La redistribution peut-elle réduire la pauvreté ?

Taxer les individus et les entreprises productifs pour redistribuer la richesse réduit les incitations à produire des biens et des services et retarde la croissance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
It's The Worrying That Kills You By: Taro Taylor - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La redistribution peut-elle réduire la pauvreté ?

Publié le 19 février 2019
- A +

Par Jasson Urbach.
Un article de Libre Afrique

De nombreux Sud-africains et investisseurs étrangers attendent avec impatience la présentation du budget  par le ministre des Finances, Tito Mboweni, le 20 février prochain. Ils se demandent probablement comment le ministre compte équilibrer les comptes nationaux.

Face à un déficit et une dette croissants et à de sombres perspectives économiques, le gouvernement pourrait bien être tenté d’augmenter les impôts, en particulier ceux concernant les citoyens les plus riches d’Afrique du Sud, afin d’atténuer la catastrophe budgétaire imminente.

Contrairement aux apparences, il est préférable d’activer deux leviers essentiels : baisser sensiblement les dépenses en réduisant la taille d’un État hypertrophié ; et élargir l’assiette fiscale en permettant à plus de personnes de travailler. Comme le soulignait le regretté économiste Milton Friedman :

Vous ne pouvez pas réduire le déficit en augmentant les impôts. L’augmentation des impôts ne fait qu’accroître les dépenses, laissant le déficit au niveau le plus élevé raisonnablement accepté par les citoyens. La règle politique numéro un est que le gouvernement dépense ce qu’il reçoit et pas plus.

Augmenter les impôts ?

Les taxes pénalisent les activités ciblées. Par exemple, des taxes sur l’alcool, les cigarettes, le carburant, les importations et autres sont mises en place pour limiter la consommation de ces articles. De même, les impôts sur le revenu et les gains réduisent la source de leur génération.

Ils diminuent les incitations et le zèle des entrepreneurs à risquer du capital et à sacrifier du temps et de l’énergie. Ils entravent la capacité des individus à poursuivre leurs objectifs, et renvoient les travailleurs à la maison avec des revenus disponibles plus faibles.

De plus, moins de revenu disponible signifie moins d’épargne, moins d’épargne signifie moins de création de capital, moins de création de capital signifie une productivité du travail inférieure, et une productivité inférieure du travail signifie des salaires réels plus bas.

Selon l’économiste Arthur Laffer, les recettes publiques sont maximisées à un taux situé entre 0% et 100 % des revenus du contribuable. La fameuse courbe de Laffer montre qu’aux extrêmes, aucune recette fiscale ne serait perçue. À un niveau supérieur au taux « optimal », il devient contre-productif de continuer à augmenter les taux d’imposition, car les gens cherchent à éviter de payer l’impôt.

Selon les dernières données contenues dans le rapport des Statistiques fiscales de 2018 d’Afrique du Sud, une publication conjointe préparée par le Trésor national et le Sars (South African Revenue Service), le pays a une base faible d’imposition des revenus des personnes physiques. La publication révèle que seulement 20 millions de personnes sont assujetties à l’impôt sur le revenu des particuliers, principale source des recettes fiscales du gouvernement.

Une fiscalité lourde sur le dos d’un petit nombre d’individus

Sur les 6,4 millions de personnes susceptibles de soumettre des déclarations d’impôts, le Sars en a recensé 4,9 millions. Si nous décomposons ces chiffres, nous constatons qu’il y a environ 4,3 millions de personnes ayant un revenu imposable supérieur à 70 000 rands (4 380 euros) par an. Ces personnes payent 99,9 % de l’impôt total sur le revenu des particuliers.

Cependant, si nous ventilons davantage les données, nous constatons que 1,3 million de personnes ont un revenu imposable supérieur à 350 000 rands (21 895 euros) par an. Ces personnes représentent 61 % du total de l’impôt sur le revenu des particuliers. Il devrait être clair qu’un nombre extrêmement réduit d’individus porte presque tout le poids de l’État sud-africain sur leurs épaules épuisées.

Éviter de faire fuir les forces productives !

Ainsi, le meilleur moyen d’atteindre des objectifs économique et politique n’est pas toujours ce que l’on croit. Augmenter les impôts payés par le petit groupe d’individus au sommet de l’échelle des revenus peut sembler une proposition juste, mais il y a de nombreuses conséquences inattendues.

Principalement, les personnes à revenu élevé sont mobiles et peuvent choisir de vivre dans un environnement fiscal plus favorable. Même si elles ne fuient pas, un taux d’imposition plus élevé réduira leur incitation à créer une nouvelle entreprise et à investir dans le capital humain, et pourrait même les amener à émigrer financièrement.

Des taux de croissance économique plus élevés sont un moyen plus sûr d’élargir la base d’imposition nationale. L’histoire a montré que les économies qui permettent aux citoyens, aussi bien entrepreneurs que travailleurs, de disposer de plus de liberté pour utiliser au mieux leurs compétences et gagner une récompense digne de ce nom tendent à croître plus rapidement et à prospérer.

Le meilleur moyen de stimuler la croissance est de permettre aux gens de travailler, d’épargner et d’investir. Malheureusement, si l’on reste sur le cas de l’Afrique du Sud, les politiques du travail découragent l’embauche de travailleurs peu et faiblement qualifiés.

Des taux d’imposition marginaux élevés et d’autres taxes pernicieuses découragent l’épargne et l’investissement. Lorsque nous combinons toutes les taxes, beaucoup de gens paient plus de 50% de leurs gains annuels. En règle générale, ce sont ces personnes qui financeraient de nouveaux investissements dans l’économie, ce qui créerait de nouveaux emplois essentiels et plus que jamais nécessaires.

Taxer les individus et les entreprises productifs pour redistribuer la richesse réduit les incitations à produire des biens et des services et retarde la croissance. L’histoire a montré que c’est la croissance économique qui permet de réduire la pauvreté et d’accroître les possibilités offertes aux chômeurs, et non la simple redistribution de la richesse.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • La redistribution peut-elle réduire la pauvreté ?

    La réponse est donc bien que la redistribution par la fiscalité répand la pauvreté partout.

  • La redistribution par le ruissellement répand-telle la richesse ?

    • La distribution par la percolation (ou capillarité) est un postulat fondamental du libéralisme qui y voit la source de prospérité générale.
      Il faut éviter le terme moqueur de ruissellement (ou trickle down) suggérant malicieusement ces riches qui pissent sur les pauvres.

      • Le terme de ruissellement, pour moi perso, ne veut strictement rien dire en matière de fric, Pour info, c’est une technique de refroidissement. Je m’amuse simplement a développer des propos de certains pour démontrer par l’absurde, (méthode très efficace, que les négationnistes du réel, rejette), leur crétinisme. Vous trouverez peut-être au quel je pense en particulier.

  • Excellente analyse.
    Un commentaire de forme, sans doute au traducteur : l’usage du mot « Selon » pour indiquer la source laisse entendre que d’autres pourraient affirmer autre chose, il n’est pas optimal pour des vérités mathématiques comme l’existence d’un maximum quelque part entre 0 et 100% sur la courbe de Laffer, qui est d’ailleurs simplement le théorème de Rolle appliqué à cette courbe. Il serait judicieux de bien marquer ces points incontestables afin d’écarter les doutes de ceux qui ne font pas confiance aux économistes.

    • Sans être pervers, il ne s’applique que si on est d’accord que le résultat de l’impôt est nul s’il est à 100%. Certains pensent que les gens continueraient à travailler même taxés à 100% (et si ça ne se réalise pas, on peut les « inciter » à le faire comme en URSS).
      Bref, ça ne tient que si on est libre de ne pas travailler, et justement les détracteurs de cette courbe sont aussi les admirateurs de pays où « le travail » n’est pas un choix.

      • Si on confisque 100%, rapidement le contribuable meurt de faim ou s’évade du paradis socialiste, donc la recette tend bien vers zéro, ce qui valide le sus-dit théorème.

        • On construit des murs (anti fascistes), le contribuable vit sur ses économies (bon sinon il meurt ok). Ça s’est fait en Ukraine dans les années 30 (la totalité des récoltes était prélevée, ainsi que les semences), Maurice Thorez était impressionné par cette politique à l’époque.
          Je vous concède que ça n’a fonctionné que 2ans seulement. Après même Staline s’est rendu à l’évidence que perdre un million d’habitants par an avec la famine, ce n’était pas tenable.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

« Il y a des professionnels du malheur et une conjuration des esprits tristes auxquels nous devons faire face », a déclaré ce mercredi matin Emmanuel Macron en Conseil des ministres. La phrase est importante : elle mérite qu’on l’étudie à la loupe.

Que nous dit-elle ? Qu’il existe un complot des Français de mauvaise humeur. Qu’ils se sont ligués contre le pouvoir. Qu’ils sont dangereux et doivent être stoppés dans leur élan pervers.

 

La pauvreté sur le banc des accusés

Mais qui sont donc ces pessimistes secrètement ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP. 

Après « Qu’est-ce que vous faites du pognon ? » dont la réponse est toute l’histoire de la France championne du monde des taxes et des dépenses publiques, autre question mystérieuse : « D’où vient l’argent ? » Là, je risque de décevoir : l’argent compris comme la richesse réelle ne pousse pas sur les arbres… Mais où, alors ?

Vous vous souvenez certainement de Jacline Mouraud. En novembre dernier, elle allumait la révolte fiscale des Gilets jaunes en lançant à Emmanuel Macron sa désormais célèbre – et judicieuse... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles