Fake news : les inégalités augmentent et il faut les combattre par la redistribution

Le populisme prospère sur deux idées fausses : les inégalités croissent et la redistribution est nécessaire pour les combattre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fake news : les inégalités augmentent et il faut les combattre par la redistribution

Publié le 13 juin 2018
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

Fort heureusement, la loi sur les fake news, qui constitue une grave menace contre la liberté d’expression, n’était pas en vigueur lors des campagnes de 2012 et 2017, quand de nombreux candidats se lamentaient sur la montée des inégalités, car l’Insee vient de montrer qu’ils avaient tort1.

L’institut, à qui il arrive aussi de corriger les («fausses») informations du gouvernement sur le pouvoir d’achat, explique que « les inégalités restent stables, à un niveau proche de celui de 2008 » et que « leur évolution […] est plus favorable en France que dans la majorité des autres Etats de l’Union européenne ». Mieux encore, « de 1970 à 1990, le taux de pauvreté s’est fortement réduit », puis il est resté « stable entre 1990 et 1996 » et a peu évolué depuis. Inégalités et pauvreté ne croissent donc pas.

En dépit de ce constat, le vote populiste (qui n’était certes pas motivé par cette seule considération) a atteint des records et le discours sur les inégalités a prospéré, illustrant une dissonance entre les résultats statistiques et la réalité politique. Ce décalage montre que ce qui obsède les Français, ce ne sont pas les inégalités, mais les injustices2.

Réduire les inégalités par la redistribution

La logique de l’État-providence vise, à travers la redistribution, à réduire les inégalités, c’est-à-dire à maintenir les citoyens entre deux bornes fixes pour, prétend-il, assurer la cohésion sociale. De façon caricaturale, une société qui se donne pour objectif de lutter contre les inégalités préfère que Pierre gagne 5 et Paul 7, plutôt que Pierre 10 et Paul 20.

La redistribution est menacée et chacun pressent que s’il perd sa place, il sera mal aidé.

Pour y parvenir, l’administration multiplie les ponctions fiscales, les aides sociales, les normes intrusives et les situations protégées. Ce faisant, elle rigidifie l’économie et la société. La difficulté surgit quand l’État se retrouve ruiné : la redistribution est menacée et chacun pressent que s’il perd sa place, il sera mal aidé. Dès lors, chacun s’accroche à son statut car s’il le perd, il n’aura aucune chance, dans une société figée, de trouver de nouvelles opportunités – c’est bien légitime : personne n’a envie de se sacrifier ! Ce mécanisme renforce les blocages, condamnant ceux en bas de l’échelle sociale, en dépit de leur talent, à ne pas trop s’éloigner des « premiers de cordée », mais sans jamais pouvoir les rejoindre. La politique de lutte contre les inégalités par la redistribution étatique mène à une société de castes, profondément injuste.

Emmanuel Macron avait fait ce diagnostic en 2015 lors d’un débat face à Thomas Piketty. Il prônait à l’époque une société plus fluide, dans laquelle chacun trouve une chance de s’accomplir, en bénéficiant quand il le faut d’aides sociales ciblées et efficaces ; et dans laquelle la collectivité se bat contre les injustices, qui recouvrent tous les obstacles qui freinent l’ascension – comme la descente.

Sa première année de mandat a malheureusement été timide en la matière. Un peu de réforme du marché du travail, un soupçon de réforme scolaire, mais bien peu en matière fiscale et réglementaire. Rien non plus, à ce stade, sur la puissance publique, ses castes et son aristocratie dominante, alors même qu’elles sont le frein majeur à la mobilité dans le pays. Le gouvernement promet des annonces depuis des mois. Il serait temps qu’elles arrivent et soient de «vraies» nouvelles de réformes audacieuses.

Sur le web

  1. Les revenus et le patrimoine des ménages, 2018.
  2. La France des opportunités, Les belles lettres, 2017.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Entendu ce matin de la garde des sceaux: la loi sur les fake news est reportée à une date indéterminée pour cause d’embouteillage législatif.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles