Seine-Saint-Denis : derrière une prime, l’ensauvagement et le séparatisme

Pour que les agents restent dans le 93, l'Etat leur verse une prime, preuve du séparatisme et de l'ensauvagement de ce département...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La carcasse d'une voiture, incendiée lors des violences urbaines d'Amiens.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Seine-Saint-Denis : derrière une prime, l’ensauvagement et le séparatisme

Publié le 28 septembre 2020
- A +

par h16

Ce n’est pas parce que la France est sur la paille, que sa dette crève tous les plafonds dans une décontraction déconcertante du gouvernement qu’il faudrait pour autant refermer les robinets à argent gratuit des autres. La distribution peut donc continuer joyeusement. Voire s’accélérer, comme en Seine-Saint-Denis par exemple.

On apprenait en effet il y a presque un an par la voix du Premier ministre de l’époque, un certain Édouard, épicier spécialiste du hard discount sur les principes républicains, que l’État allait s’engager à verser une solide prime à certains de ses agents restés au moins cinq ans en Seine-Saint-Denis : afin de pérenniser les fonctionnaires sur place, les autorités ont en effet trouvé judicieux d’octroyer jusqu’à 10 000 euros de « prime de fidélité » pour ceux de ses agents qui resteraient dans le département cinq ans et plus.

Or, c’est à l’occasion du déplacement à Bobigny de l’actuel Premier ministre, un type un peu falot avec un nom d’huile pour moteur, qu’a été confirmé le versement de cette prime aux agents répondant aux critères d’attribution, et dès le 1er octobre prochain. Il apparaît en effet qu’un tiers des magistrats et plus de 60 % des enseignants doivent être renouvelés chaque année en Seine-Saint-Denis, ce département ne parvenant apparemment pas à retenir les bonnes volontés très longtemps.

Cette intéressante nouvelle nous permet au passage d’apprendre deux choses qui, bien sûr, ne sont pas mentionnées dans les petits articulets qui l’évoquent sans trop y toucher.

D’une part, il y aurait dans certains départements un taux d’attrition particulièrement élevé chez les agents de l’État au point qu’on en vienne à distribuer de solides primes pour y rester : serait-ce à dire que certaines zones de France sont à ce point si peu attractives qu’elles en font fuir les éléments les plus capables ?

Pourtant, ce département fait assurément partie de l’un des plus vibrants d’activités hétéroclites de notre beau pays, au multiculturalisme pétillant, connu du monde entier. Peut-être est-ce cette activité débordante, ces festivités quasi-permanentes, cette ambiance quelque peu survoltée et cette population décidément très… jeune qui finit par user la bonne santé et la détermination des fonctionnaires qui y sont assignés ?

Ou peut-être cette ambiance masque-t-elle mal quelques incivilités un peu trop prononcées, des petits dérapages citoyens un peu trop festifs, une délinquance voire une criminalité un tantinet trop présentes ? Irait-on jusqu’à dire que ces agents, lassés de gérer un véritable torrent de boue avec les moyens du bord et surtout une parfaite et totale déresponsabilisation d’absolument toute la hiérarchie républicaine, s’enfuient dès qu’ils le peuvent d’un département qui, chaque jour qui passe, sombre dans cet ensauvagement que le Camp du Bien a rapidement qualifié de mythe avant de l’attribuer à une extrême droite coupable de tous les maux ?

Non, cela ne peut pas être cette explication, tant tout le monde sait que ces dérives n’existent pas, ni en France en général, ni en Seine-Saint-Denis en particulier.

Alors pourquoi diable ?

Pourquoi les magistrats, les policiers, le personnel hospitalier et les enseignants semblent fuir cette zone qui a pourtant tout pour plaire depuis une infrastructure de transports en commun rivalisant avec la capitale, jusqu’aux loyers modérés bien qu’à proximité géographique de Paris, Ville Lumière d’art et de culture resplendissante n’est-ce-pas…

En outre, la Seine-Saint-Denis n’est-elle pas l’un des départements les plus dotés en équipements culturels et sportifs, tant les politiques de la ville et autres déversements d’argent public y ont été ultra-généreux ces 40 dernières années ? Le 93 n’est-il pas de surcroît ce bastion de la gauche la plus à gauche, celle qui, sans conteste au moins sur le papier, se présente comme vraiment à l’écoute du peuple et superbement syntonisée avec ses besoins au point de toujours œuvrer pour lui ?

Rien que cette dernière raison devrait par exemple achever de convaincre les hussards noirs de la République de s’y précipiter. Pourtant, il n’en est rien. C’est vraiment surprenant.

On se demande vraiment pourquoi il n’y a pas davantage de bousculades d’agents dans ce département devant tous ces atouts ! Si l’on y ajoute maintenant cette solide prime, on se demande si le gouvernement ne vient pas là de valoriser assez concrètement l’étendue du problème, en estimant à plus d’un moins de salaire net par an, pendant 5 ans, le fait d’aller dans le 93 plutôt que dans la Creuse (aussi pauvre, au passage, mais peut-être trop calme ?)…

D’autre part, le versement de cette prime nous permet d’apprendre autre chose.

Ainsi donc, par essence, 15 millions d’euros seront consacrés chaque année à primer indemniser des individus pour rester en Seine-Saint-Denis… En somme, c’est exactement à l’image de ces indemnités versées à ces fonctionnaires qu’on doit envoyer à l’autre bout du monde dans ces petits bouts lointains de la République. Ou, de la même façon, à cette « prime d’OPEX » que les militaires perçoivent lorsqu’ils vont courir loin de leur caserne pour défendre le drapeau, la veuve, l’orphelin ou les intérêts plus ou moins clairs de notre Grande Et Belle République Une et Moyennement Indivisible Mais Tout De Même.

De ce point de vue, il ne semble donc pas complètement idiot de considérer qu’à l’instar de certaines îles lointaines où la présence des administrations françaises est jugée indispensable, ce département devient un petit bout de notre République détachée dans des zones inhospitalières. Les agents qui y officient y sont donc traités quasiment comme des expatriés ou des militaires en opération, et doivent en tout cas être indemnisés pour le bel esprit de sacrifice qu’ils démontrent en acceptant d’y aller et d’y purger cinq longues années.

Oui, vous l’avez compris : avec le versement de cette prime, maintenant officialisée et qui commencera à tomber dans quelques mois pour les heureux fonctionnaires présents depuis cinq ans sur place, le gouvernement officialise en creux cette notion de « séparatisme », attribuant à la Seine-Saint-Denis un statut clairement différent de ses petits camarades métropolitains.

Lorsqu’on se rappelle qu’en parallèle, rien n’est fondamentalement changé ni dans les politiques régaliennes, ni dans les hiérarchies et les décisions politiques, tout ceci sent à la fois l’efficacité et la solide maîtrise du problème.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • ça nous reviendrai moins cher de bouter hors du royaume de France tout ces délinquants Français d’origine étrangère qui détestent ce pays tout en profitant de son pognon ; Ciotti le dit , le RN le dit , les Français le pense très fort….alors on attend quoi ?

  • C’est sûr que l’on n’est plus dans la vaseline avec Castrol. Je me demande bien quel trou du cul a besoin d’un telle huile. Quelqu’un sait-il?

  • Mais comment font ils dans les pays du Maghreb pour contenir leur population de barbares ?
    Simple, répression répression répression, pas besoin de primes.

    • Peut-être une simple éducation par la famille cohérente avec la société dans laquelle les jeunes sont amenés à vivre.

      Mais cela ne résout pas le problème.

      • Famille… Très vite dissoute et c’est sans doute un problème général, à quoi bon ne pas profiter de la vie dans une société d’abondance où la famille est un poids. Je crois que malheureusement le problème est le problème de tout le monde et de la société en générale, insolluble. Il n’y a plus de société mais des individus livrés à leurs bas instincts.

    • La mentalité des maghrébins vivant au Maghreb n’a absolument rien à voir avec celle des maghrébins des cités françaises. Les premiers sont travailleurs et veulent s’en sortir.

      • Je suis d’accord, car la famille, mot odieux de nos jours est importante pour survivre ou simplement vivre ce qui n’est plus le cas en occident. La faute à qui ? Sans doute à la libérations des mœurs, la disparitions des coutumes… C’est sympa mais cela a un coût societal.

    • Et exportation de leurs racailles chez nous! Je posais la question à mes associés marocains, il y a quelques années de cela, s’ils accepteraient qu’on leur renvoie au pays les sauvageons sévissant dans le 9.3.
      Réponse on ne peut plus claire: gardez les chez vous, nous on n’en veut pas!

    • Envois au bled des gamins qui déconnect où ils font des boulots à la con pour l’oncle. Ca marche assez moyennement, le civisme n’est pas la marque de fabrique du Maghreb, une bonne chicote fonctionne mieux.

  • Le 93 c’est une patate chaude que tous les gouvernements se refilent.

  • C’est quand même moins cher de mettre des barbelés et des enceintes romaines. Mais bon, il faut un peu de culture autre que bancaire pour l’envisager.

  • Tout ça me rappelle le film Banlieue 13 (attention film complètement nul), où après avoir muré la banlieue, cela ne suffit pas, le gouvernement manigance un plan discret pour larguer une bombe à neutrons sur le quartier pour s’en débarrasser. Je vois que l’étape du mur est déjà fortement suggéré.
    Personnellement, je pense que supprimer tous les HLM et toutes les aides sociales, légaliser la drogue et envoyer l’armée serait suffisant. Enfin l’armée française n’est peut être plus à la hauteur.

  • Concrètement, on ne peut pas virer des français du pays car nous avons signé des traités contre l’apatridie.
    Mais quelque chose de plus réaliste (car fait par d’autres pays) est possible: faire régner l’ordre et la Justice dans tout l’Empire…euh le pays. Mais cela veut dire réforme profonde de la Justice avec, en plus, des moyens suffisants.

    Mais j’avoue qu’une descente de la légion étrangère dans une cité du 93 me régalerait 😀

    • Je serai même prêt à reprendre du service !…

    • Quand les français ont voté contre la constitution Européenne, cela n’a pas dérangé nos gouvernants de passer outre.
      Alors dénoncé un traité n’est pas impossible.
      La solution: Après avoir pris tout le traçage génétique individuel au cas où la France leur manquerait.
      Un bateau avec cabines individuelles de 9m2, départ de Toulon direction sud sud ouest. A votre droite vous avez les cotes d’Espagne, à votre gauche les iles Baléares.
      A votre droite vous avez Gibraltar, à votre gauche le Maroc.
      A votre droite vous avez l’atlantique sud, à votre gauche les cotes africaines.
      Puis par une nuit de pleine lune, on équipe nos racailles d’une bouée et d’un sac étanche avec 2 bouteilles d’eau et quelques barres de céréales.
      Devant vous à 100 mètres il y a la plage.
      Dépêchez vous car la marée est montante et va vous aider à rejoindre le rivage.
      Bonne chance à vous et Allah 1 Allah 2 Allah 3.

  • cela va favoriser les fonctionnaires « issus de la diversité » qui infiltrent l’islam de plus en plus profondément dans l’État. Serait-ce le résultat attendu ?

  • J’aime bien le regard halluciné de Merluchon la Truelle Pied-Noir.

  • bon proposer plus d’argent quand on ne trouve personne, c’est ce que ferait le marché….. et c’est mal bien sûr..

  • Ah ah. La liberté de la presse, c’est sacré…
    Seuls les médias favorables au pouvoir ont le droit de couvrir l’agression azerbaïdjanaise.
    Donc locaux, bien sûr, et turcs, ceux qui fournissent la viande fraîche venant de Syrie. Pour la viande fraîche, ne craignez rien, cela fait un bail qu’ils n’ont plus de cervelle. Ceux qui en avaient se sont tirés en Europe…
    La Turquie n’a jamais voulu entrer en Europe, c’était une feinte. Ne disons surtout rien sur Chypre, n’est-ce pas messieurs les teutons…
    C’est donc bien, on a de nouveaux amishs un peu partout. Amishs ont finira.

  • je partage à 1000% votre point de vue et analyse.
    Le PB, le seul, c’est qui aura la volonté de rendre à notre pays sa dignité, qui aura la volonté d’éradiquer la vermine qui pullule dans une multiple de quartiers dits « difficiles » ??? Qui ???
    Vous avez DEUX heures !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Écosse
0
Sauvegarder cet article

Par Jérémy Elmerich. Un article de The Conversation

Dans les circonstances exceptionnelles de la pandémie, et dans un contexte marqué par une sortie de l’Union européenne qui a profondément divisé la société britannique et par le spectre de l’indépendance écossaise, seul le temps pluvieux sous lequel s’est tenu le scrutin avait de quoi redonner un peu de normalité au tableau.

Pandémie, Brexit, indépendance de l'Écosse : une campagne singulière

Si le référendum d’indépendance de 2014 s’est soldé par une victoire du Non avec 55 % ... Poursuivre la lecture

séparatisme
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

La lutte contre l’islam politique, en langage courant « l’islamisme », paraît nécessaire à une majorité croissante de Français. Les récents attentats et notamment l’assassinat du professeur Samuel Paty le 16 octobre 2020 pour avoir commenté les caricatures de Mahomet en illustration de la liberté d’expression, ont encore accru la sensibilité à cette question. D’où le projet de loi « contre le séparatisme » lancé par Emmanuel Macron et en discussion parlementaire en ce mois de février 2021.

Parallèlement est la... Poursuivre la lecture

Voile islamique en Iran (Crédits Asaf Braverman, licence Creative Commons)
0
Sauvegarder cet article

Le petit séparatisme de Macron

par h16

Beaucoup attendaient les déclarations du chef de l'État sur les soubresauts communautaristes observés en République Française Une Et À Peu Près Indivisible. Vendredi dernier, Emmanuel Macron a donc fermement empoigné la question et un micro médiatique pour dire ce qu'il pense du séparatisme, ce qu'il entend faire afin de s'y opposer et qu'on va voir ce qu'on va voir scrogneugneu.

Eh oui, il y a comme un petit souci en République du Bisounoursland ! Il semble que certains, au cœur même du pays, ne veulent plus tro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles