Les 10 plaies de France

Si les 10 plaies d’Égypte (non pas 7 comme souvent convenues) sont d’origine biblique, elles ont en France une tout autre origine bien humaine et bien française.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Emmanuel Macron, président de la République by Mutualité Française on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 10 plaies de France

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 juin 2022
- A +

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis allemands en ont 80 000.

L’étatisme est un système qui s’auto-alimente. Davantage d’État c’est toujours davantage d’interventions dans la vie publique donc toujours plus de fonctionnaires : avec 5,7 millions la France est largement au-delà des pays comparables. En effet, ramené au nombre de fonctionnaires pour 1000 habitants le pays se situe à 89 alors que l’Allemagne n’en compte que 56.

Quand Boris Johnson veut réduire de 20 % le nombre de ses fonctionnaires pour arriver à 64 pour 1000 habitants, en France, et malgré la promesse en 2017 du candidat Macron d’en réduire le nombre de 120 000, l’effectif a augmenté de 1 % et son programme 2022 table sur de nouvelles hausses.

Plus grave encore, malgré ce sureffectif (+ 40 % de Mitterrand à Hollande) le gouvernement fait de plus en plus appel à des cabinets externes alors que nous disposons de 30 000 hauts fonctionnaires dont ce devrait être le travail.

Non comptés dans cet effectif, une partie non négligeable des 1,5 million de salariés équivalent temps plein des différentes associations dont un certain nombre pallient les manquements de nombreux fonctionnaires.

La France dépasse donc largement les 6 millions de fonctionnaires et équivalents, soit entre 2 et 3 millions de trop !

La Cour des comptes a estimé à 3,5 millions d’euros le coût d’un fonctionnaire durant toute sa vie. En se basant sur la fourchette basse, c’est-à-dire 2 millions, la somme astronomique de 7000 milliards d’euros a été gaspillée depuis 1981 !

 

Endettement irresponsable

La conséquence de ce gaspillage se traduit par un recours massif à un endettement irresponsable qui est passé de 21 % du PIB en 1980 à 115 % en 2021 ! Soit près de 3000 milliards d’euros auxquels il convient d’ajouter le « hors bilan » pour arriver à un total de plus de 8000 milliards d’euros.

La nocivité de cette dette tient dans le fait qu’il s’agit à 60 % de dette de fonctionnement et donc sans aucune plus-value pour l’avenir.

Cet endettement se répartit pour environ la moitié sur le patrimoine des Français et l’autre moitié sur des pays étrangers pas toujours très amicaux envers la France.

C’est donc un héritage négatif colossal laissé à nos descendants qui, pour des irresponsables politiques, n’était pas trop grave compte tenu des taux d’emprunt très bas voire négatifs jusqu’à l’année dernière.

L’inflation galopante devient une bombe à retardement que nous allons prochainement découvrir car elle va immanquablement générer des taux d’intérêts plus élevés.

Sachant que 1 % d’augmentation des taux se traduira dans 10 ans par un coût supplémentaire pour nos finances de 40 milliards d’euros par an.

Comme nous pouvons nous attendre à un taux qui va rapidement atteindre 5 %, voire davantage, la dette risque de coûter 200 milliards d’euros supplémentaires que le budget ne pourra assumer.

C’est la mise sous tutelle du FMI et de la BCE qui attend le pays à court terme.

 

Désindustrialisation provoquée

Depuis les années 1970 l’industrie manufacturière a régulièrement régressé passant de plus de 22 % de part dans le PIB à 16 % en 2000, 11,5 % en 2014 pour descendre en dessous de 10 % actuellement.

Cette chute vertigineuse est due à deux facteurs.

Contrairement à ses voisins, le pays a tablé sur le service au détriment de l’industrie, oubliant que le premier client des services était justement l’industrie.

Ensuite, à cause d’une politique de taxation outrancière et d’un environnement normatif hyper contraignant nous avons rendu indispensable le fait d’aller chercher nos besoins vitaux à l’étranger, principalement en Chine qui nous a fourni des produits beaucoup moins chers permettant au passage de juguler une partie de l’inflation. Malheureusement, en même temps nos champions hexagonaux ont été obligés de délocaliser et développer leur entreprise sous des cieux plus avantageux.

Contrairement aux affirmations de Bruno Le Maire, la désindustrialisation des produits manufacturés se poursuit et ce ne sont pas les mesures homéopathiques de réduction des charges qui pèsent sur les entreprises françaises qui vont inverser la tendance.

Tant que les prélèvements obligatoires ne passent pas en dessous de 40 % du PIB, aucune amélioration significative ne sera au rendez-vous !

 

Système de santé défaillant

Le meilleur système de santé au monde n’est malheureusement plus qu’un souvenir lointain. Nous avons pu le constater lors de la pandémie pendant laquelle l’hyper administration de ce secteur a démontré sa totale inefficacité.

Accentué par la mise en place chaotique des 35 heures dans des services qui commençaient déjà à dysfonctionner, nous arrivons à la situation actuelle où le moindre rendez-vous demande des délais de plusieurs semaines quand ce n’est pas plusieurs mois, en totale contradiction avec le souhait de nos dirigeants de privilégier la médecine préventive.

Une des conséquences est le scandale des EHPAD actuellement en pleine actualité et qui va toucher de plus en plus de Français du troisième âge.

Mal soignée, une population ne saurait être efficace dans les domaines qui font aujourd’hui une nation développée.

 

Éducation à la dérive

Une majorité d’enseignants ne cache pas son appartenance à la gauche française. Les Français sont nuls en économie, mais comment en serait-il autrement quand on apprend que sont ou ont été professeurs d’économie des personnalités politiques telles que Christiane Taubira, Nathalie Arthaud ou Sandrine Rousseau, sans oublier Thomas Piketty.

La France s’enfonce d’année en année dans le classement PISA et surtout en mathématiques où notre renommée chute lamentablement.

Les incantations de Jean-Pierre Chevènement pour atteindre son objectif de 80 % de réussite au baccalauréat, n’y est parvenu qu’en dégradant la valeur de celui-ci. Ni, comme l’admet Élisabeth Badinter dans Le Point du 16 juin 2022, les inspecteurs généraux demandant aux jurys d’augmenter de 3 ou 4 points les notes attribuées aux examens.

 

Justice politisée

L’intégrité et l’égalité de la justice est un des fondements de notre société démocratique, c’est heureusement majoritairement le cas.

Mais nous assistons de plus en plus à une dérive dont un certain nombre de juges qui, ne cachent plus leur convictions politiques, se permettent d’adapter leur sentence en ce sens.

D’abord avec certaines jurisprudences qui vont à l’encontre des décisions débattues et adoptées à l’Assemblée nationale alors qu’ils n’ont aucun mandat du peuple pour le faire.

Ensuite, le refus par certains juges d’appliquer les sanctions prévues par la loi au fait qu’elles seraient contraires à leur conviction personnelle, ce n’est pas leur rôle qui consiste à appliquer des textes de loi valables sur tout le territoire français.

Enfin un laxisme coupable dans les condamnations des délinquants, par dogme mais aussi par manque de places de prison qui donne l’impression d’impunité.

 

Immigration incontrôlable

Contrairement à ce qu’une majorité de nos dirigeants laissent entendre, la France n’est pas ou n’est plus un pays riche.

Il convient donc de participer à la solidarité internationale en fonction de nos moyens et, tout en respectant les règles internationales, limiter l’accueil au droit d’asile des migrants en réel danger dans leur pays.

Concernant l’immigration économique et comme de nombreux pays la pratiquent, il est préférable d’adopter une immigration sélective en fonction des besoins.

Résolvons d’abord nos propres carences avant de songer à celles des candidats à l’immigration et surtout régulons plus sévèrement un regroupement familial qui explose.

 

Chômage endémique

Avec 2,9 millions de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans emploi) et 2,2 millions en activité réduite, la France se situe largement au-dessus de la moyenne des pays européens.

Selon le BIT le taux de chômage se situe à 7,3 % alors que l’Allemagne affiche 3,1 %. Comme souvent nous cherchons des excuses pour notre mauvais score en évoquant un chômage endémique supérieur alors que rien ne le justifie si ce n’est un manque de volonté à le résoudre.

Nous devons être beaucoup plus sérieux et donc sévères envers cette spécificité française qui ne repose sur rien sinon le laxisme.

 

Overdose de social

Avec près de 800 milliards d’euros de dépenses sociales, la France est devenue la championne du monde dans ce domaine.

C’est 31 % du PIB alors que la moyenne des 38 pays de l’OCDE est de 20 %. Si le pays était dans cette moyenne il ferait l’économie de 300 milliards d’euros.

Ce serait peut-être acceptable si la situation du pays était à un niveau proportionnellement meilleur, mais ce n’est pas le cas.

Nous pouvons, nous devons faire mieux tout en dépensant moins.

 

Avec la Nupes, l’extrême gauche est de retour

La démagogie a de l’avenir dans notre pays, plus le programme est irréaliste plus il fait d’adeptes.

Un français sur quatre est biberonné au gauchisme et a voté aux législatives pour le programme de la Nupes qui ringardise le Parti communiste. S’il était appliqué, il mettrait la France à genoux en moins de 6 mois.

L’Éducation nationale abandonnée à des enseignants gauchistes provoquerait bien le chaos en France qui sombrerait rapidement si M. Mélenchon arrivait au pouvoir.

 

Conclusion

Ces 10 plaies n’ont qu’une seule origine, la fonctionnarisation à outrance et son inefficacité patente qui déresponsabilise tout un peuple incapable de s’émanciper autrement que par une intervention systématique d’un État devenu impotent.

« On a tout essayé » selon François Mitterrand. C’est faux et une majorité de ceux qui nous gouvernent le savent, le libéralisme est la solution. Mais ce mot a été tellement galvaudé, il doit retrouver son sens originel.

 

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • On n’a pas tout essayé en effet : la vente des actifs de l’Etat (entreprises, hôpitaux, écoles, routes, etc …) règlerait au moins les 5 premières plaies citées ici.

  • Avatar
    jacques lemiere
    28 juin 2022 at 7 h 46 min

    hmmm on a en effet essayé toutes les solutions collectivistes et on a constaté que ça ne produisit pas l’effet escompté…

  • Ce constat est malheureusement indiscutable !
    Même les partis dits de droite sont à gauche.
    Ajoutons également le rôle toxique de l’UE qui vote des lois aberrantes comme la fin des moteurs thermiques en 2035.
    Avec Macron aux manettes, nous n’avons aucune raison d’être optimiste et nous pouvons déjà être certains que notre dette va encore exploser pendant 5 ans.

    • Les partis de droite sont à gauche… Si ce n’est toi, c’est donc quelqu’un des tiens… Là-dessus, au fond des forêts, le Loup l’emporte, et puis le mange, sans autre forme de procès.

  • Résumons. Trop d’Etat, de dettes, de social, une Éducation et un Hôpital à la ramasse, pas assez d’Industrie, Justice et immigration incontrôlée, haro sur la gauche ! Après le Goudron, les plumes ?
    Ah si la vie était si simple ! Qu’est-ce qu’elle serait belle… pour les gens simples.

  • Les dix plaies sont le résultat de seulement six responsables :
    – le début de la dette : Giscard,
    – le vrai péché originel : Mitterrand qui a ruiné la France en 3 ans…un « bon » 800 milliards de dettes (+ intérêts)…
    – Chirac le complice, n’a rien corrigé,
    – Sarko : » je rajoute 600 milliards… »
    – Hollande : la parenthèse inutile
    – Macron l’européiste qui se fout de la France et qui a d’ores et déjà ajouté 700 milliards de dette (dont « seulement » 180 liés à l’épisode COVID). Le budget 2022 était prévu en déficit de 154 milliards…
    On donne 29 milliards à l’europe en 2022 et on ne reçoit « que ? », somme introuvable, et ces aides européennes sont conditionnées: au moins 37 % de cette somme doit servir à la réalisation de l’objectif de neutralité climatique de l’UE et au moins 20 % au numérique.
    La France recevraient (impossible de vérifier) donc éventuellement 96% de ce qu’elle donne.
    Mais quel intérêt de « donner des sous » pour les recevoir en retour ? « Juste » de perdre la possibilité d’en disposer à son aise. Il s’agit donc uniquement de permettre notre perte de souveraineté.

    • Responsables, mais pas coupables.
      Qui vote pour des gens qui promettent monts et merveilles ? Qui veut plus de pouvoir d’achat, plus de protection, plus d’infirmières, plus de policiers…
      L’électeur cherche un coupable ? Qu’il se regarde dans la glace.

      • @abon aucun problème, pas le droit de vote en 81 et vous ça passe comment la glace ? Aujourd’hui le taux d abstention explose donc pas de pb de glace non plus. Ceux qui devraient ce sont ceux qui ont menti de façon éhontée à leurs électeurs : Chirac, Sarkozy mais ils ont été hontectemisés tout petits .

        • Des fois, quand je cherche un bouc émissaire à mes ennuis, quand je demande plus aux autres qu’à moi-même, je me fous des claques.
          C’est un travail de tous les instants. Nous sommes peu à l’exercer.

          • @abon pointer les responsables à un problème n’est pas chercher un bouc émissaire , c’est même l’inverse , chercher un bouc émissaire c’est charger un innocent de tous les problèmes . Vous avez une bonne capacité pour tordre la vérité , vous . Je comprends mieux votre fixette sur la glace du coup 😉

    • La France, c’est comme les Bourgeois de Calais : remise des clés du pays sur un coussin doré à la fiance, aux banques et à l’étranger.

      -3
  • « Résolvons d’abord nos propres carences avant de songer à celles des candidats à l’immigration et surtout régulons plus sévèrement un regroupement familial qui explose. »

    Des auteurs libéraux, comme Friedman par exemple, ont démonté ce type d’argument zemmourien.

    L’auteur prétend dénoncer l’étatisme, mais apparemment l’étatisme a du bon s’il permet de faire chier les noirs-et-les-arabes.

    -4
    • Les pays qui ont été construits par l’immigration n’ont pas accordé de subsides aux immigrants. C’est simple : qu’immigre qui veut, mais seule la génération suivante aura droit aux aides de l’Etat. Pour s’en sortir, les autres peuvent souscrire des prêts remboursables auprès des institutions qui les défendent.

      • « …mais seule la génération suivante aura droit aux aides de l’Etat »
        et pour quelle raison ?
        Ne raisonnez-vous plus dans un périmètre où l’Etat ne distribue pas des aides ?
        Qu’immigre qui veut, mais chaque personne vivant en France n’aura pas le droit à des aides financières de l’Etat. L’Etat s’occuperait de la justice et de la sûreté et basta.

        • Vous avez raison. J’ai voulu être trop réaliste, mais en fait, nul ne devrait bénéficier d’aides de l’Etat.

  • Le vrai ennemi du libéral n’est pas le socialiste, mais le sociologue: traiter scientifiquement les masses. L’individu n’a plus la science, n’a plus de raison.

  • Tout ce qui est dit ici est juste. Mais les français infantilisés et ignares ne veulent pas l’entendre.
    Doit on attendre que le fond soit atteint comme en URSS en 1989?
    Sachant que ce pays est de plus en plus collectiviste et liberticide!

    • L’Etat est un organisme vivant. Instinct de survie, prédation et extension de l’espace vital sont son quotidien.
      Sachant cela, que faire ?

  • une plaie supplémentaire: le poids des syndicats! Ce sont eux qui ont quasi détruit le port de Marseille. Ce sont eux qui ont fracassé les industries textiles et sidérurgiques. Ce sont eux qui découragent tout investisseur étranger à venir s’installer en France (hormis les subventionnés de la R&D et les startups sans main d’oeuvre). Ce sont eux qui empêchent par la loi des seuils les petites entreprises de devenir moyennes puis grandes. Ce sont encore eux qui à l’exemple de Radio France aujourd’hui donnent le signal de démarrage des grèves sans fin….
    Comme le pouvoir démissionne systématiquement, l’issue ne peut être que fatale…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Laetitia Strauch-Bonart
1
Sauvegarder cet article

Cet essai de Laetitia Strauch-Bonart, rédactrice en chef au journal Le Point, vient utilement alimenter le débat sur ce qui caractérise l’évolution historique vers la France d’aujourd’hui, tout en posant un diagnostic approfondi et des réflexions d’avenir quant aux voies à emprunter pour espérer s’engager vers de meilleures orientations.

Suite et fin de notre premier volet…

 

Inégalités à la française et incivisme

Loin de l’obsession égalitariste des Français, invalidée par les chiffres et les faits, les vraies inéga... Poursuivre la lecture

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

Hourra, nous n’allons plus payer la redevance télé !

Génial : 138 euros de plus par an, cela va considérablement augmenter le pouvoir d’achat des Français en cette période d’inflation. À titre de comparaison, l’effet de l’inflation sur un salaire médian en France, c’est 1323 euros de pertes annuelles (un mois de SMIC), mais ce calcul ne frappe que le salaire, aucunement les pertes de valeur de l’épargne et des liquidités.

Mais cessons de nous plaindre ! Enfin un pas qui va dans le bon sens : la diminution de la pression fiscale ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles