L’enfer est pavé de bonnes intentions (11) : la Révolution

Un très beau roman et très fort, sorti en avril, permet de retracer ce que les gens ont pu vivre, au quotidien, suite à la Révolution de 1979 en Iran.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Les Jacarandas de Téhéran (Crédits : Albin Michel, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enfer est pavé de bonnes intentions (11) : la Révolution

Publié le 5 juin 2014
- A +

Il existe au moins deux sortes de révolutions : celles qui entendent renverser par exemple un dictateur en place, et celles qui ont pour prétention de changer la Société, le monde ou l’Homme. Derrière ces dernières se cache généralement… l’enfer. Illustration à travers la Révolution iranienne.

Par Johan Rivalland

Avec les révolutions auxquelles nous nous intéressons ici, les choses se passent toujours à l’identique, selon un scénario qui semble tristement immuable. D’abord on trouve les intellectuels idéalistes et leurs délires de refondation de l’humanité. À leurs côtés se trouvent tous les combattants ou militants de la première heure, les « purs », ceux qui croient en la cause défendue et s’investissent totalement dans la fondation de la nouvelle Société. Puis vient l’heure des désillusions, des trahisons et du remplacement de cette première génération d’hommes par d’autres moins subtils et moins inspirés par les grands principes initiaux.

Quelle que soit la phase, les moyens utilisés sont les mêmes : l’éradication du passé, la destruction, la torture morale et physique, le totalitarisme, la mort. Au nom de principes plus que douteux.

Les Jacarandas de Téhéran

Un très beau roman et très fort, sorti en avril, écrit par un auteur qui s’inspire manifestement de sa propre histoire, permet de retracer une partie de ce que les gens ont pu vivre, au quotidien, suite à la Révolution de 1979 en Iran.

Née en 1983 dans la prison d’Evin à Téhéran et vivant aujourd’hui en exil à l’étranger, on sent à quel point cette narration est forcément très proche de ce que cet auteur, Sahar Delijani, et ses proches ont vécu.

JacarandasDébutant justement dans la prison d’Evin et la situation terrible, pour ne pas dire inhumaine, de la jeune Azar, sur le point d’accoucher, mais que l’on n’hésite pas à « interroger » et maltraiter jusqu’au bout, après l’avoir convoyée dans des conditions plus que précaires les yeux bandés à travers Téhéran, on comprend à quel itinéraire l’auteur nous prépare, à quelle évocation forte des réalités de l’Iran post-révolutionnaire elle nous convie. Le décor est planté et les choses ne font que commencer.

On va découvrir, au fur et à mesure de l’avancement de cette saga, comment trois générations d’Iraniens ont souffert dans leur chaire autant que dans leur âme de la tyrannie des hommes au pouvoir et leurs terrifiants Gardiens de la Révolution, que ce soit au moment de la Révolution de 1979, mais aussi dans les décennies qui vont suivre, jusqu’aux tentatives de contre-révolution, à l’image de celle de 2009 et la terrible répression à laquelle elle a donné lieu, n’étant que la partie apparente de celle qui existait depuis les débuts, mais de manière bien moins visible et non moins sanguinaire.

Une Révolution aux ressorts hélas bien classiques ; avec son lot d’espoir, puis de déceptions, de trahisons, de jusqu’auboutisme, de souffrances, disparitions, tortures, exécutions et d’esprit totalitaire. Une vision cauchemardesque qui va entraîner des familles entières dans le traumatisme, la perte de la liberté, l’horreur et les cicatrices indélébiles qui marqueront les acteurs des événements comme leurs descendants, dans un processus infernal qui n’entrevoit pas encore de véritable aboutissement, malgré l’espoir et les illusions perdues.

Un roman témoignage fort, qui mérite toute notre attention. Bouleversant et très évocateur de certaines réalités. Bien écrit et qui a le mérite à la fois de nous faire connaître le sort qui fut réservé à tant d’hommes et de femmes disparus mystérieusement sans laisser trace et sans que l’on puisse connaître exactement le sort qui leur fut réservé.

Et un roman qui permet de nous rappeler, au-delà des considérations géopolitiques habituelles, le calvaire vécu actuellement par tous ceux qui continuent d’être les victimes silencieuses de ces révolutions abominables, que ce soit en Iran ou ailleurs.

— Sahar Delijani, Les Jacarandas de Téhéran, Albin Michel, avril 2014, 300 pages.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Vous m’avez donné envie de lire ce livre 🙂
    Petite question: plusieurs formes de révolution mais l’auteur n’en cite que 2 en exemple, ce serait quoi les autres et elles suivraient quels processus?
    Merci!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Alors que certains rêvent toujours de révolutions, que d’autres (parfois les mêmes) continuent de vénérer Robespierre, et que des mesures dignes de ce qui se fit durant la période de la Révolution française - séduisantes en apparence mais ayant nui profondément au pays – sont réclamées sans souci des expériences historiques, il n’est pas inutile de se remémorer les dérives extrêmes de la Révolution. En ce sens, Anatole France - chantre des intellectuels de gauche du début du XXe siècle, mais esprit libre et personnalité à la fois singulière e... Poursuivre la lecture

Dans le numéro de juillet-août 2015 de La Revue de l’Énergie j’écrivais au sujet de l’accord nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 :

« Avec l’exportation du gaz iranien, le rôle du gaz russe va être redimensionné au point que l’on se demande quelle contrepartie la Russie a bien pu obtenir pour laisser ce futur grand concurrent venir sur le marché international du gaz. ».

Cette interrogation reste plus que jamais d’actualité et explique pourquoi le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, est allé rencontrer le maitre de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles