Jacques Chirac : le paradoxe fait homme politique

Hormis quelques privatisations, mais qui n’ont nullement affaibli l’interventionnisme étatique dans l’économie, le bilan du chiraquisme sonne bien creux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mr JACQUES CHIRAC au SIA 1990-10-cliche Jean Weber By: INRA DIST - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jacques Chirac : le paradoxe fait homme politique

Publié le 27 septembre 2019
- A +

Par Gérard-Michel Thermeau.

Quelle vie paradoxale que la sienne. Jacques Chirac est, avec François Mitterrand, l’homme politique qui a occupé le plus longtemps le pouvoir depuis la chute du Second Empire. Deux fois Premier ministre, deux fois président de la République, il est resté 16 ans au sommet de l’État. Si l’on ajoute que sa carrière politique a commencé sous de Gaulle et qu’il meurt sous Macron, on mesure bien la longévité de cet animal politique très doué. Mais très doué pour quoi exactement ?

Que reste-t-il du chiraquisme ?

Si l’on cherche à établir le bilan de son action politique, il y a, au fond, bien peu à dire. La disparition du service militaire, que l’actuel pouvoir rêve plus ou moins de rétablir, est bien la seule mesure concrète ayant eu un impact positif sur la population masculine, la seule concernée alors, de ce pays. On pourrait ajouter la reconnaissance de la responsabilité de l’État français dans la déportation des Juifs pendant l’occupation. Premier président n’ayant pas connu en tant qu’adulte la Seconde Guerre mondiale, il pouvait plus facilement prendre de la distance par rapport à cet épisode peu glorieux de notre histoire.

Je ne dirais rien de son fameux refus de participer à la guerre contre l’Irak. Je ne suis pas très certain du caractère vertueux de cette opposition.

Au fond Jacques Chirac a surtout démontré un indéniable savoir-faire dans la conquête du pouvoir. Mais une fois en place, il se retrouvait dans la situation de la poule qui a trouvé un couteau. Aussi a-t-il épousé toutes les causes et leur contraire : anti puis pro-européen, « raciste » puis « rempart » contre le Front national ; gaulliste puis « libéral » puis « social ». À l’aise à droite comme à gauche, Jacques Chirac s’inscrivait davantage dans l’héritage radical-socialiste que dans la famille gaulliste.

Un Louis XIII sans Richelieu ?

Au fond ne sachant vraiment plus quoi faire, il avait fini par se priver tout seul du pouvoir dont il jouissait à l’Élysée en provoquant la dissolution la plus imbécile de l’Histoire. Mais que voulez-vous, Jacques Chirac avait une dissolution rentrée. Premier ministre de VGE, il avait proposé à ce dernier en 1976 de dissoudre l’Assemblée sans attendre l’échéance de 1978, les sondages donnant la gauche favorite. Ce fut un des motifs de son renvoi.

Le geste non accompli de 1976 devait trouver son achèvement en 1997. Disposant de la plus forte majorité de droite que l’on ait connu en France depuis fort longtemps (peut-être depuis l’Assemblée nationale de 1871), il coupait avec frénésie la branche sur laquelle il était assis.

Ses présidences marquent au fond le début de l’immobilisme dont est en train de mourir ce pays. Hormis quelques privatisations, mais qui n’ont nullement affaibli l’interventionnisme étatique dans l’économie, le bilan du chiraquisme sonne bien creux. Une mauvaise langue dirait qu’il n’avait pas son pareil pour tapoter l’arrière-train des bovins au Salon de l’agriculture et qu’il aurait fait un excellent président…de conseil général.

Il y a bien longtemps, au siècle dernier, discutant avec un de mes condisciples historien, comparant Chirac à des figures du passé, j’avais eu cette réflexion : « c’est un Louis XIII qui n’a pas trouvé son Richelieu. » Faut-il le regretter ?

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Enfin un article lucide sur Chichi !
    Monsieur Thermeau, vous auriez-pu ajouter l’ennemi juré des historiens.
    Refus d’évoquer les racines chrétiennes de l’Europe…
    Interdiction d’ouvrir les archives allemandes devenues disponibles.
    Un jacobin, un sale type ce Chirac, un personnage balzacien.

  • Jacques Chirac est mort paix a son âme..
    Mais au delà de la mort d’un homme se trouve les résultats politiques qui nous affectent aujourd’hui encore..
    JC a été ‘inventeur de la Drauche, c’est a dire de la droite qui fait une politique de gauche..
    Tombeur de Giscard il a favorisé la victoire de Mitterrand en sous main ( rappelez vous l’affaire des diamants qui n’ont jamais existé on le sait aujourd’hui)
    La transformation du septennat en quinquennat , qui empêche toute cohabitation et toute ré-élection a un 2 eme mandat jusqu’à aujourd’hui
    La fin du service militaire qui a tué la cohésion sociale.
    Le front republicain qui permet a tout candidat devant le FN au 2 eme tour d’être réélu quels que soient les résultats du premier
    L’élection législative placée apres la présidentielle organisée par jospin, qui permet a un president mal élu d’avoir quand meme une majorité etc..
    Ce sont ces actions qui on fait que nous soyons dans une telle merde sur tout les plans, dans une pseudo democratie institutionnalisée qui doit vivre avec le peuple qui gronde , l’administration qui gouverne dans le nepotisme éclairé largement incestueux du « en meme temps ».
    le « en meme temps  » c’est l’invention de J Chirac..
    sur ses traces Macron fera un deuxième mandat , que vous le vouliez ou pas, grâce a la manipulation constitutionnelle florentine de J Chirac digne de machiavel ou des borgias

  • Dans cette multitude de louanges, un article qui remet les pendules à l’heure
    Dans ces circonstances on ne peut en dire plus

  • Chirac c’est la bière et la pomme. C’est la stabilité de la République au travers de l’inertie de l’Etat et de l’administration. C’est la validation d’une politique pour le publique contre le privé. C’est le chemin que continue Macron. Bien entendu c’est l’immobilisme et la non réforme. On ne touche pas à la République ! Ah, c’est pas aussi des essais nucléaires au milieu d’un paradis pour les poissons et les cocotiers ?

  • il avait du charisme et j’appréciais son humour , mais ça s’arrête là , je ne ferais pas parti de ceux qui vont lui rendre hommage , il ne le mérite pas plus que n’importe quel personnalités politiques ;

  • Des discours de Chirac, je n’ai retenu qu’une chose : Il était un mot spécial, qui était je crois « naturellement ».
    Rien n’à voir avec ses goûts pour l’écologie, mais plutôt pour permettre de promettre tout et son contraire.
    Et de mentir effrontément.

    http://deflandres.over-blog.com/article-6424468.html

    Et non, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un simple point commun avec un certain président, préférant l’ «  » en même temps «  » -isme. Trop fondamental.

  • Pas besoin d’en rajouter, personnage fort sympathique; un animal politique mais sans plus.
    Politicien de profession créant le mouvement immobile, adepte de dire tout et son contraire.

    Une citation qui résume à elle seule Chirac:

    « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient »

    • Et encore une pour la synthèse :

      « Il n’y a pas que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, je l’ai toujours dit »

    • En résumé, son concitoyen l’avait résumé avant de le connaître « Il n’est aucun problème politique qui ne puisse se résoudre par l’inaction. » – Henri Queuille

      • j’allais oublié la grande réalisation de l’homme de … »droite » le regroupement familial, décrété en 1976 par Jacques Chirac, alors Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing, Une grande réalisation pour le grand remplacement et qui survit sans émouvoir un seul politicien.

      • Il n’est aucun problème politique qui ne puisse se résoudre par une taxe
        Ou
        Il n’existe aucun problème qu’une taxe ne puisse créer.
        MichelC
        😉

  • Chirac…. Une étoile filante dans le ciel français….
    Un génie de la politique qui eut l’intelligence de prendre les français pour ce qu’ils sont…
    La Chiraquie est morte! Vive la Macronie!

  • Franchement, il était à l’image d’une classe politique vouée à ses propres intérêts. La « fracture sociale » me fait encore pouffer de rire.
    Il avait également la sympathie des médias qu’il savait aussi bien caresser que le croupion d’un bovin.
    Bof. Comme d’hab, quoi.

  • « il aurait fait un excellent président…de conseil général. » ou le principe de Peter

  • Il est en outre, le premier président à avoir été condamné par la justice.
    Les autres ne perdent rien pour attendre.

  • Je n’ai pas vu, dans les divers bilans, évoquer le désastre du principe de précaution inscrit dans la Constitution qui a consacré l’immobilisme au plus haut niveau. Un désastre de plus à son actif.

  • Oups… quel article , lucide.
    je rajouterais, même si cela n’a rien à voir avec la mission présidentielle; j’aurais aimer « bouffer » une tête de veau avec lui…on rêve tous d’avoir un pote comme ça.

    • Vous rêvez d’avoir un bon pote qui vous planterais un couteau dans le dos dés qu’il en verrais l’intérêt ?
      Parcque c’était ça le coté pile de Jacquouille la fripouille.

  • Pour vous, M. Chirac n’a rien fait d’utile apparemment. Pour moi, oui, au moins en ce qui concerne deux points que vous avez mentionnés dans votre obituaire: Il a eu raison de s’opposer à la guerre en Irak, ce qui a sauvé la vie de jeunes soldats dans une guerre qui n’a servi à rien qu’à démolir un état et il a supprimé le service militaire pour faire une armée de métier, ce qui est plus intelligent. Vous êtes bien placé en tant qu’enseignant pour savoir que la majorité des étudiants ou y échappaient grâce à leurs études (M. Macron en fait partie, d’ailleurs) ou étaient planqués dans différentes administrations. N’étaient en caserne et en godillots que les petits Français plus que populaires des « classes inférieures », et ce n’est pas là qu’ils ont appris à lire, écrire et compter, juste à nettoyer les latrines et les cours, éventuellement à passer le permis pour une infime minorité. Certes, ils faisaient du sport mais pas assez pour en faire des médaillés.

    • C’est faux j’ai fait mon service à bac +5 diplômé de l’ENSCP en 1980. Et je n’étais pas un enfant de la classe inférieure.

      • Tout le monde sait que le piston fonctionnait à plein à l’époque et que tout ceux qui avait fait des études et/ou avait des relations avait tous le moyens d’échapper au service militaire classique en allez se dorée la pilule dans la coopération avec salaire et éventuellement embauche à la clef alors que les autres allaient ramper dans la bout ou cirer les pneus des véhicules avant les défilés pour 3 francs 6 sous. Supprimer cette mascarade a été une très bonne chose.

        • C’est ce qui a été colporté pour justifier la fin du service militaire à partir d’une réalité, certes, mais minoritaire.

    • Lors du service militaire certains jeunes apprenaient … à se laver. Les analphabètes avaient une deuxième chance de reprendre confiance en eux et de progresser.
      La sortie du cocon familial était libératrice pour beaucoup de jeunes.
      Découvrir les différences au sein du peuple français et apprendre à travailler en groupe, à le commander. A manier des armes, aussi.
      A être partie d’un tout, dans le respect de l’autre.
      Croyez-vous qu’il y ait eu beaucoup de fils de bonne famille dans les tranchées ?
      Sur le plan de la cohésion sociale, et d’une certaine correction des insuffisances de l’éducation nationale, la suppression du service national a été une grave erreur.

  • Il était communiste dans sa jeunesse et son bilan est aussi nul que Hollande. Il a fait mettre le principe de précaution dans la constitution, stérilisant la France et en faisant un pays rétrograde, comme on le constate aujourd’hui. Les français ont peur de tout. De plus il a fait élire Mitterrand. J’ai 2 relations qui m’ont avoué avoir voté pour lui sur ordre de Chirac. Un sale type!

  • L’homme a connu des malheurs personnels, et peut sans doute avoir notre sympathie.. mais le président… 12 ans d’échecs et d’immobilisme qui ont acté notre décrochage. Il n’a pas su corriger la catastrophe économique et sociale des 2 septennats de Mitterrand. Cela rend plus triste que sa disparition.

  • Chirac a commencé sa vie politique en s’encartant au PC. Tout un programme…

  • Un charisme extraordinaire, un peu trop facile face à un Jospin meilleur fossoyeur de notre pays et détesté même par les siens!

  • «Dieu ait son âme, mais c’était un rude coquin»
    Hergé

  • Chirac était un socialiste

  • CHIRAC HERITAGE
    La France hérite du musée des arts premiers,
    avec en bonus de vrais africains qui vont avec .
    car le regroupement familial des tribus c’ est
    Chirac sous le règne de Giscard marabouté .
    Le même Chirac qui se plaint du bruit et des
    odeurs !
    De Gaulle disait les Français sont des veaux !
    Comme par hasard le plat préféré de Chirac c est
    la tête de veau , il s’est bien fichu de notre tête le
    Chirac . il a esquivé la guerre en Irak car il a compris
    qu il faut pas s’embrouiller avec les pays musulmans
    dans un pays qui devient musulman.
    Autre bilan , pendant que Bernadette joue les mendiantes
    de pièce jaunes, le couple Chirac claque deux millions
    d’euros d argent public en organisant des réceptions bouffe .
    et Chirac propose au peuple de bouffer des pommes.
    Il cumule aussi des aventures extra conjugales, et des mains
    balladeuses sur le popotin des vaches.
    Les moutons média diront que c’ était un grand président
    CHIRAC 1 m 86 SARKO 1 m 66

  • Respect pour être parti pour la guerre d’Algérie alors qu’en tant qu’Enarque il aurait pu se planquer, après tout a été dit dans les commentaires, politicien français classique,le Mitterrand de la « droite ».

  • on l’oubliera comme aujourd’hui on a oublié VGE : les obsèques naaaaationaaales n’y changeront rien (juste à faire mousser le président actuel).

    il nous a coûté très cher, a très bien profité du système (notamment à la maire de Paris) et n’avait aucune morale (à la différence d’un Louis XIII).

    Enfin, avec la dépénalisation de l’avortement (on est passé de 60 000 à 229 000 par an et cela ne diminue pas), il a grandement fragilisé la démographie du pays et ainsi contribué puissamment à son déclin.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Depuis le retrait de la vie politique d’Alain Madelin, les libéraux sont orphelins d’un homme politique de premier plan. David Lisnard sera-t-il celui-là ?

Force est de constater la montée en puissance du maire de Cannes depuis plusieurs mois.

Tout d’abord, le président de Nouvelle Énergie n’a pas hésité à signer la tribune collective « Le libéralisme, ce mot interdit en France » parue dans Le Figaro le 22 avril. Certes, des hommes politiques ont pu se revendiquer du libéralisme par ignorance ou, plus souvent, par opportunisme, ... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national (devenu Rassemblement national), dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

Petite(s) histoire(s) des droites[1. Le premier paragraphe a largement été inspiré par : Les grands textes de la droite et de la gauche lepoint.fr ; ainsi que par Qu'est-ce un Méchant Réac ? | Méchant Réac ! le site mechantreac.fr.]

 

Les divisions à droite sont anciennes, profonde... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles