Une Justice au taquet dans une France inégalitaire

Le Deux Poids Deux Mesures s’est tellement installé en France qu’il devient la principale raison des partitions qui s’opèrent dans le pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une Justice au taquet dans une France inégalitaire

Publié le 14 juin 2021
- A +

par h16

Au moins l’affaire n’aura pas traîné : pour un acte commis le 8 juin, l’auteur est immédiatement arrêté, porté devant la justice le 10 juin, condamné dans la foulée et directement mis sous écrou. La France va pouvoir reprendre le cours normal de sa déchéance douillette.

Oh, bien sûr, on devra se réjouir que la justice française n’aura ni temporisé dans son action, ni hésité dans sa sanction : deux jours seulement après avoir collé une petite gifle au président Macron, lequel s’en est fort vite remis, Damien Tarel est condamné à quatre mois de cellule dont il verra bien les murs puisqu’il y a été placé au sortir de son procès qui n’a guère duré. Pas de doute, quand la justice peut faire vite et ferme, elle fait vite et ferme.

Certes, la personnalité bousculée, symbolique, appelle probablement à un traitement rapide et exemplaire. Que voulez-vous, « quand président fâché, lui toujours faire ainsi ».

Malheureusement, si l’on peut admettre que Damien Tarel a essentiellement giflé un symbole et qu’il paye donc cher à ce titre, force est aussi de constater que, d’une part, le symbole n’est pas aussi reluisant et exemplaire qu’il devrait l’être, et que d’autre part, il arrive un moment, à force de dévalorisation de la fonction, où le symbole se détache de l’homme qui le porte pour ne plus laisser que ce dernier, dans sa chemise et son petit pantalon, entouré d’une garde prétorienne au passage un peu à la ramasse dans ce cas présent.

Est-il besoin de revenir sur les (beaucoup trop) nombreuses occasions où Macron n’a justement pas réhaussé la fonction qu’il occupe, depuis la myriade de petites phrases idiotes ou assassines sorties avec régularité, jusqu’aux situations grotesques, équivoques ou insultantes pour le peuple français dans lesquelles il s’est pavané avec une sorte de gourmandise d’enfant terrible cherchant absolument à casser les bibelots de famille juste parce qu’il le peut ?

Si l’acte de Damien Tarel est probablement condamnable au moins sur le principe, il n’en est pas moins parfaitement compréhensible, surtout par contraste avec les précédents présidents : là où Hollande incarnait surtout la mollesse, l’indécision et les petites combines, Sarkozy les gesticulations et les petits coups de menton peu suivis d’effets, aucun des deux précédents Présidents n’a aussi ouvertement évoqué le mépris de tout un pan du peuple comme les comportements et les raisonnements de Macron le laissent transpirer. Il est probable qu’en termes de nombres bruts, il existe actuellement dans le pays beaucoup plus de Damien Tarel potentiels envers Macron qu’il n’en a jamais existé envers les précédents occupants de l’Élysée. Le saupoudrage populaire par LBD et grenades de dispersion en 2018 et 2019, les confinements arbitraires et le délire bureaucratique total des 18 derniers mois n’ont certainement pas aidé.

Il n’en reste pas moins que le contraste est très fort entre cette justice rapide et ferme pour le Président (et pour les élus médiatiques en général) et celle de la justice quotidienne éprouvée par les Français du peuple, ces non-introduits, sans-réseau voire sans-dents, qui est systématiquement plus molle, tant en temps de réaction qu’en sanctions réellement appliquées.

On pourrait ainsi s’étonner du calme plat de certaines épopées judiciaires (celle concernant Benalla vient immédiatement à l’esprit, plusieurs années après les faits). On pourrait, de même, s’interroger sur la cohérence d’ensemble de la justice lorsqu’au moment même où le gifleur présidentiel est arrêté, déféré, jugé et incarcéré, se multiplient dans l’actualité les affaires sordides de multirécidivistes qui défrayent la chronique après l’un ou l’autre meurtre, et toutes ces affaires dont les jugements ont permis à tant de (pourtant) condamnés récidivistes de dormir chez eux, à tant de voyous, de racailles, de petites frappes de continuer leurs exactions, à tant de victimes de se retrouver sans le moindre espoir de réparation sinon physique du moins morale.

Ces colonnes et beaucoup d’autres ont déjà fourni de nombreux exemples d’affaires ignobles où la justice aurait dû être au moins à moitié aussi véloce que pour protéger le petit corps présidentiel, et au moins à moitié aussi sévère que pour punir le gifleur que les médias ont déjà agoni de sobriquets (ne manquant pas l’inévitable « complotiste » devenu indispensable par les temps qui courent). Il n’en a rien été et il n’en sera rien une fois que l’écume des jours sera passée et que cette petite péripétie de Macron au full-contact des Territoires sera oubliée de tous.

Et c’est bien l’un des plus graves problèmes de la France actuelle dont certains s’émeuvent (un peu tard) qu’elle se partitionne : les pauvres contre les riches, les provinciaux contre les urbains, les solvables et ceux que la justice ne loupera pas contre les éternels exemptés de ces quartiers émotifs pour lesquels la police n’existe plus, ceux dont on attend fermement qu’ils continuent à se fondre, corps et âme, dans la République contre ceux dont on tolère (surtout par calcul politique) qu’ils se communautarisent, ceux qui payent contre ceux qui touchent…

La France meurt de ces métastases multiples d’un Deux Poids, Deux Mesures que le Moyen-Âge le plus caricatural n’aurait pas renié, de ces passe-droits, privilèges et exonérations distribués à certains et de ces vexations, taxations et coercitions exercées sur les autres, bien distincts des premiers. La France, celle de ces tribuns la bouche toujours ouverte à réclamer l’égalité voire l’égalitarisme jusque dans les chiottes, les pronoms, les taxes et l’orthographe, se meurt de ne voir nulle part les plus essentielles des égalités (devant les devoirs, les ponctions, et les sanctions) respectée et appliquées effectivement.

Cette France partitionnée, inégalitaire semble autoriser sans sourciller de faire charger les CRS sur des jeunes qui s’amusent en groupe sous prétexte qu’est arrivée l’heure du couvre-feu (mesure parfaitement inutile et inique), tandis qu’au même moment, à quelques kilomètres de là, quelques privilégiés bien en cour peuvent apprécier les dépassements d’horaire aux Jeux du Cirque moderne, brisant ainsi ce même couvre-feu qu’il semble indispensable de faire respecter ailleurs à coups de lacrymogènes.

Dans ce cadre, la gifle présidentielle est peut-être la cerise démonstrative sur le gâteau d’iniquités que la France est devenue. Rarement dans l’Histoire du pays de telles inégalités ont ainsi été jetées à la face de ceux qui payent et subissent.

Décidément, « Liberté, égalité, fraternité » : la France de cette devise est morte.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Quel dommage que Damien Torel n’ait pas fumé quelque(s) joint(s) dans la journée et évoqué des « bouffées délirantes » !

  • Bravo pour cet article, car c’est peut être cet aspect là de notre société qui précipitera sa chute finalement, avant même les aspects économiques. Que la justice soit lente, mais avec tout le monde alors… pas comme dans ce cas précis ou le PNF avec Fillon.
    Les mecs voulaient se mettre au niveau du français moyen pour les vaccins.. pas de passe droit qu’ils disaient.. exemplarité et tout ça… et la ..BIM.. le bn gros passe droit.. J’ai pas souvenir d’une condamnation aussi rapide!

    • @ragnarok
      Bonjour,
      Le scooter du fils Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, volé le 7 janvier 2007 devant le domicile de la première épouse du ministre, retrouvé le 18 dans une cité. Le recours au prélèvement ADN a permis l’identification de 3 suspects dont 2 « connus des services de police » qui ont été laissés libres . En 2006, 8% des vols de deux-roues ont été élucidés (6908 pour 85 167 vols) et 281 voleurs ont été écroués.

  • Ce n’est pas François Hollande qui a été cambriolé mais Julie Payet, sa compagne.

  • Le cambriolage de Hollande est à mettre aussi en parallèle avec le vol du scooter du fils de Sarkozy, scooter retrouvé en un temps record par une maréchaussée au taquet.

  • Macron fait une très bonne campagne, en même temps pour LREM et peut-être le RN. Qui sait ?

  • « Pas mieux » !
    100% d’accord. Quant aux photos élyséennes…quelle honte, quelle abaissement de la fonction. Et après macron s’étonne de ne pas être considéré….
    Cinq ans de déchéance de la nation de plus.
    Et après on fait appel au « front républicain » pour continuer ainsi.
    Terrible…

  • qu’en est-il d’ailleurs de Jean-Louis Leroux ?

  • C’est bien le petit mec qui s’affichait à Saint Barthe avec un délinquant faisant un doigt d’honneur.

  • Damien, jugé en 3 jours et condamné. Benalla, non jugé en 3 ans. Entre autres…

  • Les gens auront vu que le petit mec est un lâche. Au lieu de se défendre, il s’est caché derrière les gardes du corps.

    • @Théo31
      Bonjour,
      Sur la vidéo de la giffle, il tente de répondre.
      Sa lâcheté, il l’a montrée quand il a fait son discours devant sa cour dans une cour de l’Elysée et qu’il demanda alors qu’ on vienne le chercher.
      Il la montre aussi à chaque fois qu’il sort une pique sur les français… mais de l’étranger.

  • perso quand j’ai vu les images je me suis dit qu’il la méritait sa baffe, quand un gamin fait des conneries il en prend une ça tue pas ça rend humble..ah on me dit dans l’oreillette que les sévices corporels n’ont plus cours en Bisounoursla… euh en France..

  • Après c’est le principe de la comparution immédiate: être pris sur le fait et avoir assez d’éléments pour être juger rapidement.
    Ce genre de comparution me semble très rare.

    Cependant, les 2 poids 2 mesures en terme de sévérité est effectivement douteuse, à moins que le juge a jugé « normalement », ce qui est devenu très rare avec toutes les excuses des accusés.

    • On ne gifle pas impunément LREM le roi Emmanuel Macron. Non mais.

    • Un gars arrêté pour tentative de meurtre sur policier (en voulant lui rouler dessus par exemple lors d’un contrôle) avec des témoins ne se retrouve pas en comparution immédiate hein…

      • Et c’est bien le problème de notre justice. Qu’elle ne fonctionne pas toujours. Elle devrait être aussi efficace pour Jean-Louis Leroux que pour Emmanuelle Macron ou François Hollande.

  • Gave disait humoristiquement que la Suisse allait bien parce qu’en temps normal 80% des suisses ne connaissent pas le nom du président de la confédération (81% en janvier 2016). Si on ne les connaît pas en Suisse, c’est parce qu’ils « laissent faire ».
    .
    En France les élus veulent tous « faire » et on est passé de 52’207 articles de loi à 86’521 en a peine huit ans. Autant de lois, autant de clous dans le couvercle du cercueil.
    .
    Par contre côté humour, on est imbattable, le « redressement productif » qui flingue la production, le « pacte pour l’emploi » qui rajoute 500’000 chômeurs, la « confiance dans la justice » qui met les criminels hors de portée.

  • Ce jeune homme n’étant pas une « chance pour la France », il n’avait aucune chance de bénéficier d’une quelconque clémence.
    Et puis in a l’impression que monter en épingle cette baffe lui donne l’occasion d’essayer de verrouiller les RS. Peut-être sont-ils trop libres à son goût ?
    En tout cas, une chose est sure le PR a encore prouvé qu’il n’est qu’un enfant capricieux et rien d’autres

    • Il suffit de voir que les réseaux sociaux, malgré la censure active qui y est effectuée, sont largement à l’encontre de la bien-pensance, j’en veux pour preuve le succès récent de Papacito (presque 100k vues en moins de 24h sur sa vidéo polémique avant qu’elle ne soit supprimée par Youtube, puis 1 millions de vues en 1 semaine sur la vidéo réponse à l’interview de Mélenchon qui y faisait l’indigné, via le youtube de Valeurs Actuelles)

  • Benalla : remarqué pour son acte du 1er mai 2018, son procès devrait démarrer à l’automne 2021.
    Fillon : condamné à de la prison mais sans mandat de dépôt, libre tant qu’il fera appel, sur le point d’obtenir un poste haut placé chez les russes, n’a toujours pas rendu l’argent.
    Balkany : des décennies de détournement de fonds, condamnation à 4 ans de prison ferme, libre au bout de 5 mois en cellule.
    Sarkozy : condamné au premier procès mais libre d’aller faire le suivant.
    Darmanin : sous le coup d’une plainte pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance, ce qui ne l’a pas empêché d’être nommé premier flic de France.
    Torel : une gifle le mardi après-midi, tribunal le jeudi après-midi, en cellule le soir pour 4 mois.
    Pasqua : complicité d’abus de biens sociaux et de complicité de recel en 2010, un an de prison mais avec sursis pour « services rendus à la France », alors qu’il avait déjà 18 mois de sursis après une condamnation précédente.
    Christine Lagarde : reconnue coupable d’une négligence à 400 millions d’euros en 2016, condamnée à… rien.
    Cahuzac : deux ans de prison ferme pour fraude fiscale, a demandé un bracelet électronique, n’a pas mis les pieds en prison.
    …….
    …………….
    Cherchez l’intrus dans la liste.
    Le premier qui trouve gagne une bière en terrasse pour discuter de points de deal avec Darmanin à Tourcoing !!
    NB : offre valable chaque weekend jusqu’au second tour des régionales seulement.

    • J’ai trouvé mais je déteste la bière ! Que proposez-vous en remplacement ?
      Cette giflette arrive 40 ans trop tard ! La faute à ces lois où donner une gifle à son enfant est devenu un crime ! Combien de fois ai-je eu envie d’en envoyer une bonne mais me suis retenue pour cette raison ? On voir le résultat sur cette génération !
      Notre président est l’exemple type de ces petits arrogants !
      Mais il cumule ! En effet H16 nous remontre ces photos ahurissantes et complètement déjantées, (et je n’oublie pas celle avec les 2 types bronzés qu’enlace tendrement notre président pendant qu’ils font un doigt d’honneur ! complèment éberluant !)
      Je n’oublie pas les insultes adressés aux français à tous propos, je n’oublie pas les tirs sur les Gilets Jaunes – quand les black lives matters et autres manifestation Traoré, peuvent défiler sans crainte ! Je n’oublie que notre pays n’a pas d’Histoire et qu’il faut d’urgence la déconstruire, (!?je n’oublie les imbécilités (mais il ne s’agit pas d’incohérences) concernant la gestion de la « pandémie », et qu’il faille continuer à porter le masques quand ces messieurs-dames (Merkel, Macron… )trinquent et se marrent autour d’une petite table en nous donnant encore une fois l’exemple de ce que les zélites sont autorisées à faire, tandis que les manants doivent encore se planquer derrière un masque !
      Quand la gifle arrive trop tard elle n’a plus de pouvoir de corriger la trajectoire !
      Et honte à la justice d’avoir réagi aussi rapidement quand nous voyons à longueur d’années des femmes assassinées par des hommes violents, multirécidivistes, non surveillés, et qui ne s’excuse même pas de ne pas avoir fait son travail ou anticipé les conséquences de son laxisme !
      Les juges devraient être judiciarisés pour incompétence comme n’importe quelle infirmière, qui ,si elle se trompe d’un gramme de ceci ou cela est condamnable, elle.
      Toute cette affaire ne relève pas le niveau de ceux qui nous gouvernent.

  • Il parle du 2p2m entre les blancs solvables et les délinquants multiples récidivistes H16?
    Ah bon.

  • ouiap..mais l’idée de l’abaissement de la fonction me gêne un peu… ça me fait penser à trump n’est pas mon président..ou aux ridicules questions sur les « leaders européens sur des chaises ou sur des canapés »..

    macron est mon président..et c’est tout…je ne vois pas un président comme une personne respectable en soi?? c’est JUSTE un type élu…

    le respect, ça se mérite..

    le respect de la fonction est un concept quia justifié des abus..de pouvoir..

    • Macron n’est pas mon président mais celui de la République, cette entité imaginaire qui a permis à des Français de participer à deux génocides.

  • A quand le même traitement pour toute cette racaille qui pourrit la vie de nos banlieues ????

  • Le foot l’a eu et l’a encore : « Le ministre de l’Intérieur a annoncé lundi soir que ceux qui souhaitaient regarder le match hors de chez eux pourront dépasser le couvre-feu au retour. Pas de dérogation au sens strict, mais une tolérance pour rentrer chez soi. »

  • Effectivement, le degré d’iniquité produit par ce qu’est notre Justice est devenu un moteur une cause de révolte et de soulèvement. Alors que le rôle de la justice est justement d’apaiser et de mettre fin a des tensions.
    On est mal Parti.

  • Ce n’est plus ou cela n’a d’ailleurs jamais été un état de droit…Que dire de la défense de l’accusé? 2 jours pour trouver un avocat et pour ce dernier preparer la défense et plaider… C’est du n’importe quoi…

  • Rien à retrancher, rien à ajouter.

  • Merci H16 , cette injustice systématique est le plus grave problème que nous connaissons. Rien n’est pire , car c’est la première brique d’une société . C’est sur elle que repose la confiance. De tous temps les rois respectés l’étaient d’abord par leur capacité à bien rendre justice : Salomon , Saint Louis etc . La conséquence de la justice est la paix , à l’inverse , l’absence de justice mène à la guerre. Ce défaut de justice appartient à l’état et anciennement aux rois car c’est leur privilège exclusif , celui de rendre justice . Leur carence à le faire les délégitime entièrement . Pour moi , cette gifle était une réponse modérée à une haute trahison répétée .

    • Tant qu’on aura un budget Justice aussi bas et une Justice aux ordres du politique et sous influence idéologique on continuera de s’acheminer vers le pire.
      Tant qu’on ne mettra pas le tribunal au centre du village, cela continuera de s’aggraver.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe.

 

Une séparation des pouvoirs limitée, entachée, voire bannie. La réforme de départementalisation de la police suscite de grandes inquiétudes, si ce n’est une opposition quasi unanime des principaux acteurs du monde judiciaire – magistrats, policiers et avocats. Un fait rare dans cette institution.

Prévue en 2023, la réforme vise à créer des directions départementales regroupant les quatre grands métiers de la police : sécurité publique, police judiciaire, renseignement territorial et pol... Poursuivre la lecture

Avancées ou reculs, les mesures pour lutter contre les violences conjugales ne manquent pas.

Le vote unanime par le Sénat d’une aide financière d'urgence aux victimes pour quitter le domicile conjugal est une excellente nouvelle… mais ne doit pas empêcher de répondre à un enjeu majeur : augmenter le budget justice pour accélérer les délais d’audiencement.

Votée à l'unanimité, en première lecture au Sénat, une aide financière « universelle d'urgence » pour les victimes de violences conjugales est censée encourager la séparation d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles