Covid : partout en Europe, des mesures sanitaires strictes contestées

Blockupy Frankfurt 7 By: Martin Krolikowski - CC BY 2.0

Des initiatives plus ou moins heureuses en Europe témoignent du malaise grandissant au sein d’une partie de la population européenne face à la spirale répressive de l’État sanitaire.

Par Frédéric Mas.

Couvre-feux, reconfinements, contrôles, arrestations et verbalisations : partout en Europe, les nouvelles mesures sanitaires suscitent des oppositions émaillées de violences contre les mesures politiques exceptionnelles prises par les gouvernements pour juguler la « seconde vague » épidémique de covid-19.

Vendredi 23 octobre, des centaines de manifestants s’en sont pris aux forces de l’ordre à Naples en Italie. Des jeunes ont allumé des fumigènes, incendié des poubelles et lancé des projectiles sur la police en guise de protestation contre le couvre-feu.

À Rome, dans la nuit de samedi à dimanche, ce sont des centaines de militants d’extrême droite qui s’en prennent à la police pour dénoncer la rigueur d’un confinement sans fin.

Dimanche après-midi, Bruxelles devient le théâtre de la colère des anti-confinement. Là encore, quelques centaines de personnes étaient venues tenir tête aux forces de l’ordre. La manifestation n’ayant pas été autorisée, la police a procédé à des interpellations et à la dispersion du rassemblement.

Même ambiance électrique en Allemagne, où les manifestants se sont massés à Berlin devant l’Institut Robert Koch. La police a procédé à l’arrestation brutale de l’un des leaders de la manifestation, avocat de son état, au nom du bien commun sanitaire.

À Prague, des milliers de citoyens en colère sont descendus dans la rue le 18 octobre dernier, comme à Varsovie ce samedi.

Des initiatives plus ou moins heureuses, pas toujours très subtiles ou dont les buts ne sont pas toujours clairs, mais qui témoignent du malaise grandissant d’une partie de la population européenne face à la spirale répressive de l’État sanitaire. En France, le peuple, plus légaliste, préfère les manifestations pacifiques et les actions symboliques.

Ces gestes barrières qui émergent partout en Europe face aux politiques gouvernementales sont pour l’instant minoritaires et marginaux. Mais si les mesures des différents États se font de plus en plus strictes et paternalistes pour un résultat toujours aussi incertain sur le plan sanitaire, ces foyers de contestations pourraient se transformer en feux de prairies.

Face au choc de précarisation et de pauvreté entraîné par les restrictions en termes  de libertés publiques, la patience des peuples européens pourrait se dissiper un peu trop brutalement.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.