Gilets jaunes : circulez, il n’y a rien à voir !

Fin du « cauchemar » libéral et de la chienlit poujadiste : le socialisme institutionnel reprend le pouvoir !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Yellow vests in Metz By: Dmitry Dzhus - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes : circulez, il n’y a rien à voir !

Publié le 12 décembre 2018
- A +

Par Olivier Maurice.

Ça y est, l’affaire est bouclée !

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont eu beau frôler l’apoplexie à force de s’époumoner pour tenter par tous les moyens de récupérer le mouvement des Gilets jaunes en osant dire tout et son contraire (c’est d’ailleurs comme cela qu’on les reconnaît) : ils ont perdu, ce ne sont pas eux qui récupéreront la gloriole d’avoir fait avancer un peu plus la France dans le désastre collectiviste.

Le match est maintenant terminé, le hold-up habituel a eu lieu. Ce sont les poids lourds du socialisme institutionnalisé, les « corps intermédiaires » qui ont repris la main sur le gâteau de l’argent du contribuable et vont pouvoir continuer à régenter la vie des gens et à présider à l’intérêt général comme ils le font depuis des décennies.

Super Socialiste 2.0 : le Retour

La politique sociale qui ne vise qu’à acheter la paix du même nom en fabriquant de l’argent gratuit est revenue.

La pompe à Shadock qui prend à Paul pour donner à Jean pour éviter que Jean couine trop fort parce qu’il doit donner à Paul afin que ce dernier ne couine pas lors qu’il doit donner à Jean etc. est de nouveau fonctionnelle.

La presse unanime salue ce retour en terre connue. Ça y est : on va enfin pouvoir revendre du bon sentiment, du match de foot et du misérabilisme à gogo. On va pouvoir de nouveau continuer à professer à foison l’écologisme et le politiquement correct. On va pouvoir refaire des polémiques et vendre du papier sur des petites phrases qui ne veulent rien dire.

Les syndicats, Laurent Berger en tête, pérorent derrière les micros des radios. Le boulet n’est pas passé loin mais ils sont retournés sur le devant de la scène. Ils vont pouvoir continuer à parler au nom de tous les travailleurs qu’ils représentent, au nom de tous les prolétaires asservis par le Grand Méchant Kapital, au nom de tous les Français.

Ils vont pouvoir redevenir les champions de la fraternité et de la générosité en rongeant l’os de la question de l’immigration qu’Emmanuel Macron a subrepticement placé au milieu de son discours. Ils vont enfin pouvoir revenir sur un vrai sujet qui les concerne après que celui-ci eut été relégué en 2° division par le ras-le-bol fiscal auquel ils ne comprennent rien.

Les maires vont pouvoir cesser de bouder. On a besoin d’eux. Reste juste à voir si l’État tient ses promesses et augmente bien les tombereaux d’argent public déversés puis recyclés dans les fonds obscurs des associations sportives ou servant à payer ces employés municipaux absolument indispensables pour se faire réélire.

Point de Révolution !

Exit donc les apprentis Pinochet et Maduro. Exit les nostalgiques de Trotski et de Goebbels. Envolé le fantasme de transformer la France en république bananière afin de pouvoir piller impunément les richesses du pays, s’en mettre plein les poches avec ses copains et y massacrer allègrement tous ceux qui y trouveraient quelque chose à redire. Exit la révolution, celle-ci restera pour un temps encore cantonnée au seul titre du best-seller du locataire de l’Élysée.

Exit le socialisme décomplexé : on en restera au socialisme sournois.

Le pays est sauvé. Macron n’est plus le libéral qu’il n’a jamais été. Le monopole du cœur est de retour au panthéon.

On ne s’improvise pas mafioso

Tant pis pour les Gilets jaunes du début. Vous savez, ces auto-entrepreneurs, ces petits patrons, ces professions libérales, ces commerçants, ces employés… qui avaient eu le courage (ou l’inconscience) de vouloir devenir les porte-paroles de cette classe moyenne qui n’en peut plus. Quelques menaces de mort, quelques croche-pieds et coups tordus bien menés par les professionnels de la politique politicienne et du détournement de fonds les ont très vite réduits au silence.

Cela fait maintenant bien quinze jours que la presse ne leur tend plus le micro et les a remplacé par des « porte-paroles qui n’en sont pas et qui ne parlent que pour eux-mêmes » estampillé et certifiés pure lutte des classes et des « travailleurs anonymes mais représentatifs » qui gagnent seulement 500 euros par mois (c’est-à-dire deux fois moins que RSA + prime d’activité + APL), ce qui est un vrai scandale dans un pays comme la France ! C’est intolérable ! Qu’attend-on pour mettre enfin en place des aides sociales ?

Pax Romana

Comme d’habitude depuis maintenant des décennies, ce sont les Français qui vont payer l’addition. Les Français, tous les Français. Bon, certes, certains un peu moins que les autres : les syndicats, les hommes politiques, les journalistes (et aussi le nombre grandissant chaque jour de ceux qui ont choisi l’exil)… Comme d’habitude. Mais chut… c’est un secret. Et ce n’est pas grave : l’important c’est que la France reste le centre du monde non ?

Jusqu’à la prochaine vague. Qui ne tardera pas.

Ce ne sont certainement pas les 10 ou 20 milliards d’euros de dépenses supplémentaires (on ne sait pas trop) que vont coûter les divers cadeaux faits aux syndicats qui amélioreront la faillite totale du pays.

Mais pendant quelques mois, on va pouvoir rallumer notre poste de télévision et retourner à une vie normale. On va pouvoir tranquillement dépenser l’argent des autres pour Noël. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • macron et autres ont -ils répondu ? j’en doute !! Le problème majeur comment résoudre le budget de la dépense publique !!
    Pour le moment , ils en parlent , le sujet est sensible et déterminant !! C’est la 1ere vrai réforme la dépense publique… dés le debut de mandat , la preuve ils ne parlent que de dépenser … A quand le prochain conflit , encore faut -il que celui-ci soit régler??

    • Le sujet de la depense est encore plus épineux que celui de la taxe .
      En effet , réduire la depense aura un effet direct sur l’emploi.
      Evidemment ce ne sont pas des emplois qui créent de la richesse sonnante et trébuchante, la seule chose que çà crée c’est la stabilité de l’etat et la tranquillité des politiques , du patronat , des syndicats , des banques , de l’immobilier , de la grande distribution etc.. etc.;
      Le systeme français est consubstantiel de l’hégémonie des instances de l’etat.
      Si la hausse des taxes a réveillé une centaine de milliers d’individus appuyés par 80 % des citoyens , c’est que ces taxes s’appliquaient a tous..
      Quand viendra l’heure de s’attaquer aux services publics , vous aurez un rapport très inférieur.
      Avec la piqûre de rappel ‘chaque famille a un de ses membres fonctionnaire »; et la meilleure d’entre toutes »la fonction publique agit comme un matelas de consommateurs qui amortit les crises »
      sachant que la révolte des GJ est consécutive a la non évacuation financière de la crise des surprimes..

      Faire maigrir la depense publique ne se fera pas par consensus,
      La preuve la demande de la classe moyenne pour « moins de taxes’ a été détournée , assez habillement, par « plus d’aide aux plus démunis » ou « les territoires veulent plus de services publics »…
      vous l’avez certainement remarqué vous aussi.
      En conséquence , il est clair que l’etat est en cessation de payements, comme l’ont étés les soviétiques , ou les grecs , qui ont fini par imploser.
      Emprunter ne sera bientôt plus possible , taxer détruit deja ce pays.. nous allons donc bien vers une implosion comme la grece ,
      le Venezuela, l »URSS..
      A terme l’europe va s’effondrer faute d’être capable de se reformer. l’ hégémonie allemande sur l’europe commence a sentir le 3 eme reich , dont la pointe idéologique et dogmatique a des couleurs d’écologie mystique.
      Cette idée d’un continent europeen a été caressée par tous, de Charlemagne a Hitler , en passant par Charles Quint ou Napoléon,
      l’Angleterre a toujours résisté , singulièrement.. elle va sortir de cette structure..
      L’euro , très confortable pour les uns est un piège pour les autres,
      c’est bon pour la fonction publique et les retraites(dont on peut contrôler les coûts par les dévaluations) , mauvais pour l’emploi et pour les jeunes.
      L’Italie affronte déjà l’europe avec des formations politiques incongrues. la france se libérera du socialisme en empruntant la meme voie, celle de la liberté.;
      çà sera dur, mais salvateur ! la liberté a toujours été chère

      • Le constat est propre et net.
        Mais là où en connaissance de cause où je me permet je me permet d’émettre un doute, c’est la volonté d’hégémonie allemande.
        J’aimerai mettre en parallèle les résultats économiques suisses; il n’y a aucune volonté des suisses d’être plus performant que les français ou même les allemands, leur force est le résultat d’une tradition d’entreprise et d’une relative liberté économique.
        Alors que dans les années 60 nous avions un niveau équivalent, la France a peu à peu perdu pied et aujourd’hui notre PIB par habitant est moins de moitié inférieur…
        Mais ce n’est pas une volonté suisse de nous battre dans ce domaine, mais une faiblesse française qui nous a mené là.

        Revenons à l’Allemagne, celle ci a suivi son bonhomme de chemin, et, grâce à une constitution européenne qui a poussé sur le fumier mitterrandien de Delors et arrosée par Giscard, nous nous sommes fait larguer.
        En mettant pied à terre tout en accusant l’autre de monter sur ses ‘grands chevaux’, c’est la France qui a donné aux allemands la ‘schlague’ pour nous fesser…
        Pas de miracle, faut bosser ! (en fait, l’état doit laisser les gens bosser)
        Maggie nous avait averti.

        • voila , excellent diagnostic aussi , mais la suisse a un avantage : des frontieres qu’elle controle..
          Le marché europeen s’est complètement ouvert , ainsi on peut tres bien acheter des chemises aux Philippines , les importer en Italie , leur ajouter un bouton suffira pour prétendre au « made in italy’ .; pareil pour la france..
          L’allemagne a une industrie très performante , automobiles ,machines outils etc.. qu’elle exporte partout dans le monde..
          mais si elle a conservé certaines usines en Allemagne , le reste se trouve fabriqué en Tchéquie etc.. c’est la raison pour laquelle elle a exigé l’europe a 26, et ce con de Chirac n’a rien vu venir.
          L’Europe a 9 c’était peut-être gérable ,l’ouvrir aux pays de l’est une immense connerie ..
          La france va sortir de l’europe , la question c’est quand

          • Pour l’Allemagne, c’est 75% des exportations en Europe, si les autres pays Européen s’appauvrissent, l’Allemagne coule. Suffit d’attendre, mais l’Allemagne sortira de l’Euro avant.

          • C’est un fait, la différence se fait dans la souplesse des transferts ou de la sous-traitance.
            Tous ne sont pas égaux dans le cadre européen quand ce sont les règles nationales qui prédominent; ici les règles européennes (même si on peut douter de leur bien fondé) sont les mêmes pour tous les membres, mais des fonctionnaires nationaux prennent un malin plaisir à les semer d’embûches.
            Un exemple:
            Une société hors UE avait entre autres une usine de façonnage en France et une en Allemagne.
            La française étant plus récente et mieux équipée, il a été décidé de faire valider cette usine pour pouvoir livrer aux USA, et de fermer l’allemande;
            ça a demandé de longs mois, des investissements et des kilos de dossiers.
            Une fois ces détails réglés, les lots spécifiques sont fabriqués pour les pays hors UE (ROW). S’agissant de façonnage, l’ingrédient principal était mis à disposition sous douane et restait propriété de la société hors UE, le numéro de position douanière faisant fois.
            Les frais de façonnage faisant objet d’une facturation séparée à la maison mère.
            Cette société pouvait donc facturer le produit fini aux USA avec une facture hors UE, tout en l’exportant à partir du territoire français, selon des règles claires de l’UE sur lesquelles ont été bâties tout le projet.
            Patatrac ! La première livraison a été bloquée en douane pour facture non conforme selon l’avis d’un obscur fonctionnaire.
            C’est là que j’ai fait partie d’une délégation qui s’est rendue à l’aéroport pour tenter de discuter (pour rien) puis que j’ai transmis, avec l’aide de nos collègues juristes, le dossier au directeur de notre filiale française qui a contacté le ministère.
            Au bout de 3 semaines, la cargaison est enfin partie, et nous avons entre-temps retenu toutes les livraisons, dont une urgente pour l’Australie, en magasin.
            Pensant avoir réglé le problème, nous avons procédé à l’expédition des lots en attente. Il a fallu pourtant à chaque fois nous rendre à l’aéroport avec les documents du ministère, les fonctionnaires sur place n’acceptant pas d’avoir été désavoués par leur hiérarchie, et de plus avaient du mal à accepter la primauté des règles européennes.
            Après plusieurs mois de chicaneries administratives de la part des autorités françaises, lors d’une réunion mémorable des « technicals opérations’, notre chef très remonté a décidé: « nous retournons en Allemagne ! »
            L’usine allemande a été validée avec de substantiels investissements, la production transférée, tous les CDD et intérimaires qui avaient été embauchés pour gérer l’augmentation de la production de l’usine française relâchés sur le marché, et une fois tout réglé, l’usine a été vendue à un tiers…

            Je sais c’est un peu long, mais je voulais être précis.

      • Un emploi de supprimé dans la fonction publique crée entre 2 et 3 emplois dans le privé. Alors oui, la réduction des dépenses publiques aura un effet sur l’emploi : celui de supprimer le chômage.

      • « the tree of liberty must be refreshed from time to time with the blood of patriots & tyrants. »
        Thomas Jefferson

        •  » Les hommes politiques et les couches des bébés doivent être changées souvent, et pour les mêmes raisons… »
          George Bernard Shaw

    • Début d’année avec le prélèvement a la source.
      Et ce n’est pas parce que les médias se sont détournés des GJ « du début » que ces derniers ont cessé leurs revendications.
      On assiste, non pas à la résolution du problème suite au discours de lundi, mais au story telling de la résolution du problème

  • Le socialisme institutionnel reprend la pouvoir… Parce qu’on a filé quelques miettes aux smicards et aux petits retraités ?!
    LOL ! Comme on dit chez les ados…
    Quant à l’écologisme qui reprendrait du poil de la bête ? Re-LOL ! La taxe carbone en a pris un coup dans le buffet, le CT durci sur la pollution a du plomb dans l’aile, les péages urbains, c’est plié, et « l’ecotaxe » poids lourds vient de récupérer 3 clous de plus sur son cercueil…
    Et le Macron, lui, n’a concédé en réalité qu’une avance sur salaire, en accélérant des promesses qu’il avait inscrites dans son programme.
    Le plus réjouissant, c’est que ce psychorigide de Premier ministre – mister 80 (vitesse ou QI ? ) – vient de bouffer son chapeau devant la France entière. Courage, Président, remettez-nous le 90, qu’on ait un dernier orgasme, avant votre départ définitif !

    • Bah c’est un fait que les 100 balles « qui ne coûteront pas un sou aux entreprises » vont devoir sortir de quelque part, autre que le chapeau de Manu… Non? On a bien des promesses de dépenses additionnelles sans réduction de la gabegie… Non?

      Sinon, je vous seconde sur le 90, et même je verrais bien un retour au 110 sur doubles voies :p

  • Et si Strasbourg était le petit jocker de l’Etat. La diversion qui tombe pile au bon moment ?
    Pas impossible du tout…

  • je crois qu on ne peut pas cumuler prime d activité et APL.

    • tous les revenus vont figurer sur la feuille d’impôts meme les allocations familiales, jospin a échoué la dessus , mais là…

  • A la radio j’ai entendu qu’il était désormais possible de sortir de l’EU unilatéralement. Le Brexit se fera. L’Italxit suivra. La France, Espagne, Portugal, Grèce également. Nous entrons dans une période instable où l’argent va disparaître d’un coup. Forcément car on l’a déjà dépensé !
    Et là les fonctionnaires devraient enfin comprendre la fameuse justice sociale. Les Français seront enfin égaux et pauvres. Youpi !

    • oui , le chaos est consubstantiel de la crise française et italienne

    • Un truc que les gens ont du mal à comprendre : on n’est égaux que dans la pauvreté.

    • L’Europe va se prendre un énorme coup d’arrèt en juin 2019. La rancoeur et la colère des Français va se déverser en vote contre Macron, donc contre l’Europe. Beaucoup de nations vont aller dans le même sens. L’Europe est morte. Bon débarras.

      • Que Dieu vous entende…

      • @ Cernu
        Toujours cette même erreur de confondre France et Union Européenne! Croire que les autres pays pensent forcément comme la France ne se vérifie pas souvent!
        En fait, la Grèce n’a pas quitté l’U.E.! Le Brexit a vu sa décision définitive reportée par Mrs May mais le 29/03/2018 reste la date buttoir européenne. L’Italie ne songe pas à quitter l’U.E. malgré ses partis folko’s au pouvoir. … Et la France sortira peut-être de la zone €, mais de l’U.E., il n’en est pas encore question, que je sache. Idem pour la péninsule ibérique qui se redresse.
        L’U.E. n’est pas une autorité autonome! Ce sont encore les nations qui y prennent les décisions et encore (trop) souvent à l’unanimité des chefs d’état et de gouvernement.
        La démocratie y est scrupuleusement respectée par vote au parlement européen mais aussi par vote par les parlements de chaque pays membre pour chaque directive!
        Une simple relation de cause à effet serait plus plausible qu’une projection de l’humeur supposée nationale. Les boucs émissaires, c’est pratique mais moins efficace si la logique disparait.

        • Par vote de chaque pays membre pour chaque directive ? Sérieux ? Comme lorsqu’on a « puni » l’Autriche d’avoir mis un parti « extrémiste » au pouvoir ? Ou maintenant quand on veut « punir » la Pologne ou la Hongrie ? Ils ont demandé l’avis des parlements des pays punis ? Trop fort !
          N’empêche que l’UE est une grosse usine à gaz réglementaire remplie de fonctionnaires bien payés. Qui décident souvent à la place des politiques, justement parce que c’est très difficile de trouver un accord.

  • Il faudra un jour arriver à faire la différence entre les films qui tournent en boucle à l’écran et la réalité vraie.
    A propos, je ne veux pas être méchant, mais vous pensez que les évènements d’hier soir à Strasbourg, dignes d’un épisode des pieds nickelés (un « droit commun » cherché pour homicide, logé chez un pote par pure amitié, qui arrive à s’échapper malgré une présence police-armée très importante…) vont aider le pouvoir à capitaliser sur la gestion plutôt maîtrisée de la dernière journée de manifestations ?

  • A suivre avec le prélèvement à la source en janvier ?

  • De toute manière, ce n’est qu’un court répit.
    La France était plutôt bien notée par les prêteurs du fait de son bon taux de recouvrement de l’impôt (i.e consentement à l’impôt). Les GJ mettent un terme à cette vision en montrant un ras le bol fiscal: donc, en résumé, la France est déjà championne d’Europe en terme de prélèvements obligatoires, dans le peloton de tête des dépenses, des déficits publiques. Les marges de manoeuvre des pouvoirs publics sont nulles: seule, une politique de réduction de la dépense publique est possible.
    Certains doivent allumer des cierges afin que le PalS se déroule bien.

  • L’article laisse entendre qu’un mouvement concerté et sournois a eu lieu afin de faire dévier les gilets jaunes de leur ligne initiale libérale et de les « infiltrer » avec une idéologie collectiviste mortifère.

    Je suis convaincu que ce n’est pas le cas. La triste réalité, c’est que ça reflète simplement la bêtise et l’ignorance d’une majorité de Français en matière économique. Les authentiques libéraux ont été marginalisés très tôt dans le mouvement car ils représentaient une portion congrue des manifestants.

    • oui je suis d’accord avec ce diagnostic

    • Ce n’est pas l’idéologie qui s’est infiltrée, ce sont les politiciens bien organisés.

      On a tendance en France à croire que les politiciens ne sont que ceux que l’on voit à la télé, mais le pays est gangrené d’adjoints au maire frustrés qui veulent devenir Kalife à la place du Kalife, de délégués syndicaux dont la seule production est de faire des notes de frais au CE pour augmenter leurs fins de mois, de présidents d’associations qui détournent les subventions municipales pour les réintroduire dans les paris politiques ou les groupuscules divers, etc…

      Ce sont eux, le vrai visage du socialisme, absolument pas l’idéologie. D’où d’ailleurs tout le ramdam autour des Maires de France.

      Les citoyens sont largement plus libéraux que ce que l’on pense, mais ils sont totalement isolés et ils n’ont aucune envie de faire de la politique et de se mêler à ce panier de crabe.

      • @Olivier Maurice
        C’est vrai. Mais tout pouvoir a besoin du support d’une idéologie. Sans support idéologique, tout bien organisés et conscients de leurs intérêts d’exploiteurs, tous ces politiciens, journalistes, pseudo-intellectuels, pseudo-sociologues, syndicalistes, « élus » « nationaux » et « locaux », fonctionnaires… auraient été incapable de confisquer le devant du mouvement comme ils l’ont fait.

    • Il n’est pas question de « mouvement concerté et sournois », simplement d’un choix à peine voilé du gouvernement et des médias de détourner le débat vers des sujets plus maîtrisés et dans l’air du temps.
      L’ignorance d’une majorité de Français en matière économique n’est plus à démontrer, c’est vrai. Mais alors comment expliquez vous le refus maintes fois réitéré d’accepter les politiques ou les syndicats dans le mouvement, vu que les messages relayés par les médias étaient strictement les mêmes que les revendications de Mélenchon ou de la CGT ?
      Tous les institutionnels savent très bien que c’est le budget de l’Etat qui les fait vivre, il faut donc absolument dévier le débat de l’analyse des dépenses publiques et l’envoyer vers des « cadeaux ».

  • Après: « le peuple n’a plus de pain, qu’il mange de la brioche ! » Nous avons maintenant: « le peuple n’a plus d’argent pour payer le diesel, qu’il achète une voiture électrique ! »

    • C’est la presse allemande (Die Welt) qui nous a rappelé le coup de la brioche. Dans la presse française, on est trop « informé » et « décrypteurs » pour une vision aussi simpliste …

      • n plus cette histoire de brioche était deja une fake news inventés par les rédacteurs de gazettes ,si n en croit les historiens, sans doute un ancêtre de mediapart

  • Heureusement que tout cela se termine sinon le gvt aurait dû sacrifier la terre en supprimant sa transition énergétique ,le plus grand genocide que la terre aurait connu , je vous le dis et il faut me croire !
    A priori l’Espagne et la France sont en compétition pour être les sauveurs du monde ,Espagne 2 , SMIC augmenté de 400 euros, 100% renouvelable en 2050. France 1 ,Macron toujours président.

  • « Cela fait maintenant bien quinze jours que la presse ne leur tend plus le micro  »
    Que faire dans un pays où la presse est quasiment en totalité sous contrôle du (vrai) pouvoir?

  • C’est fini… c’est ce dont les médias cherchent à vous persuader…
    Les problèmes que vous soulevez vont resurgir bientôt… Macron n’a rien résolu, tout ce qu’il fait est de la com agrémentée de quelques dépenses supplémentaires

    • @ La petite bête
      On verra bien: le discours parfait n’est pas le gage de l’action parfaite, en politique.
      Par contre, le discours (que j’ai réécouté) me parait d’une précision et d’une rhétorique redoutable: un modèle du genre. Bravo aux rédacteurs!

  • Après la colère, après la rage, suivra bientôt le désespoir. Et la ca va tabasser fort.

  • Je pense qu’à force de donner ,nous allons droit à la catastrophe du pays,nous allons descendre comme la grèce.Que feront les français dans ce cas là.?IL SERAIT TEMPS QU ILS COMPRENNENT

  • Un peu décevant après https://www.contrepoints.org/2018/12/08/331926-gilets-jaunes-la-faillite-de-letat-providence. Plusieurs paragraphes décrivent parfaitement bien ce qui s’est passé : la confiscation d’un mouvement anti-impôt par ceux qui en vivent et qui, sentant le danger, se sont levés comme un seul homme pour noyer un refus simple et légitime en un fatras de revendications contradictoires socialo-compatibles. M

    • Suite. Mais je ne suis pas sûr que FI et RN soient réellement les perdants de ce holdup, bien au contraire. Leurs idées fausses, qui se ressemblent, pas si étrangement que ça, n’ont pas cessées d’être mises en avant par les pseudo représentants autoproclamés des « Gilets Jaunes » (comme Benjamin Cauchy) et elles ont participé à l’étouffement du mouvement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles