Macron : l’ENArchie au pouvoir ?

Macron est le modèle achevé de l’énarque, sorti à l’Inspection des finances, le corps de fonctionnaires le plus important de l’État par le poids qu’il a pris dans la vie économique de la nation, par les désastres qu’ils entraînent et les avantages qu’ils en tirent.

Par Bernard Zimmern.
Un article d’Emploi 2017

Macron : l'ENArchie au pouvoir ?

Nous vous engageons à lire Révolution le livre d’Emmanuel Macron. Un très bon travail d’énarque. 260 pages au terme desquelles on se demande toujours comment réaliser son programme. Mais l’on pleure sur l’évocation de sa grand-mère et on sait qu’il est contre la suppression de l’ENA.

Il a su copier les politiciens de la IIIème et IVème république, pour lesquels un bon programme doit présenter les objectifs comme la solution… mais sans dire comment.

Pour ceux que séduit l’attrait du neuf, ils se demandent si nous ne mettons pas à la tête de notre pays un membre éminent de la tribu qui, jusqu’à présent, a su si bien les rançonner.

Macron est en effet le modèle achevé de l’énarque, sorti à l’Inspection des finances, le corps de fonctionnaires le plus important de l’État par le poids qu’il a pris dans la vie économique de la nation, par les désastres qu’ils entraînent et les avantages qu’ils en tirent.

Il y a eu certes de grands Inspecteurs, comme Bernard Lathière, un père fondateur d’Airbus. Mais, dans Le Dossier noir de l’ENA publié lors du soixantenaire de cette école, nous faisions le point sur les 200 milliards d’euros perdus par la promotion Titanic, nom de baptême du Canard enchaîné pour réunir Michel Albert, Jean-Michel Bloch-Lainé, Georges Bonin, Jean Dromer, Jean-Yves Haberer sorti major de l’ENA, etc., tous inspecteurs.

La catastrophe des énarques dans le secteur bancaire

Plus grave, comme le public l’ignore, le secteur bancaire, dominé par les inspecteurs des finances, est celui dont la performance a été la plus désastreuse de tous les secteurs économiques français : taux de croissance négatifs alors que toute la banque internationale s’envolait et que les autres secteurs de services français, notamment l’assurance, voyaient une progression soutenue.

Aucun média n’en a bien entendu parlé.

Il s’agit ici moins d’attaquer des personnes qu’un système idiot qui sélectionne sur l’art de la parole les éléments les plus vifs à répondre1 d’une génération pour en faire, à 25 ans, des rentiers et des profiteurs.

En sortant dans un grand corps, c’est un emploi à vie comme tout fonctionnaire, mais aussi pouvoir passer à volonté du secteur public au secteur privé, beaucoup plus lucratif que la fonction publique où sont bloqués leurs camarades de l’ENA non sortis dans les grands corps. Avec, en plus, pour l’Inspection, la possibilité d’alterner entre privé et public, quasiment à volonté, du jour au lendemain.

Qu’a fait Emmanuel Macron pour corriger ce système ? Seulement, en profiter ?

Pourtant, avec ses camarades de la promotion Léopold Senghor, il signait « l’ENA2 ne forme pas ses élèves, elle les classe3 … l’esprit critique n’est pas de mise. Dans la rédaction des copies, le copier-coller remplace l’analyse, l’élève se contentant d’adopter la Doxa en vogue dans l’administration… Principale cause d’immobilisme du système, la sortie directe des élèves dans les grands corps de l’État n’est pas remise en cause. » Et la promotion de proposer la suppression de l’accès direct aux grands corps (Conseil d’État, Cour des comptes, Inspection générale des finances) et de conclure : « nous n’acceptons pas pour notre compte que l’ENA dispense une scolarité au rabais, qui n’est que l’alibi d’un concours de beauté organisé par les divers corps de l’État venant chercher la confirmation annuelle de leur propre prestige : « miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est le plus beau ». ».

Il nous dit qu’il ne fermera pas l’ENA mais qu’attend-il pour exiger 10 années d’expérience concrète avant d’entrer dans les Grands Corps ? Il éviterait de voir des inspecteurs des finances honorables comme Jean-Maxime Lévêque, incarcéré (et finalement disculpé) parce qu’ayant toujours été au sommet de l’État, il n’avait jamais eu à traiter de la pratique journalière et s’était fait « ramasser » comme un bleu quand il a pris la tête d’une petite société financière.

Jusqu’à présent, Macron nous a simplement démontré qu’il avait su exploiter les avantages de Bercy, la citadelle des Inspecteurs, non seulement logement, bureaux, cantine des hauts fonctionnaires, amphithéâtre Pierre Mendès-France mais aussi, possiblement, comme l’ont publié deux journalistes4, le budget de son ministère pour lancer sa campagne.
Il est vrai qu’il est remarquablement soutenu non seulement par les médias et Bercy mais, idéal ou intérêt, par les grandes fortunes avec LVMH, Altice (SFR), Pierre Bergé, etc.

Une coalition en face de laquelle le peuple des petits entrepreneurs ne fait pas le poids. À moins que lors du vote, la France profonde, celle de nos ancêtres les Gaulois, ne se réveille.

Sur le web

  1. J’en connais les trucs pour avoir eu la deuxième note de ma promo à l’examen de sortie de culture générale.
  2. Extraits courts, placés entre…
  3. Pour confirmation, lisez « la promotion Ubu roi » par Olivier Saby. Flammarion Document.
  4. Dans l’enfer de Bercy. Enquête sur les secrets du ministère des Finances, de Marion L’Hour et Frédéric Says. JC. Lattès.