Mettre fin au mouvement des Gilets jaunes ? Rien de plus facile

Le gouvernement gagnerait à reculer sur ses réformes symboliques pour mettre fin, une bonne fois, au mouvement des Gilets jaunes. OPINION
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gilet jaune karl lagerfeld

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mettre fin au mouvement des Gilets jaunes ? Rien de plus facile

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 février 2019
- A +

Par Erik Svane.

Plus il y a d’interdits et de prohibition
plus le peuple s’appauvrit ;
… plus se multiplient les lois et les ordonnances,
plus foisonnent les voleurs et les bandits

— Lao Tseu, Tao Te King
(Le Livre de la Voie et de la Vertu)

L’une des critiques les plus pointues à l’encontre des Gilets jaunes serait la façon dont ils laisseraient leur colère prendre le dessus et dont ils refuseraient de participer aux règles les plus élémentaires de la démocratie, pour ne pas parler des règles élémentaires du savoir-vivre.

« En démocratie, le débat doit être pacifique » dit par exemple dans Les Échos Jacques Hardy, un professeur des universités qui veut « rappeler fermement ces règles »aux membres de « la jacquerie » : « la démocratie sociale… est la sève du
vivre ensemble patiemment construit depuis la fin de la seconde guerre
mondiale » et « les idées peuvent s’exprimer librement sous réserve que
leurs manifestations ne mettent pas en péril l’ordre public. »

Dans un article de Contrepoints, Patrick Aulnas soutient que :

Le mouvement des GJ devient dangereux pour la pérennité de notre démocratie. La démocratie ne peut être la mise en demeure en 2019 d’un Président élu en 2017. La démocratie ne peut être le refus de dialoguer.
La démocratie ne peut être l’injonction d’annuler des réformes qui sont la mise en œuvre d’un programme accepté démocratiquement. Il faut choisir : le débat raisonnable et l’inéluctable compromis démocratique ou la violence des passions habilement entretenue par les extrémistes.

L’on se plaint que les Gilets jaunes ne montrent pas suffisamment de respect envers la démocratie, envers la République, envers le président de la République, envers le gouvernement, envers la maire de Paris, envers les policiers, envers le Code de la route, envers la limite de vitesse (une expression orwellienne qui, de fait, devrait s’appeler « la limite de lenteur », d’où, précisément, la colère des Français ; pour chaque chauffard qui mérite effectivement d’être sanctionné, gageons que 499 Français sont punis parce que, selon l’opinion (vorace) du gouvernement, ils ne
roulaient pas assez lentement).

Le respect est réciproque

Ce sont des belles paroles, certes, mais une question fondamentale s’impose : en tant que valeur, le respect n’est-il pas une valeur mutuelle et réciproque ?

Dès lors que le respect serait une valeur mutuelle, est-on en droit de se demander à quel point les politiciens français, nationaux ou locaux, et le contenu des lois qu’ils ont passé font preuve de respect envers le peuple qu’ils sont supposés servir ?

Passons en revue les mesures qu’a fait passer le gouvernement français depuis que Emmanuel Macron a accédé à l’Élysée, surtout ces six derniers mois :

Avant la hausse des taxes sur le carburant, il a fait voter une loi permettant aux mairies de doubler et même de tripler les PV de stationnement.

Il a fait voter des lois augmentant les prix des carburants, du contrôle technique, augmentant le nombre de points qu’on peut perdre sur le permis de conduire, etc.

Il a fait installer des radars de plus en plus performants et de plus en plus sournois.  Tout comme, en Union Soviétique, le secteur militaire était le seul qui réussissait à accomplir des prouesses, le seul domaine qui semble se porter à merveille en France — mais alors, c’est ici le summum de la technologie ! — c’est la technologie des engins censés surveiller et matraquer son peuple. Peut-être devrait-on parler d’un complexe radaro-industriel ?

Cela dure depuis 15 ans, bien sûr, mais sous le gouvernement d’Édouard Philippe, il a été décidé de céder les radars mobiles aux mains de sociétés privées en recherche de bénéfices et du plus gros rendement.

Surtout, le Premier ministre Édouard Philippe a imité Anne Hidalgo sur le périphérique parisien et a accompli le 1er juillet 2018 ce qu’aucun pays en Europe ou même en Occident n’a jamais fait : aller contre le progrès et baisser la limite de lenteur (pardon, de vitesse) sur les routes secondaires de 90 km/h à 80 km/h.

De fait, ce n’est pas avec les Gilets jaunes que la révolte a commencé ; c’est pendant l’été 2018 avec la destruction des radars dans tout le pays.

Et la goutte d’essence qui a fait déborder le réservoir du trop-plein fiscal, c’est la hausse des taxes sur le carburant.

Quelques questions pour le gouvernement et pour ceux qui critiquent les Gilets jaunes :

  • Pourquoi insiste-t-on pour que les Français parlent calmement et posément avec des politiciens qui ne leur montrent que du mépris ?
  • Est-ce que mettre les Français sous un système de surveillance permanent est censé leur montrer du respect ? Est-ce que traiter les Français comme des vaches à lait est censé leur montrer du respect ?
  • Quand ces mesures sont passées, où était-il, ce débat tant vanté, où était cette discussion vantée jusqu’aux nues ?

On dit aux Gilets jaunes de faire preuve de respect pour les « gouvernants… désignés par des élections libres » tandis que Patrick Aulnas ajoute que « la démocratie ne peut être [ni] le refus de dialoguer [ni] l’injonction d’annuler des réformes qui sont la mise en œuvre d’un programme accepté démocratiquement ».

On pourra répondre que si le candidat Emmanuel Macron, ses candidats aux législatives, et le mouvement LREM dans son intégralité avaient montré un tant soit peu de respect pour les électeurs pendant la campagne de 2017, ils auraient peut-être annoncé toutes les mesures liberticides et appauvrissantes qu’ils avaient l’intention de prendre.  (« Nous avons de bonnes nouvelles pour vous, chers concitoyens : si nous gagnons les élections, nous vous promettons de doubler le montant des amendes de stationnement — voire de les tripler ! Mieux : nous vous promettons d’augmenter le nombre de PV et de points perdus, en baissant artificiellement la limite sur 400 000 km de routes secondaires ! »).

Un membre du gouvernement prétend que seul 1 Français sur 50 fait partie des Gilets jaunes. En effet, personne ne peut nier qu’une grande partie de la population semble tellement aveuglée qu’elle croit qu’une solution à court terme (« c’est bon ! ça suffit ! Ça nous fatigue, à la longue ! rentrez chez vous ! ») va régler le problème. Ça ne veut pas dire que la majorité a raison.

L’un de ceux qui ne font pas partie des Gilets jaunes est un directeur de théâtre de ma connaissance ; celui-ci me disait qu’il faut que cela s’arrête, il n’y a pas plus de 3-4 actes au théâtre, qu’ils mettent un terme à leurs protestations.

Je lui ai demandé comment il s’attendait à ce que le citoyen lambda aille voir l’une de ses pièces de théâtre quand (en admettant que ce dernier ait encore son permis) il a deux fois plus de PV qu’avant et lorsque certaines de ces amendes auront doublé ou triplé.

Cela vaut pour le reste de l’économie, bien sûr, que ce soit l’achat de livres (classiques ou bandes dessinées), le départ en vacances (à l’étranger ou en France) ou le passage hebdomadaire au supermarché (caviar ou jambon) : comment les citadins dans ces secteurs — dans tous les secteurs de la société — qui se disent fatigués par les confrontations et qui sont opposés à la continuation des protestations (ceux qui, de fait, demandent une solution à court terme) vont-ils s’épanouir dans les mois, dans les années à venir, quand l’appauvrissement des citoyens et leur mise en situation de dépendance a été décidé par l’État ?

Alors, terminons sur une note positive : on nous a dit que les Gilets jaunes sont trop désordonnés pour se mettre d’accord sur ce qu’ils veulent.

Mais ce n’est pas ce qu’ils veulent qui les réunit ; c’est ce dont ils ne veulent pas. On ne demande pas des nouvelles initiatives « brillantes » à l’Élysée ; on demande que Emmanuel Macron révoque la vaste majorité de celles prises par son Premier ministre.

Qu’il révoque la limite à 80 km/h ; qu’il révoque les augmentations des prix des carburants et des prix du contrôle technique ; qu’il révoque l’augmentation, scandaleuse, des forfaits de post-stationnement (les FPS, encore un terme orwellien) ; qu’il révoque l’augmentation du nombre de points qu’on peut perdre sur le permis de conduire.

En clair : que le Président Macron révoque la vaste majorité des mesures prises par son gouvernement concernant la Sécurité Routière depuis mai 2017.

D’aucuns regretteront qu’Édouard Philippe soit sans doute obligé de démissionner, mais espérons que d’autres leur rappelleront la façon musclée dont le Premier ministre a tenté d’appauvrir le peuple français. Et qui dit appauvrissement dit liberticide.

De fait, s’il ne craint pas l’humiliation et s’il veut faire un pas de plus en notre direction, le président Macron n’a qu’à s’inspirer des voisins européens de la France, par exemple l’Allemagne dont le taux de morts sur route est plus bas qu’en France : au lieu de remettre la limite sur voies secondaires à 90 km/h, il pourrait la hausser à 100 km/h.

En outre, il pourrait prendre exemple sur le permis allemand, qui, certes, pénalise un excès de « vitesse » (sic) par le paiement d’une amende, et cela dès le premier km dépassé, mais où la perte du premier point sur le permis n’intervient qu’après un
dépassement de la limite de 20 km/h minimum.

Dès lors, le mouvement des Gilets jaunes s’éteindrait aussi vite qu’il a commencé, comme par magie.

Et le peuple français pourra se réunir, comme un, pour entonner, tous ensemble, La Marseillaise !

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Les gouvernements français successifs sont restés obnubilés par le « centralisme démocratique », dans lequel des incapables  » au sens légal du terme sont censés être guidés, éduqués et tondus sans protester. Ces gouvernements ont oublié que ce système ne peut fonctionner qu’avec une police politique et une suppression des droits individuels.

  • Mettre fin aux privilèges et aux profiteurs du système , pas gagné…

  • Absolument d’accord. La DSR est autant coupable que Bercy dans le déclenchement de la crise des GJ.

  • Deleuze évoquait trois notions matricielles successives de notre « histoire »: jusqu’à Louis XVI, une matrice souverainiste , depuis Napoléon une matrice disciplinaire( ces deux premières sont d’inspiration foucaldienne), et maintenant nous serions dans une matrice du contrôle …

  • Cela vaut au moins la peine d’essayer. Bien sûr, nos princes devraient s’atteler à baisser les dépenses d’autant que le fruit du vol légal ainsi restitué… Ah, zut, c’est pas possible, vite une nouvelle taxe.

  • Annuler toutes les mesures sur la securité routière ne suffirait pas. Ce n’est pas parce qu’on va enlever la goutte qui a fait déborder le vase que celui-ci ne reste pas plein….

    • Effectivement, le vase est plein. L’augmentation de l’énergie qu’ils sont entrain de nous concocter, qui n’en est qu’à ses débuts, va être sévère sur les prochaines années. Une très grosse goutte plus le reste…

    • Ca restera un bon début, et un début nécessaire. Indispensable.

    • En effet, on pourrait même dire « LES vases restent pleins ».

      A force de « volontarisme politique » stupide et débridé, les bobos nous ont engagé dans des impasses dans de nombreux domaines et provoqué un ressentiment durable. (Il voulaient du durable, ils l’ont !)

  • La fin des gilets jaunes sera decide par…..le gouvernement quand ces gilets jaunes ne seront plus utiles au…. gouvernement.mais il y a encore quelques lois a voter pour fermer définitivement la porte de la liberté au peuple français ,…et puis le grand débat va pouvoir faire approuver toutes les décisions stupides que le gouvernement a encore dans ses cartons …….

    • Mouais, autant j’aime les théories du complot dans certaines séries télévisées, autant là je ne peux pas croire à une manipulation du gouvernement ou d’un moindre intérêt de sa part dans la crise.

      Le gouvernement ne peut pas décider de la fin des gilets jaunes. Ca lui échappe totalement. Et c’est peut être la meilleure chose qui pouvait lui arriver : un vrai contre pouvoir.

    • j’ai bien peur que vous n’ayez raison.

  • Les bobos détestent l’automobile … en particulier quand leur chauffeur est bloqué dans les bouchons.

  • La dernière de Macron :

    « Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député »

    Une phrase méprisante de plus pour motiver les manifestants de demain ?

    Mais plus grave pour son cas, il critique les journalistes « car ils causent trop ». Cela pourrait être le chant du cygne, car ceux la n’aiment pas être critiqué.

  • A propos des radars, on aura noté que la baisse de la mortalité a eu lieu alors que deux-tiers des radars sont hors service.

    Il est désormais prouvé que les radars tuent, aussi sûrement que les routes mal entretenues par l’Etat ou la limitation de vitesse.

    • Ils vont vous répondre que ça ne prouve rien. Ben non, mais pour la limite de vitesse non plus!

    • Comment se fait-il que cet excellent argument ne soit pas débattu ? Encore que du coup, on chercherait à rapporter la mortalité au km parcouru, on verrait que ce nombre de km parcourus a sérieusement diminué en 2018, et ils en concluraient à l’intérêt de la taxation des carburants pour diminuer encore ce nombre…

      • A propos de mortalité au km, il existe un autre argument décisif.

        On compare souvent la France à la GB en soulignant le nombre de mort deux fois inférieurs chez nos voisins. On en profite pour prétendre que les Français seraient d’indécrottables sauvages sur la route alors que les Grands Bretons seraient de merveilleux conducteurs respectueux du code.

        Mais il n’en est rien. En effet, la densité des autoroutes est trois plus élevée en GB qu’en France. Or, on sait que la mortalité sur les autoroutes est de beaucoup inférieure à celle sur les routes. La comparaison entre les deux pays relativement similaires nous apprend une équation toute simple : 3 fois plus d’autoroutes divise par deux la mortalité routière.

        Par son refus d’investir à la hauteur de l’enjeu, l’Etat obèse est directement responsable de la mortalité routière liée au manque d’autoroutes en France. Le réseau autoroutier devrait être trois fois plus développé si l’Etat voulait vraiment lutter contre les accidents de la route.

        • A défaut de construire de nouvelles autoroutes, on pourrait aussi passer un certain nombre de nationales (ou ex-nationales) accidentogènes en 4 voies (à 110 km/h).

          Sinon, je ne sais pas si le pourcentage d’autoroutes explique toute la différence. Espagne et Portugal ont aussi, de mémoire, de meilleurs résultats que nous.

        • Je crois me souvenir aussi que dans ces pays, le facteur alcool compte pour beaucoup moins dans la mortalité routière que chez nous.

      • Même avec une vitesse nulle, la mortalité sur les routes ne sera pas nulle :mrgreen:
        Du coup, ils devront interdire les lits : trop dangereux…

  • Ce directeur de théâtre dont il est question dans l’article touche-t-il des subventions publiques ? Si oui, il devrait se taire et même se cacher.

  • Article de bon sens !
    Le pays n’existent plus, l’Etat a réussi à le diviser de façon permanente, et les coupes du monde de foot n’interfèrent à cette situation que tous les 4 ans et elles ne sont gagnées que tous les 20.
    Les commerçants devraient penser aux GJ qui dépenseront toujours moins dans leur échoppes pour cause de fiscalité débordante. Ils devraient renoncer à leurs gras samedis pendant quelques temps pour tarir la ponction tueuse de l’Etat, pour affaiblir le vampire et finir de lui planter un pieu dans le cœur. Les flics-robots devraient s’abstenir de tirer à vue sur leurs compatriotes et demander plus de primes à leurs maitres illégitimes tout en faisant la grève du zèle.
    Le peuple Français devrait se mettre en grève comme dans le roman de Rand.
    Mais voilà, les sangsues ont réussi leur coup. Les chiens s’entredéchirent, les uns accusant les autres d’être les diffuseurs de puces. Il faut croire que collectivement nous méritons ce qui nous arrive. On en revient à 39-45 avec quelques résistants qui font du bruit, des collabos qui dénoncent et une majorité d’observateurs muets qui attend la dernière minute pour choisir son camp.
    Qui va nous sauver cette fois ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Par Samir Ayoub et Luc Meunier.

Le prix du carburant a atteint un niveau record à la pompe dépassant ainsi celui de 2018, qui avait déclenché le mouvement des gilets jaunes. Or, malgré les récents appels des leaders historiques pour reprendre le mouvement et une forte activité sur les réseaux sociaux, le bilan des premières mobilisations reste relativement mitigé.

Parallèlement, le gouvernement vient d’annoncer « une indemnité inflation » de 100 euros par personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois.

Cette indemnité... Poursuivre la lecture

Par Pierre Chasseray.

Mais où est passé notre bon sens ? notre mémoire ?…

Le confinement aurait-il eu pour effet de déclencher une forme d’amnésie gouvernementale au point d’oublier la France de la colère ? Pour quelques centimes de plus d’une taxe carbone poussée médiatiquement par une frange de bobos-écolos nourris au caviar bio à la louche, la France s’embrasait. On touchait à la voiture, à la mobilité…

Nous ne sommes que quelques semaines plus tard si nous mettons entre parenthèses cette période de crise sanitaire, et... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles