Contrôle des masques ! Le triomphe autoritaire des petits chefs

Partout, c’est l’impuissance et la stupéfaction devant l’absurde rigueur des bureaucrates qui nous gouvernent. Il faut interdire, punir et réglementer, et cela en toute bonne conscience, puisque c’est pour le bien commun sanitaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Police by mirsasha (CC BY-NC-ND 2.0) https://www.flickr.com/photos/mirsasha/2061694764/in/photolist-49bJ2s-yQ8Ti-sAoZgm-21GiTx-4nG92V

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contrôle des masques ! Le triomphe autoritaire des petits chefs

Publié le 9 septembre 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Un informaticien de Cherbourg en poste à Paris ôte son masque ce lundi matin pour manger un pain au chocolat. Des policiers le croisent, le contrôlent parce qu’il a le masque sur le menton. Les esprits s’échauffent, et ils l’emmènent au poste après un vif échange. 135 euros pour non port du masque et 3 fois 68 euros pour outrage.

Gare de Lyon, 31 août dernier. Robin, 22 ans, se fait quant à lui coincer pour avoir mangé un Kinder Bueno dans le métro. Lui aussi s’est emporté face à deux policiers en civil qui lui avaient ordonné de remettre son masque.

Visiblement, dans ces cas précis, la police sait mieux que vous quand vous avez faim et quand vous devez manger. En cas de contestation, préparez-vous à payer. C’est mesquin, c’est la France de 2020.

Le petit pouvoir local

Mais il n’y a pas que certains éléments de la maréchaussée qui se sentent pousser des ailes. Certains élus locaux essaient d’en profiter pour asseoir leur petit pouvoir et dicter leurs préférences aux citoyens en espérant que le flou de la règlementation joue en leur faveur.

Vendredi 28 août, quand la préfecture, en lien avec la mairie de Paris, a rendu le masque obligatoire partout à Paris (pour ensuite rétropédaler assez lamentablement), une adjointe au maire a déclaré benoîtement que du coup il était interdit de fumer dans la rue. Heureusement, dans ce cas précis, l’élue s’est vite fait recadrer. Mais dans l’ambiance hygiéniste d’aujourd’hui, on peut se demander si ce n’était pas un coup d’essai…

Les élus locaux ne sont pas en reste quand il s’agit de montrer leurs muscles et de rassurer les flippés du covid. Les masques obligatoires et les couvre-feux se multiplient un peu partout en France, en fonction de circonstances que seuls les édiles locaux et les préfets sont capables d’évaluer.

Là encore, ce qui compte, c’est de rouler des mécaniques en écrasant les citoyens ordinaires qui vivent de leurs commerces, et pas de la consommation d’impôts. Vous vendez une glace un peu après le blackout ? Attention, le Préfet débarque, la nuque raide, pour faire respecter la loi et l’ordre.

Blackout partout, liberté nulle part

Et ce n’est pas tout. Au nom du bien commun sanitaire, et pour en finir avec ce satané virus qui n’arrête pas de circuler, on va tuer le commerce local. La Chicorée, célèbre restaurant lillois connu pour son ouverture 24 h sur 24 h est désormais au bord de la faillite, comme bon nombre de commerces qui n’ont pas les reins suffisamment solides pour endurer les prises de décision politique autoritaires antilibérales et anti-commerciales.

Partout, c’est l’impuissance et la stupéfaction devant l’absurde rigueur des bureaucrates qui nous gouvernent. Il faut interdire, punir et réglementer, et cela en toute bonne conscience puisque c’est pour le bien commun sanitaire, l’aide aux personnes vulnérables et le combat commun contre l’égoïsme.

Mais le cœur du problème, c’est que les règles sanitaires sont floues, changeantes, impénétrables et donc largement laissées à l’appréciation de la multitude d’exécutants qui peuvent très bien choisir de les appliquer ou pas. Peut-on manger et fumer à Paris alors que le masque est obligatoire ? Le préfet, sphinx impavide, n’en dit rien, et laisse ces menus détails à l’appréciation de ses policiers.

L’érosion de l’État de droit

Ces tracasseries incessantes qui participent à l’effacement du capital culturel et informel qui tisse la confiance entre les citoyens d’une même nation, érode aussi le fondement de l’État de droit. Comme l’avait très bien vu Hayek dans La Constitution de la liberté, la liberté défendue par les libéraux demande le respect de l’égalité devant la loi.

Elle est la même pour tous, et doit être suffisamment claire, transparente et univoque pour que chacun puisse la comprendre et lui obéir, gouvernants comme gouvernés. Et bien entendu, elle devrait s’appliquer autant aux honnêtes citoyens qu’aux racailles. C’est assez facile de casser les pieds des citoyens ordinaires tout en s’empressant de ne rien faire en réponse à la demande croissante de justice face à l’ensauvagement du pays.

L’idée ici est simple, héritière de la grande tradition de la Rule of law : c’est à la loi qu’on obéit, pas aux hommes et à leurs variations d’humeur. Réintroduire le pouvoir des petits chefs à tous les niveaux du pouvoir étatique revient à s’en séparer et à réhabiliter l’arbitraire. Il est plus que temps de sortir de l’état d’exception permanente justifié par la crise sanitaire.

 

Voir les commentaires (51)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (51)
  • C est sur que l’interdiction des bars er restaurants de 0h à 6h du matin va régler le problème des nouveaux cas…

  • attention aux fautes Mr MAS: « Gare de Lyon, 31 août dernier. Robin, 22 ans, se fait quant à lui coincer pour avoir manger un Kinder Bueno dans le métro » mangé?

    MODÉRATION CONTREPOINTS >> Faute corrigée. Merci pour votre vigilance.

    • Vous me devancez. Vu le niveau général en orthographe, il est prudent de signaler ce genre de faute.

      • vous faites aussi bien que la justice française, faire passer la forme en priorité avant le fond, d’ou la dégradation de la sécurité en France.

        • C’est bien moins simple que ça. Ne pas attacher l’importance requise à la forme, c’est montrer une négligence dont on peut craindre qu’elle ne se retrouve aussi pour le fond. Et comme pour la forme, chacun peut vérifier, tandis que pour le fond, on est généralement obligé de faire confiance… Ca ne justifie pas la complexification de la forme à laquelle se livrent la justice et les administrations pour éviter qu’on en arrive au fond, et la grammaire française est loin d’avoir la simplicité de bon aloi qui faciliterait la vie, mais ça n’est pas plus la cause de la dégradation de la sécurité en France que celle de l’insuffisance d’influence de ContrePoints.

    • Certes, vous avez raison.
      Mais « errare humanum est, et surtout, perseverare diabolicum ».
      Le fond reste l’essentiel.

    • @dekkard: En à peine plus de six mots, je constate :
      – une phrase commençant sans majuscule,
      – un nom de personne écrit en capitales,
      – une ponctuation mal espacée.

      😉

    • Attention à la faute (récurrente) cher dekkard : ce n’est pas Mr mais M.

  • c’est tellement plus facile de faire chier le quidam qui bosse et paie ses impôts, il ne fait pas de vagues, n’est pas sujet à la violence et surtout est solvable et respecte l’autorité..bref un bon petit mouton, ponctionnable à corvée.

    • l’outrecuidance du préfet face à la commerçante qui le fait vivre…

    • En effet, il n’y a pas qu’en France. La Belgique se permet même de mettre en zone rouge certains pays. Mais si ce pays rouspète (la Suisse), hop le voilà redevenu même pas orange, mais vert tout de suite.
      On a appris aux policiers à contrôler tout et n’importe quoi, tout en leur laissant la possibilité (peut-être selon leur humeur du moment) d’apprécier s’il fallait verbaliser ou non. Lorsqu’ils vous contrôlent sur la route, ils veulent savoir d’où vous venez, où vous allez, avec qui, pourquoi … Aux lacs de l’Eau d’Heure, il y a des patrouilles à pied, à cheval, parfois à moto, à vélo, et en pneumatique sur les lacs. Pas encore de sous-marin pour voir si quelqu’un ne se cacherait pas sous l’eau. Il faut reconnaître que c’est quand même un peu calmé.

  • votre santé est si précieuse qu’il vaut mieux que l’etat la gère..

  • « Les petits chefs » ? Cela me fait penser aux bullshit job si bien décrit par David Graeber qui vient de décéder. Son livre traduit en français, même titre, est à lire et à méditer.

  • Ces cas extrême vous savez bien qu’il sont créés par le non respect de la police., c’est susceptible un policier et ça a des raisons de l’être.
    Quand on crée des lois stupides, genre masques à l’extérieur, faut s’attendre à de la rébellion, quand un état commet faute sur faute la population sait que l’état est faible très faible et qu’il ne mérite donc aucun respect. Question stupidite de l’etat, le compte est bon depuis longtemps.. Quelle est sa dernière décision n’étant pas une ânerie ? Je n’en vois pas… Castex au tour de France , c’est pas du sérieux, de l’amateurisme frisant le ridicule.

  • j’ai constaté hier dans une petite ville ou le port du masque en extérieur n’est pas obligatoire ( du moins pas encore ) que j’étais une des rare à ne pas en porter , en dehors des clients en terrasse des cafés ….les gens sont complètement flippés…..mais bon , le masque moins je le porte , mieux je me porte.

    • Oui, les gens flippent, c’est ennuyeux car cela montre qu’ils sont perméables à la propagande, quand bien même elle n’a aucun fondement objectif – certes c’est une caractéristique de la propagande – et se vêt d’atours « scientifiques ».
      C’est ennuyeux, car cela montre que beaucoup de Français sont mûrs pour la dictature, pas assez intelligents pour réfléchir par eux-mêmes, ni pour prendre et assumer leurs responsabilités propres. Cette perméabilité des Français au mensonge prépare le terrain à la paranoïa et à la surveillance de chacun par tous que l’on observe dans les régimes totalitaires.
      Une raison de plus de se dire que CPEF…

      • Vous avez mis du temps pour vous en apercevoir! De Gaulle disait déjà à son époque que les français sont des veaux! En tous cas incapables de comprendre qu’il faut travailler pour produire des richesses, que l’état n’a pas d’argent, en dehors de ce qu’il rackette sur l’économie et eux mêmes, comme tout bon mafieux! Et qu’il emmerde le monde.

      • @Jacques B
        Bonjour,
        La peur est du côté pécunier. 135 euro d’amende pour cette infraction, c’est cher, surtout que nous allons droit dans un mur économique avec une belle récession.
        Mine de rien, quand on joue avec l’argent d’autrui, on joue avec la vie de dernier.

        Par contre, on voit que le President, lui, devant un parterre de lycéens, se permet d’ôter son masque derrière lequel il étouffe, se fait porter à boire, et qu’aucun clampin en uniforme de la République ne lui colle une amende à 135 euro.

    • Je suis un des rares cyclistes à ne jamais le mettre à Toulouse. J’ai eu un début d’impetigo il y a quelques semaines.

  • La première des tracasseries, ne l’oublions pas, c’est d’envoyer le policier contrôler les masques plutôt que de lui faire assurer des missions utiles. Le policier, sous son uniforme, a une certaine légitimité à se sentir amer et irrité d’autant qu’il n’a aucun moyen de protester. Du coup, ce qui semble pour le citoyen une primauté du bon sens sur l’absurdité de la loi peut être ressenti par le policier comme une provocation, un manque de respect, et un mépris pour sa fonction, d’autant plus insupportables que justement ils accentuent publiquement l’absurdité de la mission qui lui a été imposée.

    • Mouais ! En même temps, le flic peut très bien dire « Ok, ils veulent qu’on fasse un boulot de c.n ? Et bien je vais jouer au c.n et ne pas amender ceux qui ne portent pas le masque ». Même s’ils sont flics, je doute qu’ils sauteraient d’un pont si leur ministre de tutelle le leur ordonnait !

      Mais bon, c’est plus simple d’amender un jeune qui mange un Kinder Bueno ou un pain en chocolat que celui avec la casquette à l’envers et qui vend du shit au coin de la même rue.

    • Si cette info est exacte, ça commence à bouger du côté des forces de l’ordre.

  • Le flou de la réglementation encourage les cheffaillons à appliquer la sainte Prune. Bientôt chaque français devra payer une prune préventive, charge à lui ensuite de prouver qu’il ne l’a pas méritée.

    • Oh là, ne leur donnez pas de mauvaises idées : la faute virtuelle pour cause d’égalitude. Si votre voisin se fait contredanser, vous avez aussi une prune. Vous n’aviez rien fait? Mais vous auriez pu, pour preuve votre voisin.

  • Pour ceux qui en doutaient encore: C’est bien une dictature au prétexte sanitaire (qui n’a lui même plus aucun sens) Nous sommes bien sous le règne d’une tyrannie paranoïaque. A ce train ça va mal finir.

  • L’égalité devant la loi : vous n’évoquez pas l’exception des plateaux télé qui peuvent s’affranchir du masque…

  • les petits chefs ont un nom : les kapos !

  • Le phénomène est également présent en entreprise. Nous nageons entre des prises de décisions stupides ayant pour unique but de donner l’impression d’agir et des petits chefs qui y voient une occasion de justifier à eux-même leur existence.
    .
    Quelques exemples :
    .
    – Douches interdites au public.
    Voilà qui réduit quelque peu le retard des sportifs en début d’après-midi et permet des économies d’eau. Parfait pour la direction; Effets vs covid ? Aucun. Voir même négatifs car les gens se rabattent sur la salle de sport voisine où ils se rendent en covoiturant et où ils ont encore plus de chance de se faire infecter…
    .
    – Cafétéria interdite au public.
    Effets vs Covid ? Aucun. Voir même négatifs car les gens se rabattent sur les tables extérieures où ils doivent se serrer à cause de la réduction du nombre de places globales. Et ça, c’est quand ils ne vont pas au restaurant, en covoiturant bien sûr.
    .
    Concernant le plaisir malsain des petits chefs à faire appliquer ces règlements stupides, j’en ai un exemple qui date de pas plus tard qu’hier.
    Toutes nos salles de réunion étant occupées, j’ai décidé de me mettre dans un espace de notre cafétéria qui, comme je le disais plus haut, est interdites au public. Me voici donc dans un espace isolé de ladite cafétéria, avec mon pc et dans une conversation téléphonique en anglais. Il me semble qu’il est difficilement possible de donner plus l’impression d’être en train de travailler et pourtant, j’ai eu droit à une ribambelle de gens venant se mettre dans mon dos pour grommeler bien fort des trucs du genre : « Le panneau interdit ne doit pas être assez gros… […] et gnagnagna et gnagnagna ». Et je vous passe celui qui me coupe en pleine conversation pour me dire que, lui, ça ne le dérange pas mais que si quelqu’un de plus important me voit, je vais prendre cher. Hum… imaginez ce petit chef de pacotille frétillant de plaisir…
    Et là, je me dis mais put***, heureusement que je ne suis pas au téléphone avec un client.
    .
    C’est quand même incroyable. L’espace où j’étais, avait tout d’une salle de réunion, la porte en moins. Si j’avais passé mon appel dans un de ces salles, pas de souci mais là, non…
    J’ai vraiment eu l’impression d’avoir des gamins de 5 ans jaloux devant un grand qui se permet quelque chose qui leur est interdit. Et pourtant non, la plupart d’entre eux avait plus de 50 ans.
    .
    Cette période est bien sombre. Non pas à cause de la maladie mais à cause du recul de nos libertés, de nos responsabilité individuelles et surtout de notre bon sens.
    .
    CPEF

    • Oui, dans notre expérience personnelle on a tous des exemples de cet acabit.
      On passe d’une société de (à peu près) confiance à une société de défiance.

    • Ca n’a rien de spécialement covid. Le principe qui prévaut aujourd’hui est que pour s’élever dans l’entreprise comme dans l’administration, bien faire son boulot est totalement inefficace mais adopter la mentalité petit chef est particulièrement profitable.

    •  » lui, ça ne le dérange pas mais que si quelqu’un de plus important me voit,  »

      mes préférés !

      Et ils se demandent pourquoi personne ne les prend au sérieux…

  • Protection contre les petits chefs des FDO: Emportez toujours avec vous votre ardoise magique. Si on vous contrôle sans masque, vous ne l’ouvrez pas ( la bouche) et vous communiquez avec le pandore grâce à votre ardoise ( pour ne pas postillonner). Demandez lui de s’exprimer de la même façon, car brusquement vous êtes devenu sourd-muet. Et comme c’est pour raison sanitaire, il ne pourra s’y opposer! Malin non?

  • EM a eu des difficultés à parler avec son masque en tissu qu’il a fait changer en un masque plus léger pour ne pas s’étouffer… On peut espérer qu’il comprendra le cynisme à suggérer ce type de protection aux profs qui parlent toute la journée et aux étudiants qui n’ont pas forcément les moyens d’acheter des masques jetables.

  • Les mycoses vont fleurir sur les bouches…
    Les fabricants pharmaceutiques vont pouvoir faire des affaires!

  • Vous avez oublié les chefs d’entreprise ou les petits kapos désignés qui doivent faire la loi sans les entreprises. Ou (espérons que c’est marginal) la police en armes qui surveille que collégiens et lycées ont bien leur muselière devant les établissements.
    Une population qui accepte ça est déjà bien malade, et pas du virus.
    Enfin, si « les règles sanitaires sont floues, changeantes, impénétrables » c’est parce qu’elles s’appuient sur une réalité épidémique qui, depuis le début, est faussée.

  • Le summum de la bêtise est atteint par ces préfets qui exigent le masque pour les motards. On se demande bien qui peut approcher une moto à moins d’un mètre pendant que son moteur et ses roues tournent ?

  • Nous vivons le dernier épisode de la glorieuse gouvernance Macron.

    S’étant ridiculisé par des mesures à contre-temps dans tous les domaines et le Covid en particulier, celui-ci n’a trouvé en dernière extrémité afin de ne pas se renier que la solution de propager la peur et décentraliser l’incompétence.

    Mission accomplie, mais économie définitivement enterrée. Salut les chômeurs.

    • l’incompétence en France semble être une qualité, plus vous êtes mauvais et plus vous avez de ^promotions et êtes légitime dans ce rôle..on marche sur la tête (et c’est valable dans un paquet de domaines et situations)

  • Derrière ces mesures debiles, l’ordre moral. Ça ne vous rappelle rien ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles