Halte aux clichés sur les EHPAD

Il faut tordre le cou à la légende qui veut que les Français se débarrassent de leurs vieux, contrairement à ce qui se passait autrefois.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Johnny Cohen on Unsplash - https://unsplash.com/photos/OxOxqLAWvE0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Halte aux clichés sur les EHPAD

Publié le 6 avril 2022
- A +

L’État a donc décidé de saisir la justice contre le groupe ORPEA.

La polémique concernant la maltraitance en EHPAD, apparue suite à la publication du livre Les Fossoyeurs, pourrait faire croire que ces établissements n’ont pas été créé avec un autre but que de satisfaire à bas coût l’égoïsme et le goût du lucre des entreprises privées en particulier, et des sociétés occidentales en général.

Les mêmes vont verser des larmes de crocodile en plaidant « qu’une société se juge à la manière dont elle traite les plus faibles », sans rien trouver à redire sur l’euthanasie, l’avortement, l’eugénisme. Tous les faibles ne sont pas politiquement égaux, certains mériteraient de la pitié et d’autres non.

Il faut tordre le cou à la légende qui veut que les Français se débarrassent de leurs vieux, contrairement à ce qui se passait autrefois, époque magnifiée où les gens étaient naturellement bons et altruistes, et à ce qui se passe encore aujourd’hui dans des pays moins développés, où les familles s’occupent de leurs vieux. Ces pays auraient donc des leçons de civilisation et d’humanité à nous donner. Ce n’est pas forcément faux, mais certainement bien plus complexe.

 

Les Français n’abandonnent pas leurs parents

La vie à domicile demeure le mode de vie majoritaire des seniors (96 % des hommes et 93 % des femmes en 2016), y compris parmi les nonagénaires […] L’âge à l’entrée en institution est en moyenne de 85 ans et 2 mois en 2015. (source Insee)

Les personnes entrent en institution à un âge supérieur à celui de leur espérance de vie à la naissance. Parce que les familles souhaitent garder leurs parents à la maison aussi longtemps que possible, certaines personnes y arrivent tardivement, dans un état parfois très dégradé, ou lorsque l’aidant est épuisé. Auquel cas il y a deux personnes à prendre en soins. Il faut avoir conscience que la prise en charge à domicile est parfois de très mauvaise qualité. L’établissement est alors un havre de paix, de soins adaptés et de vie sociale.

Certes, l’espérance de vie à âge égal y est inférieure à celle de la population générale et hors EHPAD. Ce n’est pas lié aux mauvaises conditions de vie dans ces établissements. Les personnes qui y vivent ont une santé plus altérée que celles du même âge vivant à l’extérieur.

Le vieillissement, qui est lié à la vie, fait que l’état de santé des résidents en EHPAD continue à se dégrader. Les personnes qui y entrent sont de plus en plus dépendantes. La charge de travail augmente. Parmi les éléments de cette dégradation, les troubles cognitifs et les troubles du comportement, certains importants, sont particulièrement épuisants pour les personnels. La charge de travail a été majorée durant la covid. La gestion politique coercitive a épuisé, démotivé bien des gens. Beaucoup de familles ou de médecins traitants se reposent plus qu’avant sur le personnel. La conséquence sur les équipes est un épuisement physique et psychologique, une usure pouvant aller jusqu’au burn-out.

C’est alors que le rôle aidant, ou nocif de la famille prend toute sa place. La bientraitance est affaire de collaboration et de confiance. Si des familles se plaignent de certains EHPAD maltraitants, la maltraitance de certaines familles existe aussi. Quelques-unes, dans le déni, très revendicatrices, voire agressives, sont très délétères pour leur parent et le personnel. Elles semblent exorciser leur culpabilité en s’en prenant à lui. Ce dernier vit mal la perte de confiance et les accusations, alors qu’il fait de son mieux compte tenu des circonstances. Une seule famille très toxique suffit pour faire beaucoup de dégâts.

 

Un peu d’histoire

Avant la Révolution industrielle

Depuis l’aube des temps, la vieillesse ce n’était pas l’âge. C’était l’usure souvent prématurée, entraînée par les conditions de vie très dures, les maladies, l’apport alimentaire insuffisant etc. Elle survenait lorsque la personne ne pouvait plus aider, rendre service à la famille ou à la communauté, subvenir à ses besoins. Elle devenait alors une bouche inutile à nourrir et ses jours étaient comptés. Le problème de la prise en charge ne se posait pas parce que, parfois en aidant un peu la nature, il n’y avait rapidement plus personne à prendre en charge.

Au XIXe siècle s’est produit un événement nouveau dans l’histoire de l’humanité. L’Europe a connu une extraordinaire transformation liée à la Révolution industrielle. Il serait plus exact de l’appeler révolution capitaliste ou révolution libérale. Le capitalisme a sorti l’Europe de la misère. Il a nourri, vêtu, logé des centaines de millions d’individus. Il a amélioré leur vie et leurs conditions de travail. Il leur a donné du temps libre, des loisirs. Une immense quantité de personnes a eu accès à l’instruction, puis aux études. Elles étaient des millions à quitter la campagne pour aller travailler à l’usine parce que les conditions de travail, certes très pénibles dans l’industrie, étaient meilleures que celles de la campagne. Les gains et les perspectives d’avenir, la possibilité de changer de conditions de vie, d’améliorer son sort et l’espoir que ses enfants auraient une situation meilleure jouaient à plein.

Un cercle vertueux était né avec une merveilleuse série d’innovations technologiques, une formidable croissance économique, une extraordinaire prospérité.

L’Europe est ainsi passée d’une société de disette à une société d’abondance. C’est celle que nous connaissons encore aujourd’hui. Elle est désignée péjorativement sous le terme de société de consommation. Or la consommation c’est la vie. Un organisme qui ne consomme pas meurt. Quand il n’y a rien à consommer c’est la misère et la mort.

Depuis la Révolution industrielle

Source : Institut National d’Etude Démographique

Quand on regarde le graphique ci-dessus, on se rend compte que ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle, début du XXe, que l’espérance de vie décolle vraiment. Ce n’est pas un hasard si les hospices, ancêtres de toutes les structures d’accueil pour personnes âgées, sont apparues à cette période. La révolution capitaliste a donc transformé une société rurale où le problème de la vieillesse n’existait pas, et celui de la dépendance encore moins, en une société ou l’espérance de vie augmentant la personne âgée devint existante et la personne dépendante aussi.

Avant les Trente glorieuses la population âgée était numériquement peu importante. Quand retraite il y a eu, l’âge de la retraite correspondait à peu de choses près à celui de l’espérance de vie à la naissance. L’espérance de vie en bonne santé se confondait souvent avec l’espérance de vie tout court. Le vieux était pris en charge par sa famille, à défaut par la communauté. Il n’avait pas d’autre possibilité. Malheureusement, on ne restait toujours pas vieux longtemps. La prise en charge était souvent brève. Les moyens médicaux étaient rares, la survie à la maladie difficile et limitée. Les moyens matériels de soins étaient rudimentaires. Ils ne nécessitaient aucunement un personnel spécialisé pour être mis en œuvre. La famille pouvait s’en charger.

En résumé, dans les pays occidentaux, le contexte historique, les conditions de vie et de travail, les évolutions sociales ont entraîné peu à peu l’apparition durable de personnes âgées dépendantes, de plus en plus nombreuses, et par là même, grâce à la prospérité, de structures d’accueil spécialisées.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Cet article me rappelle l’opposition de la CGT à la retraite après la guerre: pourquoi ferait on payer des cotisations aux travailleurs pour une retraite qu’ils n’auront pas car à 65 ans, la plupart seront déjà morts? L’existence pratique de la retraite, et même plus de la vie à la retraite est récente. Avant, la seule chose qu’on faisait à la retraite, c’était de mourir…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Depuis la sortie du livre Les fossoyeurs, de nombreux politiques ont eu l’occasion de s’exprimer sur le sujet des EHPAD. Si la droite s’est timidement manifestée, ce sont bien évidemment les candidats de gauche qui se sont le plus indignés.

Pour Philippe Poutou, il faut exproprier les groupes privés pour construire un service public du quatrième âge. Selon Nathalie Arthaud, l’affaire est le miroir d’une société malade du profit. S'il était élu, Jean-Luc Mélenchon supprimerait les EHPAD à but lucratif. Enfin pour Fabien Roussel, le cœur... Poursuivre la lecture

Vous avez probablement suivi le dossier Orpéa suite la parution du livre Les Fossoyeurs de Victor Castanet et le fracas médiatique qui se poursuit avec la récente mise en cause de son concurrent Korian, leader en France des EHPAD privés[1. Maltraitance dans les Ehpad : l’avocate Sarah Saldmann va lancer une action collective en avril contre le groupe Korian (France Info, 7 février 2022)]. La maltraitance des personnes âgées en établissement est un sujet connu de beaucoup de Français pour des raisons familiales, mais bizarrement peu débattu ju... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles