Pourquoi libéralisme et social ne doivent pas être opposés

Ceux qui pensent que libéralisme et social sont deux termes opposés se trompent. Nous allons tenter d’expliquer pourquoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Unseen Histories on Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pourquoi libéralisme et social ne doivent pas être opposés

Publié le 18 août 2023
- A +

La philosophie libérale est relativement méconnue en France. Et nous sommes nombreux à l’avoir découverte un peu par hasard. J’observe que pour certains lecteurs, par exemple, c’est en tombant sur un article de Contrepoints qu’ils disent avoir découvert et pris conscience de ce qu’est le libéralisme. Mais aussi de ce qu’il n’est pas…

Dix-neuvième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

 

L’idée de progrès social

Il se peut que j’aie découvert le libéralisme à travers la lecture des ouvrages de Jean-François Revel. Mais avais-je pour autant mis un mot sur les idées que je m’étais en partie appropriées, pas si sûr. À vrai dire, je ne m’en souviens plus très bien.

Il me semble plutôt que c’est en tombant sur un exemplaire de « la Nouvelle lettre », parution hebdomadaire et actuellement bi-mensuelle de l’ALEPS, association qui existe depuis plus de cinquante ans, que j’ai ensuite découvert cette philosophie en tant que telle.

Or, que signifie ALEPS ? Association pour la Liberté Économique et le Progrès Social. Autant dire que l’idée de progrès social est bien inscrite dans les gènes du libéralisme et constitue l’une de ses finalités essentielles.

Car c’est bien en faisant confiance aux individus et à la liberté que l’on peut souhaiter qu’ils aient en matière de création, de commerce, d’échange, d’économie entre autres, que l’on peut espérer créer les conditions qui permettront de parvenir au progrès social.

Le libéralisme étant un tout, rappelons-le, ne prenant pas en considération, loin de là, que la dimension économique, qui n’est absolument pas la seule préoccupation des libéraux – cette série en témoigne – même si elle est en revanche essentielle.

Et c’est donc en favorisant la liberté d’entreprendre, de circuler, d’échanger, de s’exprimer, que l’on parvient à encourager le développement, ainsi que l’épanouissement des individus, de sorte que le maximum d’entre eux puissent ensuite jouir des progrès qui en résultent.

 

Des progrès bien réels

Même si la crise liée au covid engendre des reculs momentanés, avec une montée du chômage et de la pauvreté, le mouvement de fond qui a prédominé au cours des deux derniers siècles, et qui s’est accéléré au cours des toutes dernières décennies, va dans le sens d’un recul très net de la pauvreté, aussi bien que des maladies et de l’âge de mortalité (espérance de vie), ou encore de l’analphabétisme, de la sous-alimentation, des guerres, et même – quoi que certains en disent – des taux de pollution. Tandis que les guerres, violences, inégalités (quoi qu’on en dise là encore) régressent là aussi.

Tous éléments que vous pouvez aisément retrouver de manière très bien expliquée par exemple dans l’excellent et très réjouissant ouvrage de Johan Norberg Non, ce n’était pas mieux avant, dont je vous conseille une nouvelle fois vivement la lecture.

Mais bien sûr, il ne faut jamais perdre de vue que ces bienfaits demeurent fragiles. Or, qu’est-ce qui semble clairement aller dans le sens de ces progrès ? Ceux avant tout des libertés fondamentales, ainsi que de celles évoquées plus haut, toutes constitutives de ce que l’on nomme le libéralisme.

Aussi limitées soient-elles ; car quoi qu’en pensent là encore certains, nous sommes loin d’évoluer dans un monde dominé par le libéralisme.

 

Libéralisme et progrès social ne sont pas incompatibles

En 2014 déjà, Vincent Delhomme développait dans ces colonnes l’idée que le libéralisme n’est pas antisocial. Il démontait ainsi un certain nombre d’idées reçues sur ce que beaucoup attribuent à tort à cette philosophie. À l’instar de ce que nous avons déjà eu l’occasion d’affirmer, il montrait en quoi le libéralisme défend l’émancipation de chaque individu, et non comme on voudrait nous le faire croire de manière parfaitement grossière, des « riches ».

Loin de considérer que les pauvres ne doivent leur sort qu’à leur paresse ou à leur manque d’initiative – affirmation attribuée à tort aux libéraux – le libéralisme cherche au contraire à améliorer les conditions susceptibles de permettre le recul de la pauvreté. Et donc du nombre de pauvres.

Cela est sans doute moins immédiatement visible et moins « généreux » en apparence que ce que d’aucuns organisent, généralement avec l’argent des autres – sans forcément mettre en place les conditions propices au développement économique qui bénéficiera au plus grand nombre – mais est bien plus responsable que des systèmes artificiels et interventionnistes qui n’aboutissent que bien trop souvent au développement de véritables trappes à pauvreté.

Car ce n’est pas par les subventions, les incitations, la répression, ou encore le protectionnisme, que les libéraux entendent créer les conditions indispensables à l’amélioration de la condition de chacun. Ni par la dépense publique ou la redistribution.

Pas plus que par la loi qui, à l’image du SMIC dont on sait depuis longtemps qu’il empêche l’embauche de personnes très peu qualifiées, de la même manière que les réglementations trop rigides sur le licenciement, n’ont pour effet que de perturber la plupart du temps le marché et créer de la misère de fait. Sous couvert de bonnes intentions ou de cette très théorique et illusoire question de la « justice sociale ».

Sans même évoquer la question du système de retraites par répartition, condamné par essence à péricliter, et qui en attendant n’assure que des performances bien médiocres au regard de la capitalisation, tout en ne permettant pas la force d’entraînement sur l’économie (et donc sur nos conditions) qu’autoriserait cette dernière.

Mais c’est plutôt par l’appel de tous au sens de l’initiative, de la responsabilité, par la création des conditions propices à la liberté de créer et d’entreprendre que l’on peut au contraire espérer stimuler les forces d’entraînement qui dynamisent l’activité et permettent ainsi de créer des emplois, de la richesse, du bien-être.

Et lorsque cela ne suffit pas, ou en attendant, par des systèmes d’entraide, la charité privée, voire pourquoi pas des systèmes limités d’aide mais sous certaines conditions et strictement réservés aux plus démunis ou accidentés de la vie, ou encore via toute autre forme de fraternité, de système d’assurance ou de solidarité volontaire.

 

À lire aussi :

 

Un article publié initialement le 28 décembre 2020.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • A part le fait que le mot social est plus ou moins dévoyé entrainant son cortège d’abus de toutes sortes . . . .

  • Nous sommes des animaux sociaux qui ne demandons qu’un peu plus de liberté que nos amies les fourmis… Hors de question pour un socialiste !

  • Tout va bien jusqu’au moment où on passe du libéralisme social au socialisme libéral : enfermement socialiste pour la plupart (c’est pour leur bien), libéralisme décomplexé pour quelques-uns, financés par la pompe à fric opportuniste de la banque centrale.

  • Lu dernièrement : « pour créer des emplois, il faut créer des employeurs ». Mais est-ce possible en France ?

  • j’allais quoter la même phrase
    il n’y a rien de plus pérenne que des mesures temporaires
    à quelques mots près ce que disais sowell

  • C’est le libéralisme qui a amené la prospérité et celle-ci permet le progrès social. Sans elle il ne peut y en avoir, comme le démontre le chômage endémique et la pauvreté d’une grande partie de la population en France!

  • L’auteur est hésitant, je le sens.
    Parfois affleure le sentiment que la liberté d’entreprendre est la condition nécessaire et suffisante de l’ensemble des libertés fondamentales.
    « Car c’est bien en faisant confiance aux individus et à la liberté que l’on peut souhaiter qu’ils aient en matière de création, de commerce, d’échange, d’économie entre autres, que l’on peut espérer créer les conditions qui permettront de parvenir au progrès social. »
    C’est pour moi l’assurance de l’échec que de croire que le libéralisme économique mène au libéralisme, ou pire : de ne voir dans le libéralisme que son versant économique.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le classement sur la "facilité de faire des affaires" est une liste de pays classés en fonction de la facilité avec laquelle il est possible d'enregistrer, de créer et de maintenir une entreprise dans ce pays. Bien que sa méthodologie ne soit pas parfaite, elle tente de prendre en compte plusieurs facteurs importants tels que le coût et le temps nécessaires à la création d'une entreprise, l'enregistrement de la propriété, la charge fiscale et l'exécution des contrats. Il n'est pas surprenant que les pays qui se situent en haut de ces classeme... Poursuivre la lecture

L’industrie vidéoludique est devenue de nos jours bien plus rentable que celle du cinéma ou de la musique (passant du milliard de dollars de revenus mondiaux en 1971 à 190 milliards en 2021). Elle a fait entrer des œuvres dans la culture générationnelle qui sont considérées de nos jours comme des classiques, que ce soit Pong, Space Invaders, Tetris, Pac-Man, Super Mario Bros., Sonic, Populous, Prince of Persia, Doom, GTA etc. C’est pourquoi il est judicieux de s’y intéresser sous le prisme de la diffusion culturelle, et notamment par les vale... Poursuivre la lecture

Dire que Joseph Stiglitz, lauréat du prix Nobel d'économie qui enseigne aujourd'hui à l'université de Columbia, s'oppose au marché libre est un euphémisme. Il n'est pas favorable à une planification centrale complète, nous dit-il, mais souhaite un équilibre entre les mécanismes de marché et les mécanismes non marchands. Cependant, lorsqu'il s'agit de ses propositions concrètes, le marché semble toujours, à ses yeux, déficient. En effet, son titre fait consciemment écho à La route de la servitude (1944) de Friedrich Hayek, mais alors que Hayek... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles