Un impôt s’éteint, une surtaxe s’éveille

La taxe d'habitation semble partie pour partir définitivement. Oh là, pas si vite moussaillon ! Avez-vous pensé au Manque À Gagner ? Il va vite falloir surtaxer quelque chose pour compenser, n'est-ce pas !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un impôt s’éteint, une surtaxe s’éveille

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 mai 2018
- A +

Grâce aux petits bras musclés du Président jupitérien, on a enfin supprimé (ou on est en train de supprimer) la taxe d’habitation. Youpi, joie dans les foyers et poulet-frites le dimanche : le racket fiscal serait en train de diminuer ! Youpi !

Tout cela est bel et bon, mais voilà, une question brûle les lèvres des fiscalistes, des journalistes et des élus de ces communes directement impactées par le tarissement d’une source d’Argent Gratuit Des Autres : comment compenser le Manque À Gagner ?

Bien évidemment, ici, avant de demander comment compenser ce manque affreux, personne dans les rédactions, les communes et à Bercy ne semble vouloir se poser la question de savoir pourquoi il faudrait compenser quoi que ce soit.

Oh, bien évidemment, il se trouvera toujours quelqu’un pour baratiner niaiseusement sur la nécessité de financer ces communes qui, sans cet apport financier, ne seront évidemment pas capables d’assurer l’absence de maintenance des routes et leur saupoudrage régulier de ralentisseurs hors normes et illégaux ; la disparition de la taxe d’habitation, c’est aussi moins d’argent pour les jolies petites écoles républicaines où l’on apprend à lire de travers, à écrire de façon inclusive et à compter sur les autres ; la baisse des rentrées fiscales, c’est évidemment le synonyme d’une diminution insupportable des équipes municipales, véritable vivier d’emplois et réserve statistique indispensable pour éviter de faire rougir les chiffres de Pôle Emploi…

Et comme personne ne cherchera donc à savoir si on pouvait se passer de ces financements parce que les dépenses attachées étaient parfaitement dispensables, il ne surnagera de ce cloaque que cette seule demande, pressante, de savoir où diable trouverons-nous tous ces beaux milliards qui manqueront inévitablement.

Heureusement, la Macronie sait fort bien gérer ce problème en appliquant les solutions de la Hollandie et de la Sarkozie avant elle : de nouvelles taxes seront rapidement appelées en renfort. Oh, pardon, c’est vrai, j’oubliais que les nouvelles taxes sont interdites par doxa ! Emmanuel l’a bien rappelé, à de nombreuses reprises : il n’y aura pas de nouveaux impôts ni de nouvelles taxes.

Nous nous reporterons donc sur de nouvelles surtaxes : celles-ci porteront sur des taxes déjà existantes qu’on va simplement grossir. Tout ceci passera comme une lettre à la poste en tarif normal 20g (c’est-à-dire distribuée en retard, pliée en deux, dans la mauvaise boîte).

Je résume donc.

Dans un élan d’une générosité calculée, notre Président À Toutezétousses a décidé qu’il fallait supprimer la taxe d’habitation. Et de la même façon que la dette d’Air France qui ne sera pas prise en charge par le contribuable, non non et non, c’est Bruno qui le dit, de la même façon que la dette de la SNCF ne sera finalement pas répercutée dans les comptes de la nation, non non et non, de la même façon que tant d’autres dettes, trous, déficits et abime fiscal ne seront pas comblés par le contribuable, non, non et non il n’y aura pas de nouvel impôt ni de nouvelles taxes sur l’immobilier pour compenser la disparition de la taxe d’habitation.

Dans un de ces magnifiques tours de magie qui font mal aux orifices, nos élites actuelles envisagent donc une surtaxe foncière.

Malins, les élus se sont cependant demandés comment faire pour tabasser le contribuable (exercice auquel ils sont habitués) mais sans que cela ne compromette leur réélection. Or, la taxe foncière, pilotée localement, devient vite une variable d’ajustement en cas d’année électorale. Une solution a rapidement été trouvée : faire porter le tabassage sur les résidences secondaires. Ainsi, c’est le maire de la commune dans laquelle le contribuable ne vote pas qui sera responsable de la vilaine augmentation.

Bien joué.

En attendant, certains (les plus naïfs sans doute) attendent encore et toujours une baisse éventuelle des dépenses publiques, depuis les communes jusqu’au niveau de l’État national. Têtus, certains députés, ne reculant devant aucun bobard éhonté, relaient la belle légende d’une recherche d’économies dans les dépenses publiques.

Las : les chiffres sont au moins aussi têtus que nos élus. En Europe, le pays champion toutes catégories des dépenses publiques reste indubitablement la France.

Las, quoi que pipeautent les dirigeants, les députés ou les élus de toutes sortes, quand bien même 8 Français sur 10 réclament une baisse de ces dépenses publiques, ces dernières continuent d’augmenter.

Las, le seul motif de satisfaction du gouvernement, c’est de rendre compte d’une petite diminution dans son rythme d’augmentation : le taux moyen de croissance en volume de la dépense publique serait de 0,25% entre 2019 et 2022, contre une précédente prévision de 0,325% d’après le rapporteur du budget à l’Assemblée.

Notez au passage qu’il ne s’agit que d’une prévision, largement sujette à correction (défavorable) dans les mois qui viennent. Notez aussi que c’est bien d’une diminution de l’augmentation des dépenses, pas d’une diminution des dépenses : fouyaya, toute cette puissante diminution de second ordre me donne le tournis !

Bref, il n’y a pas plus de diminution des dépenses publiques que de beurre en broche, ce qui permet à Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie jamais en retard pour débiter une ânerie, de se positionner gagnant dans la course à l’échalote de celui qui trouvera le plus d’économies virtuelles dans la fiscalité publique. Pour lui, c’est même, je cite :

la première solution, celle à laquelle on ne pense jamais spontanément, et pourtant, sans doute, la plus efficace.

Et il est vrai que fermer enfin un ou deux sprinklers à pognon ne vient vraiment pas spontanément à l’esprit de nos technocrates et de nos élus qui n’ont jamais vécu que par et pour la dépense publique.

Rassurez-vous cependant : comme en témoigne l’absence totale de proposition concrète d’une diminution réelle de ces dépenses, pas plus que la moindre désignation d’un de ces sprinklers si largement ouverts, tout ceci n’en est pour le moment qu’au stade du vœu pieux : certains impôt disparaissent, la fiscalité augmente, les dépenses ne diminuent pas.

Tout va bien.



Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • A une diminution de l’augmentation des dépenses, il aurait été préférable une augmentation de la diminution des dépenses.
    Vous me direz que multiplier zéro par 10%, cela fait toujours zéro.
    Mais zéro, c’est le chiffre qu’adorent nos polytocards, ce qu’il sont, non ❓

  • Je sais que c est la regle du pamphlet de grossir le trait mais la ca tombe quand meme pas mal a coté.

    1) les residences secondaires ne concernent qu une minorite de communes (en general touristiques). qui a une residence secondaire a noeud les mines ?

    2) surtaxer les residences secondaires ne suffira pas a combler le trou (vu qu il doit y en avoir 100 fois moins que de residence principales)

    3) sur un plan economique, il est pas mal de taxer un peu plus l immobilier et moins le reste (actions ou le travail) car c est pas dans le parpaing qu est l avenir de la France. SI en plus ca peut permettre une meilleure allocation d actif ca serait pas plus mal

    • Le parpaing n’est pas délocalisable. La moindre startup en IA, si, et très facilement en plus.
      Comme il n’est absolument pas question de mettre en place un cadre qui permettrait éventuellement à ces startups de s’épanouir en France (après tout, si elles veulent des aides elles n’ont qu’à intégrer le CAC40, comme tout le monde) il serait peut-être… malavisé de faire trop de choses qui pourraient donner au parpaing l’envie de ne pas s’installer…

    • Une résidence secondaire est un bien qui vous appartient, mais pour simplifier les choses, dont l’adresse postale est différente de celle où on peut vous envoyer votre avis d’imposition. Par exemple, si vous recevez votre courrier à la maison de retraite mais que vous gardez la maison pour que vos enfants puissent venir cueillir les pommes ou y tenir un carré d’asperges…

      • super rentabilite … une maison vide pour 2 paniers de pommes par an. en admettant que les enfants aient enfin de le faire (pas evident surtout s ils habitent loin)

        • @cdg
          Tous ces lieux préservés, qui échappent à la densification urbaine et qui, selon vos critères, ne servent à rien, c’est, entre autres, ce qui vous permet de pouvoir encore respirer.

        • Ce sont des biens invendables. Il y en a plein nos campagnes.

    • Comme vous le faites remarquer, s’en prendre au résidences secondaires, c’est s’en prendre à l’emploi. Centre de réservations, concierges, nettoyage, restaurants, peintres… ce sont des emplois bel et bien réels.

      Tandis que les actions, vous avez intérêt à délocaliser, seul les abrutis gardant leurs actions, SICAV, FCP … en France. Comme c’est plus mobile, vous échappez facilement aux taxes délirantes de l’état français. En choisissant les actions qui ne distribuent pas de dividendes, vous arrivez à pas loin de zéro impôt.

      • @MichelC
        1) vous croyez vraiment que l avenir de la France c est d avoir des concierges, des service de nettoyage et des peintres ? Perso, je pense que c est mieux d avoir des Ingenieurs, de la fibre optique et des specialistes de l IA que des bac -5 pour nettoyer ou monter des parpaings

        2) en ce qui concerne actions et autres produits financiers, vous etes impose selon votre pays de residence, pas le pays de detention de vos actions. donc ca sert a rien a d avoir son compte titre en suisse si vous residez en France.

        • @cdg
          Personne n’a dit que ces petits métiers étaient à eux seuls l’avenir de la France mais ils en font partie ni plus ni moins que les ingénieurs que vous leur préférez car ils sont tout aussi nécessaires.

          Quant à l’achat d’actions et d’autres produits financiers, croyez bien que ceux qui vendront des biens immobiliers pour en acheter sauront faire le pas pour s’en procurer à l’étranger, car être obligé de se déraciner ça donne des idées.

          Vous savez nous sommes tous très adaptables : s’il faut quitter la France pour la regarder sombrer de loin car nous aurons épuisé tout ce que nous pouvions faire pour elle, nous la quitterons. Donc si l’Etat français croit nous piéger, il est surtout en train de scier la branche sur laquelle il est assis.

        • 1) Ce que vous ne voulez pas voir, c’est que tout le monde ne peut être ingénieur. Il faut de tout.

          ET CE N’EST PAS A VOUS DE DÉCIDER. Laissez un peu de liberté.

          2) Inexact. Une partie est imposable en France, l’autre dans le pays de résidence. Cela dépend des actifs.

          Si vous prenez les bonnes actions et que vous fuyez la France en faillite, vous n’aurez payé quasiment aucun impôt en France.
          Vous pouvez même choisir le pays de destination pour la succession par exemple. Vous transmettez ou vendez quand vous êtes installé dans votre nouveau pays.

    • C’est vrai que l’immobilier est tellement peu taxé qu’on peut se permettre d’augmenter les taxes…

  • J’ai presque envie de dire que c’était prévisible mais on me disait que non lors des élections.

    En plus, petit truc rigolo lu dans un commentaire d’un autre article sur le même sujet : les résidences secondaires à Saint-Ouen, Vesoul, etc. ne doivent pas être très nombreuses, contrairement à Courchevel, Deauville, etc. J’en déduis que des villes qui ne devraient (j’espère) pas avoir trop de soucis financiers vont se retrouver avec encore plus d’argent tandis les autres ne pourront pas « compenser ».

    Sauf à imaginer une magnifique usine à gaz digne de nos enarques. La dite usine permettant de collecter localement via cette surtaxe foncière une somme redistribuer localement car (rayez la mention inutile) : justice sociale / égalité / solidarité / enfumage.

    Enfin comme prévu les villes vont être encore plus dépendante de l’état et ceci ne va faire qu’accroître leur déresponsabilisation, avec le joker « c’est pas ma faute, c’est l’Etat! ».

    En joie comme diraient nos amis anglais 🙂

  • « le seul motif de satisfaction du gouvernement, c’est de rendre compte d’une petite diminution dans son rythme d’augmentation »
    Ben oui, faudrait quand-même pas qu’on se mette en austérité non plus, c’est presque aussi mauvais que l’ultra-libéralisme débridé qui nous gangrène déjà !

  • Tout est paré ! Le tour du magicien Macron est prêt ! Regardons ce que fait sa main droite et surtout pas ce que fait sa main gauche.

    Les villes peuvent bien perdre leur rôle de proximité politique, le pays a déjà perdu sa souveraineté et est dépendant de ce qui se passe dans les coulisses de l’Europe Unie. Moins d’argent = moins de moyens = moins de pouvoir(s) = moins de crédibilité = moins d’utilité. Le plan est en route, la démocratie ne peut rien contrer puisqu’elle est enterrée.

  • Il faut detruire l’ENA.
    Delenda est Carthago, et l’ENA, disait Caton.

  • à STE bonjour,vous avez tout résumé sauf que les prochains votent, peux contrarier le destin de l’Europe ,et ,ça les emmerdes ils ne manquent pas de ressources,quittent à détourner la démocratie :la dictature avance à grand pas !!! méfiance vis à vis de certains élus. …

  • Hélas pour notre triste pays déjà en tête mondiale des prélèvements qui ne font qu’augmenter. Je n’écoute pas spécialement les infos il y en a marre, mais elles sont tellement présentes qu’on est obligé d’en entendre quelques-unes. Et là quelle honte pour notre pays il n’y a pas un politique, expert, association et j’en oublie, en fait tous ceux qui vivent aux crochets de la collectivité et qui sont de plus en plus nombreux qu’ils soient nationaux ou locaux, qui ne parlent pas de taxes ou de nouveaux prélèvements et ce quel qu’en soit le sujet.
    Il n’y a pas un jour ou les médias sont hilares pour nous parler de nouveaux projets pharaoniques ou de fêtes et manifestations grandioses, pas un jour ou l’on apprends que notre sinistre Président s’en va à travers le monde pour prêcher la bonne parole et convaincre que la France est tout ce qu’il y a de meilleur et que ce pays doit être cité en exemple, pas un jour ou les extrémistes écolos ou autres nous font subir de nouvelles contraintes sans pour autant que des mesure convenables soient prisent par l’Etat, le principal est de punir le peuple d’en bas et de les piller une fois de plus. C’est la culture désastreuse Française. Un régime communiste et en passe de devenir totalitaire pour preuve le projet de modification de la constitution pour donner pleins pouvoirs à l’exécutif sans en référer au peuple, en toute irresponsabilité et impunité pour ceux qui la mettent en œuvre, et pour être certain de n’avoir aucune responsabilité ils se sont voté une loi qui se nomme « droit à l’erreur » ce qui les excuse totalement de tous méfaits à l’encontre de la société.

    • Entièrement de votre avis Laurent. Et on nous traitera de tous les noms si nous n’abondons pas dans leur sens!
      Les rodomontades du président macron Roitelet n’amusent que sa cour qui vit à ses dépends. Quelle image de la France donne-t-il à l’extérieur! Pathétique!!!

  • il n’est pas interdit de voter là où se trouve sa résidence secondaire.
    certaines communes vivent largement de ces résidences . A elles de ménager et d’attirer les résidents secondaires.et tant pis pour les autres!

  • On peut en discuter longtemps. En vain. Le périmètre de l’Etat s’étend de plus en plus, sans pour autant donner plus de bien être aux citoyens. Les payeurs de plus en plus ponctionnés s’en vont de France et le vrai déficit s’aggravera. Seule la remontée des taux d’intérêt signera la fin de la récréation. Et c’est pour bientôt.
    Pour la forme, je croyais qu’il était difficile de voir le beurre en « broche », surtout quand elle était chaude.

  • Que de mauvais esprit !!!
    Pas d’impôts nouveau …. ce serait crédible ???
    Sauf que rien n’empêche les génies du racket systématisé de modifier en douce quelques items comme :
    – changer l’assiette du calcul …
    – modifier le taux d’imposition …
    Il n’y aura pas d’impôts nouveaux … CQFD
    J’arrête là je sui en train de leur donner des idées …

  •  » Nous débarrassons les communes d’un impôt mal fichu et impopulaire  »
    Le plus cocasse, c’est que c’est (c’était) le seul impôt ou taxe que je considère comme justifié, puisque le seul dont je vois les résultats autour de moi de façon positive comparé aux autres impôts qui produisent des hôpitaux surchargés, une police débordée, des routes peu entretenues et des universités à l’abandon…

    • C est un impot assez mal foutu car il repose sur des base datant des annees 70 et non actualisees. autrement dit, si vous avez un appart dans une residence datat des annes 70, vous allez etre classe grand luxe (car wc a l Interieur !) alors que si vous habitez dans une maison qui a 200 ans vous allez payer moins car votre maison est classee vetuste (meme si tout a ete remis a neuf)

      • Vu annonce pour un appartement dans le VIè à Paris, prix de vente 27M(e) 650 m2 (super grand luxe évidemment) la taxe foncière était affichée 6500 E par curiosité j »ai le calcul avec ma propre TF pour une maison de 2002 : 121m2 dans un commune de 20 000hab en province, surprise au mètre carré ma TF est plus élevée. Elle est pas belle la vie !

        • Bah vous avez les moyens … (de vous acheter un plus petit logement). Cela ne vaut-il pas une petit taxe ❓
          Je plaisante.

      • Si tout a été remis à neuf : vous devez faire une déclaration H2 ❗
        Oui, il y a un cerfa pour cela !!!

    • Je vois un certain nombre de résultats, mais d’une façon assez peu positive. Par exemple, les ralentisseurs agressifs ne valent pas mieux que les nids de poules. Ou les nombreuses pages de la brochure mensuelle de ma ville qui détaillent les subventions culturelles et celle de 700€ pour qui repeint sa façade aux couleurs vives choisies par quelques personnes que la communauté urbaine paie pour ça, elles me font mal au ventre, et en plus elles brûlent mal quand je veux allumer ma cheminée avec…

  • Qui a pu croire à l’enfumage de la suppression de la taxe d’habitation, mesure stupide de surcroît! Quant à taxer davantage le foncier, y compris les résidences secondaires, c’est une ânerie sans nom. La propriété de son bien évite la précarité, et si, à cause son travail on doit déménager, on peut toujours louer ce bien pour se permettre une location ailleurs. De même, si une personne âgée doit aller en maison de retraite et est propriétaire, son bien peut être loué pour payer ses frais de pension en partie, ce qui évite à l’état de s’en mêler. Et si au lieu de donner des subventions à tort et à travers l’état augmentait les retraites, les vieux pourraient subvenir à leurs besoins, voire rester chez eux en embauchant du personnel. Tout le monde serait gagnant!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Par David L. Veksler.

 

Vous êtes-vous déjà demandé s'il existait un chiffre unique qui vous permettrait de savoir si vous avez réussi sur le plan financier ? Il en existe un en fait : la "règle des 4 %".

La règle des 4 % est une règle empirique utilisée par la plupart des conseillers financiers selon laquelle le fait de retirer un maximum de 4 % de votre portefeuille par an vous permettra de vivre indéfiniment sur vos économies. La règle est basée sur 75 ans d'histoire des marchés boursiers et, bien que le pourcenta... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles