L’enfer est pavé de bonnes intentions (1)

Enfer bonnes intentions (Crédits Nomadic Lass, licence Creative Commons)

Lancement d’une rubrique ou série que je souhaite ouverte à tous. Il n’y a que l’embarras du choix pour l’alimenter. Petite présentation.

Par Johan Rivalland

l'enfer est pavé de bonnes intentionsJ’y pensais depuis quelques semaines. Le temps me manquait, j’ai donc tardé à me lancer ; m’y voici.

L’idée m’est venue au beau milieu de la lecture de l’ouvrage de Jean-Marc Paturle que j’ai eu l’occasion de présenter ici le 1er mars. L’illusion constructiviste ; la recherche de justice sociale, qui n’a pour effet que de figer les inégalités ; l’exemple de la loi Royer de 1973, qui n’a pas eu les effets escomptés tout en figeant les positions acquises des grandes enseignes de distribution existantes et en ayant suscité la corruption ; ou le contrôle administratif des loyers lors de la première guerre mondiale qui, prolongé pendant vingt ans, eut des effets catastrophiques pour tout le monde ; « l’imposture » de la déclaration universelle des droits de l’homme qui, pouvant sembler globalement identique à celle de 1789, est « complètement différente sur le fond et conduit même à des résultats tout à fait opposés », posant les conditions de l’État-providence et de la multiplication des « droits à », au détriment finalement de la liberté, etc. Je ne sais plus à quel moment s’est déclenchée mon idée, mais elle est arrivée soudainement. Et il n’y a que l’embarras du choix des sujets qui correspondent parfaitement bien à cette célèbre formulation.

D’ores et déjà, parmi les articles que j’ai présentés, certains auraient pu en faire partie :

  • L’illusion et l’enchantement communistes, qui ont constitué une force d’attraction irrépressible touchant les meilleurs esprits, au détriment des tristes réalités (Inventaires du communisme de François Furet),
  • L’érection de l’intérêt général au rang des vertus suprêmes, amenant à combattre l’individualisme (Alain Laurent), confondu avec l’égoïsme (dans son sens péjoratif), mais dérivant vers des situations devenant intenables (La Grève d’Ayn Rand),
  • L’aide publique au développement, qui n’a fait qu’encourager la corruption et la perversion des mentalités, sous couvert d’altruisme (L’aide fatale de Dambisa Moyo),
  • Le système des retraites par répartition, conçu pour organiser la solidarité inter-générations, mais qui s’est fourvoyé dans son caractère profondément vicié (Le futur des retraites, Jacques Garello et Georges Lane, 3 tomes),
  • La régulation des crises, grâce aux interventions de l’État, censé venir au secours de l’économie, mais dont l’échec est patent (Crise, Dépression, New Deal, Guerre de Florin Aftalion),
  • Le mythe de la Révolution Française et de 1793, fondateur de la République, mais en réalité d’essence totalitaire (Les deux Républiques françaises de Philippe Nemo),
  • Etc. (j’en oublie sans doute).

Des tas d’articles intéressants d’autres auteurs sur ce site y auraient tout autant trouvé leur place. Je ne saurais en établir une liste tant elle serait longue, l’esprit de Contrepoints s’y prêtant parfaitement. Je note l’utilisation directe de cette expression il y a peu, dans l’excellent article de Francis Richard au sujet du SMIC suisse, qui m’a conforté dans l’idée qu’il était temps que je lance cette série. Frédéric Bastiat, à travers son « Ce qu’on voit, ce qu’on ne voit pas » y mériterait, d’ailleurs, sans doute la première place.

À vos contributions !

Il me reste ainsi tout un tas de livres à présenter (puisque c’est un peu ici ma spécialité) que j’ai en tête et dont j’alimenterai cette rubrique, sans ordre particulier, comme cela viendra. Je pourrai aussi, à l’occasion, introduire un ou deux petits articles plus spontanés (j’ai d’ores et déjà quelques idées).

Et, comme je l’indiquais en préambule, je serais ravi qu’un maximum de contributions vienne s’y intégrer, car il me semble que « l’enfer pavé de bonnes intentions » est vaste et s’applique hélas à beaucoup de choses que l’on observe au quotidien comme au fil de l’actualité. Aussi, n’hésitez pas : ce n’est pas ma rubrique, c’est la nôtre ; il suffira de numéroter votre article pour poursuivre la série. J’espère m’y instruire auprès de vous et susciter des réactions de révolte face à ce que dissimulent les apparences, souvent trompeuses, et dont on se doit de dénoncer les illusions.


Lire : L’enfer est pavé de bonnes intentions (2)