme une valeur matérialiste monétaire, et non comme la valeur qu’un bien possède de par les usages et les échanges qu’on peut en faire pour améliorer sa condition, mais venir donner des leçons pédantes sur le « nécessaire » appauvrissement général et les bornes supposées à l’amélioration de la condition humaine, au moment où le monde ne s’est jamais montré autant créateur de richesses et où seuls les politiciens vénaux et leurs amis propagandistes s’y opposent pour mieux en détourner les profits, c’est trop drôle !

          • Non. Malthus, le club de Rome, ou les apôtres de la décroissance, c’est exactement le même raisonnement, donc I’Orcus a raison de le citer. Pour le dire brutalement: les prophètes de malheur se plantent bien depuis 220 ans et plus…
            Mais faites-nous bénéficier de votre puissance intellectuelle… Quelles ressources seront épuisées l’année prochaine, ou dans un avenir vraiment très proche, que l’on ne saurait remplacer par une quelconque substitution?

          • On se fout de votre déception! Les gens insultants envers les autres, alors qu’ils avancent des sottises, sont grotesques.

            • @Virgile
              c’est un peu facile…
              On ne me répond pas de façon argumentée ou même pas du tout, juste des clichés lapidaires :Homo Orcus
              On m’insulte: AerosolKid
              je répond de maniéré proportionnée à AerosolKid
              Les Michel&Co et vous, n’êtes pas en reste concernant l’agressivité gratuite, des projections sur moi qui n’ont pas lieu d’être, pas d’ argumentation solide, juste des clichés, des slogans, des invectives.
              Qui est globalement insultant ? Achetez un miroir, je vous l’offre.

      • Vous dites deux choses, si j’ai bien compris :
        – l’homme est une nuisance
        – le monde est fini
        Si j’acquiesce partiellement à la première (une population mondiale plus faible nous epargnerait quelques soucis), je suis en désaccord avec la seconde.
        Le monde nous apparaît certes fini… mais seulement au vu de nos connaissances actuelles. Demain nous serons probablement capables de nous passer des ressources actuelles (ou nous en tirerons un bien meilleur profit) qui semblent se tarir. Sans forcément passer par la case décroissance, mais plus certainement en franchissant de nouveaux sauts technologiques ou de nouvelles étapes dans l’innovation scientifique. Comme nous l’avons toujours fait depuis environ 300000 ans.

        • Hmmm, la confrontation trollesque Manchzek/Talkinghead s’annonce virile, vigoureuse et dardée. On va apprendre plein de choses passionnantes sur le sens de la vie, la planification économique, la surpopulation des humains nuisibles, l’huile de palme et le CO², le commerce qui s’obstine à ne rien produire, à qui Beethoven a volé la 5e symphonie, la désespérante finitude du système terre+soleil, et même de l’Univers tout entier, et toutes ces sortes de choses. Prévoir de doubler la médication en fin de séance, avant le retour en chambre.

  • « Il est important de bien assimiler que le libéralisme ne se limite pas à l’économie »
    « Ce qui veut dire respecter le libre échange, qui est le libre usage de sa propriété. Il est la première cause de la richesse des individus. Toutes les autres en découlent »
    Le reste de l’article fait la part belle à la liberté économique.
    J’y vois là comme une légère contradiction. Comment, dès lors, ne pas penser que, pour le commun des mortels, le liberalisme se résume à la liberté économique ?
    Et où est donc passé ce fichu droit « naturel » à la Personnalité ? J’aurais apprécié un petit developpement là dessus.

    • L’article fait la part belle à la liberté économique car sans elle, aucune autre liberté ne peut exister. Si elle n’est pas suffisante, la liberté économique est la seule liberté nécessaire.

    • Il me semble que vous n’ayez pas bien saisi l’article. Pour que vous puissiez vous épanouir encore faut-il que l’environnement vous le permette. C’est impossible dans un régime qui limite, quand il ne la supprime pas, la liberté. Or l’état est coercitif et spoliateur! Le bon exemple sont les pays communistes, et même la France où la liberté est sans cesse restreinte par les politiciens! La loi sur les fake news en est la dernière manifestation.

  • Je ne saurais mieux dire!

  • Virer 1 à 2 millions de « ponx » hors régaliens voilà une grosse partie de la solution

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Damien Theillier.

Le bac de philo, c'est aujourd'hui. Chaque année, sont donnés au programme un certain nombre de notions ainsi qu’une liste d’auteurs académiques, de Platon à Sartre, pour résumer.

C’est un programme éclectique, qui laisse au professeur une grande marge de manœuvre pour faire les choix qui conviennent à son cours. La contrainte étant de fournir aux élèves un aperçu suffisamment complet des grandes écoles de pensée, afin qu’ils puissent traiter les sujets du bac sans faire de récitation, mais en exerçant leur... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Par Llewellyn H. Rockwell Jr.

Le Mises Institute a été fondé en tant que centre de recherche basé sur des idées libérales classiques qui ont toujours fait l'objet de critiques : les idées de Mises et la tradition de pensée qu'il représente. Cela signifie que l'accent est mis sur l'école autrichienne d'économie et, en philosophie politique, sur la liberté individuelle et la nécessité d'empêcher l'État et ses intérêts de l'écraser, comme tous les États du monde sont enclins à le faire.

La première priorité d'un tel institut est de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles