Gilets jaunes : le pays des droits de l’homme en pleine dérive autoritaire

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Corps à corps By: Hermann.Click - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes : le pays des droits de l’homme en pleine dérive autoritaire

Publié le 8 février 2019
- A +

Par Sabine Lula.

Vous n’avez pas pu passer à côté. La France connaît depuis le 17 novembre 2018 un mouvement contestataire mené par la population, les Gilets jaunes. Dénigrés par les media et surtout le microcosme syndicaliste traditionnel, cela ne les empêche pas de se réunir et de revendiquer depuis maintenant douze semaines.

Mais passer du blocage de ronds-points pour protester contre une nouvelle taxe sur le carburant à une marche sur les principales métropoles françaises (et en particulier la capitale) a entraîné de nouvelles formes de répression réponses politiques. Les images parlent d’elles-mêmes : des mains arrachées par des grenades de dispersion, des manifestants éborgnés par des tirs de flash-ball, des discours politiques à côté de la plaque et sans écho et, pire que tout, Marlène Schiappa sur le plateau de « Balance ton Poste. »

Les dérives autoritaires d’Emmanuel 1er

Jupiter n’aime pas qu’on l’importune, surtout pendant les travaux visant à massacrer redécorer l’intérieur du palais présidentiel menés par sa femme. Alors que des Français de la France profonde osent ramener leurs pieds boueux et toquer gentiment à la porte d’un ministère, il n’en faut pas plus pour réveiller sa fougue de président jeune et dynamique, pour rappeler à « la base » quelle est sa juste place.

En plus de demander à ses forces de l’ordre d’utiliser massivement le gaz lacrymogène en réponse à l’embrasement de la capitale, ou encore l’arrestation et l’emprisonnement arbitraires et immédiats, le pouvoir redouble d’ingéniosité pour créer d’urgence de nouvelles législations ayant pour but de « ramener la paix, le calme et l’harmonie ».

Ainsi il est désormais encore plus difficile de manifester sans autorisation. Le jeune Hedi, manifestant dans l’Aude, l’a appris à ses dépens : il fut condamné à six mois de prison ferme, pour avoir relayé sur Facebook un message appelant à manifester près d’une raffinerie pétrolière (ce que le tribunal ne manqua pas de considérer comme « participation à une association de malfaiteurs »). Notons bien ça dans le guide du Petit Manifestant pour les nuls, les enfants : avant de manifester contre le pouvoir en place, veillez à bien demander l’autorisation dudit pouvoir en place.

Autre crime de lèse-majesté : cacher son visage lors d’émeutes. Certes cela correspond à une application plus ferme de la loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010, interdisant de dissimuler son visage dans les lieux publics. Mais ce qui auparavant conduisait à une simple amende peut aujourd’hui conduire à une garde-à-vue. Des mesures draconiennes qui témoignent de la fermeté dont peut faire preuve l’État.

Des violences qui inquiètent à l’international : le non-respect des droits de l’Homme dans le pays les ayant inventés

Le problème dans un monde moderne et surtout interconnecté, c’est qu’il est impensable que la situation interne d’un pays reste secrète. Les Gilets jaunes, ou Yellow Vest Protesters à l’international, inspirent un espoir à la population et une crainte à l’élite politique.

Mais le déploiement démesuré de la force par le gouvernement français commence à inquiéter les pays voisins, qui redoutent une dérive ultrasécuritaire du pays des Lumières : le Commissaire européen des Droits de l’Homme critique la France pour la violence de ses répressions, et l’organisation Euro Watchdog a officiellement lancé une enquête pour non-respect des droits de l’Homme.

Les media étrangers comme Breitbart ou le New York Times semblent très intéressés par l’affaire des Gilets jaunes. Si pour beaucoup de pays étrangers le mouvement est perçu comme une énième plainte de ces insatisfaits perpétuels que sont les Français, la tournure que prennent les événements fait craindre à beaucoup des dérives ultrasécuritaires du pays des Droits de l’Homme, qui risquent à leur tour de déboucher sur des dérives ultra-autoritaires.

L’orwellianisation toujours plus forte de la population

La question est de savoir si au-delà des manifestations la population française serait à même de mettre en place de nouvelles actions pour réduire l’influence toujours plus écrasante de l’État.

La situation du pays est sombre : dette qui crève le plafond, recul des investissements, effondrement du capital social (au sens anthropologique du terme), « ensauvagement » de la nation avec une criminalité croissante, ce qui fut le terreau des Droits de l’Homme semble aujourd’hui au bord du naufrage.

La population française est depuis trop longtemps sous la coupe d’un État en obésité morbide, boulimique. État qui tient depuis longtemps le rôle de Big Brother de 1984. La majorité des gens s’en accommodent, malgré les politiques toujours plus liberticides qu’il mène.

En conséquence, ceux qui ne supportent pas de vivre dans une seconde URSS (preuve en est la volonté de Macron de nationaliser une partie de la presse) prennent le large. Ainsi, la France connaît un véritable Brain Drain, avec près de sept jeunes actifs français sur dix qui désirent s’établir à l’étranger. Ce qui nous reste ? Des Juliette la Bloqueuse, des marxistes en herbe et une idiocratie galopante. À n’en pas douter, l’avenir s’annonce radieux.

Alors même si les Gilets jaunes sont très divisés, parfois incohérents et surtout souvent moqués, il ne faut pas oublier qu’ils sont un véritable bug dans la matrice étatique. Malgré la violence des répressions, ils sont le reflet d’une situation gangrenée depuis quarante ans. Nous sommes à n’en pas douter dans une période de bascule. À nous de décider si nous voulons qu’elle penche vers la liberté, ou si nous la laisserons nous faire sombrer dans un autoritarisme indéniablement En Marche.

 

Voir les commentaires (67)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (67)
  • claude henry de chasne
    8 février 2019 at 5 h 58 min

    bon , d’un autre coté ce ne sont pas 200 000 personnes qui vont faire la loi.. comme les zadistes qui ont fait plier macron
    d’autant que ce mouvement s’avère etre noyauté par des partis politiques et des syndicats..
    La rage du début contre la fiscalité a vite été transformée en revendications de gauche , réclamant plus de fiscalité (isf)
    donc ce mouvement est mort et n’offre plus aucun interet

    • 200 000 vous êtes sympas, le noyau dur des GJ est sous les 100 000.. Pour le reste je suis d’accord avec vous.

      C’est navrant de voir la plupart des « libéraux » soutenir les GJ, enfin disons soutenir artificiellement car en réalité ils ne sont pas POUR les GJ mais juste CONTRE la macronie. Les mêmes GJ qui manifesteraient dans un régime plus linérale seraient traités de révolutionnaires gauchos par ces mêmes « libéraux ». Les ennemis de mes ennemis sont mes amis, tout est bon pour satisfaire l’esprit partisan.

      Si les GJ sont un bug dans la matrice étatique, ils sont aussi un grain de sable dans la matrice libérale. Après ne venez pas vous plaindre à longueur de journée sur CP…

      Bonne journée quand même

      • L’origine des GJ était le du au matraquage fiscal, ce qui est un aspect largement évoqué dans CP. Malheureusement, le mvt initial a été repris et dévoyé par des politiciens de tous bords associés aux journaleux, le tout avec une méconnaissance totale d’économie…

        • Amen ! Le mvt des GJ était pur à l’origine et ce sont les « autres » qui l’ont pourri. Vous ne voyez que d’un oeil et ne me dites pas que c’est un coup de LBD.
          On dit que le 1er stade de l’intelligence c’est de tout mettre sur le dos des autres, le 2ème de tout se mettre sur le dos et le dernier c’est faire la part de ce qui est de sa faute et de ce qui de la faute de l’autre. Autrement dit faire preuve de discernement.
          On peut fantasmer avec le RIC mais c’est totalement le genre d’artifice idéal pour un pouvoir comme le nôtre pour le légitimer encore plus : le fameux changement dans la continuité ! On ne décrète pas une démocratie dans une dictature, la démocratie et des changements profonds dans la société doivent être progressifs et s’accompagner mutuellement.

          Ceci dit je n’ai rien contre le GJ individuellement, chacun pense ce qu’il veut, en revanche collectivement je suis plutôt tiède côté froid.

        • Réclamer une baisse des impôts ne fait pas de vous un libéral, sinon tout le monde serait libéral. Le vrai marqueur est de réclamer une baisse des dépenses publiques, et ça je n’ai jamais un vu un gilet jaune l’exiger hormis sur des sujets accessoires (train de vie des élus, etc.)

          • pourquoi accessoire? ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

            • Vous multipliez le nombre d’élus par leur train de vie et divisez par la population: cela fait quelques centimes/habitant, donc numériquement accessoire en effet. Il reste qu’un train de vie excessif en regard du service rendu a le don d’irriter l’électeur et n’est plus moralement si accessoire.

          • Je ne sais pas si c’est très libéral d’être systématiquement en faveur d’une structure centralisée et rigide de la gouvernance. On pourrait aussi considérer que justement mettre en cause le train de vie des élus participe à la mise en cause de cette structure et n’est pas si accessoire que ça. Il est vrai que les GJ sont minoritaires, sans faire la loi elle s’applique sur eux et en l’occurrence les individus en question m’ont semblé inaudibles aux autorités et au législateur autrement que par la manifestation.
            Je crois qu’il est possible de ne pas être favorable aux GJ tout en étant favorable à leur liberté de manifester, du moment qu’on s’assure que leur revendication n’est pas justement de vouloir interdire les libertés qu’ils utilisent pour faire passer ces revendications.

      • @ indivisible
        Nous soutenons ce mouvement parce que c’est la révolte des pauvres contre un état qui les rackette. Si vous n’avez pas de coeur il est normal que vous ne soyez pas libéral.

        •  » Nous soutenons ce mouvement parce que c’est la révolte des pauvres contre un état qui les rackette.  »

          Ils veulent surtout juste que ce rackette dont il se disent victime soit transféré sur les autres qui sont moins pauvres qu’eux.

        • Que je sois libéral ou non est le moindre de mes ou de nos soucis. Par ailleurs vous n’avez pas le monopole du coeur.

      • Que le gouvernement fasse de la com pour sauver la face est une évidence, ce qui serait étonnant c’est qu’il ne le fasse pas. En fait ce n’est pas le sujet.
        Concernant les GJ, il y a aujourd’hui deux mouvements : les GJ libres plus modérés qui penche à droite et les GJ radicaux qui penche à gauche. Ces derniers sont d’ailleurs à l’origine du mouvement (pétitions) en étant très actifs sur les réseaux sociaux. On frise le militantisme. Voyons les différentes figures du mouvement originel :

        GJ radicaux :
        Éric Drouet, le révolutionnaire et de mèche avec la repentie
        Maxime Nicolle, le cyberactiviste : monsieur buzz complotiste
        Priscilla Ludosky, la repentie : le cerveau ? politisée et radicale, s’est brouillée avec Drouet
        Steven Lebee et Christophe Chalençon, les lieutenants : le 1er très politisé et ambitieux, le second révolutionnaire d’extrême droite, écarté par Drouet depuis

        GJ libres :
        Benjamin Cauchy, l’homme de droite modérée : son truc ne pas toucher aux institutions
        Jacline Mouraud, l’égérie : véhémente s’est modérée par la suite en raison de menaces de mort, se concentre sur les difficultés liées à l’automobile
        Fabrice Schlegel, le promoteur immobilier, entrepreneur, modéré, sans doute le plus libéral si on peut dire

        Les GJ libres ne participent presque plus aux manifestations et discutent avec le gouvernement. Les GJ radicaux euh.. pas de commentaires.
        Voilà cela ne me fait pas espérer, les GJ libres ont un peu près obtenu ce qu’il voulait sauf peut-être sur la fiscalité. Le RIC pfff de l’utopie !

        • Les menaces de mort répétées n’ont apparemment choqué personne dans les soutiens aux gj, c’est consternant. Et révélateur. Ceux qui critiquent la « dictature » actuelle veulent mettre en place une autre dictature, acceptable puisque la leur et « juste » celle-là.

    • « Malgré la violence des répressions, ils sont le reflet d’une situation gangrenée depuis quarante ans. »
      A moins que ce soit cette violence qui soit un révélateur…

      • En effet le recours à la violence doit être compris, il est forcément signifiant. Mais de manière générale le climat actuel n’est pas favorable à l’intelligence. A la télé et à la radio celui qui tente de comprendre est suspect, si ce n’est dangereux. Alors qu’on peut légitimement se demander à quoi ça sert de nourrir l’industrie de la presse et la corporation des journalistes (subventions, privilèges et statuts, licences…) si on ne comprend pas quelque chose après qu’ils l’aient montré et commenté.

      • « La violence des répressions » faut arrêter de se la raconter quand même. Les manifestations déclarées et respectant le déroulé prévues n’ont pas connu de « répression ». Celles ayant laissé s’infiltrer des casseurs et contenant des gj violents ont entraîné la réponse des forces de l’ordre. Certains se croient au Grand Soir, mais quand on regarde posément les chiffres des manifestants de janvier et actuels, comparés à la population ou au 17/11, on ouvre les yeux sur la réalité : ils ne sont plus qu’une poignée. Justement parce qu’ils ne demandent plus l’arrêt du matraquage fiscal, mais un ciblage sur « les autres ».

        • Quand on regarde posément les chiffres, les moyens mis en oeuvre par les forces de l’ordre relativement au nombre de manifestants et au désordre qu’il y a eu… ben la mission du maintien de l’ordre est en echec. D’ailleurs si le gouvernement avait encadré et aidé les manifestations à se faire correctement, si ça se trouve les GJ, on ne les aurait pas vu si longtemps, mais y a-t-il les compétences pour le faire en France ?

          • Faites un don pour une école qui les développera.

            • D’autres pays sont désormais plus efficaces que le notre. Il y a bien des personnes qui proposent des évolutions de la stratégie et des tactiques.

          • « si le gouvernement avait » et voilà, encore une demande d’intervention de l’Etat. Ceci dit les manifestations sont encadrées par les forces de l’ordre. Mais c’est sûr que si les manifestants leur balancent des boules de pétanque… Ils ont quand même fini par créer un service d’ordre et ces manifestations-là se sont bien passées. La semaine dernière, ils ont éjecté un groupe de casseurs qui voulait s’infiltrer, ben voilà. Pas besoin du gouvernement pour réussir ça.

            • Votre approche ne me semble pas cohérente : vous soutenez à la fois la présence des forces de l’ordre dans son affrontement contre les manifestants et l’absence des forces de l’ordre s’il s’agit de pacifier les rangs des manifestants. En fait vous êtes contre les manifestants et tant pis pour les arguments, non ? Pour commencer : s’il n’y a pas besoin de forces de l’ordre alors il n’y en a pas besoin, s’y en a besoin alors il y en a besoin ; vous vous situez où à ce niveau ? Personnellement je constate un désordre et je pense qu’il faut des forces de l’ordre, je constate leur présence et donc un échec de leur mission.

              • Les forces de l’ordre sont là mais pas pour se prendre les boules de pétanque des gj. Pour ça, il faut un service d’ordre interne aux gj, comme dans les manif cégétistes. C’est ce qu’il s’est passé il y a 2 ou 3 samedis, la 1ère fois que les gj ont mis en place un service d’ordre interne : lorsque des manifestants se sont arrêtés face aux CRS pour les provoquer, comme d’hab, c’est le service d’ordre interne qui les a remis en route. Parfait.
                Après il faut savoir ce qu’on veut : on ne peut pas à la fois vouloir qu’ils maintiennent l’ordre et vouloir qu’ils le fassent avec leur b.te et leur couteau : limiter drastiquement l’utilisation des LBD et grenades de desencerclement et leur interdire d’assommer un boxeur, forcément, comment voulez-vous que l’ordre soit possible ? Mais c’est la France : rappelez-vous que vous n’avez pas le droit de blesser trop fortement votre agresseur. Dès lors qu’il y a un blessé, il faut un coupable et ce n’est jamais le blessé, ben non le pov’ il est blessé c’est donc un gentil.
                Je suis d’accord avec vous, il y a un échec de leur mission, si c’était moi qui donnait les ordres, il n’y aurait pas d’échec et du coup, il y a bien longtemps que les gj auraient mis en place leur propre service d’ordre et qu’ils partiraient vers 17h, à l’arrivée des casseurs. Non même pas, ils pourraient faire Nuit Jaune, tout se passerait cool et les casseurs n’existeraient pas, parfait. Mais j’imagine que cette situation est inacceptable, c’est la dictature etc.

                • Rappelons aussi que nombre de manifestations ne sont pas déclarées (faut-il renvoyer tout le monde chez soi, oh la dictature !), que la place del’Etoile le 1er samedi n’était absolument pas prévue, non, c’était les Champs-Elysees et les forces de l’ordre aidaient les gj à s’organiser puisqu’ils avaient sécurisé les lieux et fouillaient chaque personne y entrant, ce qui n’a pas plu aux gj qui sont donc partis sur la Place de l’Etoile.
                  On ne peut pas vouloir que les CRS encadrent et lorsqu’ils le font, partir ailleurs, et encore après leur reprocher le bordel.

    • Vous oubliez que ce mouvement est encore soutenu par une majorité de la population, malgré sa durée qui aurait pu entraîner une usure.
      Au-delà de revendications disparates, c’est bien un mode de gouvernance qui écrase la liberté qui est critiqué. Mais tout le monde n’a pas la culture de la manif..

      • ce mouvement est soutenu par une majorité de la population, fort bien..maintenant seconde question du sondage, selon vous que veulent les gilets jaunes….????

      • Non c’est la revendication de moins d’impôt qui emporte l’adhésion. Les réponses aux sondages sont utilisées « en faveur » du mouvement. Quand la question est claire : souhaitez-vous l’arrêt des blocages, la majorité répond « oui ».

        • « c’est la revendication de moins d’impôt qui emporte l’adhésion »

          N’est-ce pas plutôt la revendication de plus d’impôts pour les riches qui emporte l’adhésion?

          • Oui tout à fait, pour les gj des samedis. Mais je parlais de ceux qui répondent aux sondages. Eux soutiennent le mouvement pour la réduction des taxes et impôts (mais font-ils le lien avec la baisse nécessaire des dépenses ?)

    • Ce que vous dites est-il indépendant de ce qui s’est passé le 5 février et des commentaires qui ont été faits?
      Le syndicat phare du gauchisme, j’ai nommé la CGT, allié incontournable bien que caché de tous les gouvernements socialistes, a organisé sa journée d’action durant laquelle on a pu observer que des manifestants avaient revêtu un gilet jaune…
      Vous ne voyez pas?

    • Il n’est pas noyauté par des partis, simplement LFI et RN tente de le mettre sous leur coupe, mais cela ne marche pas!

  • quand on en arrive à de telles dérives , c’est parce qu’on a peur ; un dirigeant qui a peur du peuple , ce n’est pas de bonne augure ;

  • C’est quoi, il faut protéger qui ? Les Gilets Jaunes ou les artisans et commerçants qui aujourd’hui sont dans la merde ?
    Çà va être ça les nouvelles règles de la nouvelle révolution ?
    Dans les idées de certains, il faut prendre les décisions dans des comités… À quand, en France, la République des Soviets ?… pour passer dans quelques années dans la République Française des Bananes …
    Belles perspectives, Non ?

    • Les forces de l’ordre sont responsables du maintien de l’ordre. Il ne s’agit pas d’un jeu dans lequel les manifestants et les CRS seraient nécessairement des adversaires. Les tactiques actuelles semblent être de l’ordre de l’affrontement ; potentiellement les forces de l’ordre auraient aidé les manifestants à manifester dans le calme et de manière contrôlée, le mouvement serait déjà terminé. Une partie de la radicalisation des GJ s’explique quand-même par un sentiment d’agression et de surprise, n’étant pas particulièrement habitués à manifester.
      Ce que nous avons pu constater c’est une absence de contrôle et une absence d’ordre. Et avec la quantité de moyens utilisés relativement à aussi peu de manifestants, il ne faudrait pas parler de débordement mais tout simplement d’échec et d’obsolescence de la stratégie (puisque les échecs tactiques sont systématiques).

  • Depuis toujours je ne vois rien de bon dans ce macron, il a empapaouté un bon nombre de français, a créeé sa caste avec « en marche » et ses crânes d’oeuf (ou bons godillots), s’est pris pour le nouveau messie….
    En fait, personne n’a réagit sainement à ce qui est arrivé en mai 2017. On a instrumentalisé la justice et utilisé des moyens étatiques et autres pour mettre en place un guignol (même pas drôle plutôt pathétique), on a fait voter des gens avec leur pied et non avec leur cerveau en servant matin, midi et soir un ersatz de kennedy (et encore l’histoire devrait révéler d’autres facettes de ce président américain).
    Je ne suis plus étonné de ce comportement des français, qui donnent un jour et souhaite le reprendre de suite après.

    Il fallait se méfier de ce « jeune homme » à l’allure bien faite qui n’avait aucun programme cohérent et qui faisait son bateleur de foire. On l’a mis sur orbite en ne lui proposant pas un adversaire à sa hauteur pour le deuxième tour de l’élection; cet adversaire est devenu son meilleur ennemi et opposant car il pourra si cela continue lui permettre d’être élu une seconde fois car les médias propagandistes lui serviront de nouveau la soupe.

    La seule voie possible serait une véritable manifestation avec au minimum 2 millions de manifestants qui demanderait d’avoir une économie libérale, mais là je rêve car tout est noyauté en France pour décrédibiliser le Libéralisme entre les médias de « gauche » (pléonasme), les syndicats, les fonctionnaires et les profs enseignant l’économie. Tout ce beau monde ne veut pas qu’on touche à leurs privilèges divers et variés.

    La seule solution pour nos enfants est de bien les former, si possible, et de les faire « migrer » pour un monde meilleur.

  • L’état n’a pas fini de s’attaquer à nos libertés car il lui faut survivre. Le concours Lépine de la fiscalité va continuer à bien se porter. Oui malheureusement la solution est d’aller voir ailleurs . Beaucoup le font, du moins ceux qui le peuvent c’est à dire les jeunes les mieux formés et les personnes les plus fortunées. Mais sur ce point aucune illusion à se faire nous n’aurons pas de statistiques.

    • enfin quelqu’un qui admet que tout le monde ne peut fuir la france..parce que pour nombre de libéraux sur ce site c’est la seule solution, encore faut il pouvoir le faire.

  • F451, 1984, etc… nous vivons en dystopie. La Matrix suppose un programme, un logiciel. Celui ci était parfait au départ puis a été modifié pour répondre à l’humain (film matrix). En France le logiciel est cassé et ne répond en rien à la survie de l’humanité. Au contraire l’Etat est en train d’euthanasier la population. Le pire est que nos élus le constatent avec des grands yeux étonnés. Ils ne comprennent pas pourquoi avec toutes ces lois et ces taxes les gens ne sont pas contents. Et c’est bien entendu qu’eux en vivent très bien. Alors égalité ? Oui, tous et toutes avec un seul droit. Supprimons les privilèges d’Etat. Laissons les gens vivre en paix comme ils le veulent.

  • En passant j’aimerais bien un petit article croustillant et utile sur les casseroles de nos élus. En commençant avec le sang contaminé, sans oublier les suicides assistés et les dégommages de candidats aux Présidentielles. Ne pas oublier les enfants de la République (fabius, taubira, sarko, hollande, etc…) cela est nécessaire pour éclairer notre sens Républicain. Notre morale, notre bonne éducation, nos respects des valeurs…Il est temps d’attaquer le léviathan qui met en cause notre comportement. Et lui alors ? Benalla qu’as tu donc fait ? Il y a beaucoup à balancer. Thevenoud ?

  • Depuis que Macron est là, on ne peut plus dire ce que l’on veut, on donne la parole à des minorités qui ne représentent rien (me-too, vegans, féministes, . . .); des idiots sont mis en valeur (Hanouna, Schiappa . . .), bref, je ne reconnais plus mon pays . Je crois que je vais finalement partir (aux USA) en attendant que Jupiter soit viré et j’espère que ce sera rapidement ! je regardais hier une interview d’Emmanuel TODD qui disait que Macron est tout aussi nul que Hollande, la seule différence étant qu’il est beaucoup plus rapide !!! la suite est donc prévisible . . . et elle ne durera pas 5 ans.

    • Non, Macron ou Hollande ne sont pas nul, c’est une erreur que de pensez çà, au contraire ils font leur job à merveille. Macron fait ce que l’Europe demande. Et l’Europe demande quoi ?? tin, tin, tin, tin !
      Privatisation de la sécurité sociale, privatisation des retraites (retraite par capitalisation), privatisations des barrages, privatisations d’air France, privatisation de la SNCF, suppression ou diminution drastique des revenus du chômage,et j’en oublie, privatisation à mort, aller voir les Gopé. Pour un libéral c’est le top, non?

      • ce n’est pas à l’Europe que Macron obéit, mais à ceux qui l’ont porté au pouvoir en France.

      • Ha!!! Parce que Macron a privatisé la sécurité sociale, les retraites, la SNCF, Air France?

        Vous deviez pendant que vous y êtes de nous sortir Macron = Thatcher.

        • @Le nouveau
          +1
          Bonjour,
          Yvo doit aussi penser que c’est la faute au turbo-néo-capitalisme que la S.N.C.F, E.D.F, Air France, la Sécu’ et les retraites sont en faillite, pour un total dépassant allègrement la centaine de milliards d’euro, renflouées par les impôts.
          La « privatisation des retraites » « par capitalisation » d’après lui, serait un mal, mais il me semble que celle des fonctionnaires est basée sur la capitalisation, et qu’ils ne s’en plaignent pas trop.

           » privatisation à mort, » TAnt que ce n’est pas détenu à 100% par l’Etat, il pense peut-être que c’est « privé ». (S.N.C.F détenue à 100% par l’Etat ; E.D.F détenue à 73% par l’Etat = privatisation à mort ! LOL !)

      • @Yvo
        Bonjour,
        La Sécurité Sociale est à la base une entreprise privée, devenue monopole d’Etat, détenue et gérée par l’Etat = en déficit.
        La S.N.C.F est le regroupement de plusieurs entreprises de transport par rail par l’Etat = en déficit.
        E.D.F est une entreprise privée devenue monopole d’Etat, gérée par l’Etat qui en détient 73% = en déficit.
        Les caisses de retraites sont toutes sous la coupe de l’Etat = en déficit.
        Toutes sont renflouées par l’argent public, celui collecté par les taxes, impôts et autres amendes, le seul « argent » ou revenu,dont dispose l’Etat.
        L’Etat lui-même ne sait pas gérer SON propre budget, comment pouvez-vous vouloir qu’il gère des entreprises, dont on voit constamment qu’il les coule pour le moins, ou qu’il les fait disparaître au pire (mines, aciéries, manufactures d’armes, etc…) ?

  • Je répète une fois de plus: la France n’a JAMAIS été le pays des droits de l’homme, ceux-ci ayant été inventés par les Anglo-saxons. Magna Carta en 1215 et Bill of rights en 1689. La déclaration de 1789 fut aussitôt bafouée par les massacres de la Révolution!

  • 9 février

    Et le canard jaune était toujours vivant (aurait dit Robert Lamoureux) …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

En fin d'année 2020, les éditions Gallimard ont eu la bonne idée de publier des œuvres de George Orwell dans leur célèbre Bibliothèque de la Pléiade.

Parmi les œuvres de ce volume, il y a Hommage à la Catalogne (et aux anarchistes persécutés par les communistes), et La Ferme des Animaux. C'est dans ce roman-ci que George Orwell a écrit cette phrase sublime et profonde :

Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que les autres...

Relire 1984 en temps d'épidémie de Covid-19 incline le lecteur à la tentation ... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Nouvelles bien désolantes en provenance de Hong Kong, où l’on apprend que les journalistes de Citizen News ont mis fin à leur activité, face aux menaces que fait peser sur eux le pouvoir chinois au vu des arrestations et perquisitions qui ont frappé quelques jours auparavant le journal Stand News, jugé subversif.

Liberté de la presse et information « sûre » à Hong Kong

La « loi sur la sécurité nationale » impose désormais aux médias de ne publier que des informations « sûres ». Avec l’assentiment des nouveaux élus de Hong Kong, qui se ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles