L’enfer est pavé de bonnes intentions (19) : les voitures électriques

L’idée part d’une bonne intention : moins polluer. Le résultat est bien moins convaincant, et risque de virer rapidement à l’enfer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo by CHUTTERSNAP on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enfer est pavé de bonnes intentions (19) : les voitures électriques

Publié le 5 novembre 2022
- A +

C’est désormais officiel : plus aucun véhicule thermique neuf ne sera vendu dans l’Union européenne à partir d’octobre 2035. Toujours au nom de « la sauvegarde de la planète », et quoi qu’il en coûte.

Or, non seulement cela va coûter cher, mais il sera difficile d’être prêts en temps et en heure. Par ailleurs, les résultats escomptés en termes d’environnement sont loin d’être assurés.

 

Les voitures électriques, des véhicules propres ?

C’est la promesse faite au sujet du passage de la technologie du thermique au tout électrique.

Le véhicule vert serait la solution qui justifie l’arrêt pur et simple de la production traditionnelle telle que nous la connaissons. Une promesse non seulement ambitieuse, mais aussi porteuse d’espoir : réduire enfin de manière substantielle la pollution et les émissions folles de CO2, accusées de participer au fameux « changement climatique » pour lequel tant d’esprits s’échauffent, et même parfois à leurs dépens.

Sauf que, comme le remarque le journaliste économiste Nicolas Doze dans l’une de ses analyses sur BFM Business :

 

Il y a un côté fausse promesse environnementale. Car Bruxelles ne considère l’empreinte carbone d’un véhicule électrique que lorsqu’on l’a achetée et que l’on tourne la clef pour la première fois. Sauf que si on prend tout le cycle du produit, depuis l’extraction des matières premières, la production, le recyclage, jusqu’à la période où effectivement il roule, les évaluations qui ont pu être réalisées nous disent que pour une petite citadine, il faut avoir parcouru entre 40 000 et 50 000 kilomètres pour avoir une empreinte carbone et un bilan d’émission de gaz à effet de serre supérieur au véhicule thermique. Et la bascule est beaucoup plus lointaine si l’on prend un SUV. Donc, celui qui achète une voiture électrique aujourd’hui considère qu’il a accompli un grand pas pour l’humanité. Mais la « voiture électrique = voiture verte », c’est quand même beaucoup moins évident que cela n’y paraît.

 

En effet, ainsi que le dit le chroniqueur, le choix est purement politique, et non industriel. Les récents progrès importants réalisés en matière de moteur diesel, ainsi que la plus grande efficience du moteur hybride, auraient pu nous conduire à d’autres choix que ceux des politiques, qui se sont engouffrés tête baissée dans le leur en se posant le minimum de questions, traumatisés par le scandale du dieselgate.

 

Un choc économique, social et énergétique

Si je continue de suivre le raisonnement de Nicolas Doze, il semble bien une nouvelle fois – surtout lorsqu’il s’agit de cause environnementale – que les politiques aient « confondu vitesse et précipitation ».

Car, en effet, la production des véhicules électriques a plusieurs implications économiques :

Un coût de production supérieur de 50 %

Il faudrait des gains de productivité de 10 % par an pendant 5 ans. C’est impossible, les meilleures années de l’industrie automobile ayant permis de dégager 2 ou 3 %.

Un choc pour l’emploi

Un véhicule électrique requiert 3 personnes en moyenne au lieu de 5 pour un véhicule thermique.

Un choc social

Le surenchérissement des véhicules les rend inaccessibles à beaucoup, non seulement parmi les plus modestes, mais aussi au sein des classes moyennes et ce malgré les subventions et ristournes de producteurs. Un fossé supplémentaire serait aussi créé entre les ruraux et les citadins, qui n’ont pas les mêmes infrastructures ni les mêmes contraintes.

Un choc énergétique 

Cela va nécessiter une quantité inouïe d’électricité qu’il va falloir être en mesure de produire alors même que nous sommes aujourd’hui en pleine difficulté en la matière. Sans oublier le problème des bornes à installer, en faible nombre aujourd’hui, et celui des zones peu fréquentées l’hiver et fortement l’été, qui amènent une difficulté supplémentaire non négligeable.

 

Toujours le poids lancinant de la politique et de l’idéologie

En somme, à se soumettre en permanence à la loi électorale et aux passions du moment, gangrénées par le militantisme et l’écologisme en pleine crise d’adolescence, miné lui-même par les actions de plus en plus violentes de militants extrémistes, notre société est en train de se saborder.

Au lieu d’emprunter la voie de la sagesse, de la réflexion et de l’innovation, on fait le choix de se soumettre à la pensée magique et aux caprices typiques des jeunes enfants. Avec myopie et un manque évident de lucidité.

Devant tant d’immaturité et d’injonctions d’idéalistes emplies de bons sentiments suivies par des politiques qui pensent à leur élection ou réélection, on se prend à imaginer ce que ces contempteurs de nos créateurs et grands chefs d’entreprise deviendraient si ces derniers se mettaient en grève à la manière de ceux du roman d’Ayn Rand qui en tire son nom.

Sans aller jusque-là, avec des véhicules actuellement 30 % moins chers, la Chine est en ce moment même le grand bénéficiaire de cette transition, engrangeant des séries de contrats non négligeables susceptibles de mettre en difficulté les constructeurs européens. Les batteries sont elles aussi produites en Chine (80 % du marché mondial actuel), sachant que celles produites chez nous ne seront pas opérationnelles avant au moins une dizaine d’années et que les matières premières (lithium, cobalt) ne sont pas disponibles à ce jour en France et ne le seront pas avant 2035 (pour les découvertes récentes de gisements de lithium sur notre territoire). Et le seront-elles, au niveau mondial, en quantité suffisante ?

Par excès de précipitation, nos politiques seront donc responsables de ce qu’il adviendra de notre industrie, tout en devant assumer les conséquences en matière d’approvisionnement énergétique et des difficultés que cela engendrera, ainsi que des dommages environnementaux que cela ne manquera pas de susciter. Mais ils ne seront plus aux commandes, d’autres auront pris la place et pourront toujours dire qu’eux n’y sont pour rien.

On le sait : la politique est régie par le court terme (ce qu’elle ne devrait pas, en théorie). Après nous, le déluge.

Voilà où mènent donc nos « vertus ». Simplismes, postures, impostures, visions caricaturales mènent le monde, et sont à la source de nombre de nos maux, présents et à venir. Oui, l’enfer est bel et bien pavé de bonnes intentions.

 

À lire aussi :

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • – les ZFE, avant même 2035 vont exclure de beaucoup d’agglomération les véhicules thermiques. Les gueux devront soit acheter un véhicule électrique en espérant avoir les moyens autant de l’acheter que de payer l’électricité devenue très chère en raison de l’imprévisibilité de nos dirigeants. L’horizon n’est donc pas 2035 mais plus proche.
    Les véhicules thermiques de ces gueux, achetés à vil prix par des sociétés qui voient le jour actuellement, iront polluer LA MÊME planète ailleurs avec perte de capital pour les européens et pour rien !
    – Il n’y pas (encore) d’augmentation de la production de cuivre. L’offre étant inférieure à la demande le prix va augmenter…et peser irrémédiablement sur le prix des véhicules électriques.
    – Il est totalement stupide de vouloir accroître la consommation d’électricité sans avoir l’offre en rapport. Le nucléaire se prévoit sur 15 à 20 ans et notre leader maximo avec son « en même temps délétère disait encore en 2017 qu’il fallait fermer une centrale nucléaire sur deux !
    En fait l’objectif se dévoile peu à peu : finir par une interdiction de fait des transports non collectifs. (Programme : https:/ /www.novethic.fr/actualite/infographies/isr-rse/trois-vetements-neufs-par-an-un-long-courrier-tous-les-8-ans-moins-de-viande-voici-six-comportements-a-adopter-pour-sauver-la-planete-150663.html )

  • « Yves Cochet (*) en est certain : les chevaux de trait nous seront bientôt indispensables pour les labours et pour nous déplacer © Philippe Petit / Paris Match »
    (*) Ancien ministre de l’Environnement , auteur de l’Arrêté « Cochet » de 2001 qui a lancé la filière éolienne,
    dont tout le monde le remercie chaleureusement dans la crise énergétique que nous connaissons.

  • Une fois de plus la charrue est mise avant les boeufs . Sans réflexion réelle….

  • Otez moi d’un doute: si j’en crois les médias, les véhicules hybrides ont encore la cote vu que l’on constate les limitations des véhicules électriques purs. Cependant, ces hybrides rechargeables ou pas, ont une autonomie électrique très limitée ( 50km environ) avant de réactiver leur moteur thermique. S’ils gardent leur accès aux ZFE, vérifiera-t-on que dans ces zones il fonctionneront exclusivement sur batterie, vu que une fois la batterie vide, c’est le moteur thermique qui prend le relais, propulse et recharge la batterie, sans se préoccuper du lieu de circulation?

    • Bien sûr que non !
      Les VH bénéficient de la même vignette critair que leurs homologues VT.
      Il arrive que l’administration fasse preuve de simplicité.
      Humour.

      • Et donc tous ceux qui achètent actuellement des VH en pensant échapper aux contraintes des VT se trompent lourdement ( ou on les trompe volontairement), mais s’ils étaient cohérents, ils comprendraient qu’ils n’ont aucune raison de se croire vertueux pour l’environnement et qu’on les prend pour des vaches à lait en leur faisant les poches!
        Humour aussi bien sûr!!!!
        Mais je doute qu’ils rient bien longtemps maintenant!

        • Le seul avantage du VH essence est que vous bénéficiez de la conso d’un VT diesel, tout en ayant la vignette « 1 » – le diesel ne faisant pas mieux que « 2 ».

        • A Paris, en 2024, si les GJ n’ont pas mangé Hidalgo d’ici là, seuls les critair « 1 » (essence récent) et « 0 » (VE) seront autorisés.

  • « la Chine est en ce moment même le grand bénéficiaire de cette transition » est-il écrit.
    Ne vous en faites pas, l’état va trouer la parade soit en interdisant l’importation de tels véhicules soit en les taxant de manière prohibitive de manière à ca que les acheteurs achètent européens.
    Von der Leyen et son ami Macron y veilleront, croyez-moi

    • Exactement d ailleurs les États Unis nous montrent la voie ils prévoient de ne subventionner que les véhicules assemblés sur leur sol.
      De plus certains constructeurs européens de sont déjà
      positionnés pour prévoir des chaînes de montages aux Etats Unis.

      • Une voie que nous ferions bien de ne pas suivre non plus. Subventionner n’est pas plus intelligent au prétexte que c’est sur le sol national, subventionner, c’est développer des activités non-rentables, en pénalisant les activités rentables pour trouver l’argent à distribuer. Ca bloque définitivement tout espoir de devenir un jour compétitif. Que les industriels s’organisent pour récupérer les subventions là où elles tombent, c’est normal mais ça ne doit pas nous tromper, ça ne durera qu’aussi longtemps que le contribuable paiera.
        Et quelle importance que la Chine se développe, si nous avons des produits à leur vendre ? Le parfum et les sacs à main… Simplement, laissons l’Etat en dehors de tout ce commerce.

        • Vous avez raison je suis entièrement d accord avec vous l état ne doit pas s’occuper de l économie en aucun cas d ailleurs nous pouvons constater la gestion d EDF, SNCF, c est un désastre.

  • Les défenseurs des véhicules électriques se moquent bien de leur bilan carbone global.
    Ce qu’ils veulent, c’est rester bien au chaud au cœur de leurs quartiers bobos et ne pas être pollués par les ouvriers des banlieues ou de ceux qui vivent en « région », comme l’on dit maintenant.
    Mais le pire n’étant jamais sûr, il semblerait que Thierry Breton ait quelque peu tempéré ce virage vers le tout électrique. C’est pourquoi il prévoit une clause de revoyure en 2026, voire avant.
    Cela en dit long sur le fonctionnement de l’UE…
    En attendant, ne nous précipitons pas sur les véhicules électriques : c’est la meilleure manière d’entrer en résistance contre ce système qui affiche clairement sa détestation de ses citoyens modestes.
    Quand plus personne ne vendra rien et que nos dirigeants actuels seront retournés dans l’anonymat qu’ils n’auraient jamais dû quitter, cette loi se biodégradera.

  • De toutes façons, grâce aux décisions finement stratégiques des gouvernements successifs depuis 30 ans, ce seront des véhicules à gaz et au charbon

  • Le réel objectif est de supprimer tout véhicule individuel (thermique par la loi, électrique par le prix) : la voiture ne permet pas à un gouvernement de savoir où se rend son conducteur, contrairement au train, à l’avion…
    Tout est déjà fait pour dégoûter de la voiture : suppression des places de stationnement, organisation du ralentissement des déplacements, etc.
    Et le peuple en redemande en continuant à voter à gauche !!!

    • Même pas.
      Je crois que nos dirigeants sont victimes d’un genre de paradoxe de Tocqueville. Celui sur l’insatisfaction croissante.
      La lutte contre la pollution atmosphérique a plus de 30 ans. L’air n’a jamais été aussi pur. Mais plutôt que de continuer patiemment avec les mêmes outils – le durcissement continuel des normes euro – ils en inventent d’autres – les ZFE – qui permettent d’aller plus vite que la musique.
      Si les premiers barreaux de l’échelle ont été grimpés librement, les tout derniers vont l’être à coup de schlague.
      Je ne serais pas surpris que ça finisse mal… à ma grande joie !

  • « Le résultat est bien moins convainquant »

    convaincant, pas « convainquant ». Vous confondez l’adjectif convaincant et le participe présent du verbe convaincre.
    « En le convainquant, avec mon discours convaincant, j’ai pu emporter le morceau. »
    Anatole France, ‘Les Opinions de Jérôme Coignard’, 1893

  • Sans être complotiste, cette transition ecolo/énergétique à marche forcée oblige tout esprit critique à se poser un certain nombre de questions:
    -Soit on mise sur le tout électrique parce que les milieux bien informés ont des informations solides sur une future et très prochaine pénurie de gaz et de pétrole due à l’épuisement des gisements, et que depuis un demi siècle qu’on nous en avertit, et qu’on agite cet épouvantail, on n’a pas développé de solution de rechange quand on en avait encore le temps,
    -Soit on nous enfume pour des questions de pognon et de pouvoir en prenant prétexte de la lutte contre le changement climatique pour quasiment supprimer l’automobile individuelle ( en sachant que ça ne changera strictement rien au CO2 si on laisse les industries et les transport continuer à brûler du fossile),
    -Et donc on est enclin à penser que c’est une façon à peine détournée de mettre en place un contrôle social à la chinoise!

    • Il y a deux sujets qui marchent de concert/conserve.
      La lutte contre la pollution, affaire des mégapoles. Qui se résume aujourd’hui, à tort, à l’automobile.
      La lutte contre le RC, affaire de la planète. Qui se résume, à raison, aux énergies fossiles. Je n’exclus pas, en effet, qu’elle « tombe à pic » pour nous obliger à faire sans un pétrole que nous n’aurons plus dans une 50taine d’années.
      Crainte que le CO2 nous tombe sur la tête (probable illusion) et/ou peur de manquer de pétrole (quasi-certitude), le verdict est le même : trouver une énergie de substitution aussi dense, bon marché et abondante que le pétrole.

    • Permettez-moi de vous faire remarquer que vous oubliez peut-être un paramètre dans votre raisonnement : l’incompétence de nos dirigeants.
      Je pense que, depuis le pacte de Nicolas Hulot en 2007, c’est la seule explication possible à toutes les âneries qu’on nous a fait gober.
      Mais, rassurez-vous, tout le monde n’est pas incompétent et de nombreux industriels ont bien compris tout l’intérêt qu’ils peuvent tirer de la bêtise de nos dirigeants.

      • Seuls les sots tirent les leçons de leurs erreurs, les sages s’enrichissent des erreurs des autres (Bismark)

    • Certains préconisent comme beaucoup de personnes ne peuvent acheter de véhicules électriques de mettre un service de location perpétuel.
      Bien sûr le véhicule ne vous appartient pas peut être saisi à tous moments,le constructeur peut intervenir quand il veut (ce qui est le cas déjà sur certains modèles à l heure actuelle)
      Et les Etats pourront donner leurs directives aux constructeurs, pour le fonctionnement de votre véhicule le tour est joué.
      Comme vous le dites le système social à la chinoise se met en place sournoisement

    • La pénurie de gaz et de pétrole est effectivement là, à nos portes. Mais pas parce-qu’on n’en trouve plus, plutôt parce-qu’avec les contraintes qui se mettent en place un peu partout, on arrête d’en chercher. Enfin, je devrais être plus précis : les entreprises occidentales arrêtent d’en chercher.
      Reste à voir qui va en profiter…

  • J’ai au moins 3 remarques à la suite de cette analyse:
    1- le bilan carbone du VE est évalué depuis l’extraction des matières premières jusqu’à l’utilisation. Est-il certain que le bilan thermique du VT tient compte aussi de tout le cycle ?… Pas sûr !
    2- Le bilan énergétique du VT ne soutient aucune comparaison avec le VE (environ 30% vs 90%). Et, globalement pour nos ressources énergétiques, la généralisation du VE devrait être bénéfique à l’humanité.
    3- Quelle que soit la politique européenne sur le sujet, la Chine bénéficie d’atouts tels qu’ils inonderont le marché: ils sont plutôt en avance sur la technologie électrique, n’ayant pas le handicap de l’existence d’un outil de production de VT à transformer comme c’est le cas des constructeurs occidentaux. Ils ont aussi une avance réelle sur la technologie des batteries, sans oublier leur maitrise des ressources de matières premières pour ces batteries. La politique européenne contraignante semble donc bien être la seule possible si les constructeurs européens veulent avoir des chances de survivre.

    Enfin, du point de vue purement mécanique, il faut bien reconnaitre que la propulsion thermique est une aberration, consistant à transformer un mouvement linéaire avec plein de frottements en un mouvement rotatif, alors que le moteur électrique est rotatif nativement. Ce qui, à terme devrait donner un avantage économique énorme au VE… mais encore faut-il maitriser l’outil de fabrication adapté. Quant aux conséquences sur l’emploi, c’est le même dilemme que celui de l’invention du métier à tisser: restons rustiques pour conserver les emplois !!!

    -6
    • Ben non, se restreindre dans l’utilisation de nos ressources énergétiques n’est en rien bénéfique à l’humanité. C’est la disponibilité d’énergie continuellement meilleur marché et plus simple à obtenir qui a jusqu’à maintenant rendu les conditions de vie sur notre planète incomparablement plus agréables et sûres. Il suffit de regarder l’histoire pour le constater.
      Et tourner plutôt qu’aller et venir n’a rien de plus beau ou satisfaisant. Ca n’a même rien de naturel, sinon vous auriez une turbine à la place du coeur et des roues comme membres inférieurs…

    • 1. Si.
      2. Vous me semblez confondre rendement du moteur et bilan du « puits à la roue ».
      3. La politique européenne me semble au contraire suicidaire. Nous sommes en avance sur la Chine pour le VT. En retard pour le VE. Perdre les compétences sur le VT nous fermera les marchés de tous les pays qui ne font pas du VE le nouveau graal.
      J’ai beaucoup de respect pour le VE, dont la conduite, pour qui aime le couple et l’automatique, est un régal.
      J’en ai encore plus pour le VT, qui est un condensé ponctuel de toutes les inventions humaines, depuis la roue jusqu’à la puce, en passant par la résistance des matériaux, l’électricité, le magnétisme, la métallurgie, le plastique, la thermodynamique, etc, et la longue et passionnante histoire du pétrole. A côté, le VE me fait penser à un robot ménager.

      • 1- Non, je ne crois pas: les technologies industrielles classiques sont tellement dans les moeurs qu’on oublie de comptabiliser leurs coûts.
        2- Certes, j’ai éludé un certain nombre de pertes, pour simplifier le discours, mais c’est vrai pour les 2 technologies: si on tient compte de tout, effectivement, on est plutôt vers 70% pour le VE, mais alors on tombe alors à 20% pour le VT (bon, en première approximation, on ne va pas palabrer sur des pouillemes).
        3- Question de point de vue ! S’extasier sut le VT parce qu’il est un concentré de toutes les technologies modernes, ce qui est vrai quelques soient les applications des technologies modernes, ne me fait pas m’enthousiasmer pour le VT.
        Et, en ce qui concerne la Chine, bien sur, nous verrons, mais le fait est que la Chine était à égalité avec le reste du monde (voir même un peu en avance) pour démarrer la technologie électrique. Elle n’avait pas de handicap à rattraper comme c’était évidemment le cas pour le VT. Et leur dynamisme, par rapport à l’occident risque bien de nuire à nos industries. D’ailleurs nos industriels eux-mêmes, qui sont quand même les mieux placés pour en parler, expriment bien leurs craintes: il suffit d’écouter les discours publics des PDG de PSA et VW, ils ne cachent par leurs difficultés.

    • @MichelT74 et MichelO : quelques éléments, en compilant les données disponibles (extraction, transport, raffinage etc…) on peut estimer à 5% près, les rendements « du puits à la roue »; le diesel arrive en tête avec 26% , puis l’essence avec 22%, moteur électrique avec batterie : 18% (sauf si l’électricité est d’origine solaire 9%), le moteur électrique avec pile à combustible 8.5% (véhicule à hydrogène, ben oui on effectue une réduction puis une oxydation inutile). Comme on le constate, c’est exactement l’histoire du développement naturel des énergies, sans subvention. Ces ordres de grandeurs sont comparables car calculés avec la même méthodologie, on peut arriver à des résultats différents avec d’autres méthodes, ce qui compte c’est l’homogénéité des calculs. Ce qui est sur, sans calcul, c’est qu’une voiture électrique ayant une masse supérieure à un véhicule thermique, nécessitera plus d’énergie pour la propulsion, mais aussi plus de matières dont les ressources ont des prix fluctuants sans vision sur l’avenir. Si on ajoute le prix des technologies on amplifie ces écarts… (NB, l’énergie « prélevée » dans l’atmosphère (solaire éolien)est calculée à partie du rendement des installations de production.)
      En fait, le seul critère à mon sens, c’est la densité énergétique qui compte ; le nucléaire n’as pas le meilleur rendement, mais la densité étant plus de 100 fois supérieure au réactions chimique compense largement, c’est le meilleur choix énergétique. Une alimentation des véhicules électriques par « caténaire » améliore de deux point le rendement mais suppose des infrastructures .

      • Merci. Mais tous ces débats sur le rendement supposent que le rendement devrait être un critère de choix, comme si l’énergie à la source était une ressource indistinctement rare à préserver. Or l’homme utilise 1/100000e de l’énergie que la terre reçoit du soleil (1.7TW sur 174PW). Donc, l’énergie en elle-même n’est pas rare, et il convient donc de laisser sans crainte les sources s’organiser dans une sorte de libre marché et de choisir la moins chère et la plus commode « à la roue », sans se préoccuper le moins du monde de gigantesques éventuels gaspillages dans la chaîne qui l’y aura amenée. Un peu comme pour le sel de cuisine…

        • Exactement, c’est le seul critère que j’ai retenu. Toutefois, cet article : https://www.transitionsenergies.com/fermes-solaires-geantes-sahara-fausse-bonne-idee/
          expose les conséquences du solaire à grande échelle. L’article est accessible sans abonnement, via la génération du PDF pour impression. Les énergies dites renouvelables ne sont pas si renouvelables et ont des répercutions, il ne faut pas oublier que l’on « prélève » une énergie dans un système qui a son propre équilibre dicté par l’insolation (qui n’est pas constante, et on traverse parfois des bouffées d’énergie comme en ce moment, le 9 oct dernier, on s’est fait bombardé « grave » par un autre astre que le soleil). Bonne lecture.

          • Il faut être patient. Le solaire n’a pas besoin d’être avec des panneaux, et il n’a pas besoin non plus de fournir l’énergie avant des mois, voire des années. Des trucs comme la végétation qu’on finit par transformer en combustible sont plutôt ce à quoi je pensais. Très inefficients pour capter l’énergie, mais tellement bon marché qu’on s’en moque : ça pousse tout seul pendant qu’on pianote sur son ordi. Bon, pour le Sahara, il faudrait mettre en place un cycle de l’eau qui énerverait peut-être les écolos. Mais il n’y a pas que le Sahara…

            • N’oubliez pas quand même qu’il est à peu près acquis que l’homme aura consommé la quasi totalité des ressources de combustibles fossiles de la planète en quelques centaines d’années (200 à 300 environ), et que ces ressources ont été produites sur quelques centaines de millions d’années. Le rapport est de 1 à 1million ! Donc ne croyons pas que les ressources énergétiques de la photosynthèse pourront résoudre nos problème de production énergétique en temps réel. Le bio carburant ne sera au mieux qu’un additif, et même un petit additif (n’oublions pas aussi que la photosynthèse sert à nourrir directement ou indirectement la population mondiale).

              • Bien entendu la « fin du pétrole » est , sera, un « challenge » majeur.
                Cependant si la solution était évidente elle aurait déjà émergée.

                L’économie sans énergie est de fait « contractée », la richesse aussi.
                Pour éviter une décroissance brutale il me parait « rusé » justement de ne pas l’être. Or on ne cesse de vouloir nous imposer un changement brutal avec comme argument principal le « climat » qui se « dérègle ».

                Notez que l’on est passé du « réchauffement » au « dérèglement » pour pouvoir inclure tout aléa météorologique dans les conséquences des actions humaines. Toute raison est désormais abolie. On est dans le « ressenti », l’éco-anxiété etc…
                J’ai déjà cité plusieurs fois des données historiques sur le « climat » au 14ème siècle avec de multiples épisodes de sècheresse très fréquents…dont la cause n’était ni la surpopulation, ni la consommation d’énergie fossile etc…
                La peur est mauvaise conseillère. On a ainsi investit des centaines de milliards d’euro dans les ENR avant d’avoir sécurisé, par le nucléaire au minimum (faute de mieux), l’énergie indispensable à notre survie.
                Donc oui il va falloir se « remuer » pour trouver la moins mauvaise des solutions à la disparition du pétrole (dont la date pessimiste, et ridicule ,toujours la même source: Novéthic, est 2040 ) qui plus vraisemblablement serait en centaine(s) d’année(s).
                Agir brutalement , et pour l’heure sans réflexion autre que dogmatique, s’apparente à l’éparpillement des poules dans le poulailler fermé quand le prédateur est déjà rentré : issue fatale.

                • Précision : « Pour éviter une décroissance brutale il me parait « rusé » justement de ne pas l’être » -> brutal

                • Tout à fait d’accord, à ceci près que chez l’humain, la créativité est d’autant plus efficace que l’homme est au pied du mur. Donc je ne crois pas que « si la solution était évidente elle aurait déjà émergé » (quand elle aura émergé, elle paraitra évidente).
                  La seule issue semble être, à l’heure actuelle de nos connaissances technologiques, le nucléaire: la fission, la surrégénération, puis, dans un avenir (nettement) plus lointain, la fusion.
                  Je dis d’ailleurs, depuis qu’on a inventé les éoliennes, que si nous avions dépensé les milliards des éoliennes à maintenir et élargir notre parc nucléaire, nous n’aurions aucun problème d’énergie (en tout cas pour la France). Et c’est la raison pour laquelle je suis un fervent défenseur du VE (pour rester dans le sujet de cet article).

    • La densité énergétique des meilleures batteries lithium-ions est inférieure d’un facteur 10 au moins à celle de l’essence. C’est tout simplement rédhibitoire pour espérer avoir un jour un parc tout électrique. Cela est bien sûr encore pire pour les semi-remorques. Le poids des batteries nécessaires pour les propulser est gargantuesque et diminuera de facto le cargo transporté. Moins de cargo sur des distance plus courtes mais avec des temps de transit plus long signifie une chose: augmentation du prix des biens de consommation.

      Quant à la Chine, Elle n’est le leader dans rien du tout. Il n’y a qu’à regarder son industrie des microprocesseurs. Elle ne sait fabriquer que des processeurs très bas de gamme. Ceux de milieu de gamme sont fabriqués en Malaisie ou Thaïlande; ceux de haut de gamme le sont principalement à Taiwan, Corée du Sud, Japon et USA. Les machines outils sont fabriquées par très peu de pays dont un est le Danemark. Les chinois dans ce domaine ne sont que des assembleurs et ce qui frappe est leur totale incapacité à développer une industrie domestique de ce type.

  • A priori, on ne peut plus y échapper mais soyons intelligent, une Zoe fera l’affaire, pour aller plus loin que son pâté de maison, le train ou l’avion. Et a destination, une voiture de loc, électrique. OK, le bilan financier de tout ça est astronomique surtout qu’il faudra payer le manque à gagner de l’état sur l’essence. Pitoyable monde nouveau… Mais, at on vraiment besoin des centres ville, non, alors mon vieux diesel fera l’affaire de nombreuses années.

  • Les époques des jolies colonies et à fortiori celles des croisades sont définitivement révolues pour l’Europe. Malheureusement, une grande partie de nos élites européennes prétendent encore aujourd’hui régenter la planète entière sous prétexte de la sauver d’on ne sait trop quel désastre. Quelques chiffres : les émissions mondiales (16 milliards de tonnes de CO2) ne représentent que 0.5 % du stock présent dans l’atmosphère, les émissions françaises ne représentant elles-mêmes que 1% de ce 0.5%. Autrement dit, toutes les mesures claironnées haut et fort par les bureaucrates bruxellois et tous leurs groupies n’auront aucun effet sur le climat. Par contre, ces mêmes mesures non contentes de nous appauvrir risquent également fort de nous mener à des conflits d’envergure et perdus d’avance avec d’autres parties du monde qui ne voudront pas, et à juste titre, se laisser brider dans leur développement.
    (Source pour les chiffres : https://www.climato-realistes.fr/climat-co2-stock-flux-christian-gerondeau-mai-2021/#:~:text=Or%20la%20masse%20du%20CO,%2C%20soit%200%2C5%20%25.)

  • Ceci démontre bien l’imbécilitézs des activistes et des partis écolos, mais aussi celle de nos dirigeants. Le sujet c’est d’avoir une mobilité avec le moins de CO² possible (quoi qu’il y aurait beaucoup à dire à ce sujet). Donc le tout éléctrique ne peut l’être que via le nucléaires que ces gens ne veulent pas. Le tout éléctrique pour la mobilité ne convient pas aux grands déplacements. Or avec des moteurs thermiques on peut utiliser les bios carburants qui émettent di CO² mais celui ci rest recyclé par la zoosynthése, il existe aussi mais ce n’est pas mature l’hydrogène. Mais les doctrinaires qui sévissent à Bruxelles et qui sont totalements dans leurs délire ne sont pas capables de dépasser leurs lubies destructrices.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Greta Thunberg
3
Sauvegarder cet article

Cet automne, dans toute l'Europe, les soi-disant activistes climatiques ont mené des actions qui non seulement ont enfreint la loi mais ont également consisté en des actes de vandalisme et de violence physique.

À la National Gallery de Londres, deux femmes ont jeté de la soupe sur un tableau de Vincent Van Gogh ; dans un musée allemand, d'autres activistes ont badigeonné un tableau de Claude Monet avec de la purée de pommes de terre ; et bien sûr l'activiste belge Wouter Mouton a sévi l'été dernier à la fois à Bruges, sur une œuvre de ... Poursuivre la lecture

Sans eau, il n'y a pas d'agriculture – de production alimentaire pour l'Homme et les animaux (qui, en majorité, nous nourrissent à leur tour) ou à d'autres fins. Depuis des millénaires, l'irrigation est pratiquée là où elle est nécessaire ou utile, et possible, en prélevant l'eau dans le milieu directement ou après stockage.

Les « bassines » du Val de Sèvre – devenues « méga-bassines » dans le discours militant-militant et médiatique-militant ou médiatique-indigent – sont des « retenues de substitution » (ou des « réserves de substitut... Poursuivre la lecture

Si, à la suite d’Alain Besançon, l’on considère que l’idéologie est :

Une croyance délirante qui se prend pour une science exacte et qui entend prendre le pouvoir afin de mettre en coupe réglée la totalité de l’activité humaine dans le but ultime d’anéantir toute forme de civilisation,

nous vivons à n’en pas douter une ère idéologique.

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, pour ne prendre que ces trois exemples les plus frappants du moment, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles