Les Donneurs de leçons, pourquoi la France est en vrac

Le dernier livre de Nicolas Lecaussin égratigne les donneurs de leçons dont regorgent la politique et les médias.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Donneurs de leçons, pourquoi la France est en vrac

Publié le 4 mars 2019
- A +

Par Francis Richard.

Ils sont tous là, les donneurs de leçons… Et elle va mourir la France, laissée en vrac…

Le donneur de leçon sait tout.

« Il se prononce sur tous les sujets, car il les connaît forcément très bien. En tout cas mieux que les autres… Il a la science infuse, donc il fait la leçon à tout le monde. Pas seulement une leçon de morale, mais aussi une leçon de conduite. »

Le donneur de leçons, c’est l’homme politique, le fonctionnaire, le syndicaliste, le journaliste, le président, Emmanuel Macron en l’occurrence.

Alexis Tocqueville avait prédit l’apparition de ces « faux tyrans » qui ressembleraient plus à des « tuteurs » qu’à des despotes…

Les tenants de l’étatisme

La garde rapprochée du président Emmanuel Macron est composée de douze de ces donneurs de leçons, dont dix ont des liens avérés avec le PS ou des élus socialistes :

  • Alexis Kohler
  • Anne de Bayser
  • Patrick Strzoda
  • Ismaël Émelien
  • Stéphane Séjourné
  • Sibeth Ndiaye
  • Bruno Roger-Petit
  • Julien Denormandie
  • Benjamin Griveaux
  • Christophe Castaner

Philippe Étienne et Sylvain Fort sont les exceptions qui confirment cette ruineuse continuité socialiste, de Hollande à Macron.

Qui se ressemblent, s’assemblent : l’énarque Macron est entouré d’énarques… qui croient tous comme lui que l’État doit s’occuper de tout ou presque. Et d’aucuns disent qu’ils sont libéraux… Ce doit être ironique…

Le libéralisme de Macron

Car avec Macron :

donneurs de leçonsLes dépenses publiques continuent d’augmenter (56,5 % du PIB en 2017), taux d’augmentation de 2,5 % en 2018.

Le déficit de l’État (hors administrations locales et Sécurité sociale) est de 26 % de son budget (c’est évidemment moins soft que de l’exprimer en pourcentage du PIB).

Le nombre de chômeurs en France a un peu baissé, grâce une conjoncture mondiale favorable, mais nettement moins qu’en Allemagne.

Onze nouveaux impôts et taxes ont été créés depuis mai 2017.

Les carburants y sont toujours fortement taxés (157 % sur le SP95, 130 % sur le gazole).

Des réformettes ont bien été menées, mais sans véritables conséquences concrètes, hormis, bien sûr, la CSG pour les retraités

Les réformes libérales, ça marche

Ce donneur de leçons et ses semblables devraient s’inspirer de ce qui s’est fait aux Pays-Bas ou au Canada. Car c’est la preuve concrète que les réformes libérales, ça paie et ça garantit la victoire aux élections.

Au lieu de ça il donne des leçons aux dirigeants étrangers et leur demande d’adopter ce qui ne marche déjà pas en France, parce qu’il trouve sans doute que ça marche trop bien chez eux.

On peut ne pas aimer Donald Trump, pour un tas de raisons, mais force est de constater que les donneurs de leçons français, qui le critiquent, voire l’insultent, devraient (s’ils étaient honnêtes, ou lucides, mais c’est certainement trop leur demander), dire que les résultats sont là, grâce aux suppressions massives de réglementations (notamment écologistes) et aux baisses d’impôts et taxes :

  • le taux de croissance y est de 4,2 %,
  • le taux de chômage de 3,9 % (3,6 millions d’emplois ont été créés depuis janvier 2017).

Plus égaux que les autres

Un des modèles de ces donneurs de leçons, qui en est un lui-même, Nicolas Hulot, ne fait pas ce qu’il dit aux autres de faire, avec son écurie automobile et ses déplacements en hélicoptère…

Mais il n’est pas le seul. Les donneurs de leçons sont pléthore, qui prétendent lutter contre les inégalités et sont pourtant furtivement plus égaux que les autres :

  • les hauts fonctionnaires d’organisations internationales qui jouissent de l’immunité fiscale ;
  • les journaux de la presse écrite qui reçoivent de mirifiques subventions publiques ;
  • les fonctionnaires parlementaires qui bénéficient de privilèges exorbitants ; les salaires des fonctionnaires du ministère des finances et de l’économie qui sont disproportionnés par rapport à ceux des autres ministères ;
  • les syndicats (ils ne représentent quasiment plus rien en France) qui vivent surtout de subventions et dont les permanents sont payés par les entreprises ou l’administration.

Vous avez dit transparence ?

Ces donneurs de leçons ont tout le temps le mot de transparence à la bouche mais dissimulent leurs biens et revenus, à commencer par le premier d’entre eux, le président dont les déclarations de patrimoine sont sujettes à caution, c’est le moins qu’on puisse dire…

Le bilan de ces donneurs de leçons, qu’ils dirigent le pays ou qu’ils en profitent éhontément, ne peut qu’être négatif. Le prétendu libéralisme, accusé de tous les maux, n’y est pour rien.

Il faut être cash : la France est une démocratie centralisée, l’État y saigne les contribuables, 50 % des Français ne paient pas l’impôt sur le revenu, une partie de la population vit sur le dos des autres, une minorité, les syndicats, s’oppose à tout changement, le président cumule pratiquement tous les pouvoirs, le fisc est tout-puissant, la Cour des comptes est impuissante, le monopole de la vérité (officielle donc), de par la loi, est détenu par les médias traditionnels.

Leur imposture

Alors il faut lire le livre de Nicolas Lecaussin qui entre dans le détail sur ces donneurs de leçons, qui sont en même temps des prédateurs.

L’auteur fait à la fin une tirade qui résume leur imposture :

« Un coup de maquillage social, un coup d’éponge compassionnelle, un coup de savonnette écolo, un coup de shampoing avec plein de paillettes fiscales, on remue le tout dans un mixeur, et l’État-providence présente sa peinture cache-misères, à même d’éblouir les alouettes. »

Et dit fermement à l’adresse de ces donneurs de leçons :

« Les Français savent mieux que vous ce qui est bon pour eux ! C’est ce qu’auraient dû demander les Gilets jaunes (les vrais). « Foutez-nous la paix ! », « Laissez-nous tranquilles ! », « Laissez-nous faire ! ». »

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Rien de nouveau année après année, rien ne change la démagogie à de l’avenir !! Faîte ce que je dis mais pas ce que je fais !!! Ils s’accordent des privilèges et plus le temps passe et moins c’est accepté !!! Petit à petit le comportement change lors de manifs , il viendra un jour ou il y aura un comportement Radical , plus de manifestation mais occupation du terrain et cela commence devant des permanences politique voir devant leur domicile … ils crient à l’infamie ,
    qu’ils arrêtent de ce moquer du peuple !!!

  • bof , leur transparence et leur exemplarité , les Français en sont revenu ; d’ailleurs quand j’entend ces mots là dans la bouche d’un politique entre autre , je me tord de rire ( jaune car leur exemplarité nous coûte cher finalement ) …..

    • les Français en sont revenu

      Quand on voit tous les corrompus réélus systématiquement, quand on voit que les gens vont encore voter LREM en mai après avoir répondu aux sirènes de l’antifascisme, voyez-vous, j’en doute fortement.

      • Aphorisme anglo saxon :
        « La corruption : Je veux… …soit moins de corruption, soit plus d’opportunités d’en profiter… »
        Les politiques ne sont ni moins ni plus corrompus que les electeurs.

  • L’ENA est là pour ça. Créer des super Etatistes qui vont perpétuer une tradition. Ils utilisent pour cela une grosse partie de nos impôts uniquement pour nourrir cette idéologie de caste marxiste. Pour être en paix ils achètent plus de la moitié de la population et tapent même dans la dette pour cela. Les années passent et rien ne va mieux. Même sur Bfm(acron) ils disent du bout des lèvres que c’est foutu. La France a tout pour réussir, SI, on la laisse enfin libre de vivre et d’agir dans la liberté. Sinon modifions liberté, égalité, fraternité en égalité et pauvreté.

    • « Liberté, égalité, fraternité » semble avoir mal tourné pour devenir : « Égalité, méchanceté et médiocrité ».

  • Oui ca fait 70 ans que ca dure et en progression chaque année.
    le communisme français à encore de beau jour devant lui tant que les français peuvent épargner.
    Le jour ou l’épargne baissera les taux d’intérêt monterons et nous serons à l’aube d’un nouveau jours. En attendant tondons le mouton tant que la laine repousse.

  • C’est tellement juste que c’est désespérant!

  • et ses déplacements en hélicoptère…

    Être hélicoïmane, c’est chouette, non ❓

  • « On peut ne pas aimer Donald Trump, pour un tas de raisons, mais force est de constater que les donneurs de leçons français, qui le critiquent, voire l’insultent, devraient (s’ils étaient honnêtes, ou lucides, mais c’est certainement trop leur demander), dire que les résultats sont là, grâce aux suppressions massives de réglementations (notamment écologistes) et aux baisses d’impôts et taxes : le taux de croissance y est de 4,2 %, le taux de chômage de 3,9 % (3,6 millions d’emplois ont été créés depuis janvier 2017). »


    Exact.
    C’est vraiment éprouvant d’être libéraux (au sens français du terme.) On veut nous forcer à choisir entre, d’un côté, des hystériques anti-Trump qui refusent de reconnaître les effets positifs des réductions fiscales et réglementaires que Trump a effectué, et d’un autre côté, des hystériques pro-Trump qui, chaque fois que Trump fait une connerie anti-libérale (ex : restreindre le libre-échange, reculer face aux opposants au Second Amendment, augmenter la dette publique, soutenir aveuglément la monarchie saoudienne, etc), nous sorte encore et toujours le même refrain : « Fake news ! Trump a jamais fait cette connerie ! Et même s’il l’a fait, c’était pas son intention ! Et même si c’était son intention, tu ne comprends pas pourquoi ! Et même si tu comprends pourquoi, tu exagères le problème ! Et même si tu n’exagères pas le problème, de toute façon Hillary Clinton est pire que Trump !»

  • Le livre de Lecaussin est certainement intéressant mais il dénonce et ne fait que cela.
    La lecture et la relecture de « la grève » d Ayn Rand est à mon humble avis beaucoup plus structurante et
    Positive pour qui voudrait faire adopter autour de lui les idées libérales et humanistes.
    Pourquoi à t il fallu attendre 60-70 ans pour que ce livre soit diffusé et traduit en français.
    Sans être complotiste je pense que une investigation serait intéressante.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La vraie question que vous devriez vous poser est : aujourd’hui l’État français prélève à peu près 62% de la richesse française et rien ne marche […] Qu’est-ce qu’ils font de notre pognon ? »

 

Ces mots de Charles Gave prononcés à l’antenne de Sud Radio sonnent comme du bon sens. Si la question initiale visait le secteur régalien, elle se pose également pour la politique environnementale. Cette année, le ministère de la Transition écologique a été doté d’un budget de 45,5 milliards d’euros, soit cinq fois celui des Affair... Poursuivre la lecture

liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Les libertariens se demandent souvent pourquoi le socialisme continue à être si populaire, alors qu’il s'est avéré être un tel échec en tant qu’idéologie politique et système économique. Bien que l’idéologie de l’éducation publique et des médias traditionnels soient des raisons importantes qui expliquent cela, la persévérance obstinée du socialisme est aussi quelque peu fictive, car le socialisme a évolué : le socialiste d'aujourd'hui n'est pas le socialiste d'antan.

Cette distinction est importante à garder en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles