Le gouvernement Macron a-t-il appris de ses erreurs ?

La liste de ratages gouvernementaux nous montre combien nous avons basculé dans un régime politique d’un autre type. Il faut se rendre à l’évidence : servir le peuple et assurer son bien-être ne semble plus être la priorité de l’État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2020-11-19 Terrorisme Macron appelle à une réponse rapide et coordonnée de l'UE AFP - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement Macron a-t-il appris de ses erreurs ?

Publié le 20 novembre 2020
- A +

Par Claude Robert.

Alors que l’Allemagne s’est inspirée des meilleurs élèves asiatiques, en avance sur le cycle européen, notre gouvernement n’a pratiquement rien fait de probant au début de la première vague. Il n’a d’ailleurs toujours pas tiré les leçons au moment de la seconde.

Triste bilan dont il ne semble pourtant pas s’émouvoir, nous avons à ce jour presque cinq fois plus de morts que notre voisin.

La seconde vague pandémique : comment le gouvernement n’a rien appris des erreurs de la première

Loin de se plier à l’exercice de la modestie la plus basique, encore moins de se remettre en question, profitant de son apparence d’honnêteté de grand commis de l’État, Édouard Philippe exprimera devant le Parlement « la plus grande prudence » quant à la véracité du nombre de tests réellement pratiqués par les Allemands !

Au lieu justement d’impliquer les PME françaises dès le début de la pandémie comme l’ont fait nos voisins outre-Rhin, le gouvernement n’a même pas donné suite aux propositions d’industriels bien introduits en Chine pour obtenir rapidement des masques, ni répondu aux propositions de laboratoires vétérinaires pour l’approvisionnement en tests de dépistage !

Tandis que les hôpitaux de Paris et de l’Est étaient submergés de malades en réanimation lors du pic de la première vague, et que les cliniques privées de ces mêmes régions proposaient leurs lits mais réclamaient des masques pour pouvoir enfin recevoir des malades, le gouvernement dépêchait des avions pour emporter les personnes en réanimation sur les hôpitaux moins saturés de Toulon et de Bordeaux.

Le pitoyable discours de l’ex-porte-parole du gouvernement ne doit pas faire oublier l’incroyable directive du ministère de l’Intérieur en date du 18 mars 2020 exigeant des policiers de ne pas utiliser de masques, cela en pleine période de contrôle des questionnaires auto-déclaratifs de déplacement. Il a fallu que des syndicats de policiers montrent les dents pour que l’ex-ministre de l’Intérieur Castaner condescende à lancer un appel d’offre. Deux d’entre eux ont porté plainte.

Dès le mois de mars d’ailleurs, plus de 600 médecins d’un côté, des associations et des particuliers de l’autre ont attaqué le gouvernement en justice pour mise en danger de la vie d’autrui et mensonges d’État. À ce jour, au total, 253 plaintes sont jugées recevables. C’est une preuve historique du niveau de défiance actuel.

Pendant le premier confinement, les contrôles ont été réalisés avec un zèle méthodique, allant jusqu’à déloger des personnes sur des plages pourtant désertes avec l’appui d’hélicoptères de la gendarmerie.

Ce premier confinement a été l’un des plus brutaux du monde libre. Combiné à l’empressement paradoxal du gouvernement pour les mesures de chômage partiel, la France encaisse la plus forte récession des pays de l’OCDE ! Mais n’ayant toujours pas voulu lancer de campagne de prévention et de protection, le gouvernement confine de nouveau la population pendant la seconde vague car il se retrouve devant le même engorgement des lits de réanimation. Perseverare diabolicum !

À la différence du premier confinement, seuls les commerces considérés comme non essentiels sont fermés, ce qui, comble de l’absurdité bureaucratique, incite le gouvernement à interdire l’accès à certains rayons dans les grandes surfaces, pour ne pas léser les commerces spécialisés.

Pire encore, la plupart des restaurants de routiers avaient aussi été fermés, ce qui soulève naturellement la grogne des chauffeurs de poids-lourds, profession qui n’a vraiment pas besoin d’être désorganisée par les temps qui courent.

Le plan de lutte contre les méfaits du premier confinement est à peine annoncé que le second confinement est décrété. Non seulement il aurait été moins ruineux d’organiser la prévention et la protection ciblées plutôt que de confiner brutalement, mais ce plan sera inopérant car il se limite à du saupoudrage budgétaire.

Saupoudrage qui comme d’habitude nourrira mécaniquement la dette et les impôts de demain. Ne faut-il pas une sacrée dose d’inconscience pour reproduire ce qui a déclenché la plus forte récession des pays de l’OCDE ?

La révolte des Gilets jaunes : comment mater les manifestants puis leur voler le débat démocratique

Après 65 semaines d’émeutes, on comptabilise 144 blessés graves parmi les Gilets jaunes, dont près d’une quinzaine qui y ont laissé un œil (oui, vous avez bien lu) ! Des heures particulièrement sombres qui ont fait réagir Amnesty international et le Conseil de l’Europe, ces deux institutions ayant chacune adressé une mise en garde au gouvernement Macron, respectivement pour abus de violence et usage des LBD.

À la différence des mouvements de fonctionnaires que le gouvernement se garde bien de mater, les Gilets jaunes sont l’expression directe de l’état de délabrement du pays. Cette révolte a pris sa source dans la perfide limitation à 80 km/h puis dans les taxes sur les carburants. Or, le Grand débat qui a suivi a été totalement préempté par le gouvernement.

Et la seule mesure issue de cette fausse consultation populaire consiste en la Convention citoyenne pour le Climat et ses fumeuses propositions pour sauver la planète, propositions qui alimenteront également nos futurs impôts mais qui n’amélioreront en rien la détresse sociale actuelle.

Le terrorisme islamique : comment camoufler le problème pour ne pas l’affronter

Professeur décapité, personnes agressées au hachoir, commissariat attaqué au mortier, policiers passés à tabac et blessés par balles, symboles judéo-chrétiens saccagés, tel est l’actuel climat sécuritaire français.

On se doute que le questionnaire auto-déclaratif de déplacement ne risque pas d’être contrôlé dans les zones de non droit, ces zones de plus en plus nombreuses sur notre territoire. Or, bizarrement, le mot immigration n’est même pas cité dans le projet de loi du président. Et le terrorisme islamique n’est surtout pas montré du doigt par un gouvernement qui préfère nommer cela du séparatisme.

À l’inverse, Alexandre Benalla le fameux chargé de mission du cabinet du président, mandaté de façon si peu officielle, usurpait les fonctions de policier et frappait des manifestants beaucoup moins dangereux lors du défilé du 1er mai 2018.

La relance de la compétitivité économique, l’impensé d’un gouvernement socialiste

Strictement rien de concret n’a été engagé pour enrayer le recul de la compétitivité industrielle de l’Hexagone, ce pays qui a perdu la moitié de son industrie en à peine plus de 20 ans ! Record des prélèvements obligatoires de l’OCDE, la France conserve même largement la tête du classement, selon les derniers chiffres publiés en 2019. Peu importe que les entreprises y sont moins rentables qu’ailleurs en Europe, elles le resteront.

Il suffirait pourtant que l’État réduise progressivement son train de vie tout en améliorant son efficacité. Or dès sa prise de fonction, Macron a rabaissé ses objectifs en matière d’économies. La suppression de l’ISF a été plus que compensée par la hausse sur les autres contribuables.

Quant aux entreprises, leur fardeau fiscal et réglementaire n’a toujours pas été allégé. Par contre, le gouvernement n’a pas manqué d’instaurer le prélèvement des impôts à la source, seule réforme d’envergure qu’il ait entreprise à ce jour, ce qui en dit long sur ses véritables intentions.

Cette liste de ratages qui n’est hélas pas exhaustive montre combien nous avons basculé dans un régime politique d’un autre type. Il faut se rendre à l’évidence : servir le peuple et assurer son bien-être ne semble plus être la priorité de l’État. Un tel régime a un nom. Au lecteur de le deviner…

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Excellent analyse dont je m’étonne qu’elle ait pu être publiée, même sur ce site – la censure à l’oeuvre dans la France contemporaine des énarques veillant à faire taire les « dissidents » qui osent critiquer le pouvoir.

    La solution pour sortir le pays de 50 ans de pillages divers n’apparaît pas encore : les français sont plus que timorés, et leurs « représentants » d’une médiocrité à faire peur.
    Il est à craindre, hélas, que la situation ne se dégrade encore, et que cela aboutisse à une explosion de violence dont les politiciens, les médias et les juges seront les principaux responsables.

  • La kleptocratie énarchique, appuyée par des médias sous contrôle, est prête à tout pour garder son pouvoir absolu sur la société. Ce ne sont pas des ratages: c’est la façon dont une caste s’affranchit des garde-fous de l’état de droit pour mettre au pas la société. La peur instillée jour après jour dans la population lui permet de réussir, jusqu’à présent. Jusqu’à quand ??

  • On se dirige tout doucement vers un vote massif pour le FN (jusqu’à la victoire ?).
    Ce parti, qui n’est pourtant pas ma tasse de thé, a tout compris à la colère sociale des Gilets jaunes, au risque islamiste et à la crise sanitaire. Trois sujets majeurs de préoccupation des Français.
    Il coche toutes les cases de ce que pense de très nombreux Français. C’est le seul parti à avoir saisi l’air du temps.
    Ainsi c’est pour l’heure le seul parti qui se soit unanimement prononcé contre l’obligation vaccinale anti-Covid.

    • Si Marie La Pine passe, les élections seront annulées. C’est Valls qui l’a dit un jour : « pas question de lui laisser le bouton atomique ».

    • Vous n’êtes pas difficile !
      Ce parti n’a rien à proposer pour remettre le pays en ordre, son parti est en faillite et les cadres compétents comme Philippot, Messiha prennent la fuite !
      ha mais j’oubliais, il reste un étudiant en géographie qui n’ a même pas été capable d’aboutir une licence …

  • quand on n’a à faire à un individu qui passe son temps en conseil de défense ( une quarantaine depuis le début de l’année ) , pour prendre des décisions en comité restreint , décisions qui peuvent peser lourd sur l’avenir du pays , mais qui se met à l’abris judiciairement ( ce que permet le conseil de défense )….des conneries , il en fait de longue , il en fera encore , il s’en fout , il n’en paiera jamais les conséquences ; ce n’est pas un président que nous avons , c’est un lâche , arrogant et irresponsable ;

  • Les français n’oseront pas. C’est du moins ce qu’en pensent nos technocrates engendrés d’une bureaucratie aveugle imbue menant hélas aux désastres. Sauf que le désespoir, l’injustice et les erreurs permanentes dans les décisions prises, érodent le cloisonnent entre démocratie (notre monde d’hier), autoritarisme (notre France actuelle) et pré-dictature (au secours fuyons). Quelle différence y a-t-il entre un candidat bien que féru d’économie la détruit et une candidate risquant de détruire l’économie ? Finalement entrons en résistance, puisque nous sommes en guerre, la guerre intérieure. Comment combattre cet ennemi intérieur? Certainement pas par la violence. Ce qu’il faut c’est réformer le pays, constitution, institution etc. Seul le Président peut poser le première pierre de ce vaste chantier pour une démocratie française actualisée à son temps. Il est venu le temps des Présidents bâtisseurs, pas de monuments de pierre, mais de la rédaction d’une « constitution » nous évitant les mondes d’Huxley ou d’Orwell. Y-a-t-il un tel candidat Président dans ce pays? La situation est urgente, il faudrait que l’actuel Président soit clairvoyant et courageux et s’y attèle de suite. Je lui laisse la place, pas fou le mec !

    • Cela ne bouge pas parce qu’il y a (encore) une majorité de personnes qui pensent tirer leur épingle du jeu : ceux qui font carrière dans la fonction publique, leurs amis politiques, les autres fonctionnaires, les salariés du privé protégé dans les grandes entreprises, les profiteurs du monde de la culture, des associations et des professions artificiellement soutenues et protégées par l’État.
      Il y a aussi des personnes qui arrivent encore à vivre correctement dans les activités entrepreneuriales, souvent en jouant à la limite des règlements.
      Il y a enfin les assistés et les NTM…
      Au final, pour que cela change, il faudra une réelle crise qui peut être s’approche.

      • @Propone
        Bonsoir,
        Cela ne bouge pas parce qu’il n’y a pas de démocratie en France. Le démocratique, le vote, est corrompu jusqu’à l’os :
        – E. Macron élu avec 43% des voix des citoyens inscrits ;
        – lois votées avec 75% d’absents dans l’Hémicycle, ou au Sénat. voire avec 20 députés présents ;
        – les députés devant lesquels le gouvernement est responsable, ne représentent pas les citoyens. Trop d’entre eux siègent sans avoir l’assentiment légitime des citoyens de la circonscription qu’ils représentent. Des « élus » avec 60% d’abstention, cela ne devrait même pas être légal ni légitime. Sachant que le nombre de citoyens inscrits est connu avant les scrutins, préciser le nombre de voix à atteindre pour être élu avant le début des élections, devrait être obligatoire : nombre d’inscrits x 0.51, arrondi à l’unité supérieure si le résultat n’est pas un nombre entier. Valable pour toute élection officielle.

        De plus, avec ce vol de système démocratique, les citoyens ne sont même pas consultés. Aucune loi ne devrait être applicable sans l’aval des citoyens qui vont la subir. Que les sénateurs et députés pondent, rédigent, votent des lois, c’est le rôle du Législatif. Par contre, décréter qu’elles sont applicables au Peuple n’a aucun sens si on ne le lui demande pas. En particulier quand les rédacteurs ont un fauteuil malgré 60% d’abstention.

        Ca ne peut pas bouger puisqu’il n’y a pas de démocratie.

  • Les imbéciles n’apprennent jamais de leurs erreurs, car ils sont persuadés tout savoir et avoir toujours raison. D’où l’état de la France!

  • La réponse à la question est « non » car dans son arrogance, il est persuadé d’avoir raison et est convaincu que tous ceux qui ne pensent pas comme lui se trompent ou ne sont pas assez intelligents pour comprendre!

  • Macron ne fait jamais d’erreurs, d’ailleurs vous aurez du mal à en dénicher. Tout est parfait, la France sera en faillite totale en 2022, il fait ce pourquoi on l’a élu, tres efficace le bonhomme et bien entouré avec veran et castex et d’autres…

  • Macron, LREM asphyxient complètement l’opposition ce qui fait dire à bon nombre de journalistes et commentateurs que l’opposition est en état de mort cérébrale!!! Or c’est faux. On est dans la manipulation par Macron pour n’avoir aux présidentielles que Le Pen devant lui.

    Et on peut s’en rendre compte aussi avec toute l’opposition des médias à CNews et plus particulièrement à Face à l’info avec E Zemmour. Ou encore sur les plateaux télé on a systématiquement un membre du RN et rarement de LR.

    Sarkozy qui a beaucoup de défauts a assuré la présidence de l’UE de manière flamboyante, il a géré de manière remarquable la crise des sub-primes de 2008.

    Qu’a fait Macron?

    – les car Macron se sont cassé la figure,

    – la réforme des retraites est morte car elle n’était pas aboutie et était un brouillon qui prenait pas en compte toutes les particularités,

    – la dette publique a dépassé les 100% du PIB avant la crise sanitaire,

    – la crise des gilets jaunes, le grand débat a abouti sur le vide, aucune conclusion,

    – l’immigration ne cesse d’augmenter, des clandestins ou des gens issus de l’immigration font du terrorisme, les mineurs isolés volent, frappent, etc.

    – le désordre est au plus haut, attaques de la police, des pompiers à coup de mortiers, jets de kalachnikov, c’est la police qui a peur. On a même vu un ministre de l’intérieur, Castaner, s’agenouiller devant Traoré et ses complices

    – vente par « appartement » de nos fleurons comme Alsthom, l’aéroport de Toulouse,

    – fermeture de centrale nucléaire au nom de l’écologie qui nous oblige à ré-ouvrir des centrales à charbon qui polluent encore plus,

    – gestion de la crise sanitaire calamiteuse, on subit, on n’anticipe rien, aucune augmentation du nombre de lits de réanimation, pas de masques, mauvaise gestion des tests avec des délais de plus de 7 jours pour avoir les résultats,

    – LREM est arrogant, l’hubris les habite

    – les seuls ministres qui « impriment » sont ceux issus de LR, les autres ne sont que des techniciens ou technocrates, Borne, Véran qui ne sait même plus ce qu’il dit, il est capable de dire tout et son contraire dans une même phrase, etc.

    -etc…

    Alors oui Macron est actif mais contre la France, il est un traitre à la France et je préfèrerais avoir un Sarkozy ou un Fillon même avec tous leurs défauts comme président de la république!!!

    • hélas, le bilan de Sarkozy n’est pas d’avantage défendable… la gestion de la crise des subprimes a été catastrophique, au contraire, mettant la France dans une extrême faiblesse pour affronter le covid…

      • Breizh : le bilan de Sarkozy avait l’avantage de faire un peu mieux que le reste de l’Europe sur 2 des 3 critères les plus importants : le taux de chômage et la croissance. Il n’y a que sur la dette que Sarkozy était mauvais, il en a trop généré mais cette dette semblait apporter des résultats. Avec Hollande et Macron, tous les critères sont enfoncés, ce qui prouve d’ailleurs que la dette générée par ces deux derniers présidents n’a même pas d’effet protecteur sur l’économie. On peut ne pas aimer Sarkozy mais il faut être honnête quant à son bilan

      • N. Sarkozy , c’est plus de 800 réformes !
        Et même après la crise de 2008 qu’il a bien géré…La croissance était plus de 2, 2 % quand il est parti !
        Où en sommes nous aujourd’hui ? Avec un PIB qui est a 120%

  • Il faut se rendre à l’évidence : servir le peuple et assurer son bien-être ne semble plus être la priorité de l’État.

    Asservir le peuple et s’assurer son bien-être personnel, telle est la priorité des nervis de l’état.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Outre la santé, l’immigration est sans doute le sujet politique le plus polémique aux États-Unis. Les deux principaux partis se renvoient constamment la balle sans apporter de solution constructive à ce problème criant.

Car n’en déplaise à la vice-présidente, à qui incombe le problème, la frontière est très poreuse. Selon les dernières estimations, deux millions de personnes pourraient avoir traversé la frontière d’ici la fin septembre. On vient même de nuit pour tenter sa chance, et depuis le Pakistan parfois.

Et ce ne sont pas... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles