L’enfer est pavé de bonnes intentions (16) : Combattre la pauvreté

Combattre la pauvreté ne se réalise pas à partir de simples bonnes intentions. Cela suggère, au contraire, un certain réalisme, opposé à toute forme pervertie d’idéologie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mythe Nord Sud

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enfer est pavé de bonnes intentions (16) : Combattre la pauvreté

Publié le 25 août 2014
- A +

Par Johan Rivalland

Mythe Nord SudComment peut-on encore dire aujourd’hui que « les pauvres sont toujours plus pauvres, et les riches toujours plus riches » lorsqu’on sait qu’il n’y a jamais eu aussi peu de pauvres malgré la forte croissance démographique planétaire et que la pauvreté pourrait quasiment disparaître d’ici 50 ans sous l’effet du dynamisme des échanges et de la mondialisation en particulier ? Seule l’ignorance peut expliquer ceci. Et elle se trouve entretenue par des gens peu scrupuleux qui ne sont là que pour défendre des idéologies qui ne font que développer la pauvreté et les malheurs qu’ils entendent pourtant dénoncer.

Cet ouvrage d’Yves Montenay demeure, pour moi, 11 ans après sa sortie, un ouvrage fondamental et de référence, que je souhaite relire dès que j’en aurai l’occasion. Il met à mal, en effet, et de manière parfaitement fondée, à travers de nombreux faits et chiffres tout à fait officiels, de multiples contre-vérités qui nous sont assénées à longueur de temps par des idéologues sans vergogne qui causent beaucoup de mal à notre monde, jouant en permanence sur l’ignorance et la crédulité de la plupart des gens, abreuvés plus souvent de contre-vérités que d’éléments plus objectifs.

Défaire un certain nombre de mythes

L’auteur de cet essai commence ainsi, dans une première partie, par dénoncer et démonter un certain nombre d’idées fausses et tenaces, à l’image du mythe de la colonisation, inspiré en fait (peu le savent) par Lénine dès 1917 dans son ouvrage  L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, puis d’autres mythes entretenus par les émules du système soviétique et du communisme, à l’image de ceux du pillage, ou encore de l’échange inégal, qui ont malheureusement la dent dure.

Idéologies que la chute du mur de Berlin et l’écroulement de l’empire soviétique n’auront pas suffi à détruire, le passage du tiers-mondisme à l’anti-mondialisation ayant assuré le relais des thèses anti-capitalistes, coexistant entre autres avec les apologistes de la croissance zéro. De même en va-t-il du mythe du surpeuplement, au sujet duquel Yves Montenay dénonce l’échec des mesures brutales mises en oeuvre (stérilisation en Inde, enfant unique en Chine…).

Les véritables facteurs explicatifs du sous-développement

Dans une seconde partie, Yves Montenay montre que les vrais problèmes sont « les hommes et leur gouvernement » davantage que tout autre avatar. Les exemples positifs du Japon, des dragons et tigres asiatiques, entre autres, sont là pour en témoigner. Éducation, alphabétisation, poids des traditions, systèmes bureaucratiques, corruptions, dictatures, guerres, règles juridiques pas toujours bien établies ou respectées sont les véritables facteurs explicatifs, que l’auteur expose à travers diverses illustrations.

Et les pays où « l’argent tombe du ciel » (aides, crédits, ressources pétrolières ou hausses du prix des matières premières) sont souvent ruinés. L’argent n’y bénéficie pas à ceux à qui il devrait aller, mais bien plutôt à une petite nomenklatura corrompue. Ainsi, le simple transfert de technologies ne suffit pas en tant que solution. Et que faire lorsqu’un pays comme le Zimbabwe tombe dans la famine suite à une réforme agraire imposée de manière autoritaire ? Sans oublier les vraies pistes, à l’image des OGM, qui se trouvent écartées pour leur préférer des notions à la mode comme le développement durable ?

Comment agir ?

Dans ce contexte, Yves Montenay montre dans une troisième et dernière partie que la meilleure aide n’est pas l’aide au sens où on l’entend habituellement, qui a largement fait la preuve de son inefficacité et de son contre-emploi, mais à l’inverse passe par une meilleure coopération et par la fin des considérations idéologiques qui ne visent qu’à attaquer le capitalisme et le libéralisme, peu nombreux étant finalement « les plus sincères (qui) sont persuadés que nos sociétés sont profondément injustes, voire haïssables ».

Notre auteur propose des pistes plus ambitieuses, qui s’écartent « des idéologies ne tenant aucun compte des succès des pays plus sérieux » et menant à des « expérimentations » du type de celles que mena Pol Pot en éliminant un tiers de la population cambodgienne (et inspirant en partie celle menée au Zimbabwe aujourd’hui).

Un ouvrage à lire, et que je vous laisse découvrir. Une référence. Un essai extrêmement instructif et plein d’espoir pour l’avenir, qui montre que « le développement n’est pas une question d’argent ».

Très utile pour y voir clair.

 Yves Montenay, Le mythe du fossé Nord-Sud ou Comment on cultive le sous-développement, Les Belles lettres, mai 2003, 214 pages.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Combattre la pauvreté c’est très difficile et ça demande beaucoup de compétences en économie, il est finalement plus facile de combattre la richesse.

  • « Et les pays où « l’argent tombe du ciel » (aides, crédits, ressources pétrolières ou hausses du prix des matières premières) sont souvent ruinés. »

    Dans le genre, il est difficile de faire pire que Nauru, ce bref « paradis du socialisme » où, avec l’indépendance, la collectivisation de pratiquement toute l’économie (95% d’emplois publics avec logements de fonction + eau nourriture et électricité fournies par l’état) a rapidement dilapidé le trésor de phosphate et l’avenir des Nauruans: http://jesrad.wordpress.com/2007/08/01/nauru-les-lecons-du-passe/

  • @ l’auteur

    « …la pauvreté pourrait quasiment disparaître d’ici 50 ans sous l’effet du dynamisme des échanges et de la mondialisation en particulier ? Seule l’ignorance peut expliquer ceci. »

    1° – Pauvreté et richesse sont relatives et existent l’une par l’autre, ce qui exclut tout simplement de pouvoir supprimer ni l’une ni l’autre. Ce pourquoi ne vouloir que des riches est tout aussi aussi stupide que de vouloir leur anéantissement.
    2° – Chacun est le riche ou le pauvre de plus pauvre ou de plus riche que soit et il est dans la nature humaine d’envier le sort de plus riche que soi.
    3° – L’activité humaine a pour effet d’enrichir la société, sans autres limites que les ressources de son habitat, ce qui ne peut avoir comme effet (tant que ces ressources le permettent) que d’accroître l’écart et les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres et signifie – à population croissante –, une augmentation constante du nombre des uns et des autres.
    4° – Les institutions les plus crédibles admettent l’existence d’environ 1.5 milliard de pauvres profonds (vivant avec moins d’un € par jour) parmi les hommes, chiffre à rapprocher des 250 millions d’êtres humains – de toutes conditions – ayant peuplé la terre au début de notre ère. Chiffres à prendre en compte pour apprécier les effets du progrès.

    L’ignorance n’est-elle pas pour la moins partagée ?

    • Tiens, un champion qui confond pauvreté et inégalité. Cela aura pas mal trollé cet été dans le coin.

      • Bah en même temps l’auteur de l’article n’a pas défini la notion de pauvreté qu’il emploie, donc forcément, certaines de ses affirmations peuvent paraître un « tombées du ciel » …

  • si tout le monde luttait vraiment contre la pauvreté, sans attendre que ça tombe tout cru , le problème serait résoluble .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs jours, les médias et les réseaux sociaux crachent leur haine sur le milliardaire Elon Musk après son rachat de Twitter. N’aurait-il pas pu régler tous les problèmes du monde avec ces 44 milliards d’euros ?

À la base de ce déferlement, la haine de la liberté, l’ignorance de l’économie.

 

Merci au capitaliste !

Soyons clairs : Musk fait davantage pour le pouvoir d'achat de l'individu lambda que tous les syndicalistes et hommes politiques du monde, et davantage pour l'écologie en aidant à fournir des mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles