Plan climat : les vacuités de M. Hulot

Après analyse, le plan climat de Nicolas Hulot est surtout l'occasion pour le gouvernement de rouvrir au maximum les robinets à pognon.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plan climat : les vacuités de M. Hulot

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 septembre 2017
- A +

Le réchauffement climatique, cette abomination responsable de plein de malheurs à commencer par la multiplication de ministres intellectuellement très abîmés, est un fléau dont nous ne viendrons à bout qu’à condition de jeter, dans des gestes augustes et vigoureux, de grandes quantités d’argent par les fenêtres. Pour cela, rien de tel que faire intervenir Nicolas Hulot, actuel ministre de la Transition écologique et solidaire (si si, c’est son vrai titre, en vrai et pas pour rire).

En effet, devant la menace permanente que constituent les nuages qui pleuvent, les vents qui soufflent, la neige qui tombe et le soleil qui chauffe, notre hélicomane chlorophyllophile a été puissamment missionné par notre jeune, grand, beau et dynamique Président au sourire Pepsodent™ pour nous sortir de l’ornière dans laquelle des décennies de comportements lamentables nous avaient poussés. Pour ce faire et à la suite d’une COP21 tout ce qu’il y a de plus utile et réussie, il fallait marquer les esprits.

Et dans ce cadre, il est difficile de trouver mieux qu’établir un grand plan, sur cinq à dix ans et qu’on appellerait Plan Climat plutôt que Plan Quinquennal pour éviter les résonances joyeuses de tentatives communistes aux résultats incertains mais statistiquement imparables à 4 chiffres après la virgule.

C’est donc un tel Plan Climat que M. Hulot nous propose à présent et dont la presse se fait le relais, toute frémissante qu’elle est à l’idée de dévoiler enfin de grandes actions gouvernementales avec des effets palpables et de bon gros milliards d’euros mobilisés.

Et à voir les mesures phares, on comprend immédiatement que l’artillerie lourde (mais éco-consciente) est sortie et que le pilonnage des méchantes habitudes et des vilaines pollutions vient de commencer. Fini les atermoiements hollandesques et les pusillanimités sarkoziennes : pour assurer enfin un avenir solide à nos générations futures, on va les endetter aider à changer d’énergie, de voiture, de chaudière et d’habitudes, ou quelque chose comme ça.

Jugez plutôt, en vous concentrant sur les mesures phares que met en avant notre frétillant ministre écologiquement transitoire et solidaire et qu’il présente ainsi :

Il y a quatre mesures importantes, qui s’inscrivent dans la dimension solidaire de mon ministère et constituent ce que j’appelle le paquet solidarité climatique.

Et voilà que déboule à présent la solidarité climatique qui, comme son nom ne l’indique pas, ne signifie absolument pas que les Marseillais vont devoir prendre leur part du petit crachin brestois mais bien que le contribuable va être mis à contribution pour payer les idées géniales de M. Hulot et sa clique.

Car dans le paquet de friandises solidaires, on trouve d’abord une prime pour aider les particuliers à changer de voiture, qui sera financée avec l’argent de l’État, c’est-à-dire au mieux l’impôt (les générations courantes aident les générations courantes), au pire la dette (les générations futures aident les générations courantes — c’est vraiment très mignon).

Notons au passage toute l’innovation que constitue cette mesure, qui n’a jamais été tentée auparavant et dont les résultats promettent déjà un succès fulgurant, notamment pour les finances publiques.

Si l’on continue de piocher dans la pochette de surprises solidaires, on trouve ensuite un « chèque énergie » qui ne ressemble pas du tout à de la distribution d’argent à destination de quatre millions de ménages pour qu’ils puissent payer leurs factures énergétiques. L’idée qui consisterait à baisser ces factures (par exemple en allégeant les taxes sur ces énergies, depuis la TVA en passant par les taxes plus ou moins spécifiques sur le pétrole, le gaz, le charbon et l’électricité) est bien trop simple pour être seulement proposée. On va donc continuer à méticuleusement ponctionner ces taxes qui rendent les prix obèses pour en redonner une partie à certaines franges de la population qui n’en auraient jamais eu besoin si ces énergies n’étaient pas taxées compulsivement en premier lieu.

Notons au passage toute l’innovation qui consiste à donner de l’argent à certains, qui n’a jamais été tentée auparavant et dont les résultats promettent déjà un puissant succès, notamment pour les finances publiques.

Oh, regardez, il y a une autre friandise dans la boîte à malices solidaires de M. Hulot : ce brave ministre nous propose un crédit d’impôt pour financer les travaux d’isolation dans le cadre de la transition énergétique. Là encore, il était inenvisageable de réduire durablement les taxes sur ce genre de travaux (et sur tout le reste, après tout) ce qui aurait rendu le crédit d’impôt inutile et aurait permis de dynamiser plus qu’un seul type de services : l’idée demeure de ne favoriser qu’une étroite catégorie de travaux, de population et d’artisans, surtout pas tout le monde à la fois (la France, pays de cocagne, ne survivrait pas à tout ce bonheur inopiné d’un coup).

Au passage, difficile d’oublier que cette idée représente encore une fois une innovation grandiose, tant proposer un crédit sur l’impôt en France semble une véritable fiction romanesque qui n’a jamais été tentée et dont les résultats promettent déjà un succès retentissant, notamment pour les finances publiques.

Enfin, signalons que notre paquet de solidarités croustillantes n’est pas vide : il reste encore ce petit « coup de pouce » donné aux « ménages aux moyens les plus modestes qui veulent changer une chaudière au fioul très polluante, à condition de passer aux énergies renouvelables, comme le bois ou les pompes à chaleur. Cela pourra représenter jusqu’à 3 000 euros » qui proviendront directement de l’arrière-train d’un équidé quelconque, comme il se doit dans toute République correctement gérée.

Là encore, on est soufflé par une telle innovation consistant à filer des thunes à des catégories particulières de population, innovation bluffante qui n’a jamais été tentée précédemment et dont les résultats promettent déjà un succès fracassant, notamment pour les petites pattes arrières de nos finances publiques qui vont certainement marcher en cow-boy quelques années de plus à ce train là.

Et voilà, nous sommes au fond du trou paquet de solidarités climato-financières, et il est donc temps de résumer : pour M. Hulot, en bon socialiste, l’écologie active et ministérielle consiste donc à arroser de pognon différentes populations, à subventionner la consommation d’énergie et à pousser à la casse des véhicules pourtant en état de fonctionnement dans une sorte d’obsolescence programmée qui ne dit pas son nom (mais qui aboutit au même résultat).

Finalement, c’est peut-être là la véritable innovation de notre hélicophile pétrolophage : faire passer des vessies socialistes pour des lumières écologistes.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Donc finalement, le « gouvernement du changement c’est pareil » utilisent juste des moyens marketing, ici l’image « verte » de M. Hulot pour mieux faire passer les mêmes sempiternelles mesures, les mêmes maquillages fiscales de chiffres toujours pour mieux endormir le naïf. Quelle avancée ! Nous revoilà partis pour cinq années de contemplation stérile.

  • H16 a salué comme il se doit ce plan ambitieux et innovant qui va susciter l’admiration de la planète et contribuer à la sauver.
    Moi, mon commentaire sera plus concis : « ouf ! ».
    Ç’aurait pu être bien pire pour nos finances, vive le recyclage des vieilles vessies socialistes repeintes en vert.

  • Un ministre écolo qui met en place une prime à la casse, c’est l’hopital qui se fout de la charité! Quelle bande de guignole …

  • bien rigolé, merci h16 🙂

  • Article jouissif et photos d’illustration géniales! Merci h16. Finalement, Hulot a subi un recyclage mais il n’est pas encore mis à la casse.

  • Excellent article. Monsieur Hache (seixième du nom) est en grande forme 🙂

  • magistral !! j’ai bien rigolé !!

  • C’est beau le commu- pardon, l’écologie.

  • Comme prévu, nous sommes toujours en socialie!
    Ce pays est foutu.

  • oui, c’est dit avec beaucoup d’humour, comme d’habitude.
    mais ça ne me fait pas rire…
    je trouve ces conneries consternantes et de savoir que je vais payer pour ça me fait passer l’envie de rire.

  • aller voir les entreprises donateurs à la fondation Hulot.. pas triste …pas très moral …

  • « Obsolescence programmée »… N’y aurait-il pas une loi récente qui interdirait cette pratique, laquelle vaudrait à son auteur un allègement financier de 100.000€ ? Vu que ça vient d’en haut, du saint siège socialiste, ça passe comme une fleur.

  • quel est le but de cette politique?

  • Dans la même veine, et en particulier à côté de l’interdiction de la recherche et de l’exploitation du pétrole national, je suis surpris que Mr Hulot n’ai pas demandé simultanément l’arrêt immédiat de la fabrication d’Airbus sur le sol national, voire d’Eurocopter ! Cela pollue et consomme ces trucs là ! Non ?

    • @yves buchsenschutz
      Bonjour,
      M.Hulot doit avoir des parts cher Eurocopter, il était bon client. Quant à Airbus, oute le fait que cela sinistrerait une région entière, comment feraient-ils tous, pour voyager et faire les paons à grands frais ?

  • c’est marrant tout çà.. . avion …hélicoptere..bateaux de marchandises…
    et de plaisance moteur…polue pas …pas un mot..j’oubliai ..il en connaît un rayon …faut pas toucher….

  • il a vendu son âme. ..il devient un intriguant. …
    il combat le nucléaire mais accepte les dons EDF pour sa fondation….petit personnage..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles