Lettre ouverte aux gens de l’État français

Écologie, terrorisme, confinement : les Français sont malades de l’étatisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prisoner by Mr.Kitsadakron Pongha (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre ouverte aux gens de l’État français

Publié le 5 novembre 2020
- A +

Par Jacques Garello.

Je suis révolté par votre comportement. Vous prenez les Français pour des citoyens irresponsables. Et vous vous permettez alors de les appeler à la responsabilité, et même de les obliger à être responsables.

Il va de soi que vous ne mettez jamais en cause votre propre responsabilité. Non seulement vous n’êtes pas coupables, mais vous n’êtes en rien responsables. Vous avez tout fait pour protéger le peuple, à la fois contre le virus, et contre les terroristes. Les services de santé, de police et de justice que vous dirigez auraient fait preuve de vigilance et de courage pour prévenir et éliminer ces fléaux.

Pourquoi le confinement

S’agissant du virus, vous attribuez la dégradation de la situation au relâchement des mœurs au cours de l’été. Et vous entendez maintenant faire régner une discipline collective que les Français n’auraient pas respectée. Votre argument principal est l’engorgement hospitalier.

Comme il n’y a ni les lits ni le personnel voulus pour accueillir toutes les personnes susceptibles d’être gravement atteintes par le virus, vous utilisez un confinement disproportionné, arbitraire et indigne.

Donc, silence doit être fait sur la façon dont l’hospitalisation publique et l’organisation de la santé publique sont conçues depuis des décennies. Où est passé le budget considérable consacré à la santé (11 % du PIB, l’un des chiffres les plus élevés au monde, États-Unis exceptés) ? L’hôpital manque de personnel qualifié et de lits car les emplois créés depuis des années sont ceux de bureaucrates (37 % des effectifs contre 27 % en Allemagne).

L’absentéisme du personnel de soins sous-payé est le plus élevé de France. Le désert médical a été institué par la transformation d’une profession libérale en une branche d’administration, le numerus clausus et la tarification des honoraires et des actes ont effacé l’attrait et l’importance de la médecine générale.

En revanche l’imagination a été au rendez-vous de la gestion de l’épidémie. Le principe a été d’adapter les mesures à la capacité d’accueil dans les hôpitaux publics : diminuer le nombre de personnes contaminées en fonction du nombre de lits disponibles, adapter la demande à l’offre.

Le confinement et toutes les initiatives malthusiennes ne donnent évidemment aucun résultat sanitaire, et privent aujourd’hui des milliers de malades des examens et des chirurgies vitales. Mais elles ont réussi à tuer l’économie française, et surtout à ruiner la vie de millions de personnes auxquelles la générosité publique va faire la consolation d’une aumône.

Ces mesures ont été disproportionnées, brutales, variables, injustes – dans le passé récent ou lointain d’autres épidémies aussi dangereuses n’ont pas mis le pays à l’arrêt, au prétexte de guerre. Jamais des atteintes aussi graves à la liberté personnelle et à la vie privée n’ont été imaginées, certaines d’entre elles offensent la dignité de l’être humain : toilette et enterrement des décédés du virus, interdiction des visites et des réunions familiales, obsèques et mariages dans la clandestinité, suppression des cérémonies religieuses.

L’État, dûment relayé par la plupart des médias, joue sur la peur pour mettre en valeur sa mission de protection, et se croit autorisé à ignorer la liberté, la propriété, la dignité.

Terrorisme : pourquoi la peur ?

Hélas, la dérive autoritaire se nourrit aussi des attentats terroristes, qui aggravent le climat anxiogène.  L’échec de l’État est, ici encore, irréfutable et impardonnable. Les drames récents ont révélé les carences et les erreurs.

Carences des moyens : des budgets de la police, de la justice et de la défense bien faibles, qui globalement représentent le tiers du budget social de redistribution. La politique carcérale est inexistante compte tenu du manque de prisons. La police manque d’effectifs, en particulier pour la police de proximité et de renseignements. Les tribunaux accumulent les retards.

Les erreurs sont anciennes : magistrats formatés, prisons foyers de récidive et de radicalisme, force publique bureaucratisée, centralisée, désarticulée, règles d’immigration et Code de la nationalité inefficaces. La sécurité est devenue le haut lieu de l’irresponsabilité.

L’État fait illusion en paradant dans les instances internationales et en se donnant une diplomatie au-dessus de ses moyens. La peur n’a pas changé de camp, les terroristes n’ont pas peur, et n’ont aucune raison de craindre : l’État français ne peut contenir l’invasion islamique en Afrique et au Moyen Orient, il cède au chantage des représailles, il n’a aucune présence ni aucune ligne diplomatique – sinon de compter sur une Europe en pleine crise.

Peur pour la planète

Protecteur contre le virus, protecteur contre le terrorisme, l’État se veut enfin protecteur contre ceux qui polluent, surconsomment, et détruisent l’environnement. L’État français veut sauver la planète, et conserver les chances des générations futures. À en croire les écologistes radicaux experts en politique, la planète serait détruite par une humanité égarée par un système économique fondé sur la rentabilité à court terme et le refus de la solidarité.

La peur écologique va d’ailleurs s’articuler obligatoirement avec la peur sanitaire et la peur terroriste : tous ces fléaux ne seraient-ils pas la conséquence inéluctable d’une humanité déchue, d’êtres humains exploités, aliénés et résignés par une société injuste ?

De la servitude volontaire à l’espoir de la liberté

En réalité les Français sont malades de leur État. Ce n’est pas d’aujourd’hui, le mal est séculaire, il a atteint tous les gouvernements, de droite comme de gauche. Le drame c’est qu’aujourd’hui les Français ont apparemment accepté leur servitude volontaire.

Éducation nationale et Sécurité sociale les ont grégarisés. Lorsque quelque colère atteint quelques-uns, l’État a tôt fait de l’apaiser avec des promesses démagogiques, des débats à grand spectacle, et par l’appel à la solidarité, à l’unité… autour du chef de l’État.

Amenés à choisir entre la santé et la liberté, entre la laïcité républicaine et l’État de droit, entre le plan et le marché, les Français abusés par une élite qui dessine le plan d’une société parfaite choisissent la tyrannie du statu quo. Il est urgent de les amener à réagir, Ils devraient en venir à un constat et à une solution.

Le constat c’est celui de l’hypertrophie de l’État, de ses administrations, de ses entreprises : trop de services publics, trop de fonctionnaires, trop de textes, trop d’impôts, trop de cotisations. La France détient en ce domaine tous les records des pays dits libres.

La solution c’est celle de dépolitiser le pays, d’en finir avec la tradition du jacobinisme, du dirigisme, du planisme, de cesser de s’en remettre à une fausse élite parvenue au pouvoir à travers une fausse démocratie. Mais cette rupture historique ne se produira pas soudainement à l’initiative d’un homme ou d’un parti providentiel. Vous ne résoudrez pas les problèmes avec ceux qui les ont créés (Einstein). Elle exige une prise de conscience, et un regain d’espoir.

Heureusement nombre de Français ont la lucidité voulue pour mesurer l’état de la nation, ils peuvent passer de l’attitude de spectateurs impuissants à celle d’acteurs militants. Ils peuvent parler, rencontrer, convaincre, libérer leurs proches de l’angoisse et de l’ignorance.

Ce n’est pas facile, mais l’espoir doit renaître dans leurs cœurs et dans leurs discours : le libéralisme est porteur de progrès parce qu’il s’accompagne nécessairement des valeurs fondamentales de l’être humain : la responsabilité, la propriété et la dignité.

Des pays entiers ont changé leurs institutions et leurs mœurs pour se libérer du totalitarisme. Le libre échange et la concurrence ont transformé les pays les plus pauvres, seuls restent à l’écart les dictatures – à l’exception notable de la Chine, qui veut asseoir sa domination mondiale en abusant de l’ouverture des marchés mondiaux. Là où règne la liberté s’installent l’épanouissement personnel et l’harmonie sociale. La vérité vaincra.

Ce texte sera repris dans la Nouvelle Lettre (dir. Jacques Garello) de ce vendredi 6 novembre.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Le diagnostic est évident mais je crains que le repli et l’apathie soient la seule réponse de la population. Car le régime a parfaitement identifié et mis en œuvre le levier le plus puissant, qui permet de tout faire accepter : la peur. Et pour l’infuser et l’entretenir, il peut compter sur des médias qui sont intégralement contrôlés soit par lui, soit par la poignée de milliardaires qui le soutient.

    • la peur , Laurent , …et l’argent gratuit , ou soi disant gratuit , c’est aussi une très bonne laisse fermement tenue par l’état …

      • Ai-je fait un cauchemar ? J’abomine, j’exècre, je vomis, je hais le fisc qui me répugne, me révulse, m’écœure, qui n’a de cesse que de ruiner, abattre, saigner à blanc, pressurer, ce sont les pervers successeurs de l’inquisition incendiaire et implacable. Le pire virus de la France : l’État, ses fonctionnaires, ses collatéraux et autres politiciens indignes, traîtres, destructeurs, fourbes, perfides, lâches, voleurs, pilleurs légaux, la plupart étant parjures à l’encontre de leurs promesses électorales, concussionnaires à grande échelle, indélicats, véreux, corrompus, vénaux,
        j’ajoute aussi qu’ils sont d’une nullité affligeante sur les plans technologiques et des constructions dans tous les secteurs (BTP, mécanique, électronique, et même agriculture/élevage . . .)

  • Comme disait l’autre, la vérité ne triomphe jamais, ce sont ses adversaires qui disparaissent.

    Je ne suis pas très optimiste sur cette disparition, du moins à court terme. ?

  • Une belle lettre qui finira même pas sur le bureau du sous secrétariat du premier ministre.
    Concernant la Chine, non la Chine fait ce qu’il faut faire pour faire vivre un pays de plus d’un milliard d’habitants, en faire autant en France pour 70 millions semble bien plus facile

  • Bien vu, bien dit. Petits exemples:
    Les produits électro-ménagers sont non essentiels, donc interdits à la vente. Que fais je de mes 6 tiroirs de produits surgelés si mon congélateur rend l’âme?, je les porte à l’Elysée ?
    Les chaussures sont non essentielles, donc interdites à la vente: nombre de mes relations n’ont que 2 paires de chaussures, une pour l’été et une pour l’hiver. Que feront-ils si une godasse explose ? ils marcheront en chaussettes sous la pluie, voire dans la neige ?
    Comment une poignée de technocrates, imbus de leurs soi-disant connaissances, peuvent ils décider de ce qui est essentiel pour 67 millions d’individus, tous avec des besoins et des envies différents ? Comment peuvent-ils imposer leurs décisions d’une manière aussi dictatoriale ?

  • Cet inventaire est juste. Dictature de la bureaucratie. Se servir de la peur ou inventer des peurs: un système vieux comme le monde.
    Que faire de ce pays dont la majorité des jeunes ne rêvent comme destin professionnel que d’entrer dans la fonction publique? Ils veulent toutes les libertés, sans prise de risques, en imaginant qu’en soumettant leurs concitoyens, voir en « collaborant » ils trouveront la paix, la sécurité et un ascenseur social valorisant sans fatigue et dont la seule imagination fertile sera de créer des systèmes de spoliations de leur futurs administrés pour asseoir leur futur.
    Créer de la richesse par le travail, l’invention, la recherche, que nenni… trop risqué, trop contraignant, trop fatiguant…
    C’est ce mal instillé depuis des décennies dans l’esprit de notre peuple assisté qui nous mène a ne plus savoir prévoir et donc à devoir subir les impérities de nos gouvernants.
    La mollesse qui aujourd’hui nous habite fait le lit de nos malheurs et celui de ceux qui jouent sur nos peurs qu’ils entretiennent savamment avec le soutien actif de nos médias mainstream.

  • « la planète serait détruite par … et le refus de la solidarité »

    C’est étrange, mais quand ils nous parlent de solidarité, c’est toujours au niveau national et des riches envers les nantis. Jamais envers les pauvres des pays pauvres – ou alors pour les « conscientiser ».

    Dans le cas du Covid, c’est chacun pour soi – aucune coordination mondiale. A part l’OMS qui se contente de faire de la politique au lieu de fournir des données scientifiques fiables et faire un pont au niveau exécutif.

    Elle est où la solidarité ?

  • Les gens de l’Etat ont pour objectif de contrôler et de dominer la population pour renforcer leur pouvoir. La Covid est un excellent moyen d’y parvenir.

  • Ma grand-mère est née en Alsace en l’an 1900, dans une famille de viticulteurs qui tentaient de survivre au phylloxera.
    a 14 ans son village au pied des Vosges était bombardé par les français du haut des crêtes, et elle avait 18 ans quand la paix est revenue.
    Elle a alors dû composer avec une administration dont elle ne parlait pas la langue.
    A 29 ans, la grande crise mondiale a privé le vin d’Alsace de livraisons vers l’Allemagne, son principal débouché à l’époque…
    A 33, elle a vu l’avènement des nazis, qui se sont empressé de rappliquer chez elle en 40, pour récupérer quelques membres masculins de sa famille et les envoyer à Stalingrad d’où ils ne sont pas revenus.
    Elle avait 45 ans quand la guerre s’est terminée
    52 ans quand a eu lieu Dien Bien Phu
    53 ans la guerre de Corée
    Vers 58 la guerre d’Algérie, jusqu’en 62
    A tout moment les bombes H pouvaient franchir le rideau de fer pour lui cramer les fesses
    à 75 ans, paf ! Plus de pétrole, mais guère plus d’idées
    Elle est partie à 97 ans, après avoir perdu tant d’êtres chers, dans la douceur d’une certitude croyante qu’elle les reverrait …

    Tout ça pour dire qu’elle en a eut des frayeurs*, et bien souvent ;

    mais elle n’a JAMAIS eu peur…

    * En particulier au printemps 44, en courant sur les rails le long du train bombardé; ce jour là elle a perdu son chapeau (gross malheur), mais n’a pas lâché la valise qui contenait le « schpack » (lard paysan)…

    • Pas mieux et très beau témoignage.

    • Tous les évènements que vous listez ici ont tous un point commun: ils émanent tous de l’état.

      Pourrions-nous imaginer une seconde de quoi aurait eu l’air la vie de votre Grand Mère sans ces horreurs que l’état lui a procurées, (chaque fois, prétendument pour son bien)?

      Et pouvons-nous imaginer celle de nos descendants sur les 97 prochaines années?

      Je ne préfère pas…!

  • Le « povre » veranus a une telle avidité de pouvoir dictatorial qu’il ne se rend pas compte qu’il glissé dans la « connerie » politicards et que cette dernière rend fou .
    Enfin étant  » neu-neu rologue peut être pourra t’il se soigner ce qui n’est pas garanti

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La vraie question que vous devriez vous poser est : aujourd’hui l’État français prélève à peu près 62% de la richesse française et rien ne marche […] Qu’est-ce qu’ils font de notre pognon ? »

 

Ces mots de Charles Gave prononcés à l’antenne de Sud Radio sonnent comme du bon sens. Si la question initiale visait le secteur régalien, elle se pose également pour la politique environnementale. Cette année, le ministère de la Transition écologique a été doté d’un budget de 45,5 milliards d’euros, soit cinq fois celui des Affair... Poursuivre la lecture

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles