Reconfinement : remettre la liberté au cœur de l’équation

La question n’est plus de savoir s’il y aura un reconfinement, ni de savoir si celui-ci sera suivi d’une explosion de colère. La question est de savoir quelle ampleur l’un et l’autre vont prendre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2021-01-29 REPLAY - Vaccination en France revoir en intégralité la conférence de presse d'Olivier Véran - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reconfinement : remettre la liberté au cœur de l’équation

Publié le 30 janvier 2021
- A +

Par Olivier Maurice.

Folle journée que ce mercredi 27 janvier 2021, où tout a basculé en quelques heures.

Pendant que se tenait un énième conseil de défense, infusaient un peu partout les échos de la colère d’un président de la République qui aurait été passablement énervé par la position du conseil scientifique et son manque de solution, ou plutôt son acharnement à vouloir imposer la seule et unique solution connue, à savoir un reconfinement dur pour combattre sa peur d’une nouvelle flambée épidémique.

Il faut dire aussi que depuis la veille, les médias avaient commencé à évoquer les émeutes qui se produisent maintenant chaque soir depuis plusieurs jours dans toutes les villes des Pays-Bas, pour s’opposer, non pas à un confinement, mais à la mise en place d’un simple couvre-feu après 21 heures. Ces violences font écho à d’autres, au Danemark, en Espagne, en Italie, en Israël ou au Liban où les forces de l’ordre débordées ont fait usage de leurs armes.

Toute la matinée, les réseaux sociaux ont bouillonné de déclarations comme #JeNeMeConfineraiPas, la petite moitié du pays opposée aux mesures sanitaires et au reconfinement voulant faire entendre sa voix.

L’ombre du en même temps flottait sur le pouvoir, et le pronostic était clairement au statu quo.

Quand soudain, le vent s’est mis à souffler dans l’autre sens. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, annonçait en effet, à la sortie dudit conseil, que différents scénarios étaient désormais à l’étude, allant du maintien du couvre-feu à celui d’un reconfinement très serré.

Le signal était très clair : le gouvernement allait essayer de verrouiller le maximum de soutiens en tout genre et il se donnait juste le temps de préparer le discours qui viendrait annoncer les modalités d’un nouveau ruissellement d’interdits et de formulaires.

C’est ce moment-là qu’a choisi un restaurateur de Nice pour signifier son ras-le bol de la situation en décidant tout simplement de braver les interdits et d’ouvrir son restaurant, sous les applaudissements et les cris de « liberté, liberté » d’un bon nombre de clients venus l’encourager.

https://twitter.com/LE_GENERAL_FR/status/1354416483242307585

 

La réaction a été immédiate. Sur les réseaux, #JeNeMeConfineraiPas à fait place à #DesobeissanceCivile.

Le restaurateur a été mis en garde à vue. Son cuisinier, étranger, va être expulsé. La machine médiatique s’est tout de suite efforcée de sortir les énergumènes les plus folkloriques pour expliquer que ce que l’on pouvait prendre pour une bouffée de révolte citoyenne était en fait un phénomène isolé provenant de la mouvance complotiste des adorateurs du grand spaghetti volant avec des casques à cornes.

Pendant ce temps-là, à l’Assemblée nationale, le gouvernement poussait sa majorité à dissoudre purement et simplement la commission d’enquête parlementaire sur la Covid le concernant, provoquant la fureur de l’opposition.

Pendant que le ministre de la Santé, Olivier Véran, tentait d’expliquer aux parlementaires que si les rapports du conseil scientifique n’étaient pas rendus publics, c’est qu’ils étaient trop techniques pour eux.

 

Devant un tel flottement au plus haut niveau de l’État, la question n’est plus de savoir s’il y aura un reconfinement, ni de savoir si celui-ci sera suivi d’une explosion de colère.

La question est de savoir quelle ampleur l’un et l’autre vont prendre. Il reste en effet très peu de chance que l’on évite le scénario du pire, économiquement, socialement et politiquement.

Reconfinement : la montée des oppositions

La France est clairement coupée en deux et cette fracture montre les limites du et-de droite-et-de-gauche qui tient lieu de politique gouvernementale et qui, plutôt que de réconcilier le pays, n’a fait que le diviser encore plus profondément.

De folklorique qu’elle a pu paraître au début de la crise, l’opposition à la réponse politique et sociale au problème médical et surtout organisationnel de l’État français n’a fait qu’enfler, pour être maintenant quasiment à jeu égal avec le parti de la peur et de l’interdiction.

De plus en plus de voix se font entendre pour dénoncer la fausse évidence d’une solution présentée comme étant la seule possible. Malgré le lynchage moral permanent et l’avalanche de qualificatifs dégradants dont sont systématiquement affublés les moindres opposants à la sainte parole, ce message commence malgré tout à être compris et porté par de plus en plus de Français.

Nous sommes passés en quelques mois de Didier Raoult à François de Closets… en quelques jours de Francis Lalanne à Laurent Ruquier.

En parallèle au débat d’idées, l’ineptie des mesures, la désorganisation manifeste des autorités et l’arrogance des responsables politiques, des experts et des médias sont de plus en plus mal supportées par toute une partie de la population qui se voit de plus en plus touchée par les mesures de restrictions.

Le couvre-feu ciblé ne marche pas ? Il faut instaurer un couvre-feu national. Le couvre-feu à 20 heures ne marche pas ? Il faut instaurer un couvre-feu à 18 heures. Le couvre-feu à 18 heures ne marche pas ? Il faut confiner.

Quelle sera donc la prochaine étape de cette escalade dans l’absurdité ?

Un dialogue de sourds

Cela dit, il semble que la population accepte cette rhétorique ridicule depuis quarante ans : le socialisme ne marche pas, il faut davantage de socialisme et c’est forcément la faute du libéralisme. Il n’est que trop évident qu’en termes de politique sanitaire, nous avons droit exactement au même sophisme : si les restrictions ne marchent pas, c’est parce que les Français ne respectent pas les restrictions. Il faut donc davantage de restrictions.

Un réel bras de fer s’est engagé entre l’appareil d’État et une partie de la population, cette dernière de plus en plus exaspérée par le manque d’effets malgré les efforts consentis et l’État incapable de se remettre en cause et rejetant le manque de résultats sur les supposés mauvais comportements des citoyens.

Combien de temps encore les Français vont-ils accepter d’être tenus responsables des défaillances d’un système qui est supposé les servir et non l’inverse ?

Depuis le début de la crise, le gouvernement cumule les erreurs et ce qui pouvait à l’époque paraître des choix ou des décisions malencontreuses prises devant l’urgence de la situation s’est révélé avec le temps de totales absurdités dont de plus en plus de personnes voient maintenant l’évidence.

Remettre de la raison dans ce chaos de peurs

On ne soigne pas les malades en punissant les bien-portants.

Ce n’est pourtant pas très compliqué comme principe ! Il n’y a aucun calcul, aucun égoïsme ignoble à déclarer une telle banalité !

Ce serait plutôt l’inverse : les irresponsables, les nuisibles qu’il faudrait mettre sous contrôle, ce sont les politiciens, les experts et les anonymes qui nous expliquent du matin au soir que leur comportement est irréprochable, mais que ce sont les autres qui leur voudraient du mal en faisant n’importe quoi.

Bien sûr, ces angoissés maladifs sont de bons clients pour le spectacle de l’information. Mais on ne combat pas une épidémie avec des émotions et des leçons de morale.

C’est cette musique qu’il faut faire taire de toute urgence en remettant les choses à leur place, en contredisant non seulement les politiciens qui en font l’écho, mais surtout tous ces donneurs de leçons du quotidien qui ont clairement besoin qu’on leur remette les pendules à l’heure et qu’on leur dise les yeux dans les yeux qu’il y en a assez de leur narcissisme exacerbé qui les pousse à blâmer les autres en permanence et sans aucun complexe.

L’excuse de la sidération ne fonctionne plus : cela fait maintenant un an que nous vivons dans cette situation. Cette psychologie inversée sonne de plus en plus faux…

Il est vraiment temps de prendre les choses au sérieux : apporter une réponse concrète et non pas émotionnelle au problème que la surréaction et la surévaluation ont largement contribué à exacerber.

L’impasse du reconfinement

Les innombrables ratés dans la communication, la stratégie, l’organisation, sur les masques, les tests, l’équipement des hôpitaux, puis maintenant sur les vaccins ne font en fait que cacher le fond du problème et celui-ci est d’un ordre bien plus grave.

Pour quels résultats sommes-nous en train de sacrifier le pays tout entier, la jeunesse et les entrepreneurs en premier lieu ?

Clairement pas pour investir dans le futur. Le monstrueux coût économique, budgétaire et social est tout entier consacré au colmatage du navire qui fuit de partout et en premier lieu sert à honorer un contrat dont toute une partie de la population est exclue.

Plus grave, il paraît de plus en plus évident que le poids des défaillances du système de santé est justement supporté par ceux n’y ayant pas accès ou qui ne l’utilisent pas : les lycéens, les étudiants, les indépendants, les précaires, les commerçants…

Le pays découvre dans la douleur que la solidarité nationale ressemble en réalité à une distribution savante de privilèges destinés à certaines catégories : les salariés des grosses entreprises, les retraités aisés, les fonctionnaires, voire les écoliers… tous ceux pour qui la question de la fin du mois ou de l’avenir n’est pas une source d’angoisse permanente. Les mêmes qui réclament à tue-tête un reconfinement, car quatre semaines de reconfinement, ce sont quatre semaines de vacances payées aux frais de la princesse.

La précarité des autres trouvait jusqu’à présent sa compensation dans la liberté : la liberté d’être son propre patron, de diriger son travail comme on le veut, celle de pouvoir découvrir le monde à l’adolescence, de choisir son avenir, celle de réaliser ses passions, de créer, de vivre…

Que reste-t-il de ces libertés ? Quel avenir ont-ils devant eux ? Quand tout cela s’arrêtera-t-il ?

Ceux-là sont en train de se demander si vraiment tout cela pourra s’arrêter un jour sans qu’ils ne fassent entendre leur voix. Et dans ce pays, on a énormément de mal à exprimer son désaccord calmement…

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Très bon article. Il faut que la population et le gouvernement sorte de cette terreur qui bloque tout et empêche de penser des solutions sereinement pour vivre avec le covid, comme on vivait avec la grippe.

    • Les hommes ont toujours vécu avec des maladies infectieuses.
      Les 20 000 morts de 2017 de la grippe n’ont pas fait la une des média.
      Nous vivions déjà avec « le covid » : il y en 4 types actuellement en France qui circulent naturellement comme toutes les maladies chroniques.
      Il faut que le gouvernement nous laisse travailler et circuler librement et cesse de nous terroriser. La population fait ce qu’elle peut pour éviter les amendes.

  • Merci pour cet article, toutes mes colères y sont…

  • Remettre la liberté, mais aussi la responsabilité au coeur de l’équation: en effet, depuis septembre 2019 date approximative du départ de l’épidémie à Wuhan, toute une chaîne de responsabilité a été défaillante: Nous avons en Chine une ambassade, des organismes consulaires, des entreprises, des médecins, des ONG, et on ne nous fera pas croire qu’aucune de ces structures n’a vu ce qui se passait pour alerter le gouvernement. Ou si elles l’on fait, alors la responsabilité du gouvernement est totale de ne pas en avoir tenu compte et de ne pas s’être informé plus avant.
    On a pris dans l’urgence des mesures de confinement parce que pas préparés (après avoir perdu quasiment 6 mois). Evidemment, n’ayant pas voulu faire comme les asiatiques, on ne pouvait pas savoir si le confinement mis en place aurait une quelconque efficacité ( ce qu’on s’est bien gardé d’évaluer par la suite). Ce que l’on pouvait anticiper, par contre, c’était l’impact économique qu’il aurait et l’euthanasie pure et simple de milliers d’entreprises et d’emplois, puisque l’on savait déjà que la santé économique de la France était mauvaise, et qu’un simple calcul pouvait anticiper la casse économique et donc sociale à venir. Nos zélites prétendument responsables ne méritent absolument aucune indulgence et devraient de toute urgence se remettre en cause plutôt que de continuer à prendre des mesures complètement ubuesques. CPEF

    • je vais être très cynique comme l’auteur du texte …La COVID n’a fait que mettre en lumière l’état de la France à tous niveaux…Un système de santé vidé de sa substance au fil d’une gestion d’entreprise par des administratifs qui ne connaissent rien à l’entreprise…Une population fragilisée et en très mauvaise santé générale et qui faute de revenus s’offre de la malbouffe et des plats préparés , l’obésité en est le stigmate ..Une industrie aux abonnés absents et un secteur de bars, restaurants qui se crée et se détruit sans cesse ..Il n’est qu’à voir le nombre d’enseignes qui changent au bout d’un an d’exercice…Une hyperdensité des villes par rapport aux campagnes .;un système politique d’après guerre qui ne ressemble plus à rien…Que tout ceci se casse la g…n’est ma foi que très normal …ce n’est pas fini mais souhaitons qu’émergent des hommes et des femmes ayant des idées un peu novatrices comme ceux qui en raccourci n’ont jamais baissé les bras au sujet de l’ARNm et qui voient la juste récompense de leurs efforts…

      • C’est bien sainté, vous enfilez des lieues communs. Vous devez regarder Elise Lucet à la TV, j’imagine.

      • « Que tout ceci se casse la g…n’est ma foi que très normal  »
        Pourquoi? Parce que l’Etat veut se mêler de tout sans en avoir les compétences et tout en prélevant un pognon de dingue sur les contribuables et les entreprises ou commerces. Et contrairement aux moqueries de gillib, je pense que justement, c’est parce que ce sont des « lieux communs » que les politiques ne peuvent ignorer les nuisances qu’ils causent depuis des décennies dans la société française. Quant à l’émergence d’hommes et de femmes capables de redresser la barre, j’en doute fortement tant le système a été bien verrouillé par les parasites.

      • mouais, si il ya un truc que je ne supporte pas c’est « mal bouffe » et « plats préparés »..

        La « mal bouffe » au départ c’etait TROP gras et TROP sucré… et tout était dans le trop… puis ensuite « industriel avec industrie = tromperie..

        Quant à plat « préparé », un plat est nécessairement préparé donc la encore préparé par l’industie..

        Les gens mangent ce qu’ils veulent.. selon les moyens qu’ils ont..

        L’obésité t c’est largement autant la sédentarité que la nutrition. c’est l’attitude face à la bouffe; l’obésité était un signe de bien manger!!

        si ce n’etait qu’une opinion mais non..on va se FARCIR un ministère de l’alimentation parce que ces concepts ont vus comme évidents et le peuple comme stupide.

        regardez gérard larcher… regardez les hommes politique dodus..ils mangent au mac do?..ils sont en santé optimale???

        les gens fument, les gens boivent trop , et les gens mangent mal et pourvu que cette liberté dure! ils diminuent leur espérance de vie. ben c’est leur vie..

        de toutes façon n’importe quel système de santé peut être débordé ..

        • Oui oui , mais consultant dans un centre de prise en charge de l’obésité …les patients qui y sont ne sont pas franchement heureux de leurs complications diverses et variées , ils reconnaissent volontiers ne prendre aucun plaisir à manger vite et mal et à grignoter ce qu’ils trouvent…Certains vont même vers la chirurgie bariatrique car manger différemment c’est compliqué et la reduction gastrique c’est plus rapide..

          • Vous devez donc savoir que le 1er problème avec l’obésité, c’est le psychisme. C’est pourquoi ils ne prennent aucun plaisir dans ce qu’ils mangent (contrairement à Larcher qui doit abuser des steaks frites en sauce au resto – tiens ça ressemble au Macdo d’ailleurs). Les obèses sont parfaitement conscients des effets secondaires sur leur qualité de vie. Comme un fumeur quoi, sauf que eux ont en plus la culpabilisation et les regards méprisants.

  • Constatation n° 1

    – La grippe (et la gastro) a pratiquement disparu parce que nous appliquons les ‘gestes barrière’ .

    Constatation n° 2

    – Le Coronavirus se répand parce que nous ne respectons pas les ‘gestes barrière’.

    Voilà Voilà Voilà…

    • 17 millions de vaccinations contre la grippe pour les populations les plus vulnérables..ceci explique cela…les gastro c’est le lavage des mains et le GHA…

    • La grippe et la gastro ont pratiquement disparu parce que l’on regarde ailleurs!
      Quant aux chiffres que l’on nous balance journellement sur les contaminés, asymptomatiques, peu malades, malades, hospitalisés ou en réa, ils n’ont pas plus de valeur que les sondages électoraux car ces chiffres sont trop faibles pour une véritable étude statistique de la gravité de l’épidémie, par rapport à une population de 68 millions d’habitants répartis en catégories trop différentes pour être un tout homogène . Les sondages électoraux se trompent régulièrement et on voit mal pourquoi il en serait différent pour la pandémie.

      • Pas tout à fait ..les services d’urgences pédiatriques font tous remonter l’information que cet hiver et il n’est certes pas fini , il n’y a pas eu de bronchiolites , peu de gastro et pas de grippe ou rhume..bref ils s’embêtent beaucoup …les orthopedistes font la tête car il n’y a plus de fracture sportive , les agés tombent moins , et les AVP diminuent considérablement ( 2000 morts je crois en 2020 du jamais vu depuis l’invention du moteur..!!)…Comme quoi !!

        • AVP ? Accidents de la voie publique ? 2550 en 2020, certes c’est du jamais vu mais tout de même seulement 700 de moins qu’en 2019, pas de quoi rééquilibrer le Covid.
          Les âgés tombent moins c’est faux, justement parce qu’ils sont nettement moins sortis et nettement moins suivis depuis 1 an, au contraire il y a plus de fractures, chez eux, bêtement si je puis dire.

    • c’est bien vu..c’est drôle..mais ça ne montre rien..
      en premier lieu car ça peut être vrai..la modifications des comportements peut être suffisante pour tenir la grippe mais pas le covid…

      d’ailleurs les gestes barrières ne suffisent pas..

  • Quelle cacophonie !

  • Savez vous déjà s’il va se représenter..??? il est très jeune et a le temps…Il est arrivé alors que pas grand monde ne l’attendait…Il peut passer la main à son ancien premier ministre qui ralliera les droites non extrêmes…Et le tour est joué..!!

  • Il a surtout eu peur de l’explosion sociale, ça gronde sec quand même. Ajoutez à cela le fait que la situation n’est absolument plus dramatique… il s’est peut-être décidé à utiliser son cerveau et à prendre ses distances avec un conseil qui n’a de scientifique que le nom…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah, enfin, ça y est : comme Olivier Véran l'a annoncé en tirant une triste mine il y a quelques jours, c'est aujourd'hui la levée de l'obligation des masques dans les transports en commun, là où le virus s'était retranché. Manifestement tabassé de tous les côtés par les fines décisions politiques d'un gouvernement au taquet, il a finalement laissé tomber et ne rôdera plus dans les rames bondées de la RATP.

Le soulagement est intense. La victoire quasi-totale.

Et finalement donc, après deux ans d'acharnements divers et variés de ... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles