L’essentiel des livres d’Ayn Rand : La Grève

À l’approche des fêtes de fin d’année, une bonne idée cadeau : les romans d’Ayn Rand. Aujourd’hui, quatrième et dernier volet, avec une présentation de « La Grève », un roman paru pour la première fois en 1957.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Grève CGT (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’essentiel des livres d’Ayn Rand : La Grève

Publié le 12 décembre 2013
- A +

La GrèveLa Grève est le grand roman de la crise. D’une étonnante actualité, il a été vendu, à ce jour, à plus de dix millions d’exemplaires et est d’une très grande richesse en termes de réflexion sur le fonctionnement de nos sociétés contemporaines, en particulier démocratiques, en en faisant particulièrement bien ressortir les maux intrinsèques.

Je me bornerai ici à une présentation très courte. Je ne pouvais, en effet, faire l’impasse sur ce très important ouvrage d’Ayn Rand dans ma présentation de ses romans, mais il a été déjà largement présenté sur Contrepoints, avec des analyses de très grande qualité, auxquelles je ne saurais apporter rien de mieux.

Mais qui est John Galt ? Et qu’est-ce que l’intérêt général ? Ce roman est plus qu’un simple roman. Il s’agit du livre le plus influent aux États-Unis après la Bible, nous précise Alain Laurent, qui est à l’origine de la traduction d’Atlas Shrugged en français… et pour cause.

À l’heure où nous sommes empêtrés dans une crise profonde et très probablement durable, fruit des errements du passé (et du présent), aucun ouvrage ne me semble mieux à même d’expliquer les ressorts de celle-ci. Cette fresque romanesque constitue une excellente représentation de l’état d’esprit qui règne dans le monde occidental, notamment en temps de crise, avec tous ses simplismes et ses visions caricaturales. Un monde de conformité et d’apparences, avec ses mondanités et ses postures faussement humanistes ou empruntes de générosité. Un monde d’opposition entre des intellectuels doctrinaires, représentants d’associations prétendument « altruistes », du type « les Amis du Progrès mondial », en réalité des médiocres et des lâches et, à l’inverse, les méchants capitalistes, souvent en réalité des êtres ingénieux et créatifs, accusés de tous les maux, au premier rang desquels l’égoïsme, concept abstrait et caricatural, bien pratique pour exprimer l’envie suscitée par ceux qui, s’achetant une bonne conscience à bon compte, y opposent de beaux concepts dits « progressistes », qui ne valent généralement que pour les autres et impliquent bien peu leurs initiateurs.

imgscan contrepoints 2013-2474 la grèveUn roman extrêmement captivant, qui vous prend littéralement aux tripes. Absolument bouleversant, comme peut l’être un concerto de Rachmaninov (les deux vont d’ailleurs particulièrement bien ensemble). Une histoire qui suscite tour à tour l’enthousiasme, l’espérance, la rage, le sentiment de révolte et le désespoir, mais aussi l’admiration face au courage, à la volonté, à la détermination et à l’action. Une analyse implacable de l’esprit humain, de la société, de la cupidité et la méchanceté humaine, du mal qui se cache non pas là où on le croit, mais tout au contraire là où on prétend créer le Bien, sous les apparences de la générosité, l’altruisme affiché, le prétendu intérêt général ou bien commun. Une véritable destruction de tout bon sens et de toute créativité ou intelligence. Un roman à la fois éminemment philosophique et une leçon d’économie incomparable.

— Ayn Rand, La Grève : Atlas Shrugged, Belles Lettres, septembre 2011, 1170 pages.

Lire aussi :

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bonjour,

    Bien qu’il ait été publié en 1957 aux Etats-Unis (ça y est, la NSA m’a repéré!), ce roman est d’une actualité brûlante. Lorsque je l’ai lu, j’ai cru à une description de notre pays. Je l’ai offert à plusieurs amis et le recommande chaudement.
    L’actuel chef de l’état fait un parfait Wesley Mouch (il en a toutes les caractéristiques). Quant à son principal lieutenant, le personnage de Jim Taggart est fait pour lui. A mettre dans toute bonne bibliothèque qui se respecte.

    Bon après-midi

  • Je sais que l’expression est un peu galvaudée, mais…

    Ce livre est le meilleur livre que j’aie lu de toute ma vie.

    Pour un libéral, c’est une révélation.
    Pour un non-libéral, c’est une révélation.

  • Pareil, incroyable comment chacun des personnages principaux a ses pendants sans notre réalité française, incroyable comme le malaise, l’incompréhension, et le fatalisme des personnages du livre se retrouve ches les français; j’y ai surtout retrouvé une description précise et surtout l’explication des reactions violentes, voire de la haine que suscitent souvent la remise en cause des croyances fermement ancrées dans l’inconscient collectif français…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le titre du dernier ouvrage, considérable et remarquable de par l'ampleur et l'érudition, de Jean-Philippe Delsol, Civilisation et libre arbitre, peut paraître quelque peu sévère, mais réfléchissez-y, c'est là que tout se joue, s'est joué et continuera à se jouer, à moins que l'on n'interrompe la partie, qui est la nôtre et explique pourquoi l'Occident est différent.

Réfléchissons-y, car cela ne va pas de soi. Dit sans fard, la grandeur de notre civilisation réside dans l'idée que l'Homme dispose du pouvoir et de la liberté de penser e... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

Par Gary M. Galles. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Alissa Rosenbaum était l'un des écrivains les plus controversés de l'histoire de l'Amérique. Pourquoi, alors, peu de gens ont-ils entendu parler d'elle ? Parce que tant les éloges que les attaques intempestives ont été dirigés contre le nouveau nom qu'elle a adopté après avoir quitté la Russie pour l'Amérique - Ayn Rand.

Son influence est incontestable. Elle a vendu plus de 30 millions de livres, et des décennies après sa mort en 1982, des centa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles