Déserts médicaux : encore un peu plus de ce qui n’a pas marché…

Agnès Buzyn, ministre de la Santé veut lutter contre les déserts médicaux. Elle propose que l’État intervienne encore un peu plus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fermé by Sylvain Naudin(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déserts médicaux : encore un peu plus de ce qui n’a pas marché…

Publié le 8 février 2018
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a évoqué dans un entretien au « Généraliste«  les pistes qu’elle compte suivre pour résoudre le problème des déserts médicaux. Problème : tout ce qu’elle propose a déjà été tenté ; et elle demande encore d’autres rapports.

Des déserts médicaux organisés par l’État

Il faut d’abord rappeler que la médecine en France est déjà très encadrée : le nombre de médecins formés est décidé par l’État, qui ajuste chaque année le nombre de recrues à la démographie médicale.

Enfin, « ajuste » est un bien grand mot qui supposerait que les décisions sont prises de manière logique. Cela n’est pas le cas : sous les années Mitterrand, le fameux numerus clausus a été réduit au maximum, puisque la pensée socialiste était que moins il y aurait d’offre, moins il y aurait de dépense. Moins de médecins cela devait entraîner moins de consultations. Un raisonnement à la soviétique qui a contribué à la pénurie subie aujourd’hui.

De même, quand il est décidé d’ouvrir moins de places dans certaines spécialités, le retentissement se fait sentir des années plus tard… trop tard : lorsque par exemple, les patientes ne peuvent plus trouver de gynécologue en ville et doivent se rendre dans des services surchargés de gynécologie-obstétrique peu appropriés à leur cas.

Les propositions d’Agnès Buzyn pour lutter contre les déserts médicaux

Agnès Buzyn propose donc des pistes. Ou plutôt, propose de faire des consultations. Pas médicales, politiques. Les éléments de langage sont révélateurs.

J’ai chargé l’IGAS d’une mission sur ce sujet de la simplification administrative.

Nous avons chargé le Dr Thomas Mesnier, médecin urgentiste et député de Charente (LREM), de mener une mission sur cette question.

J’ai saisi la HAS pour qu’elle voie quelles pourraient être les limites de l’exercice de la téléconsultation ou de la télé-expertise.

J’ai demandé à la Drees de m’en proposer pour vérifier que ce plan est suivi d’effets.

On ne peut pas dire que l’usine à gaz ne fonctionne pas à pleins tubes ! Au passage, si vous ignoriez à quoi correspondent ces sigles, sachez juste qu’il s’agit d’instances chargées de savoir quoi faire avec l’argent de vos cotisations sociales.

En somme, nous voilà repartis dans la commande de rapports en tous genres, qui auront très probablement le même résultat que d’habitude : ajouter des lois pléthoriques à un système qui croule déjà sous la réglementation.

La cause n’ayant toujours pas été identifiée par les politiques, ils répètent leurs erreurs de diagnostic et proposeront donc toujours les mêmes solutions. Et si le mot « coercition » n’est pas encore prononcé, il est dans toutes les têtes.

« À vot’bon coeur ! »

Les médecins ne peuvent plus rester insensibles aux difficultés d’accès aux soins de nos concitoyens.

Ou comment implorer les médecins de faire preuve de compassion. Ne pas « rester insensible », cela recouvre quoi, exactement ? Plus d’heures ? Plus de dévouement ? Soyons concrets, il s’agit d’un sujet grave, et économiquement important : on attend un peu de rigueur, de la précision dans le vocabulaire, des chiffres… Pas des gémissements.

Notez au passage le « plus » : parce qu’avant, les médecins étaient insensibles. Mais ça c’était avant Agnès Buzyn.

L’accès aux soins, c’est l’État qui le gère, et il fait cela fort mal. Venir ensuite demander à la profession de réparer les âneries qui ont été commises en amont, c’est un peu comme si s’incarnait l’expression « l’hôpital se fout de la charité ».

Cela dit, ce n’est pas une première : Bruno Le Maire demande bien aux entreprises de faire un geste, pour éponger les prélèvements que l’État leur a imposés illégalement et qu’il ne peut aujourd’hui leur rembourser…

C’est le même genre de raisonnement que l’on trouve un peu plus loin dans l’interview. Il révèle combien il est compliqué pour un ministre de revoir ses paradigmes :

Notre système de santé solidaire est en grande partie financé par les cotisations sociales. Nous ne pouvons pas nous désengager.

Tout est dit : dans une habile formulation, Agnès Buzyn met le contribuable de son côté en sous-entendant que s’il paye, il a droit. Et avec une couche de « solidaire », qui aurait l’idée de remettre en cause un si beau système qui marche si bien ?

« Nous ne pouvons pas nous désengager» est une formulation bien étrange. Ce « nous » c’est Agnès Buzyn, l’État et les médecins. C’est bien connu, ce sont les politiques qui soignent.

Non, décidément, le diagnostic est erroné, le patient va mourir.

Déserts médicaux : la solution existe pourtant !

Les déserts médicaux peuvent disparaître. Mais pour cela, il faut que la Sécu libère les médecins de son emprise. Que les politiques aient le courage de la réformer pour qu’elle ne rembourse plus les millions de bobos quotidiens mais se reconcentre sur le financement de pathologies trop lourdes et dont le traitement est trop cher pour le patient.

Laisser aux médecins la liberté d’établir leur propre tarif de consultation est le moyen le plus évident et le plus sûr de repeupler les zones désertifiées. Quand l’offre est rare, ou de qualité, ou les deux, elle est chère. Et si trop de médecins s’installent dans une zone, ce sont les patients qui feront eux-mêmes le tri en évinçant celui qui propose des tarifs trop élevés, ou qui n’est pas compétent. Nul besoin de régulation par l’État : la régulation se fera naturellement, par l’interaction entre les individus.

On rétorquera que cela prendra du temps pour arriver à une répartition harmonieuse des médecins sur le territoire : mais que dire alors des politiques qui depuis 30 ans n’ont jamais donné le résultat escompté ? Au pays de Claude Bernard, on doit bien pouvoir enfin faire une observation correcte et proposer une solution rationnelle…

Voir les commentaires (57)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (57)
  • C’est très simple
    Il suffit de copier le modèle allemand
    pas de désert médicaux et un budget de la sécu sans aucun déficit ………………………….
    Mais outre Rhin les médecins sont responsables et ne se gavent pas d’argent public

  • Pas d’accord sur la mede Soviétique qui avait un médecin pour 300 habitants. Quelle pouvait être leur compétence.
    Le médecin est comme un pianiste qui fait des gammes tous les jours
    S’il voit quelques malades par jour il perd de la compétence
    D’ailleurs la compétence d’un médecin est très subjective. Un médecin gentil et démagogue a de grandes chances d’avoir une salle d’attente pleine. Si de surcroît il fait de grandes ordonnances avec énormément d’examens complémentaires il peut gagner le gros lot
    Quant à cette fameuse gynécologie médicale elle n’existe pas dans de nombreux pays comme le Canada, les USA. le médecin de famille doit être capable de traiter les pathologies gynécologiques courantes et de faire un frottis ou autres dépistages
    Quant aux honoraires,ils sont ridicules. VGE avait supprimé le DP qui permettait à certains médecins reconnus par leurs pairs de faire des dépassements
    Car cette profession est entièrement cadenassée on gagne la même chose à trente qu’à soixante
    Les ravages de l’ancienne ministre ont été très graves, elle a paupérisé une profession dont l’évolution technologique rapide aurait besoin de liberté
    Il est évident que les petits bobos qui guérissent tout seul devraient être moins remboursés. Par contre les pathologies lourdes devraient bénéficier d’une grande attention
    La fiscalité des jeunes médecins devraient être modérée pendant les premières années d’installations

  • Je voudrais réagir comme médecin, généraliste, spécialiste de Santé Publique retraité. Vous écrivez des choses vraies, mais vous oubliez que nous sommes au pays de KNOCK. Les Français sont globalement anxieux, peut être par manque de connaissances médicales de base et ont tendance à se rendre chez un professionnel de santé avec avidité, sans réflexion, attitude exagérée en période épidémique d’affections bénignes: rhumes, gastro-entérite par les messages incessants des médias. Dès que le Français doit faire plus de trois km pour se rendre chez un médecin on parle de désert médical, ayant connu de vrais désert médicaux au sahel je souris. Je ne crois pas à votre solution de libéralisation des honoraires, le royaume uni après des années de galère a maintenant un NHS efficace, tant au niveau des urgences hospitalières que de la médecine de ville, or les médecins sont bien salariés avec des revenus bien supérieurs aux médecins Français. J’ai envoyé à Madame Agnès Buzin trois pages denses de propositions de réforme de notre système, mais il semble que l’avis d’un citoyen spécialiste de cette question ne serve à rien. Si vous souhaitez recevoir ce texte écrivez moi.

    • Je voudrais réagir en tant que patient et propriétaire, qui compare le suivi et l’entretien de ses tuyauteries et équipements internes avec ceux de ces mêmes aspects pour son logement. Le désert médical, c’est de ne pas pouvoir accéder à un médecin quand on en a besoin. Ca ne se mesure pas par l’administration, mais par le patient, incapable de trouver dans un rayon qui correspond à ses possibilités de déplacement raisonnables un généraliste qui accepte encore de se faire désigner comme médecin traitant, ou un ophtalmo qui propose un rendez-vous dans moins d’un an. Les médecins français sont sous-payés , mais 95% de leur activité est d’expliquer des évidences à des patients peu cultivés et de remplir des obligations administratives stupides.
      Payons les à ce que vaut leur travail là et où on en a besoin, pour diagnostiquer et soigner les malades. Pour les consultations « explicatives », le patient peut payer s’il estime ne pas pouvoir s’en passer, et pour le respect du parcours imposé pour obtenir un vaccin anti-grippe, le pharmacien peut poser les questions sur les contre-indications.
      Quand il s’agit de trouver un plombier, je paie le prix pour être satisfait, et je me retourne vers mon assureur pour qu’il me rembourse. S’il y a une franchise, je la paie ou je trouve un meilleur assureur. Il ne me viendrait pas à l’esprit de reconnaître à l’Etat le monopole de gérer les travaux de plomberie, ni de me demander si c’est mieux ou pire en Pologne, mais si l’Etat le faisait de manière satisfaisante, je serais pragmatique.
      Aujourd’hui, en France, ça ne marche pas. Les solutions qui sont proposées le sont par des fonctionnaires, des médecins, voire des cumulards des deux. Il serait temps de répondre aux besoins des patients et non aux lubies des membres les moins compétents deux catégories précédentes. Et un excellent plombier doit être reconnu, bien payé, et un aimant pour attirer des jeunes apprentis. Idem pour les médecins.

    • Et voila, si ça ne marche pas, c’est de la faute des Français : une bonne dose d’exception culturelle, ça marche à tout les coups !

      Le truc qui marche tout le temps est de pointer la perfide Albion : tout le monde le sait : en Angleterre les trains ne fonctionnent pas et le service de santé collectiviste est le meilleur du monde.

      Plouf !

      La croix rouge dénonce une « crise humanitaire » – les médecins anglais parlent de conditions « dignes du tiers monde » …

      http://www.redcross.org.uk/About-us/News/2017/January/Red-Cross-calls-on-government-to-allocate-funds-for-health-and-social-care

      Ben oui, désolé, mais la propagande gauchiste, ça marchait avant Internet, depuis c’est un peu plus dur d’affirmer sans sourcilier des mensonges éhontés.

      Mais je vous fait confiance, le tories (qui deviennent clairement plus rouges que roses ces derniers temps) ont trouvé l’explication : la catastrophe du NHS serait due … aux turbo-néo-libéraux qui feraient exprès de couler le NHS pour imposer la privatisation !

  • « Laisser aux médecins la liberté d’établir leur propre tarif de consultation est le moyen le plus évident et le plus sûr de repeupler les zones désertifiées »
    Sauf que les zones désertifiées sont aussi les zones les plus pauvres, cette solution n’aura donc comme conséquence que de les désertifier non pas en terme de médecin, mais de population.
    Les 2 raisons principales ne sont pourtant pas évoquées ici : féminisation de la profession qui entraîne une augmentation des temps partiels et une baisse de la médecine liberale, combiné au déclin démographique des villes moyennes, les vieux médecins partent massivement en retraite.

    • Peut-être faudrait-il faire jouer la solidarité nationale par un tarif des consultations plus élevé dans les déserts médicaux, mais avec remboursement par la Sécu ?
      Ou laisser courir en attendant que les derniers habitants des déserts médicaux soient partis ou morts.

    • Et donc c’est de la faute des femmes et des vieux ?

    • Déjà si les médecins y étaient plus riches, ces zones seraient moins pauvres !

  • Les réactions sur ce forum sont complètement hors sol
    Un généraliste à temps COMPLET dépasse les 10 000 € net mensuel ce que très peu de français gagnent ( Or moins de 1% et aucun avec en plus la sécurité de l’emploi ne gagne une telle somme )
    Un agrégé de l’enseignement démarre à 2 000 € par mois en devant s’exiler en région parisienne ! ! !
    et vous osez parlez de paupérisation ! ! !

    • « Oh mon Dieu, un professionnel hautement diplômé et travaillant 70 heures par semaine gagne beaucoup plus d’argent qu’un jeune fonctionnaire qui fait ses 15 heures de cours dans un lycée tranquille de province ! Vite vite, fendons-nous d’un commentaire rageur, ça leur apprendra. »

    • Oh joli la comparaison des carottes et des navets et la plein mauvaise foi !

      10 000 euros de CA, ça fait (une fois le loyer, l’électricité, les assurances, le nettoyage etc… enlevés) 7 000 euros, soit une fois les charges payées environ 3 500 euros pour un médecin qui ne chôme pas et qui est en rythme de croisière (ce qui n’est possible qu’en ville au bout d’un certain temps)

      Un agrégé avec 10 ans d’ancienneté gagne 2 600 euros avec X mois de vacances et clairement ne bosse pas 10 heures par jour.

    • J’ai répondu sur les revenus plus bas. J’ose espérer, sylvain, que vous n’êtes pas enseignant car nos pauvres enfants souffriraient de tant d’approximation et d’idéologie appliquée. Sinon, pour les agrégés, combien de bataillons dans le back-office à bouffoner le pédagogisme destructeur de notre école, à faire du syndicalisme et ne jamais enseigner?

  • Tout cela est une plaisanterie ! Y compris les 10 000 euros par mois. En réalité beaucoup de médecins font « grève », au sens randien. Et restreignent leur activité. A quoi bon tout laisser au fisc ou presque ? La misère étant plus douce au soleil autant ne voir que quelques patients par jour sur la. Côté d’Azur plutôt que 20 par jour dans les zones isolées du pas de Calais. La solution passe par la baisse généralisée et massive des prélèvements obligatoires. Comme cela n’arrivera jamais les gens n’ont qu’à dépérir dans leurs déserts en implorant l’aide de l’Etat.

  • Bonjour.

    Mitterrand a dit; « on a tous essayé, rien ne marche ».

    On a essayé ce qui ne marche pas. Ce qui marche, c’est la fin des monopoles. Fin du monopole du diplôme d’Etat de médecine, fin du monopole de l’assurance maladie, fin du monopole des pharmacies.

    Cela marche.. mais les français n’en veulent pas (voir réaction au programme de Fillon).

    La santé est un marché comme les autres et un marché socialisé entraîne immanquablement explosion des coûts, pénurie et médiocrité du service (Traban vs BMW).

    • Ce n’est pas le programme qui a échoué, mais Fillon … clairement le programme était sur de passer : la preuve le « libéral Macron » que Radio Pavda nous vend du matin au soir pour essayer de faire passer la pilule.

  • @sylvain , excusez moi pour ça, mais vous êtes un idiot doublé d’un menteur ! un généraliste à 10000 euro ?? mdr une amie généraliste qui vient de commencer et qui croule sous le boulot est à peine à 3000!! Arrêtez vos conneries s’il vous plaît, et comparer un agrégé prof qui fait 17h de cours par semaine avec un généraliste qui en fait min 40 !! n’importe quoi! même moi qui suis chirurgien je gagne même pas la moitié du chiffre que vous avancez ! Soit vous confondez honoraires encaissés et bénéfices, soit vous êtes un débile profond

  • @gillib la fin du monopole du DE médecine c’est fait, puisque tout diplôme Européen peut s’installer en France et même d’autres pays si ils passent une équivalence

    • bonjour erima

      Heureusement !
      12% des médecins sont à diplôme étranger.. mais ils s’installent dans la RP et PACA déjà surdotée.

      Et malheureusement pour les petits français qui ont manqués le concours pour x milliemes de points, pour les Roumains qui voient une fuite de leurs médecins et pour les français qui ont des médecins avec une mauvaise maîtrise de la langue.

      Tout va bien.

      • La France est devenue un pays sous développé … médicalement
        Pendant des années les médecins français allaient soigner les autres chez eux et maintenant nous sommes dans l’obligation d’importer des médecins étrangers pour soigner notre population
        (Ce propos n’a rien de raciste ….. c’est un constat)

  • Le médecin est un entrepreneur qui ne s’assume pas.
    À 10.000€ de CA/mois le médecin se plaint de ne toucher que la moitié en net.
    Et bien c’est le lot de tout libéral.
    On ne peut d’un côté se plaindre des charges de fonctionnement et de l’autre espérer gagner 10.000€ de ROSP d’une manne financière publique.
    Le corps médical doit se décider à être entrepreneur avec sa liberté d’installation et de prescription ou être à la botte de la sécu avec les avantages de remboursement, d’allègements de charges, et d’atteintes sur objectifs divers.

    • Ah oui, allez expliquer au ministère ou aux gauchistes que le médecin est un entrepreneur, vous allez voir la réaction : non pour eux, un médecin est un service public qui est un droit et qui doit être gratuit.

      • @Stéphane Boulots
        Bonsoir,
        « pour eux, un médecin est un service public qui est un droit et qui doit être gratuit. »
        Et le médecin pour gagner sa croûte doit avoir une deuxième activité, mais pas trop rémunérée, comme agent d’entretien par exemple, pour être bien égal. Au final, le médecin et ses 7 ans d’études pas grauites, travaillera à l’oeil.

  • @ bmd, ah ouais vous trouvez ça normal de vous faire voler la moitié de votre CA sous prétexte de solidarité national…c’est bien continuez à vivre en France…

  • à Erima
    C’est vous le menteur un généralsite A TEMPS PLEIN gagne 10 000 € net par mois et certains beaucoup plus
    Je vais envoyer les liens des que j’en ai le temps

    Et ne prenez pas les gens pour des débiles

    Un prof a aussi des cours à préparer et des copies à corriger ! !! !

    • pourquoi y a-t-il alors tant de médecins qui partent à l’étranger ?
      pourquoi ne veulent-ils pas s’installer en France ?

    • Ok, faites le calcul : pour gagner 10 000 net par mois, il faut faire environ 25 000 de CA par mois, 30 000 si vous incluez les vacances.

      Soit un patient toutes les 8 minutes.

    • pourquoi vous croyez que beaucoup de femmes médecins sont heureuses de trouver un poste salarié? c’est que pour quelques milliers d’euros, des congés payés des horaires, la paperasse faite par des secrétaires c’est le paradis…

    • @sylvain
      Nous attendons tous vos liens avec impatience!!

    • Pfff, étrange pays fait de gauchistes aussi agressifs que ridicules. un très bon site est celui de l’UNASA qui recence toutes les professions libérales et donne les BNC (le BNC est avant CSG et IRPP) Pour comparer à un salarié il faudrait rajouter la CSG au net du salarié. Le BNC c’est proche du net fiscal du salarié.
      La caisse de retraite des médecins donne le net de toutees les spécialités médicales: http://www.caducee.net/actualite-medicale/13721/medecins-liberaux-le-palmares-des-revenus-2016.html
      Bref, un généraliste c’est 6450 roros par mois de net avant CSG et impôts.

  • Quelle découverte !!! mais quelle découverte …
    La ministre a découvert l’eau chaude … alors … alors que la situation actuelle a été pensée et mise en oeuvre par le pouvoir politique avec la complicité des tutelles ordre ou syndicats
    Qui a inventé de descendre le numérus clausus … le politique
    Qui a inventé le MICA (mécanisme incitation cessation activité) le politique
    Qui a baissé le numérus clausus à 3500 étudiants toutes spécialités confondues pendant des années …. le politique
    Qui ignore superbement que celui qui est né en 1950 a eu 65 ans en 2015 … le politique …. au fait ça correspondrait à un baby boom post guerre …
    Les tables démographiques ne sont pas faites pour les chiens …
    Qui ferme des lits d’hospitalisation à tour de bras … le politique … avec une population qui vieillit et qui vit plus longtemps …
    Là aussi les tables démographiques ne sont pas faites pour les chiens
    Comment expliquer que 25% des jeunes thésés ne s’inscrivent pas à l’ordre donc n’exerceront pas (2017)
    Les cabinets solo ne seront jamais repris par les jeunes qui veulent exercer en groupe … problème à penser pour Paris et les grandes agglomérations …
    Féminisation: qu’est ce que les communes rurales ou les villes moyennes de province peuvent proposer au conjoint des femmes médecin …
    Comment faire vivre économiquement une ville ou un village s’il n’y a plus de médecins … le problème concerne aussi l’hôpital et les cliniques qui ne peuvent que constater la fuite des pathologies sur les grandes villes et les CHU
    Rien n’est prévu, rien n’est discuté comme d’habitude tant qu’il n’y a pas 1 million de personnes dans les rues il n’y a pas de problèmes
    CQFD

    • Sans parler du « rôle » des ARS qui ne sont qu’une courroie de transmission du ministère vers les régions et de la région vers le département …. essayez de faire remonter quelque chose d’une ARS vers le ministère … je vous souhaite bien du plaisir …
      Maitre de stage pendant 20 ans je n’ai vu que deux de mes stagiaires femmes s’installer en « libéral » toutes les autres, toutes, sont parties sur des postes salariés
      Cela a été anticipé par qui ????

    • Toutes les mesurettes qui seront prises afin de bien faire voir et comprendre à l’électeur que l’on est « efficace » n’auront de réel effet que dans 10 ans ….
      Que et comment fait « ON » pendant ces 10 années ?????

  • Vous pouvez reformer comme vous voulez ,cela ne changera rien. Il manque tout simplement des candidats pour être médecin , pas assez payé.,j’ai honte de donner 25€ à un généraliste et j’explose lorsqu’il faut aligner 70 euros pour un pseudo spécialiste.

    • Un spécialiste à 70 €, on fait dans le secteur II (tume dira comme Mélenchon).

    • Personne ne vous oblige à payer 70E. Il y a des spécialistes à l’hôpital au tarif conventionné secteur I. Avec un peu d’attente pour avoir un RDV, certes. Mais cette pénurie est le résultat de l’organisation étatique que la majorité des français ont choisi…

  • @gillib oui heureusement parce que sinon la pénurie serait ingérable !!

  • @ bmd, vous avez raison, mais je ne vois pas comment on pourra changer les choses avec les politiques qui gouvernent

  • @sylvain ben oui c’est sur un médecin n’a pas de travail à la maison c’est bien connu !! surtout quand il a un cabinet, du personnel, des charges …10000 euros par mois lol il y a 30 ans peut être mais maintenant c’est fini!
    Quand à comparer la rémunération d’un médecin et d’un prof lol le statut de libéral est hyper précaire (pour reprendre le language gauchiste) le temps de travail, les vacances, la sécurité de l’emploi, les années d études, les responsabilités… réveillez vous mon vieux, ça n’a rien à voir

  • @toubib 53 oui c’est une honte, alors qu’on recale des étudiants par centaines ! l’État ne veux plus investir dans le médical et la formation de ses médecins, c’est tout benef pour lui de les faire venir d’ailleur!

  • complètement faux pour le calcul des charges très largement majoré
    Rien que la dernière augmentation passage à 25 € (qui coûtera chaque année 1,3 milliards d’€ aux français celle ci rapporte 1 600 € SUPPLEMENTAIRES chaque mois sur la base de 800 consultations par mois (dans le nord certains généralistes font allègrement 60 consultations / jour )
    Continuez de vous plaindre et de vous définir précaire alors que vous avez LA SECURITE DE L EMPLOI ET LA LIBRE INSTALLATION GEOGRAPHIQUE
    les français adorent vos sornettes

    • Bonjour sylvain.

      Un MG fait 5500 actes par an, soit 500 par mois (les vacances pas de consultations)., soit 1000€ de CA soit 600€ de benef. Mais le C n’avait pas bougé depuis 5 ans (de mémoire) soit un simple rattrapage de l’inflation.
      Je rappelle qu’un médecin salarié dans un dispensaire coûte 3 fois plus cher pour le ‘même’ service.

    • Vous n’avez rien compris …
      Ce n’est pas une histoire de fric …
      Les aides à l’installation financières sont une INEPTIE crasse et ne résoudront jamais rien

    • J’adore la rhétorique « augmentation … qui coûtera … aux Français ».

      Comme si l’économie n’était qu’une histoire de coûts à réduire : une histoire d’organisation de la pénurie en somme.

      cpef

    • @sylvain
      La sécurité de l’emploi? Vous vivez dans quel monde?
      Au fait, où sont donc vos liens concernant les 10000E nets mensuels que gagnent les généralistes?

    • 5 heures 22 plus tard, toujours pas de chiffres?

    • une question…en quoi ça vous gêne? vous êtes jaloux?

      de façon générale, les coûts de santé des français sont payés par ..les français… et donc en effet..
      vous seriez content si un médecin n’avait pas la sécurité de l’emploi ( sans interet d’ailleurs c’est la sécurité du revenu qui importe!)?
      si un médecin fait 100 consultation par jour et que vous n’avez rien à redire sur la qualité du diagnostic où est le problème????? jalousie? il suffit de faire déshabiller et rhabiller le malade hors cabinet pour gagner du temps..faire peser le malade aussi…etc..un médecin n’est pas payé à l’heure..mais au diagnostic…

      12 éleves par classes et pas un qui sache lire et écrire, je présume…
      pathétique et tellement ed nat…

  • Mais comment les politiciens français font-ils pour être aussi cons? Ce n’est pas possible une telle bêtise.

  • @Sylvain vous avez été violé par un médecin pendant votre enfance pour les haïr à ce point ?? bon je plaisante, mais les médecins n’ont pas la sécurité de l’emploi, un semblant de sécurité existe parceque l’offre est maintenue artificiellement inférieure à la demande par l’État ! Il arrive, contrairement à ce que vous pensez que des cabinets médicaux fassent faillite, notamment les cabinets ou l’on pratique la chirurgie (j’en connais). Quand à la liberté d’installation mdrrr je ne sais pas ce que vous faites comme métier, mais après tout pourquoi ne pas imposer à toutes les professions leur lieux d’installation ?? on obtiendrait un truc qui ressemble à l’URSS, qui semble être votre modèle idéal de société

  • ah non en fait, vous devez être prof, et comme vous n’avez pas la liberté d’installation, vous voudriez que le monde entier accepte les même contraintes que vous ! bon, vous me direz à 10000 euros par mois, avec changement statut en salarié de la sécu, et 17h par semaine, peut être que je ferais un effort pour m’assoir sur mes principes ??

  • Oui, mais c’est un peu plus compliqué… liberté de prix signifie que quelqu’un devra payer le surplus…qui? Les personnes isolées? Au pays de l’égalité, cela semble bien délicat à proposer. Donc on en reviens à ce principe soviétique stupide d’égalité qui nous fait prendre des décision collectives absurdes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Faut-il rembourser les traitements des malades de la Covid qui ont refusé de se faire vacciner ? Le directeur général de l’AP-HP Martin Hirsch s’interroge. Cette question a pourtant de quoi choquer même un provax convaincu. Parce qu’elle quitte le débat scientifique pour s’engouffrer dans celui de la moralisation des soins, jusque-là essentiellement nourri par les courants antichoix se demandant si les IVG devraient être à la charge du contribuable dès lors que des moyens contraceptifs auraient pu les éviter. Dans les deux cas de figure, la l... Poursuivre la lecture

Dans cette première partie d'une série de trois articles, nous allons rappeler les faits.

Une épidémie peu grave

Dans le contexte d’affolement que nous vivons il est indispensable de le rappeler.

Quand est apparu SARS-coV2, nouveau virus qui a donné la Covid-19, l’inquiétude était très forte. L’épidémie s’est vite révélée moins grave qu’on ne le craignait. Depuis, les épidémies suivantes dues à des variants différents ont été de moins en moins graves. L’épidémie à Omicron est moins grave que celle au variant indien, elle-même mo... Poursuivre la lecture

Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles