Gilets jaunes et CSG : Macron n’a pas abordé le tabou des retraites

Nos problèmes de finances publiques ne pourront être résolus qu’en baissant fortement le coût des retraités que ce soit par un âge de départ retardé ou une baisse des pensions (ou une hausse de la CSG).

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes et CSG : Macron n’a pas abordé le tabou des retraites

Publié le 18 décembre 2018
- A +

Par Eddie Willers.

Afin de calmer les tensions et les explosions de violences liées à la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a annoncé un certain nombre de mesures et de réformes. La plus marquante aura certainement été la hausse de 100 euros du SMIC dont nous attendons encore les contours exacts mais qui comme je l’avais déjà montré n’aura que pour seul effet d’accroître le chômage en France.

Pourtant, je retiendrai de son allocution une mesure qui me semble bien plus importante : l’annulation de la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2000 euros. Il faut bien comprendre qu’Emmanuel Macron avait pris un tournant historique en début de son mandat en augmentant la CSG. La Contribution Sociale Généralisée est un impôt créé en 1991 qui vise à faire supporter le financement de la protection sociale non plus sur les seuls actifs mais sur tous les Français. Son assiette correspond à tous les types de revenus y compris les salaires mais aussi les revenus du patrimoine et les pensions de retraites.

L’augmentation de la CSG, d’une certaine manière, venait donc diminuer le niveau des retraites et correspondait à un (léger) rééquilibrage entre les niveaux de vie des actifs et des retraités. Mis à part Emmanuel Macron, personne n’avait encore osé parler de ce tabou français des retraites.

Un pognon de dingue

Car oui, le niveau de vie des retraités et en particulier des baby-boomers coûte un pognon de dingue et se fait sur le dos des actifs dont le niveau de vie ne progresse pas. Chaque année près de 15 % de la création de richesse du pays part dans le paiement des retraites. Ainsi 20 % de la population s’accapare 45 % des prestations sociales (hors dépenses de santé dont ils sont également les principaux bénéficiaires). Loin d’avoir cotisé pour les montants qu’ils perçoivent, ils sont un poids mort pour les finances françaises.

Droite comme gauche s’imaginent que l’argent pousse dans les arbres et qu’en un tour de main nous pouvons régler notre problème de déficit : la droite en disant qu’il faut rationaliser le fonctionnement de l’État (vrai, mais dérisoire en montant) et la gauche en s’imaginant que les riches peuvent payer ad vitam aeternam pour ses délires égalitaristes.

Pourtant nos problèmes de finances publiques ne pourront être résolus qu’en baissant fortement le coût des retraites, que ce soit par un âge de départ retardé ou une baisse des pensions (ou une hausse de la CSG). Aucun homme politique ne l’évoque mais les retraites sont l’éléphant dans le magasin de porcelaine de la dépense publique française.

Commençons tout de suite notre démonstration en nous attardant sur le taux de pauvreté des retraités. Le taux de pauvreté (60 % du revenu médian) des retraités était en 2017 de 6,6 % vs. 14,2 % pour l’ensemble de la population selon le ministère des Solidarités.

Ce montant est à mettre en regard du taux de pauvreté des jeunes. Je n’ai pas réussi à trouver les données pour le seuil de pauvreté à 60 % mais je vous laisse constater l’infographie ci-dessous de l’Observatoire des Inégalités pour un seuil de pauvreté à 50 % du revenu médian :

Ou encore :

Alors que nous voyons passer quasiment tous les jours des images de pauvres retraités qui ont du mal à joindre les deux bouts, vous ne verrez quasiment jamais d’images de jeunes de 25 ans au SMIC qui galèrent. Pourtant ces derniers sont bien plus représentatifs des personnes en situation de précarité dans ce pays.

Le niveau de vie des retraités supérieur à celui de la population

Par ailleurs, le niveau de vie global des retraités est supérieur à celui de la population, quand bien même les retraités ne touchent plus de salaires qui logiquement devraient être supérieurs aux pensions :

À chaque fois que le sujet du niveau de vie des retraités est mis sur la table, vous voyez apparaître un reportage sur Jeanine qui touche une petite retraite et qui galère. Je ne mets absolument pas en doute le fait que la vie n’est pas toujours rose pour elle, néanmoins je souhaite remettre cette image en perspective lorsque nous parlons des retraités.

En lisant le Panorama de la DREES sur les retraités et les retraites, vous découvrez par exemple que seuls 25 % des retraités de la génération 1946 ont une retraite inférieure à 1 200 € :

En analysant la répartition interdéciles des niveaux de vie des retraités, nous remarquons par ailleurs que chaque décile de cette population a un niveau de vie supérieur au même décile de la population française et que cela est encore plus flagrant sur les déciles les plus faibles :

Nous avions donc seulement 20 % des retraités qui avaient un niveau de vie inférieur à 1290 euros à fin 2015. Encore une fois, cela permet de remettre en perspective les informations qui passent sans cesse au sujet des petites retraites, notamment si nous tenons compte des niveaux de patrimoine.

Il faut ainsi noter que la France est le seul pays avec le Luxembourg à avoir un niveau de vie de ses retraités supérieur à celui de l’ensemble de sa population (cocorico !).

L’allongement de l’espérance de vie

Mais alors, d’où vient ce niveau de vie supérieur dont bénéficient les retraités ? L’explication première est à aller chercher du côté de l’espérance de vie qui a crû de manière bien plus rapide qu’anticipé dans les années 1970.

Source : OCDE

Nous remarquons qu’entre 1981 et 2015, l’espérance de vie à 65 ans a augmenté de 5 ans alors que dans le même temps, l’âge de départ à la retraite a péniblement été augmenté de 2 ans et que cela n’est arrivé qu’en 2010. Alors que la retraite moyenne s’établit à 1 390 euros mensuels, ce gain grâce à l’espérance de vie s’établit donc à 85 000 euros.

Alors que la plupart des retraités imaginent avoir mérité leur retraite parce qu’ils ont travaillé toute leur vie, nous allons voir que cette affirmation est très largement erronée.

Il est intéressant de souligner tout d’abord que cette hausse naturelle du niveau des retraites s’est faite en supplément d’un niveau de cotisation plus faible pour les générations de retraités actuelles que pour les actifs d’aujourd’hui :

Source : COR

Nous remarquons que ce taux de cotisation moyen se rééquilibre à partir de la génération X, post-baby boom, ce qui traduit bien le fait que les baby-boomers sont certainement les plus favorisés parmi les retraités.

Cela se voit notamment au travers de l’augmentation régulière du montant de la pension moyenne, qui était de 1 029 euros mensuels en 2004 et qui atteint aujourd’hui 1390 euros (une croissance 1,1 point supérieure à celle de l’inflation soit dit en passant). Les générations les plus anciennes, qui bénéficiaient de retraites plus faibles, décèdent et laissent leur place aux boomers qui ont bénéficié de meilleurs salaires au cours de leur carrière. Les dernières études ont été réalisées sur la génération 1949 et montrent une pension moyenne 30 % supérieure à celle de leurs aînés de 1938 :

En plus d’avoir bénéficié de meilleurs salaires, les boomers ont également profité des années de forte inflation pour emprunter et se constituer un patrimoine immobilier à moindre coût. Le patrimoine moyen des retraités atteint ainsi 170 000 euros, soit le 4ème plus élevé de l’OCDE. Le tout pour une durée de cotisation effective de 37,5 ans en moyenne :

L’entretien de ce système coûte une fortune à la France qui doit s’endetter chaque jour pour financer ses retraites. Ce transfert de richesse monumental se fait en faveur des retraités au prix des actifs et des plus jeunes d’entre eux qui subissent des prélèvements obligatoires colossaux. À cela s’ajoutent des prix de l’immobilier faramineux qui empêchent nombre d’entre eux de devenir propriétaires et de se constituer un patrimoine.

Le pouvoir d’achat des retraités a augmenté

Vous ne serez dès lors pas surpris en lisant cet article des Échos publié dans la semaine et intitulé “Cette crise du pouvoir d’achat qui couvait depuis 10 ans”. Nous y apprenons entre autres que la seule catégorie de la population qui a vu son pouvoir d’achat croître entre 2008 et 2016 sont… les retraités !

J’ai bien conscience que les enjeux ne sont pas les mêmes pour tous les retraités et que les situations sont très disparates en fonction des régimes de retraite, cependant cela ne vient en aucun remettre en cause la trame de fond sur le fait que le niveau des retraites actuel est trop élevé par rapport à ce qu’il devrait être :

Ce tableau nous permet en outre de voir que les régimes spéciaux bénéficient en moyenne de pensions bien supérieures à celle du régime général. Ils sont pour nombre d’entre eux injustifiés et devraient être purement et simplement supprimés.

Du fait de la démographie qui tend à augmenter année après année notre espérance de vie, nous ne pourrons réduire notre déficit qu’en nous attaquant en profondeur à notre système de retraite. Il représente 14 % de notre PIB et constitue, comme nous l’avons vu, un privilège indu. L’augmentation de la CSG et de l’âge de départ à la retraite constituent deux pistes à évaluer de toute urgence si nous souhaitons un jour présenter des comptes à l’équilibre et arrêter de ponctionner éhontément les actifs.

À titre d’exemple, si nous dépensions la même proportion de notre PIB que la Suède (pays pourtant plutôt généreux sur ses prestations sociales) pour les retraites nous économiserions près de 100 milliards d’euros par an ! Loin des calculs d’apothicaires sur la réforme du fonctionnement de l’État ou du mythe des 80 milliards de l’évasion fiscale, la seule véritable solution juste et rapidement efficace pour nos deniers publics passera par une refonte du système des retraites.

Sur le web

Voir les commentaires (297)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (297)
  • ce qui est vrai , je n’ai pas eu de chomage , par contre j’ai travaillé jusqu’à 65 ans car la retraite qouique l’on dit est à 65 ans pour toucher le taux pleins de la Sécurité Sociale, certaine convention collectif à 60 ans avec taux pleins … Les régimes spéciaux style parlementaire députés apres 3 mandats 15 ans taux pleins et avec cumul , vous connaissez vous des gens qui bossent dans le privée 5 ans et touche 1500 euros ???
    Et puis pour certains au minimum vieillesse , certains n’ont pratiquement pas travaillé, profitant du RSA et autres aides ..A comparer
    ceux qui bossent pour un SMIC .. sans commentaire !!!

  • ET SI …
    Et si l’on commençait par réduire le train de vie des gouvernants, des parlementaires et associés (par exemple : CSA, Comité de l’Environnement), par s’attaquer aux feuilles inutiles du millefeuille administratif, à supprimer les multiples comités et commissions théodules qui ne servent à rien (sauf peut être à entretenir des affidés) e par arrêter de mener cette politique laxiste de l’immigration qui coûte à elle seule des milliards d’euros à la France tous les ans, par arrêter les dépenses liées au photovoltaïque et à l’éolienne, par faire la guerre en Afrique et au proche et moyen orients, à taxer vraiment et lourdement les sociétés de la GAFA qui opèrent aussi en France mais qui n’y paient ni impôt ni taxe, par mettre entre parenthèses le temps de faire un audit sur l’euro et l’UE, par obliger les exilés fiscaux planquées dans les paradis fiscaux sous peine de perdre leur nationalité française (cela aurait le mérite de clarifier leur situation par rapport à la France et les Français) … Et si … Et si … ! Arrêtez, s’il vous plaît de fantasmer sur les retraités et leurs retraites !

    • Guillaume Nicoulaud a commencé une étude sur les « comités Théodules ». Les montants en jeu seraient très faibles par rapport au budget total donc l’effet serait principalement psychologique. L’étude n’est plus disponible sur son blog (qui reste une lecture tout à fait recommandée par ailleurs)
      Pour la politique d’immigration j’ai un peu de mal à voir où les milliards partiraient… mais j’admets que je manque sérieusement de références sur le sujet, le seul exemplaire que j’en ai m’est très proche, paie ses impôts comme tout français, et ne décide pas de comment ils sont utilisés comme tout étranger. Quand je l’accompagnais à la préfecture pour renouveler son titre de séjour j’avais systématiquement honte de mon pays.
      Pour les GAFAM ils paient en France ce que la loi française les obligent à payer, s’il y a des failles dans la loi qui leur permettent d’échapper à une partie de leur imposition c’est à la représentation nationale de les combler. Mais n’y comptez pas trop quand-même : les entreprises publiques ou celles dont l’état est un actionnaire de référence ne sont pas les dernières à en profiter (exemples : EDF, Engie…). Ce qui plaît beaucoup à Bercy, ça leur permet de verser de confortables dividendes.
      Quant aux exilés fiscaux, c’est pareil, à moins d’aller les chercher (avec les dents…?) vous ne les ferez pas revenir, c’est inutile de fantasmer là-dessus, pour reprendre vos mots.
      Concernant les retraités, il y aurait une solution simple : on supprime l’âge légal de départ à la retraite. On peut mettre un âge auquel la personne peut toucher une retraite « pleine », mais on l’autorise à avoir une activité par ailleurs. Si les revenus de cette activité dépassent le montant de la retraite, elle ne touche rien.
      Bon, ça supposerait de sortir de l’idée que le travail est un gâteau fixe et qu’il faut que les vieux partent pour faire la place aux jeunes. On en est loin…

      • Aide aux mineurs isolés, environ 3 milliards il paraît. Aide médicale d’Etat, encore quelques milliards.
        Et on parle pas RSA, CMU, APL, etc.
        Pour les retraites, il n’y a qu’une seule solution viable : la retraite par capitalisation. La transition va être rude, mais il n’y a pas le choix.

      • @ Anagrys
        Très bon commentaire dans l’ensemble: bravo.
        – Comités Théodule: OK mais il faut bien commencer par quelque chose!
        – L’immigration: les études montrent que c’est un plus pour le pays d’accueil, d’après mes lectures (mais xénophobie française fréquente et besoin de boucs émissaires)
        – Oui, un achat sur Amazon comporte une TVA qui reste en France, évidemment!
        – Les exilés fiscaux jouissent comme tous de la libre circulation.
        – Les retraites: personne n’a obligé Fr.Mitterrand à créer la semaine de 35 heures ou la retraite à 60 ans, nulle part sauf en France! Tant pis, ce seront évidemment les Français qui payeront!
        La retraite par redistribution, il faut avoir atteint l’âge mais elle sera aussi calculée sur la durée de cotisation (42 ans).
        Et non! Si travailler en étant retraité est autorisé, la pension de retraite reste entière. À l’impôt sur les revenus de la personne physique de fiscaliser le revenu de ce travail accumulé avec la pension de retraite. Quand on cotise toute sa carrière, on acquiert un droit qui ne devrait pas ainsi disparaître! (Et à mon avis, le gâteau devrait croître chaque année, aux jeunes et vieux de se le partager!

        • L’immigration de travail est effectivement un plus, celle familiale (comme c’est le cas en France dernièrement) l’est beaucoup moins.
          Vous devriez regarder aussi les chiffres de l’assistanat, la partie des immigrés actifs et la partie d’assistés. Avant de sauter sur la trop belle (et gratuite) occasion d’accuser la « xénophobie française » (késako ?).
          Et les 35 heures, c’est Martine, pas Mitterrand.

      • Même si les comités Théodules représentent peu, ils sont un symbole et doivent être supprimés en premier (enfin pour être plus exacts, c’est la réduction du train de vie de l’état qui doit se faire en priorité).
        Car pour avoir une chance de réussir à faire appliquer des réformes douloureuses, comme celle qui consisterait à annoncer à la population, et en particulier aux retraités, que c’est fini de se financer une petite fin de vie pépère bien biberonnée à la dette, il faudra un leadership parfait. Et cela passe par l’exemplarité au plus haut de l’Etat. Plus de voitures de fonctions avec chauffeur et note de frais de taxis pour les Agnes Saal et consorts, plus de comité Théodules pour recaser les potes qui ont perdu une élection, plus de collaborateurs aux frais de la princesse pour nos parlementaires, etc, etc….
        Déjà si on cumule tout cela, cela commencera à faire une somme plus si négligeable que cela. Ensuite cela donnera la légitimité pour réclamer les sacrifices indispensables à court terme au renversement vers une politique libérale, en attendant que celle-ci produise ses premiers effets.
        C’est bien beau et facile de dire ce qu’il faudrait faire. J’attends de voir celui qui saura suggérer comment, en prenant en compte le niveau réel du débat public dans ce pays, particulièrement visible en cette période de gilets jaunes.

    • @delor974
      Toutes les mesures que vous préconisez n’auraient strictement aucun effet sur le problème de financement des retraite.

    • a delor :C’est pas un fantasme c’est factuel …à moins que vous n’ayez une etude contradictoire ?

  • Bonjour
    Ce n’est pas tellement les comptes sociaux qui sont en déficit (4mds sur 400 Mds), mais surtout le budget de l’état (70 Mds sur 320Mds).
    Mais l’état ne veux pas baisser son train de vie, il préfère baisser celui des retraités.
    Logique.

    • Réduire le train de vie de l’État et des administrations publiques (mesure indispensable) n’aura AUCUN EFFET sur le problème de financement des retraites. Les retraites sont financées par des cotisations sociales., les administrations publiques par des taxes et des impôts. Ce sont deux problèmes différents. Vous pourriez avoir des budgets de l’État et des collectivités publics équilibrés, ça ne résoudrait pas le problème des retraites.

      Vous pouvez même réduire le périmètre de l’Etat et réduire le nombre de fonctionnaires (mesure indispensable), ça n’aurait STRICTEMENT AUCUN EFFET sur le problème de financement des retraites.

      Ne pas le comprendre c’est ne rien comprendre du problème GRAVISSIME de la faillite du modèle social français.

      • Liés quand même par le niveau délirant des taxes et impôts qui réduisent la capacité financière du citoyen.

      • Réfléchissez un peu, tout de même.
        Les retraites des régimes spéciaux sont financés avec les contributions au régime général. Les retraites des fonctionnaires sont financées directement du budget de l’Etat.
        Ce que vous dites est vrai seulement par rapport aux retraites du régime général, pas pour les autres. Donc, dans l’absolu, c’est faux.

        • Mais non, voyons !
          Le principe du financement des retraites, quels que soient les régimes, est que ce sont les actifs qui payent pour les retraités. C’est la seule chose qui compte dans le raisonnement puisque c’est LE problème : un financement par répartition.

          La retraite des fonctionnaires est payée aujourd’hui pour partie par les cotisations prélevées sur leurs traitements, pour partie par les cotisations de l’État employeur… vous allez me dire que tout cela est payé au final par l’ensemble des contribuables, certes… mais ça ne change en rien le rapport global nombre d’actifs / nombre de retraités !

          Vous pouvez modifier le périmètre de l’État ou supprimer d’un coup de baguette magique le statut des fonctionnaires et les faire basculer du côté des contrats de droit privé, ça ne changera pas le rapport global nombre d’actifs / nombre de retraités.

          Une meilleure gestion du budget de l’État ou des administrations publiques n’améliorera pas le financement des retraites qui repose sur un système vicié : faire financer les retraites des retraités d’aujourd’hui par les actifs d’aujourd’hui.

          Seule une réforme des régimes de retraites permet de sortir de ce problème de financement : révision des régimes spéciaux, des régimes des fonctionnaires, du régime général ; allongement de la durée de cotisation, baisse du niveau de pension ; fiscalisation du financement ; passage progressif à un régime par capitalisation, ou que sais-je encore…

          • TOUTES les activités de l’Etat sont financées par les actifs (quoique, l’inflation déguisée des QE fait aussi fondre les épargnes), il n’y a rien de nouveau là.
            Ce que les retraités d’aujourd’hui refusent d’accepter c’est que le système est à bout de souffle et que les premiers responsables sont eux (pas individuellement, mais comme génération) pour avoir mis en place et maintenu ce système vicié, comme vous le dites très bien.
            Le nombre de chantiers qui se présentent devant nous est énorme, et leurs tailles également. Plus tard on s’y met, plus lourde sera la chute. Et les retraités d’aujourd’hui (fort nombreux, donc masse critique pour toute élection) veulent justement repousser le plus longtemps l’échéance, pour qu’ils ne soient pas affectés directement.
            CPEF ©

          • Il y a trop d’impôt en France, L’état ne peut plus augmenter les impôts. Soit il baisse les retraites (du privé), soit il baisse les dépenses de l’état. Bien entendu l’état préfère la première solution.

            PS Il pourrait aussi baisser les deux.

            • Oui, les deux en même temps, par petites doses, tout en le déclarant à l’avance et en expliquant pourquoi.
              Il n’y a pas que sur les carburants qu’ils doivent trancher le salami…

            • « Il y a trop d’impôt en France, L’état ne peut plus augmenter les impôts. Soit il baisse les retraites (du privé), soit il baisse les dépenses de l’état. »

              Non, ça aussi c’est faux. Baisser les retraites des salariés du privé n’améliorera pas le budget de l’Etat…

            • « Il y a trop d’impôt en France »

              En France, il y a trop de prélèvements… qui sont essentiellement des charges sociales !
              Voir les proportions sur ce graphique : https://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2015/07/Pouvoir-dachat-salaire-complet-UE.jpg

              • Il y a trop d’impôt partout, on a trop d’impots sociaux, trop d’impôt sur la fortune, trop d’impot sur les succession;, trop d’impot sur les societé etc..
                On a tout les impôts, et ils sont tous au taquet.

                ON EST LES CHAMPIONS. ON EST, ON EST LES CHAMPIONS ..

                CPEF

          • La population pléthorique de fonctionnaires supprime tout marge de manœuvre. Si vous n’avez pas tort, durru non plu.

            • Ah mais moi je suis pour une réduction drastique du périmètre de la fonction publique ! Mais ce n’est pas ça qui résoudra le problème du financement des retraites.

              Certains sont dans le déni ici : il pensent pouvoir conserver leur modèle social-démocrate chéri en tapant sur les fonctionnaires. Ils se leurrent.

              • Le problème est qu’il n’y a pas de plan clair, ce qui aide au refus de la population. Les ressources dégagées sur les charges dites patronales devraient permettre une retraite par capitalisation. Il faudra bien entamer le salami en tranches pour éviter l’indigestion (une révolte).
                En lieu et place d’un plan clair et annoncé à l’avance, on bombarde les français de moraline sur la fin du monde, comme s’il n’y avait rien de plus urgent. Résultat, on a eu le feu partout en France, sauf dans le reste du monde d’ou l’on a regardés drôlement.

                • « on a eu le feu partout en France »
                  Et vous croyez que c’est fini ? Les causes restent les mêmes, les symptômes itou. Ca va repartir de plus belle.
                  Quant au salami, j’avais plus confiance en Hollande pour agir dans le bon sens que dans l’équipe actuelle, des sangsues sans foi ni loi, et sans tête qui plus est…

          • Faux… Pour les fonctionnaires les cotisations de l’état sont colossales… Il me semble 75% du salaire et de plus elles sont fictives…
            L’état ne provisionne pas les retraites de ses fonctionnaires mais paye le retraites au fur et à mesure sur le budget du moment…

          • Vous avez partiellement raison mais que partiellement. La grosse faute politique a été la retraite à 60 ans accomagnée d’une hausse vertigineuse du nombre de fonctionnaires et assimilés depuis 1981 puis de la semaine de 35 h.
            Les tableaux de l’article montrent bien le niveau élevé des retraites de fonctionnaires civils et des régimes spéciaux.
            Quelques extraits par ci par là :
             » Le déséquilibre démographique « fonctionnaires » est plus important : il compte plus de retraités (2,33 millions) que de cotisants (2,1 millions) alors qu’il y a trop de fonctionnaires actifs (en 2018, 2.5 m fonctionnaires actifs.) ! et un fonctionnaire vit un an de plus qu’un autre non fonctionnaire . Le régime général des salariés est «avantagé», avec un ratio démographique de 1,38 salarié par retraité. les actifs fonctionnaires et régimes spéciaux partaient, partent et partiront encore un certain temps pour certains plus tôt en retraite et ont donc une espérance de duréee de retraite plus longue.
            Seul un quart des pensions de la fonction publique est financé par les cotisations des agents de l’État. Les contribuables doivent payer la différence : 37,3 milliards en 2013. les retraites du secteur public représentent 25 % des dépenses retraite en France, alors que les retraités de la fonction publique ne représentent pas plus de 15 % des pensions servies.
            Enfin, il ne faut pas omettre de citer les « subventions aux régimes de retraite et subventions d’équilibre aux régimes spéciaux » (comme celui de la SNCF) pour 346 milliards en 2016 contre 270 en 2015 soit une variation de 75 milliards en un an.
            exemple : deficit de la retraite SNCF par an : 3 mrds d’€ par an. »

            Bref, il faudra beaucoup de temps et d’argent : attendre l’effet long terme des réformes passées et futures, le décès des retraités actuels, le report de l’age légal 65/67 ans, plus de travail, plus de croissance.
            Et le travail c’est la santé !
            Ce qui devrait peut-être précisé dans l’article qui insiste un peu trop sur l’ heureux sort des retraités d’aujourd’hui :
            – Il ont travaillé plus tôt, les actifs d’aujourd’hui travaillement plus tard (environ 3.5 ans). Il ya beaucoup plus de bacheliers, d’étudiants (pour les universitaires 60 % d’échec en licence).
            – Une partie a travaillé plus : ce qui ont commencé à travaillé dans les années 70 faisaient plus d’heures, avaient moins de congés, 40h très théoriques,
            – Quant au niveau de vie, que dire des chiffres suivants : une famille sur 5 est monoparentale, un bénéficiaire de Resto du coeur sur 4 est une famille monoparentale, la misère ne semble pas que d’abord financière…

            • Très bon résumé du pb.
              Trop de fonctionnaires, trop de retraités fonctionnaires, trop de régimes spéciaux.
              Et très bon rappel, La génération 70 travaillait à 17 ans, 40 heures par semaines, et on cotisé 45 ans.
              La mauvaise réforme, F Mitterrand avec ses 60 ans alors qu’il aurait pu faire une retraite par point; un ouvrier qui a travaillé depuis 17 ans a plus cotisé qu’un clampin dans un bureau, Mais l’ouvrier est mort épuisé et le fonctionnaire bien vivant.

      • Bonjour Rafael
        Il n’y a pas de pb de financement des retraites, le déficit est de 1%. le pb urgent est le déficit de l’état (20%).
        Apres on peut discuter que les retraites coutent trop cher, c’est vrai. Si on compare à l’Allemagne, les allemands dépensent 5 points de moins pour les dépenses sociales et 5 points de moins pour l’état.
        Les comptes sociaux sont + ou – équilibrés. C’est l’état qui pour équilibrer ses comptes doit, soit augmenter ses impôts (TVA ect..), soit baisser ses dépenses (armées, polices, éducation etc..), en gros les salaires des fonctionnaires d’état. Il faudrait baisser de 20% le nbre de fonctionnaires d’état , 500 000 de moins, sans compter les retraités.
        Le pb GRAVISSIME c’est le budget de l’état, et sa DETTE surtout.

        • D’abord les comptes sociaux français ne sont pas équilibrés…
          Ensuite cela se fait à quel prix, selon vous ???!
          Allez donc regarder ce graphique qui compare la nature des prélèvement en Europe.
          https://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2015/07/Pouvoir-dachat-salaire-complet-UE.jpg

          Regardez donc le poids des cotisations sociales (qui financent notre beau modèle social… qui ne pose pas problème selon vous) et le poids de la fiscalité (impôts qui financent les administrations publiques). Comparez leurs poids respectifs et comparez avec ce qu’il se passe ailleurs en Europe.

          Et revenez nous dire que le seul problème en France est le financement du budget de l’Etat et que le financement de notre modèle social ne pose aucun problème…

          N’importe quoi…

          • Bah, quand on sait un peu où va notre « pognon » (une lecture rapide d’un rapport de la Cour des Comptes suffit pour ça), on se pose du coup beaucoup moins de questions.
            Que ce soit la « protection » sociale ou les « services » publics, on est dans la mouise.

          • « N’importe quoi.. » :).

            Je n’ai jamais dit que le seul pb sont les comptes de l’état. J’ai dit qu’il y a 20 fois plus de déficit du budget de l’état que celui de la secu.
            Et que l’état préfère que ce soit les retraités plutôt que l’état qui fasse un effort.
            Après, on est d’accord le modèle social français est tout pourri.

        • La vérité c’est que l’ensemble de la gestion publique est catastrophique. Tout est dans le rouge. La situation des comptes publics ET des comptes sociaux est gravissime.

          Cette faculté qu’ont les Français de s’enfermer dans le déni est fascinante. Pas étonnant que les gilets jaunes soient autant appréciés. Tous les Français réclament le beurre et l’argent du beurre.

      • OUI rafael mais Gillib reçoit quand même 7 soutient lol et vous 0 lol

          • Merci, je me sens moins seul ! Ah ah !

            Cela dit j’ai l’habitude : c’est le lot quotidien du libéral de prêcher dans le désert.
            Et plus la crise du modèle social-démocrate est prégnante, plus les Français s’enferment dans le déni.

            • Moi je suis d’accord avec vous Rafael, j’ai mis mon petit +1 lol. Je suis libérale depuis peu, j’ai l’ardeur juvénile du néoconverti haha !
              Blague à part, j’aimerais bien avoir mon salaire complet et choisir où je cotise / m’assure. Et capitaliser pour mes vieux jours (qui se rapprochent)

  • Avant de parler des retraites en général il faudra aller faire un tour
    sur qui cotise quoi, et qui touche quoi.

    Les salariés du privé ont une retraite calculée sur la durée de cotisation , et les 25 ans de leurs meilleures années..
    les complémentaires sont des retraites a points, donc représentent la valeur du nombre de points acquis par leurs cotisations.

    Les Fonctionnaires et les regimes speciaux on des retraites globalement supérieures a celles du privé.. il n’ont pas cotisé pour çà , ces retraités là dépendent directement des impots prélevés sur tout le monde..

    Donc il m’apparaît donc logique d’analyser les phénomènes avec équité et de ne pas mettre tous les retraités dans le meme sac..
    Venir contester une retraite dont les cotisations ont été calculées par l’etat revient a dire que l’etat n’est plus fiable ..
    Et les retraités sont 16 millions et votent tous ,ils n’ont plus confiance en l’etat, vous le verrez aux européennes

    • « Venir contester une retraite dont les cotisations ont été calculées par l’etat revient a dire que l’etat n’est plus fiable .. »
      L’a-t-il jamais été ? Purée, elle est dure, la comprenette…

    • Les fonctionnaires cotisent, contrairement à ce que vous avancez, mais dans un régime déséquilibré puisqu’il y a au moins autant de retraités que d’actifs, c’est pourquoi l’Etat doit compléter.
      L’anomalie, c’est dans le calcul final des six derniers mois : un ultime avancement d’échelon peut rapporter des dizaines de milliers d’euros…

  • Contrepoints veut-il, avec ce genre d’articles, rajeunir son électorat, composé actuellement de beaucoup de retraités ? Bien tenté en tout cas ! …

    • Bonjour Joe je ne crois pas que l’article soit injurieux et qu’il mette en accusation qui que ce soit. L’article expose les faits et rien que cela. Les faits sont les faits, ils n’ont ni tort ni raison.
      Je sais que nombreux retraités aident leurs jeunes de multiples façons : garde des enfants, dons divers et variés. Une fois dit ça la réalité est là : les post babyboomers doivent partir s’ils veulent espérer se faire une vie par trop miséreuse. Mon mari et moi, bien que Csp++ avons dû partir pour nous permettre d’avoir un capital qui nous permette d’acheter notre logement. Nos enfants sont soit partis , soit sur le départ.

      • Quand l’auteur de l’article dit : le niveau de vie des retraités et en particulier des babys-boomers coûte un pognon de dingue, il n’expose pas des faits mais une opinion et une opinion grossière. Pour tout vous dire, à partir de là je n’ai pas lu la suite de l’article…
        L’auteur s’est-il demandé si le problème ne vient pas du manque d’actifs, du nombre de chômeurs, d’un niveau global de salaire trop bas ? Bon je vais m’armer de courage et lire son article jusqu’au bout…

        • « Pour tout vous dire, à partir de là je n’ai pas lu la suite de l’article… »

          Et vous avez (auriez) eu bien tort.

          J’espère que finalement vous l’avez lu (et compris)

          • Avez-vous lu mon texte jusqu’à la fin, l’avez-vous compris ? Je dis : « bon je vais m’armer de courage et lire son article jusqu’au bout… » C’est bizarre, je n’ai pas usé de circonlocution pour m’exprimer et vous n’avez pas l’air d’avoir compris.

        • Manque d’actifs ? C’est pas les retraités d’aujourd’hui qui ont mis au monde (ou pas, d’ailleurs) les actifs d’aujourd’hui ? Ou je me trompe ?
          Nombre de chômeurs ? C’est pas les retraités d’aujourd’hui qui ont voté avec les deux mains la société d’assistanat dans laquelle nous vivons ?
          « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

    • Vu les votes sur les commentaires, il est clair que vous avez raison 🙂

  • la retraite par répartition casse le lien qui existe entre cotisation et pension..

    une retraite par capitalisation est quelque peu envisageable si vous vivez seul sur une île déserte mais une retraite par capitalisation…

    de toutes façons l’idée qu’on puisse garantir un niveau de pension est une fable alors ..quand on vit dans un conte …

    • en effet , le seul systeme viable c’est une retraite de base égale pour tous que tout le monde paye au meme niveau.
      une retraite complémentaire facultative , déductible de l’impôt, ouverte a la concurrence.
      point. Exit les cas particuliers , les avantages familiaux etc.
      en ce qui concerne les non cotisants , et les minimums a voir sur le budget de l’etat payés par tout le monde .
      çà c’est viable

  • Donc haro sur les retraités qui ont plus que 1356 euros de pension? Pire, ceux qui ont le culot d’être propriétaire de leur logement au lieu de finir leur vie dans une lugubre HLM?

    Nous avons travaillé 48h par semaine avec 15 jours de congés annuels, nous avons pour la plupart mis 50 ans pour avoir fini de payer notre logement final, nous n’avons pas gaspillé nos revenus en gadgets électroniques.
    Nous payons une complémentaire santé salée plein pot.
    Nous aidons enfants et petits enfants.

    Veuillez comparer le nombre d’heures de travail plutôt que le nombre des années!

    • Il y a méprise. Il y a retraité et retraité.
      Et ceux qui sont partis à 60 ans (ou moins, hein, ça existe) lorsque l’espérance de vie dépasse allégrement les 80 (et bien plus pour les fonctionnaires, par exemple) n’ont pas trop à se plaindre du rapport entre leur investissement d’origine et la rente obtenue.
      Mais le vrai débat est ailleurs. Les retraités actuels ont mis et gardé au pouvoir des dirigeants qui ont fait ce choix de société d’endetter les générations futures pour leur propre intérêt. Et ça, c’est indéniable. Accepter cette responsabilité serait un grand pas en avant (j’allais écrire « bond »…)

      • A leur décharge, les alternatives qui leur ont été proposées, en matière de dirigeants comme en matière de retraites, n’étaient pas meilleures…

        • Je n’étais pas au courant du fait que le Français moyen, adulte et vacciné, n’avait pas le droit d’avoir une opinion ni de l’exprimer…
          Les propositions étaient en accord avec ce que les gens voulaient bien entendre. On a eu le dernier exemple l’année dernière. Les gens ont bien choisi ce qui les arrangeait (sur le court terme), pas ce qui était raisonnable.

          • Donc, vous savez comme moi que ce genre de proposition raisonnable peut certes être exprimé, mais qu’il est inaudible. Les gens qui ont choisi sont de plus souvent les corps intermédiaires, qui veillent à maintenir la majorité dans l’inculture économique…

            • Pourtant, la France se trouve dans une position assez particulière dans le monde occidental. Comment se fait-il que d’autres nations n’ont pas été aussi irresponsables ? Encore une fois, il n’est pas question d’individus en particulier, mais d’un choix de société assumé collectivement.

              • @ durru
                « d’un choix de société assumé collectivement »
                Et d’un choix égalitaire sur le plan financier aussi, ce qui une ineptie!

              • Le jour où j’ai découvert que nous avions toujours le préambule de la constitution de 46 comme déterminant, j’ai compris que toute comparaison avec les autres resterait biaisée à la base.

    • @inox
      Je sais pas quel age vous avez, mais pour avoir 2 semaine de conges payes, ca veut dire que vous avez commence a travailler avant 1956, autrement dit vous etes nes dans les annees 30 et vous avez pas loin de 80 ans. C est loin d etre le cas de la majorite des retraités (baby boomers nes apres guerre et qui ont commence a travailler avec 4 semaines de conge et 40 ans (1968))

      PS: je serai curieux de voir quelqu un qui a mit 50 ans a rembourser son credit immobilier, meme né avant 1960. Dans les annees 70, les credits etaient en general de 15 ans et le poids de l immobilier bien inferieur a ce qu il est aujourd hui

      • Dans les années 60 et 70, on a pu emprunter sous les 8 % et bénéficier d’une inflation supérieure à 10 %…

        • Oui, en effet, mais c’est ce qu’on constate a posteriori. Rien ne prouve que ceux qui empruntent aujourd’hui ne bénéficieront pas du même miracle, sinon plus encore.

          • Peut-être, mais ceux qui ont emprunté il y a 10 ou 20 ans n’ont bénéficié de rien du tout, ça c’est acquis.

            • C’est détourner l’attention du vrai problème vers, encore une fois, la jalousie. Oui, j’ai emprunté fin 73, j’avais fait les calculs, c’était jouable et tout juste supportable pour les remboursements. Comme il y avait un différé de 2 ans, j’ai remboursé en monnaie de singe après le choc pétrolier. Mais même s’il n’y avait pas eu ce choc, j’aurais fait une bonne opération, parce qu’à l’époque, il n’y avait pas ce décalage entre la valeur d’usage et le prix que l’état a créée depuis, petit à petit, en multipliant les normes, en laissant monter les taxes et en prenant des frais de mutation excessifs. Quand on se plaint du poids de l’immobilier, il ne faut pas compter sur la chance d’inflation pour l’alléger, mais se battre pour un marché libre de toute influence publique, parce que là ça n’est pas une affaire de chance, mais de bon sens.

              • Je ne dis pas que vous avez tort, mais les choix qui se présentent à un actif aujourd’hui pour se loger ne sont pas légion.
                Soit il fait un crédit, soit il loue, mais ça sera sensiblement au même prix pour le même type de bien (oui, enfin, environ 20% de plus pour le crédit). Ou alors il dort dans une caravane.
                Bien sûr que le marché immobilier est faussé. Comme tout, d’ailleurs.
                Je vous conseille le dernier article de Charles Gave sur IDL à ce sujet : https://institutdeslibertes.org/pourquoi-tant-de-haine-le-liberalisme-en-tant-quobjet-de-detestation/
                Quant à la jalousie, tel n’est pas mon propos. Mais une prise de conscience des anciens sur la situation réelle d’aujourd’hui est nécessaire, tout comme l’acceptation d’une part de responsabilité. C’est pas gagné. Du coup, ma génération et les suivantes vont continuer à trinquer. Combien de temps encore ? J’en sais rien…

    • Vous aidez enfants et petit-enfants ? Voulez-vous une médaille ? Vous jouez les chatelains en somme. Mes amis je vous ruine mais tenez voici une aumône. Nous cotisons plus que vous, point final. Le poids de votre retraite nous ettouffe, hypothèque l’avenir de nos propres enfants, alors votre aide, on s’en passerait bien si on pouvait vivre de notre boulot sereinement comme vous l’avez fait.

    • non je suis désolé..si je respecte le travail que vous avez fourni.. en réalité ça n’aide pas beaucoup..bill gates aurait pu arrêter de bosser très jeune..tandis que d’autres en bossant tout le temps n’auraient jamais pu prendre de retraite..

      tout travail ne se vaut pas…

      la retraite par répartition est un système arbitraire…pas la peine de discuter..
      c’est comme c’est…

  • L’état dans sa grande bienveillance vychissoise a installé ses citoyens dans une pyramide de Ponzi . Pas besoin de beaux graphiques tout le monde sait comment ça se termine… jeunes , fichez le camp ! Vieux aidez vos jeunes si vous le pouvez et essayez d’être morts avant que ça explose ! Et nous , le jambon entre les deux tranches de pain, on sait qu’on sera bouffés , pas grave , essayons de sauver nos jeunes c’est déjà ça … @tous évitons de nous casser la figure entre générations, n’ajoutons pas à cette situation inique -que nous n’avons pas créés- ce spectacle ignoble.

  • « Loin des calculs d’apothicaires sur la réforme du fonctionnement de l’État. » Il ne faut pas manquer de souffle pour écrire ça quand on sait qu’il y a au bas mot un million de fonctionnaires en trop dans ce pays payés en moyenne 15% de plus que le privé.
    « Le pouvoir d’achat des retraités a augmenté. » Ça aussi c’est collector avec depuis 7 ans une augmentation de la pression fiscale et un gel des retraites…
    Sinon sur le reste du papier, plutôt d’accord.

    • Le pouvoir d’achat des retraités a augmenté.
      Cela aurait été probablement plus exact d’écrire qu’il a moins baissé que la moyenne. Le simple fait que les parents à la retraite aident leurs progénitures bien plus aujourd’hui qu’avant devrait porter à réfléchir…

  • Commençons d’abord par réformer le temps de travail des actifs qui tournent à 35 h dans le privé (les grosses entreprises, pas les petites ni les indépendants) et beaucoup moins dans la fonction publique !
    Lorsque j’ai démarré dans la vie active, je faisais 45 h à 50 h par semaine et ce temps de travail n’a jamais baissé durant ma carrière.
    Les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent s’aligner (en moyenne . . .) donc prendre aux retraités pour redistribuer aux actifs me semble inéquitable; ce serait possible si les conditions de travail avaient été les mêmes : prendre à ceux qui ont trimé dans leur jeunesse et qui bénéficient d’une retraite basée sur ces conditions, pour redonner à ceux qui font qu’un temps de travail bien plus bas (35h/semaine, parfois 2 mois de congés, RTT . . .), vous trouvez que c’est normal ?
    Décidément cet article est truffé de contrevérités et ne compare pas ce qui est comparable ! la société actuelle ne favorise pas l’émancipation des jeunes : elle leur inculque une notion de ce qu’est le travail comme une valeur non reconnue, les loisirs par contre le sont !

    • « prendre à ceux qui ont trimé dans leur jeunesse et qui bénéficient d’une retraite basée sur ces conditions »

      Dans le modèle social-démocrate français que vous défendez, ce qui compte n’est pas d’avoir « trimé » mais d’avoir cotisé.
      Et les faits sont têtus : les actifs d’aujourd’hui cotisent nettement plus que les actifs d’hier. Point barre.

      En outre, dans le modèle social-démocrate que vous défendez, les actifs ne cotisent pas pour leur propre retraite. Vous avez hier cotisé pour les retraités d’hier. Les actifs d’aujourd’hui cotisent pour les retraités d’aujourd’hui. Le rapport nombre d’actifs – nombre de retraités ayant fortement évolué, il est logique que les retraités d’aujourd’hui ne bénéficient pas des conditions avantageuses d’hier. Ca ne vous plait pas ? Alors cessez de défendre ce système social-démocrate qui veut ça, au lieu d’accuser les actifs d’aujourd’hui.

      Enfin vous critiquez les actifs qui travailleraient moins que votre génération… on pourrait facilement vous rendre la pareille : vous auriez aimé conserver des pensions élevées ? Bah, votre génération n’avait qu’à faire hier des bébés… qui sont aujourd’hui les actifs en sous-nombre pour financer les retraites de votre génération d’égoïstes profiteurs.

      • Attention, c’est bien moins net que vous ne le dites. Si vous comptez les cotisations non pas en euros, mais en heures de travail, sur une carrière commencée à 14 ans et avec des semaines à 70 heures dans les moments difficiles, il y a de quoi se poser la question de comment ça se fait qu’un actif aujourd’hui ne vaut que la moitié d’un actif d’hier, et encore, et de ce qui se passerait si notre taux d’emploi remontait de 10 points, rejoignant ainsi celui de l’Allemagne, de la Nouvelle-Zélande ou du Canada…

        • Faire une comparaison du nombre d’heures travaillées à une distance de dizaines d’années n’a pas beaucoup de sens si on prend pas en compte la productivité, la complexité du travail, le stress quotidien et autres paramètres temporels.
          Ceux qui ont commencé à 14 ans, par exemple, ne passaient pas deux heures en transport en commun. Et les enfants allaient tout seuls à l’école. Etc. Il y a un monde d’écart, je ne comprends pas qu’on se rende pas compte.

  • Soit baisser les pensions, soit retarder l’age de départ, voici ce que propose cet article. Il me semble que la première proposition ressemble à s’y méprendre à la réclamation entendue chez les gilets jaunes « rétablissons l’ISF de manière à ce que nous, qui n’y sommes pas assujettis, puissions payer moins d’impôts », ou, en gros « si je paye trop d’impôts, c’est que tu n’en payes pas assez »… sans jamais regarder pourquoi le système consomme précisément trop d’impôts ! Par analogie, on nous propose donc ici de pouvoir espérer une meilleure retraite, en sanctionnant ceux qui (bien qu’ils l’aient en principe déjà constituée) la touche trop actuellement…

    • @Gaston « (bien qu’ils l’aient en principe déjà constituée) » eh be non , c’est bien le côté mortifère de la répartition, ils n’ont rien constitué du tout et c’est bien le problème. Maintenant une fois dit ça je n’ai pas la solution au pb .

      • Pour la répartition, l’état s’est quand même instauré garant du contrat « Vous payez pour la génération précédente, et quand la génération précédente ce sera vous, nous nous assurerons que la suivante fasse de même, et en proportion des efforts que vous consentez ». Il n’y était pas obligé, et ne l’est toujours pas : il peut et a toujours pu introduire une part de capitalisation, mais il a toujours préféré mettre la main sur cet argent qui aurait assuré l’avenir des épargnants prévoyants.
        On le sait bien qu’on n’a rien constitué par le système étatique. Mais on a accepté un contrat moral, et certains pensaient naïvement que ce contrat engageait, via l’état, l’autre partie, la génération suivante. Comme ça n’était pas un contrat volontaire, mais un pseudo-contrat imposé par l’état, ça ne pouvait que mal finir.

        • @Michel  » Mais on a accepté un contrat moral » ah bon ? quand ça ? lors de notre baptême ripoublicain ? « Comme ça n’était pas un contrat volontaire, mais un pseudo-contrat imposé par l’état, ça ne pouvait que mal finir » : là tout à fait d’accord !

          • la retraite a été imposée dans la forme , on a jamais demandé aux gens ce qu’ils en pensaient.; si on m’avait laissé mon fric je serais gagnant aujourd’hui, ce qui ne devrait pas etre le cas de tout le monde

            • J’ai toujours payé mes cotisations à la répartition en temps et en heure. Mais sur l’épargne que j’ai investie, si l’état ne m’avait pas piqué la plus grande partie des plus-values, mon bénéfice serait tel que je pourrais renoncer sans problème à ma part de la répartition. C’est dommage que ce ne soit qu’un constat à postériori, parce que je ne pense pas que j’aurais accepté le deal : pas d’imposition sur ce qui part en épargne retraite, et en échange renoncement à ses droits en répartition. C’est pourtant ce deal-là qui permettrait de sortir de la répartition obligatoire, de la charge pour les générations futures, et de la faillite du système.

              • OK pour le deal de suite, je vous garantis que l’immense majorité des actifs actuels signeraient des deux mains.
                Et pour les retraites des retraités actuels, vous faites comment ?

                • Comme nos dirigeants qui ont repoussé à juillet la restitution de la CSG : j’attends qu’ils meurent, ça ne réduira que progressivement, tant pis, à moins bien sûr que la haine intergénérationnelle n’accélère les décès.

                  • « Ils n’auront pas ma haine » est semble-t-il le slogan à la mode.
                    Plus sérieusement, si haine il y a, c’est plutôt dans l’autre sens…

        • Ouaip, « contrat » signé au nom de ceux pas encore nés, jolie astuce. Et un adulte responsable serait-il capable d’avaler une telle couleuvre, sans se poser la moindre question ?
          On parle de responsabilité à tout bout de champ, mais tout libéraux qu’on se prétend, dès qu’il s’agit de soi-même, il n’y a plus personne…

          • évidement qu’il faut libéraliser le bousin , les questions étant:
            est ce l’objectif du pouvoir socialiste?
            comment effectuer la transition?

            • @ durru
              Oui mais non!
              Quand on passe d’un système à un autre et qu’il ne s’agit pas d’un simple changement administratif, c’est donc une décision politique à voter dans les 2 chambres etc … ou à soumettre à un « RIC » (ce fameux référendum d’initiative citoyenne) après autorisation légale des autorités supérieures (conseil constitutionnel …).

              Le résultat ne sera garanti que quand il sera appliqué.

              Pour les retraites en cours, comme la sécu, les caisses et l’état n’ont pas les sous nécessaires, on ne pourra pas échanger une rente à vie contre un capital forfaitaire.
              Donc pas d’autre possibilité qu’assurer les retraites en cours jusqu’à la fin … ou perpétuer le système actuel!
              Alors, dans un pays qui n’aime pas le changement, à votre avis?

              • Vous le dites vous même : « les caisses et l’Etat n’ont pas les sous nécessaires ». Allez, hop ! Faillite et on en parle plus. Plutôt que de faire un effort raisonnable, ils vont se retrouver le bec dans le sable et ils vont encore accuser « les autres ». Pfff…

          • Tout à fait, mais contrat imposé par l’état. Tout libéral qu’on soit, ou qu’on devienne à un moment dans sa vie, le truc est déjà signé par l’état en notre nom, et en sortir n’est pas simple.

            • « L’Etat », c’est vite dit. Il s’agit d’individus (politiques) votés par d’autres individus (électeurs), tous de la même génération. C’est pourtant pas si compliqué à comprendre.

    • Les responsables de la Ponzi actuellement en place ne sont certainement pas ceux qui la financent, malgré ce qu’on veut nous faire croire.
      La responsabilité individuelle a foutu le camp de ce pays.

      • Elle en a été expulsée manu militari.

      • @ durru
        Non, ce n’est pas un « Ponzi » puisqu’en théorie, l’argent qui sera distribué n’est pas encore produit! C’est plutôt un système « solidaire » où toutes les recettes vont dans la marmite avant d’être savamment redistribuées (*).
        (*) : y compris à ceux qui ont travaillé en cuisine et qu’il faut bien payer aussi, du début de la collecte à la fin de la distribution! Et ça en fait du monde!

        • Ecoutez, Mikylux, si vous ne savez pas de quoi il est question, n’intervenez pas.
          Vous connaissez le principe du système de Ponzi, oui ou non ? Visiblement non, parce que la retraite par répartition c’est exactement ça. Ceux qui cotisent aujourd’hui paient pour ceux qui avaient payé hier, mais qu’est-ce qui garantit que demain il y en aura assez de payé pour qu’ils reçoivent quelque chose à leur tour ? Rien, juste des paroles, il n’y a aucun contrat, et il ne peut pas y en avoir, car ceux pas encore nés ne peuvent pas venir le signer. C’est simple à comprendre, pourtant…

  • Cette nouvelle mode de nommer les retraites prestations sociales en argumentant notamment notre système de répartition est fallacieux et scandaleux les retraites sont un droit acquit et cotisé tout au long d.une carrière et en aucun cas une allocation sociale. De plus les retraite à taux plein dans le privée sont de l’ordre de 52% en net du salaire et beaucoup de retraités ont dû se priver toute leur vie pour économiser souvent sous forme d immobilier afin d’avoir un complément leur permettant de vivre décemment. Oui au bout de plus de 40 ans le patrimoine des retraites est de fait plus élevé ce qui est une verité de la Palisse car C est le fruit de longues années d.effort et privations. Actuellement le gel des retraites depuis 2012 et la hausse de la CSG ont considérablement pénalisé les retraités qui ont beaucoup de mal à vivre après avoir payé leurs charges et Impots contrairement à ce que voudrait affirmer cet article à grands renforts de graphiques cette mode Macronienne de vouloir culpabiliser les anciennes générations est du même ordres que celle qui a voulu faire croire que les francais étaient tous des dangereux pollueurs qui allaient détruire la planète et qu ils devaient payer des taxes pour leurs crimes ça ne passera pas en revanche il est impératif comme voulait le faire la droite de reculer l.age de la retraite et d.aligner tous les régimes de faire payer des impôts à tous de revoir toutes les prestations sociales versées sans cotisations préalables et de les réserver aux personnes en réelles difficultés mais pour L instant la France N.en prend le chemin

    • les retraites du privé sont un salaire différé pas une ^prestaion sociale

      • C’est une prestation sociale offerte gracieusement par les actifs d’aujourd’hui.
        Les retraités actuels (sauf exception) n’ont rien mis de côté, ni individuellement, ni par choix de société.

        • non les retraités d’aujourd’hui ont payé vos profs , vos allocations , la retraite de vos grands parents, tout en travaillant 45h/ semaine avec 4 semaines de congé , et payés en monnaie de singe qui dévaluait tous les 6 mois..

          • Tout en veautant sans relâche ceux que vous pourrissez aujourd’hui.
            Les actifs d’aujourd’hui aussi payent les profs de leurs gosses etc.
            « Le coupable c’est l’autre, certainement pas moi. » Vous venez ici vous répandre en accusations envers tout le monde, mais prendre un miligrame de responsabilité, alors ça non, c’est pas possible. Libéraux, mon oeil !

          • La cinquième semaine remonte à 1982, la semaine de 40 heures à 1968 si je ne me trompe, quant à payer pour l’éducation des jeunes, c’est aussi ce qu’on fait vos parents et ce que la génération active fait pour sa descendance…

    • Comme écrit plus haut, les retraites sont un pseudo-contrat, passé par l’Etat et les générations précédentes sur le dos des générations actuelles et futures, évidemment sans demander leur avis.
      Ce pseudo-contrat est nul de droit, car cela n’engage pas les deux parties, qui n’ont pas été les deux volontaires lors de la signature.
      Personne ne veut envoyer tous les retraités à l’échafaud, mais un peu plus d’humilité et de responsabilité seraient de mise, au lieu des cris effarouchés « moi j’ai bossé dur », « moi j’ai cotisé », moi j’ai le droit », etc, etc.
      Les actifs de moins en moins nombreux doivent subvenir aujourd’hui à leurs propres besoins, à ceux de leurs aînés (retraites par répartition oblige), à ceux de leurs progénitures, à ceux des chômeurs (10% de la population active, tout de même), ainsi qu’à toute une flopée d’assistés (dont l’arrivée n’a pas été demandée par ces mêmes actifs).
      Qui dit mieux ? Les actifs d’il y a 30 ans peuvent-ils dire de même ? Alors, il n’est pas question de culpabiliser, mais au moins de responsabiliser.

      • et qui c’est qui a torché les 2 générations? pour arriver aux branleurs
        avec i phone intégré qui commencent a bosser a 30 ans

        • Et qui c’est qui torche les vieux aujourd’hui ? Hein ? Enlevez les oeillères, mon vieux…

          • les immigrés? je sais que çà va vous faire plaisir

          • Ceux qui torchent les Vieux sont rémunérés pour le faire et sont bien contents d’avoir un emploi, ce qui n’empêche pas la maltraitance dans les EHPAD.

            • Vous connaissez les conditions de travail dans un EHPAD ? Je vois que vous parlez avec beaucoup d’assurance…
              Ceux qui torchent les vieux sont bien contents d’avoir un travail, certes. Avec une économie plombée par des taxes et impôts à tout va (pour payer les dettes d’une génération cigale, entre autres), c’est sûr qu’ils vont pas trouver autre chose. Quant à leur rémunération, je vous conseille de vous renseigner. Et venir après nous jouer les vierges effarouchées.

    • Cdallot Gilet Jaune ? lol

  • C’est tout notre système politique et social qu’on a laissé vieillir, il n’y a pas une institution publique qui ne soit pas en déficit, sans parler de la gestion paritaire de certains organismes (formation, retraites…) qui n’a jamais été exemplaire. Ce que les français attendaient d’un président jeune, c’est qu’il s’attaque aux réformes structurelles, or il fait comme les précédents, il augmente les prélèvements. Ce n’est pas une raison pour remettre en cause un contrat social comme celui des retraites, car il ne faut pas oublier le montant très important des cotisations salariales et patronales versées au cours d’une vie. On aurait pu diminuer les retraites si les gens avaient été prévenus avant d’en bénéficier, afin qu’ils prévoient des substitutions, mais le faire quand ils ne peuvent plus réagir, c’est inadmissible. Les retraités paient le manque d’anticipation et la lâcheté des politiques depuis de nombreuses années. Nul doute que cette part importante de l’électorat LREM va se détourner…

    • macron , n’est que le prolongement de la politique socialiste de F hollande.. prédation de l’etat sur le citoyen , distribution de prébendes pour les affidé.. forcement çà va mal se terminer

      • Sans doute, mais ça risque de se passer mal pendant longtemps avant de se terminer pour de bon.

        • oui , rester en france est la bonne question a se poser..si on fait chier ls retraités ils vont aller consommer ailleurs

          • @ claude henry de chasne
            Ben oui, si les retraités vont en Grèce, en Italie, en Espagne, au Portugal ou un autre pays où la vie est moins chère, ils auront la même pension de retraite: ce n’est pas de l’évasion fiscale mais ça s’en rapproche un peu! L’argent dépensé ailleurs ne l’est plus, en France, forcément!

    • Non pas d’accord; Les gens n’ecoutent pas. Dès 95, des réformes auraient pu étre menées mais elles ont été refusées en masse. Les politiques ne manquent pas de clairvoyance, ils ne sont pas concernés et ne veulent pas de vagues.
      Bien sur que le contrat doit etre remis e n cause et le plus vite possible. D’ailleurs quel contrat ? Quelle retraite aurais-je à ce rythme dans 30 ans ?

  • Mais les faits sont têtus.
    malgré tous les efforts des industriels de l’agro alimentaire, la pollution les agriculteurs, l’espérance de vie augmente 😉
    La vie hors du champ professionnel s’allonge: comment la financer?
    Les pays du nord ne s’embarrassent pas et reculent l’âge de départ à la retraite pour préserver l’équilibre.
    Nous, français, préférons la méthode du garot en taxant en loudécé.
    Ajoutons au passage, que les retraites de la FP plombent l’équilibre des comptes sociaux et pas qu’un peu.
    Quand deviendrons nous adultes?

  • le niveau de vie des retraités et en particulier des baby-boomers coûte un pognon de dingue et se fait sur le dos des actifs dont le niveau de vie ne progresse pas…
    Bravo, vous êtes un parfait allié de ceux qui ne trouvent rien de mieux qu’opposer les uns contre les autres pour ne rien réformer.
    Les retraités ne sont nullement responsables de l’incurie des gouvernements successifs ni de la démagogie de Mitterrand qui a abaissé l’âge de la retraite (alors que le lroblème demographique à venir étzit connu) et embauché des fonctionnaires à tour de bras

    • Nullement responsables ? Ah bon ? Ils n’avaient pas le droit de vote en ’88, quand ils l’ont réélu ?
      C’est sûr, ça doit être la faute des millennials.

      • Pas de réponse, juste un petit -1.
        Ce site accueille des pseudo-libéraux, pour lesquels la responsabilité individuelle n’existe pas.
        Et on s’étonne des résultats au niveau du pays. CPEF©

      • J’ai toujours voté « contre » Mitterrand. Est-ce que j’ai droit à ne pas être accusé d’être responsable de tout ce socialisme ?

        • Le problème ne se pose pas de manière individuelle. Mais affirmer haut et fort que « les retraités » ne sont pas responsables, c’est très fort de café.

          • En fait, c’est tout le pays qui est responsable. Pour s’en être accommodé. Par son silence.

            • Oui, donc écrire ceci :
              Les retraités ne sont nullement responsables de l’incurie des gouvernements successifs ni de la démagogie de Mitterrand qui a abaissé l’âge de la retraite (alors que le problème demographique à venir était connu) et embauché des fonctionnaires à tour de bras
              est d’un culot sans nom.
              Mais c’est tellement français – « c’est pas moi, c’est l’autre ».

      • Mitterand a été réélu parce que ces cons de Chirac et Barre n’ont pas été foutus de se mettre d’accord et d’avoir une liste unique.

  • A propos de l’auteur de cet article, Eddie Willers : « est né en 1993. Il est analyste dans un fonds d’investissement et engagé dans le scoutisme. Il souhaite tordre le cou à quelques idées reçues souvent assénées comme des vérités par nos journalistes et nos hommes politiques » . . . ouf ! et bien le « jeunot » qui veut tordre le cou à des « idées reçues », lui-même devrait se tordre le coup car ses idées ne sont guère nouvelles ! c’est tout simplement du  » macronisme aigu » , argumenté de graphiques peu compréhensibles, qui donnent du sérieux à l’argumentation certes (?!!), mais ne résoud rien ! ce « jeunot » ne comprend pas que le fonctionnement des retraites que les anciens ont connu était égalitaire car ces anciens « bossaient dur » tandis qu’aujourd’hui, entre 35 heures (et moins pour certains), RTT, congés , loisirs . . . reste-t-il du temps pour le travail ? une belle retraite avec un temps de travail ridicule, c’est cela l’injustice !

    • @MMC vous devriez retourner bosser avec les jeunots du privé …

    • Les retraites étaient « égalitaires » parce que lorsque les retraités actuels étaient actifs, ils avaient à payer à 4 ou 5 une seule retraite. Aujourd’hui, la Ponzi est en train d’exploser, avec trois actifs qui payent deux retraites.
      Mais bon, personne n’est responsable, et certainement pas ceux qui ont fait les choix de société qui nous amenés là où nous sommes aujourd’hui.

  • C’est le problème de la retraite par répartition avec le vieillissement et la population il y moins de cotisants que de bénéficiaires par rapport à notre époque et que nous ayons travaillé 40 heures et plus n’a rien à voir .La hausse de la CSG pour les retraités était une solution l autre est de baisser les pensions .
    Après avec la retraite par points ce problème n’existe plus car les retraites peuvent fluctuer selon les aléas de l économie comme en Suède
    A part cela pour ma part je ne connais pas de CSP plus qui est du s exiler pour ce payer son logement à moins d être totalement imprévoyant
    Mes enfants qui sont CSP plus peuvent sans aucun problème s acheter un logement

    • @clé affaire de génération et de situation , avions acheté en 91 juste avant le krach immo avec des taux mousse costaux , csp ++ implique la mobilité , mari qui bouge de poste tous les 3 mois aux 4 coins de la région parisienne , pratique pour la vie de couple .. et la gestion des carrières de l’un et de l’autre . L’exil a été pour nous la meilleure option . Nous verrons pour vos enfants , les miens choisissent le départ .

  • Normalement la retraite par répartition ce sont les actifs qui cotisent pour les inactifs.A partir du moment où les inactifs sont plus nombreux,je ne vois pas où est le scandale d’une baisse des retraites c’est une logique de marché ,il fallait à côté se faire un complément de retraite en achetant par exemple son domicile et en se faisant un complément retraite.Il est anormal de demander un effort plus grand à nos enfants qu’à notre époque nous étions beaucoup plus d’actifs que de retraités

  • Travailler plus longtemps. Certes. Mais on oublie un peu vite 1° qu’ avoir la forme à 65 ans ne signifie pas avoir la santé pour mener une vie active avec le stress, les déplacements etc qui y sont liés. Ne pas oublier que pour beaucoup de métiers, ou d’activités ce n’est pas vraiment envisageable (d’où arrêt maladie etc) ou alors à mi-temps, ou alors reconversion automatique dans la fonction publique derrière un bureau à la SS. 2) Encore faudrait-il que l’on veuille encore d’eux . Les entreprises font tout pour se débarrasser des plus de 50 et quelques. Le chômage à 50 ans c’est à peu près foutu sauf à avoir une compétence très particulière. Donc cette idée de faire travailler les gens plus longtemps se résume en fait à réduire les retraites (cotisation moindre etc )

    • Pour ma generation, la retraite est actée à 67 ans, et ça ne vous derange pas le moins du monde. Demander aux autres ce que vous (votre generation) n’a jamais consenti à faire

      • Quel âge d’entrée dans la vie active ?

      • Kykunn. J’avoue ne pas très bien comprendre votre commentaire en réponse. Je me suis contentée de dire que repousser l’âge de la retraite revient à en diminuer les montants car pour de nombreux jobs et pour des raisons de santé, les individus ne pourront pas tenir jusqu’à 67 ans, 70 etc (et en plus sous réserve qu’on ne les vire pas avant). Donc ils prendront leur retraite plus tôt et avec un taux moindre. CQFD PS : je ne suis pas retraitée.

  • En bonne logique je suppose que l’auteur n’est pas un retraité et qu’il prendra soin de ne jamais percevoir la moindre retraite en application de ses théories.

    • Je ne connais pas beaucoup d’actifs d’aujourd’hui qui aient quelque espoir que ce soit à une retraite par répartition décente suite à leurs contributions.

  • « ils (les retraités) sont un poids mort pour les finances françaises. »

    Quel cynisme ! La peste brune n’est pas loin !
    Je suppose que ces propos sous entendent également les handicapés !
    Par contre la population carcérale et toute la racaille n’est pas concernée ! Ni même toutes les professions et activités parasites, les drogués, marginaux et autres…
    Mais l’auteur n’a sans doute jamais entendu parler de la silver économie.
    S’il y a des baby boomer,; c’est bien parce que l’Etat a tout fait pour favoriser la natalité afin de relever le pays. Et voila le remerciement. Un être humain n’est pas un véhicule diesel qu’on peu abandonner pour cause d’obsolescence.
    Une société qui n’est pas capable de traiter dignement ses anciens est une société sans âme.
    Et qu’on arrête de nous faire chier avec les vaccins contre la grippe et toutes les campagnes de prévention, si c’est pour nous dire ensuite que nous sommes de trop
    Petite anecdote : J’ai 75 ans et je n’ai toujours pas de lunettes. Je téléphone à l’hôpital d’Evreux pour avoir un rendez-vous ophtalmo. On me demande mon âge, si j’ai du diabète ou une autre maladie dont je ne me rappelle plus. Réponse : 1 an d’attente !!!

  • Il est effectivement scandaleux que le salauds de retraités tardent a mourir, ce qu’on appelle l’augmentation de l’espérance de vie. De même il est honteux qu’a plus de 70 ans un couple de retraité soit propriétaire de son logement, c’est le Honteux niveau de patrimoine des bricoleurs qui ont construit une baraque de leurs mains, des salauds de manuels! Curieusement cette brillante analyse ne dit rien de la comparaison entre les niveaux de pensions des fonctionnaires et par exemple de pluri pensionnés du privé. C’est pourtant relativement scandaleux et inégalitaire, en même temps que ça pèse plus sur la dette que les retraites des smicards du privé ….

  • Propos de Macron sur RMC en février 2017 : « Je ne veux pas, moi, faire d’économies sur le dos des retraités, ni de celles et ceux qui sont à quelques années de la retraite. » Et sur France 2 en mars 2017 : « Je ne touche pas pas à la retraite de celles et ceux qui sont aujourd’hui retraités. Leur retraite sera préservée. Il n’y aura pas de perte de pourvoir d’achat, c’est essentiel !  »
    Demandez aux retraités ce qu’il en est aujourd’hui.

  • Hé Ho, les retraités commentateurs, vous serez tous morts en 2022, arrêtez de nous barber !

  • deficit de la retraite SNCF par an : 3 mrds d’€ par an.

    • @ Franchounet
      Oui, mais si l’état reprend les dettes de la SNCF, c’est quand même plus facile! Les contribuables payeront! Peut-être pas les dettes, mais les intérêts, si!
      Il aurait mieux valu que la SNCF fasse faillite et la revendre à qui en veut! Ça, c’est la loi du marché! Payer la dette SNCF pour endetter un peu plus le pays, c’est penser que les Français veulent sauver une société en s’endettant: c’est malsain et anti-libéral!

  • Apparemment cela ne gêne pas certains retraités de faire cotiser plus pour leurs retraites leurs enfants car si les retraites ne diminue pas d’une façon où d’une autre ,il faudra bien que quelqu’un paye. L autre comme d habitude

    • Et si on faisait des économies ailleurs?

    • A clé OK avec vous !

    • Et il y aura des procès pour que les enfants soient condamnés à aider financièrement leur parents âgés. C’est déjà le cas du reste mais il y a un gros tabou collectif sur ce sujet. Des Vieux, obligés de recourir à la Justice pour avoir une aide alimentaire de leurs enfants.

      • S’ils sont obligés de recourir à la justice, c’est que l’ambiance n’est pas au mieux, les vieux cachent peut-être des choses pas avouables…

    • Oui les actifs actuels payent pour les retraités actuels. Ces retraités en question ont payé toute leur vie active pour leurs parents. C’est ainsi…
      Et si les actifs ne veulent pas payer les retraites qu’ils trouvent un autre système, mais qu’il n’oublient pas qu’un jour eux aussi seront vieux.

  • La majorité des gens ont voté pour des politiciens qui étaient pour la retraite par répartition.Il faut assumer ce choix qui ne le répète à l heure actuelle avant toute réforme ne peut passer que par une baisse de celles ci
    Et les retraités peuvent occuper les ronds-points,partir ailleurs à l arrivé il y aura une baisse des retraites et le retarder ne fera que l accentuer.

    • Oui, retarder sera l’accentuer, certainement, mais… pour les autres. C’est toute l’astuce. Depuis des dizaines d’années déjà.

    • les retraites par répartition sont en place depuis 1946, personne n’a voté pour ce sont les communistes qui ont insisté ;))

    • je n’ai pas voté macron, macron augmente les taxes , ou suis je responsable de cet Etat de fait?
      je n’ai pas voté Mitterrand , Mitterrand a embauche des milliers de fonctionnaires ,mis la retraie a 60 ans , aubry a fait ls 35h
      ou suis je responsable.?;
      degaulle a vendu la gestion de l’etat en 46 aux communistes je n’étais pas né ou suis je responsable?
      merde a la fin ceux qui ont payé le plus d’impôts de taxes , d’urssaf etc n’ont jamais voté a gauche , mais la gauche est passée quand meme ..
      alors svp vos conneries de responsables hein..

      • C’est pile la défense qu’adopte la CGT quand il est question de revoir les services publics : « vous ne voulez plus de policiers, de juges, d’infirmières » ?
        Mais p.n de b.l de m.e, c’est quand même votre génération qui les a mis au pouvoir, ces escrocs. Que vous personnellement n’êtes pas responsables, cela peut s’entendre. Mais arrêtez de nous prendre pour des c.ns en nous expliquant en long, en large et en travers que c’est pas vous, qu’il faut pas toucher aux retraites, etc, etc.
        Moi non plus j’ai jamais voté Macron, j’ai même fait de mon mieux pour convaincre d’autres de sa nuisance. Et alors ? Il est passé et je dois me le coltiner, c’est un fait. Et les frais je vais les payer avec les autres, même si je suis moins coupable.
        Alors, assumez le fait que vous faites partie d’une génération de m.e qui a mis ce pays dans la panade et acceptez de faire un effort (avec les autres, bien plus responsables) pour donner une chance à vos enfants et à ce pays, au lieu de défendre bec et ongles les principaux responsables de ce désastre pour des basses considérations d’amour propre !

  • ayant travaillé pendant 44 ans avant de prendre la retraite je ferai remarquer que: ma retraite ne représente que 50% de mon dernier salaire et qu’elle n’a pratiquement pas été augmentée depuis 5 ans, sauf de 0,6% il y a deux mois …

    la tranche des 20/25 ans est en grande partie encore en études, cela fausse l’analyse, les fonctionnaires ont un régime déséquilibré financé par les actifs du privé etc

  • Dire que le pouvoir d’achat des retraités a augmenté est une insulte à ceux qui subissent le gel de leur retraite depuis plusieurs années, et dont la retraite a baissé avec l’augmentation de la CSG. Le problème se situe dans les 35 heures hebdomadaires, la cinquième semaine de congés payés et un âge de départ à la retraite beaucoup trop précoce, car la génération qui vient de prendre sa retraite touche déjà une retraite plus faible que les générations précédentes.

    • les 35heures , encore un rêve de ces nigo-socialos qui n’ont rien compris, et le petit freluquet qui nous gouverne, il ne fait rien pour les supprimer ?

      • @ MMC
        Les précédents non plus n’ont rien fait, ni Chirac (X 2) ni Sarkozy!
        Dites qu’ils sont « socialistes de droite » et vous justifierez qu’E.Macron se dise ni de gauche ni de droite!
        Il a été légalement élu: il n’y a plus qu’à faire avec!

  • Pour ma part je gagne à peu près La moitié de mon salaire mais ayant payé mon habitation et ayant mis de l argent de côté je ne suis pas à plaindre
    La retraite par répartition est basé sur un actif égal un retraité en gros quand il y a un déséquilibre il faux bien que quelqu’un paye et n oublier pas que l’état c’est nous.

  • Eddie, le charmant jeune homme de 25 ans qui écrit l’article reverra sans doute sa position lorsqu’il sera l’heure pour lui de prendre sa retraite !

  • Le débat sur les réformes paramétriques du système de retraite par répartition est voué au dialogue de sourds, puis à l’invective, et enfin à la faillite inéluctable puisque, le système étant collectivisé, par définition chacun s’efforce de vivre aux dépens de tous. Un débat valable sur la retraite consiste à se demander comment sortir de la répartition perverse pour, à la place, généraliser la capitalisation vertueuse, c’est-à-dire l’épargne retraite individuelle permettant aux retraités de rester actifs, performants et productifs jusqu’à leur dernier souffle.

    Le débat se résume donc à inventer la période de transition (et accessoirement inventer le personnel politique en mesure de conduire la réforme). Tout autre approche du sujet est vaine. Exemple de transition réussie dont il faut s’inspirer : le Chili.

    • Avec 16 millions de retraités qui défendent leur bout de gras comme on le voit même ici, sur un site consulté par des prétendus libéraux, on est pas sortis de l’auberge.

    • Il faudra insister sur les points positifs de la retraite par capitalisation : un maçon avec son dos et ses genoux en compote pourra partir plus tôt en retraite s’il a cotisé assez, ce qui n’est pas possible actuellement.

    • Cavaignac Vous avez raison … mais comme je vois le systeme de prlevement de l’impot à la source ( sensé nous faciliter la vie et nous donner de la tresorerie ) déja sous le feu de la rampe, je n’ose même pas imaginer le pauvre fou de politicien se lancer sur ce chemin boueux ! …. deja vu les reactions hostiles sur un site liberal …je n’ose imaginé la chose chez les gilets jaunes lol

      • @ ligo83 et @ Cavaignac
        Sans doute vous connaissez le système par répartition et toute la législation qui accompagne les retraites, actuellement, en France;
        De même, vous ignorez tout des vices et des vertus d’un système de retraite purement libéral par capitalisation pour ne l’avoir pas vécu chez vous!
        Et vous n’avez rien démontré du tout!

        Non la France est une social-démocratie européenne qui allie, pour le moment, le système démocratique, l’économie libérale et un aspect social dans les rapports dans la société. C’est votre ADN actuel qui risque de ne pas changer par la victoire du parti libertarien français aux prochaines élections!
        C’est une prédiction assez vraisemblable.
        Il vous reste donc à tenter de préparer une transition d’un système à l’autre. Pour ça, pas besoin d’élucubrer!
        Allez donc voir ailleurs ce qu’on fait déjà, juste à vos frontières, là où on a anticipé!

        Faut dire que si les prédictions sont rarement fiables, en démographie, on a quand même des chances de se tromper moins! Chaque nouveau-né risque d’être un jour un retraité!

  • Justement la retraite par points devrait justement si cela se fait doit corriger le tir.

  • Mais, dites bien à tout le monde qui est Eddie Willers????
    Cet article est un bel exemple du raisonnement tautologique.
    Oublions.

  • bravo bel article, parcontre vous allez vous faire demolir par les babyboomer !

    • Ha la la , cette generation pourrie de BABYBOOMER …. Ils vivent beaucoup mieux et longtemps que leurs parents et vivent mieux et travaillent moins longtemps que leurs enfants et ont toujours vecu avec l’état providence !!

  • J’ai surtout l impression que beaucoup sont près à faire des efforts si ce sont les autres.Nous ne sommes pas près de s’en sortir

  • Pardon prêts cochonnerie d’écriture automatique

  • Quel mal y a-t-il à faire payer à la génération qui travaille la retraite de leurs parents?
    Sans les caisses de retraite ces parents seraient bien à la charge des enfants qui travaillent. C’est ce qui se passe dans beaucoup de pays: les jeunes adultes ont en charge leurs propres enfants et leurs parents.

    • sauf que cette generation fait porter le fardeau de la dette aux generations suivantes …et c’est pour moi insupportable !

      • Ca vous tracasse quand c’est la retraite, mais pour la transition énergétique, la culture, l’audiovisuel, les aides, la redistribution, les fonctionnaires, etc., ça ne vous dérange pas encore plus ?

    • le probleme c est quand ceux qui payent ont un niveau de vie inferieur a ceux qui recoivent comme decrit ici. Pire le Systeme etant en plus en deficit, vous faites aussi payer les petits enfants qui sont au berceau.

      A l origine, la retraite etait pour permettre a des gens INCAPABLE de travailler e ne pas mourir de faim. Pas pour payer des croisieres a des gens petant de santé. Je me rapelle encore que dans les annees 70 les gens ne voulaient pas partir a la retraite car ca signifiait non seulement gagner moins mais aussi ne plus etre utile a la societe. Maintenant tout le monde veut etre retraité

  • Et surtout quand il y a eu une énorme inflation les remboursements du crédit immobilier ne représentaient plus rien.

    • Vous plaisantez ? C’est toujours un sacrifice que de s’endetter pour un bien immobilier.

      • En effet. Et souvent la nouvelle génération oublie que les retraités ont mis plusieurs décennies avant de pouvoir acheter leur bien immobilier, du genre 15 ans à économiser avant l’achat avec endettement sur 15 autres années. Elle compare avec ce qu’elle peut s’offrir en s’endettant sur 30 ans sans apport personnel et tôt dans la vie active…

  • Dans dix ans on en causera encore de cette retraite….et on en sera toujours au même point , l’état ne veut pas se reformer ,il n’y a donc rien a en attendre.
    Et pendant ce temps bah, les retraités vont bien , enfin, ceux ayant bosses le temps exigé par le système….pour les autres, ils sont habitués a tirer la langue non ?
    ..le problème est qu’ils sont de plus en plus nombreux a tirer la langue et ça , on sait pourquoi .

    • avec le chomage ls nouveaux retraités gagnernt moins , et les nouveaux retraites de la ponction publique beaucoup plus..
      bonne chance les gars

  • «  »les retraites du secteur public représentent 25% de la dépense retraite en France, alors que les retraités de la fonction publique ne représentent pas plus de 15% des pensions servie »

  • Le problème du service public c’est le nombre de cadres , les profs ce sont des cadres par exemple donc ils sont donc surreprésentés dans le service public d’où le montant élevé de la part du public dans les retraites
    Au lieu d’ergoter sur public privé la seule solution c’est de baisser les pensions en attendant la réforme des retraites qui se fera de toute façon car il est impossible de continuer comme à l heure actuelle et il faut espérer que l’un de nos dirigeants aura le courage d’être impopulaire et d aller jusqu’au bout pour réformer

    • YA PLUS qu’a attendre un Melechon ou un Lepen et on fini comme en Grece avec les retraites et le chomage à -30% 🙂 …. puis bruxelles nous gerera et on ferra enfin les reformes lol

      • Les gens qui nous géreraient à Bruxelles sont ceux qui y ont été promus pour nous avoir mis dans le sac. Vous voulez vraiment voir Moscovici revenir aux affaires à Bercy, même en visioconférence ?

        • vous avez raison pour moscouvichy lol mais depuis qu’il est à bruxelles il a retrouvé de l’orthodoxie monétaire lol

          • @ ligo83
            Oui, bon! L’U.E. c’est 27-28 pays et l’Eurozone, 19! P.Moscovici n’est qu’une puce de passage dans le système, un détail de l’histoire!

            • Il ne sert à rien de se réjouir que sa durée de vie soit courte, si la puce vous a transmis la peste bubonique, ça vous fait une belle jambe qu’elle meure.

    • non les profs ne sont pas des cadres , car ils facturent des heures supp,
      pas les cadres

  • C’est sur qu’un placement chez Madoff c’est la garantie d’un bonne retraite !

  • Je trouve parfaitement anormal que les retraités actuels ne soient pas mis à contribution pour ré-équilibrer le système de repartition. Toutes les réformes menées ont toujours été au detriment du privé et des prochaines generations.
    Et vous venez parler de travailler dur comme si nos conditions étaient idylliques, la France est en ruine, rien ne fonctinne plus, les trains étaient plus ponctuels et sûrs il y a 20 ans qu’aujourd’hui, le coût du logement est démentiel, les normes et autres réglementations etouffent toute envie d’avancer. Et vous trouvez ça normal, après vous le deluge.

  • Si nous laissions monter notre PIB, essentiellement dans sa part privée, de manière à ce que nos retraites n’en représentent plus que la proportion suédoise, nous serions tirés d’affaire !

    • voila ne nous trompons pas de probleme

      • Oui, c’est exactement ça : « après moi, le déluge ».
        Ne faisons rien sur les retraites, attendons encore 10 ou 20 ans que la situation économique s’éclaircit, le temps que les retraités actuels finissent leurs croisières… Et que leurs fils et petits fils soient dans la plus noire panade.

        • vous ne pouvez pas baisser le pensions faut vous mettre bien çà dans le crane.. ce n’est tous simplement pas possible
          vous avez vu le merdier pour 5 centimes e plus sur les carburants?
          la seule issue c’est de reformer les futures retraites, c’est ce qui va s faire, peut etre .. on en parle mais pour l’instant rien ne bouge

          • Quand il n’y aura plus de sous dans les caisses et que les retraites ne vont plus être juste taxées de 5€, mais carrément rabotées de 30% ou plus, ça va être la fête, c’est sûr.
            Mais chacun espère que tout ça va arriver « après ». Oh, purée, et on prétend encore combattre l’immobilisme de la classe politique et des « Français »…

            • si on baisse les retraites de 30% la consommation va baisser de 30% , le chomage augmentera de de 40% et vos impôts de 100%
              vous ne comprenez pas que tout est interconnecté?

    • Vous pourriez développer svp ? je vois pas comment ?

      • Si la charge des retraites représente en France une si grande part du PIB, c’est bien sûr parce que la répartition fait apparaître ça comme « retraites » dans le PIB, quand la capitalisation, quasi-inexistante, échappe à cette qualification de « retraites » et se cache dans les 43% de PIB qui restent une fois le public ôté.
        Réduire la part des retraites dans le PIB ne fera pas croître par enchantement le reste de ce PIB, c’est une « solution » de décroissance, quels que soient les artifices qui seraient utilisés pour le dissimuler. En revanche, libérer la croissance de ce reste du PIB, en volume, réduit mécaniquement la proportion des retraites dans le total, et aussi donne plein d’occasions de compléter la retraite officiellement comptabilisée par de la capitalisation. Surtout, ça rend la question moins prégnante, en rappelant que dans un système normal, ce ne sont pas vraiment les actifs qui paient sur leurs revenus pour les retraités, mais toute l’activité dans son ensemble.

  • Les profs sont des cadres, bac plus cinq donc bien des cadres et ils ont des retraites de cadre après on peut jouer sur les mots.
    Il est vrai que les cadres sont plus nombreux dans le public que le privé et ce sont les faits désolé

  • « Aucun homme politique ne l’évoque mais les retraites sont l’éléphant dans le magasin de porcelaine de la dépense publique française. »
    Partiellement faux !
    Pour la gauche et assimilés :
    – Retraite abaissée brutalement en 81 par Tonton de 65 à 60 ans (37,5annuités).
    -1999 : le Fonds de réserve pour les retraites, du pipeau.
    – Réformette de F Hollande pour les 43 annuités, très très
    progressive (43 en 2035), du pipeau.
    La droite :
    – Balladur (1993) : 40annuités, 25 années de référence, indexation sur inflation et non plus sur salaires.
    – Fillon (2003) : extension décote aux fonctionnaires, allongement progressif à 42 annuités (dont fonctionnaires)
    – Regimes SNCF, RATP EDF/GDF (2007) : annuités portées à 40 ans pour 2012.
    – Woerh (2010) : àge légal 62 ans dont fonctionnaires.
    Augmentation du nombre de fonctionnaires depuis 1980 : 39% (87% pour collectivités territoriales, 72% pour hôpitaux, 12.3% pour fonction poublique).
    Hollande ou/et Macron auraient du déjà imposer 63 ans comme age légal avec les 43 années d’annuités.
    Comme l’age d’entrée dans la vie active recule (21.,5), il est clair que la retraite à 63 ans ce sera trop tôt, sauf métiers pénibles.
    Macron pour ne pas déplaire pendant sa campagne a dit qu’il n’ y avait pas péril en la demeure pour les retraites et s’est bien gardé d’annoncer un recul de l’àge légal.
    De mémoire, il me semble que Rocard avait annoncé la couleur il y a bientôt 30 ans, mais Tonton était encore bien vivant bien que malade…
    Juppé a essayé en 1995.
    Beaucoup de réformes n’aboutissent qu’ au bout de plusieurs tentatives. Si Juppé a échoué, des réformes ont eu lieu quand m^me après sous la droite, mais pas sous la gauche (Jospin avec la croissance 2000, et Hollande avec la crise qu’il croyait… finie).
    Il y a le problème de la pyramide des ages mais aussi un sérieux problème de croissance constante et régulière que l’on n’a plus.

    • pas mal l’historique !

    • Bah, la croissance on l’a plus parce tout va dans le tonneau des Danaïdes de l’Etat.

    • Amusant de faire l’historique de la Vème République.
      Pour les hôpitaux je suis désagréablement surpris ,ou sont donc passé tout ce personnel supplémentaire… pas de medecins, pas d’infirmières ,que du personnel à mi temps d’après une visite récente dans un service gériatrique..ailleurs c’est le desert ou des p’tits jeunes se faisant la main(aux urgences , c’est fou non?) …et sans parler des multiples fermetures dont des cliniques !

      • C’est du personnel administratif, voyons. Parlez à des gens qui y travaillent, vous en apprendrez des choses.

        • @ durru
          Oui, ça devient complètement fou, le travail administratif fait dans le domaine médical, souvent par les soignants eux-mêmes, ce qui n’est pas leur job. Mais tout doit être noté et enregistré: c’est idiot? Oui! Rentable? Pas du tout! Mais ça occupe des fonctionnaires inutiles qui peuvent acheter de quoi vivre et manger!

    • Commençons par supprimer l’âge légal de la retraite, et par moduler la retraite essentiellement en fonction des annuités et de l’espérance marginale de vie de l’individu concerné. Ca permet de prendre en compte le recul de l’entrée dans la vie active et même la pénibilité sans passer par des complications autoritaires.
      Mais de toute façon, l’essentiel est de favoriser la transition vers la capitalisation pour tout ce qui n’est pas solidarité, tout le reste est littérature…

      • @ MichelO
        Non, pas du tout! L’entretien des parents âgés incapables de pourvoir à leurs besoins existe depuis des siècles: donc c’est bien solidaire.
        Mais que savez vous du système purement par capitalisation, où, dans quel pays?
        Vous imaginez un handicapé se payer une retraite par capitalisation?
        Ou un ouvrier après son infarctus à 52 ans?
        Un médecin très spécialisé après 10 ou 12 années d’études, oui, mais pas avec des honoraires au barème de la sécu! Faut pas déc …

        • « pour tout ce qui n’est pas solidarité », ai-je dit, donc le handicapé relève de la répartition.
          « en fonction de l’espérance marginale de vie », donc si l’ouvrier victime de l’infarctus se retrouve diminué, il relève aussi pour cette part de la répartition, et si son espérance de vie est réduite, il peut toucher une retraite augmentée du fait de l’amortissement plus rapide de son capital. Supposons qu’à 66 ans, on vous diagnostique une maladie habituellement fatale en 3 à 5 ans, un système par capitalisation devrait recalculer votre pension sur cette base et tripler votre retraite pour que vous puissiez profiter de votre reste. Si vous êtes usé à 50 ans d’avoir porté des sacs de ciment sur les chantiers, vous n’avez que 30 annuités, mais vous n’avez que 12 ans d’espérance de vie au lieu de 25 pour le fonctionnaire qui part à 60 ans, donc vous pouvez prendre votre retraite à des conditions financières au moins égales…

  • Réponse aux messages de @kykunn 18 déc. 15h07 @durru 18 déc. 15h50

    Avant de vous inquiétez de l’avenir de la jeunesse d’aujourd’hui, il faudrait peut-être vous renseigner sur les conditions matérielles qu’ont connues les générations d’après guerre. De nombreuses familles ouvrières vivaient dans la misère. Les enfants commençaient à travailler à 14 ans et ne bénéficiaient d’aucune mesure de sécurité particulière. C’était l’époque de la crise du logement, de la tuberculose et de l’abbé Pierre. Les méthodes éducatives par maltraitance physique et psychologique n’occupaient pas nos députés à l’Assemblée Nationale.

    • Quel rapport avec ce que nous avons écrit ?
      Les générations d’avant n’avaient pas vécu mieux, et pourtant elles n’ont pas envisagé d’hypothéquer l’avenir de leurs enfants.
      Et la période juste après la guerre n’est pas vraiment en cause : les déficits ont commencé dans les années ’70. Ou alors vous voulez dire que, pour compenser ce qu’ils avaient subi à l’époque, les adultes des années ’70 se sont sentis en droit d’hypothéquer l’avenir de leurs enfants et petits-enfants ? Je ne peux pas le croire…

      • A voir les carrières des enfants de politiciens, ceux qui se sentis en droit d’hypothéquer l’avenir d’enfants et de petits-enfants ont surtout ressenti ce droit pour ceux des autres…

      • @durru ,
        Les générations d’avant avaient le bon goût de mourir jeune, pour cause de santé ou de guerre.
        Elles se contentaient de peu par la force des choses.
        Se sont les politiques qui ont endetté le pays. Cela ne dépend pas de la volonté du citoyen lambda qui n’est en rien responsable des dérives de nos dirigeants.

        • Je l’ai écrit plus haut : c’est beaucoup trop facile de se défausser sur « les politiques ». Comme s’ils étaient des extraterrestres arrivés de nul part et nommés par l’Esprit Saint.
          C’est exactement cette déresponsabilisation qui est la cause principale du désastre que nous vivons.

          • @durru « C’est exactement cette déresponsabilisation etc  » : +100 ceci dit il est faux de jeter la responsabilité globalement sur une génération, ex : parmi ceux qui ont voté pour Mitterrand en 81 il y avait surtout des cohortes de jeunes, aucun vieux de ma famille n’a voté pour lui , quant à moi je ne votais pas encore, je me souviens encore du silence de plomb des adultes lorsqu’il a été élu

            • Si on fait un calcul rapide, 2018-1981=37. Donc, tous ceux qui avaient 30 ans à l’époque sont maintenant à la retraite et directement concernés par tout ce qui se passe. Et tous les retraités d’aujourd’hui ont participé à son élection.
              Evidemment qu’il y a des cas particuliers, mais venir défendre toute une génération avec des affirmations péremptoires comme quoi TOUTE la faute revient aux politiques et les gens qui les ont élus seraient exempts de tout reproche est juste immature et irresponsable.

              • @durru
                J’apprécie généralement vos interventions, mais j’avoue que là je suis un peu perdu avec cette responsabilité que vous collez sur le dos collectif d’une génération. Bien sûr, les gens qui ont élu les politiques sont fautifs, mais ceux qui ne les ont pas élus, qui n’ont cessé de crier « Aux fous ! », sont-ils coupables de n’avoir pas trouvé de meilleure manière de faire valoir leurs vues ? Doivent-ils être mis dans le même sac, ou doit-on, au contraire, les rappeler et discuter avec eux des meilleures manières d’éviter de poursuivre vers l’abîme ? Qu’auraient-ils dû faire qui aurait été plus efficace ?
                La révolution ? Les GJ montrent que ça se termine en eau de boudin, avec des revendications pour plus d’imposition des riches, des référendums à flatter les mesures contre-productives au final, et pas le moins du monde à améliorer les choses.
                Ou alors, mourir à 67 ans, comme mon coloc de quand j’étais étudiant vient de le faire, afin que vous n’ayez pas à lui payer sa retraite de directeur chez Nissan ?

                • C’est plutôt l’inverse. Je déplore les efforts fournis par de nombreux intervenants pour dédouaner TOUTE une génération. Regardez les commentaires, c’est flagrant. « Nullement responsables », « en rien responsables », etc. Et pas en nom propre, mais au nom de tous. C’est lamentable.
                  Je sais qu’il y en a qui sont plus responsables que d’autres, les politiques en premier. Mais cette manière de monter au pinacle une irresponsabilité totale, quand il me semble évident que les responsabilités sont partagées, m’insupporte au plus haut point.
                  Je ne sais pas si, à votre place, j’aurais fait mieux, peut-être que non. Mais au moins je n’aurais pas aujourd’hui le culot de montrer du doigt les autres et m’exonérer de tout. Les politiques corrompus, les jeunes flemmards, etc, etc. Mais certainement pas moi, ni personne de ma génération. Voilà ce qui cloche.
                  Le problème grave que je vois étant qu’à la prochaine occasion la majeure partie des retraités vont de nouveau choisir l’immobilisme, pour défendre… je me demande quoi, en fait.

              • d’accord diminuons les retraites des fonctionnaires

          • Mais bien sur @durru, Macron et ses prédécesseurs n’y sont pour rien. Toutes les décisions malheureuses qu’ils prennent c’est parce que la population leur met un pistolet de sur la tempe !
            Comme chacun sait, c’est le peuple qui commande et qui préfère l’enfer au paradis.

            • Lisez mieux. « Le peuple » préfère bien sûr le paradis, mais pour eux-mêmes. L’enfer pour leurs enfants ? Ah, bah, on s’en fout, on ne sera plus là pour le voir.
              Quant à la responsabilité des politiques, pareil. Lisez mieux. Je ne dis pas qu’ils ne sont pas responsables. Mais comment Diable pouvez vous affirmer que ceux qui les ont mis, démocratiquement, au pouvoir, seraient totalement irresponsables ?
              Je vous reprends un commentaire de MichelC plus haut :
              En fait, c’est tout le pays qui est responsable. Pour s’en être accommodé. Par son silence.
              Comme ça, vous comprenez mieux ?

              • Il n’y a que vous pour croire que les chefs d’Etat sont élus démocratiquement.
                Au second tour, les électeurs doivent choisir entre deux candidats qui sont arrivés en finale grâce à des soutiens financiers plus ou moins opaques et une présélection médiatique partisane.
                La campagne de Macron a été financée en grande partie par la finance étrangère.

                • Je sais tout ça, vous m’apprenez rien. Mais vous devez avouer quand même deux choses : cela n’a pas toujours été ainsi, et dans d’autres pays « le peuple » a quand même son mot à dire.
                  Il est question de responsabilité. Les gilets jaunes, on peut tout dire sur eux, mais au moins là je n’ai rien à leur reprocher : ils assument. Trop peu, trop tard, peut-être, l’avenir nous le dira…

  • Monsieur WILLERS,
    vous devriez savoir que nos princes continuent à mener grand train: 2018, 83 milliards de déficit et 99 prévus pour 2019 alors que les caisses sont vides!
    Le train de vie royal de l’Elysée, c’est plus de 100 millions d’euros en apparence. L’illustration de l’alibi écologiste des taxes, nous montre bien dans quel état mental ( schizophrènie aigüe) se trouvent nos princes républicains. Alors de grace, s’il vous plaît M. WILLERS, gardez vos leçons budgétaires sur les retraites pour vous….Et allez conseiller le gouvernement sur comment faire des coupes budgétaires réalisables sur leur train de vie et tout ira mieux pour la France.

    • @isernord rassurez vous, rien ne sera fait et re rassurez vous -je présume que vous êtes retraité- la pyramide ne tombera pas sur vous … mais sur ceux venus après, pas besoin d’être devin, c’est mathématique, et sans rancune, on a l’habitude 😉

  • Le vrai problème des retraites, c’est que tout au long de votre vie d’actif, on vous parle de droits, de montants de pensions, etc . . . que beaucoup se mettent en tête que ce sera respecté, et qu’une fois à la retraite, ces droits ne sont plus les mêmes, ces pensions sont plus basses que celles espérés (bien plus basses en net , hein ? genre CSG !) . . . et que tout cela, ces mêmes retraités ne se s’y sont pas préparés, ils avaient confiance en ces gouvernements de pacotille !
    Le sentiment de se faire baiser quoi ! comme notre nullissime Macron s’y applique au quotidien !

    • Ce n’est pas un « sentiment », c’est une réalité de tous les jours, et les retraites ne sont qu’un détail.
      A laisser les renards en charge du poulailler sans restriction aucune NE PEUT PAS amener à un autre résultat.
      C’est encore assez confus pour l’instant, mais les irréductibles des rond-points commencent à s’en rendre compte, de toute évidence. Peut-être que le RIP/RIC n’est pas la panacée, mais c’est un début de réponse concret au problème de représentativité que nous subissons actuellement.

      • Le RIP/RIC est la négation de toute responsabilité. « Voulez-vous que 0.5% de la population paie les impôts à la place des 99.5% autres ? », « Voulez-vous sauver la planète ? », « Voulez-vous une augmentation de 30% de tous les salaires ? », quelles réponses attendez-vous ?

        • Au contraire. C’est l’individu directement qui se trouve confronté à la question, il n’y a pas d’intermédiaire.
          Le référendum de 2005, on peut dire ce qu’on veut, c’était un signe. Le « peuple » n’a pas suivi ses « élites », et ce n’était pas un vote contre Chirac ou contre le « système », ça ne s’est pas vu ainsi en 2007. Ce vote a été complètement ignoré, pour ne pas dire bafoué, en 2008. Et depuis, les gens sont avertis. Moi-même, ayant voté oui en 2005, n’ai pas supporté ce déni de démocratie.
          Je sais, la vieille rengaine, « les Français n’en ont pas la culture, l’habitude », etc.
          Et vous voyez quoi, comme porte de sortie pour avoir un système politique qui tienne la route, dans le contexte actuel, où la défiance envers TOUS les hommes politiques est à son apogée ?
          H16 fustige ici l’infantilisation des Français par les politiques, mais je vois que la majeure partie des intervenants ici n’ont pas un discours très différent.
          Posez-vous la question inverse : qu’est-ce que vous allez répondre vous si on vous pose ce genre de question débile ? Et après, on en reparle.

          • Je sais ce que ma compagne ou moi répondrions, mais je sais aussi, des discussions à la machine à café, que vous, ma compagne, et moi serions ultra-minoritaires…

            • Si les médias et les faiseurs d’opinion ont un tel poids dans la population, comment expliquez-vous alors le vote de 2005, quand presque tout le monde avait exhorté à voter « oui » ? Si ma mémoire est bonne, les sondages aussi sont longtemps allées dans le sens d’un « oui » assez massif.
              Je crois qu’il faut faire la différence entre un avis « par défaut » et celui partagé seulement avec l’isoloir.
              De plus, les pauses café peuvent faire leur oeuvre, faut pas le croire… Comme pour le référendum de 2005 (ou, selon certains, pour le Brexit), l’important n’est pas d’apporter les bons arguments, mais ceux qui font changer d’avis votre interlocuteur 😉

  • Houlà Eddie qui a écrit l’article ! vous avez « seulement » 25 ans ! je pense que vous verriez les choses autrement si vous en aviez 65 aujourd’hui après avoir travaillé toute vote vie, parfois durement pour un retour de retraite bien faible. Ou alors il faut faire comme dans les pays anglo saxons, cotiser volontairement vi

  • Les retraites qui coûtent un pognon de dingue ?
    Pas de problème, Jacques Attali à la solution.
    Euthanasie !!
    Dépassé 65 ans vous n’êtes plus rentable, vous commencez à coûter. La gestion d’une ferme se fait ainsi, les vieux bestiaux partent à l’écarrissage quand ils sont vieux car ils mangent plus qu’ils ne produisent. çà c’est une gestion saine et libérale du cheptel humain, on peut pas mieux faire.
    Ce qui serait dommage, c’est que 80% des commentaires de « Contrepoints » n’existeraient pas faute de combattants.

  • le retraite par répartition c’est un patron qui dit qu’il va payer ses matelots en sardines qu’il n’a pas encore péché…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le pouvoir d’achat, qui a été au cœur de la campagne présidentielle, est-il un indicateur statistique fiable ? Deux auteurs, l’un plutôt inspiré par Marx et l’autre par Bastiat, se rejoignent pour critiquer la manière dont l’Insee calcule le niveau de vie des Français. Dans son essai sur la Lutte des classes en France au XXIe siècle Emmanuel Todd reprend la critique adressée par l’économiste libéral Philippe Herlin au mode de calcul du pouvoir d’achat des Français formulé par le célèbre institut étatique[1. Philippe Herlin, Pouvoir d’achat, L... Poursuivre la lecture

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles