Christiane Taubira n’aime plus les riches

Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé et à taper sur les riches.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Christiane Taubira - photo Philippe Grangeaud (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christiane Taubira n’aime plus les riches

Publié le 27 janvier 2022
- A +

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.

Lorsqu’elle se présente à l’élection présidentielle de 2002 sous les couleurs du Parti radical de gauche, elle défend un programme composite qui prône une part de capitalisation pour les retraites et qui, s’il est favorable à un impôt progressif, le souhaite modéré, même pour le taux marginal supérieur et ce, « afin de ne pas décourager l’effort et l’initiative ».

La course à l’échalote

Depuis qu’elle a publiquement envisagé de participer à l’élection présidentielle et plus encore depuis sa participation officielle à la primaire de la gauche, Christiane Taubira semble se déchaîner. Son radicalisme de gauche a progressivement mué en radicalisme tout court.

En effet, la lutte est rude en France pour satisfaire aux revendications les plus à gauche. Christiane Taubira entend lutter point par point avec ceux qui participent à la primaire, mais également avec les candidats de gauche ont refusé d’y participer. De là, les propositions suivantes, marquées du sceau de la « justice climatique » et de la « justice sociale », qui témoignent d’un fort réalisme et d’une absence totale de démagogie comme nous pouvons le constater :

  • revalorisation du Smic à 1400 euros net ;
  • revenu de 800 euros par mois aux étudiants durant cinq années (un quinquennat…) ;
  • blocage des prix pour aider les plus défavorisés ;
  • encadrement de loyers afin de stopper l’ « indécence » des offres sur le parc privé.

 

Détruire les riches

Bien entendu, tout programme de gauche extrême doit se concentrer sur la fiscalité et notamment casser du sucre sur le dos de ceux qui gagnent le plus ou qui détiennent les patrimoines les plus importants. Cela est si aisé et si profitable électoralement…

Christiane Taubira avait déjà annoncé un impôt sur l’« extrême richesse », à savoir ceux qui osent détenir un patrimoine de plus de 10 millions d’euros, pour l’« investir » dans la jeunesse. Pourquoi pas 9 ou plutôt 11 millions ? Nul ne le saura, l’arbitraire règne, mais nous attendons fiévreusement la réaction du très centriste Jean-Luc Mélenchon sur le sujet…

Lors d’un entretien télévisé la candidate à la primaire vient de soutenir vaguement la nécessité d’une « redistribution », d’autant plus pour financer le revenu étudiant. Elle s’est indignée de l’« explosion des dividendes », alors même que « ce sont des personnes qui doivent contribuer ».

Et de conclure :

Nous déduisons donc des propos de Christiane Taubira que les plus riches ne paieraient pas ou, du moins, pas suffisamment d’impôts en France et que notre pays figurerait sur la liste noire des paradis fiscaux dressée par l’Union européenne… En réalité, ce que veut dire notre candidate par prétérition, c’est qu’une infime catégorie de la population se débrouillerait pour s’évader fiscalement et que la « justice fiscale » exigerait non seulement qu’il soit mis fin à cette évasion, mais encore que la progressivité de l’impôt soit une réalité et même une dure réalité à l’égard de ces ignobles privilégiés.

Des propos ineptes

Nous avons du mal à comprendre la cohérence de ces propos par rapport à ceux que tenait la même personne il y a deux décennies. Mais, selon la formule consacrée, ce ne sont pas les girouettes qui tournent, c’est le vent…

Par-delà les polémiques, il semble stupéfiant que, au sein de l’État providence le plus achevé du monde développé, d’un État qui truste depuis de longues années le titre de champion ou de vice-champion du monde des prélèvements obligatoires, d’un État qui constitue donc un « enfer fiscal », d’un État surendetté qui ne parvient pas à freiner la machine folle des dépenses publiques, d’un État victime depuis des lustres du fonctionnarisme, une personne qui se présente à l’élection présidentielle tienne de pareils propos.

Christiane Taubira est dans sa soixante-dixième année. Il serait temps que les électeurs lui fassent comprendre que la vieillesse est parfois un naufrage.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • ils prétendent ne pas savoir que quand vous appuyez sur des « boutons » de l’eocnomie, il ne se passe rien…

    les gens construisent des maisons ou pas..en fonction du pris des loyers existants et à venir..
    si vous bloquez le prix des loyers… en premier, vous agissez sur la construction des logements.. dans le meilleurs s des cas vous forcez à la construction de logements bas de gamme.. en second ,vous prenez l’argent, dans l’idéal des propriétaires et épargnants, pour construire des logements sans avoir à vous soucier du loyer..ou des besoins réels.. et puis l’argent des riches manquent…et puis il faut gérer les logements et les locataires..

    taubira sait cela… le rationnel de ce genre de décision est tout entier contenu dans l’idée que les propriétaires sont « trop » cupides.. car ils veulent que leur capital rapportent.. le locataire aussi est cupide…en fait, il suffit en fait de ne pas entraver la construction de logements neufs!!! en france ça veut dire..zones constructibles..

  • Perdre son temps à relever les incohérences et la bêtise du programme Taubiresque,bien sur c’est amusant à lire

    • C’est vrai qu’on pourrait s’autoriser à ignorer ce type de parasite opportuniste qui continue à polluer le paysage politique de ce pays.

  • Cette fixette de vieux politiciens gauchistes comme Mélenchon et Taubira sur le chiffre de 10/ 12 millions est curieuse.

    Est ce que cela représente la valeur du patrimoine qu’ils ont accumulé après cinquante ans de vie de parasite au frais des Français?

  • Et comme je pense qu’elle est pour la retraite à 60 , qu’attend t’elle pour se l’appliquer d’abord à elle même?

  • Les riches sont toujours les autres mais il me semble qu’elle est loin d’être une pauvresse….. Insupportable bonne femme, toute la gauche est insupportable… Et la droite.. Elle n’existe pas vraiment. Peut être Z mais il n’a pas de parti, il est seul.

  • Une fois de plus, Taubira va jouer son rôle de prédilection : plomber les chances de la gauche d’atteindre le second tour.
    En outre, un esprit vicieux comme le mien ne peut que se réjouir de la chute, grâce à elle, d’Hidalgo, détestable en soi, et représentante d’un parti devenu détestable, dont la ruine financière est à portée de main.

  • Acheter Taubira à sa vraie valeur et la revendre au prix auquel elle s’estime, une idée pour renflouer la dette
    Bon la difficulté est de trouver un acheteur 😉

  • Ah bon? La France est un paradis fiscal? Je ne savais pas, j’ai dû rater un épisode.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

travail chomage
4
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617 000 chômeurs supplémentaires en catégorie A.

Alors qu'approche l'année électorale 2017, la question du chômage, qu'il monte ou qu'il baisse selon les catégories dont on parle ou qu'on ignore, se... Poursuivre la lecture

extrême droite
1
Sauvegarder cet article

Un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche a interrogé des Français six mois après la réélection d'Emmanuel Macron, sur leur choix s'ils votaient aujourd'hui.

 

"On refait le match" : l'extrême droite illibérale progresse

Même si Emmanuel Macron améliore modérément son score comparé aux résultats officiels de la présidentielle d'avril (29 % d’intentions de vote contre 27,8 %), et garde toujours la préférence des seniors, il ressort que Marine Le Pen enregistre d’une forte percée (30 % des voix contre 21,3 % des suffrages e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles