Covid : quand la gouvernance perd la raison 

Arrêter un pays parce qu’un coronavirus continue de circuler est une folie aux conséquences incalculables. 

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
crazy source https://unsplash.com/photos/auEPahZjT40

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : quand la gouvernance perd la raison 

Publié le 29 octobre 2020
- A +

Par Paul Touboul.

Comment expliquer depuis le début de la crise sanitaire une telle persévérance dans l’erreur ? On s’en souvient, à l’arrivée de l’épidémie dans notre pays, l’impréparation était manifeste. Le pouvoir a été pris de court en dépit de la rumeur grandissante qui avait accompagné, les semaines précédentes, l’évènement.

En pleine invasion virale, pénurie de masques censés limiter les transmissions interhumaines, pas de tests non plus lesquels pourtant s’imposaient pour gérer efficacement la pandémie selon la formule dépister-isoler-traiter.

À cela il faut ajouter l’encombrement des services de réanimation dû, on ose l’exprimer aujourd’hui, à une gestion calamiteuse du pool de lits disponibles dans le pays, dont ont été exclus à l’époque les hôpitaux et cliniques privés.

Compte tenu des 32 000 décédés de l’épidémie, cette pagaille a été présentée sous la forme d’un cataclysme qui frappait le pays et auquel un gouvernement courageux s’efforçait de faire face en faisant feu de tout bois pour protéger une population en danger.

La corde sensible de la solidarité

Et l’on a fait jouer la corde sensible de la solidarité en offrant à l’admiration générale l’engagement des soignants au péril de leurs vies. Bien sûr il fallait se garder d’entrer plus avant dans les causes du drame vécu dans les hôpitaux, une situation où nous avaient conduit des décennies de politique hospitalière à l’incurie criante et dont aucun gouvernement n’avait pris la mesure.

Que dire en outre du confinement imposé plusieurs semaines dans le pays en pleine pandémie ? Était-il justifié au regard des retombées économiques et sociales dramatiques qui en résulteraient ? De quelles preuves de son efficacité à freiner l’expansion de la virose ? À vrai dire aucune, étant donnée l’absence de toute évaluation scientifique de cette mesure à ce jour. Elle nous a pourtant été assénée comme une évidence.

Et l’on a commencé à voir poindre, avec les contrôles de police, l’émergence d’un pouvoir discrétionnaire, lequel, au nom de la protection de la santé des Français, faisait l’apprentissage d’une toute-puissance fort peu démocratique.

Les voix discordantes ont été étouffées dans le brouhaha médiatique savamment orchestré. En la circonstance toute opposition est apparue exotique sinon déplacée et les opposants eux-mêmes volontiers stigmatisés et voués aux gémonies.

Cet unanimisme, bien que de plus en plus érodé aujourd’hui, persiste néanmoins, entretenu par des informations sur l’épidémie déversées sans nuances et convergeant toujours vers la dramatisation

Querelle trouble entre scientifiques

J’ajouterai que l’affaire de l’hydroxychloroquine n’a fait qu’ajouter à la confusion qui caractérise cette période. À la face du public s’est étalée une querelle absconse entre scientifiques ou plus précisément entre diverses têtes pensantes, généralement parisiennes et bien vues du pouvoir, et le virologue marseillais Didier Raoult, tenant de cette proposition thérapeutique, en conjonction avec un antibiotique l’azithromycine, pour juguler l’attaque virale à ses débuts.

À la faveur de cette polémique d’une intensité à peine croyable se sont dessinés les contours d’un pouvoir de l’ombre, décidé à mener l’affaire sanitaire à sa guise et ne supportant aucune critique. Tout récemment, elle a encore rebondi avec le refus opposé par l’agence du médicament à une demande du professeur Raoult d’une utilisation large de l’hydroxychloroquine contre la covid-19.

Pourquoi tant de hargne, j’oserais dire de haine, dans un débat qui aurait pu en rester là, d’autant que le produit concerné, de par son ancienneté et son innocuité reconnue, ne méritait pas tant d’honneurs ? Encore une fois on ne peut s’empêcher d’y voir la marque d’une gouvernance intolérante, imbue d’elle-même, et pourquoi pas ? sous influence.

Une conséquence évidente de cette querelle qui a abouti à l’absence de toute proposition thérapeutique face au virus est que les médecins généralistes ont été dessaisis de toute prise en charge des sujets infectés, leur travail se limitant au diagnostic de la maladie et à l’envoi des cas inquiétants à l’hôpital.

Pour la première fois dans l’histoire des épidémies dans notre pays, les omnipraticiens n’ont pas exercé leur fonction de premiers soins mais ont uniquement servi de relais d’information sur la maladie et d’avant-postes des hôpitaux.

L’absence de traitement initial voulu et imposé par les autorités n’a jamais été mis en doute et l’on s’est bien gardé de questionner sa part de responsabilité dans la mortalité associée à la pandémie.

La gouvernance par la peur

Autre point : très vite, alors même que l’épidémie arrivait dans le pays, a été instillée dans les esprits la peur, une peur d’autant plus angoissante qu’elle était censée liée à un mal effroyable, lequel n’en était qu’à ses débuts et allait continuer à faire parler de lui longtemps.

Si bien que la fin de la crise fin mai, attestée par une mortalité au plus bas, a quasiment été passée sous silence. On le sentait, les autorités restaient sur le pied de guerre, aux aguets, rien de rassurant n’est venu de leurs propos mais bien au contraire de constantes mises en garde, tout restait à craindre, le pire était peut-être à venir.

Une deuxième vague, annoncée dès avril sur le ton entendu de ceux qui connaissent le problème, pouvait se manifester à tout moment, l’automne prochain étant l’horizon privilégié.

L’été a été vécu sous la menace d’annonces de mesures restrictives rendant l’avenir particulièrement inquiétant. L’étau néanmoins était quelque peu desserré même si le port du masque s’est alors introduit dans les usages.

Et nous voilà, en cet automne, effectivement soumis à une nouvelle chape de plomb qui menace de s’alourdir encore. Le couvre-feu imposé dans la majorité des régions risque de céder de nouveau la place à un confinement en bonne et due forme.

Pourquoi ? parce que, à la faveur de tests de dépistage, à la fiabilité incertaine et déployés de manière frénétique (plus d’un million par semaine, du jamais vu) le nombre de contaminés ainsi dépistés chaque jour, entre parenthèses pour la plupart asymptomatiques, n’a cessé de croître, dépassant les 30 000, ce qui a alimenté dans les médias la litanie quotidienne de chiffres alarmistes, disséqués dans des forums complaisants sur le thème « je vous l’avais bien dit ».

Un nouveau départ de l’épidémie ?

On parle de regain de mortalité et de risque d’encombrements des services de réanimation. S’agit-il pour autant d’un nouveau départ de l’épidémie ? Nous en sommes loin. Même en hausse, la mortalité quotidienne reste très en deçà de mars dernier. Il a été évoqué dans la réactivation virale un tournant saisonnier. Il parait vraisemblable que nous avons affaire à un mutant du coronavirus de départ.

Alors faut-il pour autant déployer un arsenal de guerre tel qu’un couvre-feu de plusieurs semaines voire pire ensuite ? et tout ça contre un virus dont la létalité est au mieux de 0,3 %, et vraisemblablement moins si l’on en juge par des estimations récentes de l’OMS, sans compter que les victimes sont dans leur immense majorité très âgées et/ou affectées de comorbidités sévères, donnée qui peut conduire simplement à des mesures de protection ciblées.

Pour le reste, donner libre cours à la circulation du virus n’a rien d’une option insensée si l’on veut parvenir, ce faisant, à une immunité grégaire, comme cela s’est passé en Suède. Et l’on s’obstine chez nous, à l’image de postures internationales délirantes, dans une politique sanitaire qui, au nom d’une soi-disant protection des vies, met en danger les soubassements sociaux et économiques du pays et compromet gravement l’avenir.

Où est la raison dans tout cela ? L’apparence est celle d’une démission en rase campagne de la pensée politique qui navigue à vue au gré des fluctuations de la circulation virale et obéit aux injonctions dramatisantes d’experts droits dans leurs bottes. La chose est incroyable et surtout pitoyable. Pourtant nous en sommes apparemment là, et bien là.

Le pouvoir serait ainsi passé aux mains de la médecine et de ses clercs et engagé par le fait dans une démarche faisant fi de tous les clignotants au rouge qui s’allument dans la société. On a peine à le croire compte tenu de ce qu’a été la mandature Macron jusqu’alors, laquelle s’est exercée verticalement, peu soucieuse des oppositions de toutes sortes.

Alors nos gouvernants ne seraient-ils pas en fin de compte partie prenante de ce qui se joue aujourd’hui ? Ils pourraient avoir fait leurs et assumer les recommandations de scientifiques, se contentant de raboter à la marge lesdites sanctions pour les rendre moins indigestes.

Et tout atteste que l’action gouvernementale a bien incorporé une certaine vision de l’épidémie et fait jouer à fond les leviers de l’information pour alimenter un récit tragique.

Le coronavirus est partout

À savoir que le coronavirus est partout, s’immisçant chaque jour davantage dans la cohorte des sujets en réanimation et dans celle des décès. En l’occurrence, aux dires de certains témoignages, un test positif suffit même pour que soit assignée à la virose la cause de tous les maux, moyen de grossir les chiffres de mortalité.

Mais alors pourquoi persévérer dans une orientation qui met à mal le pays et risque donc pour nos politiques de se payer cher ? Il y a certes le principe de précaution, régi par la peur, dont l’actuelle politique est un reflet caricatural. S’ajoute l’effet de contagion, lié à la situation en Europe où la posture alarmiste règne en maitre.

Et puis ce choix tel qu’il est, par sa logique propre, a toute chance d’entretenir une perpétuelle course en avant. Cependant la situation actuelle n’a pas que des inconvénients. Ainsi la petite musique des vaccins s’amplifie peu à peu dans l’attente de la bonne nouvelle.

Conclura qui voudra. Mais aussi le pays, par le fait de l’État d’exception, est sous cloche, les mouvements d’humeur n’ont pas leur place, les soubresauts de la société sont amortis, il n’y a plus de place pour l’expression de revendications quelles qu’elles soient, au fond nos gouvernants ont une société sous contrôle et au nom de la sacrosainte urgence sanitaire peuvent s’en donner à cœur joie.

Je ne dis pas que réside là un ferment de l’action gouvernementale présente. Mais que cette idée ait germé au fil du temps dans les têtes pensantes du pouvoir, après tout pourquoi pas ? Auquel cas on ne serait pas près de voir siffler la fin de la partie.

J’avais parlé en son temps de délire sanitaire. On y est plus que jamais. Un vent de folie continue de souffler. Face à cette dérive insensée, il est urgent que se fasse entendre dans les médias avec plus de force une autre version de la crise, version dont les éléments s’enracinent dans la connaissance ancienne des épidémies et non dans les projections fantasmatiques d’une récit construit. Il ne suffit plus de crier dans le désert.

La tournure actuelle des évènements impose d’entrer dans l’arène et de faire passer au plus grand nombre un message de bon sens, parfaitement étayé, éclairant sur la dérive suicidaire actuelle. Arrêter un pays parce qu’un coronavirus continue de circuler est une folie aux conséquences incalculables. Je crains malheureusement que nos édiles ne soient pas plus prêts aujourd’hui qu’hier à entendre d’autres voix que les leurs.

Voir les commentaires (204)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (204)
  • tant das les articles que dans les commentaires il me semble qu’il se crée trop souvent un lien liant incurie gouvernementale et virus…

    la suède en effet mais la suède nous donne un ordre de grandeur à la condition que l’epidémie n’y redémarre pas ( virus très saisonnier)..
    or sauf à se convaincre que le confinement n’a « servi à rien »..ou autre…
    on est toujours devant un virus qui « peut » tuer ..combien? on en sait juste rien..

    pour les morts covid que l’on voit.. il ya des coincidences bien entendu..inévitable vu le choix de la méthode de comptage..
    mais si vous voulez, vous pouvez vous amuser à faire une estimation des coincidences que vous pourriez voir si le virus n’etait pas un facteur causal.. en reportant la positivité dans la population sur 2000 morts journaliers , plus exactement pour la part des morts susceptibles d’etre testés..

    reste que ça monte dans les services hospitaliers.. que nous somme en octobre et que si on mise sur la saisonnalité..

    on ne sait pas en tous les cas je ne sais pas et je ne vois pas de contre arguments valables …. mais le virus ne devient pas moins un problème selon qu’on approuve ou non le gouvernement..
    pareil pour raoult..!!! raoult ne devient pas une boussole en montrant le nord quand le gouvernement montre le sud..

    pas de pseudo méta analyse svp!!! 100 études avec un biais systématique ne valent pas une étude en double aveugle..désolé…

    mais bon, puisque le critère qui fait passer la pilule est un débordement hospitalier important à éviter..ça devrait être le sujet..augmenter les capacités hospitalières, trouver materiel et personnel.. adopter une approche plus efficace…. et bien sur que les gens fragiles se protègent d’abord eux même ..avec une aides besoin .. et compter sur le civisme des gens pour ralentir l’epidémie…comme on devrait le faire pour la grippe…où le masque sert bien à arrêter les postillons et non « signaler sa vertu », où du gel est disposé à l’entré du magasin en quantité suffisante ..une vraie approche » hygiénique »…

    mais on a le droit de s’en foutre aussi bien entendu…
    alors en effet nous sommes dans un système collectiviste DONC liberticide..et donc ,oui ,si vous en accpetez la » logique » et vous êtes celui qui respecte à la lettre les consignes vous « devriez » avoir priorité sur une personne qui aurait pris des risques » inconsidérés ».. mais cela n’est ni pratique ni « juste » et serait dévastateur sur le système.. la seule approche est la simple trouille du virus..
    avec pour les jeunes la sympathie, le civisme et la solidarité quoi.. pas un civisme « bureaucratique »..fondé sur la peur du gendarme.

    • @jacques lemière. Pitié, votre prose sans début ni fin et majuscule est illisible !

      • Complètement d’accord, les majuscules et la ponctuation n’ont pas été inventés sans raison !! Pitié, ne nous donnez pas à lire de telles tartines…

    • Il y a une excellente conférence montrant que les essais en double aveugle, encore que leur éthique soit très discutable, ne donnent pas de meilleurs résultats que les essais cliniques: https://www.youtube.com/watch?v=yZb7U4fAZn0

      • Le mensonge autour des essais à tirage aléatoire en double aveugle avec groupe contrôle consiste à faire croire que ce seraient les seuls à donner une validation scientifique conforme à l’EBM, ce qui est pour le moins farfelu et dénote une méconnaissance profonde de l’art médical au profit d’une médecine pseudo-scientifique en mode automatique, qui ne réfléchit plus, qui ne doute plus, qui ne pratique plus son art.

        Souvenons-nous que l’EBM recouvre un large panel d’outils, de méthodes et de moyens commençant par le simple avis d’expert, loin de cet extrémisme scientiste, cet épidémiologisme mal digéré auquel nous avons assisté. Pour être tout à fait clair, selon l’EBM, l’avis de Raoult dans son domaine vaut autant sinon plus que n’importe quelle étude.

        • sans blague….l’entourloupe. ce n’est pas la seuls méthode…ce qui n’est pas faux… mais ce constat ne permet pour autant pas de supprimer le biais énorme des études qui regardent les résultats donnés par les équipes qui ont chois d’utiliser le traitement comme un traitement..

          • Du coup, je suppose que quand vous allez chez votre médecins, vous demandez un test sur une armée de clone vous même identiques au quark près ?

            • non…j’accepte le risque..
              je sais que les autorisations ne résultent pas d’essais infaillibles mais d’essais jugés suffisant en terme de risque…

              franchement..si vous ne répondez pas à l’homme de paille évident de cavaignac mais essayez de me faire contredire..

      • je la note..on va voir…

      • Les études en double aveugle sont particulièrement bien adaptée à l’oncologie. En infectiologie, ça paraît plus délicat. En cas de septicémie, qui est prêt à tester un nouvel antibiotique contre un vieux qui a fait ses preuves ? La virologie épidémique ressemble plus à ça, n’est-ce-pas ? Et puis ce sont des études statistiques, si vous prenez un écart-type à 95 % (+/- 2 DS), assez classique, sur 20 études bien conduites, il doit y en avoir une sur les 20 en dehors des clous.

  • Il est donc avéré qu’après avoir commis toutes les erreurs, le diagnostique est clair : Ils ont bien perdu la raison.
    De la condamnation de la France à la « Peine de Mort » prononcée hier soir, assortie du supplice pour nombre de ses citoyens, pardon, « sujets » démontre une faillite totale de l’état.
    Ils doivent partir. Maintenant. Et comme ils ne voudront pas, les chasser.

    • Oui, cela relèverait d’un procès international, mais les instigateurs sont extrêmement puissants et ont corrompu toutes les démocraties
      Une initiative intéressante

    • Flimz : il suffit d’ouvrir les yeux.
      – 1 million de morts dans le monde en 10 mois = 0.015% de mortalité. Où est la pandémie?
      -Morbidité de 5600 par million, soit 0.5%. Où est la pandémie?
      -Les victimes se localisent quasi-exclusivement en Europe de l’ouest, respectant le tiers-monde, à l’inverse de toute pandémie qui se respecte. Où est la pandémie?
      -Conclusion : « ils » nous roulent dans la farine depuis le début. Grâce aux médias serviles.
      -Ce n’est pas de l’incompétence, car dans la « tempête » ils poursuivent leur feuille de route : élargissement de l’Europe, loi Avia rentrant par la fenêtre, économie « verte » grassement subventionnée par des fonds inexistants…
      -Alors qui?
      -Tous les pays européens obéissent aux directives de l’OMS
      -Premier financier de l’OMS : Bill Gates.
      -Premier bénéficiaire du télétravail : Bill Gates.
      -Premier bénéficiaire des futurs vaccins : Gavi, entreprise de Bill Gates.
      -A la base, n’oublions pas que le Nouvel Ordre Mondial travaille depuis longtemps à la destruction de la civilisation occidentale. Quel meilleur moyen qu’un désastre économique?

      • Pendant des années j’ai cru que Bill Gates avait vraiment une âme de philanthrope. Malheureusement, plus j’étudie ses agissements boursiers plus je me rends compte que la vénalité est le principal moteur de cet individu. Je suis d’autant plus déçu que je l’ai rencontré plusieurs fois professionnellement et que je n’avais pas du tout décelé cet aspect de sa personnalité. Comme quoi, si l’habit ne fait pas toujours le moine, le portefeuille boursier peut générer le pire capitaliste. S’enrichir sur la santé des individus est ce qui me paraît le plus odieux des comportements.

        • Ce n’est pas le capitalisme le problème. C’est au contraire l’utilisation des leviers institutionnels & étatiques pour se faire des sommes d’argent colossales en position de monopole. Le capitalisme, s’il est indépendant du pouvoir politique et vice versa, est une chose non seulement bonne mais indispensable.
          Bill Gates n’est à l’évidence plus un capitaliste. L’appât du pouvoir et du gain l’ont conduit à devenir un des dirigeants de la technostructure/oligarchie internationale roulant pour elle-même et (donc) hostile aux peuples et aux libertés.

        • Toute peine méritant rémunération, il est normal de s’enrichir sur la santé des individus… si on les soigne vraiment.

          Ce qui n’est pas normal, c’est l’enrichissement sans cause. Ce sont par exemple ces médecins stipendiés par des laboratoires qui mentent comme des arracheurs de dents et mettent avec indifférence la vie des malades en danger. On en a plusieurs exemplaires au pouvoir.

        • Que savez vous des opérations boursières de Bill Gates? Vous m’excusez mais il y a un os dans votre diatribe. Je doute fort qu’il les rendent publiques s’il s’y livre.

    • Y mettre des gens normaux. Ça va être d’en trouver.

    • « …Et comme ils ne voudront pas, les chasser. »
      Pourquoi pas !! mais que suggérez vous à leur place ????
      Ahaha !! Pas simple, hein ?? !!
      Personnellement, j’ai beaucoup de mal à trouver, parmi les donneurs de leçons, qui pourrait, ETANT AU POUVOIR, faire mieux ?? Je ne sais pas !
      Je suis à l’écoute de toutes les bonnes suggestions, mais s’il vous plait, épargnez moi les clichés populistes.
      Merci.

      • Arff!! qui pourraient

      • Vu le niveau catastrophique atteint par ce pouvoir, n’importe qui avec deux doigts de bon sens fera l’affaire.

      • Il est pourtant écrit, dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 :

        Article 2

        Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

        « La résistance à l’oppression » : n’est-ce pas de l’oppression que nous sommes en train de subir, de plus en plus et de plus en plus ouvertement ?

        Si des gens se rendent compte, en nombre, qu’ils sont victimes d’oppression, alors il y a des chances que se lèveront des leaders à même de faire mieux que ceux actuellement aux manettes. Certes à cette heure aucun nom ne surnage. Le mieux étant évidemment que le changement se fasse par les urnes… mais il arrive que cette option ne soit même plus possible, l’Histoire l’a montré un certain nombre de fois.

    • Si vous pensez que c’est un problème de personne ou de partie politique vous vous mettez le doigt dans l’oeil (jusqu’au coude). Suffit de voir dans les autres pays européens, c’est pareil.
      C’est juste le fonctionnement logique de la bureaucratie.

    • J’en suis venu à la conclusion qu’il fallait bloquer institutionnellement le pays. La seule solution, à cette fin, est de voter pour les socialistes « d’extrême droite » aux présidentielles et, ensuite, pour n’importe qui d’autres aux législatives.

      MLP sera contrainte à une réforme constitutionnelle par référendum avec très certainement une proportionnelle totale sans prime majoritaire. De là, on retrouve la IVéme République ingouvernable. L’idée est de la conservée aussi longtemps que possible pour éviter que des abrutis ne puissent faire quoique cela soit.

  • Et maintenant (29 octobre) reconfinement généralisé!
    A ma connaissance il existe un test non invasif (Easycov), instantané, peu coûteux, facile à produire en masse et plus spécifique que le PCR.
    Il suffit de la signature d’un gratte-papier pour l’autoriser.
    Qu’attend-t-on pour le généraliser et laisser au moins vivre l’immense majorité des négatifs avérés?
    Mais non, ce serait trop inégalitaire?
    C’est à se demander si ç’est trop jouissif de séquestrer toute la population?

    • au niveau ou nous sommes si on confine tous les positifs sur un test plus les personnes qui ont été en contact… mais bon..

    • « C’est à se demander si c’est trop jouissif de séquestrer toute la population? »
      Cela permet surtout de cadenasser la population pour empêcher la moindre contestation. C’est important quand vous êtes à moins d’un an du début d’une campagne présidentielle.
      Enfin, cela permettra d’essayer d’apparaitre comme de bons dirigeants ayant pris les bonnes mesures quand l’épidémie cessera (ou que nos édiles auront décidé qu’elle est finie).

      • Il est effectivement difficile de ne pas penser, vu les atteintes répétées portées aux libertés fondamentales par l’équipe en place, que le confinement est un moyen de choix pour bloquer toute possibilité de manifestation. Dans les faits, nous nous trouvons quasiment dans la situation de beaucoup de pays du monde soumis à la dictature.

  • Narcicchio* a encore frappé !

    *Fruit bâtard des amours interdites entre Narcisse et Pinocchio.

  • Un tissu d’âneries approximatifs. Du blabla sans intérêt. J’invite cette personne à regarder les chiffres de la Suisse, de la Pologne, du Royaume-Uni… Et il verra la réalité de la dynamique virale. On sent la tentation de la chloroquine qui ne marche pas. Il ne s’agit pas de fustiger une personne à travers un refus d’utilisation. Il était temps que cette décision soit prise, au même titre que l’homéopathie. Sinon c’est accepter une medecine de charlatan. Quant à la Suède, elle bénéficie avant tout d’un pays désertique, sauf trois villes peu denses incluant Stockholm. Et pourtant l’épidémie repart là-bas, comme ailleurs dans les villes. Mais ils communiquent peu. Tous les pays vertueux d’hier sont dans une débâcle sanitaire en cours. C’est un fait. En France, on est plus touché, car la population alimentée par des discours lenifiants à été très imprudente. Le coup de la cigale et la fourmi pour le virus. 15 j après le 11 mai, on voyait des signaux que le virus repartait à la hausse et que l’on allait se retrouver dans la situation actuelle. C’était très faible mais bien visible. Mais comment convaincre les gens de prendre plus de precaution. La politique suivie par notre gouvernement a été trop souple. Il faut éradiquer le virus, pas le contrôler car il est trop contagieux. Son R0 n’est pas de 2 ou 3 mais bien plus. Seule la Chine a fait ce qu’il fallait, et la nouvelle Zélande, mais c’était facile pour ce pays, quasi vide comme la Suède. Donc oui, le gouvernement n’a pas été assez ferme au bon moment, et aurait dû fermer les frontières également comme en Chine. On n’est pas dans cette voie. Dommage. L’épidémie se calmera d’ici Noël pour repartir vers une troisième vague au printemps prochain. C’est une certitude tant que l’immunité collective reste très faible. Et on commentera… Et on se lamentera… Alors que l’on sait ce qui marche…

    • Bof… Taiwan et la Corée du Sud ont adoptés des stratégies différentes et s’en sortent bien.

      Il fallait: 1. fermer les frontières franaises (à defaut des européennes), 2. isoler les vieux et les immuno-déprimés. 3. expliquer aux cochon de Francais (rare pays de l’OCDE où l’on peut mettre les pieds dans une merde de chien sans que cela ne choque… bonjour l’hygiène) qu’il faut se laver les mains régulièrement et porter un masque ; pas nécessairement pour la protection qu’il pourrait apporter mais pour éviter de toucher son visage avec ses mains sales. 4. attendre que cela se passe en gérant au mieux avec les ressources pitoyables de l’hopital francais.

      Comme vous avez le meilleur système de santé au monde, vous allez vous en sortir très bien. Ah, en fait, non, c’était il y a 40 ans. Apparement la France et une partie des Francais ont oublié d’avancer avec le reste du monde… too bad.

      Dommage que ce virus ne s’attaque pas au socialisme.

    • A propos de votre estimation du R0, qu’elle est la constante de temps de l’exponentielle? On dit que le contaminé est contagieux au bout de 2 jours.
      Dans ce cas, pour un R0 de 2, la prévalence serait multipliée par 2^15 =~ 32000x en un mois!
      Pour un R0 de 3 avec une constante de temps de 5 jours ce serait 3^6 =~ 700x en un mois.
      Comme vous avez l’air de savoir compter je voudrais que vous indiquiez comment vous estimez cette constante de temps (délai moyen des contaminations d’un contagieux).

    • La dynamique virale est basée sur des tests que l’on manipule comme on veut avec le nombre de cycles d’amplification et le nombre de tests. Elle sera ensuite basée, comme au printemps, sur un nombre de morts surévalué, démenti par les chiffres de la mortalité générale.

      • Non, la dynamique virale est ce qu’elle est. La mesure qu’on en fait est très approximative et très imparfaite, et c’est pourquoi il faut faire travailler un peu ses méninges pour gérer un peu moins mal le futur, se référer à de prétendus succès passés est de l’inconscience pure et simple.

    • @world28
      Bonjour,
      « On sent la tentation de la chloroquine qui ne marche pas. »
      L’HCQ ne marche pas ?
      Le service du Pr. Raoult donne ces chiffres :
      155000 tests ;
      près de 9000 patients ;
      près de 6000 traités l’HCQ + azythromicine ;
      30 décès.
      Ca ne marche pas ? Le Doliprane et le Remdivisir ont-ils eu de meilleurs effets ?

      Vous parlez du RU, c’est très bien. Le RU a annoncé des chiffres négatifs. Sur le nombre de cas positifs, il a fallu matérialiser le ZERO car il y avait une entrée à -5000 cas. Le RU a dû retirer 5000 cas déclarés positifs.

      Santé publique France parle d’épidémie, pas de pandémie. « pandémie » n’est plus utilisé.
      Le site parle de 213207 morts du covid en Europe, 35785 en France. La France avec son système de santé le meilleur du monde, « gratuit », qui coûte 242 milliards d’euro, concentre 16% des décès du Covid en Europe.

      « En France, on est plus touché, car la population alimentée par des discours lenifiants à été très imprudente.  »
      Comme Macron hier soir, et d’autres avant lui, vous faites porter le chapeau aux français.
      Le Pr. Toussaint, professeur de physiologie, a déclaré plusieurs fois que les français n’y sont pour rien.

      « Il faut éradiquer le virus, pas le contrôler car il est trop contagieux. »
      Bien, il faut faire une loi interdisant le virus ? D’être malade afin de ne pas surcharger les hôpitaux publics (en oubliant sciemment les cliniques privées) ?
      Cesare Beccaria avait la réponse déjà en 1764 :
      « Mauvaise est la mesure qui sacrifierait un millier d’avantages réels en contrepartie d’une gène imaginaire ou négligeable, qui ôterait le feu aux hommes parce qu’il brûle et l’eau parce qu’on se noie dedans, qui n’a aucun remède pour les maux mis à part leur destruction. »

      • J’ajoute que pour 242 milliards d’euro ventilés dans le système de santé français, dont 80 pour le seul poste « hôpitaux publics », il nous soit demandé, voire ordonné, de ne surtout pas tomber malade, car on pourrait encombrer les urgences, les services de réanimation, fatiguer le personnel médical, c’est fort de café ! Pour 242 milliards, on nous enjoint de ne surtout pas nécessiter d’en avoir recours ou besoin. E N O R M E !

      • Le principal avantage mis en avant pour l’HCQ serait de diminuer le risque de devoir hospitaliser autant de patients. Compter les décès dans des cohortes de jeunes qui s’en seraient sortis de toute façon est bien suspect de viser à détourner l’attention, quand il faudrait montrer que les hospitalisations seraient réduites chez ceux qui prennent de l’HCQ…

        • @MichelO
          Bonjour,
          « il faudrait montrer que les hospitalisations seraient réduites chez ceux qui prennent de l’HCQ… »
          Ce que préconise le Pr. Raoult depuis le début de l’année, c’est de traiter au départ, dès le diagnostic posé. L’HCQ + azythromicine ne servent à rien une fois en réa, comme il l’explique, le virus n’est quasiment plus présent dans l’organisme à ce stade, et il faut palier aux dégâts causés par le virus.
          La moyenne d’âge des patients décédés est de 84 ans à l’IHU de Marseille.
          Je ne comprends pas pourquoi la machine étatique a interdit l’hydroxychloroquine, molécule archi connue, alors que dans le service du numéro 1 mondial des coronavirus qu’il étudie depuis plus de 30 ans, elle fonctionne pour soigner, sauver des patients, avec qu’ils n’aient à aller en réanimation.
          9000 patients traités, 30 morts, je sais pas… ça parle non ? (taux de létalité de 0,33%)
          Pour montrer que les hospitalisations seraient réduites chez ceux qui prennent l’HCQ +Azythromicine, il aurait fallu laisser les médecins prescrire comme ils en ont le droit avec la liberté de prescription.

          • Bonjour STF,
            Je suis presque entièrement d’accord avec vous, sauf que l’excuse que pour montrer que les hospitalisations seraient réduites, il aurait fallu une liberté de prescription, ne tient pas. Une étude sérieuse aurait pu facilement être montée. On peut se demander pourquoi il n’y en a pas eu, et c’est bien là la question, mais un chef de labo réputé n’est certainement pas à la merci de la liberté de prescription pour monter une étude sérieuse.

            • Après l’étude super-foireuse du Lancetgate, l’HCQ a été suspendue par le ministre de la santé. Elle n’a pas été réinstaurée quand la fake news a été démontrée. L’étude du CHU d’Angers qui devait faire la preuve a été suspendue. Ca ne paraît pas illégitime dans le contexte et avec le principe de précaution. Par contre, elle n’a pas repris ce qui est relativement scandaleux… Pourquoi ?

              • Je vais encore me faire moinsoyer, mais mon expérience est que les études interrompues dont on voit qu’elles ne donneraient pas à leur terme les conclusions souhaitées ne sont jamais reprises.

          • A propos, quel est le taux de létalité chez les moins de 60 ans dans la population française (non traitée) ?

          • ben non justement ça ne parle pas..mais pas du tout… tu le compares à quoi???

            Il faut d’ailleurs donner a mimima un taux de mortalité par tranche d’âge…

            ce que vous donnez n’est d’ailleurs pas un taux de létalité je crois terme qu’on reserve au nombre de patients infectés qui décèdent par rapport au nombre de personnes atteintes..
            pas à des mortalités sur des groupes plus spécifiques .ici la mortalité sur les patients traités …
            donc vos trente morts; il faudrait les comparer à un groupe similaire au même niveau de maladie..sans traitement..

            sans parler de placebo ou autre on en est même plus là..

      • désolé mais les chiffres que vous donnez ne montrent STRICTEMMENT rien… pour comparer à autre chose..
        alors bon si vous avez des chiffres plus probants donnez les..

      • Sans la chloroquine les résultats sont les mêmes. Désolé. Donc en fait ils ne soignent rien à l’IHU. Le professeur Toussaint à raconté une belle quantité d’âneries, mais bon cela plaît… Comme Peronne, Tubiana, et Raoult qui a la palme. Tant mieux on se marre bien. Beccaria, je ne connaissais pas. Il avait vu la covid en 1764 ! Très fort. Bon je vous laisse, ce forum est un grand foutoir. Bonne soirée.

    • @ world 28 : sur la Suède, vous dites n’importe quoi (comme sur le reste) :
      – il y a quelques semaines, vous assuriez que le nombre de décès allait repartir à la hausse, parce que vous, vous avez les chiffres et vous, vous savez modéliser.
      Hum : 2 morts/jour en moy depuis 16 jours, 1 mort/jour en moy sur les 9 derniers jours. Courbe désespérément (pour les gens comme vous) plate.
      Par ailleurs, pays moins densément peuplé ou pas, la Suède a un niveau de mortalité hivernale – de la grippe saisonnière surtout – très proche du nôtre, et la mortalité engendrée par le Covid au printemps n’a été qu’assez peu supérieure à celle enregistrée les hivers précédents (précision : pas de grippe saisonnière cette année). Dès lors, postuler que les chiffres terrifiants annoncés par les dirigeants français sont réalistes, quoique sans commune mesure avec les chiffres suédois, relève de l’escroquerie.

      Le seul problème valant d’être soulevé est celui de notre système de santé, qui doit, par la porte ou par la fenêtre, s’adapter à l’épidémie, et non l’inverse.

    • Selon vous Raoult serait un charlatan? Je vous rappelle que c’est un scientifique renommé, reconnu dans le monde entier et détenteur de la médaille d’or du CNRS pour ses travaux. Vous n’êtes pas qualifié pour le juger!

      • non Raoult est un être humain…et donc exposé comme tus les soignants aux biais de confirmation…

        on est parfaitement qualifier pour juger d’une personne qui diffame..utilisant par exemple la ficelle big pharma…et la corruption pour discréditer ses opposants..

      • @Virgile:
        Donc vous n’êtes pas qualifié pour juger Jean Jouzel, grand apôtre du RCA, Médaille d’Or du CNRS, membre de l’Académie des Sciences, entre autres breloques …

        • +1000
          D’ailleurs, les breloques sont généralement attribuées par des comités dont on peut douter qu’ils soient qualifiés pour juger ceux à qui ils les attribuent.

  • Ce confinement était prévu depuis longtemps. Cela fait 15 jours que la date circulait sur les réseaux sociaux. On suit le plan.

  • Aucune étude scientifique ne justifie un confinement. Ce virus mute et chaque mutation importante donnera une nouvelle vague. Le délire des politiques continuera-t-il?
    A la quatorzième vague jusqu’où iront-ils?

    • ce genre de propos pose problème… je ne décide pas de mes choix de vie sur des considérations scientifiques non plus..
      le futur est hors science.. il est spéculatif..

      ce sera toujours demain si tout se passe comme prévu, ça se passera comme prévu.

      la blague c’est de nous dire qu’il s’agit de science..il s’agit d’un jeu d’hypothèses.. dont la plausibilité est supposée estimable par des sachants ou savants…
      avec avant tout l’argument que vos interets individuels sont san valeur aucune devant des interets collectifs..qui ici sont réduits à ne pas déborder les hôpitaux..

      si ces gens pouvaient prévoir quantativement…ils n ‘auraient pas attendu d’etre au seuil du débordement pour « agir »…ils sont comme tout le monde ils ont regardé les courbes et les « prolonge » ..court termisme en pratique enrobé d’une illusion de controle à moyen terme,… ça s’appelle vivre pour les gens du commun..

    • Aucune étude scientifique ne justifie la passivité. La passivité conduit à des situations incontrôlables, et dans les situations incontrôlables un gouvernement confine. A la 14e vague, quel sera l’état du système hospitalier français ? Un souvenir des jours heureux ?…

      • l’intelligence est parfois de ne rien faire : c’est autre chose que la passivité !

        quand l’économie sera achevée par le confinement, qui paiera le système hospitalier français ?

        • L’économie n’avait aucune chance non plus sans confinement. L’avez-vous vue repartir en France au déconfinement du printemps ? Les entreprises et salariés n’ont eu de cesse de pouvoir refaire comme avant et de supprimer les adaptations à un risque plus élevé. Par exemple, les magasins de fringues ou les salons de coiffure, ont abandonné leurs mesures prophylactiques. Par lassitude et par voeu pieux quant au non-retour du virus, pas suite à une réflexion intelligente.

        • RIEN? les gens n’auraient pas « rien » fait..les médécins auraient fait des trucs, des gens auraient eu la trouille etc etc…on ne fait jamais « rien. ».dans ce genre de situation…

          en fait je présume que par rien, vous entendez rien de la part du gouvernement..or c’est impossible la santé est collectivisée..le gouvernement en espèce de gigantesque chef supreme des hôpitaux est évidemment tenu de faire quelque chose..

          alors je présume « rien » comme les suèdois.. pas de confinement..

      • « primum non nocere »

        Donc, au contraire, toutes les études scientifiques qui ne montrent pas qu’une action est efficace justifient la passivité. C’est le principe de base qu’on utilise en médecine.

        • Toutes les études scientifiques qui ne montrent pas qu’une action est efficace justifient de lancer d’autres études pour d’autres actions. Ca n’a rien de contradictoire avec le primum non nocere.

    • Dans l’interview Raoult – Pujadas, le journaliste semble agir dans la ligne de Véran pour faire dire que le virus est le même, qu’il n’a pas muté. Or on a un parfait exemple avec la grippe : on parle toujours de grippe bien qu’il faille à chaque hiver un nouveau vaccin contre les nouvelles variantes.

  • en argentine , le covid continu de croître malgré le plus long confinement du monde : 5038 personnes en réanimation ,646 morts par millions d’habitants ; la suède qui a assouplit les contraintes compte 39 personnes en réanimation et 586 morts par millions d’habitants ……voilà voilà voilà….

  • Le Professeur Touboul a totalement raison, les chiffres annonçaient par le président sont faux, les contrôles dans les aéroports sont inexistant et pas obligatoires, des millions de personnes ont refusé les tests car trop contraignant

    • il n’y pas de « raison » ici..il n’y aucune objectivité dans l’appreciation individuelle d’un risque, un tel le trouvera acceptable un autre non..

      • Et ? Si vous jugez votre risque élevé, vous ne sortez pas et cessez de vivre…si vous jugez votre risque faible, vous pouvez continuer de vivre !

        • Nn effet??et rien à voir avec la raison mais tout à voir avec la liberté de choisir sa vie..

          Pas de « raison » et donc pas de possibilité absolue de définir un interet commun ce que fait le gouvernement. Et pire il le fait de façon péremptoire et non en rappelant qu’il le fait car il est en somme en charge et possibilité de le faire…

          en réalité, je ne le jugerais pas pour incompetence, mais ces idiots revendiquent une compétence ( à quoi??) !!!

        • Et tant que les éléments permettant de juger du degré de son risque sont assez peu publics et compréhensibles, on reste à la merci de ceux qui décident à notre place de l’acceptabilité du risque.

    • C’est surtout que les chiffres publics à 20h ont été révisés à la baisse à 23h…200 morts en moins à 23h que ce qui était communiqué à 20h, de qui se moque-t-on ?

      • une question y a t-il un critère international de comptabilisation des morts covid?

        je suis trop paresseux pour vérifier mais je vous le donne en mille..
        compter mort covid toute mort avec covid est la façon la moins foireuse..

        je vais encore vous poser la m^me question une mamy DE 91 ans avec une insuffisance respiratoire est testée positive au covid et elle meurt..est elle morte du vocid ..

        vous etes dans le biais de confirmation de votre hypothèse d’un gouvernement qui ment..

        • Vous êtes comme un disque rayé. Accessoirement, pourquoi le gouvernement trafique les chiffres publiés ? Hier, le chiffre donné correspondant aux mort du jours plus ceux de la veille…donc du beau foutage de gueule ! Accessoirement, pourquoi les tests utilisés en France (sauf à l’IHU) utilisent des facteurs de réplication de 40 ! En Allemagne et à l’IHU on est à 24 ! A ce stade, on est dans la mémoire de l’eau !

          • ah oui pourquoi???

            donc ce que vous dites..est que le gouvernement trafique les chiffres.. soit admettons..

            son but est alors de nous convaincre que la situation épidémique est pire que celle qui est réelle..c’est cela?
            bein pourquoi ferait il cela? pour le plaisir de confiner? je suis persuadé que c’est TRES IMPOPULAIRE??

            pouvez vous aller jusqu’au bout de vos accusations. Que cherche il à faire? agir vraiment? faire sa promo? convaincre les gens de quoi?

            je veux bien que le gouvernement mente..mais je doute qu’il se lève le matin avec pour but de mentir pour mentir..

          • votre raisonnement implique que pour vous la seconde vague sera insignifiante.. et que le gouvernement le sait ..et ment pour s’attibuer un rôle de sauveur…
            donc le gouvernement SAIT que la seconde vague sera insignifiante… grand bien lui fasse…

        • bon….pour vous les morts covid sont juste des coincidences..c’est ça?

          pas tort c’est une mise en garde que je fais en gé,éral quand je parlais del’espagne..

          alors ce que vous faites..
          vous prenez le taux de positif dans la population ..et vous le multipliez par le nombre de morts journaliers attendu . environ 2000 et vous trouvez le nombre de coincidences auxquelles vous pouvez vous attendre;. calcul sans doute faisable… bien entendu vous devez regarder si TOUS lesmorts sont testés pour le covid ce sont je doute par exemple pour lesmorts dont la cause est violente par exemple….
          vous devez trouver quel est le nombre de morts testés..et voir des biais..

          mais désolé

          c’est un argument qui tient néanmoins la route dans des bas nombres…

          mais on s’en fout…comment expliquez vous l’augmantation des hospitalisations compatible avec le nombre de positifs trouvés. une grippe qui aurait le bon gout d’etre synchrone?

      • il paraît qu’un médecin qui déclare un cas covid touche 55 € : c’est plus que deux consultations… il y en a du covid !

        • allez hop..on ne met pas de gants.. alors ça explique combien de cas de covid la cupidité des médecins?

        • 35 euros en plus (cotation MIS). Personnellemen t jamais touché (oubli, pas clair,…).
          La CPAM m’a envoyé encore un mail car je dois être un des rares à ne pas l’appliquer !
          La « cupidité » des médecins n’est pas plus importante que celle des autres français !
          25 euros brut pour 15-20 minutes de consultation en moyenne avec des consultations de plus en plus complexes…
          Par ailleurs il y a eu des situations catastrophiques dans les cabinets de ville avec des cabinets désertés par peur des patients pendant les deux mois du printemps. Nous avons touchés tout autant que d’autres professions (mais au global moins que les restaurateurs par exemple).

  • Immunité collective.A la louche 65 millions X 60% contaminations X 1% taux de létalité.
    Enfin, je suppose.
    Je suis effarée de l’annonce de ce chiffre et, à un autre moment, de la mention «  cette 2ème vague » sera plus catastrophique que la 1ère. De la manipulation par la peur une fois de plus. J’espère qu’ils touchent tous un pécule des labos. Je préfère encore subir la gouvernance de ripoux à celle de pervers narcissiques.

  • Vous avez des élections pour cela..Mais peut-être que là aussi les chiffres sont faussés..???

  • si vous continué tous a obéir vous être tous foutus.

  • En tout cas au 21 septembre 2020 il y a 22781 morts de plus qu’en 2018 (Insee). Et je n’ai pas les chiffres 2017. Soit 6.5% de surmortalité.

    • @gillib
      pas encore de censure ici:-
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/serie/001641603
      mais on aura jamais la vérité car on peut pas dire si un excès maintenant est covid 19 ou absence de soin pendant confinement

    • En n’oubliant pas que depuis 15 ans, la mortalité augmente régulièrement en France : on est passé d’un peu plus de 500.000 décès à 600.000, soit en moyenne un bon 6.000 décès de plus chaque année. (c’est lié à notre pyramide des âges : la génération du baby-boom commence à décéder)

      Si donc on corrige le chiffre de 2018 de cette tendance de fond, c’est seulement 10.000 morts de plus qu’en 2018 que nous avons pour l’instant.

      • +1

        *toutes* les statistiques nécessitent une correction. Alors que les chiffres bruts de « cas », « contaminations » et « décès » sont déjà biaisés et même non-définis à la base.

        N’importe qui ayant une culture scientifique et ayant effectué des « travaux pratiques » sait qu’il est impossible de vérifier expérimentalement les lois physique de base sans mesures précises et fiables et que c’est difficile même en laboratoire avec des appareils performants.

        Je me pose vraiment des questions sur les soit-disant « experts » en général et sur Delfraissy en particulier.

        • sauf que la mortalité sur l’année ne montre pas les décès covid qui sont juste prématurés et tuent des vieux.. désolé..

          vous avez juste l’attribution de la surmortalité au covid..croisée avec les stats de comptage « direct » pour voir la cohérence..
          surtout que ça touche des gens autour de l’epsrance de vie…dont une bonne partie serait mort dans l’année…
          et on ne saura jamais la vérité…aux hypothèses sur les causes de surmortalité prêt…en effet..

          • sans blague????

            et le moins un il porte sur quoi??

            c’esrt un fait lesmorts sont toukjurs desmorts prématurés..

            30000 morts du covid ne signifie pas que la mortalité dans l’année qui suit sera augmentée de 30000 point barre SURTOU si les morts sont des gens qui ont atteint l’espérance de vie et qui sont fragiles!!

            tu regardes la mortalité journalière..si elle s’écarte de la norme… tu les comptes covid…

            mais on va où là????

          • On pourra s’en rendre compte les 2 années suivantes quand la mortalité sera moins forte qu’attendue. Cela montrera simplement que le surcroit constaté en 2020 a touché en majorité des personnes qui seraient mortes pendant les 2 années suivantes.
            C’est ce qui avait été constaté lors de la canicule de 2003 où le surplus de mortalité a été suivi par une diminution de la mortalité les 2 années suivant avec normalisation la 3è année.

            • en effet.. c’est exact.. mais ça a aussi une conséquence..quand on regarde maintenant la mortalité..elle ne PEUT PAS être normale.. on doit s’attendre en fait à une mortalité inferieure à la normale pendant en effet …un certain temps..

              les vieux ne meurent pas deux fois..

            • Quand Pharaon tua tous les premiers-nés, il y eut en effet moins de mort subite du nourrisson les 2 années suivantes.
              Vous en avez encore beaucoup des comme ça ???

        • « Je me pose vraiment des questions sur les soit-disant « experts » en général et sur Delfraissy en particulier. »

          En fait je ne me pose pas vraiment de question : ils ont manifestement enfilé un costume trop large pour eux et passent leur temps à tenter de sauver leur crédibilité, leur carrière et pire encore leur ego.

          • là delfraissy a bon dos..clairement le politique a repris la main depuis un moment..

            le conseil scientifique est peut être composé de crétins si ça vous chante MAIS…je suis persuadé que le conseil aurait opté pour une autre voie pour éviter de « déborder les urgences ».. il ya des signes depuis um moment et une chose est claire si on veut agir il faut le faire vite en15 jours c’est une autre affaire..

            je pense même que le gouvernement a BESOIN d’image de débordement des hôpitaux..

            parce que justement une partie de l’opinon doute ..
            ce confinement est pour moi , quant à la date , politique..

  • La gouvernance perd la raison… en apparence: le citoyen ne comprend plus, car lui est rationnel, les contradictions entre la réalité et les décisions prises.
    Mais la gouvernance est soumise à d’autres injonctions que la raison, fût-elle populaire. Toute cette crise – et peut-être l’épidémie, car il faut disctinguer l’une et l’autre – a été planifiée. Le projet ID 2020 ne date pas de 2020, ni l’idéologie qui le sous-tend. Faute des clés de lecture qui considèrent nos gouvernants pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire les collabos d’un projet diabolique mondial, on se heurte à l’incompréhension.
    Mais il n’y aurait pas besoin de comprendre tout cela pour refuser la dictature qui s’instaure: il suffirait que les Français ne préfèrent pas un aujourd’hui inconfortable à un avenir incertain, il suffirait que leur peur irrationnelle ne les aveugle pas au point qu’ils ne voient pas que toutes leurs libertés s’effondrent.

  • Tout cela pour sauver Noël,Mouarff…alors qu’on nous bassine avec la laïcité depuis 15j … c’est pour sauver les ACHATS de Noël pour faire rentrer de la TVA et aggraver notre déficit commercial avec la Chine l’atelier du père Noël !
    La GMS sort encore gagnante elle aura le droit de continuer de vendre des vêtements , des livres , des fleurs, des bijoux …. le patron de la marque préfèrée des français avec son rictus de faux derche doit se frotter les mains il ne pouvait espérer mieux .Si nous sommes en guerre elle ne devrait avoir le droit de vendre que du Pq et des pâtes pour faire simple .
    Et pub d’Amazon pour Noël tous les 1/4d’h sur RMC qui après pleure sur les petits commerçants ….

  • Très clairement le gouvernement sort des chiffres bidons pour se justifier.

    L’étude d’avril de l’institut pasteur sur le diamond princess ressortait un taux de létalité moitié moindre (0,53%), mais si elle même me semble avoir un taux de létalité exagéré car elle ne prend en compte que les cas avérés de covid (Une bonne partie des tests ont été réalisés trop tard pour ressortir positifs)

    https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/epidemie-de-covid-19-linstitut-pasteur-sort-les-chiffres

    Je me demande si légalement ce n’est pas condamnables de mentir à la population comme cela

  • Aimer le pouvoir jusqu’à en perdre la raison, et c’est une maladie contagieuse bien plus meurtrière que ce virus. Je pari qu’il y aura en fin d’année, 600 000 morts… Comme d’habitude.

  • Les chiffres sont faux, mais les ordres de grandeur sont ultra-vraisemblables. Faites comme moi, notez chaque jour les nombres de morts, d’admissions, de guéris, et ensuite décalez de 10 à 15 jours les colonnes, vous verrez que — jusqu’à maintenant — un doublement par exemple des admissions correspond à un doublement des décès 15 jours après. Donc le gouvernement craint plus ce qui se passera avec entre 8 et 10000 personnes en réa dans 15 jours, promettant de devenir 15000 15 jours plus tard, que ce qui se passera s’il a confiné bêtement.
    Et pour contrer la chose, il faut parvenir à réduire, par des actions individuelles, ces ordres de grandeur probables à 15 jours. Nier ou chipoter sur les chiffres, ça ne fera pas peur au gouvernement. Lui mettre sous le nez les preuves que ça n’était pas nécessaire parce que les Français auront d’eux-mêmes fait ce qu’il fallait sans en aller au grand cirque, ça pourrait lui faire peur. Même si j’ai le sentiment d’être le seul à le penser ici…

    • Le problème est que l’analyse par projection était sensée en mars quand on ne savait rien, mais que depuis on aurait du s’adapter :

      – si on a le même taux de croissance, c’est que les mesures prophylactiques ne servent à rien. Si les mesures fonctionnent, le problème est différent.
      – si on ne peut pas étouffer le virus en 10 jours, c’est que le confinement ne sert à rien.
      – si on est tout autant débordé dans les services de soin, c’est qu’on n’a rien appris ou rien fait.
      – si la mortalité est la même, c’est qu’on soigne aussi ou plus mal encore qu’avant.

      On sait bien que la progression doit ressembler à une exponentielle au début (sauf qu’il n’y a pas de « début ») et doit s’atténuer en forme de cloche. Le gros problème est de ne pas savoir calculer ou maîtriser la hauteur du pic. Et ça c’est inadmissible la seconde fois avec 8 mois d’expérience et quand on envoie tous les français dans les tranchées entre 2 charges de mitrailleuses. A quand le grand limogeage ?

      • non si on a les mêmes taux de croissance…durant combien de temps.. il te faut un modèle de propagation pour présager à quoi peut conduire des restrictions ciblées de mouvement pour estimer ce qui va se passer,??

    • le gouvernement n’est pas dans la rationalité (sinon depuis 40 ans, la France se porterait nettement mieux) : vous pouvez lui montrer toutes les preuves que vous voulez, il ne changera pas d’avis (comme tous les imbéciles).
      En revanche, il fera tout pour faire croire qu’il a raison en commençant par falsifier la réalité.
      Qu’il commence par laisser la liberté aux médecins de prescrire la chloroquine et qu’il fasse appel aux hôpitaux et cliniques privées pour augmenter le nombre de lits en réanimation.

      Après ces deux actions, je veux bien commencer à croire ce qu’il va baratiner.

      J’ajouterai que les responsables de la situation actuelle (Véran et consorts) soient virés de leurs postes, cela montrerai qu’il a compris que l’on ne résout pas les crises avec ceux qui l’ont créée. Mais là je rêve;

      • Le gouvernement est dans la rationalité, mais celle qu’il faudrait, juste celle de sa réélection. Il estime donc qu’il ne peut pas laisser Raoult devenir un rival potentiel aux prochaines élections, ni accepter de dépendre des cliniques privées. Donc la preuve qu’il faut lui montrer, c’est celle que l’électorat le lâchera. Et comme l’électorat ne le lâche pas vraiment, pourquoi prendrait-il des mesures rationnelles en faveur des Français ?

  • L’exemple de la Suède (sans parler de la Corée du sud, mieux préparée) montre à l’évidence que le chiffre de 400.000morts est TOTALEMENT BIDON. C’est donc par un menteur que la France est gouvernée!

    • Que c’est un menteur, on le savait depuis longtemps. Pourquoi alors avez-vous besoin de preuves supplémentaires ?
      Et à propos quel est donc votre chiffre à vous, du nombre de morts pour arriver à l’immunité collective, et comment le justifiez-vous ?

      • La prévision dans ce domaine est tout simplement hors de propos.

        En effet, quoi qu’il arrive, peu importe les agitations politicienne, on arrivera d’une manière ou d’une autre à l’immunité de groupe en attendant que le virus disparaisse de lui-même, s’il doit disparaître un jour, ou qu’il devienne moins létal au fur et à mesure de ses mutations. Il n’y a pas le choix. Malgré les milliards jetés par la fenêtre, il n’y aura pas de vaccin ni de médicament miraculeux.

        Partant de là, il nous reste l’expérience, et l’expérience suédoise pratiquement sans équivalent dans le monde ne fait aucun doute sur les ordres de grandeur à retenir.

        • Votre opposition au planisme vous égare. Gouverner, c’est prévoir. Avec des incertitudes affichées, mais prévoir quand même. Se contenter de se référer à un pays de caractéristiques bien différentes du nôtre est un risque énorme.
          En tout cas, l’éducation que j’ai reçue insiste sur la nécessité d’être capable de proposer une estimation concurrente raisonnable pour affirmer qu’un chiffre est bidon. Et elle insiste aussi sur le fait que les conditions changent, que des progrès apparaissent, et que le fatalisme, genre il faudra bien arriver à l’immunité collective et ça coûtera ce que ça coûtera en vies humaines, est à exclure absolument.

          • Il vous a échappé que depuis Hollande, gouverner c’est pleuvoir.

          • ben votre éducation n’est pas la meilleure : s’il faut attendre la contre-preuve pour admettre s’être trompé, les conséquences vont être difficiles ! Le doute doit naître bien plus tôt, ne serait-ce que quand le chiffre annoncé nécessite des explications douteuses…
            Enfin, le planisme, c’est ce qui est pratiqué en France depuis des décennies : on voit le résultat sur le COVID, mais c’est le même sur tout ce que touche ce gouvernement (soit beaucoup de choses).

            • Mon éducation n’est peut-être pas la meilleure, mais c’est celle que j’ai eue, elle ne m’a pas trop mal réussi, et elle a d’ailleurs une réputation certaine. Elle n’élimine pas le doute, elle le met en valeur, mais elle oblige à faire avec la moins mauvaise solution disponible à l’instant où l’on choisit plutôt que reporter le choix éternellement.
              Quant au planisme, j’en suis aussi un fervent opposant (et en pleine connaissance de cause). Mais s’opposer au planisme ne doit pas signifier renoncer à étudier de quoi demain sera fait et à se préparer aux possibilités les plus probables, en se penchant sur ces probabilités, ces chances et ces risques. Je connaissais quelqu’un qui a ensuite sévi au Commissariat au Plan, je vous garantis que nous n’avions pas le moindre point de convergence…

              • la meilleure pour quoi. pour faire des galettes?

                à ce point là , mieux vaut en rire…

                • Ma mère me chantait la comptine, ça fait aussi partie de mon éducation…
                  J’aime la galette, savez-vous comment ? Quand elle est bien faite, avec du beurre dedans…

            • si tu as une contre preuve..c’est que tu n’avais pas de preuve… désolé..

              ici on est pas dans la certitude, on a juste un gouvernement qui prétend agir sous l’eclairage de scientifiques qu’ils juge » experts. » experts en un truc qu’il ne connaissent encore pas bien..

              je suis quasiment certains que le gouvernement a attendu plus que ce que lui recommandaient les experts parce qu’il a peur des réactions de la population… et paradoxalement il a BESOIN d’images d’hopitaux débordés ou proche de l’etre..

      • Taiwan : 7 morts …
        Eux ne sont pas des rigolos comme les Français !

    • Le problème aussi est que Macron et cie n’abordent JAMAIS une des questions si ce n’est la question cruciale de cette crise : le nombre de places très insuffisant à l’hôpital et en réa, et leur peu d’adaptabilité. Et pour cause : Macron et cie sont responsables du problème, pour n’avoir RIEN fait depuis le printemps pour y remédier.
      C’est incroyable : ils entretiennent un problème, et ensuite viennent prendre prétexte du problème pour mettre le pays en coupe réglée. Je veux bien que certains disent que ce n’est que de l’incompétence, mais à un moment l’incompétence devient criminelle. Comme dit l’adage, errare humanum est, perseverare diabolicum.

      • Un système hospitalier aussi peu adaptable est un danger mortel pour les patients et même pour le pays. Il convient de le remplacer sans délai par une nouvelle organisation plus efficiente.

        PRI-VA-TI-SA-TIONS !!!

      • alors c’est vrai… MAIS…ce n’ets pas lié spécifiquement au sujet.. d’autant plus que certains par exemple peuvent critiquer le gouvernement en disant qu’ils invente un épidémie…et d’autres le critiquer car il ne crée pas en urgence des places…

        la rigidité collectiviste EST un sujet et ici un problème… reste que..

        rien ne vous dit que un système mê me bien meilleure pourra toujours faire face..

        on ne peut pas avoir nier la possibilité d’une reprise épidémique …puis critiquer que e gouvernement n’ait rien prévu pour y faire face, sans faire un accroc à son honnêteté intellectuelle…

        parfois on doit subir..

    • Macron va connaître le sort du menteur : quand il n’est plus cru, il est cuit!

  • Les français ont le gouvernement qu’ils méritent.

  • Il est intéressant – sans complotisme mais quand même – de constater le point suivant:
    Le médicament antiviral remdesivir, utilisé pour les malades hospitalisés du Covid-19, a déjà rapporté à son fabricant Gilead Sciences près de 900 millions de dollars au troisième trimestre, a annoncé le laboratoire pharmaceutique ce mercredi. A la faveur des ventes de ce produit, initialement développé en vain contre la fièvre hémorragique Ebola, le groupe a vu son chiffre d’affaires trimestriel augmenter au total de 17% à 6,58 milliards de dollars. Gilead est aussi redevenu rentable sur la période, en dégageant un bénéfice net de 360 millions de dollars.

    • Oui mais Gilead est sympa : le labo a envoyé des boîtes de Remdesivir gratuitement à l’IHU de Marseille – quand dans le même temps la fourniture de HCQ au même IHU est suspendue par décision gouvernementale ! La carotte et le bâton, en quelque sorte…

      • Le Remdesivir a été payé par l’Europe (1 milliard?) directement. Ensuite les hôpitaux peuvent en bénéficier « gratuitement ».

    • Gilead paie-t-il la dialyse de ceux que son produit rend en insuffisance rénale ???

      • Non, Gilead ne paie que (mais très très bien) certains médecins « influents », certains journalistes « influents », certaines officines de conseils en épidémie (cf Blachier) et les campagnes électorales de certains politiques. Et tout cela un peu partout dans le monde.

        • Blachier malgré tous ses diplômes et ses algorythmes qui tournent en rond ce n’est pas celui qui avait oublié qu »en automne il allait faire plus frais?

  • Ils veulent faire passer le nombre de contaminations quotidiennes de 30000 à 5000avant de nous désincarcérer. C’est pourtant facile, il suffit de baisser le nombre de cycle des tests PCR de 40 à 25 comme le pratiquent les autres pays et comme les spécialistes le préconisent.

    • @Rick Enbacker
      Bonjour,
      J’ai pointé du doigt le nombre de cycles des tests PCR hier soir chez mes voisins. J’ai regardé l’allocution de Macron chez eux.
      Je n’aurais pas dû, faire comme d’habitude et attendre un résumé par ceux ayant meilleur tempérament, son blabla m’a fait monter en pression.
      Les contaminations quotidiennes baisseront une fois les vaccins effectués.

      • Je n’ai pas regardé, je n’ai plus le courage de m’infliger le verbiage pénible du khagneux…
        Quant au vaccin, j’ai peur que vous n’ayez raison et pire, qu’il ne devienne obligatoire

        • ??? Encore un anti-vaccin? Je vous signale que la vaccination a éliminé nombre de maladies mortelles qui affectaient nos ancêtres. Et si la rougeole revient c’est à cause d’un taux de vaccination insuffisant!

          • @Virgile
            Bonjour,
            La rougeole est un morbillivirus, pas un coronavirus ; les oreillons sont de la même famille virale.
            Du coup, si quand on vaccine moins, le virus contre lequel est supposé protéger le vaccin revient, c’est que l’immunité collective ne marche pas trop.
            Si le vaccin contre la rougeole fait plus effet, c’est peut-être dû à sa moindre mutation.
            « Sa structure antigénique est particulièrement stable, et ne comporte qu’un seul type, ce qui facilite l’efficacité vaccinale ». (wikipédia)
            Le COvid 19 a déjà muté plusieurs fois en 6 mois. Il y a un mois, l’IHU de Marseille en avait compté 7.

          • @Virgile. Bien sûr personne n’est vraiment anti-vaccin. Mais à bon escient. Jusqu’à aujourd’hui aucun vaccin n’a réussi contre quel que coronavirus que ce soit. Donc, sauf à développer un vaccin de synthèse (mais avec de très gros risques d’effets indésirables, surtout si les essais sont trop hatifs) il est fort possible que rien ne fonctionne non plus contre le Covid19. Mais derrière tout cela ne voyez vous pas qu’il y a de gigantesques intérêts financiers? Les grands groupes pharmaceutiques sont si puissants, si riches qu’ils utilisent une partie de leurs énormes bénéfices pour faire la promotion de leurs « produits ». Les vaccins contre le Covid19 dont on gonfle la dangerosité au dela du délire seront des formidables jackpots pour Big Pharma. Avec l’appui de certains professeurs de médecine, de journalistes, de politiques etc… qui touchent pas mal de $ pour cela.

            • Les vaccins sont chers à concevoir mais ne sont pas très chers à produire et à vendre, il faut donc qu’ils soient utilisés à très large échelle.

          • On peut être pro-vaccin et trouver néanmoins que la vaccination systématique (et obligatoire? on en prend le chemin) d’une population entière contre un virus ayant 0.3-0.6% de mortalité comme une grippe saisonnière, est excessif.
            Pourquoi ne pas laisser le choix aux gens?
            Mais laisser le choix aux gens de se faire vacciner ou pas, serait reconnaitre indirectement la gravité tout à fait relative du covid et donc l’inadaptation de l’attitude du gouvernement depuis plus de 6 mois.

          • le covid qui nous occupe ici n’est pas mortel pour la population générale. il n’y a aucune nécessité de faire ce vaccin là. j’ai fait tous les autres et même plus lors de certains voyages à l’étranger, mais celui ci, je ne le ferai pas.

          • Je ne suis pas anti-vaccins. Je suis d’ailleurs à jour dans mes vaccinations. Je ne veux simplement pas qu’on m’impose de servir de cobaye

  • Merci à l’auteur qui a parfaitement résumé la situation.

    Narcisse a sombré dans la folie avec ses chiffres ridiculement improbables. Serait-il atteint d’Imperial-Collegite sévère ? Plus c’est gros, plus ça passe ? Cette fois-ci, la ficelle est tellement grosse que pas un seul Français raisonnable ne pourra se laisser berner. Plus sérieusement, qu’est-ce qui peut le motiver à placer le pays en situation d’extrême faiblesse alors que l’époque est lourde de menaces ? Qu’est-ce qui peut motiver cette trahison manifeste ?

    Et pendant que le président, plongé en plein délire, ruine le pays, à nouveau, trois Français sont assassinés dans une église d’une ville française déjà martyrisée, assassinés à grands coups de paix et d’amour sans doute.

    Comme prévu, l’Etat obèse socialiste a échoué dans tous les domaines possibles. Plus il échoue, plus il ment. Plus il trahit, plus il menace ceux qu’il était censé servir.

    Le temps est venu d’y mettre un terme définitif.

    • Je suis pessimiste, le sursaut ne viendra pas, en tout cas pas de sitôt, les Français sont trop bien conditionnés.

    • @Cavaignac
      Bonjour,
      Macron a quand même eu le toupet d’évoquer le terrorisme, tout en affirmant qu’il n’y avait rien de plus important que la vie humaine.
      Il a aussi dit qu’il prenait la responsabilité des actes, que son rôle était de protéger les français.
      Dès le lendemain, c’est un échec cuisant.

      • « rien de plus important que la vie humaine » : c’est pour cela qu’il veut que l’on puisse tuer juste avant la naissance ?

    • Rien de mieux qu’un danger terroriste pour faire accepter un confinement très mal venu et insupportable. Macron est un sala.pard, tous les gens qui l’entourent sont des salau. ards, ils portent tous sur leur visage les stigmates du salaupa. d.
      À part l’armée, rien ne peut nous en sauver et il n’est pas sûr que l’ue n’interfère pas dans la poursuite de ce plan diabolique.

  • En fait ce gouvernement, composé de trouillards (cf la situation de la France vs la montée de l’islamisme) n’a pas d’autres solutions, ou plus exactement, ne veut pas privilégier l’économie vs le risque sanitaire.
    J’ajoute que ce pouvoir n’est plus audible, crédible et c’est un vrai problème.
    Entre ses éléments de langages, ses chiffres biaisés, tronqués, incomplets, orientés, falsifiés il est logique et surtout sain que la population ne lui accorde que peu de crédit.
    Il une frousse congénitale de tout dirigeant public, à laquelle s’associe la terreur de voir les membres du gouvernements devant une haute court pour ne pas avoir protéger la santé du « bon peuple ».
    Tout est là !
    Macron n’est pas le Général de Gaulle…

    • Il n’est pas mais tous le personnel politique actuel ne l’est pas non plus, ils sont tous le cul entre deux chaises, survivre en macronie ou périr, ils ont décidé de survivre, les héros sont tous morts depuis très longtemps… L’affaire benala aurait dû nous mettre la puce à l’oreille, ils sont tous corrompus depuis tellement longtemps qu’ils ne le savent pas… Peur de la justice, vous rigolez, ils n’ont peur que de perdre leur place.

    • le général de Gaulle a sa responsabilité dans cette situation : qui a créé l’ENA, les grands monopoles d’après-guerre (sécu, EDF, GDF…), favorisé le syndicalisme actuel (voir la loi de 1966 et les syndicats historiques) et fait donner des pouvoirs sans limites au président de la république, sans compter tous les grands projets industriels étatiques ruineux qui n’ont rien donné (plan calcul…) et son mépris des entrepreneurs et de la société civile ?

    • un des gros problème aussi est la passivité des parlementaires (qui ne pensent qu’à monter à la soupe) : rien pour contrôler un exécutif fou et borné alors que c’est quand même avant tout son boulot !!!
      Encore des élus qui ne servent à rien !

    • Oh que non, il n’est pas le Général de Gaulle. Et pour paraphraser celui-ci, on pourrait appliquer à Macron le mot cruel que le Général a écrit sur le Président Albert Lebrun: « L’homme avait une certaine allure. Et on aurait pu éventuellement le croire un Chef d’Etat. Encore fût-il qu’il fût un Chef et qu’il y eût un Etat »

  • Vous avez raison, Professeur Touboul, il s’agit bien d’un délire sanitaire qui engendre une débâcle économique impardonnable.

  • Ici le Pr Parola, de l’IHU de Marseille explique le rôle de l’HCQ + azythromicine et pourquoi elles sont utilisées. (dès les premières minutes de la vidéo)
    « https://www.youtube.com/watch?v=FdL7WAZoRXA »

  • hélas, ladite puissance s’effondre depuis un moment : il n’en reste que la gueule et quand celle-ci disparaît, il ne reste que les chaussures !

  • Soumission, tel est votre crédo.
    Pour survivre, il faut se battre, même si on en a perdu l’habitude et surtout ne pas accuser les autres, mais voir ses responsabilités.
    Dans cette histoire, ce qui m’enm…de le plus c’est que les responsables paieront autant que les irresponsables, les pleutres, les yaka, les anti masques…..

  • 14h10, il est temps de faire provision de papier q et de mouchoirs pour sécher nos larmes.

  • 1 Au début, je me suis dit, assez de cette folie qui consiste a tuer le pays, le rêve des islamistes réalisé par Macron. En balance une maladie qui tue peu et un pays. Rien ne justifie ce choix politique, et non sanitaire, d’enrailler la transmission du virus pendant un moment, qui se transmettra dès la fin du confinement. Rien ne justifie de sacrifier une population entière (notamment les jeunes ) pour un petit nombre. Le nombre de ceux qui devaient mourir dans l’année et que l’on maintient en vie avec l’acharnement thérapeutique de la réa. Une guerre se gagne en se battant pas en se cachant. Qui est l’ennemi ? un tueur de vieux et de personnes fragiles. On confine les cibles, les autres travaillent pour enrichir le système.
    2 Après, que Macron était incompétent et un peureux qui transmet sa peur. Parce qu’il ne gouverne pas pour l’intérêt général, pour la France, mais pour l’image, les minorités. Peur de déplaire aux musulmans, peur de déplaire aux personnes agées.
    Résulat, il sacrifie le pays, parce qu’il n’a pas le courage de choisir entre le pays et quelques victimes inévitables de la guerre, comme en 1940 il aura le déshonneur et la guerre.

    • « Macron était incompétent et un peureux qui transmet sa peur. »

      Cela n’a pas grande importance, mais je pense que le problème de fond est qu’il est un Narcisse et un flagorneur comme avait averti Hollande. On peut ici le juger incompétent, mais cela reste une opinion liée à sa politique.

      Alors qu’en fait il est tout aussi incompétent à mettre en place les idées qu’il professe et que cela devrait alerter ceux qui ont pu croire en lui.

      Mais comme aurait dit « Les Inconnus », ceux-là ne nous lisent pas.

    • Comme en 40,nom de l’exposition en cours aux Invalides et qui se garde bien d’évoquer là aussi la faillite des élites et qui a conduit à la défaite avec une armée « considérée comme la meilleure du monde » à cette époque ,comme notre meilleur système de santé au monde aujourd’hui.

  • mon ami quand un peuple pense qu’un gouvernement est nécessairement raisonnable , il ne doit pas se plaindre par la suite de l’absence de contre pouvoir.. gouvernement par la rue.. ceux qui gouverneront de fait sont juste alors ceux qui auront le temps de foutre la merde.. c’est déjà un peu cela…

    en pratique ça veut dire quoi? le peuple(?) va à matignon et chasse le gouvernement et tiens..il met qui en place??

    je doute qu’ne révolution nous conduirait à plus de libertés..je me trompe peut être.. on a juste le début du reveil car les sous des autres commencent à manquer..et le régalien n’est plus assuré..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La grande distribution ferait-elle plus que l’État dans la défense du pouvoir d’achat des Français ?

En tout cas, une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès indique que le poids des Leclerc, Carrefour et autres Monoprix pèse beaucoup plus lourd qu’on ne le pense, jusqu’à se substituer à l’État social économiquement, politiquement et culturellement.

Alors que les parlementaires viennent de voter la loi sur le pouvoir d’achat, les magasins Leclerc avaient dès mai dernier bloqué le prix de 120 produits de première nécessité jus... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Situation étonnante s’il en est, la mesure phare de l’autoritarisme sanitaire macronien, le pass sanitaire, a été rejetée grâce à une alliance de circonstances entre toutes les oppositions, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

L’article 2 de la loi sanitaire présentée devant l’Assemblée nationale a été rejeté par 219 voix contre 195. Il permettait d’instaurer jusqu’en janvier un pass aux frontières et entre la Corse, les outre-mer et l’Hexagone au nom de la lutte contre le covid.

Le Premier ministre Élisabeth Borne s’en est p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles