Thomas Piketty récidive

Le dernier essai de Piketty est une version réchauffée de la théorie de la paupérisation de Marx selon laquelle les riches doivent s’enrichir et les pauvres s’appauvrir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Thomas Piketty by Universitat Pompeu Fabra(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Thomas Piketty récidive

Publié le 1 février 2022
- A +

Par George Leef.

L’économiste Thomas Piketty est devenu internationalement célèbre avec la publication en 2014 de son livre Le capital au XXIe siècle. Les gauchistes se sont empressés de l’adopter car il prétendait prouver que l’écart entre les riches et les pauvres continuerait à se creuser (voire s’accélérerait) si les politiques gouvernementales de redistribution des revenus n’étaient pas renforcées. Si les progressistes ont loué le livre, les observateurs du marché libre ont estimé qu’il s’agissait de beaucoup de bruit pour rien – simplement une version réchauffée de la théorie de la paupérisation de Marx selon laquelle les riches doivent s’enrichir et les pauvres s’appauvrir.

À l’époque, j’avais apporté mon grain de sel dans une chronique de Forbes intitulée « Le livre de Piketty – Une autre excuse pour le pillage légal et l’expansion de l’État ».

Je faisais valoir que la théorisation économique absconse était un écran de fumée pour l’objectif philosophique de Piketty, consistant à utiliser l’État pour transférer la richesse de certaines personnes vers d’autres :

« Une telle redistribution ouvre inévitablement une boîte de Pandore de préjudices sociaux et politiques. Une fois que l’État commence à taxer les gens dans le seul but de les niveler, beaucoup vont rediriger leur énergie loin de la production, de la coopération et du commerce pacifiques, vers le lobbying, la corruption ou pire encore, dans le but d’inciter les fonctionnaires à leur donner une partie de la richesse confisquée ».

Contrairement à l’opinion de Piketty, plus l’État s’étend, plus il fait pencher le terrain de jeu en faveur des personnes et des organisations qui ont la richesse et le savoir-faire pour le manipuler à leurs fins. Les lecteurs souhaitant goûter davantage à la volumineuse critique des travaux de Piketty peuvent consulter le livre Anti-Piketty, paru en 2017.

Piketty contre les inégalités

Mais monsieur Piketty sait reconnaître une bonne chose quand il la voit et a récemment publié un nouveau livre, Vivement le socialisme !

Il s’agit d’un recueil de ses chroniques pour Le Monde, publiées entre 2016 et 2020. Son sous-titre anglais est « Dépêches d’un monde en feu », et le feu ne peut être éteint que par un contrôle accru de l’État. Les lecteurs y trouveront les opinions résolument progressistes de Piketty sur un large éventail de sujets.

Sa grande bête noire reste l’inégalité dans le monde. C’est une bonne chose. Vouloir réduire la pauvreté des plus démunis est louable. Ce qu’il ne peut ou ne veut pas reconnaître, c’est que cette pauvreté a rapidement diminué, car certaines des nations ayant les niveaux de vie les plus bas se sont éloignées des économies dirigées pour se tourner vers des économies de marché qui permettent davantage d’esprit d’entreprise.

Mais Piketty ne veut pas que cela fasse dérailler son obsession égalitaire, soulignant que « les 50 % les plus pauvres de la population restent les 50 % les plus pauvres de la population. »

Cela, bien sûr, doit toujours être vrai. Mais la question (du moins pour la plupart des gens) est de savoir si la grande pauvreté est davantage soulagée par le type de politiques dirigistes qu’il aime ou par la libéralisation économique. Malheureusement, Piketty ne veut pas s’aventurer dans cette controverse. Au lieu de cela, il présente l’inégalité en soi comme le problème primordial auquel les nations doivent faire face. Ainsi, selon lui, même si le libéralisme conduit à une amélioration économique pour les pauvres, cela ne règle pas la question ; le libéralisme permet à certaines personnes de s’enrichir plus rapidement que d’autres et, pour lui, c’est intolérable.

Prenons l’exemple de ses arguments en faveur de l’écologisation de l’économie mondiale. Il accepte les arguments en faveur d’un environnementalisme radical et concède que cela rendrait la vie plus difficile pour de nombreux pauvres. Ces personnes souhaitent-elles un tel verdissement ou préfèrent-elles un niveau de vie plus élevé ? Piketty ne sait pas vraiment comment ils réagiraient, mais il suppose qu’ils sont aussi animés par l’égalitarisme que lui, et écrit :

« L’ajustement considérable des modes de vie pour faire face au réchauffement climatique ne sera acceptable que si une répartition équitable de l’effort est garantie. Si les riches continuent à polluer la planète avec leurs SUV et leurs yachts enregistrés à Malte… alors pourquoi les pauvres devraient-ils accepter la taxe carbone, qui sera probablement inévitable ? »

Appauvrir les riches plutôt qu’enrichir les pauvres

En d’autres termes, le préjudice subi par les pauvres sera acceptable à condition que les riches soient davantage touchés dans leur mode de vie. Acceptable pour lui, en tout cas.

Piketty prend également position contre l’autonomie locale, car elle pourrait interférer avec son obsession d’utiliser les politiques de l’État central pour combattre les inégalités. Il critique une loi espagnole qui permet aux régions du pays de décider des taux d’imposition.

Cela le dérange car cela

« remet en cause l’idée même de solidarité au sein du pays et revient à monter les régions les unes contre les autres, ce qui est particulièrement problématique lorsqu’il s’agit de l’impôt sur le revenu, puisque celui-ci est censé permettre la réduction des inégalités entre les plus riches et les plus pauvres… »

Cela illustre parfaitement la philosophie des progressistes, selon laquelle la liberté doit être subordonnée à leur souci primordial d’égalité. Que faire si un développement économique plus rapide catalysé par une baisse des impôts plaît à la majorité de la population ? Eh bien, ils ne peuvent pas l’avoir si les intellectuels de l’élite ont décidé que l’égalité au sein de la nation est plus importante. Ce même point de vue signifierait, bien sûr, que le gouvernement mondial devrait éradiquer la concurrence fiscale nationale. Le point de vue de Piketty conduit à la perspective effrayante d’un gouvernement mondial poursuivant sans relâche des objectifs égalitaires et écrasant la liberté.

Les personnes qui créent et dirigent des entreprises devraient-elles être autorisées à les gérer comme bon leur semble ? Certainement pas. Piketty leur propose de nombreuses directives à respecter. Les lois devraient obliger les propriétaires à partager le contrôle avec les travailleurs. Les conseils d’administration devraient être composés de pourcentages corrects de femmes et de groupes minoritaires, car une autre fixation égalitaire est la représentation adéquate des groupes. Que se passe-t-il si les travailleurs veulent que l’entreprise agisse de manière irréfléchie, au détriment de sa viabilité à long terme ? Que faire si les membres du conseil d’administration mandatés connaissent mal l’entreprise et gênent l’entrepreneur qui la connaît ? Tant pis, nous devons être justes envers tous les groupes.

Il ne semble pas venir à l’esprit de Piketty qu’avec ses règles d’équité, il y aurait moins d’investissements et moins de personnes prêtes à entreprendre le travail difficile et risqué de la création d’une entreprise. Il est catégorique : « le sacro-saint mantra du marché et de la propriété privée » ne doit pas bloquer sa vision de la bonne société, ce que Thomas Sowell appelle « la vision des oints ».

Le problème central est que Piketty a sa propre vision sacro-sainte, dans laquelle un État central puissant donne des ordres aux gens pour qu’ils n’interfèrent pas avec son grand projet d’égalité. Ne s’est-il jamais demandé combien le monde serait plus pauvre s’il n’y avait jamais eu d’échappatoire au contrôle social vertical du féodalisme ? Après tout, les nobles féodaux avaient une vision de la bonne société, une société ordonnée où les gens faisaient ce qu’on leur disait et acceptaient que la vie soit telle qu’elle était parce qu’elle était ordonnée par Dieu.

Je doute qu’il le fasse.

Le monde a toujours compté beaucoup de personnes comme Piketty, c’est-à-dire qui se sentent autorisées à dicter la façon dont les autres doivent vivre afin que leurs concepts de perfection sociale puissent se réaliser. Si nous parvenons un jour à perdre la mauvaise habitude de leur prêter attention, nous nous en porterons beaucoup mieux.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

 

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Les propositions de Piketty ont été mises en oeuvre dans bien des pays depuis un siècle, et ça n’a jamais apporté que misère et oppression… Quoi de neuf ?

  • Analyse très juste et conclusion parfaite.

  • « En d’autres termes, le préjudice subi par les pauvres sera acceptable à condition que les riches soient davantage touchés dans leur mode de vie. Acceptable pour lui, en tout cas »
    Piketty méconnaît gravement la nature humaine. Car loin de faire passer la pilule pour les plus pauvres, cette politique ne fera que mécontenter tout le monde, chaque groupe risquant de faire sécession.
    Les riches trouveront détestable de se voir encore plus ponctionnés – comme s’ils ne l’étaient pas assez. Les pauvres de se voir surmatraqués – alors qu’ils sont déjà les premières victimes des politiques, parfois délirantes, de la réduction des GES ou de la pollution.
    Quand on interdit les véhicules anciens dans les centre-villes, qui trinque, sinon ceux qui n’ont pas les moyens de changer de véhicule au gré des caprices de nos élites ?
    Si on rétablit la taxe carbone sur les carburants, déjà surtaxés, un riche, même surimposé, sera-t-il gêné ? Pas le moins du monde. Le budget carburant représentera toujours pour lui une dépense minime.

  • « En d’autres termes, le préjudice subi par les pauvres sera acceptable à condition que les riches soient davantage touchés dans leur mode de vie »
    Piketty méconnaît gravement la nature humaine. Car loin de faire passer la pilule pour les plus pauvres, cette politique ne fera que mécontenter tout le monde, chaque groupe risquant de faire sécession.
    Les riches trouveront détestable de se voir encore plus ponctionnés – comme s’ils ne l’étaient pas assez. Les pauvres de se voir surmatraqués – alors qu’ils sont déjà les premières victimes des politiques, parfois délirantes, de la réduction des GES ou de la pollution.
    Quand on interdit les véhicules anciens dans les centre-villes, qui trinque, sinon ceux qui n’ont pas les moyens de changer de véhicule au gré des caprices de nos élites ?
    Si on rétablit la taxe carbone sur les carburants, déjà surtaxés, un riche, même surimposé, sera-t-il gêné ? Pas le moins du monde. Le budget carburant représentera toujours pour lui une dépense minime

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacques Clouteau.

Depuis des décennies, et encore plus au moment des campagnes électorales, je trouve que les discours des hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, les compte-rendus des journalistes et les avis des économistes sont d'une exaspérante vacuité lorsqu'ils se mettent à évoquer l'économie du pays.

Je note toujours avec amusement que ces économistes sont en fait des professeurs d'économie dans une quelconque école, ce qui en dit long sur leur contact avec l'économie réelle que nous autres, entrepren... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut économique de Montréal

J'ai récemment fait une rencontre qui s'est d'ailleurs terminée de façon passablement abrupte et orageuse, avec deux personnes de monde des affaires. Nous discutions notamment du libre-échange et de son pendant inverse, le protectionnisme.

Cette rencontre m'a permis de réaliser à quel point certains concepts économiques de base demeurent au fond très incompris, et ce même chez des personnes éduquées occupant des positions importantes.

Depuis au moins deux siècles, la science... Poursuivre la lecture

entreprise à mission
0
Sauvegarder cet article

Par Adrien Faure.

Je vous partage aujourd'hui la première partie d'une nouvelle réflexion qui portera cette fois-ci sur la philosophie politique de Milton Friedman et sa conception de la liberté. Dans cette première partie introductive, je présenterai brièvement l'auteur et proposerai quelques premiers éléments sur sa conception de la liberté.

Milton Friedman, un libéral utilitariste

Milton Friedman, économiste américain néo-classique et positiviste de l'École de Chicago, Prix Nobel d'économie en 1976 et père de l'anarchiste lib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles