Épidémie : une hystérie hygiéniste sans commune mesure avec la réalité

On assiste à une surenchère de contraintes de plus en plus loufoques alors que la réalité des chiffres montre une fin d'épidémie.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
2020 Statue of Atlas wearing Mask-Rockefeller center by Brecht Bug(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Épidémie : une hystérie hygiéniste sans commune mesure avec la réalité

Publié le 24 août 2020
- A +

par h16

Les chiffres sont formels, tout comme les visages longs et les grimaces sérieuses des hommes -et des femmes-troncs à la télé : la France va mal, très mal même puisque l’épidémie continue de se propager horriblement.

Avalanche de cas, de foyers (rebaptisés clusters pour faire tendance) et de reportages palpitants expliquant cette avalanche de cas et de clusters foyers, petits et longs articles de la presse sur-subventionnée pour détailler la nouvelle géographie française des pestiférés et multiplication de gros micros mous poussés sous les nez humides d’experts toujours plus nombreux sur les plateaux télés.

Tous ces signes s’accumulent pour prouver une chose : la situation est catastrophique, c’est certain.

Tout se déroule donc comme prévu : la covid fut un virus, puis une pandémie, c’est maintenant une hystérie et cela prend gentiment le chemin de la légende. Vivement l’adaptation au cinéma !

Sur le plan politique, des générations d’historiens se pencheront sur la période que nous vivons actuellement pour tenter d’expliquer pourquoi ce qui était « inutile voire dangereux » alors que l’épidémie débutait et qu’on pouvait nettement voir les réanimations hospitalières déborder s’est transformé en quelque chose d’indispensable puis d’obligatoire alors même que les services continuent de se vider obstinément.

Et alors que l’idée de base en recommandant le port du masque était, il y a six mois, d’éviter l’engorgement des services hospitaliers, on semble avoir perdu toute mesure alors que ces mêmes services sont maintenant à l’étiage le plus bas.

En pratique et pour un observateur lambda, on assiste essentiellement à une surenchère de mesures, de règlements et de contraintes de plus en plus loufoques et détachées d’une quelconque utilité réelle, pragmatique, et dont la mise en place semble rechercher avant tout l’emmerdement maximal alors que la réalité des chiffres montre une fin d’épidémie plutôt qu’une recrudescence des malades graves ou des morts.

En réalité, on comprend que le gouvernement choisit sciemment la surenchère, quitte à insister (et faire insister les médias) sur les chiffres de « contaminés » plutôt que sur ceux, bien plus significatifs, de décès (maintenant très bas depuis plus d’un mois et demi) et qu’il choisit les traitements les plus massifs et les plus collectifs là où tout indique que ce sont les comportements individuels et le ciblage précis des patients à risques qui donnent les meilleurs résultats…

On pourrait se demander pourquoi nos politiciens ont ainsi choisi d’ajouter ces contraintes (et les inévitables prunes qui les accompagnent) dans un contexte où l’impact sanitaire est de plus en plus improbable – il n’y a pas de baisse du nombre de contaminés, il n’y a pas de hausse du nombre de décès – alors que l’impact économique est, lui, de plus en plus catastrophique.

Si l’on écarte pudiquement les « explications » à base de (ingrédients au choix, panachage possible voire recommandé) nouvel ordre mondial, de 5G, de chemtrails, de puces RFID et de pandémie orchestrée par Soros-Gates, force est de constater que les comportements du gouvernement indiquent assez clairement un agenda interne fort différent de celui affiché, et la sauvegarde des intérêts de la nation et des citoyens semble bien loin des préoccupations ministérielles actuelles.

En fait, quelques secondes de réflexion suffisent pour comprendre la mécanique minable qui pousse les dirigeants à ces simagrées grotesques.

D’une part, après des mois d’incompétence crasse, d’improvisations consternantes, de déclarations contradictoires, d’une communication lamentable et d’une démonstration assez flagrante de leur nocivité, admettre à présent que les choses sont progressivement en train de revenir dans l’ordre normal et que, finalement, on peut fort bien se passer de leurs gesticulations, reviendrait à perdre la face.

Certes, du point de vue de la majorité des Français, cette bande d’imbéciles a perdu toute crédibilité ; en revanche, du point de vue du gouvernement, encore persuadé qu’il contrôle l’image qu’il peut avoir auprès du public, il en va différemment puisque moyennant une bonne propagande, on parviendra à régler la crise ou à en camoufler les effets pervers les plus visibles…

D’autre part, ces gesticulations s’avèrent indispensables si l’on veut éviter les condamnations que nos clowns à roulettes méritent pourtant amplement. Toute l’administration française, maintenant tournée vers ce seul but de sauver ses fesses et celles de ceux à sa tête, multipliera tant qu’il faudra les mesures les plus idiotes et les plus vexatoires pour montrer sans le moindre doute possible que « tout a été tenté ».

Le problème étant qu’avec ces comportements, on assiste surtout à la mise en place inexorable d’une cercle vicieux : l’hystérie hygiéniste entraîne une perte palpable de crédibilité des élites, des dirigeants et des sachants médiatiques présentés en petits plateaux digestes à la télé.

Cette perte visible déclenche inévitablement une nervosité grandissante de ces individus qui utilisaient jusqu’à présent cette crédibilité pour étouffer les libertés les plus encombrantes pour leurs desseins politiques. Dit autrement, il devient difficile de gérer un État fonctionnel si on ne peut plus pruner tranquillement et si l’autorité de l’État n’est plus reconnue.

Et fort logiquement, cette nervosité débouche sur l’augmentation des affichages symboliques, des mesures contraignantes ridicules qu’on observe actuellement : l’usage systématique de la force et du muscle républicain ainsi que l’affichage de l’arrogance et du mépris des élites compensent pied-à-pied le recul de crédibilité des élites, de plus en plus coupées du monde réel.

Le problème essentiel de cette tactique délétère est qu’elle ne peut déboucher sur une issue pacifique : d’un côté, les élus, croyant faussement à leur légitimité d’un vote de plus en plus lointain, s’enferrent dans des postures aussi contre-productives qu’arrogantes ; de l’autre, le peuple sent de façon croissante que le contrat tacite qui le lie à eux s’étiole de clauses léonines en lois scélérates, à mesure que sa liberté se fait découper en petites portions congrues.

À un moment, l’écart entre les attentes des Français et les concrétisations minuscules produites par la brochette de clowns au pouvoir, et la perte de confiance et de crédibilité finissent par être tels que les premiers ne pourront plus exprimer calmement leur désaccord aux seconds, pourtant valets des premiers.

Le gouvernement a testé, ces dernières années et de façon régulière, sa capacité de réponse aux humeurs irritées de différentes populations. Pour le moment, on ne peut pas dire que ce fut particulièrement brillant d’efficacité et d’apaisement…

Forcément, ça va bien se passer.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (107)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (107)
  • Quand les faits sont rellelent en contradiction avec les déclarations et donc, les décisions prises, il faut remonter le fil du mensonge.
    C’est urgent, une dictature est en train de s’instaurer et beaucoup de Français, tétanisés par la peur d’un virus qui n’existe plus que par les mesures coercitives censées le contrer, ne voient rien venir.
    L’épiside gilets jaunes avait pourtant annoncé le couleur…

    • Une partie du mensonge réside dans les propos courageux du Pr Perronne

      Mais ce n’est que la partie la plus visible de l’iceberg…

    • Ouais enfin on aura beau voir venir, on serait bien en peine de l’empêcher. Si vous avez des idées ne vous gênez pas pour les partager.

      • A défaut d’avoir le courage de résister à l’obligation du masque, on peut s’en servir pour écrire un petit slogan. Genre « mascarade », « mensonge d’Etat »…
        Les gens regardent, puis ils baissent les yeux et ne vous regardent plus. Même pas le courage de débattre…

  • C’est curieux cette inquiétude à la reprise du travail ou pour la rentrée scolaire,alors que les mêmes se sont moins inquiétés pour partir en vacances dans des endroits bondés voir en Espagne…Ah j’oubliais pas touche aux vacances,par contre le travail et l’école …

    • c’est tellement vrai ….que ça en devient inquiétant..

    • On ne lâche rien, surtout pas les vacances. Hein les gilets jaunes ?

    • « Après nous le déluge »…

      Deux modes de réaction devant une crise qui s’annonce (ou perdure) :
      – Je ne veux pas voir, ou suis incapable de voir, toutes les choses négatives qui pèsent sur nous actuellement et à un horizon proche…car je peux tout simplement pas, à l’échelon personnel, établir un plan de lutte qui serait tolérable, respectant l’intégrité de ma « douce » vie actuelle. L’état me prendra en charge…
      En attendant votons pour ceux qui me prendront en charge, ou révoltons nous pour obtenir plus de l’état (deuxième version des GJ)

      – Je suis conscient de l’orage qui approche, mais j’y ferai face au dernier moment…en attendant la « douce » vie (chômage partiel etc…) doit continuer… …mais j’anticipe et je prends néanmoins les décisions utiles pour moi et ma famille. L’état ne fera pas grand chose pour moi si ce n’est de m’empêcher par tous les moyens de les prendre (ces décisions) et en tant que contribuable (le plus souvent « gros ») c’est moi qui paierai également pour les autres.

      Nous sommes à deux étages de l’arrêt brutal, létal, d’une chute de 40 étages… »pour l’instant ça va ».

      Notre gouvernement c’est « juste » un hypnotiseur… »Ca va bien se passer »…

      Non, monsieur « macron », les idéologies n’ont pas disparues: sur les comportements il y a toujours deux attitudes opposées.

      Pour se rendre compte de la capacité immense d’être déconnecté des réalités et de refuser l’orage qui s’annonce pourtant inéluctablement de notre peuple, il suffit de regarder, pas en même temps car c’est impossible mais en séquence proche, l’évolution belliqueuse de l’Allemagne des années 20 et 30 (difficile à ignorer !) et la « réponse » de la France par, déjà, l’inconséquence de ses gouvernements successifs.
      Quand on le fait on se demande pourquoi la France n’a pas voulu voir, réagir devant le péril… »on » a refusé de le voir tout simplement, et on a fait du social : bien plus « vendeur »…

      Là, encore, on constate les dégâts de la pensée socialiste. Car le programme socialisant est toujours générateur de dépendance envers l’état donc de renoncements successifs à des parts de liberté de plus en plus grandes.

      Une autre époque, certes, mais rien n’a changé pourtant…si ce n’est en pire (libertés individuelles, noyautage de la presse subventionnée « mainstream » etc…et toujours, toujours : absence de courage, laxisme, laisser-aller…)

      « Après nous le déluge ».

  • La « communication » est la drogue des politiques. Il faut leur faut en permanence augmenter les doses – jusqu’à l’overdose …

  • alors d’un coté la politique de l’autre la propagation du virus…

    pour le gouvernement l’affaire semble en grande partie entendue …

    la seule excuse possible c’est de penser que le contrôle par le gouvernement des épidémies est évidemment bénéfique et incontestable… curieux..difficilement soutenable..

    A titre personnel j’aimerais bien savoir malgré tout si la contagion progresse un peu … ça ne devrait pas être impossible de normaliser le nombre de cas détectes pour obtenir une représentation du nombre de cas « réels »..
    j’ai surtout un mal de chien à comprendre pourquoi les médias , pas le gouvernement ( ça je pense comprendre, à la H16) nous vendent un nombre de cas détectes comme une information pertinente sans donner AU MOINS l’evolution du nombre de tests..et la façon dont ils sont décidés…

    • jacques lemiere : dernières données disponibles à santé publique F : deuxième semaine d’août.
      – Nombre de personnes testées : 553 000 dont 17 000 positives (3%) soit une incidence de 25 pour 100 000 habitants, ou plus exactement de 0.025%. Parmi ces tests, 20% sont des faux positifs.
      Le nombre de malades est tenu secret. On sait néanmoins que les services de réanimation ont comptabilisé 28 nouvelles admissions (en baisse de -21%). Les décès hospitaliers par le covid 19 sont de 12, soit -8%.
      Toute la malice de la propagande est de faire croire que les détectés positifs sont tous malades, alors qu’aucun ne l’est. C’est la bonne vieille technique soviétique de l’amalgame.

    • « j’ai surtout un mal de chien à comprendre pourquoi les médias nous vendent »

      Euh, parce qu’on achète de préférence l’émotion ? Ou que c’est subventionné par le gouvernement ou qu’AVEC c’est moins vendeur ?

      Si vous mettez la réponse dans la question…

  • Cependant, outre le masque inutile et dangereux qui est devenu obligatoire même quand on est seul à 2 km à la ronde, il y a un autre retournement de
    de blouse dont on ne parle pas : l’immunité collective.

    En mars, on avait droit tous les jours à de doctes explications avec graphique pour nous expliquer que tout était sous contrôle et se déroulait suivant le plan. Même quand tout un chacun pouvait calculer de tête que le pic faisait exploser les services de réa, ils continuaient à si accrocher comme des bulots à leurs rocher.

    Aujourd’hui c’est « has been », tout comme l’automobile a été remplacée par le vélo, les porte-container par des avions, les médecins par des procédures administratives, les examens par des attestations de scolarité et les ministres par des ministres.

    • Ils ont surtout rajouté la petite touche « les anticorps disparaissent vite » pour faire croire que ça va être permanent en oubliant toutes les études sur les autres moyens de défense de l’organisme.

  • On rêvait de la vie en rose, on craint la vie en vert, on aura la vie en noir…

  • L’objectif est surtout de retarder l’heure de vérité sur la gestion catastrophique de la crise sanitaire avec toutes les conséquences sanitaires, économiques et sociales.
    Pour la rentrée, cela va être une explosion!!! Et en plus on assiste à l’incapacité du gouvernement devant les violences, les assassinats, les racailles qui osent tout contre les Forces de police, etc…
    Nous sommes gouvernés par des incapables, des traîtres qui font passer leur carrière avant le bien commun, des politiques vendus à la finance, à commencer par Macron mis en place par la finance, Bilderberg, Soros, des mondialistes.

    • « l’heure de vérité sur la gestion catastrophique de la crise sanitaire »

      Cela pose de plus un problème de fond sur la façon de gérer le problème économique et sanitaire à « la rentrée ». Comment peut-on juger du bien fondé des statistiques et des mesures en les comparant à une période ou l’on ne faisait ni tests ni prévention ni gestion économique cohérente.

    • Si les Juifs n’existaient pas, vous les auriez inventés.

      Si le gouvernement est fait d’incapables, que dire des électeurs ?

  • Excellent article pour redonner de la bonne humeur !
    Pour compléter le tableau, il faudrait ajouter :
    1) L’influence de la commission européenne : Elle aussi, téléguidée par l’OMS, se charge de construire ce catastrophisme
    2) Les intérêts financiers : Quand on voit le nombre de vaccins pré-commandés par l’intermédiaire de l’Europe, on comprend mieux l’intérêt de maintenir la peur du virus. Que se passerait-il s’il était avéré que la Covid s’est transformée en simple rhume saisonnier ?
    Cela ressemblerait fort à l’affaire des vaccins H1N1 de Roselyne Bachelot mais à la puissance 10…

    • On pourrait vendre nos vaccins aux pays, genre Brésil ou autres, qui ont encore des taux de mortalité significatifs. Et puis de toute façon, avec l’histoire des masques, on a des entrepôts disponibles…

      • Heureusement, un vaccin est plus stable que du nitrate d’ammonium.

      • Il va falloir se dépêcher : même au Brésil, la fin de l’épidémie se dessine.

        • Vous avez raison, avec 1200 décès quotidiens depuis 100 j et qui ne baissent pas, on sent la fin prochaine de l’épidémie. Bolsonaro est guéri c’est ça qui compte…

          • Derniers chiffres : moins de 800/j dans un pays de l’hémisphère sud de 215 millions d’habitants (plus de 3 fois la France).

            Taux de mortalité spécifique : 3,2% au Brésil (HCQ distribuée), 10,8% en France (HCQ interdite).

            Taux de mortalité général par million : 542 vs 455 resp. Autrement dit, s’il est légèrement supérieur, le taux ne montre pas un écart significatif.

            • Les chiffres fluctuent périodiquement, mais la moyenne sur le 100 derniers jours est à 1200 décès par jour. La mortalité n’a pas de sens quand un processus est inhomogène. C’est l’état de Sao Paulo qui est le plus touché, extrêmement dense, et les plus grandes villes (Fortaleza, Rio, et Sao Paulo ville). Bref analyse de coin de table comme toujours…

              • Les chiffres fluctuent dans une tendance désormais baissière. Le faible taux de mortalité spécifique est un succès provisoire pour le Brésil.

                Le domaine de la santé donne par nature des statistiques inhomogènes. Quelques indicateurs globaux, malgré leurs imperfections évidentes, permettent d’avoir une idée d’ensemble, comme face à n’importe quelle épidémie. Vous enfoncez une porte ouverte et le geste n’est même pas élégant.

                • C’est totalement faux !!! Je ne peux qu’être consterné par votre propos. Je ne sais pas d’où vous sortez votre chiffre, mais les miens viennent de l’OMS, et de la santé publique de Sao Paulo et de Fortaleza. Vu que je suis cette épidémie avec un modèle depuis fin février, j’ai pu constater les évolutions baissières ou haussières, et pas plus tard qu’à midi, j’évoquai les cas étonnants du Brésil et du Mexique qui ont un nombre quotidien de décès stationnaires avec d’ailleurs un R0 très proche de 1, mais légèrement plus grand. Il y a quelques fluctuations d’origine administrative, les lois de corrélations sont formelles à ce sujet. Donc, je n’ai rien à dire de plus.

    • Je ne suis pas antivaccin. Mais je me dis que le refus franc et massif du vaccin Covid serait un geste fort.

      • Ouais, c’est juste, on refuse tout, tous les vaccins, car tout cela c’est la faute de Bill Gates, de Georges Soros, qui complotent pour gagner de l’argent sur le dos du bon peuple… Soyons fort…

      • Surtout que le tere « vaccin » est inapproprié…
        Pas e vaccine, mais une modification génétique pour noys transforler en OGM humains, évidemment dans visibilité sur les conséquences à long terme.
        Et comme ce vaccin serait « l’occasion » de contrôler toute lapopulation… c’est NON!

  • Plus facile de mettre des PV pour non port du masque(par ex une jeune femme qui mangeait une gauffre dans la rue…) que de verbaliser,arrêter,renvoyer chez eux les sois disants supporters de foot qui ont encore tout saccagé hier au soir ,puisque ce sont des chances pour la France pourquoi pas pour leur pays d’origine après tout?

  • « Portez un masque avant la rentrée » est la version moderne de blague de l’ivrogne qui rentre dans un bar et dit au barman : « sers moi un verre avant que ça ne commence » (*).

    (*) Au cinquième verre, le barman demande a être payé et l’ivrogne répond : « ça y est ! Ca commence. »

  • Nous avons la preuve que ce virus est socialiste : respectueux des valeurs de la République, il ne contamine pas les jours de repos ou les jours fériés, comme le graphique le démontre.

    A moins que…

    • Virus syndicaliste …

    • Bonne remarque…Mais les WE et jours fériés, ce sont les testeurs qui ne travaillent sans doute pas !!!

      • Voulez-vous dire qu’avec le meilleur système de santé au monde, dans ce pays merveilleux où la santé n’a pas de prix, il ne faut surtout pas tomber malade le WE, parce qu’il n’y aurait plus personne pour vous soigner ?

        Non, pas possible… Ce virus doit vraiment être socialiste.

        • @Cavaignac
          Bonjour,
          +1
          Blague à part, en pleine crise de grippe chinoise, un des collègues de ma compagne est tombé malade un vendredi soir. Le meilleur système de santé que le monde nous envie, n’a rien pu faire pour lui. Son médecin traitant n’était pas là le vendredi soir à l’apparition de la fièvre, les urgences lui ont dit de passer un test.. dans un labo car l’hôpital ne les effectue pas, les urgences l’ont renvoyé chez lui comme il était venu, les labos sont fermés le weekend. Du coup, il a dû attendre le lundi avant de pouvoir obtenir un semblant de quelque chose ressemblant à une prise en charge pour une fièvre laquelle avait diminué quelque peu le dimanche. Champions du monde que nous sommes !

  • J’ai cherché une comparaison avec les chiffres de nouvelles contaminations qu’on nous donne, sans donner le bilan des hospitalisations (entrées sorties), réanimations (idem) et morts : je vous la livre : c’est comme si on nous donnait tous les jours le nombre de personnes qui prennent l’avion ou le train (risque !), et que l’on ne perle jamais des accidents et décès. Ca n’a aucun sens

    • https://www.worldometers.info/coronavirus/country/france/

      on a une seconde vague de cas DETECTES du meme niveau que la premiere…

      pour le moment rien en morts et pas grand chose en hospitalisations..

      En fait ils pourraient essayer de determiner un nombre de cas réels..à partir du nombre des cas détectes , du nombre de tests surtout la part aléatoire…il y aurait certes de belles incertitudes..

      mais nombre de cas confirmés et nombre de cas ce n’est pas la meme chose..

      • A partir du nombre de décès, c’est faisable. Il faut calculer le taux de létalité. 0.33% pour la France.

        • un taux de letalité moyen de 0,33% plus ou moins??

          non..

          en outre les épidémies sont plus complexes…il est vraiment difficile de faire des estimations …

          • valable au premier ordre…ce qui signifie e trouve ça ou le double, voire le triple…

            • Oui mais on ne reproduit pas alors les cas de références sur les bateaux. Je vous l’accorde on peut se tromper de valeur absolue, cela n’a pas une grande importance sur la dynamique temporelle servant de proxy, mais c’est essentiel sur le seuil d’immunité collective. Quand on en est loin, comme en France ou en Europe, plus vous baissez la létalité, plus il y a de gens qui ont rencontré le virus pour comprendre la série temporelle des décès. On peut estimer aussi l’écart entre les cas mesurés de contamination et estimés. En revanche, quand on s’intéresse à la série temporelle dans son entière évolution jusqu’à l’immunité collective (on voit cela pour la ville de Fortaleza), on n’a pas une marge de possibilités très grande. A titre indicatif, avec cette approche, j’avais affirmé que l’Afrique ne serait pas touché en avril, et c’est toujours le cas, très peu de décès en regard de la population (l’OMS disait le contraire…), et que l’Océanie le serait encore moins. C’est la seule région du monde avec presque zéro décès… A près il y a évidemment des marges d’erreur, des inconnues, mais les grosses tendances sont bien cohérentes.

        • @world28
          Bonjour,
          Le taux de létalité en médecine se calcule selon le rapport du nombre de décès sur le nombre de personnes contaminées/infectées.

      • d’accord avec vous sur les cas détectés.
        pour ne plus avoir ces cas détectés, il suffirait d’arrêter les tests.

        • C’est vachement intelligent. Propos de cour de récréation, niveau CP et encore… Sympa un forum libéral. C’est la foire à neuneu.

          • euh….si vous voulez, pour moi un propos d’école élémentaire est de donner le nombre de cas détectes sans parler des tests…
            quel interet?????

  • La France est selon cet article le SEUL pays à rendre obligatoire le port du masque en entreprise : https://www.ouest-france.fr/economie/point-de-vue-tout-sauf-le-re-confinement-6946334
    Une nouvelle façon de se distinguer au nom de l’exception culturelle française (exception dans la c**nerie) ?

    PS : et on ne parle pas du coût de cette mesure absurde : qui va payer ? Peu importe me dira-t-on, car que ce soient les entreprises, ou l’État, ou les particuliers, à la fin ce sont les Français qui passent à la caisse.

    PPS : ceci ressemble de plus en plus à un musellement en règle de nos libertés élémentaires, couplé avec les interdictions de rassemblements. C’est Manu et ses copains qui doivent se frotter les mains.

  • Rentrant de vacances j’ai eu l’heureuse idée de me faire un petit test en pharmacie …Positif..confirmé par une serologie plus poussée….Positive..Bref en ayant fait attention de par mon métier et ayant été deux fois au restaurant dans la période où j’ai contracté la bestiole…Celle ci est très contagieuse..mais aucun symptôme de quoi que ce soit…Qui plus est dans une région bien paumée et loin des foules vacancières…Notre petit corona se ballade donc tranquillou et me semble moins nocif que la rhinite qui va venir me tracasser en octobre..Après ce n’est que mon humble experience de covid+…!!!

    • Vous avez peut-être des trous dans les poumons.

    • un cas..mais on VOIT aussi une explosion des cas détectes..et pas grand chose sur le plan des hospitalisations et morts..

      et vous avez toujours des gens qui vous donnent des létalités des RO …alors qu’on est en droit de se poser des question sur l’incertitudes sur le nombre de cas total..

      ce commentaire a eu un moins un visiblement…franchement arrêtez un peu…

      • Létalité et R0 ne sont en effet pas des paramètres robustes, bien loin de là. En fait, les expériences individuelles sont autant (ou aussi peu) instructives. Mais R0 à 1.51, alors que l’on s’accorde un seuil arbitraire de 1.5, ça permet de décider n’importe quoi tout en ayant l’air profondément compétent et responsable, tandis que tirer des conclusions synthétiques d’un certain nombre d’expériences personnelles, c’est plus fatiguant et ingrat.

        • Exact mais les expériences individuelle ne suffisent pas non plus

          • c’est ce que Michel dit , à raison…

            moi ça me fait C..ier depuis le début, on est dans le noir, on a une maladie essentiellement symptomatique mais aussi mortelle…dont on ignore l’ampleur de la contagion en france faute de tests aléatoires…

            on a ce qu’il faut pour se gourer de 100%

            donc aucune idée précise de ce qui peut se passer maintenant..

            on fait pratiquement les mêmes hypothèses qu’au mois de mars!!!

            • Il faut faire comme à Bergame, dans les favelas de Bombay, faire des campagnes de tests aléatoires (randomisés), et voir le niveau de contact au virus de la population. Tout à fait d’accord. Il faut le faire dans les zones denses, car c’est là que le virus se propage bcp. A la campagne, cela ne sert à rien. Cela sert à voir si l’on est proche ou non de l’immunité de groupe (en faisant l’hypothèse qu’elle est valable). Pour l’instant, deux villes se rapprochent de ce seuil, Sao Paulo, mais surtout Fortaleza au Brésil, Pour Fortaleza, ville de 2.7 millions d’habitants, il n’y a plus que quelques décès par jour et peu de contamination. L’épidémie s’éteint doucement. Le taux estimé à partir de la létalité calculée sur la pyramide des âges et calibrées sur le cas du paquebot Diamond-Princess donne une immunité collective à un niveau très haut : 80-90% de la population Et c’est ce qui semble être le cas dans ces deux villes brésiliennes. A Bergame et Bombay, on est à 56-57% mesurés. Mais c’est déjà beaucoup. Pour l’instant, aucun calcul ne permet de dire que les principaux paramètres de l’épidémie ont vraiment changé. A la marge peut-être mais vu l’incertitude, impossible de conclure plus que cela.

            • Comme le rappelle le Pr Toussaint, une épidéme grave se mesure aux gens qu’elle emporte. Au mois de mars, on comptait les morts, maintenant, les « cas ».
              Et personne n’est surpris?

    • Bonjour cher @Sigmund, bon retour positif de vacances donc ! réjouissez vous, c’est une bonne nouvelle. Vous n’êtes donc probablement pas retraité (puisque que vous étiez en vacances) et vous avez donc (au doigt mouillé) moins de 65 ans. Ce qui fait de vous un fervent soldat de l’immunité collective !!!

    • Les tests ne veulent pas fire gand chose. Il suffit que vous ayez été en encontact avec ce virus, ou un autre coronavirus, il y a même assez longtemps, pour que le test soit positif.
      La médecine, c’est d’abord un examen clinique, puis des analyses de labo ou radiologiques pour compléter et faire le diagnostic.
      Quand vous faires une analyse alors que vous êtes bien portant et qu’on découvre une aomalie, il y a plusieurs hypothèses possibles et vous n’êtes pas forcément malade…
      A noter qu’en Tanzanie, ils ont testé des animaux et une papaye. La papaye a été détectée positive…

  • Seul leitmotiv : Pruner, pruner pour rentrer des sous. Et vu le gouffre de nos finances, on en est juste au début. Pas d’impôts supplémentaires, qu’ils disaient. On va voir, comme la vaccination obligatoire sous condition d’amende, la contribution sanitaire avec une CSG 2.0, la contribution européenne (pour payer l’helicopter money, le départ des british), les augmentations des fonctionnaires qui pleurent leur point d’indice après avoir touché la prime de télétravail, l’achat par les entreprises des stocks de masques pour compenser l’impéritie de l’Etat, etc…
    Pruner, pruner…
    Bon retour H16.

  • Ce que j’ai de la peine à comprendre, c’est que c’est partout pareil. En Suisse aussi, ça vire à l’hystérie. Les étudiants sont obligés de mettre un masque toute la journée. Obligation également de mettre un masque dans les transports publics (même quand vous êtes seul dans le wagon !). Et nous montre la catastrophe (sic) suédoise en interviewant un homme qui a perdu son père à cause du COVID (père qui avait plus de 70ans et qui n’a pas été soigné à cause de son âge. Le problème n’est donc pas la COVID, mais bien la politique sanitaire de la Suède qui refuse de soigner les séniors !). Bref, pour paraphraser un célèbre philosophe : Ils sont fous ces gouvernants !

    • Ou plus simplement, nos gouvernants n’ont pas envie de revivre le bordel de mars… Les chinois ont bien compris, depuis longtemps. Et ce n’est pas qu’une affaire de régime politique

      • Alors, qu’ils fassent ce qui a marché dans les pays ayant eu très peu de malades et de décès :
        1- filtrer les frontières,
        2- protéger les personnes à risques, notamment dans les EHPAD
        3- tests massifs, mise à l’isolement des positifs
        4- laisser les médecins faire leur travail : soigner les gens, avec les moyens à leur disposition, antibiotiques notamment, HCQ si accord du malade
        5- ne pas mettre de côté les cliniques privées, au contraire, ni les labos vétérinaires (expertise en matière de tests de dépistage) et plus généralement tout ce qui est privé, au lieu de tout vouloir centraliser et maintenir sous la coupe de l’État,

        Et j’en oublie sans doute.

        Quant aux masques, hormis en situation de circulation importante du virus, dans les lieux clos et à forte concentration humaine, nul besoin de le rendre obligatoire ; cf cette étude bénéfices/risques (car il existe des risques à porter le masque, ce qu’on oublie soigneusement de nous dire) : https://www.contrepoints.org/2020/07/28/377137-le-masque-en-plein-air

        • Aucun pays n’a eu peu de malades. Et même ceux qui en ont eu moins au début peuvent se faire rattraper. Mais je partage pleinement votre analyse. Concernant l’HXQ+AZT, je reste plus dubitatif, mais bon, si cela rassure le patient pourquoi pas.

          • Il y a une différence significative entre les pays qui ont utilisé ce protocole et les autres.

          • « Aucun pays n’a eu peu de malades. »

            Taïwan : 487 cas, 7 morts (sur 24 millions).
            Vietnam : 1029 cas, 27 morts (sur 97 millions).
            Etc.

    • La Suède est un bon modèle de comparaison par rapport à la France avec une politique sans confinement et une prise en charge similaire des séniors : même mortalité par habitant.

  • Comment sortir à présent de ce qu’on peut qualifier de psychose générale. Les arguments scientifiques (les vrais) étant oubliés ou jetés aux orties, la catastrophe économique donc sociale est devant nous, lourde de conséquences, d’ailleurs imprévisibles tellement elle sera dévastatrice. On nous a vendu la peste, ce n’est qu’un nouveau coronavirus, qu’il soit naturel ou fabriqué, dont la mortalité ne fera pas frémir le trait habituel des statistiques annuelles. Conséquences des réponses folles, sans fondement et disproportionnées d’un pouvoir conseillé par un « haut conseil scientifique » totalement à la botte des industries pharmaceutiques. Ce n’est pas un constat d’après, tout, depuis le départ démontre une gestion calamiteuse de l’épidémie, à contresens. Chaque jour le pays s’enfonce un peu plus dans l’erreur. Y aura t-il un sursaut du peuple en France ? On peut en douter vu l’apathie ambiante. Ne sommes-nous pas si bien dans cet état-providence qui s’occupe de tout ?
    Si le dessein est totalitaire, alors il faut s’attendre au pire.

    • La seule réponse scientifique qu’on peut donner à ce genre de réponse est : quand on ne sais pas, on ne sais pas.

      En revanche si vous demandez l’avis d’un statisticien, il vous dira que les risques, l’efficacité des mesures et les coûts de ces mesures ont en général des courbes en cloche. Et quand on combine le coût et le gain, on arrive rapidement à 50% d’augmentation du coût pour un gain négligeable.

      Forcer tout le monde à mettre un masque toujours et partout pour une poignée d’individus sans cervelle qui ne le feront pas de toutes manières est un non-sens.

      • Je voulais dire 50% du coût ou 100% d’augmentation du coût.

      • « Pour une poignée d’individus sans cervelle »… Pour influencer une poignée d’électeurs qui ne se servent pas de leur cervelle, et qui feront basculer la prochaine élection, oui !

  • C’est triste à reconnaître, mais h16 a aussi succombé à la panique et à l’exagération de la sévérité du SARS-COV2 en mars. J’étais très déçu à l’époque, ayant lu les rapports des experts de santé Chinois montrant la manque de risque pour la majorité de la population.

    • Et donc vous allez pouvoir sourcer tout ça, hein : j’ai paniqué où, j’ai exagéré où, exactement ?

      • Par exemple le 16 mars « les Français se réveillent à la possibilité que la pandémie ne soit pas, finalement, qu’une petite grippe » et l’engorgement des lits de réanimation fait déjà baisser la médiane de ces âges en Italie et s’établit autour de 54 ans, ce qui devrait nettement faire réfléchir ceux qui croient encore échapper à tout tracas du fait de leur seul âge… »

        Il y avait déjà les rapports Chinois montrant que l’age moyenne de décès était de 81 ans avec trois comorbidités et que la jeunesse étaient presque complètement épargnée. Mise à part cette petite exagération, vos analyses ont été exemplaires et je vous en remercie comme beaucoup d’autres.

    • On sent l’expert bfm…

    • la panique???

      en mars? les experts chinois ( les quels?) disaient quoi?

      • En mars, les experts chinois ont manifestement déclaré que faute de tests disponibles, une suspicion de covid confirmée par une radio pulmonaire suffisait à déclarer un patient atteint. Du fait qu’eux n’ont pas à se représenter devant des électeurs, ils ont usé de bien plus de pragmatisme que les nôtres, et la Chine s’en est plutôt bien tirée.

        • Vous avez trouvé des chiffres chinois fiables sur les conséquences du covid en Chine ??
          Je suis intéressé.

          • Les nôtres n’étant pas plus fiable, ça sert à rien de la jouer à celui qui a la plus grosse.
            Mais le fait est que la Chine a bien mieux réagi que la France durant la crise.

          • Non, je n’ai pas trouvé de chiffres chinois fiables. Je n’ai pas non plus de chiffres français fiables, d’ailleurs, j’ai 3 sites qui ne concordent que très approximativement. Mais j’ai lu les infos de Chine Nouvelle et de CCTV avec le grain de sel et d’esprit critique que m’avait enseignés un excellent prof (Marc Ferro), aussi incompréhensible que cela soit vu son gauchisme, à propos du décodage des communiqués officiels de l’Est et des indices laissés dans les autres infos du temps de Staline puis du rideau de fer. Si l’on accepte de ne pas avoir de chiffres précis, mais des conclusions générales, et de se donner la peine d’analyser un peu les informations publiées non pas pour les déclarer vraies ou fausses, mais pour y détecter ces lapsus révélateurs dont les diffuseurs sont inconscients, on peut se faire une opinion, qui d’expérience vécue n’est pas si mauvaise que ça.

  • Merci pour cet article qui amène un éclairage sur l’incompétence crasse de notre pseudo élite.
    En regardant les statistiques sur John Hopkins Université, on pourrait voir, avec un peu de mauvaise foi, une corrélation entre le taux de mortalité et l’incompétence des gouvernements.
    Italy : 13.7%
    UK : 12.7%
    Belgique : 12.2%
    France : 10.9%
    USA : 3.1%
    Alors oui, à la vue de ces piètres résultats. Le gouvernement Français est en mode panique car il a peur que les Français découvre l’ampleur du désastre de notre système que le monde entier nous envie et demande des comptes.
    Alors oui, il y aura (il faut) une deuxième vague sinon c’est le saut dans le vide

    • C’est quoi ce charabia ?

      • c’est à nous de faire l’échelle des incompétences des gouvernements je crois.. ou de supposer la correlation forte et d’en déduire quels gouvernements son incompetents..

    • Je pense que vous vouliez dire taux de létalité.

    • Les chiffres sont plutôt de x/10000….
      En France : 32000 morts pour 67 000 000 d’habitants = 4,7/10 000
      C’est quand même différent…

    • @Pierko
      Bonjour,
      Pour la France, les données que je trouve sont :
      – nombre de cas : 248 158 (chiffres Santé Publique France):
      – nombre de décès : 30 544. (idem)
      Le taux de létalité est : 30544/248158=0,1230 que l’on mulitiplie par 100, soit 12,3%. Cela signifie qu’un malade atteint du Covid a près de 90% de chances de s’en sortir (ou 12,3% de probabilité d’en mourir.)
      Part de la population contaminée :
      248158/67000000×100=0,37% (=>3,7 personnes sur 1000, ou près de 4 sur 1000, ou plus de 3 personnes sur 1000.)
      Dans l’établissement où je travaille, nous sommes environ 1000. Donc, potentiellement, plus de 3 personnes ont été atteintes du Covid (le sont ou le seront).

      • C’est bien plus compliqué que ça. Une personne testée positive et un malade du Covid, ça n’est pas la même chose. Une personne qui décède doit être comptée par rapport au nombre de malades quelques semaines auparavant, et non au nombre de personnes testées positives le jour du décès. Du coup, tous les calculs de coin de table sont trompeurs. Et dans votre établissement de 1000 personnes, les valeurs de 0, 3, ou 10 contaminés (suivant la localisation des machines à café 🙂 ) ont des probabilités comparables et très incertaines.

  • Un article qui fait du bien en cette période d’hystérie . La communication de nos dirigeants qui se sont comportès en criminels durant la crise me donne envie de vomir. Après avoir empèchè les personnes de contacter leur mèdecin traitant en martelant  » si vous ètes malades , ne consultez pas votre médecin restez chez vous tant que vous pouvez respirer puis allez à l ‘hôpital « , interdit aux médecins de soigner les téméraires qui allaient quand même consulter, tuè les personnes en EHPAD par différentes méthodes, les dirigeants doivent effectivement trouver un moyen d’éviter les condamnations. Alors ils déclarent que c’est grâce à eux que ’la guerre ’ contre le virus a été gagnée, alors qu’ils n’ont fait qu’aggraver la situation. Le nombre de dècès induits par leur mesures ( arrêt des soins des maladies cardiaques,du suivi et de la détection des cancers, … catastrophe économique, panique chez beaucoup de personnes) va être énorme.
    Et maintenant ils rajoutent des mesures liberticides sans intérêt sanitaire, ils brassent du vent pour se pretendre des sauveurs…
    Je ne crois pas au complot, ne pensant pas qu’ils soient assez intelligents pour cela. Le seul point qui m’interrge est leur envie d’écouler les stocks de vaccins qu’ils ont stupidement pré-commandés sans en évaluer le besoin, ni en connaître l efficacité et le risque.

  • Merci H16, je rêvais de lire cela depuis déjà des semaines…Quelle clairvoyance.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Ah, enfin, ça y est : comme Olivier Véran l'a annoncé en tirant une triste mine il y a quelques jours, c'est aujourd'hui la levée de l'obligation des masques dans les transports en commun, là où le virus s'était retranché. Manifestement tabassé de tous les côtés par les fines décisions politiques d'un gouvernement au taquet, il a finalement laissé tomber et ne rôdera plus dans les rames bondées de la RATP.

Le soulagement est intense. La victoire quasi-totale.

Et finalement donc, après deux ans d'acharnements divers et variés de ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

Cela fait deux semaines qu'un tribunal fédéral a annulé le mandat du CDC (Centers for Disease Control and Prevention) concernant les masques dans les transports, à la joie de certains et à l'indignation d'autres.

Alors que de nombreuses personnes - y compris les agents de bord et les passagers des avions - se sont réjouies de la décision du tribunal, d'autres ont prédit que cette décision aurait des conséquences désastreuses.

Par exemple, CBS News a rap... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles