La bêtise humaine se porte toujours aussi bien – Petit échantillon

La bêtise humaine n’est jamais absente de notre quotidien, jusque dans les faits divers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
stupid source https://unsplash.com/photos/4ApmfdVo32Q

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La bêtise humaine se porte toujours aussi bien – Petit échantillon

Publié le 16 octobre 2022
- A +

Au-delà des faits bien plus tragiques qui émaillent l’actualité (guerres, risque nucléaire, exactions, violences, crise économique et financière, etc.), décidément la bêtise humaine n’est jamais absente de notre quotidien, jusque dans les faits divers.

Petits exemples vus cette semaine, parmi d’autres.

 

« Sauver la planète » (encore et toujours)

C’est devenu maintenant un grand classique. Au nom de « la planète » – et avant tout pour se donner une posture de héros (sic) – de jeunes écervelés commettent des actes que l’on peut qualifier de débiles afin d’attirer l’attention. Comme si, là comme ailleurs (je pense au néo-féminisme et aux différents mouvements s’inscrivant dans la mouvance woke), ces actes pouvaient changer l’opinion ou le comportement des autres en un sens favorable à leur cause (je pense profondément que c’est tout l’inverse qui se produit).

 

Ce vendredi, donc, deux très jeunes « militants écologistes » ont « jeté de la soupe » sur la toile de Van Gogh Les Tournesols à la National Gallery de Londres. Retenez votre fou rire, cet acte pathétique est malheureusement bien réel. La violence et la destruction sont une nouvelle fois une forme d’expression pour ceux qui ne sont plus capables d’autre chose et desservent totalement la cause à laquelle ils prétendent s’attacher.

Cela ne mérite pas davantage de commentaires.

 

Marie-Chantal fait ses courses

Telle est la caricature que donne Jean-michel Apathie de Clémentine Autain à propos de sa vidéo tristement populiste et récupératrice au sujet de l’inflation.

Indépendamment de ce journaliste dont je n’apprécie pas toujours forcément les analyses, le titre me semble bien trouvé : en visionnant cette vidéo, j’ai vraiment l’impression de voir quelqu’un qui semble découvrir le quotidien des Français, pour ne pas avoir à y faire face directement (j’imagine qu’une députée dispose de moyens qui ne sont pas ceux du Français ordinaire qui fait ses courses au supermarché). Non pas que je reproche à cette députée de ne pas vivre directement ce dont elle parle et de ne pas être en mesure de ressentir ce que peut ressentir un Français qui a du mal à joindre les deux bouts, mais la mise en scène sonne faux. Et surtout, ce qui me semble très préoccupant est la bêtise du raisonnement mis en avant : comment, en tant que « responsable » politique, peut-on ignorer les fondements de base du fonctionnement de l’économie, d’une entreprise, et de la fixation d’un prix ?

Je sais bien que certains rêvent du Grand Soir et de cette Planification Centrale qui fit pourtant preuve de son échec total en URSS, mais quand même ! Faire mine de s’outrer, en prenant à témoin on ne sait quelle personne se trouvant en dehors du champ de la caméra, au sujet du prix jugé démentiel d’une bouteille d’huile ou de quelques autres produits, sans considération pour ce qu’implique la production d’une telle huile, c’est pure démagogie ! On a envie de demander à l’intéressée : mais comment vous y prendriez-vous pour fabriquer une telle huile ? À quel prix ? Feriez-vous don généreusement de votre production (sur vos propres deniers) ? Le distributeur lui-même doit-il travailler gratuitement ? Ou revendre à perte (ce qui est interdit) ? Clairement, on n’est plus dans le domaine de la Raison.

Visionnez la vidéo pour en juger.

 

Le Marché de Noël sans références à Noël

Décidément, là encore, les écologistes ont un problème avec Noël et ce qu’il peut symboliser à leurs yeux effarouchés.

Alexandre Massaux évoquait ici les interdits de la mairie de Strasbourg ces derniers jours. S’il n’avait pas pris la plume avant moi pour réagir, je m’apprêtais à écrire également sur le sujet. L’affaire semble complètement folle. Au point que les éditorialistes de l’émission « Face à l’info » sur CNews se sont demandé s’il s’agissait d’une blague, ou d’une fake new, avant de se renseigner et de constater que c’était bel et bien réel : la mairie écolo de Strasbourg a bien pris un arrêté établissant une longue liste de produits autorisés ou interdits sur le célèbre marché de Noël de la ville de Strasbourg. Décision dont on peut estimer qu’elle revêt par certains aspects un caractère sinon totalitaire, du moins incroyablement autoritaire et surtout particulièrement arbitraire.

Mais écouter l’analyse de Charlotte d’Ornellas à ce sujet sera bien plus parlant. On en reste relativement stupéfait.

 

Vive la démocratie, mais à condition de voter du bon côté

Une idée bien partagée en particulier à gauche depuis longtemps (et j’aurai le plaisir de vous en offrir une illustration amusante à travers la présentation du dernier roman de Patrice Jean très bientôt), est qu’il faut défendre à tout prix la démocratie… à condition, naturellement, de se situer du bon côté et de penser correctement.

C’est un principe qui trouve une nouvelle fois une parfaite illustration dans les réactions hostiles ou haineuses qu’a subies le footballeur Neymar après avoir fait part de son soutien à Jair Bolsonaro en vue de la prochaine élection présidentielle dans son pays, le Brésil.

Non pas que j’apprécie Neymar (je m’intéresse très peu à l’univers du football), pas plus d’ailleurs que Bolsonaro – et je ne suis pas non plus un grand fan des soutiens des stars quelles qu’elles soient en politique, même si c’est leur liberté et que cela fait partie du jeu – mais j’approuve pleinement l’idée lorsque le célèbre footballeur remarque que ceux qui se targuent en permanence de défendre la démocratie font preuve d’une telle intolérance dès lors que celle-ci débouche sur des opinions ou des votes contraires aux idées de leur bord politique.

Pour reprendre le titre de cet article, rien qu’à partir de quatre petites anecdotes datant de cette semaine (mais j’aurais pu en citer des tas d’autres), on perçoit donc à quel point la bêtise continue de bien se porter, quels que soit les plus grands drames du moment. Ainsi va l’humanité. On ne la refera pas. Et mieux vaut en sourire (jaune) ou en rire que d’en pleurer. Même si on est trop souvent dans le pathétique…

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • La vraie question avec la France insoumise ( à quoi? qui? ) con ou arriviste à tout prix..

  • Les magistrats qui ont fait torturer et mettre à mort Erostrate et interdit qu’on prononce son nom bénéficiaient d’un grand soutien populaire. En retirant son soutien à de tels juges, c’est lui-même que le peuple condamne.

  • Sarko disait : – pour certains, la démocratie, c’est quand il y a la gauche et l’extrême-gauche.

  • Les sans dents ne sont pas assez éduqués : ils confondent démocratie et liberté de pensée. Il faut que l’éducation nationale dispense un nouveau programme plus efficace.

  • Ils auraient du laisser les 2 jeunes collés au mur… Même après la fermeture du musée… 😉

  • « Le Gouvernement refuse de taxer les superprofits ».
    Quand bien même il le ferait, ça changerait quoi pour les consommateurs subissant l’inflation ?

    • pour Clémentine Autain, cela rappelle Viviane Forrester et son « horreur économique ».
      Pour le reste, cela a le mérite de montrer à quels points ces écolos militants sont de parfaits idiots, inutiles/nuisibles, si certains en doutaient encore.

      • Et surtout, si on appliquait le programme politique de Clémentine Autain (le communisme),
        il faudrait expliquer à cette bourgeoise de gauche qu’elle devrait renoncer à son petit confort.
        Hein ma cocotte.

        • ne vous inquiétez pas pour elle, elle s’assurerait d’être du bon côté de l' »égalité » qu’elle prône.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

Affiche sur laquelle est marqué : "there is no planet B"
3
Sauvegarder cet article

Le vandalisme se verdit pour paraître acceptable. Si les militants écologistes se sont longtemps vantés d’être non-violents, la multiplication des discours anxiogènes a conduit certaines personnes à radicaliser leurs moyens d’action.

 

Sabotez, il en restera toujours quelque chose...

En octobre 2020, le mouvement La Ronce appelait ainsi à multiplier les actions ciblées de sabotage à petite échelle telles que le débouchage de bouteilles dans les rayons de magasin, crever les pneus des SUV (véhicules utilitaires sport)… pour ... Poursuivre la lecture

photo de Jean-Marc Daniel
10
Sauvegarder cet article

Jean-Marc Daniel qualifie de « pagano-gauchistes » tous ces mouvements qui se disent écologistes et sont en réalité « sans nuances », ne faisant que promouvoir un vieil anti-capitalisme qu’ils tentent de recycler, les idées marxistes du XXe siècle ayant perdu de leur superbe à la suite de la chute de l’URSS.

Selon nombre d’entre eux, au capitalisme devrait être substitué une « société frugale et égalitaire reposant sur de multiples contraintes et sur la restriction des libertés et des possibilités de production ». Par exemple Naomi Kle... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles