L’expression « en même temps », révélatrice de la pensée macronienne

Emmanuel Macron utilise volontiers l’expression « en même temps ». Que se cache-t-il derrière ce tic de langage ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expression « en même temps », révélatrice de la pensée macronienne

Publié le 22 mai 2017
- A +

Par Raffi Duymedjian1 et Jean-Marc Pistorello2.

Les mouvements politiques en cours nous donnent à réfléchir sur le monde qui nous entoure.

Le choix des mots semble, notamment, relever d’enjeux tout particulièrement puissants : le terme classique de ralliement se voit remplacé par celui de recomposition, trahison se métamorphose en émancipation. Il est ainsi parfois difficile d’y voir clair ! Et justement, ce thème de la clarté a été repris dans différents discours, sans pour autant intégrer le fait que la clarté a un prix, celui de conserver les grilles d’analyses du passé, au risque de perdre de vue les mouvements subtils du présent.

Mini-série en trois épisodes

Épisode 1 : Emmanuel Macron, encore candidat en campagne ce 17 avril 2017 en meeting à Bercy :

C’est un tic de langage […] qui voudrait dire que je ne suis pas clair. Que je ne sais pas trancher. Que je serais flou. Parce que vous savez, il y en a qui aiment les cases, les idées bien rangées. Eh bien je veux vous affirmer ce soir je continuerai à utiliser « en même temps » dans mes phrases mais aussi dans ma pensée. Parce que « en même temps », ça signifie simplement que l’on prend en compte des impératifs qui paraissaient opposés mais dont la conciliation est indispensable au bon fonctionnement d’une société.

Épisode 2 : François Baroin, le 7 mai 2017, au soir du deuxième tour, invité sur le plateau de France 2, martèle à qui veut l’entendre le mot d’ordre des Législatives qu’il entend mener pour Les Républicains : clarté face aux ambiguïtés du programme du Président Macron. « Le débat qui va s’engager sera le débat de la levée de l’ambiguïté, pour la clarté, car au fond, on ne se sait pas quelle sera la politique qui sera menée. », affirme-t-il, car quand « ils (les supporters d’En Marche !) sont en marche vers l’ambiguïté, nous, nous sommes en ordre vers la clarté », et d’ajouter « nous offrirons la grande clarté ».

À ces jeux de rhétorique et de contre-rhétorique s’ajoute un troisième épisode, qui en transforme l’interprétation.

Épisode 3 : Cécile Alduy, professeure de littérature à Stanford University, invitée sur le plateau de l’émission La Suite dans idées le 1er avril 2017, dit :

Emmanuel Macron (…) pousse à l’extrême (…) cette idée de la synthèse permanente dans la même phrase. Il y a toujours cette petite conjonction “et en même temps”.  Il y a (…) une impossibilité logique, d’un point de vue purement linguistique, dire “Je suis et de droite et de gauche”, soit on vide ces signifiants du moindre sens, soit ça ne veut rien dire.

Et Sylvain Bourmeau (animateur de l’émission) de rebondir :

N’importe quel philosophe logicien face à une phrase comme ça nous dit : elle ne veut rien dire.

Tandis que Mme Alduy confirme :

Exactement, je suis et A et B ça ne veut rien dire si A et B sont des opposés.

L’opposition clarté/ambiguïté semble ainsi largement dépasser la polémique politicienne pour atterrir dans le débat académique de la parole. L’ambiguïté macronnienne serait comme une faute logique qui vide tout son discours d’une quelconque crédibilité. Pauvre Emmanuel Macron qui s’entêterait, donc, à fabriquer des propos illogiques, incohérents, insensés, accusation bien plus grave, donc, que la simple ambiguïté…

Et pourtant, n’avez-vous jamais dégusté des plats sucrés/salés, rencontré des ambidextres et menti pour le bien d’autrui ? N’avez-vous jamais osé, pris par une bouffée de subtilité, oublieux de cette mise en garde nietzschéenne « Malheur à moi ! Je suis nuance ! », affirmer que le monde n’était point binaire mais essentiellement nuances de gris ?

L’attrait pour une pensée claire, structurée et cohérente

La clarté chassant les ombres de l’ignorance ou des illusions… Cette image nous ramène à Platon et son mythe de la caverne. Or Platon, nous rappelle Gilles Deleuze dans son Abécédaire, fait la promotion de la pureté du concept en résonance avec cette clarté nécessaire.

Puis Descartes, dans la continuité de Platon, nous engage à suivre ce conseil : « Je jugeai que je pouvais prendre pour règle générale, que les choses que nous concevons fort clairement et fort distinctement sont toutes vraies. » La clarté est ici affaire de vérité, et l’on imagine sans effort où se situe le doute(ux), le trouble, l’obscur mais aussi l’imprécis, le confus ou le vague.

Rien de mieux, donc, qu’une pensée et qu’un discours clairs, dont le déroulement suit les principes de la logique. Daniel Kahneman, prix “Nobel” d’économie, identifiant mode rapide et intuitif (système 1) et élaboration lente et logique (système 2), va dans le même sens quand il se désespère de voir l’essentiel de nos décisions dominé par un « système 1 » perclus de biais cognitifs.

Pourtant, certains penseurs font un autre choix en tentant l’impossible, celui de nous inviter à accueillir ce qui effraie l’homme aussi bien dans sa chair (la peur du noir, les dangers qui se tapissent dans l’ombre) que dans sa tête (l’aversion à l’ambiguïté) qui, parfois se confondent dans un « quand c’est flou, il y a un loup… »

Éloge de l’ombre, du trouble et de l’ambiguïté ?

Jun’ichirō Tanizaki, immense écrivain japonais lauréat du prix Nobel de littérature en 1964, s’essaie en 1933 à donner son avis sur l’Occident tout en valorisant sa propre culture, en pleine période de nationalisme aigu. Dans un ouvrage d’une beauté tout extrême-orientale intitulé Éloge de l’ombre, Tanizaki parle de

ces Occidentaux (…) toujours à la recherche d’une clarté plus vive, [qui] se sont évertués, passant de la bougie à la lampe à pétrole, du pétrole au bec de gaz, du gaz à l’éclairage électrique, à traquer le moindre recoin, l’ultime refuge de l’ombre.

À l’opposé, les Japonais

n’éprouv(ent) nulle répulsion à l’égard de ce qui est obscur, (s’y) résign(ent) comme à l’inévitable : si la lumière est pauvre, eh bien, qu’elle le soit ! Mieux, (ils s’y) enfon(cent) avec délice dans les ténèbres et leur découvr(ent) une beauté qui leur est propre.

Différence de culture sans doute. Mais la volonté d’épouser la complexité entraîne également des penseurs occidentaux dans cette direction. Ainsi en est-il de François Dagognet. À la fois docteur en médecine et philosophe spécialiste de l’épistémologie, il « commet » en 1994 dans une collection au nom évocateur, « les empêcheurs de tourner en rond » un petit ouvrage intitulé Le trouble.

Il y reconnaît l’importance, certes, de « définitions nettes et de repères fixes », mais il nous engage surtout à « accepter l’existence de fait de situations troublées, et, en conséquence, (le besoin d’) entrer dans une épistémologie de l’interférentiel et de la contamination ». Une pensée qui se veut capable de saisir la diversité du monde doit prendre garde à ne pas prendre trop de hauteur au risque de lisser les anfractuosités supprimées par l’usage de catégories générales étouffantes.

C’est précisément ce risque d’enfermement que souligne Gilles Deleuze parlant du désir comme d’un rhizome filant sous terre et profitant des moindres faiblesses du terrain pour s’y déployer. Il propose de « penser avec ET, au lieu de penser EST, de penser pour EST » et nous enjoint d’« essayez (cette) pensée tout à fait extraordinaire, et (qui est) pourtant la vie ». Car le EST fige, fixe, classe, compare et, finalement empêche de penser mais, surtout, de vivre.

Enfin, Edgar Morin est encore plus explicite dans ses propositions. Face à un François Baroin pourfendeur de l’ambiguïté, il affirme : « Si on n’a pas ces multiples sensibilités à l’ambiguïté, à l’ambivalence (…), à la complexité, on est très peu capable de comprendre le sens des événements ».

Il conseille d’ailleurs de développer une éthique de la compréhension qui cesse de réduire les modalités du bien penser à l’obsession des idées claires qui nous piège dans des caricatures de catégories – droite et gauche, social et économique, jusqu’au mémorable « ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi », pour entrer plus volontiers dans un processus de clarification jamais terminé et toujours prudent dans ses conclusions… toujours temporaires.

Une dernière histoire pourrait illustrer ces propos. Dans le cadre de la chaire Mindfulness, bien-être au travail et paix économique, nous avons eu la chance d’interviewer un dirigeant qui nous a relaté cette bien étrange histoire : celle d’une entreprise, la sienne, qui s’est portée au secours d’un concurrent en difficulté dont l’usine venait d’être ravagée par une inondation.

Les raisons de ce sauvetage, un mélange de compassion – « nous faisons le même métier, ça aurait pu être nous », et de considérations économiques – « notre client commun aurait cessé ses commandes aussi bien auprès de ce concurrent que de nous-mêmes puisque nos produits étaient montés sur le même système ».

Nous aurions tellement aimé, dans cette histoire, discriminer chaque critère, identifier la proportion de compassion et de calcul économique voire, même, savoir lequel est premier dans la décision. Or, à chacune de nos questions toujours plus insistantes, visant toujours plus de précision et de clarté, son unique réponse était « c’était tout mélangé ! ». Accordons-lui le bénéfice de la sincérité, et admirons cet usage du ET, du « en même temps », dans sa capacité à embrasser la complexité de toute action humaine.

Sur le web-Article publié sous licence Creative CommonsThe Conversation

  1. Professeur associé, Grenoble École de Management (GEM).
  2.  Intervenant innovation, Grenoble École de Management (GEM).
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « en même temps » me fait penser à « androgyne ». Appliqué à Macron cela signifierait qu’il a de la compassion(genre féminin) ,de gauche, du pragmatisme(genre masculin),de droite…..comprennez vous maintenant son succès ?.
    Cette androgynie se retrouve aussi chez Hollande et chez pas mal de politiques….cela explique d’ailleurs cette impossibilité de trancher caractéristique du politique francais.l’impression que la droite et la gauche c’est la même chose vient aussi de là . Le dernier mâle fut sans doute Pompidou ,depuis nous élisons des androgynes…sûrement l’apport du vote féminin et de son émancipation !

    • @ reactitude

      Votre conclusion ne tient pas!

      G.Pompidou était essentiellement gaulliste, en continuité avec le Général, mais à sa façon à lui, plus « bonhomme » et moins empesée!

      Par contre, Ch.De Gaulle était « en même temps » un « dictateur », prenant conseil auprès d’un groupe restreint mais, finalement, décidant seul, d’autorité.

      Mais aussi démocrate, quittant définitivement l’Élysée en 12 heures, sur un résultat négatif à son dernier referendum!

      C’est notre lot à tous et à toute la réalité du monde: nous sommes ambivalents, non pas en blanc ou noir, mais le long de cette échelle de gris nommée dans l’article.

      Pensez simplement au nombre de couleurs différentes de votre téléviseur la prochaine fois que vous aurez envie de dire que c’est blanc ou noir!

      La vie est autrement plus subtile et nuancée que ce que nous sommes capables de concevoir et d’exprimer!

      Donc oui, la réalité a besoin de la droite et de la gauche, … des libéraux et des autres!

  • Bientôt, pour être dans l’air du temps, il conviendra de dire et d’inscrire sur son CV et ses papiers: je suis « en même temps » et homme et femme. Bref, l’égalitarisme basique!

    • @ Mariah

      Ce n’est pas de l' »égalitarisme basique », c’est une meilleure expression de la réalité! Une femme théorique est capable d’enfanter, un homme pas.
      La différence chromosomique c’est XX contre XY.
      La distinction morphologique, c’est la masse musculaire et la masse graisseuse, les organes génitaux développés, le développement des seins , du bassin et encore mille autres détails.
      Les différences cérébrales sont loin d’être répertiorées etc… etc…
      Et encore, vous n’avez rien dit de Mme X et Mr Y.

      D’abord, il existe « naturellement » des êtres « chromosomés » différemment que XX ou XY: des XXY et autres fantaisies.

      Le système binaire bien clair et compréhensible, en faveur et prépondérant, en France, facilite la réflexion et le langage (il n’y a pas de « neutre » en Français!) mais il est n’est pas en phase mais très, très éloigné du réel autrement plus riche en nuances et en raffinements!

      Une langue claire et précise néglige forcément les nuances du réel. D’où le fait que « le poids des mots » soit si lourd dans votre pays (bien plus que des équations ou des statistiques, en politique, par exemple).

      Cela explique très bien le succès étonnant d’un candidat comme J.L.Mélenchon, tribun redoutable comme un B.Mussolini, un A.Hitler, un L.Degrelle, un F.Castro capables de recueillir l’adhésion sur leur discours, pas forcément sur ce qu’ils feront ou ont fait, leur pouvoir une fois acquis!

  • Très bien.
    Je suis une scientifique et plus précisément une matheuse. 1+1 cela fait 2 et non 1 et en même temps 3 et en même temps 2.
    J’avoue que toutes ces arguties pour donner raison à Macron, ne me conviennent pas La nuance, ce n’est pas affirmer tout et son contraire comme l’a fait Macron durant toute sa campagne présidentielle. Quand quelque chose est gris, on ne dit pas qu’il est blanc et en meme temps noir.
    Il va falloir arrêter d’être béat d’admiration devant le vainqueur, victoire très faible d’ailleurs, jusqu’à la bétise. Ce n’est pas parce que Macron a gagné qu’il n’a aucun défaut et que tout le monde l’aime. Il suffit de regarder quelques youtube de Ridicule TV.

  • Ce n’est pas parce que les situations dont complexes, que la conclusion l’est forcément.
    A la fin, il faudra bien qu’il prenne des décisions, malgré la complexité et les imperfections de ce bas monde.
    Sa rhétorique ne sert qu’à masquer ce qu’il veut faire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles