Gilets jaunes : la tragédie politique en trois actes

Le macronisme ne pourra pas transformer le pays s’il continue à multiplier les demi-mesures ni gauche, ni droite, inefficaces et illisibles et à vouloir faire l’économie d’une profonde remise à plat de la dépense publique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mouvement des gilets jaunes, Andelnans, 24 Nov 2018 By: Thomas Bresson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes : la tragédie politique en trois actes

Publié le 15 décembre 2018
- A +

Par Peter Libtank.

Quelles leçons politiques peut-on tirer du tumulte que le pays vient de traverser ?

C’était une tragédie en trois actes :

  • le ras le bol fiscal déclenché par la taxe verte de trop
  • la récupération du mouvement par l’extrême-gauche, grâce à la question de la justice fiscale
  • l’immobilisme puis les hésitations du pouvoir, tenté par une stratégie de pourrissement.

Dans la soirée du 10 décembre, le président de la République s’efforçait d’y mettre un terme en annonçant des mesures fortes sur le pouvoir d’achat et une large concertation autour de trois grands thèmes (originellement cinq questions) :

  • transition énergétique,
  • fiscalité et action publique,
  • démocratie participative.

La démarche est louable car le mouvement des Gilets jaunes a mis en lumière l’insuffisance des trois idéologies : écologisme, socialisme, macronisme qui détournent aujourd’hui le pays de ses priorités.

Une idéologie est un système de représentations qui travestit la réalité afin d’imposer un ordre de valeurs.

L’idéologie macroniste

Dans ce sens, le macronisme est bien une idéologie, « une construction intellectuelle qui éclaire le réel » (Emmanuel Macron, 2015), prétendument apolitique, qui entend transformer le pays en sortant du clivage gauche/droite, rejetant dans l’ancien monde tous ceux, fort nombreux (82 % des inscrits à la présidentielle de 2017) qui n’en seraient pas convaincus.

L’écologisme est aussi une idéologie puisqu’il se revendique comme un « courant de pensée, corpus de valeurs et de propositions » qui place l’environnement au centre des préoccupations de l’humanité pour en assurer la protection, la préservation ou la restauration.

Les revendications des Gilets jaunes ont successivement concerné chacune de ces trois idéologies : écologisme (non à la taxe carbone), socialisme (retour de l’ISF), macronisme (Macron démission).

Le mouvement a ainsi permis une véritable prise de conscience des tenants et  aboutissants, des limites et des carences de chaque idéologie.

Avant les Gilets jaunes, l’opinion publique avait-elle pleinement conscience de l’inanité d’une taxe carbone sur les carburants ?

Avait-elle pleinement conscience de l’inefficacité de notre action publique : un pays champion du monde des prélèvements obligatoires avec des services publics jamais suffisants ?

Avait-elle pleinement conscience de la vacuité parisienne du nouveau monde macroniste d’en haut ?

Indirectement, ils ont permis de jeter un doute profond et durable sur le réalisme de la pensée écologiste, sur la validité du dogme socialiste de la redistribution et du toujours plus d’État, sur le caractère vain de la promesse macroniste.

Trois fausses illusions

Cette prise de conscience élargie est bienvenue. Elle était inévitable car ces idéologies sont toutes trois construites sur de fausses illusions et entretenues par de tristes méthodes :

  • Une pure et noble ambition : sauver la planète et son climat, gommer les inégalités sociales, transformer le pays en sortant des clivages politiques traditionnels.
  • Une utopie, un idéal irréalisable bien loin des réalités du monde. Le sauvetage en urgence de la planète et de son climat par une transition énergétique qui balaye toutes les contraintes sociales, démographiques et territoriales. Une société plus égalitaire par la redistribution massive de richesses et un collectivisme élargi nuisible à la création de ces mêmes richesses et finissant par appauvrir, ou endetter. La transformation du pays dans le confort et la bonne conscience ni gauche, ni droite, en même temps et tout à la fois sans comprendre que, par essence, ce non-choix ne permet pas de fixer un cap cohérent, ni de l’expliquer, ni d’obtenir des résultats.
  • La stratégie du moi ou le chaos : la fin du monde pour l’écologisme, la lutte des classes et l’effondrement du système pour le socialisme, la menace populiste pour le macronisme.
  • Une tendance à diviser, plutôt que rassembler, les pollueurs contre les privilégiés urbains, les riches contre les pauvres, les retraités contre les actifs.
  • Le manque d’assise populaire : chez les agriculteurs de nos campagnes et les derniers habitants (en voiture) des villages excentrés pour les écologistes, chez les ouvriers devenus moins nombreux au profit des banlieues pour les socialistes, chez les catégories sociales les plus modestes des territoires oubliés pour les macronistes.
  • Une forme de violence : des mesures liberticides et une fiscalité verte punitive et injuste, des prélèvements obligatoires excessifs et inopérants, du manque de concertation avec les corps intermédiaires et du trop-plein de verticalité pour Jupiter et ses obligés.

Chacune de ses idéologies souffre des mêmes carences : une vision trop idéaliste, des raisonnements tendancieux, une attitude clivante, une posture élitiste, une tentation autoritaire.

Nature humaine

Au final, chacune se heurte au même facteur qu’elle néglige ou sous-estime : la nature humaine, et conduit à bien des déceptions, de temps et d’énergie perdus.

Ainsi, l’écologisme va ralentir la transition énergétique et provoquer un fort sentiment de rejet s’il continue de taxer inutilement et injustement des activités humaines sans proposer d’alternative.

Le socialisme n’améliorera pas les conditions de vie du plus grand nombre s’il continue à détourner du système productif toujours plus de ressources au profit d’un État devenu obèse, à ne pas vouloir rénover l’action publique à rénover et à conduire le pays dans une impasse économique absolue (déficit, croissance, chômage, dette…).

Le macronisme ne pourra pas transformer le pays s’il continue à multiplier les demi-mesures ni gauche, ni droite, inefficaces et illisibles et à vouloir faire l’économie d’une profonde remise à plat de la dépense publique.

Au travers d’une véritable prise de conscience, le mouvement des Gilets jaunes aura contribué à libérer le pays de ces vaines idéologies, trop radicales pour être utiles. Il permet d’espérer que l’on puisse remettre l’individu, libre et adulte, au centre de la société et de la démocratie, de moins entraver la libre entreprise, surtout petite, condition nécessaire à la prospérité, à la solidarité et au respect de l’environnement et de réinventer un nouvel ordre social plus juste et plus efficace.

Emmanuel Macron aurait pu se saisir pleinement de ces priorités, le 10 décembre au soir. À défaut, il a lancé une concertation sur la transition énergétique, la fiscalité et l’action publique et la démocratie participative. La raison libérale doit donc se saisir de cette opportunité pour y tenir une parole active.

Voir les commentaires (84)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (84)
  • L’auteur de l’article évoque « le tumulte que le pays vient de traverser »; il pointe du doigt la volonté de la macronie de vouloir faire l’économie d’une profonde remise à plat de la dépense publique.
    Mais, le problème du macronisme n’est-il pas le fait qu’il s’agit d’une prise de pouvoir par inadvertance après une campane d’affaiblissement des forces politiques en présence.
    La tragédie politique actuelle laisse présager une brutale arrivée d’air chaud de printemps qui aura pour effet d’obérer durablement l’activité économique de notre pays.

    • « qui aura pour effet d’obérer durablement l’activité économique de notre pays. »
      et de toujours raisonner dans la prison des conséquences…
      .
      La cause des causes est le mode de création/destruction monétaire.
      Quand le peuple verra t il la prise d’otage du système bancaire qui nous condamne a courir?
      Le surplace économique est interdit sous peine de mort.
      Ça tout le monde l’a intégré mais peu savent pourquoi.
      Quand le peuple se libérera-t-il de l’asservissement aux banques, à travers la création monétaire ???

      • Monsieur, s’il vous plaît, arrêtez de polluer chacun des fils avec cette idée fixe que vous avez. Vous trouvez toujours les mêmes intervenants, qui vous donnent les mêmes réponses. Si elles ne vous satisfont pas, vous n’allez pas trouver mieux, pas ici, soyez-en sûr.

        • Les divergences que l’on peut constater dans l’interprétation des faits vient souvent d’informations différentes. Mais il est difficile, dans le cadre de commentaires, d’apporter les informations qui justifient tel ou tel point de vue.

        • La pollution n’est hélas pas où vous croyez.
          Vous semblez trop formaté pour voir la réalité mais je ne vous en veux pas.
          cette information est tout simplement cruciale, c’est la cause des causes.

          • Mais faites votre blog et débattez là-bas avec qui vous voulez. Vous voyez bien, ici vous rencontrez toujours les mêmes points de vue, pourquoi insister à vouloir nous prêcher la bonne parole ?
            Vu que ça tombe dans un trou noir, ça fait troll à la fin.

            • « débattez là-bas avec qui vous voulez. »
              C’est plus amusant ici..Lorsqu’il y a un problème, c’est a la source qu’il se résout.
              « Vous voyez bien, ici vous rencontrez toujours les mêmes points de vue,  »
              Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.
              « pourquoi insister à vouloir nous prêcher la bonne parole ? »
              Parce que vous, au sens large, êtes les promoteurs inconscients de la destruction du monde, les promoteurs du chaos actuel et qui s’amplifie, tout en vous en défendant: Tragique.
              Evidemment vous ne verrez pas , ne comprendrez pas ce que je raconte; classique déni de protection.
              Peut être un ou deux verrons un peu de vérité.
              Nous sommes la famille des êtres humains.
              L’individualisme exacerbé, la cupidité entretenue par le système de l’argent dette, nous a mené à ce que vous constatez aujourd’hui.
              Prônez vous la compétition au sein de votre famille, etc…
              Bien a vous.

      • On sait bien que la monnaie est une monnaie-dette, c’est même bénéfique.
        Soit on a un système basé sur des biens réels (or), et on a des fortunes qui sont stérilisées et qui ne servent à rien, soit on a une système basé sur le crédit, et ces mêmes fortunes sont investies dans des investissements productifs.
        Le pb ce n’est pas la création monétaire, mais c’est l’état qui détourne celle-ci à son profit.

        • « c’est même bénéfique. »
          Tu m’étonnes !
          Bon, on ne dit pas pour qui et on ne dira pas pour qui c’est un véritable esclavage, je ne voudrais pas que vous passiez une mauvaise nuit, à moins que vous soyez banquier ?

          • @ leham
            Là, maintenant, il faut être très mal informé pour ignorer encore que l’ensemble de vos biens déposés en banque ne seront jamais garantis au-delà de 100 000€, c’est une garantie d’état (les contribuables) qui payera; il est bien entendu qu’on parle pour toutes les banques et pas par banque ou par compte! Ça va sans dire mais ça va mieux en le disant. (Et le risque bancaire n’est pas nul, loin de là). Mais pas de panique! Il faut juste prendre de bonnes précautions! Votre banquier ne sera sans doute plus jamais « celui qui vous veut du bien » (ce dont il profitait déjà!). Bon! Il existe des variantes fiables.

        • @gillib
          Il faudra qu’un jour les libéraux se débarrassent de ces fadaises. La création monétaire, c’est du vol, un impôt comme les autres, avec tous les effets délétères de l’impôt et quelques un en plus (cycles économiques, « mal » investissement « privé » …). Et il faudra m’expliquer en quoi une monnaie marchandise empêcherait les investissements productifs ! Investir, c’est payer des travailleurs avec de la monnaie qu’on ne dépense pas soi-même pour qu’ils produisent des biens de production intermédiaires, dans l’espoir que ces biens de production intermédiaires (énergie, machines, usines, bureaux, avions, camions, autocars…) augmentent la production future de biens et services de consommation. L’épargne de l’investisseur sert toujours à rémunérer des travailleurs qui s’en servent pour acheter des biens de consommation (ou même investir à leur tour) à la place de l’investisseur. Et que ces travailleurs soient payés en or ou en monnaie de singe ne change rien à l’affaire.

      • Pour obtenir votre absolution, vous lirez 3 fois tous les matins pendant 3 mois au réveil cet article: https://www.contrepoints.org/2018/12/12/332268-lintox-populiste-de-la-loi-pompidou-giscard-rothschild-de-1973-reapparait

        • Bon je n’ai pas lu mais si l’idée est de dire que tous le maux commencent en 1973 ce n’est pas tout a fait exact, en effet.
          Ca empire en 1973 mais fondamentalement l’esclavage bancaire opère depuis le début (14e siecle), or ou pas or, à travers le système des resserves fractionnaires et le système de l’argent dette depuis le début.

        • Bon j’ai lu, ça ne retire absolument rien au Systeme de l’argent dette aliénant les consommateurs d’argent que nous sommes tous, nous condamnant à la croissance perpétuelle qu’on le veuille ou non, sous peine de ne plus disposer d’un seul centime dans l’économie, pour échanger bien et services..
          ceux qui se sucrent sur ce bien commun, aussi vital que l’air que l’on respire, ne sont pas les états mais les banques( privées 🙂 )

          • @ leham
            Il est quand même rare de voir un état luter contre un banque de son pays, centrale ou commerciale!!!

          • @leham
            Votre intuition n’est pas fausse. Sauf qu’il n’y a pas de banques « privées ». Toutes les banques dites privées sont inféodées à la « banque centrale » (FED, BCE…) qui les pourvoit en fausse monnaie à condition qu’elles acceptent de « financer » « l’État ». Pouvoir et système financier sont partout intimement liés. Seul un organisme disposant du monopole de la violence dite légale sur un territoire peut imposer et promouvoir par une propagande incessante un système aussi débile. Et ça marche ! La preuve, il y a même des libéraux qui tombent dans le panneau !

      • Achetez du bitcoin !
        et acceptez d’être payé avec…

          • vous perdez votre fric

          • « Quand le peuple se libérera-t-il de l’asservissement aux banques, à travers la création monétaire ??? »

            • C’est de l’argent permanent le bit coin ?

              • Si le problème est la trop grande « créativité monétaire » des banques ; alors bitcoin limite « théoriquement » cette « créativité ».
                Si le problème est une insuffisance de « créativité » émettez autant de lettres de changes que vous en avez besoin.
                Si le problème c’est les autres… ; parce que trop nombreux ou que sais-je, alors vous aurez du mal à imposer vos solutions qu’elles quelles soient.

                • Le problème, le Racket, est qu’il n’y a aucune masse monétaire pérenne, 5 % environ.
                  La masse monétaire actuelle est tonneau percé, qu’il faut remplir sans cesse par des crédits, alors qu’une partie pérenne de cette masse permettrait les échanges sans NECESSAIREMENT passer par le crédit et sans devoir financer des intérêts en plus.
                  l’Argent serait un bien public en quelque sorte…
                  Ca n’empêche pas le crédit par ailleurs mais pas pour la totalité de la masse monétaire.

  • Le plus scandaleux est cette volonté macronienne de faire dériver le mouvement Gilet Jaune en Gilet Zone.

  • Ne pas oublier , il est venu au pouvoir par trahison , aucun scrupule ..Il peut critiquer ces prédécesseurs , il etait conseillé des finances et ministre des finances qu’elle est ses resultats ?? Une nouvelle forme de politique en melangeant les genres gauche / droite et les arrivistes pour obtenir quelques miettes du gâteau à partager .. une majorité , petit doigts sur la couture du pantalon ..Qui donne l’impression , je dirai même réelle ; d’une dictature , le Macron , qui n’accepte pas
    la contreverse !! le château s’écroule , pierre après pierre !!! Faire des reformes non préparé , le couac ne sait pas comment mettre les mesurettes en application au 1er janvier 2019..Et en plus la nouvelle donne l’impôt sur le revenu ..Je crois que ces partis
    sont appeler à disparaitre !!! Bon apres avoir essayé le socialiste , la droite , ensuite la droite et gauche cohabitation et maintenant
    une majorité créer de toutes pièces dont on voit lesresultat…ils auront servi sur un plateau le R.N ( F.N ) pour prendre le pouvoir !!! Et dans tout ça, la prochaine revolution du 21èmes Siecles où les têtes
    tomberont !!! les illetrés, les gauloirs refractaires et je ne sais quoi !! Quand un peuple ne peut vivre de son travail et face
    à un bonimenteur …DANGER …

    • Oui, et ils essaient de gagner du temps avec ce pseudo débat. La preuve, on enlève une question centrale et sans doute la, ou une, préoccupation essentielle: l’immigration, au prétexte que ce serait « clivant ». Quelle meilleure façon d’illustrer qu’on veut bien un débat à condition de ne pas être trop bousculé?
      En réalité, Macron ne veut pas réformer véritablement le pays.
      Sinon, l’article propose une grille d’analyse intéressante.

      • « préoccupation essentielle: l’immigration, au prétexte que ce serait « clivant ». »
        Il est certain que Micron refuse tout débat clivant pour n’accepter que l’unanimité autour de Sa Majesté. C’est quand même plus simple et moins « clivant »…

    • c’est la meme chose que l’Italie 4 ans plus tôt avec « mateo renzi »
      en Italie , qui a cédé la place a la coalition qu’on sait

  • Le mouvement gilet jaune c’est avant tout 100 000 personnes sur des ronds points mais la plaie des réseaux sociaux où ils doivent être 5 ou 6 millions ( trop facile derrière son écran ) !!! On peut tout construire et raisonner sur le pourquoi du comment , mais la mesure de trop : les 80 km/h…Car hormis le fait de la France périphérique etc etc….la voiture c’est une prolongation de nous même…En gros le gouvernement nous dit : je vais vous brider dans votre élan…Je vous infantilise car vous n’êtes pas raisonnables …Certes il nous infantilise beaucoup par ailleurs mais en France et ailleurs ….Il ne faut pas toucher à la voiture…Tout ce qui en découle de commentaires économico-stratégiques , de catastrophe démocratique , de Marine qui arrive etc etc…C’est le ciel qui tombe sur la tête des gaulois ..Faut arrêter un peu…!!!

    • La contestation des gilets jaunes peut être lue à plusieurs niveaux et on serait bien mal avisé de la minimiser.
      Il est certain qu’au coeur de la révolte, il y a des gens qui n’arrivent tout simplement pas à vivre malgre les éternelles promesses d’amélioration démenties par les faits. Il s’agit non seulement de manque de moyens, mais au-delà, ils ne veulent plus qu’on les em…. sans arrêt.
      Au-delà, la crise de la démicratie représentative a été largement soulignée: une élite auto-proclamée, arrogante de surcroît, décide sans le peuple et souvent, contre le peuple. Ce n’est plus la majorité qui gouverne, mais « ceux qui se portent forts pour la majorité » comme le disait déjà Tocqueville.
      Enfin, une minorité de citoyens plus informés pointe la cause de ces difficultés: une élite transnationale organise la fin des Etats-nations, dépouillés peu à peu de leur souveraineté, au profit d’une gouvernance technocratique supranationale. C’est parce que la nation est le cadre naturel de la démocratie que l’une se trouve affaiblie en même temps que l’autre est en crise.
      Les gilets jaunes sint la manifestation d’une révolte profonde contre ce qu’il faut bien appeler une idéologie, dont les trois dénoncées dans cet article (socialisme, écologisme, macronisme) sont des avatars.
      Si on ne les arrête oas à temps, les idéologies, en ce qu’elles méprisent la personne humaine et sa liberté, se terminent toujours dans la violence.
      On aurait donc tort, à mon avis, de minimiser la crise actuelle.

      •  » il y a des gens qui n’arrivent tout simplement pas à vivre malgre les éternelles promesses d’amélioration démenties par les faits. »
        Et ça, il y en a une liste longue comme le bras. Je citerai de mémoire les élargissements successifs de l’Europe, l’union douanière, le marché unique, le traité de Maastricht, les accords de Schengen, le traité d’Amsterdam, le traité de Nice, la zone Euro, la Constitution refusée puis rétablie par la bande à Lisbonne, etc.
        Pour ceux qui auraient oublié, chaque étape nous a été vendue comme pourvoyeuse de paix, de décollage économique, de suppression du chômage, d’accumulation de richesses…
        Je vous laisse contempler la différence avec la réalité. L’Europe d’aujourd’hui c’est 28 états et 24 langues officielles, terrain optimal pour la croissance d’un pouvoir totalitaire et irresponsable.

    • vous oubliez tous les gens qui sont d’accord avec cette bronca, la majorité des Français

    • Vous n’avez pas de voiture, vous ne faites jamais des kilomètres dans la « France profonde » ? Moi, même en ville je vois maintenant presque un quart de voitures qui arborent le gilet jaune (surtout des femmes ou des artisans), tandis qu’à la « campagne » c’est à peu près la moitié. La population qui soutient ce mouvement ne se limite pas à « 100 000 sur des rond-points » et « 5 ou 6 millions derrière leurs écrans ».
      Vous n’avez pas tort avec la voiture comme symbole de liberté, mais il n’y a pas que ça… Ce mouvement n’a pas été lancé suite à la limitation à 80 km/h. Il est parti à cause d’une TAXE. C’est un fait.

      • Le mouvement est du à des causes multiples – mais qui se résument toujours à la bêtise DES gouvernements : quand ils ont commencé à augmenter sans retenue la fiscalité sur l’essence en proffitant de la baisse du pétrole qui masquait les hausses, j’ai pensé que les cours allait remonter et que ça allait péter. Je ne me suis pas trompé

        • Macron ne peut plus gouverner , il est coincé.
          Parce que le mouvement LREM et un mouvement hors sol qui a servi au Président de la République a asseoir son programme avec une majorité factice ..(obtenue grâce au scrutin nominal a 2 tours )

          Parce que l’augmentation des taxes sur les produits pétrolier sur un prétexte écologique l’a placé en position de « menteur institutionnel », au mieux « manipulateur » au pire.

          Parce que sa stratégie de transfert des charges sur les retraités , a foiré.Les 16 millions de retraités sont un acteur majeur de la consommation et de l’entraide intergénérationnelle.

          Parce que les français n’ont pas voté EELV, même si ces partenaires lui étaient indispensable pour les élections européenne , qu’il a désormais définitivement perdues.

          Parce que les mesures qu’il a proposé sont manifestement mal étudiées , mal ficelées et sentent la manipulation .

          Pour toutes ces raisons il sera dans l’obligation de dissoudre l »assemblée nationale car elle ne représente pas le pays réel.
          Il n’aura plus de majorité a l’assemblée nationale , donc son programme de reforme est mort avec lui.
          il devra cohabiter.

          çà ne changera rien pour la France qui faute d’être capable de sortir du tout état prédateur,
          ne pourra plus être un acteur de l’Europe , et devra assurer une période de troubles politiques pour éviter les troubles dans la rue.l’après matteo renzi?Comme en Italie?
          a suivre

          https://actuel-et-different.blogspot.com/2018/12/macron-ne-peut-plus-gouverner.html

      • J’ai été pris d’un doute à propos de ceux qui arborent un gilet jaune sur le tableau de bord de leur véhicule: sont-ils réellement favorables au mouvement GJ, ou est-ce pour parer à toute éventualité telle que barrage incontournable, risque de détérioration du véhicule,… ?

        • Dans mon coin, il n’y a presque pas de blocage, seuls quelques irréductibles au bord de certains rond-points emblématiques à griller des saucisses. J’ai déjà entendu cet argumentaire, mais honnêtement, je ne vois aucun rapport avec ce que je constate tous les jours.
          Je ne dis pas qu’ailleurs ça ne pourrait pas être le cas, mais j’ai maints fois entendu cet argument dans mon entourage, ainsi que d’autres fake news des plus extraordinaires. Du coup, je fais un peu Saint Thomas depuis…

    • Je vois que vous habiter en ville, cher Monsieur, donc c’est sûr vous n’avez pas besoin de voiture. 50% des français n’habitent pas en ville et ce sont eux qui produisent le plus dans l’économie française. Usines, agriculture, élevage,les plus grosses productions sont faite en dehors des villes. Les GJ sont les habitants de la France profonde et les producteurs. La ville n’est que business et services, pas de production ou peu. Vous êtes complètement hors-sol, Monsieur. Regarder la dernière vidéo de Charles Gave et Michel Drac sur les GJ, je suis sûr que vous allez comprendre des choses.

  • J’aurais juste 2 petits points à commenter sur l’article:

    Premièrement, dire nucléaire=énergie propre me fait toujours sursauter. Aucune source d’énergie n’est propre. On parle des déchets nucléaires enterrés pendant des milliers d’année? Attention je préfère de loin le nucléaire aux énergies renouvelables (qui ne le sont pas et dont le recyclage semble problématique). Je dis juste balancer nucléaire comme énergie propre c’est ce décrédibiliser.

    Ensuite, la « crise » des gilets jaunes n’a pas installé le doute de l’efficacité de la redistribution. Au contraire, même s’ils se revendique d’aucun parti, j’ai l’impression que la majorité d’entre eux veulent moins d’impôts pour eux, plus pour les riches.

    • ne nuke est une énergie qui ne relâche rien dans l’atmosphère , donc si l’urgence est l’action de l’homme sur le réchauffement (je ne crois pas a cette thèse) par action sur les gaz a effet de serre..
      le nuke est la solution a Ce probleme..
      Le soleil c’est du nucléaire, rien de plus naturel

    • @ Koris, vous avez raison, aucune énergie n’est propre dans ses utilisations, le nucléaire n’est que la plus propre et globalement la moins risquée de nos énergies, mais aussi la plus écologique de nos énergies, car, du fait de son intensité énergétique, c’est-elle qui occupe le moins de place et détruit le moins l’environnement par unité d’énergie produite.
      Le problème des déchets est une tarte à la crème soigneusement entretenue par tous les moyens d’information. Il y a beaucoup plus de déchets produits par les autres sources d’énergie et ils sont éternels car ils ne sont pas radioactifs, donc ne peuvent disparaître avec le temps. Mais ceux-là,dont il existe des centaines de millions de tonnes produits chaque année de tonnes ( que l’on pense aux déchets des centrales à charbon!) on ne parle pas. Ils ne font pas l’objet de surveillance comme les déchets radioactifs, donc font courir beaucoup plus de risques à la population.
      Ne jamais faire une comparaison objective et complète des avantages et inconvénients de nos différentes sources d’énergie, c’est à mes yeux beaucoup plus décrédibilisant que de croire de façon moutonnière les fake news constamment répétées par les médias

  • Intéressant !
    Sauf que bien souvent il est plus simple d’être riche à la campagne qu’un pseudo riche de Paris. Dans le sens conserver sa richesse. On peut même y cultiver ses légumes perso. En gros le clivage est plus que le Parisien se croit riche alors que le campagnard a une richesse illimitée. D’ailleurs la tendance est plutôt à la désertification des grandes villes…. et du reste que fait pousser Paris ? Des taxes, des lois, des normes…

    • oui quand on vit sur ses terres , on est mieux que dans un placard a regarder la télé

      • A condition que l’on puisse garder ses terres (expropriation, fiscalité…).

        • C’est vrai, d’où l’utilité du 12, la balle à ailette pour le gros gibier. Les campagnards sont friand de ce genre de petit bijoux, enfin y en à pas mal.

        • oui , i faut rester vigilant , bien que l’etat n’ai plus les moyens de déchirer le pays pour installer des rails que plus personne ne peut prendre vu leur prix, ou autre autoroutes qui coûtent un bras.. de ce coté on est peinard, reste les éoliennes a surveiller de prés ..
          mais bon çà aussi ce n’est pas a l’abri qu’une combustion spontanée

    • Le seul problème est que les médecins poussent bien mieux en ville qu’à la campagne, eux.

  • @sigmund , la voiture représente la seule liberté de ce déplacer , travailler , d’être indépendant , ne pas dépendre des autres ..En campagne sans voiture , sans transports vous vivez au temps du moyen- âges …vous n’etes plus rien , plus de commerces de proximites .. vous n’êtes plis rien .abandonné !!

    • on ne lachera pas la voiture a la campagne.; on trichera si il le faut

    • Tout à fait d’accord avec vous…Toucher à la voiture…Via les limitations de vitesse et autres , c’est atteindre à notre liberté…Alors il y en a bien d’autres atteintes à notre liberté…Mais celle là est celle de trop…car la voiture c’est un peu de notre intime…Pas touche..!!

      • Je vous lâche chez moi en pleine brousse 10 km du plus proche commerce, 30 km de votre boulot, avec 2 mômes à la maison, et je vous laisse gracieusement deux vélos pour gérer vos transports. Vous allez voir, c’est fun et écolo friendly. Après, nous pourrions parler voiture si vous le voulez ?

        • Ah j’allais oublier, je suis autonome en nourriture, 3 brebis sur 1 hectare, donc 3 agneaux par an à congeler, poules et poulets donc oeufs et viandes, potager donc légumes, chauffage : bois coupé dans les palisses tous les ans. cuisinière à bois. etc… çà roule, en ville çà peu être dur si les GJ décident de bloquer les approvisionnements des métropoles.

          • Pas mieux , chez moi c’est mon voisin qui fait les agneaux ,ici on a tous basse cour , potager, vergers,vignes etc.. on conditionne tout çà en été , hop + les gibiers ..hop,hop, les champignons sauvages, la pèche ..etc..on ne mourra pas de faim.. et a la place d’une trottinette une belle jument avec la quelle j’explore les bois
            chauffage au bois intégral , cuisinière a bois , hop ,hop EDF rien a péter, sauf pour regarder les GJ a la télé et la com internet..
            Chez moi nous somme une commune de 2000 ha , occupé par 113 habitants a l’orée d’une foret de 44000 ha.. alors les feux rouges
            ou les radars , ..

    • En faisant de la généalogie on découvre que nos ancêtres avaient (sauf les cochets, les militaires et les nobles), un rayon de déplacement, au cour de toute une vie de seulement trois ou quatre kilomètres. Macron arrive de Jupiter, il n’est pas au courant.

    • Je suis totalement de votre avis

  • L écologisme va ralentir la transition écologique …heu
    Voilà l expression même d un préjugé écologiste.
    SvP laissez les individus se débrouiller
    Le jour ou la technologie ne permettra plus de produire de l energie fossile a coût compétitif ,n ayez crainte d autres hommes auront trouve le remplacement (enfin c est l histoire humaine ….)
    Mais surtout que l État ne s’en mêle pas sinon nous avons la plaie du capitalisme de connivence dont nous voyons sur nos factures les effets ,et enfin ce raisonnement pré suppose qu il existe un réchauffement climatique d origine humaine:bref un raisonnement biblique
    L écologisme c est notre nouvelle rage tous en était atteints même si tous n en mourraient pas

    • @Moneo, faire confiance à l’homme pour se débrouiller quand il n’y aura plus d’énergie fossile, peut-être. Mais probablement dans la douleur. le Déclin du pétrole s’annonce pour dans peu d’années, mais personne n’y croit et donc personne n’est prêt.
      N’oubliez pas d’autre qu’entre la révolution industrielle qui n’a pu exister que grâce au charbon (et qui a lieu en Chine également grâce au charbon) et la précédente révolution énergétique qui a été la maîtrise du feu, il s’est écoulé pas mal de temps.
      L’atome pourrait être notre prochaine révolution énergétique, mais nous ne voulons pas semble-t-il saisir cette chance !

      • Personne n’y croît surtout parce que cette annonce est faite constamment depuis maintenant plus de 40 ans.
        Plus sérieusement, le rythme des évolutions technologiques depuis le début de la révolution industrielle s’est tellement accéléré, que même des gens très avisés n’arrivent plus à suivre que leur domaine très étroit, et encore…
        A mon avis, un des énormes problèmes de nos sociétés actuelles est justement cette vitesse jamais connue auparavant et l’impact que tout cela a sur nos modes de vie, sur les normes de nos sociétés, sur notre capacité d’adaptation, maintes fois mise à l’épreuve avant, mais sur le temps long. Là, « le temps a perdu patience » et c’est ça qui bouleverse nos repères (et nos repaires aussi, d’ailleurs).
        Je crois, pour ma part, qu’il ne faut jamais désespérer de l’Homme et de ses capacités d’adaptation.
        Comme l’auteur essaie de le dire, sans les mots, et comme je l’ai écrit plus bas, c’est le constructivisme le vrai problème. Vouloir façonner l’Homme selon des idées toutes faites, en ignorant les réalités, c’est ça le vrai problème. Si on laisse la nature faire son travail (et donc les hommes faire valoir leurs qualités), les solutions vont apparaître, ne vous inquiétez pas.

        •  » L’homme est à la base un animal sauvage et effrayant.
          Nous ne le connaissons qu’à l’état apprivoisé ou domestiqué par ce que l’on appelle civilisation.  »

          Schopenhauer

      • « Déclin du pétrole s’annonce pour dans peu d’années, mais personne n’y croit et donc personne n’est prêt. »
        Petit rappel : « les réserves pétrolières seront épuisées avant l’an 2000 » (Club de Rome 1973). Je trouve que le cadavre a bonne mine.

        • La Terre n’ayant pas une capacité infinie, le pétrole n’est pas inépuisable. De là à prédire quand il sera épuisé… Peut-être jamais si on trouve par quoi le remplacer dans ses multiples usages. Bon, c’est de la science-fiction.

      • En matière d’énergie, on voit bien que des idéologues ont infiltré le système à tous les niveaux (recherche, communication, media, politique …)

        De ce fait il devient hasardeux de faire des pronostic et même d’émettre des jugements sans faire de longues recherches dans l’info disponible. Et une fois qu’on s’est fait une opinion, il est impossible de convaicre les autres pour la même raison.

        Aussi, il faut avant tout se débarrasser des idéologues. Ils sont pourtant facile à identifier.

      • La douleur aujourd’hui pour qu’il y en ait moins après-demain ? Ca n’a pas de sens, c’est une spéculation bien trop risquée sur le futur. C’est exactement le pari religieux de la pénitence et de la mortification pour s’éviter les tourments de l’Enfer : un pur pari qu’aucune réalité concrète n’étaye.

    • il est vrai que si le rapport investissement/ prix etait favorable au consommateur dans le temps , et qu’il puisse se passer des factures d’edf , la transition écologique serait très vite faite par les particuliers en achetant sur le marché les éléments constitutifs de ces installations sans TVA ou déductibles de l’IR par exemple..
      hélas l’etat ne voit pas du tout çà comme çà.. on reste abonnés et
      taxés par edf meme si on n’utilise pas le courant du réseau..et on doit faire appel a des installateurs étiquetés , labellisés ademe
      qui forcent les prix de 50%
      ah ben ouais faut bien alimenter la gabegie

  • « Au final, chacune se heurte au même facteur qu’elle néglige ou sous-estime : la nature humaine, et conduit à bien des déceptions, de temps et d’énergie perdus. »
    En fait, l’auteur « oublie » de pointer la convergence de ces trois idéologies (qui ne sont pas les seules dans ce cas, d’ailleurs) : le constructivisme.
    On a beau essayer de rééduquer l’Homme, par malheur il n’en veut pas. Et alors ça finit mal, à chaque tentative. Mais comme les beaux parleurs ne s’arrêtent pas sur ce genre de détail, ils trouvent toujours des naïfs pour les suivre. Si on rajoute le champ de ruines laissé par l’EdNat depuis quelques décennies, le tableau est complet pour une crise longue et grave. Je prie chaque jour pour que la réalité me prouve que j’ai tort…

  • A mon avis pour comprendre Macron il faut être parisien pas francilien , c’est déjà la campagne et les gueux.
    Une réforme a faire d’urgence, le fédéralisme régional, chaque région a ses propres besoins et donc l’état doit s’occuper que de c que l’on appelle le regalien… Paris n’est pas la France d’ailleurs qui habite Paris ? Des fonctionnaires , des artistes des retraites des touristes et des zonards..et les esclaves de proximite indispensables pour ces gens là.
    C’est le seul moyen d’enfin diminuer les impôts et les taxes pour les adapter a chaque situations comme le smic régional si ils y tiennent.

  • Des vérifications expérimentales, je crois me souvenir, attestent effectivement que Le « Socialisme » n’a jamais vraiment amélioré le sort moral des individus soumis.
    La révolte actuelle des gilets Jaunes, montrent que « L’Ecologisme », présentent les mêmes travers. En cela le phénomène GJ est une première et aura une portée planétaire.

    • « La révolte actuelle des gilets Jaunes, montrent que « L’Ecologisme », présentent les mêmes travers ». L’écologisme n’est que le frère incestueux du Socialisme qui s’est rabattu sur lui après avoir perdu son idéologie à la chute de l’URSS. Grattez un peu, vous mettrez au jour les mêmes trotskistes.

      • Merci pour ce subtil complément d’analyse, si j’avais bien observé et compris que les socialos étaient contraint de lécher le c…. des écolos pour survivre aux élections, au niveau « Historique et international », de toute évidence l’effondrement du communisme n’y est pas pour rien. Pour le reste c’est évident, un totalitarisme ne peut être remplacé que par un autre. Le passage aux rayon X au trente troisième degré , c’est le top !

  • Les Français sont-ils définitivement des veaux ? Je n’ai encore vu aucun Français, ni aucun procureur, s’élever judiciairement contre tous et chacun des fonctionnaires qui participent sciemment à l’accroissement des émissions de gaz à effets de serre, en faisant de surcroit payer cet accroissement de pollution considérable, sciemment et principalement aux citoyens les plus pauvres et les moins pollueurs. Dans un pays qui depuis longtemps produit son électricité de façon exemplaire beaucoup moins polluante et moins chère que les autres, grâce à sa meilleure entreprise publique rapportant des milliards à l’Etat en impôts et dividendes- avant son démembrement stupide et sa mise en faillite volontaire. Il semble que notre population a abandonné son pouvoir d’action, apeurée par la force publique déchainée, pour la grande joie des casseurs. En effet tous les responsables publics s’entendent sans exception à réduire avec des subventions injustes et dangereuses la consommation d’électricité nucléaire non polluante pour les populations, incitées à la remplacer en quasi-totalité et démentiellement par des énergies plus onéreuses et plus polluantes, essentiellement thermiques fossiles (produits de grande valeur en voie d’extinction. Et pour une part minime par des éoliennes ou du solaire, peu durable car à reconstruire tous les 10 ou 20 ans. En mars 2018 la Cour des comptes constate avec euphémisme que « la politique de subventions aux EnR s’est parfois écartée ces dernières années de la rationalité économique et du bon usage des deniers publics ». Notamment pour la destruction programmée et ruineuse du parc nucléaire le plus sûr et en bon état de marche. Afin de remplacer une électricité carbonée à 2% peu chère, par une autre très chère, subventionnée, objet de fraudes, et carbonée à 80%, prouvant ainsi l’incompétence et l’incohérence de notre gvt. Qu’il convient de ramener à la raison en l’obligeant à reconnaitre la folie de la politique idéologique de la COP21, tellement plus catastrophique que l’éventuel RCA! Macron devrait réfléchir à l’échec fatal de la transition énergétique allemande qui a eu raison de Merkel, pourtant bien moins mal en point que lui…Il semble prêt à venger l’échec heureux de la trompeuse COP24 par une pression accrue de l’escrologie…parce qu’il se sent foutu ?

  • le pétrole 100 ans en fonction. de nos technologies actuelles le gaz 200 ans
    peut être que quand nous serons au bout du rouleau on autorisera les recherches au large de Marseille ou les découvreurs du gaz en Mediterrannée semblaient bien penser que nous avions là devant nous un eldorado, sans parler du bassin Parisien de la vallée du Rhône
    oui bien sûr à l’atome , vous savez quand la facture écologique va apparaitre , grandir, année après année pas sûr du tout que l’ecologie soit très populaire.
    ma remarque était simplement laisser le choix aux individus et oublions les interventions étatiques ….. ça finit toujours mal c n’est pas Atomic Anne qui dira le contraire ( et pour l’instant toujours pa de sanctions)

    • Il faudrait peut-être rappeler que le pétrole a été la solution aux ravages, déforestation notamment, causés par l’utilisation massive du bois pour construire des navires et fabriquer du charbon de bois…

  • La solution de la crise des gilets jaune se traite Katowice ! On sait que l’accord de PARIS de la Cop21 n’a été ratifié qu’à la condition de ne pas être contraignant, mais d’obtenir simplement que chaque chef d’Etat se chargera de l’imposer dans son pays. Aujourd’hui les faucons de la très mensongère transition énergétique veulent en faire une obligation internationale. Qui suppose de s’entendre à Katowice sur un suivi rigoureux imposé à chaque pays pour comptabiliser ses efforts. On sait qu’il s’agit de dépenser des fortunes pour interdire le développement de l’électricité nucléaire, non parce qu’elle est dangereuse, mais parce qu’elle est indispensable pour accompagner l’accroissement de la maléfique population de la planète. Unsimple retour au moyen âge ! les moulins à vent étant surement incapables de faire face aux besoins en électricité, d’une population étendue. Notre malin Macron pourrait accroitre démesurément les taxes en Jupiter sauveur de la planète, en disant aux gilets jaunes que « ce n’est pas bibi. Mais à la COP24 Trump, Poutine, le Brésil et la Chine et bien d’autres, écoutent leurs hommes de science qui ne croient pas une seconde aux prétentions des faucons de réduire le climat de 1,5 ou 2 degrés en supprimant enmêmetemps le CO2 anthropique et le nucléaire qui est le seul à n’en pas produire et confirme ainsi la vertu française. En Allemagne, Merkel mise en échec par ses « EnR matures »en est conduite à supprimer les subventions aux escros de la transition énergétique qu’elle a enrichi.et qui sont alors, contraints massivement à la faillite ! Les pays africains auxquels les pays riches avaient promis à la COP21, 100 milliards de dollars par an ! demandent leur dû, avant de signer ? Alors que la Chine se propose de les développer gratos pour les besoins de son économie…

  • L’ÉTAT est le garent de la libre circulaion des biens et des personnes .. il existe en France des citoyens dont les villages n’ont plus de commerces pour se ravitailler il faut faire 20 kms aller retour ..aucun transport en commun mis a la disposition de la population , cause pour non rentabilité…
    Pour bosser , vous faites quoi ? les salaires et l’emploi est une difficulté.. Voyons le probleme à l’envers ..A Paris et sa banlieue, supprimons la voiture , des sommes colossale sont injectée pour le transports des particuliers , et bien faite le test , prener tous le transport !!! déjà en temps normal à certaines heures vous êtes transporter comme des bestiaux !! ce n’est pas une insulte , c’est une réalité et meme pour circuler en france au moment des vacances ..Ensuite payer le vrai prix d’un billet et non pas payé 30% de la valeur , supprimons les aides de l’etat , la regions , departement employeurs !!! Il est facile de s’attaquer a la voiture et de créer des taxes pour un oui ou non …Par contre de remettre de l’ordre dans les depenses publiques , ça, c’est pas de leurs niveaux …!!! Je serai curieux PARIS et sa BANLIEUE sans voiture ,
    et payer le vrai prix du billet du transport !!

  • Ce qui caractérise le macronisme, c’est l’extrême centre soit la pensée unique, berceau de tous les totalitarismes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles