Loi climat : tout faux !

Le citoyen lambda qui a été persuadé de s’engager pour cette noble cause risque bien d’avoir prochainement le sentiment de s’être complètement fait gruger par la Loi climat lorsqu’il comparera les efforts demandés et l’insignifiance des résultats prévus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Walk against climate change in Paris BY Etienne (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi climat : tout faux !

Publié le 4 mai 2021
- A +

Par Pierre Allemand.

Gros dilemme chez les députés LaREM au sujet de la discussion actuelle de la Loi climat qui met en musique les cogitations de la Convention Citoyenne du Climat, (CCC) nouvelle instance mise en place par le bon plaisir du Président.

Est-il préférable de présenter aux électeurs une image ultra-verte en votant tous les articles de la loi, ou bien faut-il ne pas oublier les victimes de ce nouvel oukase présidentiel en freinant des quatre fers, quitte à passer pour rétrograde ?

La question précise que se pose chaque député LaREM est la suivante : ai-je été élu par des écolos purs et durs, des adeptes de la décroissance telle qu’on la devine si on en vient à ces mesures climatiques de pointe, ou au contraire par des personnes davantage préoccupées par la fin du mois que par la fin du monde et qui n’ont pas envie de prendre à leur compte personnel les élucubrations climatiques d’un président qui semble être tombé dans la marmite verte ?

La réponse, c’est d’abord que les résultats des élections qui se sont succédé après les législatives de 2017 n’ont pas démontré que les électeurs à tendance écologique croyaient véritablement dans la fibre verte de la majorité. Et par voie de conséquence, qu’il faut prévoir une certaine tendance à l’absentéisme dans les rangs de la majorité au moment du vote des articles successifs (65 articles, 52 pages).

C’est une solution utilisée depuis longtemps par les parlementaires ne voulant pas indisposer certains électeurs et risquer de les perdre par la même occasion. Mais les absences devront être soigneusement organisées, sinon les rangées vides se remarqueraient un peu trop et pourraient faire la joie de journalistes un peu fouineurs.

Avec la Loi climat, expression du Plan climat, on entre dans le dur, même si le projet ne va pas assez loin selon certains extrémistes verts.

Voyons donc quelques caractéristiques de ce fameux plan.

Le Plan climat ne comporte pas de compteur de performance

Sur le principe d’abord de ce genre de loi assez jusqu’au-boutiste : un projet normal comporte toujours un chapitre qui expose les résultats attendus par l’application du projet, avec, c’est indispensable, des compteurs de performance qui chiffreront les résultats obtenus.

Par exemple, dans un projet d’investissement portant sur l’amélioration d’une fabrication, le compteur peut être le nombre d’objets fabriqués avant et après l’investissement. La comptabilité analytique se chargera de mesurer en euro l’amélioration du prix de revient apportée par l’investissement, et en bout de chaîne, l’amélioration du résultat. Tous ces chiffres sont factuels et le ou les responsables de l’investissement pourront être récompensés en fonction des résultats obtenus.

Malheureusement, dans le cas du projet climat, ce n’est pas un simple thermomètre qui pourrait constituer le compteur de performance idoine pour mesurer en 2030 les progrès accomplis. En effet, l’appareil capable de mesurer ce résultat avec exactitude n’existe que dans les laboratoires les plus sophistiqués.

Jugez plutôt.

L’objectif confié à la Convention est de réduire les émissions françaises de CO2 de de 40 % en 2030. Remarquons que cette convention ne sait chiffrer que les impôts et taxes qu’elle recommande. Les tonnages de gaz à effet de serre évités ne sont jamais précisés autrement que par une évocation très vague de leur importance au moyen d’un système d’attribution d’étoiles du niveau de CM2.

Cet oubli est troublant, alors que le chiffre avait été précisé dans l’objectif fixé par la Convention. Il n’est en effet pas possible de proposer des recommandations précises sans les avoir chiffrées. Les ordres de grandeur, notions tout à fait indispensables pour orienter des débats si on les souhaite constructifs, ne sont pas précisés dans le rapport final de la Convention, ce qui rend la réflexion confuse et peut même générer une certaine dose d’utopie.

Essayons d’y voir plus clair au moyen de quelques chiffres.

La France a émis 452 millions de tonnes d’équivalent CO2 en 2017 (source). La réduction doit donc être de 181 millions de tonnes par an à partir de 2030, soit un total de 181 sur 70 ans = 12 670 millions de tonnes soit donc 12,7 gigatonnes de CO2 non émis en 2100. En supposant, bien entendu, que le Plan climat, reflet des recommandations de la Convention ou présenté comme tel, conduise évidemment à la non-émission de 40 % des émissions actuelles de CO2 de la France, ce qui, entre nous, n’est pas démontré.

Le Global Carbon Project est un organisme qui se charge, entre autres, de définir et de calculer des budgets carbone reliant les émissions de CO2 aux objectifs de température à ne pas dépasser.

Il a par exemple calculé que pour respecter une augmentation de température de 1,5 degré maximum, il ne faudrait pas dépasser des émissions totales mondiales de 2800 gigatonnes de CO2 (source fig. b).

Si on admet la linéarité1 de la relation entre la variation de température et le tonnage des émissions de CO2, on peut, en faisant une simple règle de trois, calculer l’influence sur la température qu’aura l’action de la France en réduisant ses émissions de 40 % :

ΔtFrance = Δt  * CO2France/CO2Monde

Avec :

ΔtFrance : gain en température mondiale obtenu par les efforts de la France suivant la CCC.

Δt : augmentation de température à ne pas dépasser (1,5 °C)

CO2France : CO2 non émis par la France entre 2030 et 2100 (recommandations de la CCC)

CO2Monde : quantité de CO2 à émettre correspondant au maintien de l’augmentation de la température sous la barre des 1,5 °C.

Soit :

ΔtFrance =1,5 * 181/ 2 800 = 0,0068 degré

S’il était pleinement atteint, l’objectif de la Convention reviendrait donc à contenir la température mondiale de 6,8 millièmes de degré. Ce n’est pas avec les sondes thermiques au platine de Météo France que l’on pourrait mesurer une « amélioration » de cette amplitude, puisque l’incertitude de la mesure avec ces sondes est de 0,15 degré…

La Loi climat s’en prend à la sphère privée

Les Français ne sont pas des veaux, et ils risquent de réagir très fortement, soit par corporation, soit en manifestant par le vote leur opposition aux mesures prévues dans la loi. C’est bien là ce que redoutent les députés.

En effet, au prétexte d’une urgence peu démontrée, essentiellement fondée sur l’exagération des conséquences d’un réchauffement climatique (la plongée actuelle des températures n’est d’ailleurs pas de nature à renforcer son hypothèse), le projet de loi entend modifier profondément les habitudes qui structurent la société française, comme par exemple :

La loi augmente nettement son emprise sur la vie privée des Français, au risque de plus en plus tangible d’enclencher une nouvelle crise du style Gilet jaunes.

Les députés se doutent bien qu’il y a des limites à ne pas franchir, certes très difficiles à appréhender, mais bien réelles, si on ne veut pas déclencher la tempête de défoulement post-Covid.

Les élections approchent à grande vitesse et ils ont bien en tête les déconfitures successives que le groupe présidentiel a subi depuis le suffrage les ayant conduits au pouvoir. Pour conserver celui-ci, la plupart d’entre eux ont compris qu’il faut rester prudents au sujet des innovations climatiques dont il est précisément question dans la future Loi climat.

Ils sont probablement nombreux à penser que la position climatique en pointe du président pourrait peut-être lui être favorable sur le plan intergouvernemental, mais probablement pas sur le plan plus terre à terre de leur propre réélection.

La méthode utilisée n’est pas la bonne

Les mesures annoncées concernant les voyages intérieurs en avion font penser à des mesures que prendraient des républiques populaires exsangues qui chercheraient à réduire leurs dépenses par tous les moyens.

La proposition de la Convention fleure bon la mesure populaire qui consiste, non seulement à faire payer les riches, mais encore à les punir en les empêchant de prendre l’avion. Elle met une entreprise comme Air France déjà à l’agonie, en situation de mendicité. C’est à pleurer.

Surtout que par ailleurs, les compagnies aériennes sont déjà forcées de compenser le kérosène consommé en réalisant des actions qui absorbent le CO2 émis par les avions, comme planter des arbres absorbeurs de CO2 pendant leur phase de croissance.

Les députés savent bien que les mesures limitant les voyages aériens satisfont quelques irréductibles extrémistes anticapitalistes ou anti-croissance, mais ne font pas le bonheur de la multitude des salariés moyens qui économisent pendant des années pour s’offrir un jour un voyage au bout du monde, comme c’est leur droit le plus strict.

Par ailleurs, ces mesures uniquement domestiques ont toutes les chances de handicaper les entreprises domestiques par rapport à leurs concurrents étrangers. Fichons donc la paix aux compagnies aériennes qui participent à la croissance de tous les pays du monde et aussi du nôtre et qui ne représentent en tout et pour tout qu’un peu plus de 2,5 % des émissions mondiales de CO2.

La loi veut forcer les propriétaires supposés riches à investir dans la rénovation thermique des habitations occupées par des ménages aux revenus modestes. Dans ce but, le projet de loi propose de bloquer arbitrairement le loyer de ces logements en interdisant leur hausse. Il interdit même à partir de 2028 que ces logements soient loués s’ils n’ont pas été rénovés thermiquement.

Double erreur.

Conséquences de la Loi climat

La crise consécutive à la fixation arbitraire des loyers en 1948 montre encore ses méfaits aujourd’hui mais elle est oubliée et n’a pas servi de leçon. Sous l’influence d’idéologues toxiques comme Cécile Duflot, un temps ministre du Logement, les loyers ont été de nouveaux bloqués dans certaines régions, conduisant inéluctablement à une crise de la construction, l’immobilier perdant totalement son intérêt comme placement financier. Le même phénomène est mis en route aujourd’hui par l’interdiction de louer.

Par ailleurs et deuxième erreur, le locataire sans logement est toujours aussi pauvre. Et la mesure qui consiste pour l’État à payer une partie ou la totalité de la rénovation thermique ne le rend pas plus riche mais réduit encore la mobilité qui lui permettrait de retrouver du travail si son emploi disparait.

L’objectif annoncé est de supprimer les nombreuses passoires thermiques qui existent car d’une part le propriétaire n’a souvent pas les moyens de rénover son bien, et que d’autre part, le locataire de ces passoires n’a pas les moyens de louer une habitation correctement isolée. C’est un objectif très louable, mais la méthode choisie ne résout aucune des raisons qui expliquent cette situation, à savoir le manque de moyens du propriétaire et du locataire.

La recommandation de la Convention suivie par la proposition de Loi climat suppose à tort que le propriétaire est riche. C’est souvent faux. Et chacun d’entre nous peut citer l’exemple de locataires qui, faute de moyens, se retrouveront tout simplement à la rue en 2028.

L’État veut interdire la pauvreté par la loi. C’est une velléité puérile. Il pourrait atteindre cet objectif en établissant les conditions nécessaires pour que le pauvre d’aujourd’hui puisse devenir riche demain et s’assumer, lui et sa famille. Pour cela, il faudrait faire progressivement l’inverse.

Conclusion

Est-ce bien raisonnable d’édicter et de mettre en pratique toutes ces règles et interdictions pour un résultat franchement dérisoire ? La réponse est évidemment non.

On pourrait imaginer une autre réponse en développant l’idée qu’à l’instar du colibri qui prend sa part dans l’extinction d’un incendie de forêt en apportant sa petite goutte d’eau dans son bec, la France ne représente pas grand-chose, mais fait sa part dans la lutte contre le réchauffement climatique…

Seulement, outre que ce genre de position heurterait probablement la susceptibilité française, ce serait prendre une position très naïve et ignorante de la rouerie des autres États.

Quelques exemples :

  • l’Allemagne rouvre des exploitations minières de charbon pour pallier la discontinuité énergétique de ses éoliennes.
  • la Norvège achète des voitures électriques avec l’argent provenant de ses ventes de gaz et de pétrole.
  • la Chine a convaincu Obama de maintenir la construction de centrales à charbon au moins jusqu’en 2030.
  • le Danemark s’achète une réputation verte en consommant l’électricité des centrales hydrauliques scandinaves etc. etc.

Il apparaît par ailleurs que la lutte contre le réchauffement climatique présentée par tous les médias comme une sorte de croisade citoyenne et écoresponsable risque de n’être qu’une arnaque à grande échelle. Le citoyen lambda qui a été persuadé de s’engager pour cette noble cause risque bien d’avoir prochainement le sentiment de s’être complètement fait gruger lorsqu’il comparera les efforts demandés et l’insignifiance des résultats prévus.

Un article initialement publié le 1er mars 2021.

  1. Admettre la linéarité revient à dire que la courbe représentative de la température en fonction du tonnage et sa tangente au point choisi sont confondues. C’est une approximation tout à fait valable compte tenu des larges approximations de tous les calculs dans ce domaine.
Voir les commentaires (76)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (76)
  • un Rappel…0,15°C c’est l’incertitude sur la temperature du thermomètre.. pas de la temperature qu’il mesure…
    la temperature de l’air qui entoure une station N’ A PAS DE SENS PHYSIQUE.

    on va rappeler le miracle de la temperature de l’air..on sait que la façon dont on la mesure localement est incorrecte. il faut prier pour admette que la temperature journalière fasse sens, il n’y pas de sens physique à une moyenne de temperature sur le temps, en outre l’inertie thermique du thermomètre opère déjà « un moyennage sur les fluctuations de temperatures de l’air.. et il faut bien sur accepter que si j’obtiens 1°C lundi et 2° C mardi la différence a bien un sens de variation de temperature..

    tout ça n’a rien de trivial..

    ajoutons le moyennage géographique…
    ajoutons l’effet des contraintes de mesures ..il faut que le dispositif de mesure soit situé dans un endroit plat …et dégagé…qui fait qu’on ne sait pas mesurer avec cette façon l’air dans un bois.. donc on va pas le faire ou pas le faire en pouvant comparer ..il faudra admettre que les anomalies locales de temperatures dans les endroits non mesurables suivent celles où on peut mesures..

    quant aux comparaisons historiques..faire la part des changement d’environnement dans ce qu’on observe..

    le seul façon pour la france d’avoir une politique « climatique » serait de contraindre chine inde afrique de ne pas se développer.

    • en fait ce qui est fascinant est la force de l’habitude, la météo nous donne une temperature ..et nous ne la questionnons plus..or ce n’est que la temperature..du thermomètre!!!

      • Et quand le thermomètre est en dessous de 0, et bien il caille…

        • voila..en gros et si il y du vent on caille plus à zéro qu’ à 2 avec du vent..

        • Oui exactement, on est obligé d’avoir du chauffage 9 mois de l’année, là nous sommes au mois de Mai et, le matin nous avons des températures négatives.
          Les conséquences du réchauffement climatique sans doute.

    • Bah, la précision d’un relevé de température dans un milieu chaotique, ce n’est pas le pied, mais malgré son imprécision cela sert à quelque chose puisque nous avons tous un thermomètre.. J’ai même un baromètre qui m’indique quand il fait beau ?

      • mais en pratique à quoi vous sert votre thermomètre?

        • A régler les thermostats des radiateurs électriques.. Encore des thermomètres d’une précision…. Bah, quand le temperature baisse a l’extérieur… Les transfert d’énergie sont différents à l’intérieur…

      • déplacement du problème la temperature de ‘ »votre maison n’estpas plus définie que celle de l’exterieur..

        mais voila..ces temperatures n’ont pas de sens physique mais malgré tout on s’en sert..

        • Comment cela , pas de sens physique…,??? La température d’un corps (l’air) est le reflet de l’agitation moléculaire des corps chimiques qui le composent, sachant qu’à 0° Kelvin, les atomes sont immobiles.
          Tout le monde qui a le BAC a appris cela, non ?

          • non la temperature d’un air qui n’est pas en équilibre thermique n’a pas de sens! physique ce n’est pas une temperature au sens thermodynamique..

            et l’air qui nous entoure est rarissimement proche de quelque chose qui ressemble à une équilibre thermique…

            si ça avait un sens physique on pourrait mettre le thermomètre à 10 cm du sol OU a 2 m… dans un boitier de 1 m3 ou 50cm 3..

            en fait la temperature de ‘lair en contact avec le thermomètre ne cesse de varier si vous mettez deux sondes avec des inerties thermiques différentes vous verrez de grosses différences… enfin bref ce que vous donne la météo est une « température météo  » qui n’ets que la temperature…du thermomètre au moment de la mesure.

      • pas besoin d’un milieu chaotique, si vous avez un bidule à 273°K et un autre à 283°K ben il n’y pas de temperature.. définie..

    • Je pense que cela ne sert à rien de tenter quelques explications que ce soit pour infléchir l’opinion de ceux qui sont dans la croyance. Que les gens soient ignorants ou même de formation scientifique, on leur serine depuis des années des inepties à longueur de journée; on leur montre des ours polaires, des morceaux de banquise qui dérivent, etc… et surtout on leur fait peur en leur promettant l’enfer s’ils adorent le diable CO2.
      Combien ont le temps ou le goût de réfléchir par eux-mêmes ?
      Jacques, il vous faudrait 30 chaines de TV, des radios et des journaux qui répètent en boucle vos propos pour pouvoir lutter.
      Attendons plutôt que le niveau de vie global des Français commence à dégringoler pour voir comment cette affaire va tourner.

      • Rappelons que la fameuse photo qui a fait le tour du monde du pauvre ous blanc isolé sur un tout petit morceau de banquise est un photomontage.
        Du pur bidon, comme tout le reste.

      • il y a 30 ans, on nous cassait les pieds avec le trou dans la couche d’ozone. Aujourd’hui, disparu, plus de trou, il a été remplacé par le réchauffement climatique.
        Et dans 10 ou 20 ans, il auront trouvé autre chose.

    • Non, 0,15 °C est l’erreur sur la température mesurée.

  • Le plus rigolo dans tout ça, le co2, c’est plutôt un gaz rare dans l’atmosphère, nos amis végétaux aimeraient bien une petite dose supplementaire. Et si c’est bon pour les végétaux c’est bon forcément pour la case écologique supérieure, les ruminants les abeilles même les hommes.
    Sinon, ce n’était pas à partir de 1990 que la réductionde 40% doit être calculée, corrigée de la variation de la population ?

    • l’idéologie c’est changement de l’environnement = caca…

      et la definition de l’humains serait assez mammifère le plus capable de modifier son environnement;

      ergo humain =caca.

      • En parlant cht d’environnement, ça change chez nous 4 fois pas an et le printemps, ouille, on sort les désherbants les tondeuses les pesticides et grand nettoyage.. Si les ecolos pouvait disparaître au printemps avant le retour des hirondelles…

      • C’est pour cela qu’ils veulent nous écraser 😉

      • En effet, et c’est très amusant. Car la définition de la vie (qu’ils veulent préserver, hein) c’est une négentropie locale : un système augmentant autour de lui l’organisation de la matière. Bref, ce qu’ils veulent c’est « la vie, pas du changement » et pourtant la vie c’est le changement. De même qu’ils considèrent une organisation « non humaine » comme suppérieure à celle de l’homme, mais nient à l’homme un statut particulier dans la nature.

        En écologie comme en sociologie, économie, politique et j’en passe, la marque de fabrique du gauchiste/socialiste c’est l’incohérence.

    • mouais sauf que les végétaux on les déglingue de plus en plus ..

  • IL n’y a pas de réchauffement climatique comme le prétende les écologiste, aller dire çà aux américains qui ont eu un hiver terrible.

    • Quand il fait froid c’est de la météo quand il fait chaud c’est du climat….

    • Inepte, prendre un exemple dans un sens ou dans l’autre ne fait pas avancer la question…

    • C’est bien pour cette raison que l’on a modifier l’appellation de cette catastrophe qui va tous nous faire mourir. Maintenant il faut parler de changement climatique et du coup la pièce tombe toujours du bon côté.
      Il fait froid: changement climatique
      Il fait chaud changement climatique
      Il gèle en mars: changement climatique …
      En tout cas , je voudrais tous vous rassurer, Météo France annonce un été chaud et sec; il devrait d’ailleurs rajouter avec un refroidissement à partir d’octobre et potentiellement quelques flocons de neige en novembre.
      Quant à Noël 2021, les modèles informatiques confirment que ce sera bien le 25 décembre.

      • « Changement climatique » est passé aux oubliettes : il y a lieu de parler d’urgence climatique ( ONU, décembre 2020 ) : plus aucune observation n’est nécessaire, le dogme étant établi

  • Bon article qui dans sa conclusion emploie par deux fois « risque » alors que l’auteur aurait mieux fait d’employer « va » car nulle incertitude à ces sujets !
    – …ne va être qu’une arnaque à grande échelle, et
    – …va voir prochainement le sentiment de s’être complètement fait gruger
    La langue de bois a du mal à disparaître.

    • Ben si, il faudrait que la prise de conscience soit automatique et on en est loin !

    • @Baltahzar = non !
      SERA (et est déjà) une arnaque à grande échelle (dont Algore se régale) par exemple !
      EST déjà convaincu de s’être complètement fait gruger.
      Cette politique de non-sens est déjà bien accessible aux réalistes.
      Stériliser la terre pour planter des PV devraient faire hurler les écolos honnêtes -s’il y en a.
      Ou dévaster la Terre pour y puiser les terres rares, avec toutes les dégradations + pollution, qui en découlent est un écocide. En revanche on les entendra hurler concernant les cultures sur brûlis pratiqués par certains pays, mais jamais sur la destruction totale de certains autres au nom de l’industrialisation écologique.
      Sinon excellent article à faire circuler parmi les chapelles de la bien pensance écolo irresponsable.

      • La quasi totalité des médias , notre leader maximo et son « parti » fantoche pour raisons électorales (avec peut-être un gros soupçon de bêtise ) nous enferment dans ces schémas destructeurs.
        Nos enfants / petit-enfants sont conditionnés par l’éducation nationale… »Ecolo-gréta-jugend »…ce qui est sans doute le pire à moyen terme.
        Et ce alors que le niveau en maths (à simple titre d’exemple) en fin de terminale scientifique a chuté de 56% depuis 1975 d’après les profs eux-même…alors d’ici que les élèves aient le niveau scientifique et l’esprit critique nécessaire pour lutter contre le « programme écolo » !
        Et je suis bien d’accord avec vous : excellent article.

        • Excellent, c’est aller un peu loin car il admet que le CO2 est la cause de l’augmentation de température observée depuis la fin du petit âge glaciaire (au XIXe siècle) ce qui est faux. On a l’acquis théorique depuis le début du XXe siècle (Thermodynamique statistique, rayonnement du corps noir et spectroscopie IR) et expérimental (décorrélation entre l’augmentation du CO2 et les températures de 1945 à 1975 et depuis 2000 et expérience de Svensmark au CERN). Alors ce genre d’article qui cautionne les thèses des réchauffistes me fait l’effet d’un idiot utile.

  • Et quand on regarde ce machin on peut vraiment se demander pourquoi certains l’appellent « Loi Climat ».

  • Le retour aux années 40 avec comme seul loisir la procréation. On me souffle que faire des enfants sera interdit pour sauver la planète.

    Faut faire piquer les ecolos par les vétérinaires. Ce sont de grands malades en plus d’abrutis finis.

  • Cette histoire du CO2 est la plus grande arnaque dans l’histoire de l’humanité.
    Lors des dernières glaciations, il y avait une concentration de CO2 bien supérieure à celle d’aujoud’hui. En fait la concentration de CO2 dans l’atmosphère n’a cessé de diminuer depuis des milllions d’années. Si on arrivait en dessous de 180ppm, on risquerait l’asphyxie des plantes et donc de notre nourriture.
    La vérité, c’est qu’on doit applaudir au fait que l’arrivée de l’homme a maintenu le niveau de CO2 dans des valeurs qui nous permettent de nourrir la population du globe.
    La terre se régule très bien toute seule.
    Pas besoin d’écolo-facsistes.

  • Petite erreur dans la copie de la formule. Vous divisez des MT par des GT.
    En fait, c’est
    ΔtFrance =1,5 * 12.67/ 2 800 = 0,0068 degré.

  • Très bien ! Et surtout que le colibri, à la fin du conte amérindien, meurt brûlé vif, alors que les autres animaux s’en sortent vivants ! Morale donc inverse à celle dont l’ineffable Pierre Rabhi voulait nous faire croire.

  • Excellent article qu’il faudrait diffuser en boucle .

    • mis en fait, ce genre de calcul a été fait pour les accord de paris…

      pas juste pour la france… conclusion: sommes colossales pour..rien de mesurable…en acceptant la théorie..

        • elle est fausse mais ce n’est pas le problème…
          question vous utiliserez les lois de la physique pour determiner l’effet de l’augmentation du taux CO2 sur le climat… ben on sait pas faire ..

          • moi je ne comprends même pas la nature des prévisions du giec.. je ne sais pas ce que représente un ensemble de modèles…si toutes les possibilité dans les modèles étaient ouverte ça représenterait le domaine du possible modulo l’exactitude du calcul . c’est une soupe indigeste.

            vous me dites au mieux que les prédictions sont fausses car les calculs sont incorrects, désolé, que les calculs sont incorrects n’implique pas que le résultat est lui est faux.

            le fond de la critique légitime à mon opinion est la prétention illusoire au controle d’une »incertitude »associé à la definition d’une probabilité de justesse des résultats…

            en gros ils me disent, voila ce qui va se passer si nos modèles sont bons/robustes/valides et en effet, c’est vrai..et irréfutable…

  • Le problème est que le Bio éthique, Eco Responsable, Climato respectueux etc, etc devient un Mantra dont se sont emparés ou s’emparent toutes les « marques » de produits « commercialisés ». Donc plus personne ou presque ne peut (pourra) échapper au discours qui devient l’ultime argument publicitaire. Et un simple Tee-shirt devient l’ambassadeur de la Cause pour laquelle tous les moyens, procédures, … éco machin pris vous sont détaillés à l’envie dans une longue litanie. Même les chasses d’eau des WC des usines et/ou ateliers sont alimentées par la récupération de l’eau de pluie ! Ne riez pas les services de communication travaillent..

  • Merci, c’est effectivement une erreur de recopie : j’ai oublié une partie de la formule, qui doit être :
    ΔtFrance =1,5 * 0,181 * 70/ 2 800 = 0,0068 degré. (0,181 Mt et 70 ans)
    Le résultat (0,0068 degré) reste bon.

    • un calcul similaire a été fait pour les accords de paris au niveau mondial…

      • Donc si je comprends bien, le calcul a été fait et présenté aux écolos et à la population, et la conclusion a été « ok, faisons quand même, dépensons des centaines de milliards à essayer d’éviter la montée de 0,0086° » ? Euh… CPEF ?

  • « Il apparaît par ailleurs que la lutte contre le réchauffement climatique présentée par tous les médias comme une sorte de croisade citoyenne et écoresponsable risque de n’être qu’une arnaque à grande échelle…… »
    Le problème de fond dans l’affaire du dérèglement climatique, est que l’on a assis toutes les décisions sur un postulat « carbone ». Postulat, oui, car rien n’est démontré clairement dans ce domaine malgré les travaux d’Arrhenius, Fourrier et Tyndal au 19 siècle.
    La théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique est basée sur une seule et fragile hypothèse : l’existence d’un effet de serre (théorie radiative d’Arrhenius), qui n’a jamais été mis en évidence expérimentalement, mais c’est elle qui a été retenue par Bert Bolin et son équipe à la genèse du Giec en 1988. Il existe un grand nombre de définitions parfois fantaisistes de l’effet de serre. Dans un article paru en 2009 G.Gerlich et R.D.Tscheuschner en relèvent 14 différentes provenant de sources aussi variées que l’Organisation Météorologique Mondiale ou l’Encyclopedia Britannica.
    Le CO2 renverrait vers la Terre une partie du rayonnement piégé dans le spectre infrarouge, et il en résulterait une élévation de la température « moyenne globale » à la surface de la Terre. Ce phénomène radiatif improprement appelé «effet de serre » a des défenseurs et des adversaires entre lesquels le débat est souvent impossible.
    Ce phénomène radiatif parait peu conforme aux principes météorologiques qui veulent que les températures de la troposphère et de la surface terrestre sont majoritairement déterminées par le comportement adiabatique de la colonne d’air.
    Ainsi, si une masse d’air n’échange pas de chaleur avec son environnement sa température ne dépend que de sa pression : lorsque l’air se comprime, il s’échauffe, et lorsqu’il se détend, il refroidit.
    Et puis pourquoi avoir assis toute la théorie du réchauffement anthropique sur un seul des gaz à effet de serre, le CO2 ; Le plus important des GES en volume, et de loin, est la vapeur d’eau.
    En ce qui concerne le CO2, on trouve partout les valeurs des échanges des cycles du carbone, exprimées en Gt/C an, ratio rejets et puits.
    Mais si on exprime cela en proportion dans l’atmosphère, c’est très, très peu.. Les 400 ppm de CO2 actuelles, c’est 0.04 % du volume total de l’atmosphère.
    Dans ces 0.04% de CO2, la part de l’anthropique ne dépasse pas 3 à 5%, l’essentiel soit 95 à 97 % étant rejeté par la nature : océans, forets, faune et flore, volcanisme.
    On ne connait que très partiellement les valeurs réelles des échanges entre les éléments rejets et réabsorption par les puits de CO2. Des tableaux existent sur certains sites CNRS et rapports GIEC, mais les valeurs relevées ne sont que des valeurs extrapolées par calculs bruts. Très difficiles à vérifier dans la réalité. Pour apprécier ces échanges il faudrait disposer de milliers de capteurs, situés sur toute la surface de la terre et a plusieurs étages de la troposphère. On est loin de ce cas !!
    « Tant que l’on ne connaîtra pas mieux l’importance relative des différents mécanismes d’absorption du CO2 anthropique, il demeurera difficile de quantifier les incertitudes liées aux projections futures du CO2 atmosphérique (voir le Rapport du GTI : chapitres 9 et 10 qui traitent des effets potentiels de ces processus sur le cycle du carbone).
    AR5 IPCC https://archive.ipcc.ch/pdf/technical-papers/paper-II-fr.pdf p27/28

    • @Alphacharly1er
      Oui, la théorie repose sur une hypothèse non vérifiée qu’il est facile de réfuter. Si le CO2 avait ce pouvoir de réchauffer la source (la surface de la terre) dont il tire une partie de son énergie (le rayonnement infrarouge émis par cette surface), il y a belle lurette qu’on s’en servirait pour isoler nos habitations, du moins en hiver, et qu’on s’en servirait pour récupérer une énergie produite par une simple boucle rétroactive entre la terre et le CO2.

  • Le totalitarisme en marche : vous ne pourrez bientôt plus manger ou boire ce que vous voulez, vous ne pourrez plus vous meubler comme vous le souhaitez (adieu aux sapins de noël), vous ne pourrez plus vous chauffer où vous éclairer selon votre choix, vous ne pourrez bien sûr plus vous déplacer comme bon vous semble. Même la consommation de votre chasse sera bientôt télécontrôlée. Et quelques ronds de cuir s’occuperont aussi de vous attribuer des points pour coter votre éco-responsabilité. Et pour ceux qui douteraient encore des ambitions totalitaires des élites au pouvoir, voici qu’Ursula, notre top fonctionnaire, nous promet son nouvel ausweiss, le « digital green pass », reconnaissant explicitement dans son globish de circonstance, le lien entre le tout au vert et le tout au sanitaire. L’instillation à grande échelle de la peur et de l’anxiété sont décidément les meilleurs adjuvants pour réduire les libertés et réserver ainsi tous les pouvoirs pour les « happy few » de l’élite bureaucratique.

  • En lisant le « Dauphiné Libéré  » du dimanche 7 février 2021, j’ai cru rêver ! :
    Alors qu’on nous expliquait, avec réalisme, le pourquoi de ce ciel devenu tout jaune la veille, dans le sud de la France [ Le vent du sud a apporté du sable du Sahara ], j’ai cherché en vain un lien avec le réchauffement climatique.
    Le  » Dauphiné Libéré « , comme les autres médias, n’a que faire de la Science en matière de climat.
    Et pourtant, cet évènement n’a pas fait l’objet, ce coup-ci, d’une diatribe à propos du réchauffement, dérèglement, changement ( rayer la mention inutile ) du climat !
    L’article disait : [ ….. De là à y voir l’effet du réchauffement climatique ? Aucun lien assure Météo News, qui indique que cette coloration est liée à une dépression en Afrique …..]
    C’était pourtant l’occasion rêvée pour ce journal de débiter les sempiternelles bêtises du RCA.
    Mais que les écolos se rassurent, le DL a eu d’autres occasions de les défendre !
    Climatiquement vôtre. JEAN

  • moi ce que je voudrais comprendre c’est en quoi les 150 connards de la convention climax de Macron sont représentatifs de la France entière …moi je veux un référendum pour tous.

  • Un jour dans le futur nos descendants se demanderont comment on a pu detruire notre civilisation pour regler un probleme qui n’existe pas.
    Autant sacrifier des vierges ou bruler des sorcieres.

  • Les ecolos s’en fichent du climat, ils veulent juste un max de pognon gratuit.

  • « il faut prévoir une certaine tendance à l’absentéisme dans les rangs de la majorité au moment du vote des articles successifs (65 articles, 52 pages). »

    Déjà que la rédaction des textes législatifs est particulièrement indigeste, quand on s’attaque au contenu, c’est carrément vomitif!
    CPEF

  • Le climat = utopie soviétique

  • Le plus grandiose dans cette loi, c’est le timing et le contexte.
    D’un côté, on nous sort une nouvelle loi qui, sous prétexte d’écologie et de réduction de l’empreinte carbone, va interdire les avions publicitaires déployant des banderoles sur les plages. De l’autre, on vend 30 avions Rafale à l’Egypte, sachant que chacun consomme environ 110 litres de kérosène par MINUTE.

    Le reste, c’est de l’écologie à la française : interdictions, restrictions, punitions, taxes, et un p’tit peu d’écologie bobo comme les menus végétariens ou le nutri-score sur les vêtements. Comme ça, les lecteurs de Contrepoints peuvent enrager et fulminer derrière leurs écrans (allez, j’vous connais, à part les socialistes, y’a rien que vous supportiez moins qu’un écolo français ^^), et le reste de la population va se dire que décidément les écologistes sont des manches et qu’il ne faut surtout pas voter pour eux.

    Hop, un adversaire en moins pour 2022, EELV c’est plié. Les socialistes, ils sont toujours en état de mort cérébrale (oui, je sais, ça ne les a pas empêché de gouverner pendant longtemps :D). Les communistes, ils sont toujours communistes. Marine, elle s’est un peu empêtrée dans sa tribune de militaires ils vont l’achever sur son seul atout à savoir le sécuritaire, et Zemmour ne prendra pas la relève vu qu’il est déjà dans le viseur de la justice. Xavier Bertrand, il sera bien reçu par Castex et Véran qui ont du dossier sur lui après avoir bossé ensemble pendant des années. Hidalgo, elle est rigolote, mais sa ville part en morceaux et elle est écolo, donc deux gros handicaps.

    Du coup, il reste qui à part Macron ?

    • l’écologisme n’est qu’un nouveau totalitarisme.

    • On ne vend pas ces avions à l’Egypte, c’est la France qui paye en très grande partie et l’Egypte remboursera ? quand ?
      C’est pas beau ça de nous faire croire que l’on va encaisser 4 milliards !

  • Il ne faut pas oublier que cette loi est motivée par des prédictions apocalyptiques et sur une culpabilité supposée du CO2 (méchant gaz) qui ne repose sur aucune preuve expérimentale jusqu’à présent. Le fameux ‘hot spot’ qui devait fournir cette preuve formelle n’ayant jamais été mis en évidence.
    Pire encore, le modèle de l’effet de serre radiatif qui semble être la base des modélisations informatiques est en grande partie erroné car les gaz à effet de serre (analogie très mal choisie mais qui frappe favorablement le public mais qui, dès le départ, rende cette croisade suspecte) ne peuvent pas, en tout cas à basse altitude (< 10km), réémettre par désexcitation radiative une partie des infrarouges reçus (pression atmosphérique trop élevée et donc désexcitation par collision essentiellement). Cela ne veut pas dire qu'ils n'ont aucun effet sur la température de notre planète mais ce n'est certainement pas par cette voie, certes parlante pour le public non scientifique mais physiquement irrecevable !
    L'autre point qui me fait douter des théories actuelles et des prévisions catastrophiques qui doivent en découler, (en dehors bien sûr des nombreuses falsifications ou fausses informations qui ont été soutenues par le GIEC ou par une certaine presse (courbe en crosse de hockey de Mann, fonte des glaciers de l'Himalaya, disparition des pauvres ours blancs….) concerne la durée de 'vie' (vie n'étant pas le meilleur mot) du CO2 que le GIEC évalue au moins à 100ans; valeur reprise un peu partout voire avec un petit coup de pouce vers le haut. Or, il est très facile de montrer que ce paramètre crucial ne peut excéder une dizaine d'années et se situe plus probablement entre 4 et 6 ans. Il faut donc supposer qu'il y a d'un côté un bon CO2 naturel qui ne reste que peu de temps dans l'atmosphère et un méchant CO2 produit par l'homme (méchant aussi) qui lui va s'incruster. L'explication avancée par certains climatologues (les bons) est que la durée de 100 ans et plus est le résultat d'une brusque variation de la concentration à laquelle la nature ne peut plus faire face. Cette explication pourrait se défendre si les augmentations de concentration atmosphérique observée (de l'ordre de 2ppm par an aujourd'hui) étaient bien plus brutales et qu'un phénomène de saturation pouvait alors se produire : le potentiel des océans (entre autres) pour absorber ou d'ailleurs émettre du gaz carbonique et les observations passées quant aux teneurs parfois très élevées de la concentration de CO2 rendent ce mécanisme assez difficile à admettre.
    Or ce temps de stagnation du CO2 dans l'atmosphère est fondamental pour renforcer les visions catastrophiques recherchées. 4 ans ne font pas très sérieux alors qu'avec 100 ans ou plus il y a de quoi s'inquiéter !
    Ceci dit, je ne nie en aucune façon que le climat ne s'est pas modifié ces dernières années, mais je dois dire que pour le jardinier que je suis depuis très longtemps, ces modifications ont plutôt été positives et bénéfiques, en tout cas dans ma petite région du sud de la France.
    Alors, je ne sombre pas dans le catastrophisme ambiant et cette loi 'climat' me semble plus s'apparenter à du clientélisme que susceptible de lutter contre des changements qui ont toujours eu lieu. Il suffit pour cela de regarder les évolutions du climat dans les 2000 dernières années pour lesquelles il existe une innombrable littérature et de nombreux témoignages.

  • Greta Thunberg
    Traduction française : Grande Montagne de Thunes

    • Chers écologistes,

      Il serait temps d’aller au bout de vos convictions. Le monde du vivant n’est pas limité aux humains et aux animaux, il y a aussi les végétaux. Refusez donc que l’on détruise les végétaux comme vous refusez la mort du monde animal, animaux domestiques et animaux sauvages. Ne mangez plus de végétaux.
      Alors pour ne pas mourir de faim et pour sauver la planète il ne vous reste plus comme solution que de disparaître. Il serait bien que votre patronne Greta vous donne l’exemple.

      Greta, en remerciement
      nous ne te construirons pas une statue de pierre, ce serait démolir la montagne ;
      nous ne te construirons pas une statue de fer ou de bronze, ce serait polluer les sols et l’environnement par extraction de ces métaux ;
      nous ne te construirons pas une statue de plâtre ou de ciment, ce serait fortement polluer notre atmosphère ;
      nous ne te construirons pas une statue de plastique, ce matériau maudit qui détruit nos richesses primaires ;
      nous ne te construirons pas une statue de bois, ce serait tuer un être vivant et participer à la déforestation .

      Non Greta, mais par votre sacrifice pour sauver Gaïa, vous allez très fortement participer à faire totalement disparaître ce fléau de l’humanité, ce gaz diabolique qu’est le CO2.

      Alors Greta, nous aurons enfin des hivers très rigoureux et nous pourrons te construire une statue de glace.

      Sainte Greta,
      sauve nous,
      sauve l’humanité,
      et, qu’avec tous tes disciples, vous vous su

    • vous vous suicidiez.

  • Sous android (je ne sais pas pour ios) il y a une appli sympa qui s’appelle « inconvenient facts ».
    Elle liste un certain nombre d’arguments avec les sources etc etc …

    A essayer

  • N’empêche que pour éteindre le feu, il y a du y avoir des morts au sein des centaines de petits animaux venus pour aider… Mais bon, c’est pour la bonne cause ? 🙂

  • Mon toutou à moi il est plus futé que les électeurs…

    Quand je le promène, il ne fait caca que sur ce qui est vert…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

La France vise la neutralité carbone en 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. La certitude que l’on peut avoir est que l’exploitation des énergies fossiles qui a permis la croissance des moyens de production alimentaire et du confort de vie ne pourra perdurer que dans la limite de l’existence de ces ressources.

D’après l’ADEME, 47 % de l’énergie produite est consommée par les ménages à des fins domestiques (éclairage, chauffage, cuisine, hygiène) mais la majeure partie est constituée par le chauffage et le cas échéant... Poursuivre la lecture

Par Vincent Benard.

Le gouvernement a annoncé qu’à partir de 2023, les propriétaires ne seraient plus autorisés à louer des appartements ou maisons considérés comme des passoires énergétiques, soit la catégorie G des diagnostics de performance énergétique.

Cette décision semble pétrie de bons sentiments et conforme à la pensée écologiquement correcte du moment, mais comme toute politique restrictive, elle n’ira pas sans effets pervers.

Des bonnes intentions affichées aux effets pervers prévisibles

À ce jour 70 000 logemen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles